Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.0K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Migrants, la stratégie des Etats

Migrants, la stratégie des Etats | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De l'Italie à la Roumanie, les pays du sud-est de l'Europe gèrent l'afflux, chacun à leur manière.

 

Italie : La péninsule sous pression

Environ 5 300 migrants, principalement en provenance d’Afrique subsaharienne, ont été secourus la semaine dernière en Méditerranée près de la côte libyenne, a annoncé mardi l’agence Frontex, chargée des frontières extérieures de l’espace Schengen. Ce sont déjà quelque 95 000 migrants qui ont été secourus en Méditerranée centrale et emmenés dans les centres d’accueil de la péninsule. Critiquées par Berlin et Paris pour n’avoir pas encore mis en place les centres d’enregistrement de première entrée (afin de différencier les demandeurs d’asile des autres migrants), les autorités italiennes ont répondu par la voix du ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, clamant que «l’Italie fait ce qu’elle doit faire […] et même beaucoup plus, en sauvant des dizaines de milliers de vies humaines et en accueillant les réfugiés». «Nous sommes un modèle positif au niveau international», a-t-il assuré.

Grèce : La porte d’entrée démunie

C’est devenu, en 2015, le premier pays d’entrée pour les migrants : 160 000 depuis début janvier, sur les 293 000 arrivées en Europe par la Méditerranée, où ont péri 2 450 personnes. Avec des situations catastrophiques dans certaines îles comme Lesbos ou Kos, que ni le gouvernement ni Frontex (l’agence européenne de surveillance des frontières) n’ont les moyens de gérer....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Conflit en Ukraine: un voisinage menacé? - Europe - RFI

Conflit en Ukraine: un voisinage menacé? - Europe - RFI | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Mardi 24 février, au Sénat américain, le secrétaire d’Etat John Kerry s’est fendu d’une réflexion concernant l’Ukraine qui n’est pas passée inaperçue, en évoquant une « ligne de feu » entre Moscou et Washington sur laquelle se tiendraient un bon nombre d’autres Etats du Sud-Est européen. Au-delà d’un énième avertissement à l’endroit du Kremlin, la région, et notamment les Balkans, courent-ils le risque d’une propagation du conflit ukrainien ? Eléments de réponse.

La formule a eu son petit effet et a été abondamment reprise dans les médias des pays concernés. Peu avant une audition devant le comité des Affaires étrangères du Sénat largement consacrée à la lutte contre l’organisation Etat islamique et à Cuba, le secrétaire d’Etat américain John Kerry, interrogé sur la stratégie d’influence du Kremlin, a expliqué que plusieurs pays d’Europe du Sud-Est - la Moldavie, la Serbie, le Kosovo, la Macédoine ou encore le Monténégro - se trouvaient sur une « ligne de feu » entre Washington et Moscou. Et le chef de la diplomatie d’enjoindre, au cours de son audition cette fois, les parlementaires à prendre la mesure de l’imposante « machine de propagande » russe à l’oeuvre dans la région.

La réflexion a certes plus attiré l’attention par le vocabulaire guerrier employé que par la dénonciation à proprement parler des velléités russes de déstabilisation de la région. Depuis les débuts du conflit en Ukraine, de nombreux officiels occidentaux ont fait part publiquement de leurs craintes de voir la péninsule balkanique (re)devenir le théâtre d’affrontements larvés entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’une part, et la Russie d’autre part. Encore, en décembre dernier, Angela Merkel, la chancelière allemande, accusait Vladimir Poutine de « créer des problèmes » dans de nombreux pays, dénonçant le renforcement, par exemple, de ses liens économiques avec certains Etats des Balkans occidentaux pour mieux pouvoir jouer de son influence. Au même moment, la toute nouvelle représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, recommandait à Moscou de ne pas exporter les tensions ukrainiennes dans la région....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Adhésion à l'UE : où en sont les Balkans?

Adhésion à l'UE : où en sont les Balkans? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Croatie va devenir le 28e pays membre de l’Union européenne. Après la Slovénie, en 2004, ce sera donc le deuxième des six pays de l’ex-Yougoslavie à faire ce pas vers l’Europe. Mais entre les pays candidats et les autres, l'écart se creuse.

 

Après la Slovénie en 2004, la décision de la Croatie d'intégrer l'Union européenne va peut-être entrouvrir la porte de l’Europe aux autres pays des Balkans qui attendent toujours sur le perron. A terme, tous les pays de l’ex-Yougoslavie ont vocation à intégrer l’UE. Mais si l'instabilité des années 1990 est en passe d'être surmontée, cette région qu'on qualifiait il n'y a pas si longtemps de « poudrière » de l'Europe est confrontée à d'autres problèmes.

De plus l'enthousiasme pro-européen de ces pays, à 80% dans les sondages en 2003, s’est émoussé au fil des négociations et de l’intransigeance de Bruxelles. Sans compter que la crise économique est passée par là et que l’Europe ne fait plus rêver....

 

Point sur la Macédoine, le Monténégro, la Serbie, l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Débordée, la Macédoine laisse entrer les migrants

Débordée, la Macédoine laisse entrer les migrants | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Face à l’afflux de migrants à la frontière avec la Grèce, la Macédoine les a tous laissés entrer. Dans un édito, le journal serbe Politika estime que l’Union européenne, par égoïsme, finit par perdre son humanité.

 

Les heurts entre les migrants originaires de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan et les forces de police macédoniennes ont continué une bonne partie de samedi pour se calmer dans la soirée. Durant cette journée, les policiers macédoniens ont fait usage de matraques et ont tiré des grenades assourdissantes pour contenir le flux. Au moins quatre personnes ont été légèrement blessées.

“Les migrants ont enfoncé le cordon de police macédonien”, titre le quotidien serbe Politika.  Ils ont pénétré en Macédoine en passant par un no man’s land à la frontière gréco-macédonienne où ils sont restés bloqués depuis jeudi. Au moment où la police a autorisé les groupes des migrants les plus vulnérables (les familles avec enfants) à se rendre sur le territoire macédonien (le territoire de l’Ancienne république yougoslave de Macédoine, ou Fyrom), un millier de migrants y sont entrés de force....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

BALKANS • Ces couleuvres que l'UE nous fait avaler

BALKANS • Ces couleuvres que l'UE nous fait avaler | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Tous les pays candidats à l'Union européenne ont dû faire des sacrifices et des compromis sous la pression de Bruxelles. Et plus ils ont tardé, plus ces concessions ont grossi, met en garde un quotidien macédonien.

 

A chaque fois qu’un État qui souhaite adhérer à l’Alliance atlantique (Otan) et à l’Union européenne (UE) réussit à sauter un des obstacles du parcours du combattant, je pense aussitôt aux mots de Zoran Dogramadziev, un des rares journalistes macédoniens à avoir fait une carrière internationale.

Dans un article paru il y a plusieurs années dans notre journal, il a constaté que chaque candidat au club européen devait avaler une couleuvre avant de passer à la case suivante et qu’il était préférable de le faire le plus tôt possible, avant que la "bête" ne grossisse trop ! Ainsi, la Slovénie fut contrainte de restituer les biens appartenant à la minorité italienne ; la Croatie a dû se résigner à céder à la Slovénie une part de ses eaux maritimes dans la baie de Piran ; la Roumanie a baissé la garde et a fait beaucoup de concessions à la minorité hongroise, ce qu’elle n’aurait jamais fait sans la pression de Bruxelles. La Bulgarie a également été obligée d’avaler une couleuvre en fermant partiellement la centrale nucléaire de Kozlodouï, le site le plus rentable du pays.

Quant à la Macédoine, la couleuvre à avaler [un compromis avec la Grèce dans le litige du nom opposant les deux pays] a eu le temps de grossir depuis 20 ans et sera d’autant plus dure à avaler....

more...
No comment yet.