L'opaque nébuleuse des agences européennes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Peu transparentes, dépensières, sujettes aux conflits d’intérêts : l’indépendance de la vingtaine d’agences spécialisées de l’UE pose des problèmes tant au point de vue financier que du contrôle démocratique, dénonce Die Presse.

Par Oliver Grimm.

 

Très exactement 6 157 euros : voilà ce que coûte une réunion du conseil d’administration de l’Efsa, l’autorité européenne de sécurité des aliments. Par personne. On ne sait pas si les quinze membres du conseil d’administration ont été conduit à Parme [siège de l’Efsa] sur des chaises à porteurs, ni s’ils y ont dégusté des œufs de caille pochés tout en parcourant l’ordre du jour.Ce que l’on sait très bien, en revanche – grâce à l’infatigable Monica Macovei, députée européenne roumaine spécialisée dans la lutte contre la corruption – c’est la conception qu’ont ces gens-là de leur fonction. Sur la seule année 2010, l’Efsa a déboursé 49 millions d’euros pour des contrats externes "de communication et de gestion".

Il ne s’agit pas de la seule anomalie constatée dans les agences européennes, qui sont aujourd’hui au nombre de 24. Ancien patron de l’Agence européenne des médicaments à Londres, c’est ainsi le plus naturellement du monde, ou presque, que Thomas Lönngren a rejoint l’industrie pharmaceutique en début d’année...