Union Européenne,...
Follow
Find tag "Lemonde"
6.7K views | +3 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Finlande, scène de racisme ordinaire à Lieksa

En Finlande, scène de racisme ordinaire à Lieksa | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les migrants somaliens font l’objet d’un rejet massif, attisé par le parti des Vrais Finlandais.

 

Ishaq Gulled fait la visite comme s’il habitait là depuis toujours. A gauche de la rue principale, la compagnie de taxi qui a osé embaucher le premier chauffeur de taxi noir de l’histoire de la ville, à droite, le supermarché, centre névralgique de cette petite commune finlandaise perdue de l’est du pays. Le premier hôpital est à plus de 100 kilomètres d’une route cahoteuse, Helsinki a plus de 500 kilomètres, la frontière russe à moins de 60. Bienvenue à Lieksa, 12 000 habitants, devenue célèbre dans toute la Finlande pour ses migrants somaliens et leur sort peu enviable.

Depuis qu’Ishaq, 26 ans, et environ 300 autres Somaliens sont venus s’installer à Lieksa – entre 2009 et 2012 –, les actes racistes se multiplient. Voitures endommagées ou incendiées, insultes : au moins 15 actes racistes ont encore été identifiés par la police en 2014. « Il y a même des gens qui nous jettent des pierres. Dans le bus, certains changent de place quand on s’assoit à côté d’eux », assure Mohamed Hersi, le représentant de la communauté somalienne....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Eva Joly en croisade contre l’évasion fiscale en Grèce

Eva Joly en croisade contre l’évasion fiscale en Grèce | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La députée européenne est venue à Athènes pour soutenir le travail des associations qui dénoncent les pratiques fiscales des entreprises grecques

 

« Je crois que M. Tsipras plus que tous ses prédécesseurs peut s’attaquer à la fraude fiscale. Ce n’est donc pas un hasard si nous sommes venus présenter à Athènes notre rapport sur les réseaux de l’évasion fiscale via les Pays-Bas, explique Mme Joly, car il y a une grande hypocrisie de l’Europe. Le ministre des finances hollandais, Jeroen Dijsselbloem, tape sur Tsipras en tant que président de l’Eurogroupe, alors qu’il est le chef d’un paradis fiscal en plein cœur de l’Europe ! ».

 

Vice-présidente de la commission spéciale sur les rescrits fiscaux, créée par le Parlement européen le 12 février 2014 afin d’enquêter sur les politiques fiscales de certains pays, Mme Joly est venue à Athènes soutenir le rapport de l’organisation non gouvernementale (ONG) hollandaise SOMO, qui dénonce les pratiques financières des Pays-Bas.

« Le régime de construction de holding des Pays-Bas est le plus populaire au monde avec un environnement fiscal très avantageux – 0 % de taxes ! – et une très grande flexibilité du droit fiscal », stipule ce rapport. « En Grèce, les plus grosses entreprises ont souvent recours à des montages compliqués pour éviter la taxation », explique Eva Joly.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les hommes gagnent 16,4 % de plus que les femmes dans la zone euro

Les hommes gagnent 16,4 % de plus que les femmes dans la zone euro | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les pays du nord de l'Europe sont loin d'être les plus vertueux en matière d'écart des salaires entre hommes et femmes, selon Eurostat.

 

C'est l'Estonie qui compte l'écart de rémunération entre hommes et femmes le plusimportant : il atteignait 29,9 % en 2013. Suivent l'Autriche (23 %), la République tchèque (22,1 %) et l'Allemagne (21,6 %). A l'inverse, c'est en Slovénie que l'écart est le plus faible (3,2 %), suivie par Malte (5,1 %), la Pologne (6,4 %), l'Italie (7,3 %) et la Croatie (7,4 %). La France se situe dans le milieu de tableau, avec un écart de 15,2 %, comme la Suède.

Par rapport à 2008, l'écart a diminué dans une majorité de pays de l'UE, mais a augmenté dans une dizaine d'autres, comme au Portugal, où il s'est accru de 3,8 points de pourcentage à 13 %. Mais Eurostat, qui publie ces statistiques à l'occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, souligne que les différences entre hommes et femmes sur le marché du travail ne concernent pas que les écarts de salaires. Ainsi, les deux tiers des directeurs, cadres et gérants sont des hommes, tandis que deux employés de bureau sur trois sont des femmes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Victoire historique de la gauche radicale en Grèce

Victoire historique de la gauche radicale en Grèce | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Syriza obtient 36,5 % des voix, selon les projections du ministère de l'intérieur, soit 150 sièges. Sa victoire aux élections législatives est assurée, mais pas sa majorité absolue au Parlement.

 

La victoire de Syriza en Grèce est assurée, seule la question de la majorité absolue au Parlement est encore en jeu. Selon les projections du ministère de l'intérieur, le parti de gauche radicale obtient 36,5 % des voix à l'issue des élections législatives du dimanche 25 janvier.

« Le peuple grec a écrit l'Histoire » et « laisse l'austérité derrière lui », s'est félicité Alexis Tsipras, le dirigeant de Syriza, devant des milliers de personnes rassemblées sur l'esplanade de l'Université d'Athènes.« Le verdict du peuple grec signifie la fin de la troïka ».

Les projections en siège donnent au parti d’Alexis Tsipras, qui deviendra le plus jeune premier ministre grec en plus d'un siècle, 150 sièges au Parlement, à un siège de la majorité absolue. « Il y a un énorme suspense sur la majorité absolue », a dit Michalis Kariotoglou, un responsable de Singular Logic, qui traite les résultats pour le compte du ministère de l'intérieur. « Il se peut qu'il faille attendre le décompte de la totalité des voix. »....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le nouveau président roumain, une histoire allemande

Le nouveau président roumain, une histoire allemande | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Klaus Iohannis est issue de la minorité allemande, dont la présence en Transylvanie remonte au XIIe siècle.

 

Le candidat libéral Klaus Iohannis, 55 ans, issu de la minorité allemande, a remporté, dimanche 16 novembre, le scrutin présidentiel avec 55 % des voix. Il s’est imposé face au premier ministre socialiste Victor Ponta, pourtant favori des sondages. La victoire surprenante de Klaus Iohannis, élu pour un mandat de cinq ans, redonne sa fierté à la petite communauté....

 

A Sibiu, ville qui ne compte plus que 1 500 Allemands, c’est-à-dire 1 % de la population locale, les Roumains ont choisi d’élire comme maire, en 2000, Klaus Iohannis, professeur de physique. Dès son installation à la tête de la mairie, M. Iohannis a su attirer des investissements allemands qui ont changé le visage de l’ancien bourg que ses ancêtres avaient bâti.

Ces dernières années, de plus en plus d’Allemands reviennent en Transylvanie, rénovent leurs maisons et reprennent les affaires. Grâce à eux et à l’apport de capitaux, la Transylvanie renaît de ses cendres et est devenue une destination touristique à la mode.

Les Allemands peuvent-ils renouer avec leur conte de fées en Transylvanie ? « C’est la première fois qu’un citoyen appartenant à une minorité ethnique est désigné pour la course présidentielle, avait déclaré Klaus Iohannis à l’occasion de sa candidature. Cela prouve que la société roumaine est mûre. Nous ne pouvons pas demander le respect des autres si nous ne nous respectons pas nous-mêmes. Dans ma vision des choses, la Roumanie sera un pays occidental ».

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Suède : victoire de la gauche et percée de l'extrême droite

Suède : victoire de la gauche et percée de l'extrême droite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'opposition de gauche a remporté les élections législatives en Suède dimanche, et l'extrême droite a signé une poussée historique, selon les premières estimations à la fermeture des bureaux de vote.

 

Se basant sur des sondages effectués à la sortie des bureaux, ces estimations donnent les sociaux-démocrates en tête avec 31 % des voix. Dans ce scénario, Stefan Löfven, 57 ans, serait le premier appelé à tenter de former un gouvernement. Mais l'ancien ouvrier et syndicaliste semble en passe de devenir le premier ministre le plus mal élu de l'histoire de son parti.


Le scrutin est par contre historique pour les Démocrates de Suède (SD), le parti d'extrême droite, qui va devenir le troisième parti du pays avec 10,5 %, contre 5,7 % en 2010. Un tel résultat serait un nouveau triomphe personnel pour leur président, Jimmie Åkesson, 35 ans, qui a fait de cette formation autrefois marginale dans l'électorat une force qui compte....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Comprendre l'immigration clandestine en Europe en une carte

Comprendre l'immigration clandestine en Europe en une carte | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Depuis la création de l'Union européenne, la question du contrôle de la migration clandestine fait débat.
Vincent DUBOIS's insight:

Vidéo pédagogique de 2'27''

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vague europhobe sur le Vieux Continent

Vague europhobe sur le Vieux Continent | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
UKIP au Royaume-Uni, Front national en France et Parti populaire au Danemark arrivent en tête.

 

Paris-Londres-Copenhague. Tel est le trio gagnant de la droite extrême, après les élections européennes du dimanche 25 mai.

Le Front national, le UKIP et le Parti populaire danois (Dansk Folkeparti ; DF) arrivent en tête dans chacun de leur pays, provoquant un véritable séisme. Marine Le Pen dynamite le paysage politique français, tout comme Nigel Farage, le chef du UKIP, qui écrase les conservateurs et devance les travaillistes. Au Danemark, DF a cinq points d'avance sur les sociaux-démocrates au pouvoir. Ils sont l'image la plus visible de cette vague europhobe qui part à l'assaut du Parlement européen pour le détruire de l'intérieur.

 

Quand ils ne sont pas premiers, les partis europhobes obtiennent des scores importants en Autriche, en Hongrie, en Suède et en Grèce. En Italie, Beppe Grillo (21 %) est largement distancé par la liste du président du conseil de centre gauche, Matteo Renzi (41 %), qui a trempé sa légitimité démocratique dans ce scrutin. Mais l'ancien comique devrait envoyer une petite vingtaine de députés au Parlement européen.

L'extrême droite a cependant connu quelques déceptions électorales qui empêchent la vague brune de se transformer en tsunami. Aux Pays-Bas, l'allié privilégié de Marine Le Pen, le Parti pour la liberté de Geert Wilders, est en recul par rapport à 2009. De même à Helsinki, les Vrais Finlandais ne se classent qu'en troisième position, alors que certains sondages les plaçaient en tête. Enfin, à Bratislava, le Parti national slovaque n'a pas réussi à faire élire le moindre eurodéputé, ce qui posera un problème à Marine Le Pen pour constituer son groupe d'extrême droite.

 

Ces partis europhobes représenteront plus de 140 députés, près d'un cinquième du Parlement. Mais ils auront bien du mal à s'entendre à Strasbourg et à Bruxelles. Ils représentent des tribus qui se méfient les unes des autres.

A l'exception de Beppe Grillo, qui est inclassable, ils se rattachent tous à des traditions d'extrême droite, même s'ils veulent parfois les faire oublier.

Les partis populistes scandinaves essaient de gommer leur origine d'extrême droite et récusent – à l'exception des Suédois, qui hésitent encore – une alliance avec le Front national. Ils ont depuis longtemps opéré leur recentrage politique qui les pousse à collaborer avec des gouvernements dirigés par des partis traditionnels, comme en Finlande ou au Danemark, dans la législature précédente....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les élections européennes expliquées en patates

Les élections européennes expliquées en patates | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Quelles sont les règles en France ? Quelles différences avec les autres pays ? Les explications avec le cas de Sandrine, qui tente de rejoindre les rangs des eurodéputées.

 

Comme tous les cinq ans depuis 1979, les citoyens européens sont appelés aux urnes. L'objectif : renouveler la composition du Parlement européen, l'un des deux organes législatifs de l'Union avec le Conseil de l'Union européenne. Quelles sont les règles du scrutin en France ? Quelles différences avec les pays voisins ? Les explications concrètes avec le cas de Sandrine, une Française qui tente cette année de rejoindre les rangs des patates eurodéputées.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Herman Van Rompuy : « Le populisme n'est pas né avec la crise de l'euro »

Herman Van Rompuy : « Le populisme n'est pas né avec la crise de l'euro » | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le président du Conseil européen défend sa gestion de la crise de l'euro et dit avoir « la conscience tranquille ».

 

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, défend, dans un entretien au Monde, la gestion de la crise économique, qu'il évoque dans son livre L'Europe dans la tempête (éd. Racines, 2014). Nommé fin 2009, au début de la crise de l'euro, il juge que Bruxelles a « évité le pire ».

 

Vous sentez-vous responsable de la montée du désenchantement à l'égard de l'Europe et des instances bruxelloises ?


Herman Van Rompuy : Non, j'ai la conscience tranquille. Nous avons fait notre travail pour sauvegarder l'union monétaire. Si l'euro avait échoué, c'est toute l'Union européenne (UE) qui aurait échoué. Si nous n'avions pas fait cela, nous serions en pleine dépression, comme dans les années 1930. Nous avons évité le pire, même si, bien sûr, tout cela a un prix.

 

 

La montée en puissance des idées eurosceptiques n'est-elle pas liée à la façon dont la crise a été gérée ?


Il faudrait plutôt poser la question à la génération qui nous a devancés, qui a été responsable des premières années de la zone euro, a dû voir les problèmes émerger et n'a pas agi. Là, c'est une très grande responsabilité. Je ne pense pas à MM. Kohl et Mitterrand, qui avaient pris une initiative très forte pour aller vers une Allemagne réunifiée dans une Europe plus unie.

Mais, après la création de l'euro, il fallait mettre en place tous les instruments nécessaires pour faire de l'union monétaire une véritable union économique. Or ces dispositions, comme la création des fonds d'assistance financière, de l'union bancaire et d'un cadre plus strict de surveillance budgétaire et économique, ne peuvent être prises que le dos au mur, dans un climat de crise. C'est malheureux, mais c'est comme cela.

 

 

Dans de nombreux pays, dont la France, l'Italie ou les Pays-Bas, le vote populiste et eurosceptique risque de battre des records…


Avant la crise, il y avait déjà pas mal de populisme. En France, Jean-Marie Le Pen est arrivé second à la présidentielle de 2002, sans que cela tienne spécifiquement à l'Europe. Puis les Français ont voté « non » au projet de Constitution en 2005, donc bien avant la crise. Il y a en France par rapport à l'Europe un sentiment ambigu, ou parfois franchement négatif. Le populisme n'est pas né avec la crise de la zone euro. C'est un phénomène de société beaucoup plus vaste qui ne peut pas être attribué à la seule Europe. Tous les sondages indiquent que la confiance dans les institutions nationales est encore plus basse que dans les institutions européennes....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hongrie : quelle victoire pour Orban ?

Hongrie : quelle victoire pour Orban ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

 

 

...Le Fidesz, le parti du premier ministre hongrois, Viktor Orban, est le grand favori des élections législatives, dimanche 6 avril. L'opposition a du mal à imposer sa voix.




Un drôle d'air souffle sur Budapest et la Hongrie, pendant la campagne électorale plutôt molle pour les législatives, organisées dimanche 6 avril. Dans les rues de Budapest, « on ne voit pas de sourires sur les visages », constate Ilona Bokor. Cette femme de ménage vit avec ses 200 euros mensuels et ne se plaint pas. Elle est contente du premier ministre Viktor Orban parce qu'il a réduit les tarifs d'eau et d'électricité en faisant pression sur les filiales étrangères qui les détiennent. « Il essaye de récupérer ce qui était à l'Etat hongrois, c'est bien », explique-t-elle.

A l'opposé, un professeur d'université décrit une « catastrophe » qui s'est abattue sur le pays. « Nous vivons dans la société de la peur. On n'a pas peur d'aller en prison, mais de perdre notre travail. » Le gouvernement hongrois a fait voter une loi permettant au gouvernement de licencier les fonctionnaires sans explications. Ce quinquagénaire refuse de donner son nom. « Je ne veux pas que vous indiquiez où je travaille. Je n'ai pas peur pour moi, mais pour mon université. » « Je n'ai jamais connu la population hongroise aussi désespérée », relève le spécialiste de la Hongrie Paul Gradvohl.

 

Le Fidesz, le parti du premier ministre hongrois, Viktor Orban, est le grand favori des élections législatives, dimanche 6 avril. Les sondages le créditent d'environ 50 % des suffrages, loin devant ses adversaires. La fiabilité des sondages est soumise à caution. Il faut interroger cinq personnes pour obtenir une réponse, car une grande partie des sondés refusent de répondre. « Certains électeurs socialistes me disent qu'ils ont répondu qu'ils voteraient Fidesz », explique le député socialiste Tibor Szanyi.

En dépit des insuffisances des sondages, la principale inconnue semble porter sur l'ampleur de la victoire d'Orban. Lui fait mine d'alimenter le suspense : « Souvenez-vous de 2002 ! », a rappelé Viktor Orban à ses fidèles. Déjà premier ministre de 1998 à 2002, il avait très mal vécu son échec électoral alors qu'il était favori des sondages.
Aura-t-il à nouveau la majorité des deux tiers qui lui donne la toute puissance sur le pays ou devra-t-il se contenter d'une majorité simple ?

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'agence Moody's confirme le triple A de l'Union européenne

L'agence Moody's confirme le triple A de l'Union européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'agence de notation pointe notamment la « diminution » des risques liés à la crise de la dette dans la zone euro.



L'agence de notation Moody's a fait part, vendredi 14 mars, d'un regain d'optimisme pour les finances de l'Union européenne (UE), pointant notamment la « diminution » des risques liés à la crise de la dette dans la zone euro.

L'agence américaine, qui évalue la solvabilité des émetteurs de dette, a d'abord confirmé le triple « Aaa » assigné à l'Union européenne, la note maximale qui permet en théorie d'emprunter à plus bas coût auprès des marchés. Elle a également relevé de « négative » à « stable » la perspective de l'UE, indiquant ainsi qu'elle n'envisageait plus d'abaisser la note de l'Union à moyen terme.

Les décisions de l'agence Moody's rendent compte de l'embellie économique de la zone euro, qui est sortie d'une longue récession à la mi-2013.


Si, curieusement, l'agence ne mentionne pas la Grèce, épicentre de la crise de la dette dans la zone euro, dans son communiqué, Moody's affirme que les risques pesant sur la zone euro ont « diminué », permettant de réduire la pression qui pesait sur la qualité des actifs financiers détenus dans la région et sur la solvabilité de l'ensemble de l'Union.

Epaulée par le Fonds monétaire international (FMI), l'Union européenne avait dû se porter au secours de plusieurs pays de la zone euro (Grèce, Irlande, Portugal, Chypre) en les renflouant à coups de milliards d'euros de prêts entre 2010 et 2011 pour leur éviter la faillite.

L'Irlande a été la première à s'affranchir de l'assistance financière internationale en décembre et doit bientôt être rejointe par le Portugal. Selon l'agence, les risques que ces deux pays ne parviennent pas à rembourser leurs prêts au fonds de secours de l'UE ont « diminué ».

 

A l'appui de sa décision, Moody's invoque également « l'amélioration de la solvabilité » des principaux Etats-membres de l'Union européenne, qui avaient été mis à contribution par ces vastes plans de sauvetage. Ces dernières semaines, l'agence a ainsi relevé de « négative » à « stable » les perspectives de plusieurs pays européens jouissant encore du « triple Aaa », dont l'Allemagne et les Pays-Bas.

Moody's s'était également montrée plus optimiste pour certains pays frappés de plein fouet par la crise de la dette comme l'Italie et l'Espagne, qui a bénéficié d'un plan de recapitalisation bancaire.

L'agence, qui a également relevé vendredi la perspective de la Banque européenne d'investissement, pointe toutefois l'existence de problèmes « persistants » qui menacent les Vingt-Huit.

La note de l'UE serait ainsi « particulièrement sensible » aux changements qui pourraient affecter les quatre premiers contributeurs de l'Union européenne, dont la France. L'Hexagone bénéficie de la deuxième meilleure note possible (Aa1) mais sa perspective reste « négative ».

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'UE débloquera 11 milliards d'euros pour l'Ukraine

L'UE débloquera 11 milliards d'euros pour l'Ukraine | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'aide proviendra « du budget de l'UE et des institutions financières européennes », selon le président de l'exécutif européen, José Manuel Barroso.
A la veille de l'ouverture du sommet européen extraordinaire sur l'Ukraine, la Commission européenne a présenté, mercredi 5 mars, un plan d'aide « d'au moins 11 milliards d'euros » sur deux ans en faveur de Kiev. L'aide proviendra « du budget de l'UE et des institutions financières européennes », a déclaré le président de l'exécutif européen, José Manuel Barroso. Dans le détail, 1,6 milliard d'euros seront attribués sous forme de prêts, 1,4 milliard en dons, dont 600 millions au cours des deux prochaines années, 3 milliards proviendront de la Banque d'investissement européenne (BEI). La Commission espère aussi dégager 5 milliards d'euros par l'entremise de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Elle va mobiliser 250 millions de fonds de la politique de voisinage afin de lever 3,5 milliards de prêts. Le programme, qui comporte des mesures commerciales, économique, technique et financière, à court et à moyen terme, pourra être complété par les Etats membres de l'UE, a précisé M. Barroso. L'Union européenne a par ailleurs annoncé qu'elle allait geler, à partir de jeudi, les avoirs dans l'Union européenne de 18 responsables ukrainiens impliqués dans les violences survenues à Kiev en février. La liste de ces personnalités sera publiée jeudi au Journal officiel de l'UE, juste avant l'ouverture du sommet. Elle pourrait inclure le président déchu Viktor Ianoukovitch, indique une source diplomatique. L'Union met ainsi en œuvre la décision prise le 20 février par les ministres européens des affaires étrangères d'appliquer des « sanctions ciblées » à l'encontre de « responsables de violations des droits de l'homme, de violences et d'un usage excessif de la force » après les heurts ayant fait plus de 60 morts à Kiev. L'UE a par ailleurs menacé de prendre d'autres « sanctions ciblées » contre des responsables russes si des « mesures rapides et concrètes de désescalade » n'étaient pas prises en Crimée d'ici au sommet de jeudi.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Islandais veulent un débat sur l’adhésion à l’Union européenne

Les Islandais veulent un débat sur l’adhésion à l’Union européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La plupart des habitants de l’île sont opposés au rattachement du pays à l’UE. Reykjavik regarde plutôt aujourd’hui vers l’Arctique.

 

En 2008, lorsque la couronne islandaise a perdu 50 % de sa valeur à la suite de l’effondrement du système bancaire, l’UE apparaissait pourtant comme la meilleure voie à suivre, offrant une solide protection contre les futures crises. Le processus d’adhésion a donc été lancé en 2009. Mais depuis, le pays a renoué avec une croissance bien plus solide que celle du Vieux Continent. Et la crise grecque joue aujourd’hui comme un repoussoir.

S’ajoute à cela la délicate question des quotas de pêche, sur laquelle le pays ne veut pas perdre la main. « Confier cette compétence à Bruxelles n’est pas dans nos intérêts », confirme Olafur Ragnar Grimsson, président de l’île depuis 1996.

Selon lui, comme pour le gouvernement, l’Islande s’est suffisamment rapprochée de l’UE, son premier partenaire commercial, en intégrant l’espace Schengen et l’Association européenne de libre-échange. Elle ne gagnerait pas grand-chose à aller plus loin. Y compris sur le plan économique.

En la matière, Reykjavik se tourne désormais vers l’Arctique, cette immense région formée par le Groenland, l’Alaska, le nord du Canada, de la Scandinavie et de la Russie. « Le potentiel est énorme », s’enthousiasme M. Grimsson, citant, entre autres, l’ouverture de nouvelles voies commerciales maritimes permises par la fonte des glaces – la Chine suit déjà le sujet de près. « L’Islande, située à mi-chemin entre les continents eurasien et américain, bénéficie d’une position stratégique clé », résume le président. Il ne cache pas son ambition : faire de son pays le fer de lance du développement de l’Arctique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pour la presse européenne, Nicolas Sarkozy a fait barrage à Marine Le Pen

Pour la presse européenne, Nicolas Sarkozy a fait barrage à Marine Le Pen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les « une » des principaux quotidiens européens soulignent la défaite du PS et le pari perdu du FN.

 

Les médias européens se penchent, lundi 23 mars, sur les résultats des élections départementales en France, en pointant le retour victorieux de l’ancien président Nicolas Sarkozy, le score moins élevé qu’annoncé pour l’extrême droite et Marine Le Pen et la défaite du Parti socialiste, dans une France où s’installe le tripartisme.

 

En Allemagne

« L’extrême droite est à un niveau plus faible qu’attendu – l’UMP de Sarkozy sort victorieuse du scrutin », titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung, ajoutant que « l’ancien président est parvenu à empêcher que le Front national ne devienne le premier parti de France ». Le quotidien allemand (conservateur) note cependant que le parti de Marine Le Pen – bien qu’étant en deçà des 30 % d’intentions de vote que lui prédisaient les sondages d’avant-scrutin – a réussi à faire sauter le verrou du bipartisme...

 

En Italie

La presse italienne, relève notre correspondant Philippe Ridet, consacre de nombreuses pages aux résultats des élections françaises qui se partagent la « une » des plus grands quotidiens avec l’OPA du colosse chinois de la Chimie ChemChina sur le constructeur de pneumatiques Pirelli et la décision du maire de Milan, Giuliano Pisapia, de ne pas se représenter pour un second mandat en 2016. Tous mettent en relief la performance de l’UMP, l’enracinement du Front national et la nouvelle déroute du Parti socialiste....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Slovaquie : échec du référendum contre le mariage homosexuel

Slovaquie : échec du référendum contre le mariage homosexuel | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le scrutin, qui entendait renforcer la législation contre l'union des couples de même sexe, a été déclaré invalide en raison de la faiblesse de la participation.

 

Ceux qui ont choisi de voter se sont toutefois massivement prononcés contre le mariage entre personnes de même sexe. « Les questions ont été clairement posées et 90 % des gens ont répondu oui. Oui à la famille, oui au mariage de l'homme et de la femme, c'est extraordinaire », s'est réjoui à la télévision Anton Chromik de l'Alliance pour la famille, mouvement à l'origine de la consultation.

Les partisans des mariages gay et lesbien avaient eux invité les Slovaques à boycotter ce référendum, qu'ils jugeaient a priori inutile au vu des textes déjà en vigueur.

La consultation a pourtant révélé l'importance de la haine à l'égard des homosexuels dans ce pays de l'UE de 5,4 millions d'habitants, dont plus de 80 % se disent chrétiens et 70 % catholiques. « Je ressens une tristesse et une désillusion après ce que ce référendum a apporté à notre pays », a déclaré à la presse le président slovaque Andrej Kiska, après avoir voté dans la soirée....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Lituanie entre dans la zone euro avec espoir et inquiétude

La Lituanie entre dans la zone euro avec espoir et inquiétude | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le 1er janvier 2015, le pays balte est le dix-neuvième pays à rejoindre l’union monétaire. Un rempart contre la Russie.

 

Vilnius, un après-midi frisquet de décembre. Un immense sapin de Noël décoré de notes de musique se dresse devant l’hôtel de ville, au cœur de la vieille ville. De rares passants se pressent autour du petit marché, sur la place. Dans sa boutique, tout près, Ramune Piekautaite range quelques vêtements. Depuis plusieurs semaines, elle affiche les prix à la fois en euros et dans la devise lituanienne, pour préparer la clientèle. « Le litas est la monnaie de notre indépendance, j’y suis très attachée », dit avec nostalgie cette jolie blonde de 44 ans, en songeant à ces jours de janvier 1991 où elle participa aux manifestations contre l’armée soviétique. « Mais tout sera plus facile avec l’euro : plus de frais de change pour payer mes fournisseurs italiens, plus de problème pour voyager, convient-elle. Et puis nous serons un peu plus près encore de l’Europe. »

Après l’Estonie en 2011 et la Lettonie en 2014, la Lituanie est, le 1er janvier 2015, le dernier pays balte à rentrer dans la zone euro, qui comptera alors dix-neuf membres. Et la crise de l’union monétaire, qui peine encore à renouer avec la croissance, n’a pas refroidi les ardeurs de ce petit Etat de 3 millions d’habitants. Il faut dire qu’en 2006-2007 il avait raté son examen de passage, à cause de l’inflation galopante (11 % en 2008). Une humiliation désormais oubliée.

Mais surtout la crise ukrainienne et les mouvements militaires russes dans l’enclave voisine de Kaliningrad ont réveillé les douloureux souvenirs de cinquante ans d’occupation soviétique. « Ici, tout le monde a un père, un grand-père ou une tante qui a été déporté dans les camps de Sibérie », témoigne Laimutis Paskevicius, patron d’un centre médical à Vilnius. « L’entrée dans l’euro est une étape de plus dans notre ancrage au camp de l’Ouest, essentiel pour notre sécurité, explique Rimantas Sadzius, le ministre des finances. Désormais, les pays baltes se tiennent du bon côté du mur. »...

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

Quels coût pour étudier à l'étranger ?

Quels coût pour étudier à l'étranger ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lors de votre semestre à l'étranger, c'est à Madrid qu'il faudra aller. La capitale espagnole se présente comme la ville la plus abordable pour les étudiants, selon une étude réalisée par le site ecosocioconso.com portant sur onze capitales européennes, les plus visitées par les étudiants français. L'étude s'est basée sur les données d'eurostat (l'organisme statistique de la Commission européenne) concernant les niveaux des prix à la consommation et celles du baromètre Location-étudiant.fr pour établir la moyenne des loyers étudiants.

Si Londres reste la ville aux loyers les plus chers, c'est à Copenhague que le coût de la vie explose. Au Danemark, les prix des services et biens de consommation dépassent de 140 % la moyenne des vingt-huit Etats membres de l'Union européenne. A l'inverse, Madrid, Berlin ou Rome possèdent le coût de la vie le plus bas des onze pays sélectionnés.

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lor ...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le premier ministre polonais Donald Tusk prend la tête du Conseil européen

Le premier ministre polonais Donald Tusk prend la tête du Conseil européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le suspense était devenu faible, samedi 30 août à Bruxelles : c'est bien, comme annoncé officieusement depuis quelques jours le premier ministre polonais en exercice, Donald Tusk, qui sera le prochain président du Conseil européen, à la place du Belge Hermann Van Rompuy. Et l'Italienne Federica Mogherini qui prendra la tête de la diplomatie européenne, en remplacement de la britannique Catherine Ashton. Leurs mandats commenceront le 1er novembre. Ainsi en ont décidé, samedi 30 août au soir, les 28 chefs d'État et de gouvernements de l'Union européenne, réunis à l'occasion d'un sommet extraordinaire, dans la capitale de l'Europe.

Avec ces nominations, qui font suite à celle de Jean-Claude Juncker, le futur président de la Commission européenne, intervenue en juillet, ce sont les trois visages chargés d'« incarner » l'Europe qui sont totalement renouvelés. M. Juncker, 59 ans, de la grande famille des conservateurs européens (PPE), est un vieux briscard de la politique bruxelloise. Pendant vingt ans à la tête du duché du Luxembourg, il a été président de l'Eurogroupe pendant la crise, et connaît les arcanes de la Commission et du conseil européen comme sa poche.

 

Il fera tandem à la tête du Vieux continent, avec un représentant de cette nouvelle Europe qui a modifié l'équilibre des forces à Bruxelles. La candidature de M. Tusk, également membre du PPE, était déjà sur la table au mois de juillet, soutenue, depuis le début, par la chancelière allemande Angela Merkel. Le symbole est considérable...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quelles sont les extrêmes droites européennes ?

Quelles sont les extrêmes droites européennes ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Quelles sont les composantes de l'extrême droite européenne ? Quels thèmes ont-elles en commun ? Sur quoi s'opposent-elles ?
Vincent DUBOIS's insight:

Vidéo de 8'06''

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« L'effet Tsipras » donne des ailes à la gauche de la gauche européenne

« L'effet Tsipras » donne des ailes à la gauche de la gauche européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Qui est Alexis Tsipras, chef de file de la gauche européenne, qui séduit dans l'Union mais a du mal à pousser son avantage dans son pays, la Grèce ?

 

La scène se passe début avril à Palerme, en Italie. Une foule compacte se précipite pour toucher « l'ami Alexis », lui glisser trois mots d'encouragement ou l'embrasser dans des accolades fraternelles. Le chef de l'opposition grecque, Alexis Tsipras, bien que visiblement fatigué par des semaines de tournée européenne, se prête au jeu et distribue sourires et poignées de main, encore un peu étonné de rencontrer la même ferveur dans tous ses déplacements européens. « C'est comme ça dans chaque ville où nous nous rendons. Je suis reçu comme une star du foot », raconte-t-il. Un tourbillon dans lequel il est pris depuis que le Parti de la gauche européenne (PGE) a décidé d'en faire son candidat à la présidence de la Commission européenne.

A Palerme, Alexis Tsipras venait pour quelques heures soutenir « L'Altra Europa con Tsipras » (« L'Autre Europe avec Tsipras »). Une initiative de la gauche radicale italienne qui, en portant le Grec Tsipras à la tête de sa propre liste pour les européennes, essaie de dépasser ses divisions internes.

 

Encore inconnu en dehors de la Grèce, il y a deux ans, Alexis Tsipras a fait la « une » des journaux du monde entier et surgi dans un anglais balbutiant sur les écrans de CNN après que son parti Syriza eut récolté 27 % des suffrages, lors des législatives de 2012. Depuis, il a fait des progrès et peut tenir un entretien dans la langue de Shakespeare. Il est surtout devenu la principale force d'opposition en Grèce et l'enfant chéri de la gauche de la gauche européenne à la recherche d'un porte-drapeau capable à la fois d'incarner l'opposition au dogme de l'austérité et en mesure de porter un parti de gauche radicale au pouvoir.

Pour les élections européennes, le Syriza est en effet au coude-à- coude dans les sondages avec les conservateurs au pouvoir de la Nouvelle Démocratie (ND). Et M. Tsipras l'affirme à longueur de meeting : « Si nous passons devant la ND avec une large avance aux européennes, alors nous réclamerons des législatives anticipées en Grèce et nous prendrons le pouvoir. » Un rêve inaccessible pour la plupart des autres partis de gauche radicale européens qui ont fait de M. Tsipras leur champion, porteur de tous leurs espoirs.

D'Athènes à Bruxelles, en passant par Madrid, Rome, Berlin ou Paris, ce presque quadragénaire sillonne le continent pour défendre son projet pour l'Europe et pour la Grèce. Un projet qui tient en trois grandes lignes : annulation des dettes au-delà du seuil de 110 % du PIB, abrogation des plans d'austérité et lancement d'un plan Marshall pour relancer la croissance. « On doit comprendre que le modèle de l'Europe n'est pas celui de Weimar, mais celui du New Deal de Roosevelt », expliquait-il lors d'un passage à Paris....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Comment intéresser les Français à l'élection européenne ?

Comment intéresser les Français à l'élection européenne ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Depuis 1979, date du premier scrutin européen, le taux d'abstention en France est passé de 39,3 % à 59,5 %.



Arnaud Danjean, candidat UMP aux élections européennes, n'oublie jamais son stylo lorsqu'il sillonne la région Est dans laquelle son parti l'a positionné en numéro deux. D'un trait de plume, le député sortant trace un triangle puis inscrit au bout de chacune des trois extrémités : « Ici, la Commission européenne qui propose mais ne décide pas », « là, le Conseil qui codécide » et « là, le Parlement européen qui lui aussi codécide. »

En général, ce moment de pédagogie est apprécié, mais il ne suffit pas à briser la glace. « Comment faire ? » déplore le quadragénaire qui, élu depuis 2009, avoue son impuissance : « Du lundi au jeudi midi, je suis à Strasbourg ou à Bruxelles, il me reste le vendredi pour sillonner la circonscription, mais elle a la taille de cinq régions françaises ! »



La distance entre les Français et le Parlement européen est ancienne : depuis 1979, date du premier scrutin européen, le taux d'abstention a grimpé de 39,3 % à 59,5 %. Selon la dernière enquête TNS Opinion réalisée en juin 2013, seuls 40 % des Français pensent que leur « voix compte dans l'UE » (– 17 points en un an), 64 % se déclarent « pas intéressés par les politiques européennes » (+ 13 points en six mois) et 48 % se disent « insatisfaits du fonctionnement de la démocratie dans l'UE » (+ 8 points en six mois). Tous les ingrédients sont réunis pour que la crise de défiance s'aggrave...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Il pourrait changer la face de l'Europe : le traité transatlantique décodé

Il pourrait changer la face de l'Europe : le traité transatlantique décodé | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le traité TAFTA, négocié dans le secret par Bruxelles et Washington, a pour but de constituer un marché commun de 820 millions de consommateurs, qui représenterait la moitié du PIB mondial.

 

Un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne, préparé depuis une dizaine d’années, et officiellement négocié depuis l’été 2013. Il a pour but de constituer un marché commun de 820 millions de consommateurs, qui représenterait la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux : pour ses défenseurs, il pourrait faire gagner jusqu'à 0,05 points de PIB par an aux économies américaine et européenne, boostant les échanges et les créations d'emplois.

Quatre rounds de négociation rassemblant à chaque fois une centaine de personnes ont déjà eu lieu à Bruxelles et Washington. Les négociations, menées par la Commission européenne de ce côté de l’Atlantique, sont censées aboutir en 2015. Le traité devra alors être validé par les Vingt-Huit Etats-membres de l’Union européenne, puis voté par le Parlement européen.

 

Le traité devait originellement s’appeler TAFTA, pour Transatlantic Free Trade Area (zone de libre-échange transatlantique). Il a été depuis rebaptisé TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), car son nom ressemblait trop à celui du traité ACTA, rejeté par le Parlement européen en 2012 à l’issue d’un long combat politique. En français, cela donne PTCI : le « partenariat transatlantique de commerce et d'investissement ». Pour autant, ses adversaires, rassemblés depuis plusieurs mois sous l'étendard #STOPTAFTA, ont décidé de continuer à utiliser son nom original...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Russie-UE : quelles dépendances économiques ?

Russie-UE : quelles dépendances économiques ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Carte interactive. Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, l'UE peine à s'entendre sur des sanctions économiques. Etat des lieux des dépendances économiques.

 

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, les vingt-huit pays de l'UE peinent à s'entendre sur des sanctions économiques contre Moscou.
Chaque Etat membre a ses raisons de craindre les conséquences de telles sanctions pour son économie. La Russie est le troisième partenaire commercial de l'UE, derrière les Etats-Unis et la Chine. Elle représente environ 12 % des importations des Vingt-Huit (principalement de produits énergétiques – pétrole et gaz) et 7 % des exportations (essentiellement de produits manufacturés – automobile et chimie).

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hongrie : batailles électorales à coups d’affiches diffamatoires

Hongrie : batailles électorales à coups d’affiches diffamatoires | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Hongrie : batailles électorales à coups d’affiches diffamatoires

 

Ils sont trois, côte à côte sur l'affiche, arborant leurs noms tels des suspects venant d'être arrêtés. Ce sont les représentants de la gauche hongroise, organisée en coalition en vue des élections législatives du 6 avril. « Ils ne méritent pas d'autre chance ! Car ils ont eu huit ans pour faire leurs preuves », dit le texte. Cette affiche est éditée par une organisation civile proche du FIDESZ (Fédération des jeunes démocrates), le parti de droite au pouvoir, et ses militants en placardent Budapest en ce début de campagne électorale. Stations de métros, façades en construction, tramways, bus, panneaux publicitaires... Il y a autant de versions de l'affiche que de surfaces différentes.

 

En Hongrie, la législation permet ce genre de communication politique, alors qu'elle serait condamnable en France. Les affiches électorales peuvent être placées sur des espaces publicitaires payants, et aucun des hommes politiques concernés n'a porté l'affaire en justice. Le droit hongrois fait une différence entre les citoyens et les acteurs publics. Ces derniers sont supposés accepter et encaisser en silence une critique plus virulente envers leur personne, du fait de leur rôle dans la société. Alors, entre liberté d'expression et diffamation, la frontière est repoussée...

Selon l'analyste politique Péter Zsolt, du centre Méltányosság, « les Hongrois ont bien peu d'estime pour leurs représentants publics, et ce genre d'affiche ne fait que contribuer à la décrédibilisation de toute la classe politique. » Sur l'affiche, le clown qui semble se moquer de l'ancien premier ministre hongrois ajoute un aspect ridicule à la scène. Le phénomène est nouveau en Hongrie, d'après Péter Zsolt....

more...
No comment yet.