Bruno Dalpra, citoyen engagé
897 views | +0 today
Follow
Bruno Dalpra, citoyen engagé
Retrouvez sur mon compte Scoop.it l'information qui m'interpelle, celle pour laquelle je m'engage mais aussi photos, vidéos, ...
Curated by Bruno Dalpra
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Collectif Alsace de soutien à Notre-Dame-des-Landes la ZAD: Action anti-GCO du 27 septembre : la convergence des luttes a du sens et nous sommes solidaires

Collectif Alsace de soutien à Notre-Dame-des-Landes la ZAD: Action anti-GCO du 27 septembre : la convergence des luttes a du sens et nous sommes solidaires | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
Le samedi 27 septembre à 11h aura lieu une action à l’appel du Collectif "GCO non merci" sur la commune de Kolbsheim. Une deuxième cabane anti-GCO sera construite sur le tracé du projet. Le collectif Alsace de soutien aux opposants de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes appelle ses membres et sympathisant à venir participer à cette manifestation.
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Innovation sociale
Scoop.it!

Une étude sur la mise en œuvre de l’économie circulaire dans 4 pays précurseurs

Une étude sur la mise en œuvre de l’économie circulaire dans 4 pays précurseurs | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Selon une étude menée par le Commissariat général au développement durable (CGDD) sur la mise en œuvre de l’économie circulaire, le schéma linéaire « produire, consommer, jeter » du système économique traditionnel atteint ses limites.


Via Génération en action , Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

USA: Qui l’eût cru ? C’est sur les OGM qu’on s’engueule

USA: Qui l’eût cru ? C’est sur les OGM qu’on s’engueule | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Au prix de certaines acrobaties politiques, ça bouge sur le front américain des organismes génétiquement modifiés. On croyait le sujet démodé puisque l’essentiel de la nourriture du pays en est déjà farcie. Mais les anti-OGM n’ont jamais désarmé, et ils commencent à engranger des victoires.

 

Début janvier, on apprenait que les céréales Cheerios, une marque très populaire au petit-déjeuner, n’allaient plus contenir d’ingrédients OGM. Plus important encore : que cette spécificité allait être mentionnée sur la boîte : « Ne contient pas d’OGM. » Pour un aliment non-bio, c’est une première aux Etats-Unis.

 

Quasi au même moment, le Connecticut et le Maine, deux Etats politiquement opposés, ont voté en faveur de la mention obligatoire « OGM » sur les aliments qui en contiennent.

 

Un bémol cependant : ces Etats étant très petits, ils ne pourront appliquer cette clause que si cinq Etats voisins font de même. La raison est surprenante : les législateurs savent que les fabricants vont les attaquer en justice, ils ne veulent pas être seuls à supporter le coût des procès.

 

Une partie d’Hawaï devenue « OGM free »


Enfin, la plus grande île d’Hawaï, à l’issue d’un débat populaire passionné, a décidé en décembre d’interdire leur culture et leur élevage sur son territoire, tous plantes et animaux confondus.

 

Au total, 26 Etats américains ont inscrit à leur agenda législatif de 2013 des propositions de loi obligeant les fabricants à mentionner la présence d’OGM sur les emballages.

 

Avant que la Californie ne passe au vote sur le sujet en novembre 2012, j’avais raconté la croisade affolée des fabricants d’OGM, pesticides et céréaliers, tous unis pour faire capoter l’obligation d’étiquetage. A grands coups de millions de dollars, ils ont finalement réussi à convaincre les Californiens de voter contre le projet de loi.

 

L’histoire s’est répétée en novembre dernier dans l’Etat de Washington : en dépit de la popularité initiale de la proposition, portée par un très fort mouvement écologiste local qui n’avait cependant pas réussi à lever plus de 8,4 millions de dollars, les multinationales ont encore gagné grâce aux 22 millions injectés dans la bataille.

 

Les sucres et graisses ajoutés aux Cheerios

 

L’industrie agro-alimentaire se défonce spécialement pour empêcher l’étiquetage dans les Etats à forte sensibilité environnementale. Elle craint la contagion. Elle ne veut pas courir le risque à terme d’une législation fédérale, qui l’obligerait à étiqueter « OGM » l’ensemble de ses produits.

 

En effet, toutes catégories d’aliments confondues, près de 80% de la nourriture américaine non-bio contient des OGM. Le maïs OGM, le soja OGM, les betteraves à sucre OGM, le coton OGM (cultivé pour son huile) sont à la base des sucres, graisses et additifs dont sont enrobés les aliments nationaux.

 

Les céréales du petit-déjeuner, certains pains et farines, des aliments comme le tofu, les épis de maïs doux, certains saumons d’élevage, pour ne citer que quelques exemples, sont de purs aliments OGM.

 

Il y a aussi les produits a priori non-OGM au départ, comme les fameux Cheerios confectionnés à partir d’avoine, une graine encore non modifiée. Mais ces produits « naturels » sont mélangés à du sucre et des graisses issus d’OGM, et deviennent de ce fait des aliments qui mériteraient un étiquetage.

 

Les Américains moins concernés que nous


Ils sont bien rares, les consommateurs qui traquent la mention « ne contient pas d’OGM » sur les bouteilles de lait de soja ou d’amande, sur les paquets de Granola, sur les boîtes de conserve ou sur les plats surgelés. L’immense majorité des Américains n’est pas au courant de cette invasion.

 

Tout de même, selon un sondage datant de décembre 2013, 20% des adultes se disent « très concernés » par le sujet. Par rapport à l’implication des consommateurs français, c’est peu : en septembre 2012, selon un sondage Ifop/Ouest-France, 79% des Français se disaient « plutôt » ou « très inquiets ». Mais le nombre des Américains s’intéressant au sujet a tout de même doublé en dix ans.

 

En tout cas, au courant ou pas, à moins de s’approvisionner uniquement en nourriture bio, il est bien difficile aux Etats-Unis d’acheter autre chose que des aliments OGM. L’argument principal des pro-étiquetage est par conséquent le suivant :

 

« Vous avez le droit d’être informé de ce que vous mangez. »

 

Des alliances politiques étonnantes

 

 

L’idée fait son chemin, comme l’ont montré les scrutins du Connecticut et du Maine, où on a assisté à des alliances politiques étonnantes, notamment entre des ultradroitistes des Tea Parties et certains démocrates et écolos.

 

Reste que la question des OGM est compliquée, et que les élus en situation de voter une loi aux lourdes conséquences économiques sont souvent noyés et déboussolés par les arguments agités de chaque côté.

 

Le New York Times l’a magistralement démontré dans le très long article qu’il a consacré le 5 janvier au débat public hawaïen. La journaliste Amy Harmon a suivi pas à pas un élu local dans sa quête d’information, avant que celui-ci ne se décide à voter pour ou contre l’interdiction des cultures et élevages d’OGM.

 

Elu d’une région agricole où la culture des papayes contribue fortement à l’économie de l’île, le jeune homme savait que ce fruit avait failli disparaître des plantations de l’île, dévasté par une maladie mortelle véhiculée par un insecte.

 

La culture de la papayes sauvée


Grâce à une variété OGM conçue pour résister à cet insecte, la culture du fruit a pu reprendre. Par voie de conséquence, la quantité des pesticides utilisés pour cultiver les papayes a considérablement diminué.

 

« Le conseiller régional avait prévenu son équipe : “Vous tapez OGM sur un moteur de recherche, et tout ce qui sort est négatif.” S’opposer à l’interdiction, c’était la garantie de n’être pas réélu. Pourtant, des doutes taraudaient le jeune élu, dont c’était le premier mandat. [...]

 

M. Ilagan a fait sa propre enquête. Comme tant de citoyens et de décideurs dans le monde, il a jonglé avec un sujet où les croyances populaires ne reflètent pas toujours les évidences scientifiques. »

 

L’article du NYT est bien trop long pour être résumé ici. Il ne prend position ni pour, ni contre les OGM ; il raconte simplement le déroulement et les implications politiques d’un grand débat populaire, lequel, je le rappelle, a débouché sur le bannissement définitif des OGM de l’île. Sauf pour la papaye modifiée, déjà en place.

 

« Ce sont mes potes, ça fait mal ! »

 

Mais j’y ai trouvé le passage suivant, qui reflète exactement la nature très politique des débats de ce type aux Etats-Unis :

 

« Les scientifiques, qui ont pris l’habitude de compter sur la gauche dans les batailles politiques sur la recherche des cellules souches, le changement climatique et l’enseignement de l’évolution, ont été consternés de se trouver en contradiction avec leurs alliés traditionnels sur cette question des OGM.

 

Certains comparent l’hostilité envers les OGM au rejet des évidences scientifiques sur les changements climatiques, sauf que, cette fois, les opposants se trouvent à gauche au lieu d’être du côté des conservateurs. »

 

Et le NYT de citer un phytopathologiste de l’université d’Hawaï, un professeur de botanique qui s’est opposé aux partisans de l’interdiction penda


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

TREBES: Après l'évacuation des Faucheurs, Monsanto dépose plainte

TREBES: Après l'évacuation des Faucheurs, Monsanto dépose plainte | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Les militants anti-OGM qui s'étaient introduits sur le site trébéen de la multinationale de l'agroalimentaire ont finalement été délogés au cours de la nuit de vendredi à samedi. La direction de Monsanto a confirmé un dépôt de plainte, notamment relatif aux dommages causés aux semences stockées sur le site.

 

Il aura fallu près de quatre heures aux gendarmes mobiles venus en renfort de Perpignan pour procéder à l’évacuation complète de l’usine Monsanto de Trèbes, au cours de la nuit de vendredi à samedi. Une intervention au long cours, justifiée par l’éparpillement des Faucheurs volontaires dans de multiples parties du site qu’ils avaient investi vendredi en fin d’après-midi.

 

Entre les militants enchaînés et ceux juchés sur certains bâtiments, c’est à un véritable jeu du chat et de la souris qu’ont dû s’astreindre les gendarmes, à l’œuvre entre 1 h et 5 h du matin. Une opération menée sans heurts, comme le confirmait un des 70 militants encore sur les lieux à l’heure de l’évacuation : "Ça s’est fait tranquillement, il n’y a pas eu de difficultés particulières."

 

Refus du ministère de l'Agriculture de livrer un communiqué sur le moratoire

 

L’entrée en scène des gendarmes mobiles faisait suite au dernier contact entre les Faucheurs et le secrétaire général de la préfecture de l’Aude, Thilo Firchow. Des discussions achevées par le refus ferme et définitif signifié par le représentant de l’Etat d’accéder à la demande par les anti-OGM d’une nouvelle prise de position du ministère de l’Agriculture sur la question du maïs génétiquement modifié, le MON 810.

 

Alors que la période des semences approche, les militants à l’œuvre à Trèbes sollicitaient un communiqué du ministre pour afficher de nouveau le principe d’un moratoire sur la culture de ce produit. Moratoire que Stéphane Le Foll avait déjà réaffirmé le 2 août, au lendemain de l’avis du Conseil d’Etat invalidant l’interdiction française de culture en vigueur sur le territoire depuis 2008.

 

Les ministres de l’Agriculture et de l’Environnement s’étaient alors engagées à "maintenir le moratoire afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l’apiculture". Prise de position suffisamment explicite, expliquait Thilo Firchow, pour ne pas donner droit à un communiqué de plus. Et de demander aux Faucheurs de quitter les lieux. Un appel ignoré par des militants, qui débouchera donc sur l’intervention nocturne des forces de l’ordre.

 

"Nous allons devoir recontrôler tous nos produits avant de les envoyer à nos clients"

 

Du côté de l’entreprise, décision a été prise de déposer plainte auprès de la gendarmerie de Trèbes. Un choix expliqué par Brandon Mitchener, chargé de la communication pour Monsanto Europe : "Nous allons poursuivre l’envahisseur devant la justice. Parce qu’ils ont commis un acte criminel, et violé de multiples lois. Il s’agissait d’une manifestation pour laquelle ils ne disposaient d’aucune autorisation. Ils se sont introduits dans une propriété privée. Et ils ont mélangé des semences."

 

C’est bien ce dernier point qui trouble le plus le géant de l’agroalimentaire : "Ils ont mélangé des semences mâles et femelles, et dégradé des produits qui avaient fait l’objet d’un gros travail de purification. Nous allons devoir contrôler toutes les semences avant leur envoi à nos clients.

 

C’est un travail qui va nous prendre des semaines." Accusations portées en s’étonnant d’être visé : "La direction a clairement dit qu’il n’y avait pas d’OGM sur le site de Trèbes. Monsanto n’a pas l’intention de vendre d’OGM en France ni cette année, ni dans les années futures. Notre activité sur ce territoire est consacrée à des semences conventionnelles. S’ils voulaient protester sur la question du moratoire sur le MON 810, il fallait qu’ils le fassent devant le gouvernement, pas ici."

 

Un huissier a suivi pas à pas les Faucheurs

 

Discours chronique, guère suffisant pour convaincre les antis qui, tout au long de leur action, ont fait l’objet d’une attention toute particulière d’un huissier mandaté par la direction de l’usine. Le constat, selon la responsable du site trébéen, Soad Melloul, devrait permettre de relever les dommages causés : "Ils ont souillé tous les lots de semences qui se trouvaient sur les hauteurs des stocks. Des tuyaux d’airs comprimés ont également été arrachés, tout comme des boutons d’arrêt d’urgence." Autant de dégradations présumées qui devraient agrémenter la plainte de la multinationale, pour ouvrir un nouveau front judiciaire avec leurs opposants de toujours.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from ACIPA
Scoop.it!

« Mon opposition à ce projet n’est pas nouvelle, elle est constante pour des raisons philosophiques…

« Mon opposition à ce projet n’est pas nouvelle, elle est constante pour des raisons philosophiques… | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
… Je pense que nous avons les moyens d’améliorer les infrastructures existantes et de ne pas en créer de nouvelles. Et nous avons un besoin absolu de freiner...

Via ACIPA
more...
No comment yet.
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Communiqué: De Notre-Dame-des-Landes à l’Alsace : une poignée d’irréductibles milite !

Communiqué: De Notre-Dame-des-Landes à l’Alsace : une poignée d’irréductibles milite ! | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
Le collectif en Alsace rappelle sa détermination à soutenir les opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, rappelle que l'Alsace n'est pas épargnée par les projets inutiles et que nous ne sommes pas près de céder !
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

Quand le site de McDonald's conseille à ses employés... d'éviter les fast-foods

Quand le site de McDonald's conseille à ses employés... d'éviter les fast-foods | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Les «conseils santé» proposés par la chaîne de fast-food à ses employés américains sont simples : mangez des légumes et privilégiez des burgers «sans fromage ni sauce».

 

Réservé aux employés américains de la compagnie, le site «McDonald's Resource Line» donne des conseils surprenants pour «garder la forme», comme l'a rapporté CNBC. Conseil numéro 1 de cette «encyclopédie de la santé» à la sauce McDonald's: éviter les aliments gras et sucrés des fast-foods.


«Remplacez les aliments qui font grossir et qui ne sont pas sains par des produits diététiques, comme les fruits et les légumes», lit-on par exemple sous un dessin barrant d'un gros trait rouge un menu hamburger-frites-boisson gazeuse.


Conçue par Adam Inc., une entreprise spécialisée en conseils nutritionnels, la rubrique «Nutrition» du site interne de McDonald's fourmille de bons conseils pour éviter de grossir et «rester sur la bonne voie».Le Figaro a pu le consulter. Plusieurs outils en ligne permettent de calculer en quelques instants «votre poids idéal», «vos besoins nutritionnels» et le «nombre de calories que vous brûlez, en plantant des fleurs ou en tondant la pelouse».

 

L'essentiel du site repose sur une vaste «encyclopédie» des bonnes pratiques, qui ne déborde pas d'enthousiasme pour les burgers des fast-foods, qu'ils soient siglés McDonald's ou non. «La restauration rapide est presque toujours trop chargée en calories, en gras, en sel et en sucre», insiste le site.


«Avoir un régime équilibré si vous mangez souvent dans des fast-foods, ce n'est pas impossible, mais c'est un vrai challenge», est-il expliqué. «Les choix les plus sains sont les sandwichs avec des légumes. Limitez les suppléments, comme le fromage, le bacon et la mayonnaise».

 

Si vous tenez vraiment à faire une pause chez l'oncle Ronald, «un burger avec un seul steak, sans fromage ni sauce est le meilleur choix», conseille le site. Pas sûr que la «recette de la semaine» proposée actuellement en France, le «Double Shiny Bacon», avec son double steak, son fromage fondu et ses tranches de bacon, entre dans cette catégorie.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from #NDDL | #ZAD Partout | #GPII
Scoop.it!

Notre-Dame-des-Landes : Hommage aux comités de France

Notre-Dame-des-Landes : Hommage aux comités de France | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
L'ACIPA, principale association d'opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, a tenu son assemblée générale annuelle le 8 novembre 2013, l'occasion de rendre un hommage aux comités de France au travers une image prise lors de la soirée...
more...
No comment yet.
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Les Ministres de l'Environnement de l'UE doivent refuser le nouvel OGM pesticide!

Les Ministres de l'Environnement de l'UE doivent refuser le nouvel OGM pesticide! | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
 Le Collège des Commissaires européens s'est prononcé aujourd'hui sur l'autorisation de cultiver une nouvelle variété de maïs transgénique (TC1507) commercialisée par la firme Pioneer.
more...
No comment yet.
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Strasbourg: Monsanto, non, notre santé, oui!

Strasbourg: Monsanto, non, notre santé, oui! | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
Plus de trois cent personnes ont défilé cet après-midi à Strasbourg, après s'être rassemblées place Kléber autour de plusieurs stands, pour protester contre l'entreprise Monsanto et militer pour un...
more...
No comment yet.
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Une Alsacienne se fait la porte-parole des chômeurs

Une Alsacienne se fait la porte-parole des chômeurs | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
« Isabelle Maurer, chômeuse, crève l’écran face à Jean-François Copé » , « Isabelle, la chômeuse qui a tenu tête à Jean-François Copé » , « Jean-François Copé se fait moucher par une chômeuse » , « Copé pris à partie par Isabelle, chômeuse en colère...
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from # Uzac chien indigné
Scoop.it!

Ferme des Bouillons

Ferme des Bouillons | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Une grande nouvelle pour commencer en beauté cette année 2014 ! Le Plan Local d'Urbanisme a été modifié en notre faveur : la Ferme des Bouillons est aujourd'hui classée en Zone Naturelle Protégée !
Merci à tous pour vos soutiens qui ont permis cette belle avancée dans notre lutte ! Une belle victoire contre Auchan et le capitalisme..
Une bataille de gagnée, mais le combat n'est pas fini : toujours expulsables, nous ne lâchons rien !!!


Via UZAC
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Innovation sociale
Scoop.it!

La transition énergétique passe par de l’innovation sociale -

La transition énergétique passe par de l’innovation sociale - | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Si les conclusions de la Cour des Comptes prétextaient que la transition énergétique passe par un projet impliquant la réflexion d’un modèle de société en corrélation avec elle et qu’elle ne peut être menée sans concertation, le Crédoc rajoute que la recherche de sobriété énergétique passe par de l’innovation sociale

Partant du constat que la transition énergétique, la note du rapport du Crédoc, intitulé « Sur le chemin de la sobriété énergétique- Engager les Français au-delà des écogestes » précise que pour parvenir un modèle de sobriété, elle ne doit pas s’attacher aux seules notions réglementaires et d’innovations technologiques. La transition implique une réflexions bien plus large qui questionnent nos modes de vies qui ne se réglementent pas.


Via Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

USA: La Cour suprême toujours du côté de Monsanto

USA: La Cour suprême toujours du côté de Monsanto | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

La Cour suprême des États Unis a à nouveau donné raison à Monsanto en refusant de se saisir de la plainte d'un groupement de producteurs et d'agriculteurs bio, mercredi. Ce groupement voulait empêcher les poursuites du géant de l'agronomie en cas de contamination par erreur de leurs champs par des cultures transgéniques.


La haute Cour, qui s'était déjà rangée du côté de Monsanto en mai 2013, a rejeté, sans commentaire, la requête de dizaines de fermiers pratiquant la culture bio et conventionnelle ainsi que des producteurs de semences organiques, qui réclamaient que le groupe américain s'engage à ne pas poursuivre les propriétaires des cultures de soja, coton, maïs, qui auraient été génétiquement modifiées par les vents ou des pluies.

 

Les neuf juges, dans leur décision rendue lundi, laissent de fait intacte l'arrêt d'une cour d'appel fédérale qui avait retoqué cette plainte des "Organic Seed Growers and Trade Association" et protégé les brevets des semences génétiquement modifiées de Monsanto.

 

Le puissant Monsanto arguait que donner raison à ces fermiers permettrait à n'importe qui de violer intentionnellement la réglementation de ses brevets.

 

Monsanto a engagé plus d'une centaine de recours aux Etats-Unis contre des agriculteurs ayant planté ses semences sans payer de droits. En mai dernier, la Cour suprême avait déjà donné raison au géant américain dans un litige qui l'opposait à un petit fermier de l'Indiana, accusé d'avoir enfreint ses brevets dans l'utilisation de graines de soja transgéniques.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

ALLEMAGNE: 30.000 manifestants à Berlin pour une agriculture plus verte

ALLEMAGNE: 30.000 manifestants à Berlin pour une agriculture plus verte | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Quelque 30.000 personnes ont manifesté à Berlin samedi pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement et contre l’accord de libre-échange en négociation entre les Etats-Unis et l’Union européenne, soupçonné de «nuire aux agriculteurs et aux consommateurs» européens.


Sous le soleil et dans une ambiance bon enfant, les manifestants, flanqués de 70 tracteurs, se sont rendus à la chancellerie pour réclamer la fin d’une «politique clientéliste en faveur de l’industrie agro-alimentaire». Les organisateurs ont évoqué le chiffre de 30.000 manifestants.

 

Une centaine d’organisations et d’associations pro-environnementales et caritatives, mais aussi Attac et les labels d’agriculture biologique, avaient invité à manifester sous le slogan «ça nous gave!» en marge du Salon de l’agriculture de Berlin, l’un des plus grands du monde, qui se tient jusqu’au 26 janvier dans la capitale allemande et où se réunissaient samedi 72 ministres de l’Agriculture du monde entier.

 

«Ceux qui autorisent et subventionnent des élevages géants, qui misent sur l’export et le libre-échange et qui en plus songent à autoriser à la culture en Europe des plantes génétiquement modifiées laissent tomber leurs agriculteurs, et agissent contre les intérêts de consommateurs, animaux et environnement», a résumé dans un communiqué Jochen Fritz, l’un des organisateurs.

 

Les manifestants ont fustigé pêle-mêle les conditions d’élevage des animaux, les OGM et la concentration des terres agricoles aux mains de gros investisseurs, et réclamé une nourriture de meilleure qualité, un soutien plus actif aux jeunes agriculteurs, à l’agriculture biologique ou encore l’éradication de la faim dans le monde.

 

«La plus grande majorité des gens ne veulent pas de poulet chloré, de viande aux hormones et d’organismes génétiquement modifiés», a poursuivi M. Fritz. Selon les organisateurs, c’est toutefois exactement ce que les Européens trouveront dans leurs assiettes si l’accord de libre-échange actuellement négocié entre Washington et Bruxelles voit le jour.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from ACIPA
Scoop.it!

'Puisque l'argent public est rare, il doit être bien utilisé...'

'Puisque l'argent public est rare, il doit être bien utilisé...' | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
pascalcanfin.fr C'est en quelques mots le résumé des propos de Pascal Canfin,…

Via ACIPA
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from ACIPA
Scoop.it!

Transition énergétique : La méthode du gouvernement est-elle la bonne ?

Transition énergétique : La méthode du gouvernement est-elle la bonne ? | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

De conférences en débats, la méthode gouvernementale insiste sur l'importance du dialogue à 6 voix : ONG, patronat, syndicats, Parlementaires, collectivités et Etat. Et pourtant, que ce soit pour la transition énergétique ou l'environnement en général, la méthode laisse les acteurs bien perplexes.


Via ACIPA
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Planete DDurable
Scoop.it!

Les émissions de CO2 atteignent un record, tirées par le charbon

Les émissions de CO2 atteignent un record, tirées par le charbon | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
Les émissions de CO2 ont encore augmenté dans le monde en 2012, de 2,2 %, pour atteindre le record de 35 milliards de tonnes, tirées par la hausse des émissions dues à la consommation de charbon.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

REPLAY: Poisson, élevage en eaux troubles - Envoyé spécial

REPLAY: Poisson, élevage en eaux troubles - Envoyé spécial | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

C’est l’un des symboles du bien-manger : recommandé par les médecins et les nutritionnistes, le poisson a gardé l’image d’un produit sain et naturel. En France, sa consommation a plus que doublé en cinquante ans et elle concerne particulièrement le poisson d’élevage.

 

Sa chair renferme pourtant bien des secrets, parmi les plus toxiques de l’industrie agroalimentaire : utilisation de farines animales, usage massif d’antibiotiques et de pesticides, pollution au mercure et aux PCB, défauts de traçabilité, substitutions d’espèces… Un monde secret et opaque où l’intérêt de l’industrie passe parfois avant celui des consommateurs.

 

Pendant des mois, en France mais aussi en Norvège et au Vietnam, en passant par la Suède et le Danemark, les équipes d’Envoyé Spécial ont remonté les filières de cette industrie planétaire. Poissons d’élevage, produits de la pêche, mais aussi plats cuisinés : plongée dans les eaux troubles d’une filière hors de contrôle, qui déverse à notre insu un dangereux cocktail de produits chimiques dans nos assiettes.

 

Un document de Nicolas Daniel et Louis de Barbeyrac.

 

Cliquez ici ou sur la photo pour voir la vidéo


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Bruno Dalpra from Nature to Share
Scoop.it!

Monsanto nie que ses pesticides soient à l'origine des problèmes de santé en Argentine

Monsanto nie que ses pesticides soient à l'origine des problèmes de santé en Argentine | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it

Monsanto a réfuté que les problèmes de santé apparaissant en Argentine soient liés à ses pesticides et insiste que ses produits sont sains. L'entreprise rejette un rapport d'Associated Press que Monsanto est à blâmer pour une augmentation du taux de cancers et de malformations de naissance.

 

Réagissant à un rapport d'AP ayant enquêté sur les effets des produits de Monsanto en Argentine, l'entreprise a appelé pour plus de contrôle gouvernemental et a attaqué la crédibilité de la recherche.

 

"Si les pesticides sont mal utilisés en Argentine, alors c'est dans le meilleur intérêt de tout le monde, le public, le gouvernement, les fermiers, l'industrie et Monsanto, que le mauvais emploi de ces agents chimiques soit arrêté", a dit l'entreprise de St Louis dans le Missouri.

 

Monsanto a aussi rappelé que le glyphosate, un produit chimique utilisé dans son pesticide RoundUp, a été prouvé être un produit sécure. Le porte-parole de l'entreprise a réfuté la corrélation entre l'utilisation de pesticides et l'augmentation des maladies comment manquant de validité.

 

"L'absence de données sûres rend très difficile l'établissement d'une relation entre l'incidence de maladies et c'est encore plus difficle d'en établir la causalité. A notre connaissance, il n'y a aucune relation de cause à effet" a dit Helscher.

 

AP a conduit une série d'entretiens à travers l'Argentine avec des médecins et des gens qui ont soufferts des effets pervers des pesticides de Monsanto. Il apparaît que dans bien des endroits, les règlementations sont ignorées par les agriculteurs et que des pesticides soient régulièrement utilisés à 30m de zones d'habitation, alors que la distance de sécurité minimum est de 500m.

 

Plus troublant, l'étude a trouvé que la province argentine productrice de soja, Santa Fe, dans le nord de l'Argentine, a vu son taux de cancer augmenter de 2 à 4 fois par rapport à la moyenne nationale. De plus, les chercheurs ont aussi trouvé plus de désordres de la glande thyroïde et de maladies respiratoires chroniques.

 

L'Argentine est le troisième producteur mondial de soja et la quasi totalité de ses cultures proviennent d'organismes génétiquement modifiés (OGM).

 

Malgré les affirmation de Monsanto concernant la sécurité de son glyphosate, l'étude a prouvé que celui-ci pouvait être dangereux.

 

Le biologiste moléculaire le Dr. Andres Carrasco de l'université de Buenos Aires a injecté de petits échantillons du produit chimique dans des embryons, ce qui causa un changement de niveau dans l'acide rétinoïque, une substance barrière fondamentale au cancer.

 

Les chercheurs ont observé que les mêmes changements se produisaient chez les grenouilles et le bétail avec des défauts vertébraux habitant les zones où ces produits chimiques sont utilisés. "S'il est possible de reproduire cela en laboratoire, c'est sûrement ce qui se produit sur le terrain en pire, comme nous suspectons que ce soit le cas, ce que nous devons faire est de mettre cette étude sous la loupe."

 

L'Argentine a adopté les méthodes de production de Monsanto il y a 17 ans, achetant dans le marché OGM pour aider à relancer une économie moribonde. Judy Hatcher, présidente de Pesticide Action Network International a dit à AP que considérant l'augmentation des cas de maladies et de graves problèmes de santé dans les zones où les produits sont utilisés et le manque de réglementations, Monsanto devrait offrir plus d'aide.

 

"Comme nous l'avons appris des Etats-Unis, les cultures génétiquement modifiées résistantes à l'herbicide mène à une augmentation de l'utilisation de ce produits et alors que les mauvaises herbes développent une résistance naturelle à ces herbicides, l'industrie produit de plus en plus de produits dangereux pour combattre ces super-mauvaises herbes et les agriculteurs tombent dans le cycle infernal de la spirale aux pesticides."


Traduit de l'anglais par Résistance 71 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Bruno Dalpra
Scoop.it!

Plus de 300 manifestants pour dire « non à Monsanto »

Plus de 300 manifestants pour dire « non à Monsanto » | Bruno Dalpra, citoyen engagé | Scoop.it
La mobilisation était moins importante qu’en mai dernier, devant le Parlement, mais la deuxième manifestation internationale contre Monsanto a tout de même réuni plus de 300 personnes cet après-midi à Strasbourg.
more...
No comment yet.