Union Européenne,...
Follow
Find tag "Eurogroupe"
6.6K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre : Berlin reste intraitable avant l'Eurogroupe

Chypre : Berlin reste intraitable avant l'Eurogroupe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le gouvernement chypriote et les représentants de la troïka pourraient décider d'une taxe de 20 % sur les dépôts détenus par la Bank of Cyprus, et de 4 % pour les autres établissements. Les ministres des Finances de la zone euro ont prévu de se réunir dimanche.

 

De l'annonce de l'instauration d'une taxe sur les dépôts bancaires, à son rejet par le Parlement, en passant par les ultimatums des Européens et à la colère de la Russie, le dossier chypriote occupe tous les esprits depuis une semaine. L'Union européenne a donné à Chypre jusqu'à lundi pour trouver les quelque six milliards d'euros nécessaires pour compléter son plan de sauvetage, sous peine d'un effondrement de son système financier, voire même son éviction de la zone euro. D'ici là, les négociations s'intensifient.

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Chypre, le moucheron qui agace l’Europe

Chypre, le moucheron qui agace l’Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La petite république a besoin d’une aide équivalant à 92% de son PIB. Mais le paradis fiscal n’entend rien céder en échange.

 

C’est Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe, qui a mangé le morceau, peu avant Noël : ni les marchés ni la presse n’ont l’air de réaliser qu’un pays de la zone euro pose aujourd’hui «un problème plus grave que la Grèce», lâchait le Premier ministre luxembourgeois face à quelques journalistes. Ce problème, à son avis «sous-estimé», c’est Chypre, minuscule république comptant pour moins de 0,2% du PIB des Dix-Sept…

Victime collatérale de la faillite de la Grèce, la petite île méditerranéenne appelle à l’aide depuis juin. Une affaire d’abord jugée bien anecdotique : qu’est-ce qu’une quinzaine de milliards d’euros face aux 400 milliards mobilisés pour le sauvetage grec ? «Chypre, ça n’a l’air de rien, et pourtant, c’est très compliqué», acquiesce à Berlin une source gouvernementale. D’ailleurs, sept mois après son appel au secours, aucun accord n’a pu être signé, jusqu’ici, entre le pays et la troïka des créanciers associant l’Europe, la BCE et le Fonds monétaire international.

Mafia russe. Le «cas Nicosie» est épineux à deux titres. Sur le plan économique, le sauvetage des banques chypriotes - évalué à environ 9 milliards d’euros, selon l’audit encore confidentiel qui sera soumis lundi à l’Eurogroupe - est déjà voué à entrer dans les annales. Rapporté à la taille du pays, ce serait le deuxième plus gros du monde (50% du PIB), après le renflouement du secteur bancaire indonésien en 1997. Et en ajoutant l’aide de 7,5 milliards dont l’Etat a besoin pour boucler son budget et honorer le service de sa dette jusqu’en 2015, la facture pourrait dépasser… 92% de son PIB !....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Moody's retire son triple A au MES

Moody's retire son triple A au MES | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
EUROPE - L'agence de notation Moody's a dégradé d'un cran vendredi 30 novembre le Mécanisme européen de stabilité (MES), de Aaa à Aa1, avec une perspective négative, une décision jugée "difficile à comprendre" par le patron du fonds de secours de

la zone euro, l'Allemand Klaus Regling.Le geste de Moody's est "difficile à comprendre", a réagi vendredi soir Klaus Regling, dans un communiqué.

"Nous sommes en désaccord avec l'approche de l'agence de notation qui ne prend pas suffisamment en compte le cadre institutionnel particulièrement solide du MES, les engagements politiques et la structure de son capital", a-t-il ajouté.

"Les 17 Etats membres de la zone euro sont pleinement engagés sur le plan politique et financier auprès du MES et du FESF et soutiennent ces deux institutions", a renchéri Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, dans ce même communiqué.

 

La décision de Moody's fait suite à la récente dégradation de la note souveraine de la France, qui a elle aussi perdu son triple A. L'agence de notation a également annoncé vendredi la dégradation d'un cran du Fonds européen de stabilité financière (FESF), également de Aaa à Aa1, lui aussi assorti d'une perspective négative. Dix jours plus tôt, le lendemain de la dégradation de la France, Moody's avait pourtant annoncé le maintient du triple A du MES et du FESF, avec une perspective négative.

Cela "ne va pas empêcher le MES ou le FESF d'agir de quelque manière que ce soit ou d'émettre" des titres de dette, a affirmé Klaus Regling.

Outre la dégradation récente de la France, aujourd'hui notée Aa1, Moody's justifie sa décision par la "forte corrélation" en terme de risque de crédit au sein de principaux soutiens financiers du MES et du FESF. "Le risque et la notation des MES et FESF sont étroitement liés à ceux de leurs principaux soutiens", explique Moody's en rappelant que la France est le deuxième plus gros pays contributeur des MES et FESF.

La part de la France dans le MES s'élève à 20,4%, derrière celle de l'Allemagne, toujours notée Aaa par Moody's, qui est de 27,1%....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Le coût du sauvetage de la Grèce est bien moindre que celui d'une explosion de l'Europe"

"Le coût du sauvetage de la Grèce est bien moindre que celui d'une explosion de l'Europe" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Yannis Monogios, chercheur au KEPE (Institut de recherches économiques grec), est conseiller au ministère des Finances grec.

Il analyse les raisons pour lesquelles les négociations sur le versement de l'aide européenne de 44 milliards d'euros à son pays ont échoué la semaine dernière, en particulier sur le montant de la réduction de la dette. Il juge que la réunion des ministres des Finances de la zone euro ce lundi à Bruxelles devrait se conclure par un accord, car tout les membres y ont intérêt.

 

Y a-t-il un risque qu'il n'y ait toujours pas d'accord sur la dette grecque ce lundi ?
Je pense que non, car un accord est la solution la plus bénéfique pour tout le monde. Il est sûr que la possibilité d'un autre sommet extraordinaire n'est jamais à exclure, mais on sait que plus on retarde, plus on augmente les coûts. De plus, les marchés financiers ont les yeux rivés sur ces tractations, il pourra y avoir une réaction positive. La question traitée aujourd'hui par les dirigeants n'est pas : « Comment réduire la dette ?» mais : « Accepte-t-on les moyens de la réduire ?»...Il existe en effet plusieurs voies : une baisse des taux d'intérêt des prêts, une extension des maturités de ces prêts, ou une renégociation de la recapitalisation des banques...Et c'est sur ces conditions que les dirigeants européens doivent s'accorder. Aujourd'hui, on bute sur 10 milliards d'euros (*), ce qui représente très peu au niveau du budget européen. Il y aura une entente mais elle sera politique et non économique.

 

Pourquoi parler d'entente politique ?
Un accord et un nouveau versement de l'aide révèleront avant tout le degré de solidarité des dirigeants européens, et non une solution économique sur le long terme. La position exprimée par l'Allemagne mardi dernier (qui refuse tout effacement d'une partie de la dette grecque. NDLR) n'est pas une attitude négative envers la Grèce, mais un message au reste de l'Europe et surtout au président de la république française François Hollande. Cela signifie : « Je ne suis pas prête à donner davantage car le tour de la France viendra ensuite». Car, pour l'Allemagne, l'économie française est une bombe à retardement...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grèce : la facture s'alourdit pour la zone euro

Grèce : la facture s'alourdit pour la zone euro | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'Eurogroupe se réunit ce mardi à Bruxelles pour décider du versement d'une nouvelle aide de 44 milliards d'euros à la Grèce. Le débat sur un troisième plan d'aide est ouvert. Le FMI critique la stratégie européenne.

 

La Grèce est au menu d'une réunion exceptionnelle de l'Eurogroupe, ce mardi, à Bruxelles. Ce rendez-vous s'annonce tendu sur la forme comme sur le fond, car la facture ne cesse de s'alourdir pour la zone euro. Les ministres des Finances doivent décider de débloquer, d'un coup, trois tranches d'aide en faveur de la Grèce pour un montant total de 44 milliards d'euros. Ils doivent également s'entendre sur le mode de financement d'un «trou» de 31,5 milliards d'euros apparu après la décision prise mi-novembre d'allonger de deux ans le délai de réduction de déficits publics grecs. Il s'agit d'un troisième plan d'aide qui ne dit pas encore son nom.

Au-delà de ces chiffres qui donnent le tournis, c'est toute la stratégie d'aide à Athènes qui est remise en question. La Grèce, dont l'économie ne se redresse pas, serait-elle devenue un puits sans fond dans lequel la zone euro risque de sombrer?

N'est-il pas temps de songer à employer les grands moyens, c'est-à-dire d'effacer une bonne partie de la dette grecque, aujourd'hui détenue à 70 % par les États de la zone euro, le FMI et la BCE?

L'enjeu de la discussion est si lourd que la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a abrégé sa tournée en Asie pour être présente à Bruxelles....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Qu'est-ce qui fait trembler l'économie chypriote ?

Qu'est-ce qui fait trembler l'économie chypriote ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les ministres de l'Eurogroupe se réunissent vendredi après-midi à Bruxelles pour mettre au point les contours et les modalités d'un plan de sauvetage de l'île méditerranéenne.

 

 

Le sort de Chypre sera scellé vendredi 15 mars. C'est en tout cas ce que souhaite le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, ancien chef de file de la zone euro. "Lors de la réunion de l'Eurogroupe, il ne doit pas seulement s'agir d'avancer sur Chypre, mais de trouver une solution", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro. "Je ne peux pas imaginer que nous laissions passer le week-end sans avoir résolu le problème chypriote", a insisté celui qui fut le patron des ministres des finances de la zone euro pendant huit ans.

Une réunion des ministres des finances de l'Eurogroupe devait se tenir vendredi après-midi pour trouver une porte de sortie de crise pour la petite île, sans toutefois rééditer, ce que personne ne souhaite, un sauvetage à la grecque. A l'été 2012, en proie à une sérieuse crise financière, Chypre avait estimé ses besoins de financement à 17 milliards d'euros, l'équivalent de son produit intérieur brut. Pour nombre d'économistes et de commentateurs, c'était à l'époque le signe que Chypre serait peut-être le premier Etat à quitter la zone euro. La somme, jugée délirante par les instances européennes, a finalement été ramenée à un montant qui tournerait autour de 10 milliards.

Reste aux Européens à préciser les conditions d'octroi de cette aide, afin de débloquer une situation qui patine sur plusieurs dossiers complexes et potentiellement explosifs. 

Chypre, autrefois prospère, a bâti sa croissance sur son secteur bancaire, au point d'en faire l'activité principale de l'île : la taille des actifs détenus dans les banques chypriotes représente à l'heure actuelle pas moins de huit fois son PIB. Impossible donc pour la petite république de passer au travers de la crise financière de 2008 : en ce sens, les difficultés que rencontre Chypre la rapprochent de ce qu'ont vécu l'Irlande, l'Islande ou encore les Etats-Unis tout au début de la crise...  

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Paris et Berlin à la recherche d'un président pour l'Eurogroupe

Paris et Berlin à la recherche d'un président pour l'Eurogroupe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Jean-Claude Juncker a indiqué, lundi, qu'il quittera, fin 2012 ou début 2013, la présidence de la structure qui réunit les ministres des finances de la zone euro.

 

La succession du premier ministre du Luxembourg, vétéran des affaires européennes, s'annonce très incertaine, faute, à ce jour, de candidat naturel, appuyé de concert par l'Allemagne, et par la France.

Le chef de fil des ministres des finances de la zone euro occupe ce poste très exposé depuis sa création en 2005. Il ne cachait pas, ces derniers mois, sa lassitude face à l'ampleur de la tâche, sur fond de gestion chaotique de la crise de la zone euro par les dix sept pays de l'Union monétaire.

Au terme de son troisième mandat, en juillet, M. Juncker avait été reconduit pour au moins six mois, en précisant qu'il espérait quitter ses fonctions si possible à la fin 2012.

Depuis, chacun espérait en secret que M. Juncker poursuive son travail. Car les Etats de la zone euro risquent d'avoir du mal à s'accorder sur le nom d'un éventuel successeur...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Grèce échappe de justesse à la faillite

La Grèce échappe de justesse à la faillite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

GRÈCE - La zone euro et le FMI ont accouché dans la douleur dans la nuit de lundi 26 à mardi 27 novembre d'un accord sur les moyens de réduire nettement la dette grecque et sur le versement tant attendu d'une aide financière vitale pour un pays au bord de l'asphyxie. Les bourses asiatiques, le marché pétrolier et l'euro affichaient pour la plupart une hausse modeste mardi matin en Asie, soulagés par la conclusion de l'accord de Bruxelles.

 

Après plus de 13 heures de réunion, les ministres des Finances des 17 se sont finalement entendus avec le Fonds monétaire international (FMI) pour que la dette grecque soit ramenée à 124% du PIB d'ici 2020, contre un objectif initial de 120% défendu par le FMI. Cela représente un allègement d'environ 40 milliards d'euros d'ici 2020, selon une source européenne. Sans mesures nouvelles, elle aurait atteint 144% du PIB en 2020, un niveau jugé insoutenable par le FMI.

 

Ramener la dette à 110% du PIB grec

"Le FMI voulait s'assurer que la zone euro prendrait les mesures nécessaires pour remettre la Grèce sur la voie d'une dette viable. Je peux dire aujourd'hui que cela a été fait", s'est félicitée sa directrice générale, Christine Lagarde, au cours d'une conférence de presse. Elle s'est aussi félicitée de l'engagement des Européens à ramener sous 110% du PIB d'ici 2022 la dette grecque, --qui menace d'atteindre 190% en 2014--, ce qui facilitera le retour de la Grèce sur les marchés.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La nouvelle restructuration de la dette grecque à l'épreuve des divergences européennes

La nouvelle restructuration de la dette grecque à l'épreuve des divergences européennes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Après les créanciers privés, le Fonds monétaire international presse aujourd'hui les Etats de la zone euro d'effacer une part de la dette grecque.

 

Une nouvelle réunion – la troisième en un mois – est prévue lundi 26 novembre pour tenter, toujours, de sauver les finances grecques, grevées par cinq ans de récession. Mardi, une précédente réunion entre Athènes et ses créanciers européens, qui devait permettre de déclencher le versement d'une nouvelle tranche d'aide (comprise entre 31,5 et 44 milliards d'euros) à la Grèce, s'est soldée, à nouveau, par un échec 'provisoire'.

Alors que la dette du pays doit atteindre 190 % du PIB d'ici à 2014, contre 150 % estimés lors du premier plan d'aide, en mai 2010, l'objectif de la troïka (BCE, FMI et Union européenne) est de la ramener à 120 % du PIB d'ici à 2020.

Car, après l'accord PSI ("private sector involvment") négocié au printemps avec les créanciers privés, qui ont abandonné 53,5 % de la valeur de leurs titres (avec une perte réelle entre 73 % et 74 %), le Fonds monétaire international presse aujourd'hui les Etats de la zone euro de "prendre leurs pertes" et d'effacer une part de la dette grecque. Cette solution a jusqu'à présent toujours été écartée par l'Eurogroupe, et surtout par l'Allemagne....

more...
No comment yet.