Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Finlande, scène de racisme ordinaire à Lieksa

En Finlande, scène de racisme ordinaire à Lieksa | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les migrants somaliens font l’objet d’un rejet massif, attisé par le parti des Vrais Finlandais.

 

Ishaq Gulled fait la visite comme s’il habitait là depuis toujours. A gauche de la rue principale, la compagnie de taxi qui a osé embaucher le premier chauffeur de taxi noir de l’histoire de la ville, à droite, le supermarché, centre névralgique de cette petite commune finlandaise perdue de l’est du pays. Le premier hôpital est à plus de 100 kilomètres d’une route cahoteuse, Helsinki a plus de 500 kilomètres, la frontière russe à moins de 60. Bienvenue à Lieksa, 12 000 habitants, devenue célèbre dans toute la Finlande pour ses migrants somaliens et leur sort peu enviable.

Depuis qu’Ishaq, 26 ans, et environ 300 autres Somaliens sont venus s’installer à Lieksa – entre 2009 et 2012 –, les actes racistes se multiplient. Voitures endommagées ou incendiées, insultes : au moins 15 actes racistes ont encore été identifiés par la police en 2014. « Il y a même des gens qui nous jettent des pierres. Dans le bus, certains changent de place quand on s’assoit à côté d’eux », assure Mohamed Hersi, le représentant de la communauté somalienne....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Les alliances fragiles des partis d'extrême droite européens

Les Inrocks - Les alliances fragiles des partis d'extrême droite européens | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En France, Marine Le Pen refuse l'étiquette d'extrême droite. Mais sur le terrain européen, elle tend la main aux leaders du FPÖ autrichien et du parti pour la liberté hollandais.

Qui la lui serrent du bout des doigts, jugeant le Front national trop sulfureux.

Aujourd’hui marque le début de la libération de ce monstre nommé Bruxelles.”

 

 

Geert Wilders et Marine Le Pen raffolent des bonnes formules. A tel point qu’on se demande si les deux ne s’adonnent pas à un concours d’éloquence, ce mercredi 13 novembre, dans la salle de presse du Parlement de La Haye. A l’élégant leader du Parti pour la liberté (PVV) qui qualifie l’Union européenne “d’Etat nazi”, Marine Le Pen donne le change. “Nous, vieilles nations européennes, obligées de demander la permission à Bruxelles pour toute chose. Il faut retrouver la souveraineté territoriale, la souveraineté monétaire, la souveraineté budgétaire”, martèle-t-elle. Sourires carnassiers, poignée de main : l’alliance Wilders-Le Pen est scellée.



Ce n’est pas la première fois que Marine Le Pen rend visite au dirigeant de l’extrême droite néerlandaise. Un premier déjeuner avait été organisé entre les deux leaders en mai dernier, pour “jeter les bases d’une collaboration à venir”. Leur objectif ? “Rabattre le caquet des élites europhiles lors des élections européennes”, selon la formule de Wilders. Le FN et le PVV espèrent créer un groupe parlementaire rassemblant les partis nationalistes afin de peser dans les débats à Strasbourg et à Bruxelles. Pour ce faire, ils doivent réunir vingt-cinq députés de sept nationalités différentes.

Alors, en bons VRP, le FN et le PVV sillonnent l’Europe depuis des mois. En octobre, Marine Le Pen a rendu visite à Jimmie Aakesson, leader populiste des Démocrates de Suède ; fin septembre, Marion Maréchal-Le Pen s’adressait au Vlaams Belang, la formation xénophobe flamande. L’eurotour extrémiste de Geert Wilders l’a conduit, lui, en Italie et en Scandinavie. A l’heure actuelle, le FN compte sur les extrêmes droites néerlandaise, suédoise, autrichienne et belge. Il espère rallier l’Italie (sinon la Ligue du Nord, au moins la Destra ou Fratelli d’Italia), Malte ou le Danemark.

“Les partis eurosceptiques ont compris qu’il fallait s’allier avec des mouvements politiques compatibles et aller au-delà de l’interdiabolisation”, estime Ludovic de Danne, le conseiller Europe de Marine Le Pen. Le FN est déjà allié au sein de l’Alliance européenne pour la liberté (EAF) à d’autres souverainistes “compatibles” (Vlaams Belang, FPÖ autrichien et Démocrates suédois). Mais hors de question de s’associer aux radicaux ultranationalistes comme le Jobbik hongrois, “un mouvement outrancier et folklorique”, selon de Danne. Paradoxalement, la fille Le Pen préfère poser avec le sulfureux Geert Wilders, jugé puis relaxé pour incitation à la haine raciale en 2011 après avoir comparé le Coran à Mein Kampf....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des courts métrages alertent sur le racisme anti-Roms en Hongrie

Des courts métrages alertent sur le racisme anti-Roms en Hongrie | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Quatre membres présumés d'un commando qui avait tué plusieurs Roms entre 2008 et 2009 sont sont actuellement jugés pour crimes racistes.


C’est une histoire réelle que raconte à l’écran János Kulka, l’un des plus grands acteurs hongrois, dans un petit film de trois minutes : la mort d’un père de famille tsigane, Róbert Csorba, et de son fils Robi, 4 ans, tués par un commando de néonazis hongrois dans la nuit du 22 février 2009. Le film fait partie d’une série de quatre courts métrages en mémoire aux victimes, diffusés depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, les chaînes commerciales et des portails internet grand public, sous le titre La couleur de leur peau était leur seul péché.

 

Ce vendredi 2 août, «journée mondiale de commémoration de l’holocauste des Roms», les quatre films ont été projetés en salle et lors d’une messe célébrée par les jésuites. Une commémoration virtuelle pour des meurtres bien réels : Robert et son fils ne furent pas les seules victimes. Entre 2008 et 2009, le commando a exécuté six Roms et en a blessé 55 autres. Quatre de ses membres présumés, sympathisants d’extrême droite, sont jugés pour crimes racistes ; le verdict devrait être connu mardi. Les assassinats ont été perpétrés dans le style du Ku Klux Klan. Les assaillants ont d’abord lancé des cocktails Molotov dans la maison de Róbert Csorba avant de tirer de sang-froid sur la famille qui s’échappait dans le jardin enneigé. Le petit Robi a reçu 17 balles. Arrivés sur les lieux, «les policiers ont agi de la façon la plus révoltante qui soit : ils ont marché et uriné dans la neige, effaçant les traces de pas des tueurs», dénonce János Kulka.

A l’époque, la journaliste hongroise Szilvia Varro, primée pour son travail sur l’extrême droite, couvrait ces meurtres en série. «A chacun d’entre eux, je constatais le manque de réaction de la société hongroise, même après la mort du petit Robi», raconte la volubile trentenaire, elle-même d’origine rom. Elle a alors abandonné le reportage pour créer l’agence de communication XKK, qui a produit les films. «Près de 500 000 internautes les ont déjà vus. Grâce à la présence de comédiens connus, on a réussi à toucher le grand public. ...



more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

SUÈDE • 24 heures dans la peau d’un autre

SUÈDE • 24 heures dans la peau d’un autre | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour dénoncer le racisme au quotidien, l’écrivain suédois Jonas Hassen Khemiri envoie une lettre ouverte à la ministre de la Justice.

 

Chère Beatrice Ask,Nous sommes différents à plus d’un titre. Vous êtes née au milieu des années 1950, je suis né à la fin des années 1970. Vous êtes une femme, je suis un homme. Vous êtes politicienne, je suis écrivain. Mais nous avons quelques points communs. Nous avons tous les deux étudié l’économie internationale (sans passer l’examen de fin d’études). Nous sommes à peu près coiffés de la même manière (même si nos cheveux ne sont pas de la même couleur). Et nous sommes tous les deux citoyens à part entière de ce pays, nés à l’intérieur de ses frontières et unis par sa langue, son histoire et ses infrastructures. Vous et moi sommes égaux devant la loi.

C’est pourquoi j’ai été surpris de votre réponse, jeudi dernier, à quelqu’un qui s’inquiétait de savoir si, en votre qualité de ministre de la Justice, vous vous sentiez préoccupée par les récits de gens (non blonds, bruns, mats de peau) qui racontent les contrôles au faciès que leur inflige la police dans la rue. Vous avez répondu :

“Le sentiment engendré par ce type de contrôles peut vraiment dépendre de la personne. Les personnes préalablement condamnées ont parfois l’impression d’être mises en cause en permanence, alors que vos antécédents judiciaires ne sont pas écrits sur votre figure […]. Pour déterminer si la police agit dans le respect des lois et des règles, il est nécessaire de voir les choses selon une perspective globale.”

“Les personnes préalablement condamnées” : le choix des termes est intéressant. Car c’est précisément ce que nous sommes. Nous tous qui sommes coupables jusqu’à preuve du contraire.

Je vous écris pour vous exprimer un simple souhait, Beatrice Ask. Je souhaite que nous troquions nos peaux et nos parcours. Allez. Chiche !

Pendant vingt-quatre heures, nous emprunterons l’enveloppe corporelle de l’autre. Je me glisserai dans la vôtre pour savoir ce que c’est d’être une femme dans un milieu politique patriarcal. Vous emprunterez la mienne pour comprendre que, lorsque vous sortez dans la rue, que vous prenez le métro, que vous allez au centre commercial et que vous voyez là des policiers qui ont la loi de leur côté, qui ont le droit de venir vers vous et de vous demander de prouver votre innocence, cela réveille des souvenirs. D’autres abus, d’autres uniformes, d’autres regards...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Berlin renonce à interdire un parti néonazi

Berlin renonce à interdire un parti néonazi | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le gouvernement allemand a décidé mercredi de ne pas lancer une procédure d'interdiction du parti néonazi NPD, jugeant une telle opération peu efficace pour lutter contre l'extrême droite.

 

Le gouvernement soutiendra en revanche l'initiative du Bundesrat, chambre haute du Parlement allemand, représentant les Etats régionaux (Länder), qui avait décidé le 14 décembre dernier de saisir la Cour constitutionnelle pour faire interdire ce parti ouvertement raciste, antisémite et nostalgique du IIIe Reich. La chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, doit encore décider en avril si oui ou non elle lance, elle aussi, une demande d'interdiction.


Certains soulignent qu'il est plus facile de contrôler les extrémistes de droite s'ils sont réunis dans une structure légale et non bannis et dans l'ombre. Le ministre allemand de l'intérieur, Hans-Peter Friedrich, a également insisté pour que "l'Etat et la société combattent l'extrême droite", lors de la conférence de presse commune avec sa collègue de la justice.

Une précédente procédure d'interdiction du NPD avait échoué en 2003 à cause d'un vice de procédure. Cet échec avait tourné au camouflet politique pour le gouvernement d'alors.

 

Fondé en 1964 par d'anciens fonctionnaires nazis, le parti dispose d'élus dans les Länder de Saxe (depuis 2004) et de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale (depuis 2006). Dans certaines communes proches de la frontière polonaise, il est monté jusqu'à 33 % lors du dernier scrutin régional.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les néofascistes du NPD dans le viseur de Berlin

Les néofascistes du NPD dans le viseur de Berlin | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'Allemagne va lancer une procédure d'interdiction du parti d'extrême droite devant la Cour constitutionnelle.

 

L'Allemagne s'apprête à lancer une procédure d'interdiction du parti néonazi NPD. Les patrons des Länder allemands ont décidé jeudi à l'unanimité de suivre l'avis des ministres régionaux de l'Intérieur et d'engager une procédure devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe. Cependant, l'échec d'une précédente tentative et la peur de donner au parti des crânes rasés un coup de projecteur avant les législatives continuent d'attiser les réticences, notamment au sein du gouvernement fédéral.

Après la décision des ministres-présidents, le Bundesrat (la Chambre haute du Parlement, où siègent les représentants des États régionaux) pourrait lancer la procédure dès le 14 décembre. «Nous pouvons établir avec des preuves très complètes et accessibles au public que le NPD est un parti hostile à la loi fondamentale», affirme le ministre de l'Intérieur du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Lorenz Caffier (CDU). «Les chances de pouvoir faire interdire ce parti sont très claires, ajoute son collègue de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger (SPD). Le moment est arrivé pour la démocratie et les organes de protection de la Constitution de se prononcer.»

L'idée d'interdire le NPD a ressurgi après la découverte en 2011 de l' organisation criminelle d'extrême droite Clandestinité national-socialiste (NSU). Ses membres, proches du NPD, sont accusés d'avoir assassiné pour des raisons xénophobes dix personnes, la plupart d'origine turque, entre 2000 et 2006...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les nazis du XXIe siècle

Les nazis du XXIe siècle | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que Londres accueille les Jeux paralympiques, à Athènes le parti d'extrême-droite Aube Dorée se répand en incitations à la haine contre les personnes handicapées et les homosexuels, après s'en être pris aux immigrés et aux minorités ethniques.

Le gouvernement grec et l'Union européenne ferment les yeux sur ce phénomène qui n'est pas sans rappeler la montée du nazisme en Allemagne.  Par Laurie Penny, de the Independent.

 

"Vous êtes les prochains, après les immigrés". Voilà ce qu'on pouvait lire sur une série de tracts apparus cette semaine dans les clubs du quartier gay d'Athènes. Alors que les violences contre les immigrés et les minorités ethniques ne cessent d'augmenter dans tout le pays, les militants du parti Aube Dorée appellent aujourd'hui à s'en prendre aux homosexuels et aux personnes handicapées.

Ces nouveaux fascistes défilent en chemises noires avec leurs fusées éclairantes dans les rues d'Athènes, ils terrorisent les minorités ethniques et sexuelles, brandissent un emblème qui n'est rien d'autre qu'une swastika déroulée, et n'ont que mépris pour les institutions politiques. Et pourtant, dans toute l'Europe, ils ne sont toujours considérés que comme un symptôme de la crise économique grecque.

Il fut un temps où les voyous d'extrême-droite ne s'en prenaient aux immigrés que pendant la nuit. Aujourd'hui, ils opèrent au grand jour, sans crainte des conséquences tant elles sont rares. Le nombre et la gravité des attaques a augmenté ces dernières semaines et si les migrants déposent plainte auprès de la police, ils risquent de se faire arrêter.

Non seulement la criminalité contre les immigrés n'est pas considérée comme une priorité, mais en plus bon nombre des militants du parti Aube Dorée sont issus des rangs de la police. Des sondages effectués à la sortie des bureaux de vote en mai 2012 ont montré que dans certaines circonscriptions urbaines, près de la moitié des policiers grecs avaient voté pour le parti raciste qui possède désormais 7% des sièges au Parlement....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Non, les Roms ne sont pas nomades... et autres clichés

Non, les Roms ne sont pas nomades... et autres clichés | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A l'occasion de la réunion interministérielle sur les Roms ce mercredi, revue de quelques idées reçues qui ont la vie dure.

 

Pour deux tiers des Français, les Roms sont «un groupe à part», si l’on en croit un sondage mené cette année par la Commission nationale consultative des droits de l’homme. A part comment ? Revue de quelques clichés qui collent à la peau des Roms.

 

Cliché numéro 1 : ils sont nomades par nature. «Il n’y a pas de Roms ou de Tsiganes nomades. Du tout.» Martin Olivera, anthropologue membre de l’Observatoire européen Urba-rom et formateur en Seine-Saint-Denis auprès de l’association Rues et Cités, est clair : «Il n’y a qu’une petite minorité de groupes qui ont une tradition de mobilité saisonnière, sur de petites distances et toujours à partir d’un point d’attache, lié à leur travail : ferronerie, musique... Mais l’immense majorité d’entre eux est sédentaire.»...

 

Cliché numéro 2 : ils déferlent sur l'Europe

Il résiste mal aux chiffres. Certes, on dénombre entre 10 et 12 millions de Roms en Europe, dont six millions au sein de l’Union européenne. Ces chiffres, retenus par le Conseil européen, regroupent des communautés hétérogènes : «les Roms, les Sintés (Manouches), les Kalés (Gitans) et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms)...

 

Cliché numéro 3 : ils s'entassent dans des bidonvilles

Les Roms n’ont ni pour idéal de vie ni pour tradition de s’entasser à 40 dans des squats. Ni de camper dans des recoins urbains. Pas davantage en Roumanie ou Bulgarie qu'en France. C’est une résultante de la précarité dans laquelle il sont plongés, recadrent de concert les associations....

 

Cliché numéro 4 : tous des voleurs de poules

Ou de tuyaux de cuivre. On se souvient des «problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms» érigés priorité nationale par Nicolas Sarkozy en juillet 2010. Ou des impressionnantes statistiques du ministère de l’Intérieur d’où il ressortait une subite explosion de la «délinquance impliquant des ressortissants roumains», comprendre Roms.

Là encore, conséquence de la précarité et de la stigmatisation, répondent les associations. Les ressortissants roumains et bulgares, citoyens européens depuis 2007, font l’objet jusqu’au 31 décembre 2013 de «mesures transitoires» qui, de fait, les excluent du marché du travail....

 

Cliché numéro 5 : ils ne veulent pas parler français

Dans les bidonvilles, la plupart des enfants, quand ils sont scolarisés comme le prévoit la loi française pour les moins de 16 ans, apprennent assez vite le français. Les choses se compliquent avec les expulsions, qui entraînent une rupture de la scolarisation....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hongrie : Test de pureté raciale

Hongrie : Test de pureté raciale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Conseil scientifique de la Santé (ETT), qui assiste le gouvernement hongrois sur les questions de santé, a saisi l'office du Procureur général hongrois après un test génétique réalisé par un député du parti d'extrême-droite Jobbik, certifiant sa «pureté raciale».

«Nous avons saisi l'Office du procureur car nous pensons que l'activité de Nagy Gén (le laboratoire qui a effectué le test) est illégale», a déclaré le professeur Dr. Jozsef Mandl, secrétaire de l'ETT.

En mars, le site internet d'extrême-droite kuruc.info avait publié une copie d'un certificat provenant du cabinet médical de recherche génétique Nagy Gén Diagnosztika. Ce certificat attestait qu'un député du Jobbik, dont le nom n'a pas été révélé, n'avait «aucune trace génétique d'ancêtres juifs ou roms».

Le Conseil scientifique de la santé a dénoncé «une supercherie» scientifique. «Il est du devoir du Conseil de lutter contre des initiatives pareilles», a ajouté Jozsef Mandl. «Les conclusions du test de la société Nagy Gén sont sans aucun fondement professionnel et sont d'un point de vue éthique inacceptable», a ajouté le secrétaire de l'ETT...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pourquoi la phobie de l'islam gagne du terrain

Pourquoi la phobie de l'islam gagne du terrain | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les mouvements d'extrême droite européens se retrouvent sur un point : la dénonciation de l'immigration musulmane, alliée au spectre du terrorisme. Enquête sur un fantasme.

 

Nous sommes sur le plateau de France 2, le 22 avril, au soir du premier tour de la présidentielle. Les résultats tombent. Les Français ont crédité Marine Le Pen de 17,9 %. Exalté, le porte-parole du Front national, Gilbert Collard, annonce la couleur : "On est la nouvelle droite ! C'est vrai que Nicolas Sarkozy, ça paraît bien fini." Justifié dans ses prises de position par la surenchère du président sortant sur l'immigration et l'islam, réunissant 6,4 millions de voix, le FN se pose en parti d'alternance. Il se prépare à affronter l'UMPen multipliant les triangulaires aux législatives. Il en a les forces. Marine Le Pen est arrivée première ou deuxième dans 116 circonscriptions sur 577, dépassant les 25 % dans 59 d'entre elles.Ce succès de l'extrême droite, sa conversion en une "droite nationale" rejetant, au moins en paroles, "les formes de xénophobie, de racisme et d'antisémitisme", tout en faisant de la lutte contre l'immigration musulmane son cheval de bataille, fait écho à la percée dans toute l'Europe de formations politiques similaires. Citons le Parti du peuple danois, le Parti pour la liberté néerlandais, le FPÖ et le BZÖ autrichiens, les Vrais Finlandais, le Parti du progrès norvégien, le flamand Vlaams Belang, Droit et Justice en Pologne, Ataka en Bulgarie, la Ligue du Nord en Italie, les Démocrates en Suède, l'Union démocratique du centre (UDC) en Suisse. Tous ces partis dépassent aujourd'hui les 5 % des suffrages, quand ils n'atteignent pas 25 %.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Autriche, on chasse le racisme dans les assiettes

En Autriche, on chasse le racisme dans les assiettes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Certains termes gastronomiques perpétuent des préjugés racistes, mais les modifier suscite la polémique.

C'est une initiative pleine de bonnes intentions, mais elle a soulevé une tempête dans une tasse de café viennois. L'association des restaurateurs et cafetiers autrichiens a suggéré, dans un bulletin d'information récemment diffusé parmi ses membres, de renoncer à certains termes gastronomiques traditionnels qui perpétuent des préjugés racistes.

L'un des desserts autrichiens typiques est le Mohr im Hemd, ou "maure (nègre) en chemise", un pudding au chocolat entouré de crème fouettée. Sur la liste des suspects figurent aussi la Zigeunerschnitzel, l'"escalope tzigane" au paprika, le Negerbrot ("pain de nègre"), chocolat enrichi de cacahuètes, ou encore la marque de bière Mohrenbräu, établie depuis 175 ans dans le Land du Vorarlberg, qui affiche sans complexe une tête crépue et négroïde.

"Nous voulions aborder le sujet de manière interne, pour éviter des réactions contre-productives", explique Gernot Liska, responsable de l'association des restaurateurs....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'UE se prend les pieds dans le kung-fu

L'UE se prend les pieds dans le kung-fu | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission européenne, accusée de relayer la théorie du choc des civilisations, a dû retirer un clip destiné à promouvoir l'élargissement.

 

Boulette à la com de l'UE. Mardi, la Commission européenne a mis en ligne une vidéo aux intentions a priori louables : vanter les bienfaits de l'élargissement de l'Union européenne. A rebours de l'image technocratique de Bruxelles, le clip met en scène une femme en combinaison jaune, façon Uma Thurman dans Kill Bill, menacée par des combattants venus d'autres continents (Inde, Chine et Brésil, si l'on en juge par leurs arts martiaux respectifs). La femme se divise alors en douze et encercle ses assaillants. En guise de combat final, douze étoiles et un message : «Plus nous sommes nombreux, plus nous sommes forts.». Certains ont vu là des relents racistes et une promotion pour la théorie du choc des civilisations...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La crise distille son poison

La crise distille son poison | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le meurtre de deux Sénégalais à Florence est la dernière manifestation en date de la montée d’un sentiment de haine en Europe. Avec le massacre d’Utøya, les réactions véhémentes à la crise et la montée de l’extrême droite, cette tendance prend des formes multiples mais toutes aussi inquiétantes.

Par Gianni Riotta, de la Stampa.

 

Y a-t-il un lien entre la crise de l’euro, l’impuissance des politiques et l’assassinat par un extrémiste de droite de deux vendeurs ambulants sénégalais hier [13 décembre] à Florence ?

A première vue, non : d’un côté, il y a un continent opulent et ses dirigeants incapables de redémarrer après un demi-siècle de succès ; de l’autre, un extrémiste néofasciste, raciste et armé...

 

Et aujourd’hui, de sérieux observateurs européens, comme Gideon Rachman et Martin Wolf, de même que le prix Nobel d’économie Paul Krugman, disent voir dans la haine qui monte sur Internet et dans la récession, déclenchées par les choix manqués de la chancelière Angela Merkel et du président Nicolas Sarkozy, les prémices d’une saison tragique comme celle des années 1930 en Europe, avec le totalitarisme fasciste en Italie, en Espagne et en Allemagne, et les purges staliniennes à Moscou.

Krugman écrit que "la récession […] est en train de créer une colère immense […] contre ce qui apparaît à de nombreux Européen uniquement comme une sévère punition allemande. Quiconque connait l’histoire de l’Europe ne peut que trembler face à ce retour de l’hostilité....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PAYS-BAS • Les médias se révoltent contre Geert Wilders

PAYS-BAS • Les médias se révoltent contre Geert Wilders | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Plusieurs rédacteurs en chef néerlandais ont pris position contre le leader populiste à la suite du discours qu'il a tenu le 19 mars à La Haye, après son échec aux municipales. C'est un fait très rare aux Pays-Bas, rapporte sur son blog le correspondant à Paris de RTL Nieuws.

 

Unis contre la haine. Ce 21 mars, plusieurs rédacteurs en chef néerlandais ont pris position contre le leader "peroxydé" Geert Wilders, dont le PVV [parti de la droite populiste néerlandaise] a obtenu de bons scores – mais pas la victoire – à La Haye lors des municipales du 19 mars. Une initiative extrêmement rare dans le plat pays.

A l’origine de ce ras-le-bol commun, un meeting électoral du PVV le 19 mars soir après l’élection dans la capitale batave. Le chef du Parti pour la liberté demande à son public s’il veut "plus de Marocains ou moins de Marocains aux Pays-Bas et dans cette ville". "Moins, moins, moins !", répondent les militants à cette question qui n’en était pas une. Wilders de répondre : "Ok, nous allons nous en occuper".



Jeudi après-midi, le rédacteur en chef adjoint de RTL Nieuws, Pieter Klein, a publié une lettre ouverte à l’adresse de Wilders. Il y explique que pour la première fois en 25 ans d’existence, la direction de la rédaction prend position contre un homme politique. "A cause de tes idées, tu es menacé depuis des années et c’est inadmissible", écrit le journaliste.

Il poursuit un peu plus loin : "Mais là tu as réussi. Tu as vraiment dépassé les bornes." Pieter Klein qualifie les paroles de Wilders de "répugnantes, à vomir". "Ça te surprend que les comparaisons historiques foisonnent ? Bien sûr que non. Tu les as cherchées délibérément. Juden raus. Hitler. Goebbels. Des souvenirs à la déportation. (…) Et ensuite, tu joues la victime. Geert, honte à toi."...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Qu’il s’agisse des railleries à l’encontre d’une ministre française ou d’une collègue italienne, des cris de singe adressés aux footballeurs, de l’islamophobie ou des discriminations envers les Roms, les attitudes racistes s’affichent de plus en plus ouvertement. Il ne faut pourtant rien céder et faire preuve de pédagogie, estime l’écrivain Tahar Ben Jelloun.
  

Le racisme est le propre de l’homme. C’est ainsi, il vaut mieux le savoir et faire en sorte qu’il ne progresse pas et qu’il soit combattu par la loi. Mais cela ne suffit pas. Il faut éduquer, démonter ses mécanismes, démontrer l’absurdité de ses bases et rester vigilant.

La société française est perçue ces derniers temps comme lieu d’un racisme virulent, mais au fond elle n’est pas plus raciste qu’une autre. Le rejet de l’étranger, du différent, de celui qui est considéré comme une menace pour la sécurité est un réflexe universel et n’épargne aucune société. Le racisme peut dans certains cas se focaliser sur une communauté, mais cela ne veut pas dire qu’il ménage les autres. Autrement dit il n’y a pas de discrimination dans l’exercice de la haine. Tout le monde y passe.

Nous assistons aujourd’hui en Europe à des dérives qui sont graves, car le racisme commence par le verbe et pourrait se poursuivre par les fours crématoires. Traiter [la ministre de la Justice française] Christiane Taubira de guenon [lors d’une manifestation contre le mariage homosexuel, fin octobre] n’est qu’un début. Si on laisse faire, de l’insulte on passera facilement au châtiment corporel, à la torture (le cas du jeune Ilan Halimi) et au meurtre. C’est pour cela qu’il faut rappeler qu’il n’existe pas de racisme light et décaféiné.

Elle a eu raison Mme Taubira de regretter qu’aucune voix des dirigeants politiques ne se soit élevée contre le racisme dont elle a été victime. Une autre ministre a subi le même traitement cette fois-ci en Italie. Il s’agit du ministre de l’intégration Cecile Kyenge, originaire du Congo (Kinshasa) qui a été traitée de tous les noms par certains élus de la Ligue du Nord connus pour leur attachement au racisme. Des joueurs de football à la peau noire ont eux aussi été la cible d’un racisme bien enraciné. Quand un chef de gouvernement se permet de faire rire son auditoire à propos de “l’aspect bronzé d’Obama”, on ouvre par la même occasion les vannes et on donne un signal à ceux qui n’osaient pas exprimer leur racisme de se laisser aller et de cultiver leurs idées nauséabondes....

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ITALIE • Du footballeur Balotelli à la ministre Kyenge, les racistes attaquent

ITALIE • Du footballeur Balotelli à la ministre Kyenge, les racistes attaquent | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
"Au prochain chant raciste, je quitte le terrain", a récemment annoncé le footballeur Mario Balotelli après une énième humiliation au cours d'un match.

On assiste ces dernières semaines en Italie à une explosion de propos racistes, se désole Giornalettismo.

 

Le thème de l’intégration continue à diviser l’Italie. Derniers épisodes en date : l’exploitation de l’affaire Kabobo [du nom d'un clandestin ghanéen ayant tué plusieurs personnes début mai] par la Ligue du Nord, les insultes racistes contre Mario Balotelli qui ont contraint l’arbitre Rocchi à interrompre le match Milan-Rome pendant deux minutes [le 12 mai], et les sempiternelles attaques visant la ministre Cécile Kyenge, "coupable" d’avoir proposé d’élargir les droits en matière de nationalité.

D’un côté, on a les défenseurs des minorités et des étrangers, de l’autre les instigateurs d’épisodes xénophobes, à commencer par Forza Nuova [Force nouvelle] et les mouvements d’extrême droite, bien souvent en première ligne.

Les polémiques se sont multipliées ces derniers jours autour de l’affaire Kyenge, la nouvelle ministre de l’Intégration, qui a interpellé le gouvernement sur l’abolition du délit d’immigration clandestine et le droit du sol. De nombreuses voix ont invité la ministre et le président du Conseil Enrico Letta à poursuivre leur travail avec courage. Mais la ministre est en même temps devenue la cible des accusations du PDL (Peuple de la liberté, parti de Silvio Berlusconi) et de la Ligue du Nord – opposés à tout assouplissement en terme de nationalité – ainsi que des insultes et des campagnes de haine des mouvements néofachistes.

S'ajoute à cela l’inexplicable coup de folie de Mada Kabobo, ce Ghanéen de 31 ans qui, le samedi 11 mai dans le quartier Niguarda de Milan, a agressé les passants à coups de pioche – tuant Alessandro Carolei, Daniela Carella et blessant trois autres personnes, dont l'une se trouve dans un état grave.

 

Des mouvements comme la Ligue du Nord et Forza Nuova ont aussitôt cherché à exploiter les événements. Le mouvement d’extrême droite a lancé une campagne Internet avec le slogan : "L’immigration tue – la classe politique est fautive". Forza Nuova l’a annoncé elle-même par communiqué : "Les graves événements de Milan clouent les chantres de l’immigrationisme à leurs responsabilités." Mais c’est surtout la Ligue du Nord qui a exploité la violence de Mada Kabobo, notamment par la voix de Matteo Salvini qui a invité à "nettoyer" à la hâte les villes italiennes "en allant contrôler tous les clandestins, rue par rue, maison par maison”...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

RACISME • En Grèce, les gens préfèrent "fermer les yeux"

RACISME • En Grèce, les gens préfèrent "fermer les yeux" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les agressions à l'encontre des immigrés se sont multipliées en Grèce, principalement du fait du parti néo-nazi Aube dorée.

 

Cette semaine, Courrier International publie les photos de Giorgos Moutafis qui, depuis cinq ans, documente la tragique odyssée des clandestins dans son pays.

 

Né en 1977 à Athènes, Giorgos Moutafis, est photographe indépendant. Son travail est publié dans des journaux et magazines aussi prestigieux que le New York Times, Time, Der Spiegel, The Guardian, etc... Depuis quelques années, il se consacre à documenter les malheurs des immigrés clandestins dont nombreux échouent dans une Grèce en pleine crise économique et sociale alors qu'ils rêvaient d'atteindre "l'Eldorado européen". Souvent, leur rêve s'est transformé en cauchemar. Cette semaine, Courrier internationalpublie dans ses pages Europe une sélection des photographies de Giorgos, qui témoignent toutes de la violence dont sont victimes les immigrés de la part des néo-nazis grecs. Voici son témoignage.

 

Cela va faire un petit moment que vous travaillez sur les clandestins. Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Oui, cela va faire cinq ans que je tente de documenter les flux migratoires en Grèce et les conditions inhumaines auxquelles ces clandestins et réfugiés doivent faire face. Je suis intéressé par ces mouvements de population et j'essaie de fixer sur mon objectif la vie de ces immigrés et de raconter leur histoire. Ce sont des histoires pleines de douleur et de violence. 

 

Comment est perçu votre travail en Grèce ?

C'est très difficile de travailler sur des sujets liés à l'immigration dans un pays en crise. Les gens ont tendance à vouloir fermer les yeux... Des médias me publient, parfois, mais ces parutions limitées dans quelques magazines ne sont pas suffisantes à mes yeux pour aborder des questions aussi importantes.

 

Vous avez une explication sur la violence dont font l'objet ces immigrés de la part de Grecs ordinaires ?

Je suis persuadé qu'aucun être humain ne va quitter son foyer sans raison valable. La guerre, la violence, des problèmes économiques et politiques sont souvent la raison pour laquelle tous ces gens partent de leur terre natale. Et ils payent très cher leur "billet pour l'Europe" ; parfois en y laissant leur vie. ...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Finlande : Umayya, l’immigrée qui tend un miroir au racisme - Rue89

Finlande : Umayya, l’immigrée qui tend un miroir au racisme - Rue89 | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Umayya Abu-Hanna, immigrée d’origine palestinienne, a vécu trente ans en Finlande. Ne supportant plus les vexations racistes, elle s’est installée avec sa fille âgée de 3 ans à Amsterdam.

 

Umayya Abu-Hanna, 51 ans, a l’habitude de secouer la société finlandaise. En 1995, elle est devenue la première personne issue de l’immigration à présenter une émission télévisée en Finlande. Elle s’est ensuite engagée en politique, aux côtés des Verts. Elue au conseil municipal d’Helsinki, elle a également été candidate à des élections législatives et européennes.

Bien intégrée dans la vie politique et médiatique finlandaise, elle a pourtant décidé, en 2010, de quitter son pays d’accueil pour s’installer à Amsterdam.

Dans une chronique publiée dimanche dernier dans le quotidien de référence finlandais Helsingin Sanomat, elle explique les raisons de ce départ. Mère adoptive d’une fillette à la peau noire, elle assure qu’elle ne pouvait plus supporter la xénophobie des Finlandais.

 

Elle raconte son expérience :

« En Finlande, on m’a toujours crié dessus. Pendant trente ans, j’ai eu droit à tout : “bougnoule”, “terroriste”, “Ali Baba”, “musulmane”... Et pourtant, je ne savais pas encore que la peau noire pouvait attirer autant de haine.

Ma fille adoptive est une Zoulou, née à Johannesburg, en Afrique du Sud. Une fois, alors qu’elle était âgée d’1 an et que nous attendions tranquillement le métro à Helsinki, une grand-mère de 80 ans s’est postée en face d’elle et s’est mise à lui crier : “ Sale nègre !”

Elle a regardé autour d’elle, agitant ses bras pour montrer aux autres ce qu’elle avait trouvé : “ Regardez, une putain de nègre ” !

La grand-mère n’était ni folle, ni saoule, juste un être humain normal.

Environ trois fois par mois, un Finlandais ordinaire s’en prenait à ma fille, en ma présence. Des ados par exemple, lui répétaient : “ Nègre, nègre !”

Une autre fois, lorsque ma fille était âgée de 2 ans, nous nous trouvions dans un vol Finnair en direction de Paris. Un couple d’une quarantaine d’années s’est approché de ma fille, qui se tenait devant un emplacement pour des valises. J’ai souri, car je pensais qu’ils allaient dire quelque chose de mignon. L’homme a approché son visage de celui de ma fille et a grogné : “ Sale nègre, vire tes mains des valises !”

Devant la répétition de telles scènes, je ne savais pas comment faire comprendre à ma fille qu’elle était quelqu’un d’important, quelqu’un de valeur. Nous avons donc déménagé à Amsterdam. »

...

 

Pour Anna Rastas :

« Personne ne veut être raciste. Les Finlandais se voient comme des gens innocents, qui veulent seulement protéger une certaine image de leur pays. »

Une image paisible, à l’écart du monde, qu’ils craignent d’écorner en permettant l’émergence d’une société multiculturelle.

En octobre dernier, trois militants de gauche ont publié un livre, intitulé « L’Extrême droite finlandaise ». D’après eux, les opinions racistes reçoivent de plus en plus de place dans les médias finlandais. Ils se saisissent de l’exemple du mouvement nationaliste Suomen Sisu, qui dénonce le multiculturalisme et milite pour un traitement « séparé mais égal » des races.

Dans le livre, le créateur de cette organisation se félicite d’être entendu dans les médias, et d’avoir réussi à ériger l’immigration comme un sujet de débat public.

Dan Koivulaakso, l’un des auteurs de l’enquête, s’en inquiète :

« Je ne crains pas les opinions racistes. Ce qui m’inquiète, c’est comment elles sont reçues. Ces opinions pourraient cesser d’appartenir à une frange limitée de la population, et devenir populaires. »

Dans sa chronique, Umayya Abu-Hanna insiste sur le fait qu’en Finlande, égalité signifie similarité. Que d’après certains Finlandais, il faut se ressembler pour perpétuer l’unité du pays....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Hongrie, la Garde hongroise est de retour | Préférence nationale

En Hongrie, la Garde hongroise est de retour | Préférence nationale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La petite ville hongroise de Devecser avait fait parler d’elle en 2010, en étant prise dans la catastrophe des boues rouges. Cette fois-ci, c’est pour une toute autre raison que son nom est revenu dans l’actualité. Au cours du mois d’août: une manifestation d’ampleur contre les Gitans a été organisée par l’extrême droite hongroise. Près de 1000 personnes se sont réunies à l’appel du Jobbik (parti qui a réalisé 17% aux dernière législatives, représenté à la manifestation par trois députés) et de milices civiles telles que la « Nouvelle garde hongroise », les « Motards de la Garde » ou de la « Garde civile pour un avenir meilleur ». Ces milices calquées sur les milices fascistes des années 1930, défilent en uniforme et marchent au pas...

Ces mouvements ont pu mettre en application leur théorie d’ «auto-défense des Hongrois« . Ils accusent la police d’abandon et d’inaction face aux populations gitanes. Dernièrement, ils ont pris pour prétexte un différent entre une famille hongroise et une autre gitane pour rendre justice eux-mêmes...

La manifestation a été précédée de de prises de paroles particulièrement explicites et violentes, comme le rapporte le blog The Contrarian Hungarian. Ainsi, à propos des Gitans, l’un des leader a pu dire que « partout où cette ethnie est présente, la destruction et la dévastation apparaît. Les gitans veulent exterminer les Hongrois et s’ils veulent se battre, alors on doit mener la lutte contre eux, il n’y a pas d’autre possibilité« . Plusieurs discours appellant à la haine raciale ont pu suivre.

En janvier, Minute avait consacré un reportage sur le village de Gyöngyöspata (1), et rapportait comment les milices privées avaient réussi à faire fuir une partie de la population Rom. La presse nationaliste française voit d’ailleurs la Hongrie comme un modèle et même comme une espérance. Pendant l’entre-deux tours de la présidentielle française, on pouvait ainsi lire dans le journal Rivarol (2): « Nous nous battons [...] pour un idéal nationaliste, pour le rétablissement, le recouvrement d’une France souveraine, indépendante, blanche et chrétienne. Aujourd’hui cela semble relever du rêve mais ce qui se passe en Hongrie, notamment avec le mouvement Jobbik, prouve que rien n’est irrémédiablement perdu. Même si la Hongrie n’est pas la France et qu’elle est beaucoup moins corrompue et avilie, pourquoi ce qui réussit à Budapest échouerait-il forcément à Paris ?«...

  ...c’est pour fêter le 5e anniversaire de cette milice dissoute, bras armé du Jobikk et connue également à l’époque pour sa violence envers les minorités ethniques, qu’ils ont investi l’un des endroits les plus touristiques de la ville : la Place des Héros. L’endroit a de quoi ravir les nostalgiques du fascisme: gigantesques colonnade néo-classique, place large entourée de somptueux musées du même style avec en son centre une colonne glorifiant le passé hongrois. La manifestation, d’abord interdite, a finalement été autorisée en appel, les organisateurs arguant qu’ils n’étaient pas la Garde hongroise, mais… la Nouvelle garde hongroise...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ALLEMAGNE • Vingt ans après Rostock, halte au racisme !

ALLEMAGNE • Vingt ans après Rostock, halte au racisme ! | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le président allemand commémorera dimanche 26 à Rostock l'anniversaire des émeutes racistes d'août 1992.

Les autorités sont loin d'avoir fait ce qui fallait, depuis, pour enrayer les violences contre les étrangers, dénonce l'éditorialiste d'un grand quotidien allemand. Par Heribert Pranti du Süddeutsche Zeitung.

 

Il y a neuf mois, on découvrait que dix meurtres avaient été perpétrés par des membres du "réseau clandestin national-socialiste" (NSU). Il est aujourd'hui incroyable de voir avec quelle rapidité les responsables politiques et les services de la sécurité intérieure ont tourné la page. L'agitation est retombée, les appels à tirer les conséquences de cette affaire ne se font plus que mollement entendre. Le ministre de l'Intérieur a procédé à quelques changements de personnel, et maintenant tout est fini.

Des informations inquiétantes nous parviennent parfois du rapport d'enquête sur l'indescriptible échec des services de sécurité - que leurs représentants s'efforcent de minimiser. On se livre de temps à autre à quelques explosions de colère lorsqu'on apprend que certaines pièces du dossier des services secrets ont été détruites. Et parfois, on se souvient de l'émotion qui s'était emparée de la toute la communauté nationale après les assassinats commis par la RAF [Fraction armée rouge, organisation d'extrême-gauche] dans les années 70, et l'on s'étonne de l'indifférence générale d'aujourd'hui.

 

Les violences racistes au quotidien n'agitent plus l'opinion allemande. Les citoyens qui combattent les néonazis sont toujours aussi seuls. Lorsque des militants d'extrême droite essaient d'intimider ceux qui osent encore les braver en démolissant leur voiture, la police n'y voit qu'un acte de déprédation tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Les meurtres de la NSU n'ont rien changé dans la mentalité des autorités. Aucune directive n'a été donnée pour mettre tous les moyens au service de la lutte contre les violences d'extrême droite. Aucune nouvelle priorité n'a été fixée dans le domaine de la politique intérieure.

Il n'existe aucun indice d'une énergie ou d'une volonté nouvelle pour combattre l'extrême droite. Comme si les meurtres de la NSU et les violences quotidiennes contre les étrangers n'avaient rien à voir les uns avec les autres. Les deux terroristes Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt sont morts, suicidés, et la troisième, Beate Zschäpe, devrait passer devant un tribunal. Est-ce que cela ne suffit pas? Non, cela ne suffit pas. On ne peut tout simplement pas laisser les choses continuer comme il y a vingt ans.

Il y a vingt ans, l'Etat s'est rendu coupable d'une indifférence criminelle. Il y a vingt ans commençaient les manœuvres d'intimidation qui expliquent pourquoi aujourd'hui encore l'ex-Allemagne de l'Est n'accueille pratiquement pas d'étrangers....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Antisémite, un eurodéputé hongrois découvre qu'il est juif

Antisémite, un eurodéputé hongrois découvre qu'il est juif | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

HONGRIE - Un des dirigeants du parti d'extrême-droite hongrois Jobbik, l'eurodéputé Csanad Szegedi, connu pour sa rhétorique antisémite et anti-rom, a avoué avoir récemment découvert ses origines juives, ce qui provoquait de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

 

"J'ai appris il n'y a pas longtemps que j'ai des parents d'origine juive. Voilà la grande nouvelle", a-t-il déclaré dans une interview accordé ce mardi 26 juin au journal Barikad, proche du Jobbik. "Je ne dis pas que je n'ai pas été étonné par ces nouvelles informations", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il lui faudrait "un certain temps" pour "digérer" la nouvelle.

La situation a été jugée suffisamment embarrassante dans la formation extrémiste pour que son président, Gabor Vona, se croit obligé d'annoncer ce mercredi à la télévision nationale que Csanad Szgedi "gardera tous ses postes"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grèce : Les néonazis au cœur d'un nouveau scandale

Grèce : Les néonazis au cœur d'un nouveau scandale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Six activistes d'extrême-droite ont été arrêtés ce mardi. Ils sont soupçonnés d'une attaque au domicile de quatre immigrés égyptiens, dont l'un a été gravement blessé à la tête, dans la banlieue portuaire d'Athènes.

 

Décidément les néonazis grecs aiment faire parler d'eux. Et surtout dans la rubrique faits divers. La semaine dernière un député néonazi avait agressé deux élues de gauche lors d'un débat en direct sur une chaîne de télévision. Un acte d'une violence surprenante qui avait suscité un tollé en Grèce. Ce mardi, les activistes d'extrême droite ont refait parler d"eux. En effet, six d'entre eux ont été arrêtés pour des faits de violence. Ils sont soupçonnés d'une attaque au domicile de quatre immigrés égyptiens, dont l'un a été gravement blessé à la tête, dans la banlieue portuaire d'Athènes, a indiqué une source policière.

Les suspects, dont une femme, ont été reconnus par leurs victimes et seront déférés au parquet notamment pour « dommages corporels graves » et violation de la législation sur les armes, a indiqué un communiqué de la police....

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from "Qui si je criais...?"
Scoop.it!

Antiziganismus in Deutschland (en allemand) : compte rendu d'un livre sur le racisme envers les Tziganes

Antiziganismus in Deutschland  (en allemand) : compte rendu d'un livre sur le racisme envers les Tziganes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Fremd, frei, fahrend, faul - seit Jahrhunderten halten sich Stereotype über Menschen, die als "Zigeuner" diskriminiert und zur Nazi-Zeit ermordet wurden. Auch danach wurden sie ausgegrenzt.

 

"Ein Roma-Dorf zieht nach Berlin" titelte die BZ am 2. April 2012, "Roma-Kinder überfordern Berlins Lehrer" heiß es in der Morgenpost am 3. April - nur zwei Beispiele der jüngsten Vergangenheit aus deutschen Zeitungen. Gepaart werden solche Schlagzeilen oft auch noch mit Berichten über Müllberge, aggressives Betteln oder angebliches Erschleichen von Sozialleistungen in Deutschland. Das ohnehin verzerrte Bild einer Bevölkerungsgruppe droht sich auf diese Weise in der Gesellschaft noch zu verfestigen, einer Minderheit, die in Europa jahrhundertelang verunglimpft wurde. Auch heutzutage noch sind 44 Prozent der Bevölkerung in Deutschland überzeugt, dass Sinti und Roma zu Kriminalität neigen, das ergaben Studien des Konfliktforschers Prof....


Via Florence Trocmé
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des marches silencieuses contre "l'antisémitisme et le terrorisme"

Des marches silencieuses contre "l'antisémitisme et le terrorisme" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A Paris et dans trois villes de province, plusieurs milliers de manifestants ont rendu hommage aux victimes de Mohamed Merah.

 

À Paris, des milliers de personnes ont répondu à l'appel de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), de SOS Racisme, de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et de l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT) et ont organisé marche silencieuse "contre le racisme, l'antisémitisme et le terrorisme". Parmi eux, quelques élus, dont Harlem Désir, le numéro 2 du Parti socialiste, et des représentants du Front de gauche et d'EELV, ainsi que des personnalités comme Yannick Noah et Jane Birkin.

À Toulouse, ville du sud-ouest la plus touchée par les meurtres, la communauté juive devait se réunir dans le quartier de la Roseraie et se recueillir devant l'école juive Ozar Hatorah. C'est devant cette école que Jonathan Sandler, professeur de religion, ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel 4 ans, ainsi que Myriam Monsonego, 7 ans, ont été abattus le 19 mars.

À Strasbourg, en Alsace, 300 personnes se sont rassemblées devant la synagogue....

À Lyon, dans le Rhône, environ 200 personnes se sont rassemblées devant la mairie sur la façade de laquelle deux banderoles avaient été déployées, l'une appelant à refuser "le racisme, l'antisémitisme, la haine des étrangers et l'intégrisme", l'autre énumérant la liste des victimes...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Florence, manifestation contre la racisme après le meurtre de deux Sénégalais - LeMonde.fr

A Florence, manifestation contre la racisme après le meurtre de deux Sénégalais - LeMonde.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le Monde.fr - Des milliers de personnes ont manifesté contre le racisme à Florence, samedi, où un militant d'extrême droite a tué par balles deux vendeurs ambulants sénégalais et en a blessé trois autres.
more...
No comment yet.