Union Européenne,...
Follow
Find tag "CourrierInternational"
6.7K views | +0 today
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Italie démunie face aux nouvelles arrivées de migrants sur ses côtes

L’Italie démunie face aux nouvelles arrivées de migrants sur ses côtes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L’opération Triton lancée sous l’égide de l'agence européenne Frontex pour surveiller les routes migratoires vers l’Italie n’empêche pas les naufrages – et les morts – en Méditerranée. Rome se désespère de la situation.

 

Chaque jour apporte son lot de nouvelles macabres. Le 9 avril, BBC Online annonçait qu’au moins 10 migrants s’étaient noyés au large de la Sicile. Le 12 avril, environ 400 migrants auraient disparu dans le naufrage d’un bateau de fortune en Méditerranée, selon des survivants interrogés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La pression migratoire s’intensifie sur les côtes italiennes. Dans la nuit du 12 au 13 avril, les gardes-côtes italiens ont secouru 42 bateaux, chargés de plus de 6 500 personnes. “Les centres d’accueil sont en train d'exploser”, soulève le quotidien italien La Reppubblica.

Depuis le début du mois d’avril 2015, plus de 10 000 migrants ont été enregistrés en Italie, dont 8 000 en seulement trois jours. Majoritairement originaires d’Afrique subsaharienne, mais aussi du Moyen-Orient, ils devraient être transférés dans les centres d’accueil de diverses régions, explique La Repubblica.
  ......

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

LITUANIE • Par crainte de la Russie, le pays réinstaure le service militaire

LITUANIE • Par crainte de la Russie, le pays réinstaure le service militaire | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De peur d'être la prochaine cible de Moscou, la Lituanie a décidé de remettre en place le service militaire pour 3 500 jeunes Lituaniens chaque année.

 

Désormais, la Lituanie va appeler chaque année 3 500 jeunes de 19 à 26 ans sous les drapeaux pendant neuf mois. La décision de rétablir le service militaire, abrogé en 2008, a été dictée, explique la présidente, par "l’environnement géopolitique actuel".

Le conflit en Ukraine alimente les craintes. La Lituanie et les deux autres pays baltes redoutent d’être la prochaine cible de Moscou. La Russie n’a jamais apprécié l’adhésion de ses ex-vassaux à l’Otan et l’UE et multiplie ces derniers temps les provocations. Les chasseurs de l’Otan ont décollé 150 fois en 2014 – trois fois plus qu'en 2013 – pour accompagner des aéronefs militaires russes volant à proximité de l’espace aérien balte transpondeur éteint [pour échapper aux radars].

 

Dans ces conditions, l’armée lituanienne, en sous-effectif criant, doit se refaire une santé. Certaines unités ne sont pourvues qu’à hauteur de 6 %. L’armée cherche donc à recruter 300 professionnels cette année. "Une goutte d’eau dans l'océan", pour l’analyste du site d’information Delfi, "quand on connaît la fréquence des agressions russes et l’ampleur du financement et de la modernisation de son armée."

"Les menaces pour la sécurité du pays existent déjà", relève l'analyste, pour qui les 3 500 appelés par an ne sont pas suffisants. Il faudrait donc que le pays revoie dès aujourd’hui son accord pour financer seulement à l’horizon 2020 le secteur de la défense à hauteur de 2 % du PIB, estime le site d'information...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

HONGRIE-RUSSIE • Avec Orbán, Poutine trouve à qui parler à Budapest

HONGRIE-RUSSIE • Avec Orbán, Poutine trouve à qui parler à Budapest | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Vladimir Poutine a effectué le 17 février à Budapest une visite qualifiée de "précieuse" par la presse hongroise. Les manifestations de la veille pour dénoncer le rapprochement avec la Russie n'ont pas empêché la signature de plusieurs accords économiques.

 

“Malgré les manifestations qui ont eu lieu la veille de son arrivée sur la place Kossuth, malgré les manifestations qui ont eu lieu toute l'année pour exprimer la colère d'un peuple contre une politique trop orientée vers Moscou”, comme le note le mensuel de gauche Magyar Narancs, cette visite a bien eu lieu. Car “Poutine nous souffle dans la nuque”, titre le mensuel.

 

Pour la diplomatie hongroise, ce fut un mois crucial", remarque Magyar Nemzet, jusqu'à peu quotidien de droite proche du Premier ministre Viktor Orbán. "Après la chancelière Angela Merkel, le président Vladimir Poutine". Le quotidien de Budapest pense que cette journée, au cours de laquelle Poutine a signé avec Orbán plusieurs accords de coopération bilatérale dans les domaines énergétique, universitaire, médical et nucléaire, était également nécessaire au leader russe : “Moscou a besoin de la paix”, et “cette visite, la première dans un Etat membre UE après le début des sanctions contre la Russie”, marque une volonté de “montrer au monde qu'il existe encore des Etats européens qui l'accueillent avec joie”.

Si Budapest ne s'est pas engagé en faveur des sanctions européennes contre la Russie, Viktor Orbán a néanmoins fait savoir que “seule la paix en Ukraine pourrait garantir le retour des bonnes relations entre l'UE et la Russie”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

GRÈCE • Athènes rompt avec la Troïka

GRÈCE • Athènes rompt avec la Troïka | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Syriza, le parti de gauche radicale qui a récemment gagné les élections en Grèce, semble tenir ses engagements de campagne. Yanis Varoufakis, le nouveau ministre des Finances, a déclaré que le pays mettrait fin à la coopération habituelle avec le FMI, la BCE et l'Union Européenne.

 

Depuis la victoire du parti de gauche radicale Syriza aux dernières élections législatives en Grèce, l'Europe vit au rythme des annonces sur la restructuration de la dette grecque. Élus sur un programme anti-austérité, les nouveaux hommes forts à Athènes savent qu'ils sont très attendus sur la scène internationale. 

Le 30 janvier dernier, la visite à Athènes de Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a fourni le prétexte à quelques déclarations de principe du nouveau ministre grec des finances. Cité par le quotidien économique de référence Financial Times, Yanis Varoufakis a déclaré sans ambages que les grecs "ne négocierons pas avec un comité dont la constitution est pourrie depuis la base". Périphrase habile pour évoquer la fin de la coopération de l'État grec avec la Troika, triumvirat composé de la Banque centrale européenne (BCE), le Fond monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE), créé pour mener la sortie de crise dans le pays.

 

D'autre part, Yanis Varoufakis - qui a avancé sa venue en France à aujourd'hui - a également averti que "la Grèce n'acceptera pas une extension du programme de sauvetage de l'UE qui prendra fin en février" rejetant ainsi la possibilité d'une rallonge de sept milliards d'euros, rajoutant que "c'est cette position qui nous a permit de gagner la confiance du peuple grec" et de gagner les élections.

Jeroen Dijsselbloem, s'est voulu prudent, rappelant que "le problème des grecs n'a pas disparu dans la nuit qui a suivi les élections". Pour Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires cité par le quotidien britannique, "nous devons tous nous sentir concerné par la situation économique en Grèce. Notre but commun est stimuler la croissance. Pour cela, nous avons besoin de pragmatisme et du respect des engagements par les deux partis".....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

GRÈCE • Le "chaos" à Athènes fait trembler la City

GRÈCE • Le "chaos" à Athènes fait trembler la City | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La décision du Premier ministre Antonis Samaras d'avancer l'élection présidentielle a provoqué la pire chute de la Bourse d'Athènes depuis le krach mondial de 1987.

 

Ce devrait être un scrutin sans enjeu majeur, le président n'ayant en Grèce qu'un rôle symbolique. Mais l’annonce du Premier ministre grec, Antonis Samaras, le lundi 8 décembre, de l'organisation d'une élection présidentielle anticipée “ressuscite les craintes pour la zone euro”, titre en une le Financial Times. Selon le quotidien de la City de Londres, l’instabilité politique en Grèce “a déclenché la plus forte baisse à la Bourse d'Athènes depuis les années 1980 et a eu des répercussions sur les marchés mondiaux.”

Le premier tour de l'élection, au suffrage indirect, aura lieu au Parlement le mercredi 17 décembre. Samaras, chef du parti conservateur Nouvelle Démocratie, qui ne dispose que d’une majorité de 155 sièges sur 300, aura du mal à obtenir les 200 voix requises pour que son candidat, l’ancien commissaire européen Stavros Dimas, accède au deuxième et au troisième tour, précise le journal. Traditionnellement, l’élection du président grec n’est pas un événement de premier plan. Mais, dans le difficile contexte actuel, l'enjeu est important, puisque le pari de Samaras fait craindre l'instabilité politique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

DÉMOCRATIE • Que faire de cette Espagne rongée par la corruption ?

DÉMOCRATIE • Que faire de cette Espagne rongée par la corruption ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les affaires ne cessent de se multiplier au sein des deux principaux partis. La dernière en date a conduit la ministre de la Santé, Ana Mato, à démissionner le 26 novembre. Cette gabegie fait le jeu du nouveau mouvement de gauche Podemos, issu de la mobilisation des Indignés.

 

Filesa, Naseiro, Roldán, Gürtel, Bárcenas, Nóos, Pujol, Púnica… On pourrait raconter toute l’histoire de l’Espagne de ces dernières décennies rien qu’à partir des affaires de corruption (lire encadré). La toute dernière vague d’arrestations a remis le problème sous les feux des projecteurs, occultant la perspective temporelle.

Nous, individus, pouvons avoir la mémoire qui flanche, les archives de la presse, non. Et le diagnostic est sans appel : l’Espagne est atteinte de corruption aiguë. Reste une question : Docteur, y a-t-il un traitement ? Juges, sociologues, associations de lutte contre la corruption et politiciens eux-mêmes semblent penser qu’il existe bien un remède à ce mal qui, en Espagne, ne paraît pas conjoncturel, mais bien structurel. Les chiffres sont éloquents : le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) a recensé 1 661 instructions en cours en 2013, dans les différentes instances de la justice espagnole, pour des délits de corruption.

Environ 500 personnes sont emprisonnées, mises en examen ou visés par une enquête pour ce type d’accusations. Et à en croire une étude menée l’année dernière par des experts de l’université de Las Palmas [Canaries], la corruption a un coût annuel de 40 milliards d’euros. Une brève série statistique qui permet de comprendre pourquoi les Espagnols, dans la dernière enquête du CIS [Centre d’enquêtes sociologiques], placent la corruption au deuxième rang de leurs préoccupations : 42,3 % des personnes interrogées la considèrent comme le plus grave problème du pays, juste après le chômage.

S’il est difficile de déterminer précisément l’origine du mal, la combinaison entre un cadre légal déficient, l’insuffisance des moyens alloués et un certain laxisme général aura incontestablement offert un terreau de choix aux malversations dans le monde politique, la fonction publique et les milieux d’affaires....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum

ÉCOSSE • La tension est à son comble à la veille du référendum | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que les deux camps lancent leurs dernières forces dans la bataille, la presse se fait l'écho des affrontements et des incidents survenus ces derniers jours.

 

Jeudi 18 septembre, les Ecossais décideront de leur avenir – et de l'avenir du Royaume-Uni. Sur place, la tension entre partisans de l'indépendance et partisans de l'union est à son comble. “Une nation divisée”, titrait ce matin The Independent. “Les bagarres, les insultes et les menaces deviennent méchantes”.

Nuit agitée en perspective

Parmi les incidents de ces dernières heures, l'accrochage entre Ed Miliband et des partisans du oui, à Edimbourg. Lors d'une réunion publique dans un centre commercial de la ville, le leader travailliste – qui a fait campagne pour le non – s'est fait chahuter par des militants pro-indépendance qui l'ont traité de “menteur” et d'“assassin”. Il a dû quitter la salle en urgence, rapporte The Guardian, qui fait également état d'incidents impliquant d'autres figures du Labour ayant milité contre l'indépendance – notamment l'ancien Premier ministre Gordon Brown, Jim Murphy, ou encore le député travailliste d'origine écossaise Georges Galloway, qui s'est vu menacé de “prendre une balle” lors d'un rassemblement à Glasgow.

Côté sécurité, les autorités écossaises s'attendent à vivre une nuit agitée de jeudi à vendredi, les bureaux de vote fermant en début de soirée jeudi. Un cadre de la police écossaise a expliqué au Times que ce jeudi de référendum “pourrait être le point de départ de l'un des conflits les plus graves de l'histoire de l'Ecosse”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

VU DE POLOGNE • Donald Tusk, le Polonais devenu leader de l'Europe

VU DE POLOGNE • Donald Tusk, le Polonais devenu leader de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En Pologne, la presse est unanime : pour la première fois, un homme politique polonais va prendre une fonction internationale aussi élevée. Mais son départ pour Bruxelles complique la situation dans son pays.

 

Pour Gazeta Wyborcza, le plus important quotidien d'opinion du pays, la nomination du Premier ministre polonais à la présidence du Conseil de l'Europe constitue un symbole. "La nouvelle est tombée au moment des célébrations de l'ouverture du Centre européen de Solidarnosc", précise Jaroslaw Kurski, rédacteur en chef du journal. "A l'endroit même, il y a trente-quatre ans, Lech Walesa, alors ouvrier des chantiers navals de Gdańsk, annonçait la constitution du premier syndicat indépendant dans les pays du bloc communiste. Un jeune étudiant de la faculté d'histoire à l'université de Gdańsk était là pour l'écouter", explique Kurski.

"Le choix qui s'est porté sur quelqu'un originaire de l'autre côté de l'ancien rideau de fer, d'un pays ancien satellite de l'Union soviétique, constitue un signal clair que le centre de gravité de l'Union se déplace vers l'est, et cela dans un contexte où l'UE doit redéfinir ses relations avec la Russie", considère Jacek Pawlicki de l'hebdomadaire Newsweek Polska.


"Mis à part Jean-Paul II, Donald Tusk est le premier Polonais depuis l'époque des Jagellons (XV-XVIe siècle) à occuper un poste aussi important", remarque Boguslaw Chrabota du quotidien conservateur Rzeczpospolita. "Pour nous, les gens d'Europe centrale, le plus important est de freiner les ambitions impériales de la Russie et d'arrêter le conflit en Ukraine de l'Est", explique Chrabota, en donnant un aperçu des priorités qui devraient être celle de Tusk.

Mais que deviendrait la Pologne une fois Tusk parti à Bruxelles ? Pour Wieslaw Wladyka, de l'hebdomadaire Polityka, d'orientation gauche libérale, la décision de Tusk de postuler à Bruxelles est incompréhensible : "Si subite, qu'il n'a même pas préparé sa succession à la tête de la Plateforme civique", explique Wladyka, qui considère que le parti au pouvoir depuis 2007 se trouve aujourd'hui "orphelin"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EN CARTE • Qui sont ces populistes qui rôdent sur l'Europe ?

EN CARTE • Qui sont ces populistes qui rôdent sur l'Europe ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Les Européens se rendent aux urnes du 22 au 25 mai. Ces élections vont-elles voir l'avènement d'une "vague populiste" ? Et d'ailleurs, quels sont les différentes sensibilités des partis que l'on range dans cette large catégorie ?



"La véritable menace" pour l’Europe n’est pas l’extrême droite radicale comme Aube Dorée en Grèce ou le Jobbik en Hongrie, mais "une force plus subtile, connue comme 'la nouvelle extrême droite''', écrit The Daily Telegraph qui se propose de distinguer entre les différentes sensibiltés à l'aide d'une carte interactive. Indiqués en couleur verte, "ces partis, dont le FN de Marine Le Pen est le plus prominent, se sont donnés beaucoup de peine afin de lisser leurs messages et communication. Les bottes noires, les skinheads et les slogans ont été rélégués au passé. Ils ont été remplacés par les costumes-cravates bien taillées, qui donnent à leurs dirigeants une apparence presque respectable", note le journal.

Après les élections européennes du 22 au 25 mai, cette "extrême droite 2.0 changera très probablement le paysage politique de l’UE", au vu des sondages. Cependant, rappelle le Daily Telegraph, la nouvelle alliance menée par Le Pen et Geert Wilders est incertaine : un groupe politique au sein du Parlement européen nécessite au moins 25 députés européens issus de 7 Etats membres différents. C'est ce deuxième critère qui pourrait leur poser problème. Certains, dont les Démocrates suédois, sont réticents à rejoindre leur camp, étant donné que "le FN est très impopulaire en Suède".

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PAYS-BAS • Les médias se révoltent contre Geert Wilders

PAYS-BAS • Les médias se révoltent contre Geert Wilders | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Plusieurs rédacteurs en chef néerlandais ont pris position contre le leader populiste à la suite du discours qu'il a tenu le 19 mars à La Haye, après son échec aux municipales. C'est un fait très rare aux Pays-Bas, rapporte sur son blog le correspondant à Paris de RTL Nieuws.

 

Unis contre la haine. Ce 21 mars, plusieurs rédacteurs en chef néerlandais ont pris position contre le leader "peroxydé" Geert Wilders, dont le PVV [parti de la droite populiste néerlandaise] a obtenu de bons scores – mais pas la victoire – à La Haye lors des municipales du 19 mars. Une initiative extrêmement rare dans le plat pays.

A l’origine de ce ras-le-bol commun, un meeting électoral du PVV le 19 mars soir après l’élection dans la capitale batave. Le chef du Parti pour la liberté demande à son public s’il veut "plus de Marocains ou moins de Marocains aux Pays-Bas et dans cette ville". "Moins, moins, moins !", répondent les militants à cette question qui n’en était pas une. Wilders de répondre : "Ok, nous allons nous en occuper".



Jeudi après-midi, le rédacteur en chef adjoint de RTL Nieuws, Pieter Klein, a publié une lettre ouverte à l’adresse de Wilders. Il y explique que pour la première fois en 25 ans d’existence, la direction de la rédaction prend position contre un homme politique. "A cause de tes idées, tu es menacé depuis des années et c’est inadmissible", écrit le journaliste.

Il poursuit un peu plus loin : "Mais là tu as réussi. Tu as vraiment dépassé les bornes." Pieter Klein qualifie les paroles de Wilders de "répugnantes, à vomir". "Ça te surprend que les comparaisons historiques foisonnent ? Bien sûr que non. Tu les as cherchées délibérément. Juden raus. Hitler. Goebbels. Des souvenirs à la déportation. (…) Et ensuite, tu joues la victime. Geert, honte à toi."...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Élections européennes 2014 | Courrier international

Élections européennes 2014 | Courrier international | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Quelle Europe se rend aux urnes entre le 22 et le 25 mai ? Celle de la crise de l’euro et des plans de sauvetage ? De la défiance envers "Bruxelles" ? Celle des jeunes des pays du Sud qui fuient le chômage ? Ou celle du plus grand marché au monde et dont la qualité de vie attire des milliers de personnes au risque de leur vie ?

A cent jours des élections européennes, nous proposons un tour de l’UE, de ses grandes questions et de ses habitants. Un dossier réalisé à partir des archives de Presseurop, le site européen en dix langues que Courrier international a opéré de 2009 à 2013.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

HONGRIE • Nucléaire : sur les genoux de l'ours russe

HONGRIE • Nucléaire : sur les genoux de l'ours russe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La presse de l'opposition redoute la colonisation énergétique de la Hongrie après l'accord signé entre le Premier ministre hongrois et le président russe sur la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires à Paks.
Retenons la date : 14 janvier 2014. Ce jour-là, il a été établi, définitivement et empiriquement, que la Hongrie n'est pas une démocratie au sens européen du terme. Dans le cas contraire, il aurait été impensable que l'on prenne une décision engageant le destin du pays sur plusieurs décennies – comme celle prévoyant le renforcement de la centrale nucléaire de Paks [à 110 kilomètres de Budapest] par deux réacteurs – sans débat public, sans consultation scientifique et sans aucune étude en amont. Uniquement par la volonté personnelle [du président]. Viktor Orbán est expert en la matière : lors de l'achat des avions de combats Gripen à la Suède en septembre 2001, il avait fait de même. Nous ignorons toujours ce qui s'est passé dans les coulisses, mais l'affaire sentait la corruption. Celle d'aujourd'hui est d'un autre calibre, tant par son prix que par ses effets. Il s'agit en effet de décider non pas quels avions de chasse volent au-dessus de nos têtes, mais du mode d'alimentation énergétique de la Hongrie pour de longues décennies. Dépendants plus que jamais du gaz et du nucléaire russes La société devrait l'accepter, alors que la décision est opaque. Nous devrions croire Viktor Orbán, qui affirme que, pour son alimentation en énergie, la Hongrie a besoin de deux nouveaux réacteurs nucléaires, et que la meilleure solution est de les faire construire par [l'agence atomique russe] Rosatom, à l'aide d'un crédit russe remboursable sur trente ans. Notre Premier ministre a remporté une telle victoire dans sa lutte pour l'indépendance énergétique du pays que, dorénavant, nous serons dépendants plus que jamais du gaz et du nucléaire russes. Après le revirement de l'Ukraine, fin novembre, l'Union européenne vient d'essuyer une nouvelle défaite. Vingt-cinq ans après la chute du communisme, Orbán croit la Hongrie plus en sécurité sur les genoux de l'ours russe. Qui aurait pu le croire ? Et lui, l'aurait-il cru il y a vingt-cinq ans ?
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

TRIBUNE • L'Europe attend l'Allemagne

TRIBUNE • L'Europe attend l'Allemagne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le futur gouvernement d'Angela Merkel et du SPD, tel qu'il ressort de l'accord de coalition, n'apporte aucune réponse aux questions pressantes qui minent l'UE. Le coup de gueule des députés verts.

 

Des semaines durant, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et le Parti social-démocrate (SPD) ont peaufiné ce chapitre auquel ils ont donné des titres ambitieux. Par exemple : "La responsabilité européenne de l'Allemagne". Or, à part des montagnes de papier, qu'ont-ils produit ? Des lieux communs, des annonces, des contradictions, mais aucune réponse aux questions que se posent de nombreux Allemands ainsi que nos partenaires européens. Quiconque circule en Europe l'entend constamment : l'Europe attend Berlin – depuis des mois.

Le chef du groupe libéral au Parlement européen, Guy Verhofstadt, dénonçait récemment dans les pages du quotidien allemand Frankfurter Rundschau le manque de courage de l'alliance CDU-SPD qui se profile à l'horizon. Avant même les élections, des décisions urgentes ont été remises aux calendes grecques, qu'il s'agisse du troisième plan d'aide à la Grèce, de l'union bancaire ou de l'ouverture de négociations en vue de l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne (UE). A l'heure qu'il est, tous les dossiers ou presque sont au point mort, dans l'attente de la position du nouveau gouvernement fédéral [qui devrait être formé avant la fin décembre].


Bon nombre de nos partenaires espèrent au moins que cette attente n'aura pas été vaine. Ils espèrent également un changement de ton, dans le sens d'un engagement accru de Berlin et d'une action déterminée dans la lutte contre la crise. Au lieu de quoi, Martin Schulz [SPD] et Markus Söder [Union chrétienne-socale (CSU)] présentent un projet d'accord de coalition qui n'augure rien de bon pour l'Europe compte tenu des attentes formulées. Ceux qui espéraient que la politique européenne de l'Allemagne gagne en audace, au vu du poids que représente la majorité noir-rouge et du recul des eurosceptiques, en seront pour leurs frais...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Antiterrorisme : vers une collecte massive des données personnelles des passagers aériens

Antiterrorisme : vers une collecte massive des données personnelles des passagers aériens | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Bruxelles envisage de mettre en place un nouveau système de lutte contre le terrorisme, qui passe par la collecte des données personnelles de l'ensemble des passagers aériens voyageant dans l'espace européen.

 

Un nouveau plan antiterroriste de la Commission européenne exigera la collecte massive et le stockage – pour une durée pouvant aller jusqu’à cinq ans – des données personnelles de tous les passagers voyageant sur des vols à destination ou en provenance de l'espace européen, révèle The Guardian, qui consacre sa une à ce scoop.

Les organisations de défense des libertés civiles s’inquiètent du fait que ce plan, élaboré à la suite des attentats à Paris, va à l’encontre d’une récente décision de la Cour européenne de justice, qui estime que la collecte massive de données représente une grave incursion dans la vie privée des passagers.

Ce plan, rendu public mercredi 28 janvier par la Commission européenne, prévoit la compilation de quarante-deux informations différentes sur chaque passager, y compris leur numéro de carte bancaire, l’adresse de leur domicile ou leurs préférences alimentaires, comme le fait de manger halal. Ces informations seraient stockées pour une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans dans une base de données centrale à laquelle les services de police et de sécurité auraient accès....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ROYAUME-UNI • Lobbying : deux députés se font piéger par des journalistes

ROYAUME-UNI • Lobbying : deux députés se font piéger par des journalistes | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Deux parlementaires britanniques sont dans l'embarras après avoir été filmés par une caméra cachée en train de proposer leurs services de lobbying à des représentants d'une société chinoise fictive. En réalité, ils avaient affaire à des journalistes du Daily Telegraph.

 

ilmé en caméra cachée, Rifkind aurait dit aux "hommes d’affaires" qu’il pourrait "leur être utile en leur ouvrant les portes de n’importe quel ambassadeur britannique". Quant à Straw, il se serait notamment vanté que ses activités de lobbying dans le passé avaient déjà porté leurs fruits : pour une société de marchandises, il avait réussi à obtenir "en toute discrétion" la modification d’un texte de loi de l’Union européenne, en échange de 60 000 livres [82 000 euros] par an.

C'est notamment cette "discrétion" qui pose problème. Si toucher des revenus en complément de la rémunération de député n’est pas illégal en soi, "les députés devraient être entièrement transparents" sur ces revenus et ils ne devraient pas "utiliser des ressources parlementaires – dont les locaux – pour leurs activités commerciales privées", rappelle The Daily Telegraph.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

DANEMARK • Attentat à Copenhague : un mort et plusieurs blessés

DANEMARK • Attentat à Copenhague : un mort et plusieurs blessés | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Une fusillade a éclaté samedi après-midi devant un centre culturel de la capitale danoise qui abritait une convention sur la liberté d'expression. Selon la police locale les assaillants visaient un dessinateur de presse suédois.

 

Samedi 14 février, un attentat terroriste a eu lieu contre les participants d’un débat sur l'islamisme et la liberté d’expression à Copenhague, rapporte le quotidien danois Politiken. Selon des témoins sur place, un homme masqué est arrivé jusqu'à l'entrée du foyer culturel où avait lieu le débat et a commencé à tirer. La police danoise confirme qu’il y a un mort – un homme de 40 ans – et trois policiers blessés. La police a pu empêcher l’homme d’entrer dans la salle où avait lieu le débat. 

Selon des témoins, il y avait deux auteurs derrière l’attentat. Ces derniers ont crié des mots en une langue étrangère. Les deux hommes ont pris la fuite et sont activement recherchés par la police.


Selon les médias danois, l’attentat visait le dessinateur suédois, Lars Vilks, et la police danoise a qualifié la fusillade d'attentat terroriste. Lars Vilks vit sous protection de la police suédoise depuis 2007, lorsque son portrait de Mahomet avec un corps de chien avait été publié dans le journal local Nerikes Allehanda. Le débat était organisé par un comité de soutien au dessinateur suédois. Ce dernier n'avait pas contribué à la publication, en 2005, des caricatures du prophète Mahomet par le quotidien danois Jyllands-Posten.

L’ambassadeur francais au Danemark, Francois Zimeray, participait au débat et est sorti indemne de l'attentat, comme il l'a indiqué sur Twitter. La leader des Femen, Inna Shevchenko, était aussi présente sur les lieux....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

VU D’ALLEMAGNE • Une nouvelle crise grecque, le cauchemar des Européens

VU D’ALLEMAGNE • Une nouvelle crise grecque, le cauchemar des Européens | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La Grèce se dirige vers de nouvelles législatives le 25 janvier. Le favori, Alexis Tsipras, de la coalition de la gauche radicale, fait sursauter la presse en Europe du Nord, notamment en Allemagne.

 

"Nouvelles législatives en Grèce", "Changement de cap en Grèce", "Une réaction en chaîne fatale nous menace", "La crise de l'euro est-elle de retour ?"… En Allemagne, les titres tendent à dramatiser après l'annonce de l'échec du troisième tour de l'élection présidentielle en Grèce, ce 29 décembre.

Dans le pays qui se vit comme le principal secouriste de la Grèce endettée depuis le début de la crise de l'euro en 2010, la perspective de nouvelles élections à Athènes "réveille de vieilles inquiétudes", note le Handelsblatt. "Ces élections pourraient apporter une nouvelle orientation politique lourde de conséquences – si la coalition de la gauche radicale (Syriza) accède au pouvoir", s'inquiète le quotidien économique.

Car celui qui part en meilleure position n'est pas Antonis Samaras, Premier ministre actuel et réformateur apprécié à Bruxelles, mais Alexis Tsipras, le chef de la gauche radicale, souligne aussi le quotidien conservateur Die Welt....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

SUÈDE • Les élections anticipées, seule issue face au chantage de l’extrême droite

SUÈDE • Les élections anticipées, seule issue face au chantage de l’extrême droite | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
En Suède, l’extrême droite a décidé de voter contre le budget du gouvernement tant que les mesures sur l’immigration ne sont pas revues. Résultat : le Premier ministre est contraint de proposer des législatives anticipées.

 

La décision prise ce mardi par les Démocrates de Suède rebat les cartes de la politique suédoise. Le parti [d'extrême-droite] a fait savoir qu'il allait invalider tous les budgets proposés par le gouvernement si celui-ci ne revoyait pas sa copie sur l'immigration. Ce faisant, les Démocrates de Suède prennent en otage les autres partis du riksdag [Parlement suédois]. Après quoi, les partis conservateurs ont choisi de leur emboîter le pas et de retoquer à leur tour le budget du gouvernement.

Depuis qu'il a pris les rênes du parti [social-démocrate], le Premier ministre, Stefan Löfven, a tendu la main aux chefs de file de l'autre bloc. Lesquels ont choisi de ne pas la saisir. Après l'annonce des Démocrates de Suède, Löfven a fait ce qu'il pouvait et organisé avant-hier une réunion avec les responsables de l'Alliance [les conservateurs, le centre, les libéraux et les chrétiens-démocrates]. Lesquels s'y sont rendus, sont restés une heure et sont sortis avec un large sourire en déclarant que cette réunion n'avait pas lieu d'être. Une réaction aussi incompréhensible qu'irresponsable....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre les indépendantistes européens

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre les indépendantistes européens | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
L'Écosse n'est pas le seul pays concerné par les indépendantistes.

En Europe, des dizaines de partis politiques défendent le patrimoine culturel et les richesses de leur région, en espérant un jour se dissocier de leur pays. Même si le référendum écossais a abouti au maintien de l'Écosse dans le Royaume-Uni, ce scrutin a redonné du souffle à plusieurs mouvements séparatistes. Quels sont, en Europe, les pays concernés ? Quels sont les arguments des indépendantistes ? Courrier international vous explique tout cela dans une infographie animée.

Vincent DUBOIS's insight:

Durée: 2'05''

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais

EN VIDÉO • Infographie animée : comprendre le référendum écossais | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Pour comprendre les enjeux du référendum écossais, qui aura lieu le 18 septembre prochain, il est intéressant de voir comment les journaux britanniques couvrent la campagne.

 

Certains penchent clairement en faveur de l'indépendance (surtout en Ecosse), d'autres sont résolument contre (surtout en Angleterre), d'autres enfin tentent de donner une place aux arguments des deux camps... Découvrez cette infographie animée qui permet d'y voir plus clair.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EUROPÉENNES 2014 • “La défaite historique d'un système politique”

EUROPÉENNES 2014 • “La défaite historique d'un système politique” | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Une "révolte contre les élites", une volonté de "changer ou mourir" : tel est le message de la population européenne qui s'est exprimée dans les urnes le 25 mai, estime la presse des pays de l'Union.

 

 

A l’issue du scrutin européen qui s'est déroulé du 22 au 25 mai dans les 28 pays de l'Union européenne, et pour 751 sièges, le Parti populaire européen (PPE, centre droite), crédité de 214 sièges (-60 sièges par rapport à 2009), est en tête, et en droit de revendiquer la désignation de son candidat Jean-Claude Juncker comme président de la Commission.

Le Parti socialiste européen, deuxième, devrait obtenir 189 sièges, et présente, pour sa part, l'Allemand Martin Schulz à ce poste. En troisième position, avec une prévision de 66 sièges (-18 sièges), les libéraux démocrates (Alde) proposent également un candidat, Guy Verhofstadt. En quatrième position, les écologistes (Verts ALE) peuvent compter sur 52 sièges, suivis des Conservateurs et réformistes (ECR, 46 sièges) et de la Gauche unitaire européenne (GUE/NGL) qui devrait en avoir 42 (+7 sièges). En ce qui concerne les forces d’extrême droite, qui ne formeront pas forcément un groupe, le Front national français obtiendrait à lui seul 24 sièges et le Ukip anglais 23.


“C'est la première fois en plus de cent ans qu'un parti autre que celui des conservateurs ou des travaillistes remporte un scrutin à l'échelle du pays”, s'inquiète The Spectator. Cet autre parti c'est l'Ukip, le Parti qui milite pour la souveraineté du Royaume-Uni, et qui est arrivé en tête des Européennes avec 27,5 % des voix, suivi par les travaillistes (25 %) et les conservateurs (près de 24 %). Dans sa chronique, James Forsyth explique la victoire de l'Ukip par le seul fait qu'il a placé le thème de l'immigration au centre de ses messages. “L'immigration est son unique argument de vente, car il souhaite que le Royaume-Uni quitte l'UE. Il affirme qu'il arrêtera l'immigration de citoyens européens vers la Grande-Bretagne, ce qu'aucun autre parti ne peut faire, car cette promesse est incompatible avec une Grande-Bretagne qui reste un Etat membre de l'UE.”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

EUROPE • La Moldavie, Etat schizophrène

EUROPE • La Moldavie, Etat schizophrène | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dès le 28 avril, les Moldaves circuleront sans visa dans l’Union européenne. La signature d’un accord d’association avec l’UE est prévue pour juin. L’écrivain Vitalie Ciobanu se demande si cela suffira à contrebalancer la propagande russe.
“Le fouet royal est plus rude que le bâton de l’ancien tsar !” C’est la phrase que j’ai retenue d’un film de mon enfance, si marquée par la propagande soviétique. La réplique sortait de la bouche d’un officier roumain, lancée de manière méprisante à un prisonnier bolchevique d’un village de Bugeac [région située jadis entre la Moldavie et la mer Noire, elle est aujourd’hui partie intégrante de l’Ukraine] où, en 1924, les Soviétiques avaient orchestré un “soulèvement spontané” des paysans contre l’odieux régime “bourgeois latifundiaire” roumain. Le film avait été tourné en russe, puis traduit en “moldave”, pour que la population de la Moldavie soviétique interprète l’histoire comme il convenait. Si j’évoque ce simulacre cinématographique, peuplé d’acteurs russes et moldaves, c’est parce que j’éprouve une sensation de déjà-vu. Moscou applique dans les régions de l’est de l’Ukraine, comme elle l’a fait en Crimée, les méthodes déjà employées dans l’entre-deux-guerres pour tenter de déstabiliser la Roumanie, organisant toutes sortes d’émeutes par le biais d’agents déguisés qui ont pour mission de soulever la population locale contre les autorités légitimes, pour invoquer par la suite le prétexte de l’envoi de troupes “libératrices”. Heureusement, il n’y a pas que de mauvaises nouvelles. A partir du 28 avril 2014, les Moldaves détenteurs de passeports biométriques pourront voyager sans visa dans les pays de l’Union européenne. L’actuel gouvernement proeuropéen de Chisinau se présentera aux élections parlementaires de novembre en ayant ainsi respecté une grande promesse. En juin, ce palmarès sera complété par la signature de l’accord d’association et de celui de libre-échange. Avec le temps, les bénéfices de ce spectaculaire changement de statut international seront perceptibles, mais les Moldaves ne sont pas habitués à considérer l’histoire à long terme, ils sont toujours esclaves de la conjoncture. Si la coalition proeuropéenne n’avait pas pu se rétablir en 2013 aux commandes du pays par l’investiture du gouvernement de Iurie Leanca, on serait aujourd’hui dans une situation… inénarrable. Les élections anticipées auraient porté au pouvoir le Parti communiste, la Moldavie n’aurait rien signé au sommet du Partenariat oriental de Vilnius [en novembre 2013], et la Russie aurait disposé à Chisinau d’un allié précieux qui l’aurait aidée à légitimer sa politique en Ukraine....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE • Un appel pour l'Europe et contre le populisme

UNION EUROPÉENNE • Un appel pour l'Europe et contre le populisme | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
"ll y a une Europe au-delà de Bruxelles", proclame le sociologue allemand Ulrich Beck dans un appel publié ce jeudi dans les colonnes de La Repubblica et signé par une quarantaine d'intellectuels et d'écrivains européens.

 

"Quelle Europe voulons-nous ? [...] Est-ce que nous voulons le 'moins d'Europe' de David Cameron, dicté par les impératifs du marché, ou une 'autre Europe' qui soumet le marché à des règles démocratiques, comme y songe le président du Parlement européenn Martin Schulz ?" interroge le sociologue allemand Ulrich Bek dans un appel publié en une de La Repubblica.

L'Europe se trouve dans un moment of decision*, écrit l'intellectuel, grand habitué des colonnes du quotidien italien, qui invite les citoyens à se mobiliser pour les élections européennes qui auront lieu en mai. C'est la première fois depuis la signature du traité de Lisbonne et du déclenchement de la crise que les électeurs vont pouvoir s'exprimer pour infléchir l'orientation politique de l'Union européenne, souligne-t-il. "Les partis antieuropéens et leurs candidats veulent être élus démocratiquement pour saper la démocratie en Europe. Nous invitons les citoyens d'Europe à ne pas voter en faveur de cette attaque politique suicidaire", proclame Ulrich Beck.

Une quarantaine de personnalités, d'intellectuels et d'écrivains européens ont signé cet appel parmi lesquels : Zygmunt Bauman, Daniel Birnbaum, Angelo Bolaffi, Jacques Delors, Slavenka Drakulic, Jürgen Habermas, Agnes Heller, Mary Kaldor, Edgar Morin, Cees Nooteboom, Ilma Rakusa, Costas Simitis, Lilian Thuram, Christina Weiss ou encore Michel Wievorka.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UE-AFRIQUE • Berlin doit intervenir en Afrique

UE-AFRIQUE • Berlin doit intervenir en Afrique | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Au moment où l'UE décide d'envoyer plusieurs centaines de soldats en Centrafrique, l'Allemagne doit changer son fusil d'épaule et participer aux opérations militaires, estime la Frankfurter Allgemeine.

Au nom de sa responsabilité grandissante dans le monde.

 

Il est totalement exclu de croire que quiconque en Allemagne aspire à envoyer des soldats de la Bundeswehr en Afrique. Cependant, nous ne pouvons pas, à l'instar de nos gouvernements successifs, parler depuis des années des responsabilités grandissantes de l'Allemagne dans le monde et ne jamais vouloir nous engager quand il s'agit d'assumer cette responsabilité en passant à l'acte.

C'est pourquoi bon nombre de raisons incitent à prendre part de manière circonstanciée à une intervention qui stabilise les succès engrangés par les soldats français au Mali, et qui permette à la France de ne pas laisser s'instaurer un nouvel "Etat voué à l'échec" en République centrafricaine. C'est aux experts de déterminer la contribution que la Bundeswehr peut précisément apporter. Mais une chose est sûre : il est dans l'intérêt immédiat de l'Allemagne que la situation s'améliore dans ces deux pays africains.....

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité

PORTUGAL • Les fruits amers de l'austérité | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Alors que l'Irlande sort du plan d'aide européen le 15 décembre, le Portugal et la Grèce restent sous la tutelle de la troïka. Les raisons de leur crise sont différentes.

Mais les trois pays souffrent d'une même absence de considération de la part de Bruxelles.

 

Au départ, l'Irlande devait bénéficier d'un programme de sauvegarde [une ligne de "crédit de précaution" pour sortir du plan d'aide], et les négociations irlandaises devaient nous guider vers les nôtres. Comme disait le vice-Premier ministre Paulo Portas, "mieux vaut être celte que grec".

Mais l'Irlande nous a filé entre les doigts : elle a décidé d'en appeler aux marchés, et nous avons perdu notre cicérone. On dit que c'est Dublin qui a décidé de prendre ce risque. Mais une autre version circule : l'Allemagne et la Finlande ont fait mine de tergiverser, et les Irlandais, qui bénéficient de taux acceptables sur les marchés, ont préféré ne pas risquer plusieurs mois supplémentaires d'incertitude. Voilà qui tend à confirmer que ces décisions dépendent moins des pays concernés par les plans d'aide, que de facteurs qui leur sont extérieurs.

Le gouvernement portugais a donc dû adapter son discours, avec la nouvelle thèse suivante : c'est la preuve que l'austérité fonctionne. Ainsi, si nous n'avons pas fait appel aux marchés en juillet, c'est parce que nous avons appliqué la recette de la troïka [UE-FMI-BCE, représentant les créanciers du Portugal] avec moins de rigueur que les Irlandais. Ou, ajoutent certains, parce que nous avons commencé les coupes trop tard.

 

Premier mensonge : l'austérité a porté ses fruits en Irlande. Le sauvetage de l'Irlande, que celle-ci a voulu refuser, avait pour seul objectif de sauver son secteur bancaire. Sur ce point, oui, il a fonctionné. Mais la situation financière irlandaise est bien loin du modèle défendu par la troïka. Alors que son plan d'ajustement a pris fin, l'Irlande affiche aujourd'hui une dette publique équivalente à la nôtre, une croissance médiocre et un déficit qui tourne autour de 8 %.

Si le Portugal cumulait ces mêmes indicateurs, nos taux d'intérêt dépasseraient allègrement les 6 % actuels. Mais l'Irlande peut se permettre de prendre le risque d'aller sur les marchés, car elle bénéficie de taux à 3,5 %. Et si les taux lui sont si favorables, c'est parce que, malgré l'austérité et le déséquilibre de ses comptes publics, Dublin affiche un volume d'exportations supérieur à 100 % de son PIB et jouit de facilités d'accès au marché financier nord-américain – tout cela grâce à l'anglais, que les Irlandais ont en commun avec les Etats-Unis.

Ainsi, le gouffre dans lequel l'Irlande était tombée - et où elle se trouve encore, à certains égards - n'est pas le résultat, comme la crise portugaise, de fragilités structurelles de l'économie aggravées d'abord par l'euro, puis par la crise financière internationale. Il est le résultat de ce vaste BPN [banque portugaise nationalisée après de nombreux scandales] qu'était devenu le système bancaire irlandais. De ce fait, la voie que prendra l'Irlande pour sortir de ce gouffre ne sera pas la même que la nôtre. Et, aussi nombreuses que soient dans ce pays les victimes de l'austérité, elle sera également plus facile....

more...
No comment yet.