Social media
1 view | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Sylvie Debot Lazartigues from HR Digital
Scoop.it!

10 astuces pour créer de la valeur pour son business sur Twitter

10 astuces pour créer de la valeur pour son business sur Twitter | Social media | Scoop.it
“ Les réseaux sociaux, et notamment Twitter dont on va parler précisément dans cet article, exigent beaucoup d'efforts de la part des entreprises pour gagner des followers. On va voir que ce n'est pa”
Via Cecile Verdier, Yann De Tod, Sylvie Debot Lazartigues
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Debot Lazartigues from HR Digital
Scoop.it!

Profil des utilisateurs actifs de Twitter. Les twittos dévoilés !

Profil des utilisateurs actifs de Twitter. Les twittos dévoilés ! | Social media | Scoop.it
“ Qui sont les twittos actifs ? Quels sont leurs usages de Twitter ? Comment font les "influenceurs" pour développer leur visibilité ? Centres d’intérêt ?”
Via Pierre Cappelli, Sylvie Debot Lazartigues
more...
No comment yet.
Scooped by Sylvie Debot Lazartigues
Scoop.it!

Building Brand Identity — Five Reasons Your Blog Needs a Ghostwriter

Building Brand Identity — Five Reasons Your Blog Needs a Ghostwriter | Social media | Scoop.it
“ A ghostwriter is any writer who creates content for a project that will be presented under another name. As you are traveling in a bookstore, you might marvel at the sheer volume of works certain names such as Tom Clancy put out.”
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Debot Lazartigues from UX - UI Design, Big data, e-reputation - CM
Scoop.it!

Social Media Infographics

Social Media Infographics | Social media | Scoop.it
“ A b utilise Pinterest, un tableau virtuel permettant de collecter et de partager tout ce que vous aimez.”
Via Hajer Esseghir
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Debot Lazartigues from HR Digital
Scoop.it!

Community Management : Ne vous inscrivez pas sur tous les réseaux sociaux

Community Management : Ne vous inscrivez pas sur tous les réseaux sociaux | Social media | Scoop.it
Pour une stratégie de Community Management efficace, inutile de s'inscrire sur tous les réseaux sociaux, sélectionnez les plus intéressants pour vous.
Via Frédéric DEBAILLEUL, Yann De Tod, Sylvie Debot Lazartigues
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Debot Lazartigues from HR Digital
Scoop.it!

Les astuces pour construire un compte Twitter de qualité...!!!

Les astuces pour construire un compte Twitter de qualité...!!! | Social media | Scoop.it
On peut vouloir se créer un compte Twitter de qualité pour de nombreuses raisons, que ce soit pour sa propre image en tant que personne, mais aussi pour une entreprise par exemple. Lorsqu’il faut communiquer avec les clients par le biais de ce réseau social, si on choisi d’intégrer Twitter dans la stratégie de promotion de l’entreprise, il faut alors un compte de qualité pour refléter tout votre savoir faire. Votre image et celle de l’entreprise est engagée dans cette communication et il faudra soigner de nombreux aspects pour ne pas obtenir l’effet inverse que celui recherché à la base. Enfin, pour encore beaucoup d’autres raisons, vous voulez un compte de qualité et c’est maintenant ce que nous allons voir dans cet article.
more...
No comment yet.
Scooped by Sylvie Debot Lazartigues
Scoop.it!

Pourquoi les jeunes boudent Facebook ...!!!

Pourquoi les jeunes boudent Facebook ...!!! | Social media | Scoop.it
"Le propre des apothéoses est, hélas, de déboucher sur le déclin." Après Apple ou Microsoft, c'est au tour de Facebook de devoir répondre aux attaques quant à sa décroissance actuelle. Quand Mark Zuckerberg et ses amis ont lancé Facebook, ils ne pensaient certainement pas qu'en moins de dix ans ils arriveraient à séduire 1,2 milliard d'internautes, soit plus de une personne sur six dans le monde (sans compter l'interdiction du site en Chine). Au moment de publier ses résultats de fin de trimestre, Facebook a déclaré que les adolescents quittaient petit à petit le réseau. Pourquoi ? Et comment Facebook peut-il réagir face à cette fuite des jeunes consommateurs ? Facebook est avant tout une énorme base de données. Dès que vous postez un message, une photo ou une vidéo, tout est enregistré dans ses serveurs. Ainsi il n'est pas rare, en tapant votre nom sur Google, de retrouver de vieux fichiers "pourris", pas toujours très profitables à votre e-réputation. Sur le moment, on peut être fier de poser en photo avec des gens bizarres rencontrés dans une soirée ou en caleçon devant son miroir. Mais après ? Or Facebook ne permet pas d'effacer efficacement et définitivement notre historique. Le partage de l'information par un ami puis par un autre rend le traçage de l'information quasi impossible. Se pose alors la question de la mémoire collective. Doit-elle être perpétuelle ? Doit-on pouvoir récrire notre histoire ou est-on condamné à subir à jamais les débordements de notre passé ? Profiter du moment présent, sans le rendre éternel Et si les ados voulaient tout simplement le respect de leur vie privée ? Ils connaissent mieux que personne le monde de l'Internet et ils sont les plus gros consommateurs de réseaux sociaux. Ils en ont progressivement appris les pièges et les dangers. Désormais, afficher sur leur timeline des contenus qui n'ont d'intérêt que pour eux pendant un laps de temps très court ne les intéresse plus. Car ils veulent profiter du moment présent, sans le rendre éternel. C'est la promesse que leur fait Snapchat, une application créée en 2011 et qui est déjà valorisée près de 3 milliards d'euros. Sa particularité : les photos et vidéos envoyées ne sont disponibles qu'entre une et dix secondes pour l'utilisateur qui les reçoit ; le contenu et le visuel ne sont ensuite plus visibles et, surtout, ils sont supprimés des serveurs Snapchat. Plus de traces de votre grimace préférée sur Internet ! Pas étonnant que Zuckerberg ait proposé un milliard de dollars pour racheter l'application ! Snapchat partage plus de 150 millions de photos par jour et devient l'expression de l'éphémère tant recherchée par une jeunesse en mouvement accéléré et qui rejette tout ce qui implique l'ancien, le passé. L'ado a compris qu'il devait créer sa propre histoire en supprimant toute trace de données et d'images qui n'ont pas de sens dans sa vie. Il veut bien exposer sa vie comme dans un musée, avec les oeuvres qu'il aurait sélectionnées lui-même, mais pas sur un serveur "entrepôt" capable de tout déballer un jour ou l'autre. Chacun invente l'histoire qu'il a envie de communiquer. Quand un peintre expose ses tableaux, il nous fait grâce de ses ébauches loupées et sans intérêt pour nous montrer le meilleur. L'ado est dans la même logique : il est conscient de produire beaucoup de brouillons et ne souhaite conserver que ce qu'il aime et qui le définit correctement. Le monde de demain tend vers de multiples micro-communautés L'autre analyse que l'on peut faire autour du relatif "désamour" des adolescents pour Facebook tourne autour des relations humaines. Ils ont grandi dans un monde en perpétuel changement, soumis à des crises profondes et à l'avenir incertain. Or on a sans doute oublié de leur apprendre ce qu'était la relation humaine et combien elle s'inscrit dans le temps et y puise sa qualité. Souvent nés de parents divorcés, ils ont une relation à l'autre teintée d'éphémère. C'est pourquoi être ami avec tous leurs camarades de classe d'il y a deux ans ne les intéresse plus. Ce qu'ils veulent, en revanche, c'est garder le lien avec ceux qui partagent les mêmes passions, les mêmes envies et la même vision de l'avenir. Et eux le savent, ce n'est pas donné à tout le monde. Il ne serait pas étonnant, dans les mois à venir, de voir éclore de nouveaux modèles de réseaux sociaux : plus évolués, plus communautaires et sans doute très spécialisés sur une activité. Alors que Facebook a parié sur une communauté globale, le monde de demain tend vers de multiples micro-communautés, des tribus. Croiser Milka, Sony et Renault sur une même plateforme n'a pas forcément de sens pour l'ado (ni pour nous - à défaut de l'avoir souhaité). Ainsi, quand vous parlez musique, personne ne sait que vous êtes aussi fan de football ou de voiture. Vous n'êtes pas obligé de partager vos opinions politiques avec votre beau-frère, ni de parler maquillage avec votre petite soeur. Vous n'échangez qu'avec vos pairs, si le coeur vous en dit, et ne subissez plus un raz-de-marée d'informations inutiles à vos yeux. Mieux, non ? Annoncer le déclin de Facebook serait prendre un risque énorme quand on sait la puissance de l'entreprise et la capacité de réaction de son président. Mais la remise en cause de son modèle est une question pertinente. En dix ans, les ados ont bien changé... Et Facebook ?
more...
No comment yet.