Bankster
Follow
Find tag "Draghi"
8.6K views | +1 today
Bankster
You hate your Banker, me too. Ce n'est pas par hasard si la principale qualité est, chez un chef de gang ou de banque, se taire !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Mario Draghi : itinéraire d'un bankster

Mario Draghi : itinéraire d'un bankster | Bankster | Scoop.it
A la fin du mois d’octobre 2011, Jean-Claude Trichet quittera la présidence de la Banque Centrale Européenne. Pour lui succéder, le Conseil Européen a désigné l’italien Mario Draghi, individu multi-casquettes, bientôt super-banquier de l’Europe. Itinéraire d’un bankster.

 

Monsieur Draghi, diplômé du Massachussetts Institute of Technology en 1976, est un économiste italien, directeur exécutif de la Banque Mondiale de 1984 à 1990, directeur du Trésor Italien de 1991 à 2000, période durant laquelle il a été le fer de lance des restructurations ayant touchées l’Italie, pour rendre le pays « apte » à épouser (de force) la monnaie unique. La « touche Draghi » a été d’approuver les grandes privatisations, et de réformer la législation financière, et affairiste italienne. Avec le succès que nous lui connaissons actuellement. Qu’importe le présent, puisqu’à l’époque l’objectif était de rendre l’Italie conforme aux sacrosaints commandements européens en matière budgétaire, et de converger vers une union monétaire. Mario étant d’ailleurs, au début des années 1990, à la tête de la délégation italienne chargée des négociations autour du Traité de Maastricht.

Suite à « l’excellent » travail réalisé par M. Draghi, quelques banques d’affaires se sont penchés sur son CV international, et ont approché ce « brillant » économiste, plus euro-atlantiste qu’italien. D’élève, il est passé à virtuose de la finance dérégulée, au sein de Goldman Sachs, où il a fait ses classes de 2002 à 2005, en tant que président Europe. Durant cette période, Goldman Sachs était le banquier privilégié du gouvernement grec. De 2001 à 2004, la banque d’affaire a été amenée à maquiller la dette grecque, en la jouant sur les marchés financiers par le biais des swaps de change (http://www.moneyweek.fr/20100220006...). Première chose a retenir : à cette époque, Goldman Sachs avait connaissance de la situation insoutenable de la Grèce.

Puis nous arrivons à l’horizon 2009. La dette grecque n’est plus tenable, et Goldman Sachs va alors se livrer à une manœuvre digne du scénario de « l’Arnaque » de George Roy Hill. La firme va laisser fuiter une rumeur, selon laquelle la Grèce, par l’intermédiaire de Goldman Sachs, demande l’assistance de la Chine afin qu’elle lui rachète 25 milliards de dettes. Goldman Sachs savait pertinemment que la Chine refuserait de couvrir une telle somme. Le but de la manœuvre ? Affoler les marchés. Car parallèlement, la banque d’affaire américaine conseille à ses autres clients d’acheter du CDS (Credit Default Swap) grec. Un CDS est une sorte d’assurance permettant de se protéger contre un risque du crédit : vous versez une prime à échéance régulière, et si effectivement l’agent sur lequel porte le CDS fait défaut et ne peut rembourser, vous empochez le jackpot.

Ainsi, Goldman Sachs touchait une somme rondelette pour son activité de « consulting » avec la Grèce, et pariait dans le dos de son client.

 

Comment appelez vous cela ? De l’escroquerie ? Du délit d’initié ? De la manipulation de cours ? Les trois mon général ! Goldman Sachs avait une information privilégiée (la situation grecque), qu’elle a utilisé pour son enrichissement personnel (prise de CDS), tout en manipulant les cours et en accélérant les choses (rumeur de reprise de la dette pas la Chine).

 

Nous sommes ici en dehors de toute règle d’éthique financière, et sommes face à ce qu’il y a de plus apatride, vil, et nauséeux dans la finance de marché dérégulée. Et monsieur Draghi, vice président Europe de cette institution voudrait venir jouer les super banquier européen ?

Pour sa défense, M. Draghi est un incompétent. Face aux demandes du FMI (sic) de se justifier, Super Mario affirmait qu’il n’avait pas en charge le dossier grec. Nous sommes rassurés. Le vice président d’une institution qui ne connaît pas ses dossiers… Chercher l’erreur !

 

Venons-en maintenant aux interrogations. Mario Draghi est-il l’homme de la situation ? A partir de novembre 2011, cet homme va s’ingérer dans les affaires économiques de tous les pays de l’eurozone. Il va « conseiller » nos chers ministres des finances, les mettre au pas, avec toujours plus de rigueur pour les peuples, et de petits fours pour Super Mario. Quelle légitimité a cet homme ? Ne voyait vous pas de quel côté son allégeance se porte ! Croyez vous encore sincèrement que l’on écoute vos recommandations.

Mario le bankster vient faire le casse du siècle en Europe, il va nous imposer des plans d’austérité, alors qu’il a été un des artisans des déséquilibres actuels en Europe. Je vous le redemande, quelle légitimité a-t-il compte tenu de son parcours financiaro-européo-atlantiste ? A l’heure où le besoin de régulation et de réglementation est vital pour l’économie réelle, un grand prêtre financier va venir nous conter la chanson.

Cela suscite une nouvelle question. Ne trouvez-vous pas curieux que nos dirigeants, ou candidats à la magistrature suprême, ne s’insurgent pas contre cet état de fait ? Ils nous louent sans cesse leur intention de prendre à bras le corps les problèmes de la finance moderne. Il n’en est rien ! Comment entrer en contradiction avec ceux qui financent les campagnes ?

Ne croyez pas que Super Mario va nous faire des cadeaux, il va piétiner notre souveraineté, il va dépecer la Grèce (comble de l’ironie) puis ce sera le tour de l’Espagne, de l’Italie. De la France ? Selon la rumeur, les CDS sur la France sont en augmentation. On ne peut effectivement le vérifier car il s‘agit d’un marché totalement opaque, dans lequel les seuls protagonistes, maître du jeu, sont des institutions financières telles que Goldman Sachs, Barclays, HSBC, et consorts. Croyez vous que Super Mario sauvera la France ? C’est se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. En attendant nous disons Amen. Amen aux voleurs. Amen aux escrocs. Amen à nos bourreaux.

Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle structure sociale, la « DEMONcratie ». Il est nécessaire de redevenir citoyen-militant, pacifiquement, et démocratiquement.

Il est temps de se pincer mes amis, ce n’est pas qu’un mauvais rêve…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Draghi nommé président de la BCE

Draghi nommé président de la BCE | Bankster | Scoop.it
Mario Draghi

Le Monde :
Les Vingt-Sept se sont entendus vendredi 24 juin pour acter officiellement la nomination de Mario Draghi à la présidence de la BCE, indique la présidence du conseil européen. Ce choix était bloqué par la France qui veut avoir un représentant au directoire de cette instance et attend que l'actuel membre italien du directoire de la BCE Lorenzo Bini Smaghi, dont le mandat court jusqu'en 2013, se retire pour laisser la place à un Français.

La situation a été débloquée vendredi matin par un entretien téléphonique de Bini Smaghi avec le président du conseil européen Herman Van Rompuy, puis Nicolas Sarkozy. M. Bini Smaghi a assuré, assure-t-on à Bruxelles, aux deux hommes qu'il quittera la BCE avant la fin de l'année.

M. Van Rompuy a fait état de sa conversation devant le conseil européen réuni en séance vendredi matin. Il a invoqué la diversité géographique du directoire de la BCE qui sera respectée. M. Van Rompuy avait proposé tôt dans la matinée de ne pas signer juridiquement la nomination de M. Draghi tant que M. Bini Smaghi n'avait pas été recasé à Rome par Silvio Berlusconi. Il devrait se contenter de l'engagement oral de M. Smaghi à démissionner.

Le pataquès est né d'un accord au printemps entre Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy, le premier s'étant engagé à faire en sorte que M. Smaghi se retire en échange du soutien de la France à la candidature de M. Draghi. M. Berlusconi n'a pas été en mesure d'offrir une porte de sortie à M. Smaghi, qui du coup s'est accroché à son poste.

Cette méthode contrevient gravement à l'indépendance des membres du directoire de la BCE, qui sont nommés irrévocablement pour huit ans. C'est la deuxième fois que la France fait pression politique sur un membre de la BCE. En 1998, Jacques Chirac n'avait accepté la nomination du néerlandais Wim Duisenberg qu'à condition qu'il s'engage à se retirer à mi-mandat pour laisser la place au Français Jean-Claude Trichet. Le Néerlandais avait toujours refusé de donner une date précise. Il avait prolongé son mandat en attendant que M. Trichet soit blanchi dans l'affaire du Crédit lyonnais pour pouvoir être nommé en 2003.

La France n'a pas toujours eu de représentant du directoire de la BCE : il y a eu un vide entre le mandat de Christian Noyer, vice-président de la BCE de 1998 à 2002, et le début de celui de Jean-Claude Trichet.

La BCE est particulièrement agacée de ces manoeuvres. Elle prévoit de publier un communiqué pour rappeler l'indépendance de ses membres.

[Note du Curateur] Il apparaît que personne ne soit dupe de cette nomination ubuesque d'un Bankster à la tête de la BCE.
Les commentaires sont éloquents.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Mario Draghi : un « truqueur » à la tête de la BCE?

Mario Draghi : un « truqueur » à la tête de la BCE? | Bankster | Scoop.it
Nicolas Sarkozy soutient l'Italien Mario Draghi pour le poste de président de la Banque Centrale Européenne, en remplacement de Jean-Claude Trichet.

Marianne2

Le beau Mario, qui a été directeur du Trésor, et enseignât à la Banque mondiale, a néanmoins une sale tâche sur son CV. De 2001 à 2005 il fut vice-président en Europe de la banque d’affaires Goldman Sachs, qui aidé en 2001 et 2002, la Grèce à dissimuler plusieurs dizaines de milliards d’euros d’emprunts d’Etat.
Mario Draghi assure qu’il n’était pas au courant.
Une réponse qui laisse perplexe : soit il ment, et c’est grave pour la BCE. Soit il est incompétent, et c’est dangereux pour les finances européennes. Il peut tout aussi bien être menteur et incompétent !
On attend avec impatience ses explications devant le Parlement européen, où siègent les Grecs assez remontés contre la banque d’affaires américaine, puisque ces opérations menées en complicité avec le parti de droite au pouvoir à l'époque a conduit la Grèce tout droit dans la nasse actuelle et son cortège de chômage et de privations. Mais l’avis du Parlement Européen n’est hélas que consultatif…
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le casse du siècle : main basse de Goldmann Sachs sur les banques européennes !

Le casse du siècle : main basse de Goldmann Sachs sur les banques européennes ! | Bankster | Scoop.it
« les échos de la gauchosphère :

Mario Draghi, ancien Président de Goldman Sachs Europe, prend aujourd’hui la présidence de la Banque centrale européenne. Il présidait la banque d’affaires américaine au moment où celle-ci, dans les années 2000, aidait la Grèce à maquiller ses comptes publics. Son rôle va être de préserver les intérêts des banques dans l’actuelle crise européenne.

On pouvait jusqu’ici s’interroger sur les raisons qui poussaient la BCE et Jean-Claude Trichet à s’opposer de façon virulente – y compris face à la chancelière allemande – à toute idée d’une quelconque restructuration de la dette grecque.

Cette attitude semblait incompréhensible puisque tous les analystes, y compris les économistes des banques, s’accordent à considérer que la Grèce ne pourra pas assurer le service de sa dette dans les actuelles conditions contractuelles. Un rééchelonnement, voire une annulation partielle semblent de l’avis général inévitable. Vouloir retarder l’échéance ne fait qu’aggraver les dégâts économiques et sociaux provoqués par les plans d’austérité brutaux et impopulaires imposés aux Grecs.

Le nomination de M. Draghi clarifie donc les choses. La BCE défend non pas l’intérêt des citoyens et contribuables européens, mais l’intérêt des banques. Une étude britannique citée hier par Les Echos1 a le mérite de quantifier clairement le processus en cours. Cette étude indique que grâce aux « plans de sauvetage » de la Grèce et au « mécanisme européen de stabilité » mis en place par la BCE, le FMI et l’Union, « la part de dette hellénique aux mains des contribuables étrangers passera de 26 % à 64 % en 2014. Cela veut dire que l’exposition de chaque foyer de la zone euro va passer de 535 euros aujourd’hui à 1.450 euros ».

Le « sauvetage » de la Grèce est donc en fait une gigantesque opération de socialisation des pertes du système bancaire. Il s’agit de transférer l’essentiel de la dette grecque – mais aussi espagnole et irlandaise – des mains des banquiers vers celles des contribuables. Il sera ensuite possible de faire assumer les frais de l’inévitable restructuration de ces dettes par les budgets publics européens.

Comme le disent les Indignés espagnols, « ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie ! ». Le Parlement européen a voté hier le « paquet gouvernance » qui réforme le pacte de stabilité en renforçant les contraintes sur les budgets nationaux et les sanctions contre les pays en infraction. Le Conseil européen réuni aujourd’hui et demain va parachever le travail. Et ce n’est pas la prochaine nomination de Christine Lagarde à la tête du FMI qui réduira l’emprise des banques sur les institutions financières internationales, bien au contraire.

Heureusement les résistances sociales et citoyennes vont croissant dans toute l’Europe. Gouverner pour les peuples ou pour la finance ? La réponse est aujourd’hui claire: il va falloir que les peuples européens reprennent la main, pour construire ensemble une autre Europe. Les Attac de toute l’Europe organisent du 9 au 13 août une Université européenne des mouvements sociaux à Fribourg, en Allemagne. Ce sera cet été l’un des lieux majeurs de coordination des résistances et de constructions des alternatives européennes.

Attac France,

Paris, le 24 juin 2011
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Draghi : Un Bankster à la tête d’une Bad Banque ? | Europe

Draghi : Un Bankster à la tête d’une Bad Banque ? | Europe | Bankster | Scoop.it
Melvine en Action !- le portail de l’Analyse de l’actualité économique et financière...

[Note du Curateur] cet article protégé mentionne :

- sa Biographie [selon Wikipedia]
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Draghi
Il a fait ses études à Rome chez les Jésuites. Licencié en économie et commerce à l'université de Rome « La Sapienza » en 1970, PhD en économie au Massachusetts Institute of Technology en 1976.
Professeur universitaire à Florence et à Turin, il a été de 1991 à 2001 directeur général du Ministère du Trésor, chargé des privatisations.
De 1993 à 2001 il a présidé le Comité pour les privatisations. A ce titre, il a été membre du conseil d'administrations de plusieurs banques et sociétés en phase de privatisation (Eni, IRI, Banca Nazionale del Lavoro-BNL et IMI).
De 2002 à 2005 il est le vice président pour l'Europe de Goldman Sachs, la quatrième banque d'affaires mondiale.
Le 24 juin 2011, les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont nommé formellement Mario Draghi à la présidence de la Banque Centrale Européenne.
Mario Draghi succède à Jean-Claude Trichet qui quittera son poste fin octobre 2011.

- cet article du New-York Times à propos des agissements du Bankster Goldman Sachs en Grèce alors qu'il présidait aux destinés de sa succursale européenne.
http://www.nytimes.com/2010/02/14/business/global/14debt.html

- sa déclaration (mais peut-on avoir foi en un Bankster ?) du 14 juin 2011 comme quoi
"European Central Bank Governing Council member Mario Draghi said he “knew nothing” about Greece using off-market swaps with Goldman Sachs Group Inc."
http://www.bloomberg.com/news/2011-06-14/draghi-says-he-knew-nothing-about-goldman-greece-deal-1-.html

- des faits antérieurs avec un autre Bankster nommé JPMorgan cette fois pour ce qui concerne son pays l'Italie...

- les comptes de la BCE qui contiennent des zones orageuses avec un bilan comportant des risques de plusieurs milliards d'€uros.

http://www.melvineenaction.com/Commentaires/Le-bilan-de-la-BCE-comporte-des-risques-de-plusieurs-milliards.html

Bref, je vous encourage à lire ce billet infalsifiable...
http://www.melvineenaction.com/Europe/Draghi-Un-Bankster-a-la-tete-dune-Bad-Banque.html
more...
No comment yet.