Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Gibraltar provoque un début de crise diplomatique entre Londres et Madrid

Gibraltar provoque un début de crise diplomatique entre Londres et Madrid | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Parti d'une simple question de pêche, le conflit entre l'Espagne et le Royaume-Uni, propriétaire de l'enclave méditerranéenne, s'envenime.

 

Le conflit opposant Londres et Madrid à propos de l'enclave britannique de Gibraltar, dans le sud de l'Espagne, a pris mardi 6 août une nouvelle dimension, avec un échange virulent entre les premiers ministres David Cameron et Mariano Rajoy. M. Cameron a averti son homologue du risque que les relations bilatérales entre les deux pays se "détériorent" si la situation ne s'améliorait pas.

Le chef du gouvernement britannique a appelé dans la matinée M. Rajoy pour exprimer "ses vives inquiétudes à propos des actions espagnoles à la frontière avec Gibraltar". Quelques heures plus tôt, son ambassadeur avait déposé formellement une plainte à Madrid, après plusieurs jours de tensions.


Londres fait part depuis plusieurs jours de sa "préoccupation" vis-à-vis de l'offensive lancée par le premier ministre espagnol Mariano Rajoy "contre" ce territoire britannique surnommé "le Rocher" et situé à la pointe méridionale de la péninsule. M. Rajoy entend imposer un péage à la frontière de Gibraltar et fermer l'espace aérien de l'Espagne aux avions utilisant l'aéroport de l'enclave.

Le tout, en représailles d'un conflit qui oppose Madrid à Gibraltar au sujet des zones de pêche. Mais, en filigrane, se devine la revendication territoriale de l'Espagne sur ce territoire de 30 000 habitants, objet d'un conflit vieux de trois siècles entre Madrid et Londres.

 

Mardi, l'ambassadeur britannique en Espagne a officiellement déposé une plainte pour demander des comptes aux autorités espagnoles, rapporte le Guardian. S'il s'est vu signifier que l'Espagne n'avait pas encore pris de décision définitive au sujet du péage, le ministre espagnol des affaires étrangères, Gonzalo de Benito Secades, a joué franc jeu, en confirmant que la mesure était sérieusement à l'étude.

Les autorités espagnoles ont expliqué à l'ambassadeur qu'elles ne reculeraient que si les Gibraltariens acceptaient de retirer les 70 blocs de béton déversés dans la baie d'Algeciras il y a dix jours...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Finlande-Norvège : Le passage de l'extrême Nord

Finlande-Norvège : Le passage de l'extrême Nord | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Poste-frontière le plus septentrional de l’UE, le village de Nuorgam est le lieu de passage de travailleurs finlandais et norvégiens allant travailler d’un pays à l’autre. Mais la région, en plein pays lapon, reste un peu oubliée du reste de la Finlande. Paru sur Hufvudstadsbladet

 

ous les jours, Jocke Pikkarainen quitte son domicile de Nuorgam [en Finlande] et fait 25 kilomètres vers le nord pour se rendre à son travail à Tana Bru [en Norvège]. Il y enfile sa tunique rouge et reçoit les patients des urgences de la commune. Jocke Pikkarainen est originaire de Kimito [dans le sud de la Finlande].

Après avoir été ambulancier, il a décidé en août de l’année dernière d’emménager avec sa compagne aussi loin que possible sans émigrer, pour travailler sur la rive nord du fleuve Tana, qui marque la frontière entre la Finlande et la Norvège. Tous deux travaillent au centre de soins, même si sa compagne est actuellement en congé maternité.

“Si on est venu, c’est à la fois pour le côté aventure et parce que le salaire brut y est quasiment le double de ce qu’on toucherait en Finlande pour le même travail”, reconnaît-il. Jocke Pikkarainen s’adresse à ses patients et à certains de ses collègues dans un norvégien rudimentaire, mais en finnois avec Anu Saari, la responsable du service.

Le centre de soins de Tana Bru est un lieu hautement cosmopolite : seule la moitié du personnel y est d’origine norvégienne.

Le service n’emploie pas moins de cinq Finlandais. Le centre de soins de Tana Bru est un lieu hautement cosmopolite : seule la moitié du personnel y est d’origine norvégienne. “Nous avons des employés des Philippines, de Russie, de Thaïlande, du Canada ou d’Estonie”, explique Anu Saari.

 

Les salaires du secteur de la santé norvégien attirent depuis longtemps les diplômés finlandais, et il ne se passe pas une semaine sans qu’Anu Saari ne reçoive de candidatures en provenance de la Finlande. “En Norvège, les jeunes ne veulent pas faire médecine. Les trois-huit effraient, et d’autres secteurs offrent des emplois bien mieux payés”, explique-t-elle.

La demande de l’étranger est si forte que les établissements médicaux norvégiens n’ont que l’embarras du choix. “La maîtrise de la langue est un critère déterminant. Il faut parler norvégien ou alors bien se débrouiller en suédois”, poursuit Anu Saari.

Pour Jocke Pikkarainen, l’acclimatation linguistique s’est déroulée sans accroc. Il n’a pas eu de mal non plus à troquer sa vie d’étudiant de Turku contre le quotidien de père de famille vivant sous le ciel tranquille de Nuorgam. Pourtant, que ce soit ici ou à Tana Bru, on ne risque pas de faire des folies.

L’unique restaurant du village est le plus souvent fermé. Et les six mois de ténèbres hivernales pourraient en dissuader plus d’un. Mais cela n’a pas l’air de perturber Jocke Pikkarainen. "En fait, l’atmosphère est assez agréable. La nature est incroyable, ici”, se réjouit-t-il même.

Le passage frontalier entre Nuorgam [en Finlande] et le village voisin de Polmak [en Norvège], est effectivement assez plaisant. Pour un endroit situé au point le plus au nord de l’UE, marquant également la frontière de la Finlande avec l’OTAN [dont la Norvège est membre], le coin est même plutôt accueillant, en fait.....

 

 

more...
No comment yet.