Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.2K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Royaume-Uni. Édimbourg ouvre la voie à un deuxième référendum sur l’indépendance

Royaume-Uni. Édimbourg ouvre la voie à un deuxième référendum sur l’indépendance | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
“Le Parlement écossais soutient l’appel à un référendum”, titre en une The Scotsman. Le jour du déclenchement de l’article 50, qui lancera les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, le quotidien d’Édimbourg revient sur le vote qui a eu lieu hier, le 28 mars, à quelque 530 kilomètres de Londres. À 69 voix contre 59, les députés ont donné le feu vert à la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, pour demander à Londres l’organisation d’un deuxième référendum sur l’indépendance fin 2018 – début 2019. Lors du premier référendum en septembre 2014, les Écossais s’étaient prononcés à 55 % contre l’indépendance. En revanche, ils étaient 62 % à voter contre le Brexit lors du référendum de juin 2016. Pour la Première ministre, résolument proeuropéenne, qui ne souhaite pas perdre les avantages de l’adhésion, notamment du marché unique, “les circonstances ont changé”. Elle s’est donc sentie obligée de demander un nouveau vote...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Qui est Nicola Sturgeon, la femme qui veut maintenir l’Écosse dans l’UE ?

Les Inrocks - Qui est Nicola Sturgeon, la femme qui veut maintenir l’Écosse dans l’UE ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le 23 juin, le Royaume-Uni votait à 52% pour quitter l’Union européenne. Mais alors que 53% des Anglais cochaient la case Leave l’Écosse optait à 62 % pour rester rattachée à Bruxelles. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon compte bien tout faire pour que la volonté de son peuple soit entendue, quitte à provoquer un deuxième référendum. Mais qui est donc cette femme aussi crainte à Westminster qu’admirée chez elle ?
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Brexit : “Ce vote va avoir des répercussions dans le monde entier”

• C’est donc le “Out” qui l’a emporté, avec 51,9 % des suffrages. • La participation au référendum qui s’est tenu le jeudi 23 juin a été forte : 72,2 %. • Depuis l’annonce du résultat, la livre sterling s’est effondrée. • Le Premier ministre a annoncé sa démission.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecosse: David Cameron soulagé mais coincé - Europe - RFI

Ecosse: David Cameron soulagé mais coincé - Europe - RFI | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L'Ecosse restera donc au sein du Royaume-Uni. Le Premier ministre écossais Alex Salmond, chef de file des indépendantistes, a reconnu sa défaite ce vendredi matin à Edimbourg. Dans le reste du royaume, c'est le soulagement. Et en signe d'apaisement, le Premier ministre britannique David Cameron a lancé un appel au rassemblement de tous dans le pays et a promis de nouveaux pouvoirs aux quatre nations : l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande du Nord et le Pays de Galles.

 

Au Royaume-Uni, et notamment à Londres, on respire mieux. Et notamment à Westminster, au sein du Parlement et du gouvernement. Le Premier ministre David Cameron s'est adressé au pays à la télévision ce vendredi : « Le peuple d’Ecosse a parlé, il a décidé de préserver notre pays composé de quatre nations et comme des milliers d’autres, j’en suis très heureux. Il est désormais temps d’aller plus loin et de dire à tous ceux qui ont voté pour l’indépendance : nous vous avons entendu. Nous avons désormais une chance de changer la façon dont le peuple britannique est gouverné. Les trois partis en faveur de l’union se sont engagés à accorder plus de pouvoir au Parlement écossais, nous nous assurerons que ces engagements seront pleinement honorés. »

Le rejet clair de l’Ecosse de s’émanciper est bien sûr un soulagement pour le Premier ministre conservateur qui avait engagé l’avenir du Royaume-Uni et qui a eu très peur, il y a quelques jours, d’avoir à la fois sous-estimé la force du camp indépendantiste et, à l’inverse, d’avoir surestimé l’attachement de l’Ecosse au reste du royaume.

 

David Cameron fait désormais face à une lourde tâche. Il faut déjà réconcilier des électeurs qui se sont affrontés avec deux conceptions très différentes de l’avenir de leur nation. Qui plus est, ce désir de rester dans le giron du Royaume-Uni montre que la population écossaise a pris au mot les élus de Westminster, et Londres doit maintenant respecter son engagement d’une méga-décentralisation avec des pouvoirs accrus au Parlement d’Edimbourg.

Les trois principaux partis britanniques ont promis que les négociations commenceraient dès l’annonce des résultats. Ce calendrier inclut une vaste consultation et des propositions présentées à la fin du mois d’octobre, suivies de la publication assez ambitieuse d’un programme, dès la fin du mois de novembre, et enfin d’un projet de loi en janvier prochain....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que les deux camps lancent leurs dernières forces dans la bataille, la presse se fait l'écho des affrontements et des incidents survenus ces derniers jours.

 

Jeudi 18 septembre, les Ecossais décideront de leur avenir – et de l'avenir du Royaume-Uni. Sur place, la tension entre partisans de l'indépendance et partisans de l'union est à son comble. “Une nation divisée”, titrait ce matin The Independent. “Les bagarres, les insultes et les menaces deviennent méchantes”.

Nuit agitée en perspective

Parmi les incidents de ces dernières heures, l'accrochage entre Ed Miliband et des partisans du oui, à Edimbourg. Lors d'une réunion publique dans un centre commercial de la ville, le leader travailliste – qui a fait campagne pour le non – s'est fait chahuter par des militants pro-indépendance qui l'ont traité de “menteur” et d'“assassin”. Il a dû quitter la salle en urgence, rapporte The Guardian, qui fait également état d'incidents impliquant d'autres figures du Labour ayant milité contre l'indépendance – notamment l'ancien Premier ministre Gordon Brown, Jim Murphy, ou encore le député travailliste d'origine écossaise Georges Galloway, qui s'est vu menacé de “prendre une balle” lors d'un rassemblement à Glasgow.

Côté sécurité, les autorités écossaises s'attendent à vivre une nuit agitée de jeudi à vendredi, les bureaux de vote fermant en début de soirée jeudi. Un cadre de la police écossaise a expliqué au Times que ce jeudi de référendum “pourrait être le point de départ de l'un des conflits les plus graves de l'histoire de l'Ecosse”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour comprendre les enjeux du référendum écossais, qui aura lieu le 18 septembre prochain, il est intéressant de voir comment les journaux britanniques couvrent la campagne.

 

Certains penchent clairement en faveur de l'indépendance (surtout en Ecosse), d'autres sont résolument contre (surtout en Angleterre), d'autres enfin tentent de donner une place aux arguments des deux camps... Découvrez cette infographie animée qui permet d'y voir plus clair.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni et l'Europe : Les eurosceptiques pris entre deux Unions

Le Royaume-Uni et l'Europe : Les eurosceptiques pris entre deux Unions | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les politiciens eurosceptiques anglais appellent à un référendum sur l’UE au nom de l’intégrité du Royaume-Uni. Mais cette attitude les place en porte-à-faux avec l’opinion publique en Ecosse, où une image plus positive de l’UE pourrait bien nourrir un sentiment pro-indépendance.

Par Sunder Katwala

 

Une victoire du UKIP [Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni] aux européennes de 2014 serait susceptible de changer la donne du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse en remettant en selle les tenants du "oui", confie l’universitaire et grand spécialiste de la question Charlie Jeffrey à l’Institut de recherche sur les politiques publiques (IPPR), à l’occasion de la publication [le 8 juillet dernier] d’un nouveau rapport sur l’"anglicité".

Beaucoup d’Ecossais déclarent qu’ils seraient susceptibles de changer d’avis sur l’indépendance si la Grande-Bretagne semblait prendre le chemin d’une sortie de l’UE. Les sondages portent à croire que cette attitude pourrait éroder l’avance aujourd’hui solide des partisans de l’union [anglo-écossaise] et rendre incertaine l’issue du référendum.

Charlie Jeffrey fait observer qu’une victoire de l’UKIP aux élections de 2014 et l’accroissement subséquent des pressions politique et médiatique en faveur d’un référendum sur le maintien du pays dans l’UE donneraient le sentiment que l’affiliation du Royaume-Uni est en péril, à quelques mois seulement du référendum sur l’indépendance [de l’Ecosse], en septembre de la même année.

Charlie Jeffrey, qui dirige la faculté de sciences politiques de l’université d’Edimbourg, est l’un des co-auteurs du nouveau rapport de l’IPPR, L’Angleterre et ses deux unions, qui rend compte d’une divergence de vue croissante au sujet de l’UE au nord et au sud de la frontière [anglo-écossaise], avec d’un côté des électeurs anglais qui affichent un euroscepticisme croissant et prennent très au sérieux la possibilité d’une sortie de l’UE, et de l’autre des Ecossais qui sont une majorité à estimer que les avantages de l’appartenance à l’UE l’emportent sur les inconvénients....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Catalogne, Flandre, Ecosse : les nationalismes menacent-ils l’intégrité européenne ? - Idées - France Culture

Catalogne, Flandre, Ecosse : les nationalismes menacent-ils l’intégrité européenne ? - Idées - France Culture | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Les sommets européens ne sont jamais de tout repos. Celui qui démarre ce soir à Bruxelles ne dérogera pas à la règle. Car on va parler gros sous entre les 27. Il s’agit de s’entendre sur le niveau du budget communautaire pour la période 2014-2020, et de fixer la répartition des recettes. Acrobatie d’autant plus risquée que le Royaume Uni a choisi de replonger au temps joyeux du thatchérisme, rappelant à ses partenaires que son argent s’appelle « reviens » : I want my money back, et les menaçant même de faire sécession.

Faire sécession : voilà une perspective qui intéresse aussi un certain nombre de riches régions européennes : un désir exacerbé en ces temps de crise économique. Les mieux dotés ont du mal à supporter le fardeau de la solidarité en faveur des plus pauvres.

Ainsi la Catalogne, où auront lieu dimanche des élections anticipées, quelques semaines après la manifestation qui a vu défiler dans les rues de Barcelone près d’1/5 de la population de la région, en faveur de l’indépendance. Ainsi la Flandre, où les nationalistes ont remporté mi-octobre les élections municipales, et notamment Anvers, la 2e ville du pays. Ainsi l’Ecosse, qui se prépare à un référendum d’auto-détermination : ce sera en 2014. Bien entendu, ces velléités indépendantistes ne s’expliquent pas seulement par la conjoncture économique. Le terreau culturel et historique est favorable à leur réémergence. L’Ecosse, la Flandre, la Catalogne, sont des nations qui ont toutes eu des relations compliquées avec l’Etat central.

Peut-on en dire autant des rapports que ces régions entretiennent avec l’Union Européenne ? Et que se passerait-il justement si elles devenaient indépendantes : devraient-elles sortir aussi de l’Europe ?

 

Durée de l'émission: 39 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’arrêt de bus le plus cool au monde est en Écosse

L’arrêt de bus le plus cool au monde est en Écosse | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

La lettre d'un écossais de sept ans est à l'origine de l'existence d'un arrêt de bus à l'histoire farfelue. On a retrouvé Bobby Macaulay vingt ans plus tard dans un pub de Glasgow pour parler du désormais célèbre «Bobby's Bus Shelter».


Pas besoin de connaître Bobby Macaulay pour comprendre qu'il n'est pas frileux. Alors que le thermomètre ne dépasse pas le zéro degré à la nuit tombée, l'Ecossais est relaxe dans le vent, sans gant et sans manteau, dans les rues de Glasgow. En même temps, Bobby a grandi sur l’île d'Unst dans les Shetland et le moins que l’on puisse dire, bah c’est que ça gèle en pleine mer au nord de l’Ecosse. «La météo est encore plus mauvaise qu'ici. L’hiver, il fait jour seulement trois ou quatre heures, il pleut, il y a du vent…, explique-t-il, quelques minutes plus tard dans un pub du centre de la ville. On avait absolument besoin d'un arrêt de bus.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Royaume-Uni, déchiré, vote sa sortie de l'UE

Le Royaume-Uni, déchiré, vote sa sortie de l'UE | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Le Royaume-Uni entame le reste de son histoire. Et cette histoire se construira hors de l’Union européenne.


Le Royaume-Uni entame le reste de son histoire. Et cette histoire se construira hors de l’Union européenne. Ce vendredi 24 juin, à 4h40 locales (5h40 à Paris), la BBC l’a annoncé : le camp du Leave, en faveur de quitter l’Union européenne, a remporté le référendum. Les Britanniques ont voté à 51,9% des voix pour sortir de l’Union européenne, contre 48,1% pour rester, selon les résultats définitifs publiés vendredi matin par la commission électorale. Quarante-et-un ans après un autre référendum, en 1975, au cours duquel le pays avait choisi de rejoindre la Communauté économique et européenne (CEE), le Royaume-Uni redevient juste une île.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Jour de scrutin indécis au Royaume-Uni

Jour de scrutin indécis au Royaume-Uni | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les conservateurs et les travaillistes sont au coude-à-coude dans les derniers sondages. Suivez ce jeudi électoral avec Libération en direct de Londres.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecosse: la démocratie contre le romantisme

Ecosse: la démocratie contre le romantisme | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La réponse des Ecossais est claire et sans ambiguïté. Ils ne veulent pas de l’indépendance.
Plus de 55% d’entre eux à travers les villes et les banlieues, les landes et les lacs ont dit non au Scottish National Party qui avait organisé la consultation avec l’aval de Londres. L’exception de Glasgow ne doit pas cacher un paysage majoritairement opposé aux rêves romantiques d’Alex Salmond, Sean Connery ou des Franz Ferdinand. Ce résultat décevant pour les indépendantistes qui voulaient un Etat ne signifie pas pour autant que l’Ecosse n’est pas un pays et une nation. L’Ecosse a sa culture et sa culture politique, ses idiosyncrasies et ses marqueurs. Pro européenne, penchant à gauche, croyant encore à la solidarité, l’Ecosse a une identité forte et propre, différente de celles des «Anglais».

C’est pourquoi Londres se doit d’avoir le triomphe modeste, comme semble le vouloir ce vendredi le Premier ministre du Royaume-Uni. Les Ecossais bénéficient déjà d’une large autonomie politique, avec un Parlement, un Premier ministre et des institutions propres. Cameron a promis d’élargir encore le pouvoir tartan dans le cadre souple d’une union rénovée. Aux indépendantistes de voir alors s’ils acceptent ce compromis ou s’ils s’accrochent à leur rêve démocratiquement rejeté ce vendredi.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La marche de l'histoire / France Inter

La marche de l'histoire / France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L’identité de l’Ecosse étant évidente, les indépendantistes doivent se trouver d’autres justifications. Ils soutiennent donc qu'une Ecosse détachée de Londres serait plus juste et prospère. Au point de faire apparaître l'indépendance comme une solution.

Vincent DUBOIS's insight:

Durée de l'émission: 29 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Et si l'Ecosse devenait indépendante ? - France Inter

Et si l'Ecosse devenait indépendante ? - France Inter | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

A cinq mois de la tenue du référendum sur l'autodétermination, l'écart entre les partisans de l'indépendance de l’Écosse et les opposants se réduit. L’Écosse est liée à l'Angleterre depuis 307 ans.

 

Unie à l'Angleterre en 1707, l'Ecosse dispose déjà depuis 1997 d'une autonomie relativement large au sein du Royaume-Uni dont elle est l'une des quatre nations (Angleterre-Ecosse-Irlande du Nord-Pays de Galles), mais les questions de défense et de politique étrangère continuent à relever de Londres.

 

Depuis plus de 30 ans, les indépendantistes représentent invariablement le tiers de l'électorat, mais l'écart s'est un resserré ces derniers mois. Les partisans du "oui" seraient désormais 40%, dix points de plus qu'il y a un an, contre 45% pour les partisans du "non". Avec 15% encore d'indécis, une victoire du "oui" semble désormais et pour la première fois depuis le début de la campagne une possibilité réelle....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉCOSSE-CATALOGNE • Indépendance : des Ecossais rationnels, des Catalans passionnés

ÉCOSSE-CATALOGNE • Indépendance : des Ecossais rationnels, des Catalans passionnés | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le référendum sur l’indépendance de l'Ecosse trouve un écho en Espagne. Si les Ecossais se montrent pragmatiques sur la question, les Catalans, qui partagent la même volonté d'émancipation, peinent de leur côté à dépassionner le débat.

 

En mars dernier, le gouvernement écossais annonçait que la date du référendum sur l'indépendance de la région avait été fixée au 18 septembre 2014. L'annonce avait suscité un vif débat outre-Manche. Le 1er juin, El Diario, journal espagnol en ligne, lui a donné une nouvelle impulsion en confrontant les visions écossaise et catalane de l'indépendance. "Ecosse rationnelle, Catalogne émotionnelle", titre le site d'information, qui contredit les idées reçues à propos des deux peuples.

Dans la presse internationale, les Ecossais ont une réputation de peuple fougueux et combatif. Le quotidien de Glasgow, The Herald, rappelait avec humour le 10 juin dernier les clichés répandus sur Ecossais : "Des nationalistes romantiques élevés au malt" pour les journaux allemands, des "highlanders" pour la presse russe. Ce peuple impétueux serait donc, à en croire les journaux étrangers, favorable à la sécession. Pourtant les premiers sondages annoncent un "non" au référendum. La patrie de Braveheart aurait-elle donc perdu de sa fougue ? se demande le quotidien écossais.

Pour El Diario, la réponse est claire : c'est oui. Dans les années 1970, les revendications d’indépendance étaient rythmées par le slogan "It’s Scotland Oil !" (c’est le pétrole de l’Ecosse). Mais "le débat [actuel] s’est déroulé avec la pondération qui caractérise la patrie d’Adam Smith (économiste écossais) et de David Hume (philosophe écossais)", souligne t-il : "la rationalité a dominé". Tandis que les Catalans manifestent aux cris de "l’Espagne nous vole !" (Espanya ens roba), les écossais réfléchissent plus concrètement au rôle déterminant de la Banque d’Angleterre dans leur économie ou aux conséquences de leur sortie de l’Union européenne s'ils votaient pour l'indépendance, analyse le journal en ligne...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Référendum: le piège tendu par Cameron aux indépendantistes écossais | Slate

Référendum: le piège tendu par Cameron aux indépendantistes écossais | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
«Le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse devrait avoir lieu le plus tôt possible», a fait savoir le cabinet de David Cameron, rapporte le Telegraph. Le lendemain, l’hôte du 10 Downing Street a déclaré sur Sky News qu’il souhaitait que le vote ait lieu dans les 18 prochains mois. Le Premier ministre britannique serait-il devenu un fervent défenseur de l’identité celte? Bien au contraire, il s’agirait en fait d’une manœuvre politique destinée à faire échouer le projet. Explications: le Parti national écossais (SNP) est majoritaire au Parlement d’Edimbourg depuis 2007. Au cœur de son programme: la promesse d’organiser un référendum sur l’indépendance. En mai 2011, le SNP avait largement remporté les élections avec 45% des voix. Une légitimité sur laquelle Alex Salmond, le Premier ministre local, compte bien s’appuyer....
more...
No comment yet.