Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.0K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Autriche : le péril Hofer

Autriche : le péril Hofer | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Ce dimanche, les Autrichiens pourraient élire un leader d’extrême droite à la présidence. Cet ingénieur de 45 ans apporterait une nouvelle victoire aux nationalistes européens.


Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Autriche pourrait se réveiller lundi avec un président d’extrême droite. Norbert Hofer, le candidat de la Liberté d’Autriche (FPÖ), est arrivé largement en tête du premier tour avec plus de 35% des voix, devant Alexander Van der Bellen, ex-patron des écologistes, qu’il devance de près de 14 points. Quel que soit le résultat du second tour ce dimanche, le président fédéral ne sera donc pas issu des rangs conservateurs ou sociaux-démocrates. Une première dans l’histoire de la deuxième République. Pourtant, bien peu d’observateurs pariaient sur la victoire de cet ingénieur en aéronautique de 45 ans, que les sondages ne créditaient encore en janvier que de 8% d’intentions de vote. «Vous allez être surpris de ce que peut accomplir un président.» Ces propos, assénés d’un ton affable au cours d’un débat télévisé à quelques jours du premier tour, résonnent désormais comme une menace. Jusqu’à présent, le président autrichien occupait surtout une fonction honorifique. Le président sortant, Heinz Fischer, est une figure populaire aux airs débonnaires, gentiment moqué mais respecté comme autorité morale...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Législatives en Pologne : les conservateurs victorieux - Libération

Législatives en Pologne : les conservateurs victorieux - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le parti populiste créé par les frères Kaczyński a battu ce dimanche la Plateforme civique, le parti au pouvoir, qui a fait l'objet de plusieurs scandales ces derniers mois.

 

Vous prenez un zeste de promesses sociales, vous saupoudrez de xénophobie et vous ajoutez quelques bonnes mœurs catholiques, et vous avez le retour des conservateurs au pouvoir. Cette victoire aux législatives en Pologne était d’ailleurs attendue depuis mai, quand leur candidat, Andrzej Duda, un quadragénaire quasi inconnu, a remporté la présidentielle. Elle est cependant plus nette que prévue. Selon un sondage à la sortie des urnes diffusé après la fermeture des bureaux de vote, le parti Droit et Justice (PiS) mène avec 39,1% des suffrages devant les libéraux de la Plate-forme civique (PO), crédités de 23,4% des voix seulement. Si les résultats confirment cette tendance, Beata Szydlo, une ethnographe de formation qui a grandi dans l’ombre de son mentor, Jaroslaw Kaczyński, est pratiquement assurée d'avoir une courte majorité pour gouverner le pays pendant les quatre années à venir.

Les politologues discuteront sans doute pendant des semaines pour savoir s’il s’agit d’abord d’un succès de Droit et Justice (Pis), la formation créée par les frères Jaroslaw et Lech Kaczyński, qui avaient à eux deux tenu toutes les rênes du pouvoir (gouvernement et présidence) pendant deux ans, ou avant tout d’une défaite de la coalition libérale sortante de la Plateforme civique (PO).

La PO, qui faisait figure de parti du «miracle polonais», la seule économie d’Europe qui n’a pas été touchée par la crise de 2008, affichant une croissance annuelle de 3,5 %, a certes été victime de l’usure du pouvoir....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Orbán au ban - Libération

Orbán au ban - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Cynique et sans scrupules, le Premier ministre hongrois vient d’autoriser son armée à réprimer les migrants. Face à cette radicalisation, la question de la place de la Hongrie au sein de l’Europe commence à se poser.

 

Tout en rêvant d’une Europe des nationalismes, l’homme fort de Budapest profite de sa croisade pour continuer à affaiblir l’Etat de droit chancelant. Mardi soir, la télévision hongroise annonçait que si le ministre de la Défense restait en place, le Premier ministre prenait désormais en main la conduite des opérations. Comme si la Hongrie était en guerre. Le 21 septembre, la droite populiste majoritaire au Parlement a d’ailleurs donné des pouvoirs accrus à la police et à l’armée. Cette dernière pourra tirer sur les migrants en utilisant des armes non-létales : fusils à filet, grenades lacrymogènes, balles de caoutchouc ou engins pyrotechniques. Une mobilisation partielle, sur la base du volontariat, a été décrétée. Les militaires patrouilleront le long d’une double clôture de barbelés qui court sur toute la frontière (175 km) entre la Hongrie et la Serbie, et sur des segments de la frontière avec la Croatie et la Roumanie.

S’ajoute à cela toute une batterie de lois répressives contre les réfugiés. .....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Deux Indignées à la tête de Madrid et Barcelone

Deux Indignées à la tête de Madrid et Barcelone | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les nouvelles maires de Madrid et Barcelone, issues du mouvement des Indignés, seront investies ce samedi. Elles prévoient notamment un plan choc contre les inégalités.

 

Madrid et Barcelone auront samedi de nouvelles maires, des femmes portées par le mouvement des Indignés qui, avec le parti antilibéral Podemos, a réussi à infliger une forte correction à la droite.

L’ancienne juge Manuela Carmena, 71 ans, militante communiste pendant sa jeunesse, devrait être investie en premier, à partir de 11h (09h GMT). Son équipe composée d’élus issus d’une plateforme citoyenne, de militants de la gauche radicale dont Podemos, l’allié du parti grec Syriza, et d’écologistes issus de la liste «Ahora Madrid» prendra la direction d’une ville qui était un bastion de la droite depuis un quart de siècle.

Vendredi, les partisans de Manuela Carmena craignaient encore de ne pas la voir accéder au poste de premier magistrat de la ville, évoquant le «Tamayazo». En 2003, le Parti socialiste a perdu la possibilité de gouverner la région de Madrid suite à la trahison surprise de deux députés régionaux transfuges, Eduardo Tamayo et Maria Teresa Saez, absents au moment de la séance d’investiture....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Jour de scrutin indécis au Royaume-Uni

Jour de scrutin indécis au Royaume-Uni | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les conservateurs et les travaillistes sont au coude-à-coude dans les derniers sondages. Suivez ce jeudi électoral avec Libération en direct de Londres.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La zone euro ouvre la voie au maintien d'Athènes sous perfusion jusqu'à l'été

La zone euro ouvre la voie au maintien d'Athènes sous perfusion jusqu'à l'été | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'Eurogroupe a donné ce mardi son feu vert au projet de réformes présenté par la Grèce.

 

Les ministres des Finances de la zone euro ont avalisé mardi le projet de réformes présenté par Athènes, ouvrant ainsi la voie à la prolongation jusqu’à l’été du programme de financement du pays, pour le sauver de l’asphyxie financière. Cet accord de principe de l’Eurogoupe a été annoncé sur Twitter par le vice-président de la Commission européenne en charge de l’Euro, Valdis Dombrovskis.

«Après une téléconférence de l’Eurogroupe» pour examiner la liste des réformes présentée par Athènes, «les procédures nationales pour l’extension du programme grec peuvent commencer», a écrit Valdis Dombrovskis, faisant notamment référence au feu vert nécessaire du Parlement allemand.

Les consultations des ministres ont duré à peine plus d’une heure, après un premier aval donné dans la matinée par les institutions créancières (UE, BCE et FMI), l’ex-troïka à la feuille de route soumise par Athènes. La rédaction de la liste grecque s’est faite en étroite concertation entre le nouveau gouvernement grec de gauche radicale et les créanciers du pays, donnant lieu à des «échanges constructifs» durant tout le week-end, selon Valdis Dombrovskis.

 

Athènes a mis ainsi beaucoup d’eau dans son vin, en s’engageant notamment à renoncer à annuler les privatisations déja réalisées. Sur le relèvement du salaire minimum, autre promesse électorale emblématique de Syriza, la Grèce ne confirme ni le calendrier (2016), ni le montant (751 euros) envisagé jusqu’alors, et renvoie à une consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Athènes, la lutte des crasses

A Athènes, la lutte des crasses | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Cinq ans d’austérité ont aussi profondément affecté la vie démocratique grecque.

 

La Grèce est passée de la 68e place en 2008 à la 99e place en 2014 sur l’indice de la liberté d’expression. Au cours de la même période, la dette, elle, a continué à grimper pour atteindre 175% du PIB. C’est cet endettement irréductible qui monopolise les débats de l’actuelle campagne électorale en vue des élections législatives de dimanche, pour lesquelles Syriza («la coalition de la gauche radicale») est en tête des sondages.

Pourtant, crise économique et crise démocratique sont peut-être les deux faces d’une même pièce. Comme en témoignent les récentes dérives du travail législatif au Parlement. «C’est à partir de 2012 que le nouveau système a été mis en place», constate Sotiris Koukios, un journaliste indépendant, spécialiste du Parlement. Il dénonce la surabondance d’amendements qui n’ont rien à voir avec l’intitulé des lois : «C’est totalement illégal, la Constitution l’interdit. Mais c’est devenu la règle. Des mesures critiquables ou impopulaires passent ainsi au forceps sans aucune consultation. Car ces ajouts de dernière minute sont souvent illisibles et rédigés en centaines de paragraphes qui font référence à des centaines d’articles de lois, mentionnés par leur seul nom de code.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les nouveaux visages de l'Europe

Les nouveaux visages de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Avec la nomination du Polonais Donald Tusk au Conseil européen, la nouvelle architecture de l'Union se précise.

 

Le puzzle est presque achevé. Avec la nomination, dimanche 31 août, du Premier ministre polonais Donald Tusk à la présidence du Conseil européen, le nouveau visage de l’Union européenne prend forme, trois mois après les élections européennes de mai qui ont reconduit une majorité conservatrice au Parlement.

 

A la tête de l’exécutif, on retrouve une vieille connaissance des instances européennes, l’ancien Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Homme de droite, Juncker, 59 ans, avait été désigné en mars tête de liste du Parti populaire européen (PPE, conservateur). Il a emporté le morceau le 15 juillet à la suite des élections de mai et avec l’appui de l’Allemagne, dont le rôle d’arbitre dans les nominations en cours ne cesse de se vérifier. Le nouveau président de la Commission européenne parle allemand, anglais et français.

 

A la tête du puissant Conseil européen, un autre conservateur, le Polonais Donald Tusk, lui aussi candidat porté par l’Allemagne. Il ne succédera officiellement au Belge Hermann Van Rompuy que le 1er décembre à la présidence de ce groupe des chefs d’Etat ou de gouvernement chargé de définir les orientations de l’UE. Sur le terrain symbolique, Tusk incarne à la fois l’accession au-devant de la scène des pays de l’Est, le libéralisme économique et la fermeté vis-à-vis de la Russie, dont il maîtrise bien la langue.....

 

La gauche ne récupère qu’un poste, celui de chef de la diplomatie. Il échoit à l’Italienne Federica Mogherini, aussi peu connue du public que ne l’était Catherine Ashton, à qui elle succède, à 41 ans. Ministre des Affaires étrangères depuis seulement quelques mois dans le gouvernement Renzi, elle sait qu’elle est attendue au tournant sur son manque d’expérience et va devoir faire ses preuves. Elue députée en 2008, elle a commencé à s’occuper de politique étrangère au sein des Démocrates de gauche (DS), le parti qui a donné naissance en 2007 au PD, aujourd’hui au pouvoir. Depuis son entrée au ministère des Affaires étrangères italien, elle a multiplié les voyages, entre autres à Moscou....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Néonazis, Indignés et féministes entrent au Parlement européen

Néonazis, Indignés et féministes entrent au Parlement européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le scrutin de dimanche a vu émerger nombre de petits partis.



Né du mouvement des Indignés qui marqua l’année 2011 par l’occupation des places publiques dans les grandes villes espagnoles, Podemos («Nous pouvons») entend porter au Parlement européen les revendications des manifestants: lutte contre la corruption, contre la finance-reine, réforme du système économique, redonner la parole aux citoyens… En figure de proue du parti, Pablo Iglesias, 35 ans, professeur de sciences politique à l’université de Madrid. Il occupera l’un des cinq sièges remportés par son parti que les électeurs ont placé en quatrième position des résultats avec 7,9% des voix. En France, la liste «féministes pour une Europe solidaire» a fait autour de 0,16%, ce qui est loin d'être suffisant pour le Parlement.

Ils sont plus de 300 000 Allemands à avoir choisi le Parti national démocrate d’Allemagne (NPD), ce parti d’extrême droite raciste et antisémite fondé en 1964. Le NPD ne récolte que 1% des suffrages exprimés, mais c’est suffisant pour qu’il entre au Parlement pour la première fois de son histoire. Le parti profite d’une réforme du système électoral allemand pour les européennes, passé à la proportionnelle intégrale, c’est-à-dire qu’il n’y a plus de seuil minimum pour avoir un élu. C’est un de ses plus anciens membres qui devrait occuper le siège gagné à Strasbourg, Udo Voigt. Cet admirateur d’Adolf Hitler avait été un temps éloigné du parti car suspecté par ses pairs d’homosexualité, pratique que le NPD réprouve au plus au point refusant même tout statut civil aux homosexuels.

C’est la Suédoise Soraya Post qui sera la première féministe élue comme telle au Parlement. Avec un score de 5,3%, sa liste Feministikt Initiativ («Initiative féministe») gagne un siège. Pour elle, c’est en réaction à l’extrême droite et au racisme que certaines voix se sont portées sur sa candidature. Elle y voit le début d’un mouvement qui dépasse le féminisme seul.

 

A l’origine petit mouvement étudiant, le Jobbik, parti antisémite, antirom, anticommunisme et anticapitalisme, fait son entrée au Parlement, avec trois sièges. Avec 14,68% des voix, le Jobbik est en recul par rapport aux élections législatives du 6 avril, où il avait remporté 20% des suffrages. Son leader, le trentenaire Gabor Vona, se sera donné beaucoup de mal pour lisser l’image du parti et faire oublier sa milice prompte à ratonner les Tsiganes. Aujourd’hui, le Jobbik, toujours jugé infréquentable par une partie de l’extrême droite européenne, manipule les thèmes classiques des nationalistes : immigration, chômage, traditionalisme religieux.


Autre gagnant de la réforme du système électoral allemand, le parti satirique Die PARTEI. Il aura suffi de 184 525 voix, soit 0,6% des suffrages exprimés, pour permettre à l’humoriste Martin Sonneborn, 49 ans, de faire son entrée au Parlement....Die PARTEI a fait campagne pour les Européennes autour de trois slogans simples: «Merkel est bête», «Merkel est grosse» et «Non à l’Europe, Oui à l’Europe».

Martin Sonneborn ne compte toutefois pas s’éterniser dans les couloirs de Bruxelles ou de Strasbourg. Il a promis de passer les quatre premières semaines de son mandat à «préparer intensivement sa démission» en faveur d’un autre candidat de Die PARTEI. «Nous allons essayer de démissionner tous les mois, pour infiltrer 60 de nos adhérents (à raison de un par mois pendant les cinq ans du mandat) dans le Parlement européen» et être ainsi généreusement rétribués à tour de rôle par Bruxelles.


more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le parti néonazi grec Aube dorée autorisé à se présenter aux européennes

Le parti néonazi grec Aube dorée autorisé à se présenter aux européennes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La participation de la formation néonazie aux européennes avait été mise en doute par le lancement de poursuites pénales à son encontre.

 

La Cour suprême de Grèce a autorisé le parti néonazi Aube dorée à se présenter aux élections européennes du 25 mai, a annoncé samedi un avocat de la formation politique. «Nous nous attendions à cette décision. Nous avons foi dans la justice grecque», a déclaré l’avocat Pavlos Sarakis. La participation de la formation néonazie aux européennes avait été mise en doute par le lancement de poursuites pénales à son encontre. Six de ses députés, dont le chef de file du parti, sont en détention provisoire dans l’attente d’un procès pour «direction et appartenance à une organisation criminelle». La plupart des 18 parlementaires d’Aube dorée font l’objet d’une enquête judiciaire, mais la loi grecque stipule que seule une condamnation peut empêcher un candidat de se présenter à une élection. La liste d’Aube dorée aux européennes n’inclut aucun de ses élus au Parlement grec....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Europe ouvre la porte à une nouvelle aide au Portugal

L’Europe ouvre la porte à une nouvelle aide au Portugal | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’Union européenne est prête à accorder au Portugal le cas échéant une «aide supplémentaire» à l’issue de son plan d’assistance qui expire en mai 2014, a indiqué lundi le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn.

«L’Europe tiendra parole» et continuera à soutenir le Portugal «si le pays a besoin d’une aide supplémentaire», à condition que Lisbonne «poursuive les réformes en cours», écrit M. Rehn dans les colonnes du journal économique Diario Economico.

«La priorité absolue est de conclure avec succès le programme en cours», insiste-t-il avant d’ajouter qu'«il est également indispensable que le Portugal maintienne sa discipline budgétaire et ses réformes structurelles pendant les prochaines années».

Le Portugal bénéficie depuis mai 2011 d’un programme d’assistance de 78 milliards d’euros accordé par l’Union européenne et le Fonds monétaire international. En échange, il met en œuvre un sévère programme de rigueur afin de réduire ses déficits.

«Il est normal de s’interroger sur ce qui va arriver» à l’issue du programme en mai, «mais donner une réponse à l’heure actuelle relèverait de la pure spéculation», fait valoir M. Rehn.

Le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, avait assuré à la mi-décembre que son gouvernement avait «créé les conditions nécessaires» permettant au pays de ne pas recourir à un deuxième plan de sauvetage...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le budget européen menacé de cessation de paiement

Le budget européen menacé de cessation de paiement | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Commission demande au Parlement européen d'augmenter le budget 2013 en urgence, pour éviter une cessation de paiement à la mi-novembre.
Plusieurs députés sont sceptiques.

 

La Commission européenne a demandé lundi au Parlement européen d’approuver en urgence un versement de 2,7 milliards d’euros supplémentaires pour le budget 2013 afin d’éviter à l’Union européenne de se retrouver en cessation de paiement à la mi-novembre. «J’ai été informé ce matin par les services du président de la Commission européenne du risque de cessation de paiement à la mi-novembre», a annoncé le président du Parlement européen Martin Schulz à l’ouverture de la session plénière à Strasbourg.

«C’est une requête que je vous soumets», a-t-il expliqué. «J’ai demandé une réunion d’urgence de la commission des budgets mardi pour examiner le fonds de l’affaire et si une demande est soumise par le Conseil (qui représente les 28 Etats membres de l’UE), un vote pourrait être organisé jeudi», a-t-il plaidé. Les chefs des groupes politiques ont accueilli très fraichement la demande de la Commission. «Il y a quelque chose de bizarre dans cette histoire», a lancé le co-président des Verts Daniel Cohn-Bendit. «Vous n’allez pas me dire que la Commission européenne a découvert vendredi après-midi qu’elle n’avait plus d’argent. Quelqu’un se fout de notre gueule dans cette histoire», a-t-il accusé.

Le chef du groupe du Parti Populaire Européen Joseph Daul s’est montré tout aussi sévère. «Qui nous dit que si nous approuvons ces 2,7 milliards d’euros le Conseil sera encore prêt a adopter les deux autres budgets rectificatifs de 3,9 milliards d’euros et de 400 millions d’euros», s’est interrogé Joseph Daul. Un bras de fer a été engagé entre les Etats membres et le Parlement européen sur le budget de l’UE pour la période 2014-2020. Les députés européens ont conditionné leur approbation définitive de ce budget pluriannuel au déblocage par les Etats membres d’une somme de 3,9 milliards d’euros supplémentaires pour boucler les comptes de 2013....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Roumanie lassée d’être la cible électorale

La Roumanie lassée d’être la cible électorale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les officiels du pays voient d’un mauvais œil le changement de ton des socialistes français.

 

Mais qu’est-ce qui leur prend à nouveau ?» s’interroge un ministre en lisant la revue de presse des déclarations françaises de ces derniers jours. Après les années Sarkozy tendues en raison du dossier rom, la relation franco-roumaine avait connu une embellie avec l’arrivée au pouvoir, à Bucarest et à Paris, de gouvernements socialistes. Les deux Premiers ministres se sont rendus visite, une nouvelle formule pour un partenariat stratégique a été signée et il y a eu dix déplacements de ministres en quelques mois…

 

Concernant le dossier des Roms, Bucarest s’est engagé à ce que leur intégration se fasse tout d’abord en Roumanie. Un énorme projet phare sera approuvé par le Parlement d’ici fin octobre : réhabilitation du quartier de Ferentari, l’un des plus pauvres de Bucarest, où vivent 20 000 personnes, notamment des Roms. Il est mis en œuvre par le gouvernement roumain, avec l’appui de plusieurs pays et notamment la France. Sur la question de la délinquance rom en France, les autorités roumaines sont disposées à faire leur part. «Nous sommes prêts à envoyer davantage de policiers roumains pour appuyer leurs collègues français», explique Marian Tutilescu, chef du département Schengen au ministère de l’Intérieur.

 

«Epouvantail». L’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen est l’autre dossier qui fâche. Lors de sa visite à Bucarest en juillet, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait déclaré que la France «avait proposé comme mesure immédiate l’ouverture des frontières aériennes Schengen pour la Roumanie et la Bulgarie», saluant «les efforts extraordinaires qui avaient été faits».

Le ton a maintenant changé. «La France dit non à l’adhésion des deux pays à l’espace Schengen, en estimant que les conditions ne sont pas réunies», clame Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement. Schengen ou pas, cela ne change pratiquement rien pour le déplacement des Roumains (et des Roms roumains) dans l’Union européenne, car la liberté de circulation s’applique déjà depuis 2007, date d’entrée de la Roumanie dans l’UE. «C’est juste un épouvantail que certains hommes politiques français agitent, l’espace Schengen n’a rien à voir avec la circulation des ressortissants de l’UE, mais avec les frontières extérieures», explique, furieux, un officiel roumain....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne : le nouveau souffle politique

Espagne : le nouveau souffle  politique | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les élections législatives de dimanche mettront un terme à l’ère du bipartisme espagnol. Les vieux Parti populaire et PSOE sont secoués par l’émergence de Podemos à gauche et de Ciudadanos au centre.

 

Le traditionnel débat télévisé, qui a opposé lundi soir les deux grands rivaux sur la chaîne publique, a symboliquement marqué, dans la politique espagnole, un avant et un après. Le face-à-face entre le conservateur au pouvoir, Mariano Rajoy, et son adversaire socialiste Pedro Sánchez s’est caractérisé par des réparties acides, un ton véhément, voire des insultes croisées telles que «indécent», «vil» ou «misérable». «Au lieu d’assister à un exposé des propositions de chacun, analyse le juriste Francesc de Carreras, on a vu un lamentable match de boxe entre deux rivaux qui ne pensaient qu’à mettre l’autre KO. Lorsque l’un disait blanc, l’autre disait noir, et vice-versa. Au lieu d’aborder les défis de l’avenir, il ne s’agissait que de se lancer à la figure les reproches du passé.»

Dans les médias ou sur les réseaux sociaux, ce débat a laissé l’amère sensation d’une confrontation rance et anachronique. Peu après la grand-messe de ce duel suivi par 9 millions de téléspectateurs, les deux autres candidats d’importance ont tenu, eux, sur la chaîne Sexta, une conversation détendue, modérée, dépourvue de noms d’oiseaux. De l’avis général, Pablo Iglesias et Albert Rivera, les deux exclus du débat en prime-time, en sont paradoxalement les grands bénéficiaires. De quoi séduire une armée d’indécis estimée, peu ou prou, à un tiers de l’électorat. «Les candidats conservateur et socialiste ont pour leur part vu leur image écornée, analyse le sondeur Juan José Toharia. Ils risquent d’y laisser des plumes.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Catalogne, un vote en toute indépendance - Libération

En Catalogne, un vote en toute indépendance - Libération | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les partisans d'une séparation avec l'Espagne auront la majorité absolue au Parlement régional. Mais en voix, ils sont battus par les adversaires de la sécession.

 

Paradoxe : les indépendantistes ont gagné ces élections en sièges, mais pas en suffrages. Avec la CUP, la liste «Junts pel Si» obtient 47,8% des voix, contre 51,6% pour les listes non-indépendantistes. Pourquoi? Parce que la loi électorale de Catalogne, que les nationalistes prennent soin de ne pas réformer, donne un avantage aux circonscriptions rurales - où leur poids est plus fort - au détriment des zones urbaines, davantage peuplées de gens nés dans le reste de l’Espagne et rétifs à la séparation. Aux yeux des partis nationaux, cette infériorité en votes ôte à la liste sécessionniste toute légitimité. «Comment peut-on proclamer une indépendance sur la base d’une minorité ?» interroge l’analyste du journal en ligne eldiario.es, Ignacio Escolar, qui ajoute : «Une décision aussi capitale requiert un triomphe électoral écrasant, pas une victoire aussi serrée et discutable.»...

 

Bien malin qui peut dire comment les choses vont se dérouler dorénavant. La certitude, c’est qu’Artur Mas ne va pas s’arrêter en si bon chemin et va continuer à avancer, étape par étape, vers la «souveraineté». Tout réside dans le comment. On connait la feuille de route des séparatistes: préparer le terrain pour que, dans 18 mois, c’est-à-dire au printemps 2017, la situation soit mûre pour un référendum d’autodétermination définitif. Qui, s’il est favorable, devra déboucher sur une proclamation d’indépendance unilatérale de la part du Parlement autonome de Catalogne. Un peu sur le modèle du Kosovo. Pour le commentateur Joaquim Coll, opposé à la séparation, «tout cela relève d’un souhait délirant. La vraie question est de savoir ce qui va se passer pendant les 18 mois à venir: Artur Mas va-t-il aller au conflit contre Madrid, ou tentera-t-il de négocier?» En d’autres termes, les séparatistes vont-ils, comme ils l’ont dit, commencer à mettre en place un fisc catalan, un Tribunal suprême catalan et un Parlement propre qui n’obéissent plus au pouvoir central ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Migrants, la stratégie des Etats

Migrants, la stratégie des Etats | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De l'Italie à la Roumanie, les pays du sud-est de l'Europe gèrent l'afflux, chacun à leur manière.

 

Italie : La péninsule sous pression

Environ 5 300 migrants, principalement en provenance d’Afrique subsaharienne, ont été secourus la semaine dernière en Méditerranée près de la côte libyenne, a annoncé mardi l’agence Frontex, chargée des frontières extérieures de l’espace Schengen. Ce sont déjà quelque 95 000 migrants qui ont été secourus en Méditerranée centrale et emmenés dans les centres d’accueil de la péninsule. Critiquées par Berlin et Paris pour n’avoir pas encore mis en place les centres d’enregistrement de première entrée (afin de différencier les demandeurs d’asile des autres migrants), les autorités italiennes ont répondu par la voix du ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, clamant que «l’Italie fait ce qu’elle doit faire […] et même beaucoup plus, en sauvant des dizaines de milliers de vies humaines et en accueillant les réfugiés». «Nous sommes un modèle positif au niveau international», a-t-il assuré.

Grèce : La porte d’entrée démunie

C’est devenu, en 2015, le premier pays d’entrée pour les migrants : 160 000 depuis début janvier, sur les 293 000 arrivées en Europe par la Méditerranée, où ont péri 2 450 personnes. Avec des situations catastrophiques dans certaines îles comme Lesbos ou Kos, que ni le gouvernement ni Frontex (l’agence européenne de surveillance des frontières) n’ont les moyens de gérer....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Irlandais ont dit «yes» au mariage homosexuel

Les Irlandais ont dit «yes» au mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les premiers résultats publiés dans l'après-midi donnent le oui gagnant avec plus de 62% des voix.

 

Les premiers résultats publiés dans l’après-midi donnaient le oui gagnant avec plus de 62% des voix dans plus de la moitié des circonscriptions, selon la chaîne nationale RTE.

«C’est vraiment historique, nous sommes le premier pays au monde à voter pour l’égalité dans le mariage dans le cadre d’un référendum», a déclaré le ministre de la Santé, Leo Varadkar, premier membre d’un gouvernement irlandais a avoir fait son coming out. La campagne pour le oui, a-t-il estimé, a été «une révolution sociale», dans un pays où l’homosexualité n’a été dépénalisée qu’en 1993.

«On va gagner», a tweeté de son côté Aodhan O Riordain, secrétaire d’Etat pour l’Egalité. «C’est le "oui" (qui l’emporte). Et même une victoire écrasante à Dublin. Je suis tellement fier d’être Irlandais aujourd’hui», a-t-il dit, tandis que des Irlandais exultaient à Dublin....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Aube Dorée et Pegida réunis dans un meeting soutenu par Marine Le Pen

Aube Dorée et Pegida réunis dans un meeting soutenu par Marine Le Pen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La présidente du FN a envoyé un message vidéo lors de ce rassemblement organisé à Rome par la Ligue du Nord, où se côtoyaient néofascistes et néonazis.

 

La dédiabolisation en prend un coup sur la carafe. Le 28 février dernier, Marine Le Pen a apporté son soutien à un grand meeting qui réunissait notamment néofascistes et néonazis à Rome, révèle Mediapart jeudi (abonnés). «N’ayant pu me joindre à vous, je tenais à vous saluer chaleureusement, et à vous adresser ce message de soutien, alors que vous vous êtes massivement mobilisés dans les rues de Rome aujourd’hui, afin de protester contre les politiques mortifères menées dans toute l’Europe», lance la présidente du Front national dans un message vidéo.

Parmi les participants à ce rassemblement, «les néofascistes italiens de CasaPound, les anti-islam allemands de Pegida, des sympathisants d’Aube dorée, des identitaires français», énumère Mediapart. Sans oublier des croix celtiques et une pancarte à l’effigie de Mussolini.

Evoquant les «combats» qu’elle partage avec la foule, Marine Le Pen fustige, entre autres, «l’Union soviétique européenne» (une «prison des peuples»), les «vents mauvais de la mondialisation sauvage», «l’immigration massive», qui «détériore», dit-elle, «une harmonie chèrement acquise au sein de nos sociétés» et constitue un «terreau où recrutent les terroristes islamistes»....

Vincent DUBOIS's insight:

Une preuve de plus de la peste brune qui nous menace. Nos concitoyens qui votent pour le parti de Marine le Pen ne peuvent pas dire qu'ils ne le font pas en connaissance de cause: elle apporte son soutien aux partis xénophobes, racistes, antisémites, nazis et fascistes de toute l'Europe. Bref à tous ceux qui sont liberticides, anti-démocratiques et intolérants. Voilà l'Europe qui nous est proposée par le FN: le refus de l'Autre! A bon entendeur.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne: des dizaines de milliers de partisans de Podemos dans la rue à Madrid

Espagne: des dizaines de milliers de partisans de Podemos dans la rue à Madrid | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Des dizaines de milliers de partisans de Podemos, allié de Syriza, défilent ce samedi dans la rue à Madrid pour montrer leur volonté de changement.

 

Des dizaines de milliers de personnes proches du parti antilibéral espagnol Podemos, allié de Syriza, manifestaient samedi dans les rues de Madrid pour démontrer qu’en Espagne aussi la volonté de «changement» n’a jamais été aussi forte.

La grande «marche pour le changement» prévue à partir de 12h00 (11h00 GMT) place de Cibeles à Madrid et qui devait relier la Puerta del Sol, dans le centre historique, rassemblait une foule compacte, sans doute des dizaines de milliers de personnes au démarrage, selon plusieurs journalistes de l’AFP.

  

«Si se puede, si se puede» (Oui, c’est possible), scandait la foule. «Tic tac, tic tac, c’est l’heure du changement», lisait-on aussi sur les grands calicots de manifestants débarquant de bus provenant des quatre coins de l’Espagne pour participer à la marche.

La marche intervient moins d’une semaine après la victoire dimanche du parti de gauche Syriza, dont les dirigeants ont régulièrement fait campagne aux côtés de ceux de Podemos.

Issus de deux des pays européens ayant vécu le plus durement la crise, avec encore plus d’un cinquième de leur population active au chômage, Podemos et Syriza partagent le même rejet de la «troïka» (Banque centrale et commission européennes, Fonds monétaire international).....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecosse: la démocratie contre le romantisme

Ecosse: la démocratie contre le romantisme | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La réponse des Ecossais est claire et sans ambiguïté. Ils ne veulent pas de l’indépendance.
Plus de 55% d’entre eux à travers les villes et les banlieues, les landes et les lacs ont dit non au Scottish National Party qui avait organisé la consultation avec l’aval de Londres. L’exception de Glasgow ne doit pas cacher un paysage majoritairement opposé aux rêves romantiques d’Alex Salmond, Sean Connery ou des Franz Ferdinand. Ce résultat décevant pour les indépendantistes qui voulaient un Etat ne signifie pas pour autant que l’Ecosse n’est pas un pays et une nation. L’Ecosse a sa culture et sa culture politique, ses idiosyncrasies et ses marqueurs. Pro européenne, penchant à gauche, croyant encore à la solidarité, l’Ecosse a une identité forte et propre, différente de celles des «Anglais».

C’est pourquoi Londres se doit d’avoir le triomphe modeste, comme semble le vouloir ce vendredi le Premier ministre du Royaume-Uni. Les Ecossais bénéficient déjà d’une large autonomie politique, avec un Parlement, un Premier ministre et des institutions propres. Cameron a promis d’élargir encore le pouvoir tartan dans le cadre souple d’une union rénovée. Aux indépendantistes de voir alors s’ils acceptent ce compromis ou s’ils s’accrochent à leur rêve démocratiquement rejeté ce vendredi.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Ukraine signe un accord historique avec l’UE

L’Ukraine signe un accord historique avec l’UE | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’Ukraine a scellé vendredi à Bruxelles un accord historique d’association avec l’Union européenne, provoquant une réaction virulente de la Russie, sommée par l’UE d’apaiser d’ici à trois jours la situation dans l’Est séparatiste.

 

Le président ukrainien Petro Porochenko a, selon une source diplomatique européenne, proposé de proroger d’autant le cessez-le-feu décrété vendredi dernier à ses troupes et exigé la libération d’otages, dont des observateurs de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), et la fin des «infiltrations» d’armes et de combattants.

«C’est à moi de prendre la décision (sur la prolongation du cessez-le-feu). Je dois consulter le Conseil de défense, mais l’heure limite est 22H00 (19H00 GMT), donc la décision doit être prise aujourd’hui», a-t-il néanmoins déclaré à Bruxelles. Aucune information n’a depuis filtré alors que la trêve a expiré.

Un chef rebelle de la république séparatiste autoproclamée de Donetsk, Alexandre Borodaï, a d’ores et déjà fait savoir que les rebelles étaient d’accord pour prolonger la trêve «pour la même durée que celle que M. Porochenko a proposée».

M. Borodaï s’exprimait à l’issue de consultations avec des représentants de Kiev. Il a également indiqué qu’après une première libération la veille d’observateurs de l’OSCE retenus depuis le 26 mai, une deuxième équipe retenue dans l’Est depuis le 29 mai devrait être libérée incessamment...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les pays européens (mal) vus par leurs voisins

Les pays européens (mal) vus par leurs voisins | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Depuis cinq ans, le graphiste bulgare Yanko Tsvetkov joue avec les stéréotypes dans ses «cartes des préjugés».

 

Yanko Tsvetkov s’est alors lancé dans une série de cartes de l’Europe et du monde «vu par» les Suisses, les Norvégiens, les Roumains, l’Amérique Latine, les gays, les Vikings... D'abord publiées sur Internet, elles trouvent bientôt un éditeur. Les Atlas de Yanko Tsvetkov se moquent des idées fixes sur les Anglais impérialistes et buveurs de thé, les Polonais qui sont plombiers et catholiques, les Espagnols bruyants (en dehors des heures de sieste), et les Français qui ne se lavent jamais et sont fiers de manger des grenouilles.

 

 

Pour l'auteur, le plus important n’est pas de chercher à se débarrasser de ses préjugés, mais d’en plutôt d’en avoir conscience. Et surtout, d'en rire. Pour Tsvetkov, l’homme a toujours cherché à rejeter la faute sur autrui et trouvé un bouc émissaire : «C’est le cœur du fonctionnement des préjugés. J’essaye surtout de regarder le côté marrant des choses. C’est quand ils sont pris au sérieux que les préjugés peuvent vraiment poser problème.»

Même si certains préjugés semblent fonctionner, le Bulgare rappelle qu'il faut toujours s'en méfier. «Par exemple, il y a un stéréotype selon lequel les Allemands n’ont pas le sens de l’humour... Et pourtant, c’est dans un journal allemand qu’une de mes cartes a été publiée la première fois !», rigole-t-il. «Ce que j’espère, c’est que la connaissance de ces stéréotypes pourra inspirer un peu d’humilité vis-à-vis des autres.»

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La carte du droit à l'avortement en Europe

La carte du droit à l'avortement en Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Si l'Espagne revenait en arrière sur l'IVG, elle rejoindrait le groupe des cinq pays de l’Union européenne qui limitent ou interdisent aujourd'hui totalement l’avortement.


C’est un virage radical que l’Espagne est en train de prendre. En proposant un avant-projet de loi limitant fortement l’accès à l’IVG, Alberto Ruiz-Gallardon, le ministre espagnol de la Justice, est sur le point de remettre totalement en cause une des législations les plus progressistes en la matière. Promulguée en 2010 par le socialiste José Luis Zapatero, la loi sur l’avortement actuellement en vigueur autorise l’interruption volontaire de grossesse jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse. Si le Parlement adopte ce projet de loi malgré l’importante mobilisation citoyenne, le pays rejoindra le groupe des cinq pays de l’Union européenne qui limitent ou interdisent aujourd'hui totalement l’avortement.

 


http://www.scoop.it/t/cadmos-sais-tu-ou-en-est-l-union-europeenne

L’Espagne s'alignera-t-elle sur l’Irlande, la Pologne et le Luxembourg ?

Trois membres de l’Union européenne autorisent le recours à l’avortement tout en le limitant clairement. Très catholique, l’Irlande avait totalement interdit l’IVG en l’inscrivant dans sa Constitution en 1983. Mais la législation s’est légèrement assouplie en juillet dernier puisqu’une loi autorise désormais l’IVG en cas de risque avéré pour la vie de la mère. L’avortement reste très encadré et peu répandu. Il aura fallu un scandale et la mort en octobre 2012 de Savita Halappanavar, une mère enceinte morte des suites d’une fausse couche, pour faire bouger les lignes.

Une législation très stricte est aussi en vigueur en Pologne, autre bastion catholique de l’Union européenne. L’avortement y est très restreint et ne peut être pratiqué qu’en cas de viol ou d’inceste, si la vie de la mère est en danger ou encore si le fœtus présente de sévères malformations. Contrairement à l’Irlande, le coût de l’avortement est pris en charge par l’Etat, tout comme au Luxembourg, l’autre pays à appliquer une législation stricte à ce sujet....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Croates disent non au mariage homosexuel

Les Croates disent non au mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
65,76% des Croates ont répondu «oui» à la question de savoir si le mariage devait être inscrit dans la Constitution comme «l’union entre un homme et une femme».



Les Croates ont voté dimanche en faveur d’une révision de la Constitution pour empêcher le mariage homosexuel, au cours d’un référendum réclamé par des ONG conservatrices mais jugé discriminatoire par des militants des droits de l’Homme.

 

Selon les résultats officiels portant sur les bulletins dépouillés dans près de 99% des bureaux de vote, 65,76% des Croates ont répondu «oui» à la question de savoir si le mariage devait être inscrit dans la Constitution comme «l’union entre un homme et une femme».

Trois heures avant la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation (26,75%) était bien inférieur à celui enregistré à la même heure (33,79%) au référendum sur l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne en 2012, et qui à la fin du vote avait été de seulement 43%.

Dans cette ex-république yougoslave de 4,2 millions d’habitants, tout récemment devenue membre de l’UE, l’Église catholique particulièrement influente a donné son plein soutien à l’organisation de cette consultation.

«Le mariage est le fondement de la famille et de la société. Les Croates ont le droit de dire si pour eux le mariage est l’union entre un homme et une femme», a déclaré dans la journée Zeljka Markic, présidente du collectif conservateur «Au nom de la famille» qui a été à l’origine de cette consultation.

Korana Horvat, une étudiante de 24 ans, a voté «non». «Aucune discrimination ne peut être bénéfique, elle ouvre plutôt la voie à de nouvelles discriminations», a-t-elle dit.

 

Le gouvernement de centre gauche dirigé par Zoran Milanovic avait appelé ces derniers jours les citoyens à voter contre un tel amendement.

«C’est un référendum triste et insensé (...) j’espère que c’est la dernière fois que nous aurons à organiser un tel scrutin de cette manière et sur ces questions», a déclaré M. Milanovic à la presse après avoir voté.

«La Constitution devrait préciser quelles sont les questions qui peuvent être soumises à un référendum et celles qui ne devraient pas en faire l’objet, qui représentent l’intimité de la famille», a-t-il ajouté...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Irlande en voie de se passer de l'aide internationale

L'Irlande en voie de se passer de l'aide internationale | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Ce serait le premier pays de la zone euro sous assistance à s’affranchir de l’aide de ses partenaires.



L’Irlande a confirmé qu’elle devrait sortir à la mi-décembre du plan de sauvetage de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, devenant ainsi le premier pays de la zone euro sous assistance à s’affranchir de l’aide de ses partenaires.

«Je peux confirmer que l’Irlande est en voie de sortir du plan de sauvetage UE-FMI le 15 décembre. Et il n’y aura pas de retour en arrière», a déclaré le Premier ministre, Enda Kenny, samedi soir lors de la conférence nationale de son parti Fine Gael (centre).

La sortie du plan d’aide à la fin de l’année était l’objectif affiché du gouvernement Kenny qui avait entamé des discussions avec la troïka (UE-BCE-FMI) de ses bailleurs de fonds en février.

Au bord du gouffre après l’explosion de la bulle immobilière et le sauvetage de ses banques, l’Irlande avait été contrainte fin 2010 d’appeler à la rescousse ses partenaires européens et le FMI au moment où son déficit atteignait 30% du PIB.

L’ancien «tigre celtique» avait alors obtenu un plan de sauvetage de trois ans de 85 milliards d’euros, en échange de la mise en oeuvre d’une austérité draconienne qui lui a permis de redresser ses comptes.

Trois ans plus tard, le pays, constamment présenté par les dirigeants européens comme un modèle à suivre pour les autres pays de la zone euro sous assistance financière (Grèce, Portugal, Chypre), a retrouvé la croissance et l’accès aux marchés financiers.

En février, Dublin avait déjà fait un pas essentiel en parvenant avec la Banque centrale européenne à un accord qualifié d'«historique» par Kenny, sur la réduction du fardeau de la dette issue du sauvetage de ses banques....

more...
No comment yet.