Union Européenne,...
Follow
Find tag "FranceInter"
6.4K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Et si l'Ecosse devenait indépendante ? - France Inter

Et si l'Ecosse devenait indépendante ? - France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

A cinq mois de la tenue du référendum sur l'autodétermination, l'écart entre les partisans de l'indépendance de l’Écosse et les opposants se réduit. L’Écosse est liée à l'Angleterre depuis 307 ans.

 

Unie à l'Angleterre en 1707, l'Ecosse dispose déjà depuis 1997 d'une autonomie relativement large au sein du Royaume-Uni dont elle est l'une des quatre nations (Angleterre-Ecosse-Irlande du Nord-Pays de Galles), mais les questions de défense et de politique étrangère continuent à relever de Londres.

 

Depuis plus de 30 ans, les indépendantistes représentent invariablement le tiers de l'électorat, mais l'écart s'est un resserré ces derniers mois. Les partisans du "oui" seraient désormais 40%, dix points de plus qu'il y a un an, contre 45% pour les partisans du "non". Avec 15% encore d'indécis, une victoire du "oui" semble désormais et pour la première fois depuis le début de la campagne une possibilité réelle....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les lignes européennes commencent à bouger / France Inter

Les lignes européennes commencent à bouger / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Angela Merkel sera mercredi à Paris. Elle y sera reçue au lendemain du vote qui le fera chancelière pour la troisième fois et à la veille d’un Conseil européen, de l’assemblée des 28 chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union, qui sera largement consacré aux questions de Défense.
Le signal est clair. La chancelière et le président de la République entendent replacer la France et l’Allemagne au cœur de la construction européenne et affirmer une volonté d’utiliser les trois ans et demi durant lesquels ils seront tous deux au pouvoir pour remettre l’Europe sur ses rails. Il était temps.
Il est plus que temps car le divorce croissant entre les Européens et l’Europe menace jusqu’à l’idée même d’unité européenne. Peut-être est-il même trop tard our espérer recoller les morceaux mais trois choses incitent pourtant à y croire.
La première est que le résultat des élections allemandes de septembre dernier a contraint la chancelière à reformer, comme sous son premier mandat, une coalition avec la gauche social-démocrate. Comme toujours, le programme de ce gouvernement commun a été longuement négocié entre les deux grands partis allemands. La base social-démocrate l’a ensuite approuvé, samedi, avec trois quarts de « oui » et la politique allemande va ainsi prendre un tournant social très marqué.
Un salaire minimum de 8,50€ de l’heure sera instauré à compter de 2015. Les contrats à durée déterminée seront limités à une période de 18 mois et rémunérés au même niveau que les CDI au bout de neuf mois. Les salariés ayant travaillé 45 ans pourront prendre leur retraite, sans pénalités, dès l’âge de 63 ans au lieu des 67 ans auxquels l’âge légal reste fixé et l’Allemagne, c’est tout aussi important, va également investir dans la modernisation de ses infrastructures et désormais consacrer 3% de son Produit intérieur brut à la recherche.
Comme le lui demandaient la France, la quasi-totalité des Européens, la grande majorité des économistes et le Fonds monétaire international, l’Allemagne va autrement dit contribuer à tirer la croissance européenne par ses investissements et le relèvement de ses salaires. Non seulement les conflits politiques entre pays européens en seront réduits mais l’Allemagne aura beaucoup plus de mal à s’opposer à ce que le reste de l’Union prenne collectivement ou séparément des mesures de relance qu’elle-même va prendre dans ses frontières...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Allemagne et l'urgence d'un tournant en Europe / France Inter

L’Allemagne et l'urgence d'un tournant en Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Ce n’est pas que tout aille bien en Allemagne. La croissance y est faible et fragile. Les salaires y sont bas. Les salaires de misère, à 400€ par mois, y sont scandaleusement nombreux et seraient franchement invivables s’ils n’étaient pas légèrement compensés par la grande modération des loyers mais l’Allemagne est le pays qui s’en sort, et de loin, le moins mal en Europe.

L’Allemagne est la première puissance économique de l’Union. Ses exportations sont florissantes. Le chômage y est relativement bas et il n’est donc pas étonnant que, dans un monde occidental qui reste en crise, la chancelière ait remporté, hier, un tel triomphe qu’elle a frôlé une majorité absolue qui ne lui aura finalement échappé que de peu.

Alors que tous les dirigeants européens sont au plus bas dans les sondages et sanctionnés par les électeurs à tous les scrutins, la chancelière allemande entame ainsi son troisième mandat consécutif sur une victoire personnelle mais là n’est pourtant pas le plus important dans ces élections.

Dès qu’elle aura pu constituer, avec les socialistes ou les Verts, la coalition avec laquelle gouverner, Angela Merkel va pouvoir s’atteler à la concrétisation de la feuille de route européenne que François Hollande et elle avaient publiée le 30 mai dernier. Dans cette « contribution franco-allemande », une contribution au débat européen, les deux pays avaient mis l’accent sur la réalisation de l’union bancaire, la croissance et la réindustrialisation de l’Union, ses investissements communs, l’harmonisation de ses fiscalités et systèmes de protection sociale, la création d’un salaire minimum en Europe et l’organisation politique, surtout, de la zone euro....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La crainte et l'erreur de François Hollande / France Inter

Après que les statistiques eurent confirmé l’entrée en récession de l’économie française, François Hollande a eu des mots justes. « La récession est européenne et la solution est européenne », a-t-il déclaré hier avant d’aller s’entretenir, à Bruxelles, avec la Commission européenne et ce constat comme la conclusion qu’il en tire ne sont guère contestables.

        Bien que l’Allemagne ait enregistré une très, très symbolique croissance de 0,1%  au premier trimestre, c’est toute la zone euro qui est aujourd’hui en récession avec un recul moyen du Produit intérieur brut de 0,2%, celui-là même qui affecte la France. Allemagne comprise, tous les pays de la monnaie unique sont dans le même bateau et, si chacun d’eux doit remettre de l’ordre dans ses comptes, aucun d’eux ne pourra s’en tirer – non pas seulement sortir de la récession mais renouer avec une vraie croissance – en ne tablant que sur la réduction de ses dépenses dont le seul effet immédiat est de ralentir encore l’activité et de réduire les rentrées fiscales.

        La zone euro ne sortira de cette crise qu’en mettant ses moyens en commun, qu’en mutualisant ses emprunts pour en diminuer les taux et qu’en procédant, surtout, à des investissements paneuropéens dans les industries d’avenir, celle qui créeront les emplois de demain. François Hollande a, oui, cent fois raisons de dire que « la solution est européenne » mais pourquoi le murmure-t-il au lieu de le hurler et de prendre la tête d’un parti paneuropéen de la croissance européenne ?

        Pourquoi l’homme qui, durant sa campagne, avait su dire avant tout le monde que la rigueur était nécessaire mais mènerait dans le mur si elle n’était pas accompagnée d’un effort de croissance volontariste est-il aujourd’hui si discret, timide, elliptique, alors que les faits lui ont donné raison et que cette analyse est de plus en plus partagée, jusque dans les milieux financiers ?

        Cela parait incompréhensible, mystérieux, mais il y a une explication à cela...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La rigueur divise l'Europe / France Inter

La rigueur divise l'Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le 7/9 Géopolitique

par Bernard Guetta
du lundi au vendredi de 8h16 à 8h19

Ce n’était pas tout à fait un Conseil comme les autres. D’ordinaire, lorsque les 27 chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union se réunissent en Conseil européen, les divergences sont minimisées quand elles n’ont pas déjà été aplanies en réunions préparatoires. D’ordinaire, il y a un consensus sur la nécessité d’afficher un consensus de fond tant on craint que des désaccords trop évidemment profonds ne soient interprétés comme un signe de désunion de l’Union mais, là, non, cette crainte n’a pas noyé le poisson et c’est tant mieux.

François Hollande est arrivé hier à Bruxelles en disant on ne peut plus clairement qu’il fallait introduire plus de « souplesse » dans le processus d’assainissement des budgets nationaux, qu’il fallait, autrement dit, plus étaler dans le temps la réduction des déficits afin que le ralentissement des dépenses n’asphyxie pas durablement des économies européennes déjà très mal en point.

« La souplesse est nécessaire si l’on veut faire en sorte que la croissance puisse être la priorité », a-t-il martelé alors que de l’autre côté, côté allemand, on s’en tenait fermement au credo de Mme Merkel aux yeux de laquelle non seulement une rapide réduction des déficits n’est pas incompatible avec la création d’emplois mais en est, au contraire, la condition sine qua non.

C’est un débat qui n’oppose pas seulement la France et l’Allemagne mais deux camps européens dont Paris et Berlin sont les étendards. Ce débat fait rage dans toute l’Union et prend une telle ampleur que, comme il l’avait annoncé, le Parlement européen a rejeté mercredi le projet de budget pluriannuel que la majorité conservatrice du Conseil, Allemagne et Grande-Bretagne en tête, avait imposé le mois dernier aux Etats plus soucieux de la croissance.

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le putsch légal des eurodéputés / France Inter

Le putsch légal des eurodéputés / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La grande affaire n’était pas celle qu’on a dit. A l’issue, vendredi après-midi, de cet interminable Conseil européen consacré au prochain budget pluriannuel de l’Union – vingt-sept heures de marchandages continus et autres « retenez-moi ou je fais un malheur » – tout le débat a été de savoir qui avait remporté cette bataille.

Etait-ce Angela Merkel, la chancelière allemande ? David Cameron, le Premier ministre britannique ? François Hollande, le président français, ou bien encore, c’était l’avis d’un grand quotidien, Angela Merkel et David Cameron qui auraient imposé l’austérité à François Hollande ? Les trois thèses sont en fait plaidables puisque chacun des trois, comme il se doit dans tout compromis, a marqué des points mais sans pouvoir imposer son point de vue initial.

David Cameron peut se targuer d’avoir légèrement réduit le montant des engagements européens par rapport au budget précédent mais sans le faire descendre, et loin de là, jusqu’aux 840 milliards sur sept ans qu’il avait espérés. François Hollande peut se féliciter d’avoir empêché la Grande-Bretagne de couper les vivres à l’Union et d’avoir sauvé  les intérêts français, agricoles au premier chef. Quant à Angela Merkel, elle peut s’enorgueillir d’avoir été au cœur de tous les arbitrages, s’appuyant alternativement sur Paris et Londres pour faire prévaloir une ligne de modération des dépenses qui n’allait pas jusqu’à priver l’Europe de tout moyen d’action.

Dans ce Conseil, la seule vraie perdante aura été l’Europe, déchirée entre des visions contradictoires de son avenir et plombée par les égoïsmes nationaux sauf… Sauf que les chefs d’Etat et de gouvernement ne s’étaient pas encore dit au revoir que le Parlement européen est entré en scène pour leur demander, et sèchement, de revoir leur copie. Non seulement ce Parlement qui a le pouvoir de rejeter un projet de budget à la majorité qualifié a aussitôt déclaré qu’il ne le voterait pas « en l’état » mais il l’a fait par la voix des présidents de ses quatre principaux groupes, les socialistes, les conservateurs, les libéraux et les Verts....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni et l’Europe / France Inter

Le Royaume-Uni et l’Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Nous demandons d'être très largement remboursés de notre propre argent". Dès avant l'adhésion en 1973, la question de la contribution britannique au budget de la Communauté avait été posée par Londres.

 

Le virage qu'elle impose au pays dans les années 1980 concerne au premier chef la politique européenne. Elle veut convaincre l'opinion que l'adhésion à la Communauté a coïncidé avec le déclin de la puissance britannique et que son redressement passe par un bras de fer avec les autres européens.

Plus tard, quand Londres décidera de se tenir hors de l'euro, beaucoup soutiendront pareillement que le pays s'en porte mieux.

On voit bien l'utilité que les mêmes trouvent à s'affirmer eurosceptiques dans un pays à la fois inquiet de son déclassement, fier de sa conduite pendant la guerre et toujours prompt à moquer le continent. Les intérêts politiques ont vite fait de dresser des frontières. Sont-elles si profondément culturelles ou, plus prosaïquement, assez circonstancielles ?

 

Durée de l'émission: 29 minutes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Slovénie élit son président - France Inter

La Slovénie élit son président - France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
2012, année électorale par excellence. En France, bien sûr, aux Etats-Unis évidemment, mais bien au-delà. Cette année, près d’un électeur sur deux a été appelé aux urnes. Comme en Papouasie Nouvelle-Guinée.

 

Aujourd'hui, c'est au tour de la Slovénie de se rendre aux urnes, à l'occasion du deuxième tour de l'élection présidentielle. 1,7 million de Slovènes sont appelés à se prononcet entre le président sortant Danilo Türk et l'ancien Premier ministre Borut Pahur qui a créé la surprise au premier tour en arrivant en tête.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le traité budgétaire européen - France Inter

Le traité budgétaire européen - France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après Maastricht et Lisbonne, ce nouveau traité européen divise la classe politique française. Pourquoi la "règle d'or" budgétaire provoque t-elle à ce point la discorde?

 

Il sème la zizanie au sein même du PS, et a carrément déclenché une guerre ouverte entre le Front de Gauche et le gouvernement. De son nom complet le « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance », ou TSCG, le Traité budgétaire européen est présenté cette semaine au Parlement, ce qui présage de débats vifs, voire acrimonieux.
Accusé par les uns d’institutionnaliser l’austérité, « compromis nécessaire » pour les autres, qu’implique concrètement ce traité en termes économiques, mais aussi politiques ? Que va changer la « règle d’or » ?

Ce texte, officiellement appelé traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), vise à renforcer encore la stabilité budgétaire des pays de la zone euro, très affectés par la crise des dettes souveraines. C'est en quelque sorte une conséquence du sauvetage financier de la Grèce par ses partenaires européens, car il conditionne la poursuite de l'aide aux pays en difficultés de la zone et rend possible des avancées en matière d'union politique, c'est en tout cas ainsi que l'a imaginé son principal artisan: l'Allemagne d'Angela Merkel.

Le TSCG a été arreté le 30 janvier 2012 à Bruxelles entre les chefs d'Etat et de gouvernement, avant d'être signé le 2 mars suivant. S'il est ratifié, il entrera en vigueur au plus tôt le 1er janvier 2013. En France, le texte est présenté cette semaine à l'Assemblée.

Les débats risquent d'être vifs, car une partie de la gauche parlementaire reproche à ce pacte budgétaire d"'institutionalise les politiques d'austérité", et d'étouffer ainsi toute vélléité de reprise par la croissance.

 

Du 1er au 5 octobre, Patrick Cohen reçoit tous les jours à 8h20 un invité politique, pour y parler du Traité budgétaire européen.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Marseille, capitale culturelle européenne 2013 - Partie 1 / France Inter

Marseille, capitale culturelle européenne 2013 - Partie 1 / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Moderne Babel, toujours en chantier, depuis sa fondation par les Phocéens en l’an 600 avant notre ère jusqu’à 2013 où elle deviendra Capitale Européenne de la culture, Marseille espère enfin acquérir un rayonnement international: c’est « l’effet Guggenheim » de Bilbao et donc une hausse de 10% de fréquentation touristique mais c’est surtout son impact économique sur la vie locale qui est considérable.Mais à quel prix ? s’interrogent les Marseillais du centre ville ou des quartiers Nord qui ont peur de perdre leur ville. Ballade dans une mégapole millionnaire, solaire et noire aux allures de village.

 

INVITES: Martine Derain, artiste; Les artistes de la Friche de la Belle de Mai;Julie de Muer de Radio Grenouille; Emilie de TV Tabasco; Le Point de bascule

 

Durée de l'émission: 55 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Questions sur l'Europe: Bilan du sommet de Bruxelles / France Inter

Questions sur l'Europe: Bilan du sommet de Bruxelles / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Crise de l’euro, dette, le sommet de Bruxelles a-t-il accouché d’une souris ou de nouvelles avancées ?

Le sud a-t-il réellement fait plier l’Allemagne. Quelles conséquences pour la France des décisions prises à Bruxelles à l’heure ou le gouvernement installe une politique de rigueur.

Invités :

- Andreas SCHWAB, membre du bureau du Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens)

- María MUÑIZ DE URQUIZA, membre du Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen

- Rui TAVARES, membre du Groupe des Verts/Alliance libre européenne

- Marielle de SARNEZ, Vice-présidente du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.

 

Durée de l'émission: 34'55''

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

1974 : la culture démocratique en Grèce / France Inter

1974 : la culture démocratique en Grèce / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Callas et Xenakis. Dans un autre registre Melina Mercouri ou Míkis Theodorákis. En littérature, deux Nobels, Georges Séféris en 1963 et Odysseus Elitis en 1979 et Kazantzaki qui aurait pu l'obtenir s'il n'était mort trop tôt !

En tous domaines, la culture grecque a produit deux générations au moins d'une créativité exceptionnelle. La première a connu les années 1920 et le retour forcé des Grecs d'Asie mineure; la suivante l'occupation, la résistance, la guerre civile, la junte des colonels; la résultante fut l'étonnante effervescence du retour à la démocratie et à l'Europe d'après 1974.

La Grèce d'aujourd'hui, humiliée dans les réunions internationales, se souvient de l'image forte que ses artistes imposaient à l'étranger. Elle, dont les maisons d'édition, les structures de production, les musées même ferment, s'étonne rétrospectivement d'avoir pu réunir autant de talents. Et elle réalise soudain qu'elle ne traverse pas seulement une tempête économique et politique mais que sa culture, telle qu'elle s'était construite brillamment au siècle passé, risque d'être emportée elle aussi.

 

Emision radiophonique présentée par Jean Lebrun.

Invité: Georges PrévélakisProfesseur de Géopolitique à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)

 

Durée:29 minutes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Economique et politique, les deux tournants de l'Europe / France Inter

Economique et politique, les deux tournants de l'Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’Espagne inquiète. Elle inquiète tant que les ministres de Finances et les banquiers centraux du G-7, des sept grandes puissances économiques que sont les États-Unis, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Italie, étaient hier pendus au téléphone pour débattre de la déconfiture de ses banques, ruinées par l’éclatement de sa bulle immobilière.
Quatrième économie de la zone euro, l’Espagne inquiète car sa crise vient s’ajouter à la crise grecque, aux difficultés italiennes, à l’endettement massif des pays européens et à la faiblesse de leur croissance dans une spirale infernale qui menace l’euro, l’Europe et le monde puisqu’un effondrement de la monnaie unique déferait bientôt l’Union après avoir défait les économies de l’Europe et du monde. L’heure n’est pas grave. Elle est extrêmement grave et toute la question est de savoir si ce moment peut-être surmonté....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni et l’Europe à reculons / France Inter

Le Royaume-Uni et l’Europe à reculons / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En 1975, les électeurs britanniques confirment par référendum l'entrée de leur pays dans la Communauté. Mais, dès cette époque, le taux d'adhésion à l'Europe était relativement faible et la question divisait les deux grands partis de gouvernement.
Vincent DUBOIS's insight:
Durée: 29 minutes
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tous des Européens à Budapest / France Inter

Tous des Européens à Budapest / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A quelques mois des élections européennes, France Inter propose à ses auditeurs de (re)découvrir l’Europe, cet espace qui leur est commun, en s’installant aux quatre coins du continent.

 

1ere PARTIE de 18h20 à 19h

 

I J Europe; Reportage de Caroline Gillet

 

L’actualité en Hongrie par, PÓCS Balázs Journaliste au Népszabadság  

 

L’interview politique : Janos Martonyi, Ministre des Affaires Etrangères

 

Söndörgö interprète en live : Sinoc, une mélodie de Vojvodine (au nord de la serbie, ancien territoire hongrois)

http://www.bluelineproductions.info/sondorgo

 

 

 

2eme PARTIE  de 19h20 à 20H

Quelle vie culturelle et intellectuelle dans le contexte politique hongrois aujourd'hui ?

 

Reportage d’Antoine Giniaux

Gaspar Miklos Tamas, philosophe, ancien dissident et ancien député du Parti libéral de gauche

Csaba Bereski, Directeur du Département international de la Fondation nationale du Film hongrois

Corentin Léotard, journaliste français installé en Hongrie, fondateur du site d'informations hongroises en français: http://www.hu-lala.org/

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Commission, la France et l'Europe / France Inter

La Commission, la France et l'Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Entre la France et la Commission européenne, le torchon brûle.

 Il y eut d’abord, le mois dernier, ces « recommandations » de la Commission sur les mesures à prendre pour réduire les déficits français qui avaient amené François Hollande à la prier de ne pas se mêler de ce qui ne la regardait pas. Il y eut ensuite le veto de la France à l’inclusion des domaines culturels dans les négociations commerciales qui vont s’ouvrir entre l’Union et les Etats-Unis, la fureur que la Commission en avait ressenti et que son président, José Manuel Barroso, avait publiquement exprimée en parlant d’une vision « antimondialisation et complètement réactionnaire ».

         On était là quand, coup sur coup, deux figures politiques françaises, l’une de droite, l’autre de gauche, ont rallumé la mèche dimanche. Alain Juppé a estimé que José Manuel Barroso était « complètement archaïque et datait du siècle dernier » car il ne comprenait pas qu’autant il fallait ouvrir les frontières intra-européennes en 1958, autant il fallait aujourd’hui ne pas être naïf dans la compétition internationale et y défendre les intérêts de l’Europe. Arnaud Montebourg a déclaré pour sa part que le président de la Commission était le « carburant » du Front national et donnait raison, par ses prises de position, « à tous les partis souverainistes et anti-européens » des pays de l’Union et, dès lundi, José Manuel Barroso a riposté, sans ménager non plus l’adversaire.

« Quant il s’agit de réformes économiques, d’ouverture, de mondialisation, de l’Europe et de ses institutions, a-t-il dit, certains souverainistes de gauche ont exactement le même discours que l’extrême-droite ». L’un de ses porte-parole a enfoncé le clou en souhaitant que « certains responsables politiques français défendent davantage l’Union vis-à-vis du nationalisme, du populisme, voire du chauvinisme » mais, question : est-ce attaquer l’Union et l’idée européenne que de critiquer le président de la Commission ?

  Libéral convaincu et profondément atlantiste, José Manuel Barroso a des opinions politiques qui déterminent son action. C’est parfaitement légitime mais il n’est en rien scandaleux non plus que ses opinions soient contestées. Non seulement cela n’est pas choquant mais c’est même une nécessité pour l’Europe car il serait formidablement dangereux de laisser s’accréditer l’idée déjà tellement ancrée que l’Union et le libéralisme ne feraient qu’un...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre dit non au plan européen

Chypre dit non au plan européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Comme prévu, le parlement chypriote rejette le plan de sauvetage européen. Un plan qui prévoyait une taxation inédite sur les dépôts bancaires.  Des négociations, notamment entre les gouvernements russe et chypriote, pourraient faire évoluer la situation.

Aucun parlementaire n'a voté en faveur du plan proposé par l'UE. 36 ont voté contre et 19 se sont abstenus.

Les nombreux manifestants massés devant le parlement chypriote ont accueilli l'annonce du rejet avec des démonstrations de joie.

 

Comme l'Islande et l'Irlande avant elle, Chypre va devoir maintenant se battre pour empêcher son secteur bancaire hypertrophié de mettre le pays à genoux. Car quelle que soit la solution alternative inventée par Chypre pour remplacer cette taxation, le parallèle avec les expériences islandaise et irlandaise de ces dernières années montre que l'assainissement risque de se faire dans la souffrance.

Le gouvernement islandais a laissé ses banques faire défaut et introduit le contrôle des changes, ce qui a rendu plus difficile le financement de l'économie. L'Irlande a pour sa part nationalisé pratiquement toutes ses banques, ce qui a débouché sur un quadruplement de son endettement.

Les deux pays sont à nouveau en phase de croissance mais des problèmes de fond demeurent....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe en attente de l'Italie / France Inter

L'Europe en attente de l'Italie / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Ce sont des élections italiennes mais dont ne dépend pas que le sort de l’Italie. Les Italiens élisent dimanche et lundi leurs députés et sénateurs, les deux Chambres dont sera issu leur prochain gouvernement, mais le résultat de ce scrutin dira, d’abord, jusqu’où peut aller aujourd’hui l’exaspération d’électeurs européens, toujours plus tentés, dans presque chacun des pays de l’Union, de donner leurs voix à des démagogues surfant sur leurs colères et leurs désarrois.

               On ne sait pas combien d’Italiens auront finalement cru aux promesses de Silvio Berlusconi mais le fait est qu’à 76 ans, usant et abusant de la chirurgie esthétique et des plaisanteries les plus grasses, l’ancien président du Conseil a réussi un come back en faisant miroiter une amnistie aux fraudeurs fiscaux et en s’engageant à supprimer une nouvelle taxe sur la résidence principale qu’il s’est même dit prêt, par écrit, à rembourser à ceux qui s’en sont déjà acquitté. Croulant lui-même sous les accusations de malversations et d’abus de mineures, il a tranquillement fait appel à ceux qui ne veulent pas payer leurs impôts et cela a marché puisqu’il a ainsi réduit de moitié son retard de dix points sur le Parti démocrate, le grand parti de centre gauche qui était donné largement gagnant il y a quelques semaines encore.

               Mais ce n’est pas tout. L’autre homme qui est mieux que bien parti pour vendre du vent aux Italiens est un comique reconverti en politique, Beppe Grillo, qui a fait une campagne triomphale en dénonçant gauche, centre et droite, tous des pourris, et promettant un retrait de la zone euro, l’internet gratuit pour tous et la semaine de vingt heures. Il a ravi des foules en extase, pourfend les Etats-Unis et préfère, mais oui, la mafia aux partis politiques car «  la mafia n’étrangle pas, l’Etat et les partis, oui ».

               MM. Berlusconi et Grillo pourraient constituer la deuxième et troisième force politique italienne et l’on frémit à la seule idée qu’ils puissent empêcher, à eux deux, la constitution d’une majorité de gouvernement stable.

                L’Italie plongerait alors dans une paralysie économique et politique qui risquerait vite de compromettre la stabilisation de la monnaie européenne et d’ébranler à nouveau l’Union. Comme désormais toute élection nationale en Europe, ces législatives italiennes concernent toute l’Union, à la fois par ce qu’elles diront de l’état de l’opinion paneuropéenne et parce qu’elles pèseront sur les politiques européennes, sur des décisions collectives qui sont de plus en plus souvent les plus importantes...

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La France, l'Allemagne et la contradiction française / France Inter

La France, l'Allemagne et la contradiction française    / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La spectaculaire réussite de ce traité de l’Elysée est que sa signature n’a pas seulement permis à l’Allemagne et la France de définitivement enterrer un passé de guerres communes dont le souvenir était encore si vif en 1963.

  Moins de vingt ans après la fin de l’occupation, les ennemis d’hier ont su nouer aussi un dialogue permanent qui, quelles que soient leurs très nombreuses divergences, n’a jamais été rompu, n’a jamais cessé de se développer et sans lequel l’unification européenne n’aurait jamais progressé à un tel rythme. La création du Parlement, la monnaie unique, le front commun – trop tardif et tout ce qu’on veut – mais le front commun opposé aux séismes du krach de Wall Street et de la crise des dettes publiques, c’est le couple franco-allemand comme l’avaient également été, en politique étrangère, l’opposition aux missiles soviétiques de moyenne portée et à l’aventure irakienne de Georges Bush.

C’est ce traité, ce sont la France et l’Allemagne qui ont substitué un processus d’unification continentale, toujours en cours, à des siècles de guerre qui avaient si longtemps ravagée l’Europe. La nouvelle donne qu’il a créée demeure indispensable à l’Union qui sans elle se déferait vite, mais les échecs de ce traité n’en sont pas moins patents.

La France et l’Allemagne ont, en un mot, échoué à préfigurer à deux ce que devrait être l’Europe. Leurs syndicats, leurs partis, leurs associations professionnelles et culturelles auraient du se faire l’avant-garde d’une unification politique et sociale de l’Europe. Leurs jeunes générations ne communiquent pas dans leur langue mais en anglais. Airbus, même Airbus, ne peut pas faire oublier qu’il n’y a pas de politique industrielle franco-allemande et que l’Europe n’en a donc pas. Quant au rapprochement des politiques étrangères et à l’harmonisation sociale et fiscale, nul besoin – hélas ! – de dire ce qu’il en est...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Italie, l'Europe et le retour du "caïman" / France Inter

L'Italie, l'Europe et le retour du "caïman" / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Silvio Berlusconi a annoncé qu’il revenait dans l’arène électorale. A 76 ans, le "caïman" pourrait faire mal à son pays.

 

C’est l’accident de parcours dont l’Europe se serait bien passée. Après avoir par deux fois retiré le soutien de ses députés au professeur d’économie Monti, le chef du gouvernement qui conduit depuis un an le redressement des comptes publics italiens, Silvio Berlusconi a annoncé qu’il revenait dans l’arène électorale à l’âge de 76 ans et ainsi bouleversé la scène politique de son pays.

Virtuellement privé de majorité parlementaire, Mario Monti a fait savoir qu’il démissionnerait sitôt le budget 2013 adopté, autrement dit avant Noël, et l’Italie sera donc appelée à des élections anticipées qui devraient se tenir fin février ou début mars. A priori, cela ne fait qu’avancer un peu le calendrier puisque des législatives devaient, de toute manière, avoir lieu au printemps mais cette décision de Silvio Berlusconi change en fait tout en Italie.

Maintenant que son ancien chef de file est de retour, la droite italienne risque fort de se scinder entre ceux qui le suivront et ceux qui ne voudront pas se compromettre à nouveau avec un homme inculpé dans un chapelet d’affaires de malversations financières et de détournement de mineures toutes plus scabreuses les unes que les autres. La reconstruction d’une droite unie et recentrée parait désormais hors de portée en Italie aussi et le plus inquiétant est que ce multi-milliardaire s’apprête à faire campagne en surfant sur le mécontentement social qu’a suscité la réduction du déficit budgétaire...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les banques et les indignés unis contre l'austérité / France Inter

Les banques et les indignés unis contre l'austérité / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Colère sociale et bon sens économique, c’est la plus inattendue des coalitions qui s’esquisse aujourd’hui contre les politiques d’austérité menées en Europe.

 

Hier, en Espagne, des centaines de milliers de manifestants ont envahi les rues de Madrid et d’une centaine d’autres villes pour protester contre la brutalité des coupes budgétaires, l’envolée du chômage et les suicides auxquels ont conduit le expulsions.
Une rage s’est emparée de l’Espagne en grève générale et, si c’est dans ce pays, la quatrième économie de l’Union, que les manifestations contre l’austérité ont été les plus spectaculaires, il y en eut aussi en Italie, au Portugal, moins en France mais tout de même, et en Grèce, bien sûr, au cours de ce qui aura été la première journée de mobilisation européenne contre des politiques européennes, le premier mouvement social paneuropéen contre des politiques qui ne sont plus seulement nationales mais paneuropéennes.
Jamais la réalité de l’Europe politique n’aura été aussi évidente qu’hier alors même que les institutions européennes sont loin, très loin, d’être à la hauteur du mouvement syndical européen, organisateur de cette journée. Le mouvement social précède les institutions. C’est un fait majeur qui vient confirmer que c’est peut-être bien dans les luttes sociales, à la base, contre des politiques conduites dans toute l’Europe, que la dynamique d’unification politique de l’Union s’amorcera vraiment mais, si marquantes qu’aient été ces manifestations d’hier, elles n’ont pas constitué le seul tournant de cette journée...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le miroir néerlandais d'une Europe sans boussole / France Inter

Le miroir néerlandais d'une Europe sans boussole / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Avec 50% d’indécis, on ne sait pas pour qui voteront demain les Néerlandais. Les partis nationalistes ou les plus critiques vis-à-vis des politiques d’austérité aujourd’hui conduites par l’Union européenne

peuvent opérer une remontée après avoir eu puis perdu la faveur des électeurs. Les formations les plus favorables à un rétablissement des équilibres budgétaires et à une poursuite de l’aide apportée aux pays européens les plus fragilisés pourraient bien confirmer, à l’inverse, la remontée qu’ils viennent d’opérer dans les sondages mais, quels que soient les résultats de ces législatives, c’est aux Pays-Bas que l’ampleur du divorce entre les Européens et l’Europe est plus visible. Voilà un pays qui fut durant des siècles le plus tolérant d’Europe, qui avait naturellement compté parmi les membres fondateurs de ce qui est devenu l’Union et qui a désormais changé du tout au tout. Les Pays-Bas sont désormais le pays d’Europe où l’islamophobie est la plus profondément ancrée, où la crainte d’une perte d’identité nationale est devenue un sujet de débat permanent porté par de solides intellectuels et où le rejet de l’Europe grandit toujours plus depuis que les Néerlandais avaient, comme les Français, rejeté par référendum le projet de traité constitutionnel en 2005.

Ce n’est pas que tout se confonde et se mêle. Il y a, d’un côté, à l’extrême-droite nationaliste, des islamophobes devenus de plus en plus europhobes et, de l’autre, une gauche radicale qui refuse l’austérité et l’Europe qui la porte sans nullement faire des musulmans des boucs émissaires. Ces deux forces, le Parti pour la liberté et le Parti socialiste, sont évidemment différentes mais, dans l’opinion, leurs messages se rejoignent et se fondent dans un même rejet de ce qui n’est pas néerlandais, ne s’inscrit pas dans l’histoire de ce pays et pourrait conduire – c’est la crainte – à un retour sur l’évolution des mœurs et le niveau de protection sociale, la libération de la femme, les droits des homosexuels et l’Etat providence...

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Voyage en Europe - France Inter

Voyage en Europe  - France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pendant tout l'été à 7h15 la rédaction de France Inter propose des reportages à travers l'Europe. entre le 16 juillet et le 17 août, les reporters traversent l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, le Benelux et l'Italie.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Espagne-Italie-Grèce-Allemagne-Pologne-Finlande / France Inter

Espagne-Italie-Grèce-Allemagne-Pologne-Finlande / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Nous ferons le tour de l’Europe qui fonctionne et celui de l’Europe en panne. Nous irons à Madrid,à Athènes, à Rome à Varsovie à Bruxelles et à Helsinki afin de comprendre pourquoi certains pays de l’UE s'en sortent et d'autres pas!

 

Alors que la Grèce et l’Espagne s’enfoncent dans la récession, que l’Italie table sur une reprise économique en 2013, la Finlande et la Pologne présentent non seulement une industrie solide mais aussi un taux de croissance qui flirte avec les 3%. La Pologne est la seule économie de l’UE qui a su éviter la récession et la crise financière !

Comment résoudre la crise de la dette au sein de la zone Euro et réduire les coûts d’emprunt d’économies fragiles comme l’Espagne ou l’Italie ? Des solutions sont avancées notamment par la France qui souhaite l’introduction rapide des Euro-obligations mais l’Allemagne s’y oppose. Berlin exige le renforcement de l’intégration budgétaire et économique au sein de l’UE, un avis que partage la banque centrale....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter

Le compromis qui s'esquisse en Europe / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Conforté par ce premier tour des législatives, François Hollande consacrera la semaine à l’Europe.

 

« Chiche », va-t-il dire dans les tout prochains jours à la chancelière allemande qui avait souhaité, vendredi, que l’Union européenne devienne une union politique et budgétaire.Nous avons, oui, besoin d’une Union économique et monétaire, d’une zone euro, plus intégrée et plus forte qu’elle ne l’est aujourd’hui, expliquera-t-il dans une « contribution » écrite à la préparation du Conseil européen de la fin du mois et dira-t-il aussi mercredi en Italie, mais nous ne devons pas là nous payer de mots, ajoutera-t-il en substance.

Son « oui » sera un « oui, si… » car le président de la République voit deux dangers dans la proposition allemande. Il ne veut ni qu’elle puisse servir à repousser les mesures de relance économique européenne au nom d’objectifs à plus long terme ni qu’elle ouvre la voie à d’interminables chantiers de réformes institutionnelles susceptibles de ranimer les conflits idéologiques dont le projet européen a toujours été porteur....

more...
No comment yet.