Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Taxe Tobin : l’Allemagne double la France par la gauche - Rue89

Taxe Tobin : l’Allemagne double la France par la gauche - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Coucou, la revoilà, s'extirpant de l'ornière où elle s'était embourbée.

La taxe sur les transactions financières européennes, surnommée tantôt « taxe Tobin » (en hommage à l’économiste James Tobin qui rêvait de « jeter du sable dans les rouages » de la spéculation), tantôt « taxe Robin des Bois » (en hommage à l’économiste du début du XIIe siècle qui a le premier théorisé et mis en pratique la redistribution du capital aux fins de justice sociale), ressurgit là où on ne l’attend pas : en Allemagne.

Le prochain gouvernement de la chancelière Angela Merkel, qui doit naître des actuelles négociations qu’elle mène avec les socio-démocrates allemands, s’apprête à relancer le projet, qui a du plomb dans l’aile depuis quelques mois.

 

Comme on le sait, la CDU/CSU d’Angela Merkel n’a pas la majorité absolue au Parlement et doit discuter avec le SPD. Or, celui-ci a exigé, entre autres, que l’Allemagne se montre plus audacieuse dans la mise en place de la « Tobin tax ».

Depuis quelques mois, Merkel faisait plutôt partie de ceux qui, dans l’eurozone, freinaient sur ce dossier. Les banques ont mené contre ce projet un « furieux lobbying », pour reprendre les mots de l’agence Reuters, et des experts européens ont mis en garde contre les risques du projet. Mais la négociation pour une grande coalition en Allemagne lui redonne des chances.

« Nous sommes tombés d’accord pour aller de l’avant sur la taxe sur les transactions financières », a déclaré mercredi Martin Schulz, négociateur du SPD (et président du Parlement européen).

Herbert Reul, le négociateur de la CDU pour l’Europe, a commenté :

« Ce qui est nouveau, c’est que trois grands partis d’une grande coalition vont mettre cela au programme et le pousser. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce bafoue les droits des migrants, avec l’accord de l’Europe - Rue89

La Grèce bafoue les droits des migrants, avec l’accord de l’Europe - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Arrestations au faciès, conditions de détention inhumaines… De nombreux migrants accusent la Grèce de mauvais traitements. Sans inquiéter l’Europe, qui va rallonger les budgets de son meilleur « garde-frontière ».

 

En septembre dernier, alors qu’il tentait de gagner le nord de l’Europe par la Turquie, Faraj Alhamauun a été arrêté durant sa traversée de la Grèce.

En dépit d’une grave blessure à la jambe causée par des bombardements sur sa ville natale d’Alep, en Syrie, cet activiste a été emprisonné dans un camp de rétention du nord-est de la Grèce, dans la région d’Orestiada. Ses maigres biens et le peu d’argent qu’il avait lui ont été confisqués lors de son arrestation. Sans jamais lui être rendus.

Aujourd’hui installé à Istanbul, en Turquie, cette ancienne source de Human Rights Watch (HRW) n’a rien oublié du calvaire subi lors de ces mois d’enfermement, victime d’un harcèlement verbal et physique incessant.

Il s’est d’ailleurs plaint de ces mauvais traitements à une délégation de fonctionnaires européens qui visitait le camp Fylakio où il était détenu. « Après leur départ, j’ai été maltraité pour leur avoir parlé. » Faraj a alors commencé une grève de la faim. Résultat : les autorités hellènes l’ont finalement renvoyé vers la Turquie.

 

Son cas est loin d’être unique en Grèce : les financements de la Commission européenne pour des opérations d’envergure visant à contrôler le flot massif de migrants ont abouti à un nombre important de violations des droits humains.

Et si les fonctionnaires européens n’ignorent rien des conditions inhumaines de détention des demandeurs d’asile, ils planchent actuellement sur une extension des financements afin que le gouvernement d’Antenis Samaras poursuive cette politique.

En août dernier, la police grecque a déployé près de 1 900 nouvelles recrues le long du fleuve Evros pour l’opération « Aspis » (bouclier), pour tenter de fermer la frontière avec la Turquie par laquelle affluent les réfugiés syriens.

Au même moment, l’opération « Zeus Xenios » (protecteur des étrangers) menée par les autorités sur tout le territoire a conduit aux interpellations de 4 849 sans-papiers. Auxquelles s’ajoutent la « rafle » de plus de 90 000 personnes, arrêtées uniquement selon leur faciès.

Afin d’emprisonner le flot de migrants arrêtés, le gouvernement a transféré les détenus dans des camps improvisés : académies de police ou anciens dépôts militaires, comme Xanthi et Komotini, dans le nord de la Grèce, Corinthe dans le Péloponnèse, et Paranesti dans la Drama...

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

Plusieurs choses que vous ignorez sûrement sur Erasmus - Rue89

Plusieurs choses que vous ignorez sûrement sur Erasmus - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Erasmus est sauvé. La "success story" de l'Union européenne était menacée : "Erasmus est à court d’argent", reconnaissait début octobre le porte-parole du commissaire européen au Budget.

 

Le programme européen d’échange d’étudiants et de professeurs allait-il disparaître en raison des coupes budgétaires imposées par de nombreux pays de l’Union ?

Finalement non. Lors de sa plénière de décembre, le Parlement européen a soutenu l’accord de six milliards d’euros destiné à couvrir les factures en suspens ainsi que le budget 2013, sauvant ainsi un programme vieux de 25 ans. La première année, à peine plus de 3 000 étudiants en avaient profité ; ils sont 270 000 aujourd’hui. En 25 ans, plus de deux millions de jeunes issus de 33 pays ont ainsi pu étudier à l’étranger.

Un programme pour tous ? Qui favorise l’intégration européenne ? Et qui marche vraiment bien ? Pas si sûr...

 

1.L’anglais plus que la fiesta au soleil.L’Espagne est le premier pays d’accueil et d’origine des étudiants Erasmus. Soit. Mais la France et l’Allemagne suivent. L’Hexagone arrive en deuxième position : environ 30 000 étrangers y séjournent cette année, et le même nombre d’étudiants le quitte pour parfaire ses connaissances hors des frontières.... 2.Portugal, Danemark et Suède à la mode

 Erasmus stagne en France. Entre 2005 et 2009, les arrivées ont cru de 2,8% seulement, et les départs d’un petit 8,6%.

Le Portugal, le Danemark et la Suède deviennent en revanche des destinations de plus en plus prisées ; entre 2005 et 2009, le Portugal a vu ses séjours Erasmus augmenter de 45%.

Encore plus flagrant : le nombre d’étudiants turcs en mobilité Erasmus augmente très rapidement. Ils étaient moins de 3 000 en 2005, pour passer la barre des 8 000 en 2010 – une augmentation de 180%.

 

3.Trop cher pour plaire à tous

 Le programme devait concerner 10% des étudiants, rappellent les auteurs d’une étude du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) sur le sujet. L’objectif est loin d’être atteint...

 

4.L’étudiant Erasmus : une femme de 23,5 ans

Pour l’année académique 2009-2010, l’âge moyen des étudiants Erasmus était de 23,5 ans.

Et l’étudiant était une étudiante : 62% des Erasmus sont des femmes, soit une part légèrement supérieure à celle des femmes dans la population étudiante globale....

 

5.Pas très branchés sciences dures

Ce sont enfin les étudiants issus de l’enseignement supérieur universitaire qui se déplacent plus que ceux issus des filières professionnalisantes, selon les mêmes études. Et ils se penchent en priorité sur les sciences sociales, les affaires ou le droit, voire les sciences humaines ou les arts. Les disciplines scientifiques restent boudées....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Steffi, 65 ans, travailleuse précaire brisée par le « modèle allemand » - Rue89

Steffi, 65 ans, travailleuse précaire brisée par le « modèle allemand » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après son licenciement, Steffi, Allemande résidant en Lorraine, a découvert que la politique sociale de son pays était bien moins protectrice que celle de la France.

 

(De Moselle) Steffi (le prénom a été modifié), la soixantaine, est allemande. Célibataire, elle réside depuis le début des années 1990 à Grosbliederstroff, un petit village de Moselle. Elle parcourt tous les matins la dizaine de kilomètres la séparant de Sarrebruck, en Allemagne, où elle exerce la profession de comptable dans une agence de voyage.

Elle est classée dans la catégorie des travailleurs transfrontaliers atypiques : elle réside à « l’étranger », mais rejoint son pays natal tous les jours pour y travailler. Jusqu’en mars 2009.

Les nouveaux propriétaires de son agence ont décidé il y a trois ans d’« externaliser » le service de comptabilité – comprendre : licencier ses employés. Crise économique, explosion des réservations de voyage par Internet... Il faut tailler dans le tas pour survivre.

Après 40 ans passés dans la même entreprise, Steffi se retrouve au chômage, désemparée :

« Pendant les sept mois de préavis, j’ai travaillé en sachant que j’allais me faire virer. Tous les autres se sont mis en maladie. Moi, j’ai bossé jusqu’au dernier jour pour la boîte qui allait me licencier.

Et puis je me suis retrouvée à la maison, en ne sachant pas quoi faire. J’avais des tas de livres sur l’art, que je me promettais de lire depuis des années sans trouver le temps. Là, j’avais le temps, mais plus l’envie. »...

 

Arsène Schmitt, syndicaliste et président du CDTFM, affirme que la crise a engendré des situations dramatiques dans la région frontalière Moselle-Sarre :

« Nous nous battons, nous dénonçons cette Europe du capital, cette machine de guerre contre les travailleurs. C’est un carnage social en ce moment, on est en train de détruire nos acquis, nos droits, nos retraites. »

Et ces difficultés ne sont pas propres aux travailleurs français. Les Allemands aussi sont durement touchés, regrette Arsène Schmitt dans un rire désabusé :

« L’Allemagne va bien ? Pas du tout ! Les médias relaient des informations qui ne tiennent pas debout. Cinq à six millions de personnes travaillent pour des mini-salaires de 400 euros. On parle de pauvreté dans la vieillesse, de retraités qui doivent chercher des jobs pour survivre, de travail précaire.

L’Allemagne qui résiste à la crise ? C’est un mythe. En tout cas pour les travailleurs. »

Outre-Rhin, on a fait face à la crise avec plus de réussite, certes. Mais les classes moyennes et les ouvriers ont assumé les conséquences d’une politique sévère. Près de 7 millions de personnes ont un salaire inférieur à 8,50 euros de l’heure. Et 20% des salariés des PME allemandes se débrouillent avec moins de 10,36 euros horaires...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne : des alternatives citoyennes pour faire face à la crise économique - Rue89

Espagne : des alternatives citoyennes pour faire face à la crise économique - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Depuis le début de la crise socio-économique, la classe politique espagnole n’a pas pris de mesure en faveur de la croissance et la création d’emplois.

 

Elle applique, au contraire, de nombreuses coupes budgétaires mettant en danger des secteurs entiers de la société ainsi que les droits sociaux des citoyens.Cette dynamique aggrave la situation des pays qui sont au bord de la faillite.

Face à cette situation, les citoyens réalisent que c’est à eux de prendre en main leur avenir et en Espagne des mouvements et des phénomènes encourageants continuent à apparaître. Nombreux sont ceux qui misent sur l’élaboration d’alternatives viables que ce soit par le biais de l’épargne ou de la création d’un système durable.

 

Une des conséquences de la crise est l’augmentation de la pauvreté de la classe moyenne et la détérioration des conditions de vie des secteurs les plus vulnérables comme le signale un rapport récent de l’ONU concernant le cas espagnol.

Pendant ce temps, une partie des citoyens opte pour des mécanismes d’autogestion ainsi partager et échanger des biens est devenue l’option la plus solidaire et économique. Certains de ces mécanismes existaient déjà avant la crise mais c’est à présent qu’ils acquièrent toute leur importance.

Pour que les voyages ne deviennent pas un luxe et dans le but de pouvoir faire des économies dans les déplacements, une pratique habituelle et celle qu’on appelle le covoiturage.

De cette façon, des personnes qui ne se connaissent pas mais qui souhaitent effectuer le même trajet utilisent un unique véhicule pour voyager à un prix raisonnable étant donné que le conducteur et les passagers partagent les frais d’essence.

Dans le même style, le taxi collectif a aussi été lancé, il s’agit de partager le coût de ce service entre le plus grand nombre de passagers possible.

Toujours en rapport avec le voyage, il existe aussi le couch surfing ou échange d’hospitalité pour trouver un hébergement à moindres frais lors d’un séjour à l’étranger...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pharma et Opus Dei : mon Erasmus surprenant à Pampelune - Rue89

Pharma et Opus Dei : mon Erasmus surprenant à Pampelune - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Août 2009 : je foule pour la première fois le sol de Pampelune, capitale de la Navarre, véritable temple pour fans de ferias et de tapas.

Je suis étudiant en pharmacie et je m’apprête à passer un an en Espagne, pour ma troisième année dans la prestigieuse « Universidad de Navarra ».Avant de partir, je cherche des infos sur la fac dans laquelle je vais étudier par l’intermédiaire d’anciens Erasmus. Je découvre notamment que l’Université a été créée par l’organisation catholique de l’Opus Dei.

Fondée en 1928 par le prêtre espagnol Josemaría Escrivá de Balaguer, l’Opus Dei, cette association de laïcs catholiques, branche officielle et reconnue du catholicisme, a été de nombreuses fois victime de controverses. Elle est aujourd’hui célèbre grâce au « Da Vinci Code », livre dans lequel elle est pratiquement caricaturée.

En 1952, De Balaguer fonde sa propre Université à Pampelune, puis la hisse peu à peu vers le rang le plus haut. C’est à présent la référence absolue de tout étudiant, « Le Harvard espagnol ».

 

En entrant sur le campus, la première chose qui me frappe est sa taille et son infinie propreté. Les espaces verts sont gigantesques et taillés à la perfection, et les panneaux de bienvenue à l’entrée du campus traduits en huit langues.

En passant la porte du bâtiment pharmacie, légèrement excentré par rapport aux autres, j’ai affaire à un gardien pour pouvoir passer les portiques de sécurité. Les bâtiments sont somptueux et l’équipement informatique dernier cri est présent presque partout.

Plus tard, en validant mon inscription dont les frais me sont offerts par mon statut d’Erasmus, une grille de tarifs était là sous mes yeux, je comprends alors la raison de tout ce luxe. Dix mille euros en moyenne pour une année, et des tarifs allant jusqu’à 20 000 euros le semestre pour certains étrangers.

Au fil de mon année, je ne note au final pas grandes différences entre la façon d’enseigner des professeurs « Opusien », et celle des français. Ce sont même d’excellents profs, talentueux et disponibles, tout ce que l’on peut attendre d’une faculté privée en somme....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Halte à la délinquance forcée des mineurs roumains et bulgares - Rue89

Halte à la délinquance forcée des mineurs roumains et bulgares - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

 Première précaution évidente : ne pas confondre, même s’ils sont de même  origine ethnique lointaine et se rejoignent quelquefois, les 15 000 à 20 000 immigrés roumains et bulgares récents avec les 400 000 « gens du voyage », citoyens français à 95%.

 

Ces 15 000 à 20 000 personnes constituent une infime minorité des 2,5 millions de Roms que compte la Roumanie et des 700 000 à 800 000 bulgares. On en compte quelques centaines de milliers d’autres en Hongrie, Serbie, Slovaquie, et même République tchèque.

Ces Roms, profitant de la libre circulation, émigrent vers l’Europe de l’Ouest, principalement l’Espagne, l’Italie, la Suède et la Suisse. La France n’est pas leur destination première. Ils fuient leurs pays parce qu’ils ressentent très durement la crise économique, mais surtout parce qu’ils y sont victimes d’un rejet raciste traditionnel : sept roumains sur dix ne veulent pas qu’un Rom entre dans leur famille.

 

Dans cette Europe de l’Ouest, sauf liens familiaux préalables, ils n’ont que deux « ressources » : les charités privée et publique, et le vol. Ce dernier mode de survie finit par pourrir la vie de dizaines de milliers de personnes, soit par l’argent perdu, quand elles sont elles-mêmes à l’euro près, soit par les démarches qu’impliquent le renouvellement des documents, soit, tout simplement, par la peur qu’installent ces atteintes aux biens.

 

Ces Roms profitent de nos lois, notamment relatives à la justice des mineurs. Ils font donc « opérer » leurs enfants, qui n’encourent ni le même traitement, ni les mêmes peines que les adultes. De là découlent, sans doute, les deux arguments les plus forts pour mettre un terme d’urgence à cette immigration de pure délinquance.

Premier argument : quel sera l’avenir d’adolescentes de 13-16 ans auxquelles on apprend à voler, éventuellement se prostituer, imaginant, pour elles, chaque jour, de nouvelles combinaisons délinquantes ? Quelle chance ont-elles de « se récupérer » dans la vie ?...

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89

Pacte budgétaire : Hollande face au risque européen en six questions - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En deux jours vont se jouer les années à venir.

C’est l’événement le plus décisif depuis l’élection présidentielle française.Derrière les décisions technos du sommet européen de jeudi et vendredi prochains se cachent les futurs choix d’investissements du gouvernement français, la possibilité de financer – ou non – de nouveaux réseaux électriques, numériques, de transport, de distribution d’eau en Europe, ou encore le fonctionnement des banques sur le continent.

Voir le document

(Fichier PDF)

Bref, si François Hollande termine la réunion la hotte vide, il risque de passer un mauvais quinquennat. Pieds et poings liés qu’il sera aux exigences de rigueur, sous l’œil scrutateur – et accusateur – de la Commission européenne.

Complexe, âpre, ennuyeux, le pacte budgétaire européen ? J’ai passé le week-end à essayer de comprendre. Je vous livrons le résultats de mes questionnements.

1

Que prévoit le pacte de stabilité budgétaire ?

2

Que proposait Hollande candidat ?

3

Où sont passés les eurobonds ?

4

Quelle union bancaire peut-on attendre ?

5

Quelles mesurettes Merkel est-elle prête à concéder ?

6

Le pacte peut-il être renégocié ?

 

 

Réponse en cliquant sur cette page.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne : la protestation contre les banques prend des allures de flamenco - Rue89

Espagne : la protestation contre les banques prend des allures de flamenco - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En Espagne, le mouvement de protestation contre le sauvetage à coups de milliards publics de la banque en difficultés Bankia alors que le pays est plongé dans l'austérité, provoque des formes originales d'“occupation”.

Ici, à Séville, le 17 mai, des protestataires se sont livrés à une démonstration de flamenco dans une succursale de Bankia, durant laquelle un chanteur accompagné de danseuses ont mis en scène une chanson intitulée « Bankia, pulmones y branquias ». La classe...

Vidéo de 4'48".

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce hors de l’euro, c’est l’Europe en quenouille - Rue89

La Grèce hors de l’euro, c’est l’Europe en quenouille - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Sortira, sortira pas? L'éventualité, voire la perspective, de la sortie de la Grèce de la zone euro fait, semble-t-il, passer des nuits blanches aux eurocrates bruxellois et aux banquiers de toute l'euroland.D'abord parce que l'accord qui a donné naissance à la zone euro (art.119 à 144 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ) ne prévoit aucun dispositif de retrait pour un pays qui y a été admis (ce fut le cas de la Grèce en 2001). Faudrait-il alors que ce pays quitte carrément l’Union européenne -ce qui est davantage possible sur un plan strictement juridique ? Deuxième motif d’insomnie pour ces eurocrates et ces banquiers, les modalités pratiques d’un retour de la Grèce à son ancienne drachme....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Andalousie, des paysans occupent des terres pour « survivre » - Rue89

En Andalousie, des paysans occupent des terres pour « survivre » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
(De Somonte) L'Espagne sombre dans la crise. Lundi 9 avril encore, le premier ministre, Mariano Rajoy, annonçait de nouvelles coupes budgétaires. Mais tous les Espagnols ne baissent pas les bras. Il y a eu la grève générale du 29 mars.

Et en Andalousie, depuis le 4 mars, des paysans journaliers occupent des terres. Comme il y a un siècle...Il y a dans l’orange, comme un arôme d’enfance, un arrière goût d’avant. Sur la route d’une quinzaine de kilomètres, qui part de Palma del Rio, une ville de la province de Cordoue, pour rejoindre la Finca (la ferme) Somonte, il y a des oranges partout, rondes, girondes, juteuses, bien mûres. Mais au sol, elles pourrissent, sans que personne ne les ramasse.

Pourtant, en Andalousie (communauté autonome au sud de l’Espagne, 8 millions d’habitants), 30% de la population active est au chômage, et survit de bouts de rien, depuis le début de la crise, en 2008. A cause de l’économie de marché, c’est plus cher de les ramasser que de les laisser, apprend-on dans le journal local (El dia de Cordoba) du 1er avril, qui rappelle aussi qu’un huitième des orangers de la région a brûlé, à cause du froid cet hiver.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ? - Rue89

Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ?  - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Quimper, Toulouse, Ajaccio, Bayonne... une dizaine de villes françaises sont investies ce samedi par des associations de défense des langues régionales et autochtones de France.

 

Objectif de cette mobilisation nationale : réclamer la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires auprès des candidats à la présidentielle.En 1999, la France signe cette charte, rédigée par le Conseil de l’Europe – un organe non-communautaire – mais ne la ratifie pas car le Conseil constitutionnel la juge incompatible avec l’article 2 de la Constitution qui stipule que « la langue de la République est le français ».

En 2008, une réforme constitutionnelle établit, à l’article 75-1, l’appartenance des langues régionales « au patrimoine de la France ».

La Charte, dont les défenseurs des langues régionales n’ont eu de cesse de réclamer la ratification, prévoit, entre autres dispositions, que l’on puisse comparaître en justice ou signer un contrat de travail dans une langue régionale. Mais sa ratification remettrait en cause l’utilisation du français comme langue officielle du droit et des documents administratifs, qui a été mis en place via l’ordonnance Villers-Cotterêt (1539)....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Suicides, mafia, fuite des diplômés : la crise fait flipper l'Italie - Rue89

Suicides, mafia, fuite des diplômés : la crise fait flipper l'Italie - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Italiens ont peur de l'avenir. Le cinquième rapport sur la sécurité, réalisé par Demos & Pi et l'observatoire de Pavie pour la fondation Unipolis vient même de chiffrer ce sentiment :trois Italiens sur quatre voient le futur en noir ;sept sur dix craignent l'insécurité économique, devenue leur première préoccupation....

 

Pas étonnant avec 31% de chômage chez les jeunes, des licenciements dans les entreprises et une précarité enracinée chez les travailleurs indépendants.

Vendredi, une marche commémorative était organisée dans trois grandes villes d'Italie en hommage aux 2 000 petits entrepreneurs qui ont mis fin à leurs jours depuis 2008....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Habermas : « L’Allemagne tient dans ses mains la clé du destin européen » - Rue89

Habermas : « L’Allemagne tient dans ses mains la clé du destin européen » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le grand philosophe allemand Jürgen Habermas, 83 ans, commente assez rarement l'actualité.

 

Vendredi, pourtant, il a donné une conférence à l’université de Louvain, en Belgique, devant 1 000 personnes, pour mettre en garde son propre pays : la démocratie libérale en Allemagne n’est pas un acquis, le rôle dominant qu’elle a pris dans le pilotage de la crise de la dette pourrait, si elle n’y prenait garde, tourner au désastre.

Selon lui, les dirigeants européens sont piégés dans un dilemme :

ils veulent d’un côté préserver l’euro, et la seule façon d’y parvenir est de le faire de façon technocratique, discrète, sans y mêler le peuple devenu eurosceptique ;

 

ils doivent de l’autre côté avancer pour aboutir à une meilleure intégration politique, seule façon pour que la zone euro fonctionne correctement. Les déséquilibres persisteront tant que les pays prendront des décisions politiques avec pour seul critère l’intérêt national.

Habermas plante alors sa première banderille sur le gouvernement de son pays qui, « malgré quelques concessions, a collé à ce dogme avec constance ».

 

Selon le philosophe, la dynamique technocratique a pour résultat d’exposer l’Europe aux vents du marché. L’Europe a besoin d’une ancre, que seule la démocratie, l’expression d’une « société civile irritable et excitable », peut apporter.

Le philosophe prône la création d’une démocratie supranationale. Pour commencer, il faut, dit-il transformer l’union monétaire en union politique, cœur de l’Europe, seule façon d’éviter de tomber dans le piège de la technocratie.

Selon Habermas, le gouvernement allemand « tient dans ses mains la clé du destin de l’Union européenne » :

« S’il y a un gouvernement, parmi les Etats-membres, capable de prendre l’initiative de réviser les traités [dans le sens d’une union politique, ndlr], c’est bien le gouvernement allemand. Bien sûr, les autres gouvernements ne pourraient demander assistance sur la base de la solidarité que s’ils sont eux-même prêts à transférer une part de leur souveraineté au niveau européen [...]. La principale question, c’est donc de s’assurer non seulement que l’Allemagne est en position de prendre l’initiative, mais aussi qu’elle a intérêt à le faire. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Finlande : Umayya, l’immigrée qui tend un miroir au racisme - Rue89

Finlande : Umayya, l’immigrée qui tend un miroir au racisme - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Umayya Abu-Hanna, immigrée d’origine palestinienne, a vécu trente ans en Finlande. Ne supportant plus les vexations racistes, elle s’est installée avec sa fille âgée de 3 ans à Amsterdam.

 

Umayya Abu-Hanna, 51 ans, a l’habitude de secouer la société finlandaise. En 1995, elle est devenue la première personne issue de l’immigration à présenter une émission télévisée en Finlande. Elle s’est ensuite engagée en politique, aux côtés des Verts. Elue au conseil municipal d’Helsinki, elle a également été candidate à des élections législatives et européennes.

Bien intégrée dans la vie politique et médiatique finlandaise, elle a pourtant décidé, en 2010, de quitter son pays d’accueil pour s’installer à Amsterdam.

Dans une chronique publiée dimanche dernier dans le quotidien de référence finlandais Helsingin Sanomat, elle explique les raisons de ce départ. Mère adoptive d’une fillette à la peau noire, elle assure qu’elle ne pouvait plus supporter la xénophobie des Finlandais.

 

Elle raconte son expérience :

« En Finlande, on m’a toujours crié dessus. Pendant trente ans, j’ai eu droit à tout : “bougnoule”, “terroriste”, “Ali Baba”, “musulmane”... Et pourtant, je ne savais pas encore que la peau noire pouvait attirer autant de haine.

Ma fille adoptive est une Zoulou, née à Johannesburg, en Afrique du Sud. Une fois, alors qu’elle était âgée d’1 an et que nous attendions tranquillement le métro à Helsinki, une grand-mère de 80 ans s’est postée en face d’elle et s’est mise à lui crier : “ Sale nègre !”

Elle a regardé autour d’elle, agitant ses bras pour montrer aux autres ce qu’elle avait trouvé : “ Regardez, une putain de nègre ” !

La grand-mère n’était ni folle, ni saoule, juste un être humain normal.

Environ trois fois par mois, un Finlandais ordinaire s’en prenait à ma fille, en ma présence. Des ados par exemple, lui répétaient : “ Nègre, nègre !”

Une autre fois, lorsque ma fille était âgée de 2 ans, nous nous trouvions dans un vol Finnair en direction de Paris. Un couple d’une quarantaine d’années s’est approché de ma fille, qui se tenait devant un emplacement pour des valises. J’ai souri, car je pensais qu’ils allaient dire quelque chose de mignon. L’homme a approché son visage de celui de ma fille et a grogné : “ Sale nègre, vire tes mains des valises !”

Devant la répétition de telles scènes, je ne savais pas comment faire comprendre à ma fille qu’elle était quelqu’un d’important, quelqu’un de valeur. Nous avons donc déménagé à Amsterdam. »

...

 

Pour Anna Rastas :

« Personne ne veut être raciste. Les Finlandais se voient comme des gens innocents, qui veulent seulement protéger une certaine image de leur pays. »

Une image paisible, à l’écart du monde, qu’ils craignent d’écorner en permettant l’émergence d’une société multiculturelle.

En octobre dernier, trois militants de gauche ont publié un livre, intitulé « L’Extrême droite finlandaise ». D’après eux, les opinions racistes reçoivent de plus en plus de place dans les médias finlandais. Ils se saisissent de l’exemple du mouvement nationaliste Suomen Sisu, qui dénonce le multiculturalisme et milite pour un traitement « séparé mais égal » des races.

Dans le livre, le créateur de cette organisation se félicite d’être entendu dans les médias, et d’avoir réussi à ériger l’immigration comme un sujet de débat public.

Dan Koivulaakso, l’un des auteurs de l’enquête, s’en inquiète :

« Je ne crains pas les opinions racistes. Ce qui m’inquiète, c’est comment elles sont reçues. Ces opinions pourraient cesser d’appartenir à une frange limitée de la population, et devenir populaires. »

Dans sa chronique, Umayya Abu-Hanna insiste sur le fait qu’en Finlande, égalité signifie similarité. Que d’après certains Finlandais, il faut se ressembler pour perpétuer l’unité du pays....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne : « Divorcez maintenant et vous économiserez 300 euros » - Rue89

Espagne : « Divorcez maintenant et vous économiserez 300 euros » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A Madrid, l'avocate Rosa García Carreres a les intérêts de ses clients à cœur.
A ceux d’entre eux qui songeraient divorcer, elle donne ce conseil :

« [Accélérez la procédure] si vous voulez économiser les 300 euros de taxe minimum que vous coûtera le retour au célibat à partir de maintenant. »


En Espagne, l’accès à la justice devient « payant » pour certaines procédures. Le 22 novembre, sous l’impulsion du ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardon, le Sénat a voté une loi qui augmente les tarifs des « taxes judiciaires » et les applique aux simples citoyens (voir encadré).

Une procédure de divorce rapide, à l’amiable, coûte ainsi 150 euros. Et un recours en cassation peut se chiffrer à 1 200 euros.

Mais le système de collecte « n’est pas encore prêt » : les taxes ne peuvent donc pas être payées. Et en attendant, la précédente loi ne s’applique plus, la nouvelle étant déjà publiée au Boletín Oficial del Estado [PDF], l’équivalent du Journal officiel. Une petite bourde administrative, qui devrait être réparée la semaine prochaine.

Résultat : depuis trois semaines, l’accès à la justice est gratuit pour tout le monde. L’avocate madrilène presse donc ses clients de profiter de ce vide juridique inattendu. « Allez directement à la case “ soltero ” et ne payez pas de taxe », en somme.

Entre 800 et 1 000 procédures de divorce sont déposées chaque jour au bureau d’enregistrement et de répartition des affaires civiles de Madrid, écrit El País.

« Après l’adoption d’une loi qui rendra l’accès à la justice plus cher que jamais, celui-ci n’a jamais été aussi bon marché. »
...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Crise : l’Espagne m’apprend comment « sortir de ma zone de confort » - Rue89

Crise : l’Espagne m’apprend comment « sortir de ma zone de confort » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Diplômée, polyglotte, Sarah a travaillé huit mois dans un "call center" de Barcelone, en plein boom, qui se sert des nouvelles lois pour payer moins ou virer son personnel.

 

Barcelone comptait début 2011 environ 35 000 Français inscrits au consulat sur un total estimé à 60 000. Aux curieux qui cherchent encore la raison de cette transhumance, la réponse est assez simple : climat, plage, vie culturelle, bière à un euro, crevettes à l’ail et une vie nocturne parmi les plus trépidantes et riches d’Europe.

L’attractivité de la ville de Gaudi reposait également, jusqu’à peu, sur une économie florissante. Mais l’effondrement du secteur de la construction, les vagues de crises successives (financière, boursière, économique et plus récemment bancaire avec la faillite de Dexia) ont eu raison du miracle espagnol.

Les perspectives professionnelles qu’offre désormais Barcelone à ses expatriés se sont considérablement obscurcies. Mais comme souvent, le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Les uns (j’étais de ceux-là) sont la multitude des jeunes ayant eu recours à une délocalisation volontaire à la recherche du soleil.

Les autres, ce sont ComputaCenter, mais aussi Avis, Sellbytel, Colt… les « call center », entreprises ayant eu recours à l’externalisation stratégique vers Barcelone dans le but de « capturer » une main-d’œuvre diplômée et polyglotte....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Espagne, « si on renonce aux bars et à la rue, on est morts » - Rue89

En Espagne, « si on renonce aux bars et à la rue, on est morts » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
(De Madrid) «¡ Tres cañas y una de bravas !» Docamar, l’un des bars les plus connus du quartier madrilène de Ventas, ne désemplit pas. Ouvert en 1963, il est réputé pour ses "patatas bravas" (patates à la sauce piquante) et ses tortillas.

Ses tarifs ont toujours été bon marché, avant la crise comme de nos jours. Le patron en entend parler, de cette crise, mais ne la sent pas.Quelques mètres plus loin, ce n’est pas la même histoire pour Nurielle, une chaîne de cafés chics : ils ont ouvert il y a quelques mois un joli établissement dans la rue Alcalá. L’affaire paraissait tourner : petit-dej’ à 2 euros, pizzas, coin enfants.. mais ils ont dû fermer plusieurs établissements.

Dans un pays où l’on aime vivre la rue, « irse de cañas » (aller boire des coups), cela structure la vie sociale, dès l’adolescence. On sort toutes les fins de semaines en bande. Même si les jeunes ont remplacé ce rituel par le « botellon » (boire dans la rue de l’alcool acheté dans les boutiques), le bar reste sacré. Il est aussi le meilleur thermomètre de la situation économique : s’il ferme, c’est que les choses ne vont pas bien du tout.

Ces trois dernières années, le secteur de l’hôtellerie a perdu plus de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Cinq mille restaurants et bars ont fermé en 2009, selon Nielsen, et à peu près 220 000 établissements ont disparu depuis 1997. Même des adresses renommées ont mis la clef sous la porte, comme le restaurant La Broche (une étoile Michelin) ou le Club 31, juste à coté de la Puerta de Alcalá et qui avait ouvert ses portes en 1959.

Le chiffre d’affaires de la restauration et des bars a chuté à nouveau en mai dernier : moins 5,6% selon l’Institut national des statistiques (INE). Malgré ces chiffres, le nombre de bars par habitant continue d’être élevé : un pour 231.

Sergio, patron de la chaîne de bars Copas Rotas :

« Si tu vas à Alicante, tu trouveras les gens dans les rues, en dehors des bars en train de boire, mais il ne faut pas se tromper, la consommation est descendue : avant, ils prenaient trois, quatre bières. Maintenant, une. Ou bien ils partagent les consommations. »

La rue résiste. Partout les prix chutent, les « verre + tapas » à 2 euros fleurissent, les restaurants offrent le café et le vin. « Ils ont une formule midi à 10,90 euros, avant c’était presque le double. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Cinq idées folles (mais pas toutes idiotes) pour sauver l’euro - Rue89

Cinq idées folles (mais pas toutes idiotes) pour sauver l’euro - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Hollande et Merkel se sont retrouvés jeudi au chevet de la zone euro. Afin de les aider à réfléchir, Rue89 a dégoté cinq idées iconoclastes permettant d'éviter l'iceberg.

 

François Hollande et Angela Merkel se sont retrouvés jeudi soir au chevet de la zone euro, toujours malade de ses dettes publiques. L’été a été étonnamment calme sur les marchés financiers et pourtant, l’Europe est loin d’être tirée d’affaire.

Plusieurs pays n’arrivent toujours pas à se financer normalement. Les solutions proposées pour stabiliser le navire sont soit très risquées (jeter à l’eau le matelot grec) soit très complexes et longues à mettre en place (une plus grande intégration politique, un plus grand contrôle bancaire, de nouveaux instruments financiers, un changement du rôle de la banque centrale, etc.).

Quelques experts ont avancé des solutions plus folles, mais aussi plus simples et plus radicales. Mais ils prêchent jusque-là dans le désert. En voici cinq exemples.

 

1°Fusionner toutes les dettes et les restructurer

Paul Jorion n’est pas économiste de formation – il est anthropologue – mais il l’est devenu par passion. Il est l’un des rares à avoir prévu la crise des subprimes avant 2008....

 

2°Ecrêter TOUTES les dettes publiques

Nicolas Dufourq est directeur financier de Cap Gemini. Sur Rue89, il a avancé une proposition originale : écrêter TOUTES les dettes publiques européennes, y compris l’allemande, de 20%....

L’idée d’un écrêtement général a également germé outre-Rhin, sous une plume très différente, celle d’une député du parti de gauche (Die Linke), Sahra Wagenknecht.

Tous les pays verraient leur dette amputée et ramenée à 60% du PIB (actuellement, celle de l’Allemagne est de 81,2% du PIB, celle de la France de 100%)....

 

3°Une grosse taxe « one shot » sur le patrimoine

En 2010, l’ancien Premier ministre de gauche Giuliano Amato a proposé une idée simple : réduire la dette italienne de 120% à 80% du PIB italien en ponctionnant, en une seule fois, le patrimoine du tiers des Italiens les plus riches.....

 

4° Séparer la bonne dette (bleue) de la mauvaise (rouge)

Dans les Echos, le même Jacques Delpla a proposé de séparer, pour les émissions futures, les dettes en deux parties.

« Une partie senior (bleue), dont la qualité serait identique aux obligations fédérales allemandes (le Bund) et qui irait au maximum jusqu’à 60% du PIB : elle serait toujours remboursée avant les autres dettes publiques et serait implicitement notée AAAA....

 

5° Faire sortir l’Allemagne de l’Euro

C’est une idée imaginée par John Prout, ancien responsable de la salle des marchés du Crédit commercial de France.

Elle a été reprise sur son blog par l’Américain Clyde Prestowitz, président de l’Economic Strategy Institute. Le problème de l’euro, disent-ils, n’est pas la faiblesse de la périphérie, c’est la force excessive de l’Allemagne.

Selon eux, du point de vue de l’économie allemande, l’euro est sous-évalué (d’où les énormes excédents de ce ce pays, mais il est surévalué pour tous les autres pays :

« Du fait de l’énorme compétitivité internationale de l’Allemagne et de la taille prééminente de son économie, l’euro est bien plus fort qu’il ne le serait dans une eurozone sans Allemagne. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les réformes socialistes sous l’œil de Bruxelles - Rue89

Les réformes socialistes sous l’œil de Bruxelles - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le sommet européen se termine, prochain rendez-vous en octobre.

 

François Hollande respire, espérant que le mini Pacte de croissance suffira à faire oublier le strict renforcement de la discipline budgétaire qui se poursuit, inexorablement.Le gouvernement espère sans nul doute convaincre sa majorité que les maigres contreparties obtenues face à l’Allemagne sont suffisantes pour ratifier le Pacte budgétaire et sa fameuse règle d’or.

Suffisantes aussi pour détourner l’attention des électeurs qui pourraient se tourner vers un règlement européen qui se trouve déjà dans les tuyaux et qui prévoit de contraindre le gouvernement français dans l’élaboration même de son budget.

Le nouveau texte doit entrer en vigueur à la rentrée.

Que va-t-il advenir des réformes socialistes ? La réforme des retraites, la suppression de la TVA sociale, l’augmentation des cotisations et la (re)fiscalisation des heures supplémentaires vont-elles vraiment pouvoir être mises en œuvre ?

 

La nouvelle majorité parlementaire française est déjà dans le viseur de la Commission européenne. Le 30 mai dernier, elle publiait ses nouvelles recommandations et mettait sérieusement en garde le gouvernement Ayrault.

Elle lui demandait d’assurer avant tout la viabilité du système de retraite, de limiter les évolutions du salaire minimum, de lutter contre la segmentation du marché de l’emploi, ou encore de déplacer la pression fiscale du travail vers d’autres formes de fiscalité.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Malgré la poussée à gauche, une majorité pro-austérité en Grèce - Rue89

Malgré la poussée à gauche, une majorité pro-austérité en Grèce - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les électeurs grecs ont finalement choisi dimanche le statu quo, c'est-à-dire le maintien dans la zone euro sans remise en question radicale du plan d'austérité.

 

C’est le verdict de ce deuxième scrutin qui sera assurément accueilli avec soulagement à Berlin, Bruxelles, et même, secrètement, par François Hollande peu désireux d’une tempête immédiate sur la zone euro.

Le vainqueur est Nouvelle Démocratie, le parti traditionnel de la droite grecque dirigé par Antonis Samaras, qui frôle les 30% des voix et disposera de 128 sièges dans l’assemblée qui en compte 300. Il ne dispose donc pas de la majorité absolue, et s’est prononcé dès dimanche soir pour une coalition avec le Pasok, le parti socialiste grec, arrivé troisième avec 12,2% et qui remporte 23 sièges.

Syriza, le parti de la gauche radicale, qui conteste vigoureusement le plan d’austérité imposé à la Grèce par la Troïka (Union européenne, Banque centrale européenne, FMI), tout en assurant qu’il souhaite que la Grèce reste membre de la zone euro, est arrivé second, avec 27,12% des voix et aura 72 sièges...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« L’Auberge espagnole » s’est pris dix ans et la crise dans la vue - Rue89

« L’Auberge espagnole » s’est pris dix ans et la crise dans la vue - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A Barcelone, la colocation de six jeunes de plusieurs nationalités, qui étudient et/ou travaillent, n'a plus grand-chose à voir avec le joyeux bordel du film de Klapisch.

 

Nous sommes revenus à Barcelone. Nous avons rencontré six jeunes gens qui pratiquent la colocation carrer de la Diputació. Chary et Daniel (Espagnols), Mikel (Basque), Camille (Suissesse), Ed (Anglais) et Daniela (Italo-Colombienne).

Ils ont entre 24 et 29 ans et font des études de cinéma, sauf Mikel. Lui est mécanicien de Formule 1. Ça fait toujours son petit effet. Nous ne l’avons pas vu puisqu’il était à Monaco pour le Grand Prix (calmez vos ardeurs, la place est déjà prise par Camille la Suissesse).

L’appartement est situé dans le quartier de l’Eixample, à quinze minutes à pied de la Sagrada Familia. Larges avenues et immeubles austères à chaque pâté de maisons. Un immense copier-coller urbain. Welcome....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Islande, laboratoire subversif pour l’Europe en crise - Rue89

L’Islande, laboratoire subversif pour l’Europe en crise - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Qui sait ce qui se passe vraiment en Islande ? Sinon que la population y a vaguement envoyé bouler ses créanciers par référendum. Et qu’un de ses volcans est venu faire tousser nos aéroplanes. A part ça, rien ou pas grand-chose.

Chape de plomb des médias microcosmiques sur ce genre de cousin honteux dont les familles rangées préfèrent en général taire l’existence.D’infos parcellaires en révélations inédites, on peut pourtant commencer à se faire une idée de ce qui se passe dans ce petit pays nordique célèbre pour ses sources chaudes et son audace sociale : trouvez donc un autre pays où la Première ministre est officiellement mariée à une autre femme.

 

Un petit qui n’a pas eu peur des grands.

 

Revenons à ce qui nous intéresse : la fameuse crise financière de 2008 qui faillit couler l’île et de la façon dont celle-ci échappa brillamment au naufrage en plusieurs étapes qui méritent de rester dans les annales des hauts faits démocratiques :

gouvernement contraint à le démission par pression populaire ;nationalisation des banques du pays ;gel de la dette après référendum renvoyant les créanciers assoiffés à leurs chères cassettes ;assemblée constituante de 25 citoyens lambda élus par leurs pairs pour réécrire une nouvelle constitution ;l’ex-Premier ministre jugé pour sa gestion de crise et mise en détention de plusieurs banquiers jugés responsables de la banqueroute (du moins ceux qui n’ont pas réussi à s’enfuir du pays) ;et au bout du compte, une situation économique et financière rétablie en cinq ans !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Europe, la vague Mélenchon intrigue et séduit - Rue89

En Europe, la vague Mélenchon intrigue et séduit - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De la Grèce à la Belgique, l'engouement pour le candidat du Front de Gauche surprend les observateurs et revigore syndicalistes et militants de gauche.

 

La manifestation place de la Bastille a fait office de déclencheur médiatique, la percée dans les sondages l’a confirmée : la vogue Mélenchon intrigue et inspire les observateurs étrangers.

Les correspondants de la presse étrangère n’ont pas tous vu venir cette percée. Depuis, ils se rattrapent, et multiplient les papiers sur le troisième homme de la campagne, surnommé « le pitbull qui aimait la poésie » ou encore « l’homme à la cravatte rouge ».

 

Suisse. Jean-Noël Cuénod, correspondant du journal La Tribune de Genève à Paris, qui l’a décrit comme l’héritier du révolutionnaire Gracchus Babeuf, ne cache pas son plaisir : « Ça nous change de l’épicerie Le Pen à la troisième place ! », tonitrue-t-il. Et c’est avec une certaine fierté qu’il déclare avoir repéré Jean-Luc Mélenchon « il y a deux ans déjà » :

« A mes yeux, c’est une sorte de retour à la normale, à une certaine France traditionnelle, autoritaire, partageuse et égalitaire ! Il faut dire qu’elle est vraiment nulle cette campagne, ça fait du bien de voir un garçon talentueux.

 

Et lui au moins, il sait parler français ! »

 

A voir avec ce lien le point de vue en Suède, Belgique, Grande Bretagne, Italie et Grèce...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La gauche européenne soutient Hollande face au traité « Merkozy » - Rue89

La gauche européenne soutient Hollande face au traité « Merkozy » - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
François Hollande a réussi, ce samedi, à montrer qu'il n'était pas isolé sur la scène européenne, réaffirmant avec force, et avec le soutien de la gauche européenne, sa demande de renégociation du traité budgétaire signé par Nicolas Sarkozy.Le candidat socialiste en fait même un des axes-clé de sa campagne, en déclarant que son élection vaudrait « mandat du peuple français » pour exiger une renégociation des partenaires de la France qui sont officiellement opposés à sa demande.

« Le peuple français en aura souverainement décidé. »

Sinon, dit-il, « il n'y aura pas ratification » du traité budgétaire par la nouvelle Assemblée nationale élue en juin. « Le traité est signé et pas ratifié, il y a donc un espace de négociation », a-t-il dit....

 

our appuyer sa demande, rien de mieux qu'un show européen. Alors que la participation d'Angela Merkel aux meetings de Nicolas Sarkozy n'est plus à l'ordre du jour, le candidat socialiste a reçu le soutien public, sans nuance, du chef du SPD allemand, Sigmar Gabriel, présent ce samedi à Paris avec d'autres dirigeants européens de la gauche socialiste et social-démocrate.....

more...
No comment yet.