We are numerique ...
Follow
Find
2.4K views | +0 today
Scooped by Olivier Cauchois
onto We are numerique [W.A.N]
Scoop.it!

Le scandale PRISM profitera-t-il aux européens ?

Le scandale PRISM profitera-t-il aux européens ? | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
F Secure tenait conférence à Helsinki afin de présenter un état des lieux des menaces sur internet.
more...
No comment yet.
We are numerique [W.A.N]
Actualité numérique, digitale, métadonnées, information _2.0, technologie, politique numérique, mutation digitale
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Big data - Wikipédia

Big data - Wikipédia | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it

Big data (« grosse donnée ») utilisée pour désigner des ensembles de données qui deviennent tellement gros qu'ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données. Dans ces nouveaux ordres de grandeur, la capture, le stockage, la recherche, le partage, l'analyse et la visualisation des données doivent être redéfinis. 

 

MusicBrainz Identifier - MusicBrainz http://bit.ly/yd1QTj

more...
No comment yet.
Rescooped by Olivier Cauchois from Revue de presse forcément très subjective
Scoop.it!

Web à deux vitesses : les Américains se mobilisent

Web à deux vitesses : les Américains se mobilisent | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
A QUELQUES heures du délai, la FCC, l'administration Américaine des communications avait receipt près de 700.000 Demandes l'exhortant à residential l'Internet ouvert et un gilet sa neutralité Contre ...

Via Christophe Tisseyre
more...
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Pourquoi faut-il parier sur les startups music tech ?

Pourquoi faut-il parier sur les startups music tech ? | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it

Sur ce blog, on parle beaucoup marketing de la musique, mais on parle aussi beaucoup technologie musicales. Et cela sera de plus en plus présent, mon Agence DBTH

Olivier Cauchois's insight:

Les start-ups intégrant le secteur de la musique et se basant sur l’analyse de datas sont les plus intéressantes : « Les réseaux sociaux basés sur la musique sont inintéressants, pas plus que ceux qui se basent sur les découvertes musicales. En revanche, celles qui permettent de comprendre les intentions et décisions des consommateurs  sont intéressants ».

more...
No comment yet.
Rescooped by Olivier Cauchois from A Kind Of Music Story
Scoop.it!

Enrichissement des métadonnées de la musique

Présentation publiée dans le cadre de l'intervention de Jean-Luc Biaulet, CEO de Music Story, à l'Atelier Culture et Entrepreneuriat – Les métadonnées comme ou…

Via Jean-Luc Biaulet
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

La bataille des GAFA sur la music: Google rachete Songza

La bataille des GAFA sur la music:  Google rachete Songza | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Google a conclu un accord pour acquérir Songza, le site de playlist musicales
Olivier Cauchois's insight:
Les termes financiers n'ont pas été révélés, 15 millions de dollars d'apres le New York Post... Songza emploie environ 50 expert de la musique, qui programment des playlists conçues pour des humeurs, des activités, des moments de la journée, ou des zone geographique. exemple "Southern Soul Barbecue" Google prévoit d'embaucher l'ensemble du personnel de Songza, et garder le site intact pour le moment. Google envisage d'intégrer les playlists de Songza dans son Google Play Music All Access service d'abonnement, pour amélioration de sa fonction de radio. Google Play a déjà quelques playlists organisée, mais repose en grande partie sur des algorithmes pour beaucoup de sa programmation d'émissions de radio. Songza peut également être intégré dans un futur service YouTube payant, que Google a reconnu en préparation . «Au cours des prochains mois, nous allons explorer les moyens d'apporter ce que vous aimez à propos de Songza Google Play Music," Google a déclaré dans un communiqué annonçant l'accord. "Nous allons également examiner les possibilités d'apporter leur excellent travail à l'expérience de la musique sur YouTube et d'autres produits Google." "Pas de changements immédiats à Songza sont prévues, autre que le rendre plus rapide, plus intelligent et plus amusant à utiliser», a déclaré Songza dans une déclaration . Playlists expert-curated était un facteur de différenciation de Beats Musique, le service que Apple a acquis pour $ 3,000,000,000 annoncé en mai . Beats permet aux utilisateurs d'exprimer une phrase décrivant un type de musique qu'ils aimeraient entendre - «Je suis sur un bateau et je veux faire la fête avec ma famille au son du R & B actuel" - et hop, le service génère un playlist approprié. Songza a commencé en 2010 en tant qu'ensembles Songza, un produit axée sur les découvertes dans magasin de MP3 Amie Street. Son équipe fondatrice vendu Amie Street à Amazon de la même année, et se concentre sur Songza place. Amazon a investi dans deux Songza et Amie Street. L'accord donne un salaire à la direction et aux investisseurs la société, y compris deux éminents personnages industrie musicale: Scooter Braun et Troy Carter, les gestionnaires de Justin Bieber et Lady Gaga, respectivement. Songza soulevé d'environ 6,7 millions de dollars durant sa durée de vie. Bien que Amazon a ajouté la musique à son service le mois dernier, y compris un certain nombre de listes de lecture, aucun d'entre eux provenaient de Songza, selon le PDG Elias Roman. Songza tire son surnom du nom de son créateur. Play Music All Access est "la plus forte croissance [musique] en service d'abonnement en 2013," sa part de marché reste très faible par rapport au 10 millions d' utilisateurs de Spotify dans le monde entier. Google Play Music All Access dispose d'une bibliothèque de 25 millions de chansons, est disponible dans 28 pays, et donne aux utilisateurs un espace cloud pour stocker jusqu'à 20 000 chansons. Google a également fait une offre pour 8tracks (le site qui a inspiré RF8) , ce site qui héberge des playlists créées par les utilisateurs est rentables et a choisi de rester indépendant.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Le régime des intermittents en quatre graphiques

Le régime des intermittents en quatre graphiques | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Combien sont les intermittents et combien gagnent-ils ? Les réponses en infographie.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Les producteurs de musiques reprennent des couleurs grace à la Musique en ligne

Les producteurs de musiques reprennent des couleurs grace à la Musique en ligne | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Le marché français de la musique en ligne pèse 125,7 millions d'euros en 2013, soit plus du quart du total des ventes, tous canaux de diffusion confondus. Grâce au numérique, les producteurs de musique reprennent des couleurs, après plus d'une décennie de déclin. Mais artistes et interprètes veulent une plus grande part de ce gâteau digital. Attendue pour le printemps, la « loi sur la création » pourrait leur être favorable.
Olivier Cauchois's insight:

La manne financière générée par Internet fait l'objet de toutes les convoitises de la part des producteurs, des artistes-interprètes, des plates-formes numériques, des boutiques en ligne ou encore des fabricants de terminaux.

 

La dématérialisation de la musique impose de repenser le partage de la valeur entre les différents intervenants de la filière. Les missions et rapports qui se sont penchés au chevet de l'industrie musicale française depuis plus de cinq ans maintenant sans oublier les réformes législatives en cours au niveau européen, ont tous imaginé une sorte de « New Deal » de la musique.

 

Cela passe notamment par la gestion collective des droits, laquelle oppose encore les producteurs attachés à leurs droits exclusifs et les artistes demandeurs d'une meilleure rémunération à l'ère numérique. Le dernier rapport en date, celui que Christian Phéline a remis en décembre à la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, serat-il le énième de la série ou préfigure-t-il les dispositions de la « grande loi sur la création » attendue au printemps ? Initialement promis pour le mois de février en conseil des ministres, ce projet de loi ne sera finalement présenté qu'en mars - en vue d'une première lecture à l'Assemblée nationale d'ici à cet été.

 

Pourtant, il y a urgence : la filière musicale s'inquiète déjà des hésitations dans le transfert des compétences de l'Hadopi vers le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Mais c'est surtout sur le partage de la valeur qu'envisage le gouvernement que la filière musicale pourrait se déchirer. Aurélie Filippetti a déjà qualifié les propositions du rapport Phéline de «très prometteuses et pertinentes pour assurer une juste rémunération des artistes-interprètes dans l'univers numérique ».

Parmi celles-ci : « Inciter les partenaires sociaux à une négociation conventionnelle des rémunérations des artistes-interprètes pour les exploitations numériques en prévoyant, à défaut d'aboutissement dans un délai raisonnable, une gestion collective obligatoire de ces rémunérations. »

En cela, le rapport Phéline rejoint le rapport Lescure. Or, si la gestion collective existe déjà en France comme mode de rémunération - via la SCPP et la SPPF pour les producteurs, et via l'Adami et la Spedidam pour les artistes-interprètes -, elle est limitée à certains usages (concerts, discothèques, musiques d'ambiance, attentes téléphoniques...).

 

La Sacem, grand collecteur français des droits musicaux pour le compte de 145.000 sociétaires, a ainsi perçu 24,7 millions d'euros de redevances en 2013 provenant d'Internet (+3%). La Sacem est membre de la Cisac, laquelle totalise au niveau international sur l'an dernier 301 millions d'euros de perceptions provenant de la musique numérique (+7%). Le gouvernement souhaiterait aller plus loin. Mais qu'ils soient majors réunis au sein du Snep, ou indépendants au sein de l'Union des producteurs phonographiques français indépendants (UPFI), les producteurs de musique sont vent debout contre le caractère obligatoire de la gestion collective. Ils lui préfèrent le contrat individuel directement avec les artistes-interprètes et les distributeurs.

« Le débat sur le partage de la valeur, qui est très franco-français, a été biaisé par des positions défendues par certains acteurs - le patron de Deezer [Axel Dauchez, ndlr] pour ne pas le citer », a regretté Jérôme Roger, directeur général de l'UPFI, en présentant en novembre dernier son livre blanc sur le partage de la valeur dans la musique en ligne.

Selon l'hypothèse de cette étude, le streaming illimité par abonnement devrait être - à l'horizon 2018 - le modèle dominant et les plates-formes de musique en ligne seront profitables.

Tandis que « les artistes-interprètes, qui sont de plus en plus nombreux à se produire eux-mêmes et à être adeptes du "do it yourself", pourraient être les grands gagnants de cette évolution, leur rémunération étant susceptible d'être multipliée par deux ou presque : de 7,2% du prix public HT dans le physique, à 8,5% dans le numérique actuellement, pour atteindre 20% à terme ».

Pour les producteurs, la gestion collective obligatoire et l'instauration de minima dits de « royautés » ne sont donc pas justifiées.

« Cette collectivisation à marche forcée, nous y sommes opposés. [...] La gestion collective est portée auprès du ministère de la Culture par l'Adami [société de gestion collective des droits des artistes-interprètes] », avait fustigé l'an dernier Guillaume Leblanc, le directeur général du Snep.

Au même moment, la Cour des comptes y mettait son grain de sel :

« La gestion collective offre sans nul doute le seul moyen pour assurer aux ayants droit la rémunération de leurs oeuvres [...] par vecteurs numériques. »

 

Pour l'heure, les artistes ne touchent pas grand-chose de leurs oeuvres en ligne : Spotify a récemment révélé qu'il reversait entre 0,006 et 0,0084 dollar aux détenteurs de droits pour chaque titre écouté en streaming ; la Sacem, elle, a indiqué qu'un auteur-compositeur percevait une rémunération de 0,006 euro par titre écouté et de 0,07 euro à 0,12 euro pour chaque téléchargement ; l'Adami indique pour sa part qu'un artiste perçoit 4 centimes pour une chanson téléchargée pour 1,29 euro. Avec le streaming, les auteurs et artistes-interprètes veulent en tout cas bénéficier d'un meilleur partage de la valeur musicale.

 

De leur côté, les producteurs appellent à l'aide les pouvoirs publics pour compenser ce qu'ils appellent « le transfert de valeur » vers les acteurs du numérique.

En évoquant au Midem « des contributions existantes [...] dont l'assiette peut intégrer les nouveaux acteurs de l'économie du numérique ou les nouveaux usages », afin d'aider la filière musicale, la ministre de la Culture,

Aurélie Filippetti, a redonné espoir à tout une industrie culturelle malmenée depuis dix ans par la destruction créatrice du numérique.

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Netflix & Amazon à l'assaut du marché français prépare leur débarquement numérique

Netflix & Amazon à l'assaut du marché français prépare leur débarquement numérique | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Alors que les pouvoirs publics français devraient révéler très prochainement une nouvelle version de la chronologie des médias, les géants de la VOD sont en train de préparer leur assaut sur le marché français. Un débarquement numérique en quelque sorte !
Olivier Cauchois's insight:

D’un côté un debat Franco-français des acteurs de la profession en france autours des préoccupations de l’intérêt générale de leur filière et le consensus entre les acteurs de la profession en france,  et de l’autre , les GAFA avec Netflix en leader  et leur approche strictement économique du marché, sans considération pour les coutumes des marchés locaux...

 

 Dans ce contexte la chronologie des médias est 1 ligne Maginot , elle ne va pas protéger les plateformes françaises de l’arrivée des acteurs américains.

 

La bataille de la SVOD se concentre sur les acquisitions de droits.  Un ordre d'idée : Netflix : 400 millions de $ de "budget" pour les séries exclusives. Le budget total d’acquisition de droits d’Amazon serait d’environ 1 milliard de dollars. Avec une large part de ce montant consacré au développement et à la production de séries originales

 

Financièrement les acteurs français ne peuvent pas suivre. Le seul atout dont dispose la France est sa langue.

 

Les géants de l'internet US devront apporter une "french touch" à leur offre. Le seul moyen est qu'ils participent à la production financièrement. 

 

La vidéo  plus forte que le cinéma? Le nouveau rapport de PwC (PricewaterhouseCoopers) « Entertainment and Media Outlook 2014-2018 » nous apprend que les recettes des services de vidéo en ligne dépasseront les recettes du box-office américain en 2018.

 

La pression exercée par le GAFA avec Netflix en plus de l’image ne fait que commencer  car lorsque ils pèseront plus que le cinéma en salles, on peut s’attendre à une inévitable redistribution des cartes.  Cependant, pour produire leurs séries exclusives, ces rois de l’internet ont besoin du savoir faire des studios, donc ça ouvre a des  partenariats et a de la cohabitation pour un nouvel environnement audiovisuel...

 

L’exception culturelle française  va sans aucun doute perdurer, mais ce ne passera par des quotas...mais plutôt, a mon humble avis par un travail sur la préservation  sa langue et de sa diffusion dans les pays francophones.

 

+ de chiffres dans l'article Pascal Lechevallier pour Digital Home Révolution | Vendredi 06 Juin 2014 http://www.zdnet.fr/actualites/netflix-et-amazon-plus-qu-une-menace-un-facteur-de-destabilisation-du-marche-39802119.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Mon compte - Qwant

Mon compte - Qwant | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
more...
No comment yet.
Rescooped by Olivier Cauchois from Revue de presse forcément très subjective
Scoop.it!

Un site pour raconter de grosses conneries - Korben

Un site pour raconter de grosses conneries - Korben | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Si vous voulez faire une blague à un ami ou à vos 2 millions de followers, une seule adresse : shrturl.co ! Ce raccourcisseur d'URL permet de modifier les textes et les images d'une page et de générer un lien que vous pouvez ensuite envoyer à vos proches. Vous allez pouvoir raconter de grosses conneries, …

Via Christophe Tisseyre
more...
Christophe Tisseyre's curator insight, June 11, 6:04 PM

Attention, va y avoir du sport : ce site permet d'éditer de fausses unes, de faux liens, de votre media préféré, et ça va faire des ravages...

Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Twitter s'entête veux se lancer dans la musique

Twitter s'entête veux se lancer dans la musique | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Le réseau social s'est intéressé de près à Soundcloud, mais a aussi envisagé de racheter Spotify ou Pandora.
Olivier Cauchois's insight:
Intégrer la musique au réseau social pourrait permettre à Twitter de dénicher une nouvelle source de croissance. Et manifestement, le réseau social envisagerait de débourser plusieurs milliards de dollars pour y parvenir. Le réseau social avait bien tenté de lancer une initiative en interne, après le rachat de la start-up américaine We Are Hunted, spécialisée dans les recommandations musicales. En avril 2013 naissait l'application mobile Twitter Music. Un échec retentissant. L'application a été fermée un an plus tard, en avril 2014. Elle se contentait de faire remonter les chansons les plus populaires sur le réseau social et intégrait les services de streaming populaires comme Spotify et Rdio, mais n'a jamais trouvé son public. Désormais, Twitter semble penser que l'acquisition d'un service de streaming extrêmement bien installé aux Etats-Unis ou dans le monde pourrait lui permettre de réussir là où Twitter Music avait échoué. Cela pourrait permettre au réseau social de grossir sa base utilisateurs, mais aussi d'augmenter le temps passé par ses membres sur l'application. Et Twitter n'est pas le seul a vouloir se lancer dans la musique en ligne : Apple a récemment acquis Beats Electronics, doté d'un service de streaming de musique, pour compléter l'offre d'iTunes
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Leadership, comment incarner son entreprise ?

Leadership, comment incarner son entreprise ? | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
L'incarnation de son entreprise à l'extérieur peut-être une contrainte problématique pour certains. Un expert du domaine a répondu aux interrogations...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Comment les sites pirates s’enrichissent grâces aux investissements publicitaires des grandes marques

Comment les sites pirates s’enrichissent grâces aux investissements publicitaires des grandes marques | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Le Mercury News soulève le voile sur un réseau de plus de 590 sites pirates bénéficiant des publicités de très grandes marques comme Walmart, McDonalds...
Olivier Cauchois's insight:
La santé florissante des sites pirates s’explique par les profits qu’ils génèrent, titre le Mercury News. En se basant sur les résultats de l’étude réalisée par l’association Digital Citizen’s Alliance, une association basée à Washington qui se bat pour un Internet plus respectueux et plus sûr, le Mercury News soulève le voile sur un réseau de plus de 590 sites pirates bénéficiant des publicités de très grandes marques comme Walmart, McDonalds, Google ou Microsoft. L’article livre une analyse pertinente et sans tabous d’une triste réalité : en mettant en ligne des contenus illégalement – films, séries télés et bien sûr musiques – ces sites attirent de nombreux visiteurs qu’ils convertissent ensuite en prospects potentiels pour les annonceurs. En masquant parfois leurs activités derrière des sites en apparence légaux, ils attirent chaque année plusieurs millions de dollars d’investissements publicitaires. Un article qui témoigne que le fléau du piratage a les mêmes causes et les mêmes conséquences partout dans le monde et qui confirme la pertinence du constat et des préconisations du rapport de Mireille Imbert-Quaretta sur les outils opérationnels de prévention et de lutte contre la contrefaçon en ligne .
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Thierry Maillet : « Le numérique met fin à l’économie de la rente »

Thierry Maillet : « Le numérique met fin à l’économie de la rente » | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Une vision panoramique – et non sans critiques – de la révolution numérique dans toutes ses composantes Thierry Maillet economiste...
Olivier Cauchois's insight:
La gestion des datas à grande échelle comporte un vrai risque, celui d’une accentuation de la perte d’autonomie des individus par un renforcement de l’économie du prélèvement. Je ne vise pas les méfaits d’une société de surveillance dont les risques me paraissent très exagérés. Pour l’immense majorité des individus – 99,99 % – ces milliards d’informations véhiculées sur les allées et venues et les conversations ne présentent aucun intérêt. Et ces dispositifs, aussi perfectionnés soient-ils, laisseront toujours filer le prochain Mohamed Merah ou plus récemment Mehdi Nemmouche. Plus pernicieux est l’usage économique du big data en aiguillant l’individu via des logiciels de prédiction sur des consommations ciblées...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Soundcloud Doing a Deal With Record Labels Not to Get Sued |

Soundcloud Doing a Deal With Record Labels Not to Get Sued | | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Soundcloud caused controversy recently by letting Universal Records delete content and now it's becoming clear why.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Nouvelle cartographie du e-commerce en 2014

Nouvelle cartographie du e-commerce en 2014 | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
INFOGRAPHIE. Cette cartographie dresse un panorama de la situation du e - commerce en France et en Europe.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

L’acte de rachat de Virgin Mobile par Numericable signé

L’acte de rachat de Virgin Mobile par Numericable signé | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Vite fait, bien fait. Un mois et demi après être entré en négociations exclusives avec Altice, Virgin Mobile annonce que l'accord définitif d'acquisition a été
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

L’acte de rachat de Virgin Mobile par Numericable signé

L’acte de rachat de Virgin Mobile par Numericable signé | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Vite fait, bien fait. Un mois et demi après être entré en négociations exclusives avec Altice, Virgin Mobile annonce que l'accord définitif d'acquisition a été
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Les APIs, définition et usages

Les APIs, définition et usages | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Au fil de notre navigation sur le web, nous rencontrons tous, et de plus en plus souvent, ces mystérieuses APIs (Application Programming Interface ou interface de programmation). On en dénombre plusieurs milliers, publiques ou privées.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Conférence de la Sacem: La synthèse. #copieprivée #droit #auteur #collecte #audiovisuel #music_en_ligne #Europe #GAFA

Conférence de la Sacem: La synthèse. #copieprivée #droit #auteur #collecte  #audiovisuel #music_en_ligne #Europe #GAFA | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it

Comme tous les ans la Sacem présente le bilan de son activité sur l'année passée. 

Olivier Cauchois's insight:

- Laurent Petitgirard a été élu president du conseil d’administration de la Sacem à l’unanimité.

 

- Jean-Noël Tronc, directeur général de la a Sacem confirme être en négociation avec Netflix.

 

Les points positifs du bilan 2013 : Accord avec Youtube, Radio France et Orange.


LES CHIFFRES:

La collecte pour 2013 est en hausse de 4% avec 810 millions d’euros, « auxquels s’ajoutent 24,8 millions d’euros provenant de régularisations. »

 

Les droits généraux sont en hausse de 3,1% quand les droits médias audiovisuels sont en légère baisse de 0,2%.

La musique en ligne en hausse de  20,5%.

 

Les revenus de la copie privée est en hausse de 30% à 67 millions d’euros quand les supports physiques s’écroulent de 7,3%.

La Sacem a extrapolé sur la copie privée à tous les disques durs importés en Europe => 2 milliards d’euros de rémunération au titre de la copie privée. dont 500 millions pour l’action culturelle ! « Sans implication négative pour l’emploi… »

 

38% des œuvres sont déclarées maintenant en ligne.

1,1 millions nouvelles œuvres chaque année sont déposées.


La Sacem repartie les droits au sondage pour seulement 20% et donc 80% à l’œuvre. Quand les autres sociétés civiles sont à 50/50. 97% des données à traiter sont liées au on-line.


GAFA


Netflix en nego avec la Sacem. Netflix n’a toujours pas d’accord en Angleterre avec les sociétés de droits alors que la service est actif depuis un an.


La Sacem est solidaire avec les labels indépendants, situation identique avec ce qui s’est passé entre la Sacem et Google(YT) 

 

La Sacem est inquiète sur le mouvement des intermittents et sur la réforme du droit d’auteur au niveau européen. Jean Noel Tronc : « La france va être marginalisée comme elle ne l’a jamais été depuis la création de l’union,  il y a certainement mieux à faire que revoir la directive droit d’auteur en particulier la fiscalité des géants du numérique ! »

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

1 test de Netflix en profondeur

1 test de Netflix en profondeur | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Attendu en France pour la fin de l'année, Netflix a révolutionné la consommation de films et de séries aux Etats-Unis. Pourquoi ce service connaît-il un si grand succès ? Nous l'avons testé pour vous.
Olivier Cauchois's insight:

« C’est le nouveau Burger King quand on part aux Etats-Unis »

Comme beaucoup, nous avons entendu parler de Netflix à travers les comptes rendus élogieux de certaines connaissances utilisant des proxys ou ayant vécu aux Etats-Unis, où le service est devenu un nouveau standard dans la culture populaire. ...

 

Michaël Szadkowski du Monde s'est livré a une minutieuse immersion et nous fait un long compte rendu ...

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/06/06/j-ai-teste-netflix-la-revolution-a-un-gout-d-inacheve_4430237_3236.html

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Qwant: le moteur de recherche Français

Qwant: le moteur de recherche Français | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it

 le moteur de recherche français. 

Olivier Cauchois's insight:

En ligne depuis un peu plus d'un an, Qwant est disponible dans quinze langues, dont l'anglais, l'espagnol, l'italien, le polonais, l'hébreu, le chinois, le grec, l'arabe et le japonais, et compte déjà parmi ses actionnaires la société Pertimm, un spécialiste de la recherche sémantique. Le moteur de recherche se distingue par son rendu visuel et sur la part belle accordée aux vidéos et aux réseaux sociaux dans ses résultats. Et il dispose d'un argument de choix : en plein contexte de surveillance généralisée, il promet, tout comme le site américain DuckDuckGo, de ne pas enregistrer l'historique de navigation de ses utilisateurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

La télévision en 2025 vue par Netflix

Bientôt, Netflix saura exactement ce que vous voulez regarder, avant même que vous ne le sachiez vous-mêmes.
Olivier Cauchois's insight:
Grace au TV connectées et aux recommandations de Netflix, vous n’aurez plus à faire défiler des listes interminables de programmes avant de choisir. C’est du moins ce que pense Neil Hunt, Chief Product Officer chez Netflix. Lors de l’Internet Week à New York, Neil Hunt a donné sa vision du futur de la télévision. Cette vision n’est probablement pas très éloignée de la réalité d’ailleurs. En effet, s’il y a bien une société qui sait changer la manière dont nous consommons les films et les programmes télévisés, c’est Netflix. Depuis 1997 et ses modestes débuts comme petit service de location de DVD par voie postale, bien du chemin a été parcouru. A l’heure où les acteurs de l’industrie audiovisuelle se déchirent pour augmenter leur part du marché, Neil Hunt a une idée très précise de ce que pourrait être le paysage audiovisuel dans dix ans. Voici quelques-unes de ses prédictions : 48 millions de chaînes Traditionnellement, les spectateurs découvrent de nouveaux programmes en se connectant à la chaîne qui correspond le plus à leurs centres d’intérêts. Les passionnés de l’information vont par exemple se connecter sur CNN tandis que les amateurs de programmes jeunesse se rendront sur la chaîne Nickelodeon. Pourtant, aucune chaîne ne peut couvrir à 100% les demandes de chacun de ses spectateurs. Selon Neil Hunt, la télévision connectée va tout changer. D’après lui, Netflix cherche à améliorer sa technologie de personnalisation pour que, à terme, l’utilisateur n’ait même plus besoin de choisir un programme. A la place, l’outil de recommandation de la plateforme sVoD sera tellement performant qu’il ne proposera plus qu’« une ou deux suggestions parfaitement adaptées ». « Cette vision est possible » affirme Neil Hunt. « Nous allons dans ce sens depuis longtemps et il reste beaucoup de chemin à parcourir ». Il précise que le perfectionnement de la technologie de personnalisation est aussi important que l’amélioration des infrastructures permettant de livrer les contenus jusqu’aux consommateurs. Plus de liberté créative à Hollywood Neil Hunt sait bien que le catalogue Netflix est constitué en très grande partie de séries et de films de moindre qualité aux regards de nombreux spectateurs. « Les mauvais programmes, ça n’existe pas » affirme-t-il. « En revanche, il existe de nombreux programmes qui comptent peu de spectateurs mais une base dévouée et fidèle ». Il ajoute même que, plus l’outil de personnalisation de Netflix sera intelligent, plus il sera facile pour ces publics de découvrir de nouveaux dont ils n’auraient jamais entendu parler sinon. Ainsi, les réalisateurs et les acteurs verront leur liberté créative s’accroître car ils disposeront enfin d’une chaîne de distribution qui tolère des émissions moins populaires mais disposant d’un public ciblé. « L’IPTV (télévision par Internet) permet de diffuser des programmes plus modestes » affirme-t-il. Il ajoute par la même occasion que cette approche a permis à de nombreux films et séries de prospérer sur Netflix alors qu’ils n’auraient probablement pas eu cette opportunité à la télévision. The Square, un documentaire retraçant les événements du Printemps Arabe sur la Place Tahrir, en est un bon exemple : « C’est un véritable succès sur Netflix alors qu’il n’aurait peut-être même pas eu de place sur la télévision linéaire ». Enfin, la télévision à l’ère du tout-numérique verra les réalisateurs se libérer des traditionnels formats télévisés qui leur accordent des petits créneaux (une demi-heure ou une heure par semaine) pour espérer accrocher les téléspectateurs. Sur Internet, un épisode peut être « aussi long ou aussi court que vous le voulez ». A terme, les séries télévisées ne seront même plus désignées comme telles. « Les séries d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec la télévision de nos parents ; la télévision de demain vous coupera le souffle ». La fin du règne de la publicité Netflix a d’ores et déjà prouvé qu’il était possible d’investir le monde de la télévision sans les annonceurs et ce grâce aux frais d’abonnement. La prolifération des plateformes de visionnage en ligne pourrait entraîner la disparition de la publicité télévisée et ainsi transformer radicalement l’industrie publicitaire pour les dix prochaines années. « L’interface libre de publicité semble être très populaire chez les utilisateurs. Il nous faut imaginer que les assureurs, les constructeurs automobiles et les chaînes de fast-food devront trouver de nouveaux supports pour héberger leurs annonces d’ici 2025 ». Une autre possibilité existe toutefois. Selon Neil Hunt, la même technologie utilisée pour proposer des contenus personnalisés aux utilisateurs pourrait être utilisée pour cibler les publicités. Cela signifierait que les utilisateurs seraient exposés à des annonces moins nombreuses plus pertinentes. Netflix et la retransmission en direct de rencontres sportives ? Neil Hunt ne le formule pas expressément mais, à la question « verrons-nous bientôt des matchs en direct sur Netflix ? », il répond « restez à l’écoute ! » Il note que l’apparition de matchs en direct sur la plateforme de streaming bouleverserait intégralement le modèle économique de son groupe. « Les franchises de sport vendent les droits télévisés au plus offrant. Par conséquent, ce n’est pas un secteur où Netflix aurait un avantage clé sur la concurrence ». Mais il ajoute également que Netflix continue d’étendre son secteur d’activité. Un tel développement serait un coup dur pour l’industrie télévisée traditionnelle à l’heure où un certain nombre de foyers conservent leur abonnement télévisée uniquement pour les retransmissions en direct d’événements sportifs. Tout le monde aura une télévision connectée Neil Hunt rapporte qu’environ 100 million de téléviseurs connectées seront vendus en 2014 et selon lui, en 2025, tout le monde possèdera une TV connectée. Un enjeu central est la compétition des fabricants de smartTV. Cette bataille devrait voir les grands groupes du câble, les FAI, les géants des télécommunications, les services de VoD et les fabricants d’appareils électroniques s’affronter. According to Netflix, Wired, 19/05/2014 Adaptation: Romain Rancurel
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Google en nego pour acheter le service de streaming musical de Songza...

Google en nego pour acheter le service de streaming musical de Songza... | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
Larry Page is moving fast to build his search giant’s street cred in the rapidly growing music streaming business. Page’s Google is in talks to acquire Songza, a 6-year-old Long Island City-based m...
Olivier Cauchois's insight:
Google est en pourparlers pour acquérir Songza, une curation de musique basé à Long Island. songza est 1 service de streaming avec 5,5 millions d'utilisateurs . En synthese Songtza c'est une plateforme de stream + un service de curation... Des prescripteurs pour souligner aux oreilles du plus grand nombre les bonnes directions...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Médias : Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse sont autorisés à racheter Le Nouvel Observateur

Médias : Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse sont autorisés à racheter Le Nouvel Observateur | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it
: L'Autorité a considéré que l'opération n'était pas susceptible de porter atteinte à la concurrence...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

[Interview] Hadopi-CSA : « L’acte 2 de l’Exception culturelle, il est où ? »

[Interview] Hadopi-CSA : « L’acte 2 de l’Exception culturelle, il est où ? » | We are numerique [W.A.N] | Scoop.it

Alors que s’assombrit l’avenir de la loi qui doit confirmer le transfert de la Hadopi vers le CSA, les ayants droit marquent leur agacement. En témoigne Hervé Rony, directeur général de la SCAM, la société civile des auteurs multimédia, qui juge contreproductives ces hésitations.

Olivier Cauchois's insight:

Voilà un an que le rapport Lescure a été rendu, deux ans que le gouvernement est en place et qu’on nous a dit qu’il y aurait rattachement au CSA.

 

 La loi Création est encore repoussée alors qu’Aurélie Filippetti nous promettait un dépôt en juin.!

 

Je ne sais pas qui est responsable de quoi, je ne veux d’ailleurs accuser personne, même si à mon avis, c’est le reflet d’une grande difficulté pour la majorité socialiste d’accepter un texte sur l’audiovisuel, la propriété intellectuelle et la Culture. Le risque est en effet grand qu'une partie importante des élus socialistes refuse de suivre les orientations de la Ministre de la Culture



Contre le streaming illicite, je pense qu’on vide l’océan avec une petite cuillère. Je trouve à ce titre choquant qu’au niveau de l’UE, on nous demande de moderniser notre droit d’auteur dans le cadre du projet de modification de la directive de 2001, alors que la même Europe refuse de toucher au statut de l’hébergeur. Cette réforme est pourtant indissociable à la modification du statut des hébergeurs, adopté à une époque où on ne devinait pas l’avenir du web.


Politiquement, la problématique est choquante et elle se pose dans les mêmes termes sur le terrain de la fiscalité. Voilà de gros acteurs qui font de l’optimisation fiscale vers l’Irlande et les Pays-Bas sans qu’on puisse bouger les règles. C’est inacceptable !

more...
No comment yet.