Bankster
10.3K views | +3 today
Follow
Bankster
You hate your Banker, me too. Ce n'est pas par hasard si la principale qualité est, chez un chef de gang ou de banque, se taire !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

SwissLeaks : clôture de l’enquête suisse sur HSBC après un accord sur une amende de 38 millions d’euros

SwissLeaks : clôture de l’enquête suisse sur HSBC après un accord sur une amende de 38 millions d’euros | Bankster | Scoop.it

Le procureur de Genève a annoncé jeudi 4 juin avoir clos la procédure contre la banque HSBC, après un accord sur le versement d’une amende de 40 millions de francs suisses, soit 38 millions d’euros.

La procédure avait été engagée en février pour blanchiment d’argent aggravé contre l’établissement bancaire dans l’affaire dite « SwissLeaks », un vaste scandale de fraude fiscale et de blanchiment d’argent.

Lire aussi : « SwissLeaks » : révélations sur un système international de fraude fiscale

L’amende, fixée en fonction des bénéfices touchés indûment, est la plus importante jamais payée dans le Canton de Genève.



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

BNP Paribas, HSBC, JPMorgan, Bank of America : les amendes bancaires sont de plus en plus salées aux Etats-Unis

BNP Paribas, HSBC, JPMorgan, Bank of America : les amendes bancaires sont de plus en plus salées aux Etats-Unis | Bankster | Scoop.it

Pour le même délit que BNP Paribas, la banque néerlandaise ING avait en 2012 versé 619 millions de dollars et la britannique Standard Chartered 670 millions de dollars.


Les projecteurs sont braqués sur BNP Paribas. Quel sera le montant de l'amende que les Etats-Unis vont lui infliger ? Pourtant, d'autres banques avant elle ont été tout aussi sévèrement sanctionnées. Petit tour d'horizon.

"Aujourd'hui la plus grande banque française et d'Europe est menacée de sanctions considérables", déplore le Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur Twitter. Tous les yeux semblent rivés sur BNP Paribas. L'interrogation sur le montant de l'amende dont elle pourrait écoper persiste. Dernière estimation en date: la banque pourrait devoir débourser quelque 16 milliards de dollars. Une somme astronomique ? Certes. Pourtant d'autres banques avant elle ont dû mettre la main au porte-monnaie pour des montants tout aussi considérables (voire plus encore). La Tribune fait le point.

  • Bank of America: 37 milliards de dollars

La banque américaine, poursuivie pour des crédits hypothécaires douteux, serait prête à mettre une fois de plus la main au portefeuille. Une information révélée par le Wall Street Journal et confirmée par le Financial Times, selon laquelle Bank of América accepterait de son propre chef de mettre 12 milliards de dollars sur la table, contre les 9,5 milliards précédemment évoqués, afin de conclure une longue enquête au civil.

 >> Bank of America prête à débourser 12 milliards ?

La deuxième banque américaine a déjà déboursé 25 milliards de dollars en amendes et accords divers depuis 2009 selon les calculs du quotidien britannique. Au total, avec cette nouvelle facture, la note s'élèverait ainsi à quelque 37 milliards de dollars.

  •  JP Morgan: 14 milliards de dollars

De son côté, la banque d'affaires américaine a trouvé un terrain d'entente fin 2013 avec la justice américaine afin de solder une série de prêts hypothécaires risqués (subprimes). Il s'agissait à l'époque de la plus forte somme jamais versée par une compagnie américaine dans ce genre d'accord avec le gouvernement. Un accord dont l'opacité a été pointée du doigt par l'ONG Better Markets, qui milite pour la réforme des marchés financiers.

Sur les 13 milliards de dollars, 4 milliards seraient destinés à la FHFA, qui abandonnerait ainsi ses poursuites contre la banque, 4 autres milliards seraient destinés à dédommager des consommateurs lésés et 5 milliards correspondraient à des amendes.

>> L'amende record infligée à JPMorgan contestée par une ONG

Mais ce n'est pas tout. JP Morgan aurait versé plus d'un milliard de dollars dans le cadre de l'affaire de la "Baleine de Londres", pour sa "conduite imprudente".  Au total, la banque aurait donc déboursé plus de 14 milliards de dollars.

  • Crédit Suisse: 2,6 milliards de dollars

La Suisse n'est pas en reste. La banque helvétique a en effet accepté de payer une amende de près de 2 milliards d'euros après avoir reconnu devant la justice américaine avoir incité des clients américains à pratiquer l'évasion fiscale.

>> Crédit Suisse plaide coupable d'évasion fiscale et accepte de payer 2,6 milliards de dollars

  • Deutsche Bank : 4,1 milliards de de dollars

Du côté de l'Allemagne, les scandales ont coûté à la première banque du pays 1,6 milliard d'euros en 2012. A ceci s'ajoute le montant de l'amende de 1,4 milliard d'euros que la Deutsche Bank s'est vue infliger pour mettre un terme au litige avec 'agence fédérale américaine pour le financement du logement portant sur des prêts hypothécaires. Au total, la facture s'élève donc à quelque 3 milliards d'euros (soit un peu plus de 4 milliards de dollars) pour la banque.

  • HSBC: 2,4 milliards de dollars

Une filiale américaine de la banque britannique, Household International, spécialisée dans le crédit immobilier à risque, a elle aussi été condamnée en 2013 à verser plus de 2,4 milliards de dollars de dommages et intérêts pour avoir trompé quelque 11.000 plaignants sur la qualité de ses actifs entre 1997 et 2002.

  • UBS: 1,7 milliard de dollars

La banque suisse a accepté de payer, fin août 2013 quelque 4,6 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites de 50 Etats américains qui l'accusent d'avoir laissé des salariés non qualifiés accepter des ordres d'achat ou de vente de titres financiers.
Un montant quxquels s'ajoutent ceux de 120 millions de dollars pour clore une plainte d'investisseur sur des produits structurés de la banque Lehman Brothers, et un autre de 50 millions de dollars pour mettre fin à des accusations de mensonges à des investisseurs concernant des crédits hypothécaires.

Mais surtout, la banque a accepté de verser 1,5 milliard de dollars aux autorités américaines au titre de sa manipulation du taux interbancaire Libor. Ce qui, au total, porte le montant de ses amendes à plus de 1,6 milliard de dollars.

  • RBS: 615 millions de dollars

 Le 6 février 2013, Royal Bank of Scotland avait accepté de verser aux autorités américaines et britanniques des pénalités de 615 millions de dollars, au titre de son rôle dans le scandale de la manipulation du taux interbancaire Libor, le taux d'intérêt de référence du marché monétaire.

  • Barclays: 500 millions de dollars

La banque britannique a accepté de verser 453 millions de dollars pour la même affaire. Un montant auquel s'ajoute celui de 32 millions d'euros (soit 43,6 millions de dollars) d'amende réclamés fin mai par l'autorité de conduite financière britannique pour des manquements sur le marché de l'or. Au total, le montant frise donc les 500 millions de dollars.

>> Marché de l'or: Barclays condamnée à 32 millions d'euros d'amende

Enfin, pour le même délit que BNP Paribas, la banque néerlandaise ING avait en 2012 versé 619 millions de dollars et la britannique Standard Chartered 670 millions de dollars.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bankster, le Jackpot de l'économie criminelle

Bankster, le Jackpot de l'économie criminelle | Bankster | Scoop.it

Les Prime Banks anglo-saxonnes sont-elles devenues la forme la plus achevée de la grande criminalité organisée ?

 

 

La question, un brin loufoque voire franchement polémique de prime abord, l’est nettement moins si l’on examine leur comportement au cours des 15 dernières années.

  

Comme chacun peut le découvrir avec effroi ou résignation à la lumière de l’actualité planétaire accessible via Internet, le « marché » de la grande criminalité organisée s’est lui aussi mondialisé. Au sein de ce marché global, l’évolution du « segment » de la délinquance ou, plus grave, de la criminalité dites « en col blanc » est fascinante de ce point de vue.

 

En termes « darwiniens » c’est à dire considérés du point de vue de leur aptitude à perdurer et prospérer dans un environnement socio-économique préexistant, ce sont précisément les actes revêtant une qualification pénale commis par ces banques et leurs cols blancs qui remportent le « jackpot de l’évolution criminelle ». C’est bien simple, ils connaissent une progression exponentielle.

 

 

Le crime organisé comme business model bancaire

 

Pour des raisons tenant en particulier à l’existence des fameuses « class-actions » permettant les recours judiciaires collectifs menés pour des préjudices unitaires modestes par des cabinets d’avocats véritables mastodontes spécialisés qui carburent intégralement au success-fee, mais aussi à la plus grande sévérité apparente de leurs autorités publiques de régulation, de contrôle et de sanction dotées de ressources conséquentes, ce sont les grandes banques anglo-saxonnes présentes aux USA qui semblent majoritairement s’être laissées gagner par le crime organisé.

 

 

 

En déduire que le virus ne s’est pas encore propagé au vieux continent serait néanmoins très hasardeux. En particulier à la lumière des enquêtes en cours sur l’ahurissante manipulation du Libor, pour lesquelles, outre la HSBC, des soupçons pèsent désormais sur le Crédit Agricole, la Société Générale et la Deutsche Bank dont des traders auraient pu être membre du présumé réseau amical de Philippe Moryoussef qui faisait dans les euroswaps chez Barclays… 

 

La SocGen quant à elle, qui se veut irréprochable à défaut de compétente comme l’on sait, en particulier dans le domaine du contrôle des risques, vient de décider de son plein gré et sans admettre de faute, de rembourser 11 millions de dollars à ses clients fortunés de Hongkong sur lesquels elle avait eu la main un peu lourde de 2003 à 2006 au niveau des tarifs…

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Manuel du parfait "Bankster", leçon 2 : accepter l'argent sale

Manuel du parfait "Bankster", leçon 2 : accepter l'argent sale | Bankster | Scoop.it

Entre 2007 et 2008, alors que les banques manquaient de liquidités, HSBC a profité de 5,7 milliards d’euros transférés par ses clients de Mexico vers les Etats-Unis.

 

Deuxième volet de notre série sur les combines de la délinquance  financière : le blanchiement chez HSBC.

 

C’est bien connu : l’argent n’a pas d’odeur. Mais le sénateur démocrate Carl Levin a tout de même été sidéré par ce qu’il a découvert chez HSBC. " Il y a plusieurs degrés dans l’inacceptable, a-t-il répliqué quand les dirigeants de la banque se sont excusés pour une situation “inacceptable”. Là, c’est proprement renversant."

Entre 2007 et 2008, alors que les banques manquaient de liquidités, HSBC a profité de 5,7 milliards d’euros transférés par ses clients de Mexico vers les Etats-Unis. Les autorités américaines et mexicaines ont pourtant alerté sur ces mouvements exorbitants : à elle seule, HSBC déplaçait plus de fonds que ses quatre concurrentes mexicaines. Impossible que ce ne soit pas de l’argent de la drogue. L’ex-banque Bital a pris son temps pour régler le problème…

Du business avec une banque saoudienne placée sur liste noire

Autre surprise pour les sénateurs, HSBC a fait du business avec la banque saoudienne Al Rajhi pourtant placée sur liste noire par les autorités américaines en raison de ses liens avec Al-Qaida. En décembre 2006, lorsqu’elle a menacé de retirer tous ses avoirs du groupe HSBC si elle n’était pas approvisionnée en dollars, celui-ci s’est incliné, malgré les protestations de ses déontologues. Le groupe bancaire sino-britannique a par ailleurs facilité 28.000 transactions avec l’Iran, la Corée du Nord ou la Birmanie, en falsifiant les ordres de virement. La banque pourrait écoper de 1 milliard de dollars d’amende. Son président à l’époque des faits, Stephen Green, est secrétaire d’Etat au Commerce dans le gouvernement Cameron. Tous les regards se tournent aujourd’hui vers ce pasteur, auteur de deux ouvrages sur l’éthique…


Marjory Cessac, Sophie Fay et Jean-Gabriel Fredet-Le Nouvel Observateur

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

"Bankster" : banquier ou gangster ?

Alors que le scandale outre-Manche sur le taux interbancaire Libor éclabousse deux banques françaises, HSBC est soupçonné d'avoir aidé des clients à blanchir de l'argent. Des affaires qui vont dans le sens de la réforme et la moralisation du monde bancaire souhaité par le gouvernement.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hsbc bankster et blanchisseur d argent sale

Hsbc bankster et blanchisseur d argent sale | Bankster | Scoop.it

Le Sénat des États-Unis s’est penché d’un peu près sur le cas de la banque HSBC et il n’y a pas eu besoin de gratter très fort la surface pour racler de la crasse. Carl Levin a simplement résumé que « la culture d’entreprise d’HSBC était gravement polluée depuis longtemps. ». C’est laconiquement énoncé. La presse est plus dure avec la Hong Kong & Shanghai Banking Corp., dont le siège à Londres (à Canary Wharf et non dans la City). Le bankster agissait telle une essoreuse d’argent sale…

 

Plus cela va, plus cela empire, et plus la noire vision de la finance du journaliste Denis Robert (affaires Clearstream Banking) s’assombrit. Le Sénat étasunien s’est penché sur l’Office of the Comptroller of the Currency, l’un des organismes « régulateurs » censé contrôler les activités d’HSBC. Il en résulte un rapport, découlant d’une année d’enquêtes, présenté devant la chambre par le sénateur Carl Levin. Des fonctionnaires et des opérateurs d’HSBC, 75 au total, ont déposé pour tenter de clarifier la teneur de près de 1,5 millions de documents.

Déjà, HSBC avait été dans le colimateur de l’Office (l’OCC) en 2010. Passée l’admonestation, tout était reparti de plus moche. Voire crapuleux.

Oh, certes, l’OCC avait de temps à autre tiré de nouveau la sonnette d’alarme, mais avec les banksters, c’est « cause toujours, tu auras la réponse convenue et tu t’en contenteras comme d’habitude ».

 

Il ne s’agit plus que d’évasion fiscale, mais de blanchiment d’argent sale. De toutes provenances. Celle de la corruption et des commissions dissimulées, celle des trafics de toutes sortes, celle des arrangements entre amis, partenaires, concurrents, groupes clandestins, &c.

Comme convenu, pris la main dans le sac, l’OCC a eu les mots idoines : la lutte anti-blanchiment « est primordiale (…) pour combattre l’activité criminelle et le terrorisme (…) nous sommes compétents et efficaces. ». Laxistes et complaisants aussi ?

Mais avait-on déjà regardé ailleurs et de manière superficielle dans les comptes de la banque entre 2006 et 2009, puis entre 2007 et 2008 quand HSBC a fortement développé ses activités au Mexique ?
Pour cette dernière période, les filiales mexicaines d’HSBC ont transféré sept milliards d’USD vers leurs correspondantes des États-Unis. HSBC a été dument avertie que de tels montants ne pouvaient qu’inclure des fonds provenant du trafic de stupéfiants. Stupéfiant qu’elle ne s’en soit pas rendu compte d’elle-même, d’ailleurs.

(...)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quand Kadhafi plaçait de l’argent à la Société Générale

Quand Kadhafi plaçait de l’argent à la Société Générale | Bankster | Scoop.it
Le régime Libyen a investi, entre autres, dans des fonds de la banque française, aujourd’hui gelés. © Reuters

- Europe1.fr - International

International : Le régime Libyen a investi, entre autres, dans des fonds de la banque française, aujourd’hui gelés.

Le régime libyen de Mouammar Kadhafi a investi 1,27 milliard d'euros dans des fonds de la banque française Société Générale, un des placements favoris et désormais gelés aux côtés de la britannique HSBC et de l'américaine Goldman Sachs, a indiqué jeudi l'ONG Global Witness.

Trois fonds gérés par la Société Générale

La Libyan Investment Authority (LIA), le fonds souverain chargé de placer dans le monde la rente pétrolière libyenne, avait investi 1,8 milliard de dollars, soit 1,27 milliard d'euros, dans trois fonds gérés par la Société Générale. A la date du 30 juin 2010, la valeur de ce placement s'était cependant effondrée, n'atteignant plus que 1,05 milliard de dollars, soit 740 millions d'euros, selon un rapport d'audit diffusé par l'organisation non-gouvernementale.

A la même date, les investissements totaux de la LIA s'élevaient à 53 milliards de dollars, dont près de 4 milliards de dollars dans des fonds bancaires ou des fonds spéculatifs gérés par des sociétés privées, dont la Société Générale et JP Morgan (171 millions de dollars). L'ensemble de ces fonds a été gelé, à la suite du soulèvement en Libye.

Les banques se font discrètes

La LIA détenait par ailleurs 292,69 millions de dollars en devises dans la banque britannique HSBC ainsi que 43 millions de dollars à l'américaine Goldman Sachs. Mais la plupart des dépôts de la LIA, soit 19 milliards de dollars, sont détenus dans des instituts arabes, comme l'Arab Banking Corporation du Bahreïn ou la British Arab Commercial Bank. La LIA détient également d'importantes participations dans de nombreuses entreprises.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de la Société Générale a refusé de faire des commentaires "sur un client spécifique". "Société Générale a affaire à de nombreux fonds souverains et se conforme à l'ensemble des règles et règlements en vigueur", a-t-elle ajouté. Goldman Sachs et HSBC ont également refusé tout commentaire.

Une source proche de cette banque a cependant souligné que, après le gel des fonds, le détail des sommes détenues avait été fourni aux autorités britanniques. Global Witness cite cependant la Cour pénale internationale (CPI) qui a souligné que "Kadhafi ne fait pas de distinction entre ses actifs personnels et les ressources de son pays". "De ce fait, il est essentiel que les autorités bancaires enquêtent afin de savoir si les banques en font assez pour s'assurer que ces fonds d'Etat ne sont pas détournés pour le bénéfice personnel de la famille Kadhafi".
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Évasion fiscale à grande échelle chez HSBC en Suisse

Évasion fiscale à grande échelle chez HSBC en Suisse | Bankster | Scoop.it

Jacques Dessange, l'humoriste Gad Elmaleh mais aussi des dirigeants comme le roi du Maroc Mohammed VI, font partie des personnalités ayant profité de ce système.

 

D'après une vaste enquête du Consortium international de journalistes d'investigation, HSBC Private Bank aidait en particulier ses clients à échapper à certains impôts, en dissimulant "leur argent derrière le paravent de structures offshore généralement basées au Panama ou dans les îles Vierges britanniques".

 

"Gigantesque fraude à l'échelle internationale" au sein de la filiale suisse de HSBC. Entre novembre 2006 et mars 2007, la somme de "180,6 milliards d'euros auraient transité, à Genève, par les comptes de plus de 100 000 clients et de 20 000 sociétés offshore" hébergés chez HSBC Private Bank, d'après Le Monde et une soixantaine de médias internationaux.

Le journal français explique avoir obtenu d'une source dont il préserve l'anonymat la totalité des données volées par Hervé Falciani, un ancien employé de HSBC Private Bank, et les avoir partagées par l'intermédiaire de l'ICIJ, un consortium de journalistes d'investigation déjà responsable de l'enquête LuxLeaks sur l'évasion fiscale au Luxembourg.

     | Lire L'onde de choc LuxLeaks

D'après les informations publiées par Le Monde et, en Grande-Bretagne, par le Guardian, HSBC Private Bank aidait en particulier ses clients à échapper à certains impôts, comme la taxe européenne ESD, instituée en 2005, en dissimulant "leur argent derrière le paravent de structures offshore généralement basées au Panama ou dans les îles Vierges britanniques".

Souverains, entrepreneurs, artistes parmi les fraudeurs

Des personnalités françaises et étrangères sont impliquées, explique Le Monde, qui mentionne entre autres l'humoriste français Gad Elmaleh qui disposait, d'après le journal, d'un compte faiblement approvisionné à Genève, avec un peu plus de 80.000 euros entre 2006 et 2007.

Le quotidien du soir mentionne également Jacques Dessange, fondateur d'un empire de la coiffure, qui possédait, selon les fichiers auxquels le journal a eu accès, un compte dans la filiale suisse de HSBC sur lequel il aurait eu jusqu'à 1,6 million d'euros entre 2006 et 2007. Il fait partie des clients qui ont depuis régularisé leur situation et s'est acquitté d'une amende, précise Le Monde.

À l'étranger aussi des dirigeants de grandes entreprises sont concernés. C'est notamment le cas de Li Xiaolin, PDG de l'entreprise de production énergétique China Power International Development, qui possédait 2,48 millions de dollars (environ 2,2 millions d'euros) répartis sur cinq comptes. Parmi les personnalités internationales, il est également fait mention du roi du Maroc Mohammed IV (8 millions d'euros), mais aussi du roi de Jordanie Abdallah II, dont le solde des comptes a atteint près environ de 37 millions d'euros.

HSV admet "la responsabilité des défaillances passées"

Dans un communiqué de quatre pages, HSBC met ces pratiques sur le compte du fonctionnement du système bancaire privé suisse, qui a longtemps cultivé le secret, "ce qui pourrait avoir eu pour conséquence qu'un certain nombre de clients pourraient ne pas avoir totalement respecté leurs obligations fiscales". Elle ajoute que sa filiale suisse a subi ces dernières années une "transformation radicale" et que ces pratiques de fraude fiscale ne sont plus d'actualité.

Le nombre de comptes clients de HSBC Private Bank est passé de 30.412 en 2007 à 10.343 à la fin de l'année dernière, précise l'établissement britannique qui assure pleinement coopérer avec les autorités enquêtant sur ce sujet.

>> Lire HSBC contrainte de payer 12,5 millions de dollars pour éviter un procès

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Scandale Euribor - Libor : amende record pour 8 banques, dont Société Générale

Scandale Euribor - Libor : amende record pour 8 banques, dont Société Générale | Bankster | Scoop.it

La Commission européenne a infligé mercredi des amendes à huit établissements financiers, dont la Société Générale, pour avoir manipulé les taux interbancaires en euros (Euribor) et en yens (Libor et Tibor), pour un montant total record de 1,7 milliard d’euros.

Le verdict est tombé et il s’avère lourd. La Commission européenne a en effet condamné à un montant d’amendes record de 1,7 milliard d’euros à huit établissements financiers pour avoir manipulé les taux interbancaires en euros (Euribor) et en yens (Libor et Tibor).

La Commission n’avait jamais jusqu’ici infligé des amendes pour un montant cumulé aussi élevé dans des cas d’entente et abus de position dominante, a souligné le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia. « Notre décision a une double ambition : punir et dissuader », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Au total, quatre institutions financières ont participé à l’entente concernant l’Euribor et six à celle concernant le Libor et le Tibor. Parmi les établissements visés figurent notamment la Société Générale. Visée uniquement dans l’enquête sur l’Euribor, la banque française été condamnée à une amende de 446 millions d’euros.

Deutsche Bank devra payer 725 millions d’euros

De son côté, Deutsche Bank, visée dans les deux enquêtes, devra à elle seule s’acquitter d’une amende totale de 725 millions d’euros. La britannique Royal Bank of Scotland (RBS), condamnée dans les deux affaires, devra payer 391 millions d’euros.

Dans le cas de l’Euribor, la banque britannique Barclays a bénéficié d’une immunité et ne paiera pas d’amende pour avoir révélé l’existence de l’entente à la Commission. Outre Deutsche Bank (466 millions d’euros) et Société générale, RBS a été condamnée à 131 millions d’euros.

Deutsche Bank, RBS et Société générale ont vu leurs amendes réduites de 10% pour avoir coopéré à l’enquête. Dans la même enquête, une procédure a été ouverte à l’encontre de la française Crédit Agricole, de la britannique HSBC et de l’américaine JPMorgan et se poursuivra dans le cadre de la procédure normale.

UBS et Rabobank épargnées

Dans le cas des taux d’intérêts libellés en yens (Libor et Tibor), la banque suisse UBS ne paiera pas d’amende après avoir révélé les infractions à la Commission. Outre Deutsche Bank (259 millions) et RBS (260 millions), sont concernés JPMorgan (80 millions), l’américaine Citigroup (70 millions) et le courtier britannique RP Martin (247.000 euros). Dans cette enquête, une procédure a été ouverte à l’encontre du courtier en liquidités Icap et se poursuit.

La banque néerlandaise Rabobank, qui a obtenu des accords à l’amiable pour payer 774 millions d’euros dans trois pays pour manipulation du Libor, n’a pas été condamnée par la Commission européenne car « elle n’était pas impliquée dans les activités de cartel selon notre enquête », a expliqué Joaquin Almunia.

L’affaire du Libor a déjà donné lieu à de très grosses amendes dans différents pays. UBS a déjà dû payer un milliard de francs suisses, RBS 600 millions de dollars et Barclays environ 450 millions de dollars. M. Almunia a précisé que la Commission enquêtait actuellement sur de possibles manipulations du franc suisse et « n’excluait pas d’autres investigations du même ordre sur des activités de manipulation des indices de référence ».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bankster, le Jackpot de l'économie criminelle (II) : les grands gagnants

Bankster, le Jackpot de l'économie criminelle (II) : les grands gagnants | Bankster | Scoop.it

Dans la mécanique du blanchiment des fonds du crime organisé, les banques jouent un rôle de premier choix. Avec une cécité coupable.

Plus personne ne conteste aujourd’hui, la responsabilité d’un certain nombre de grandes banques dans le processus de blanchiment – massif - de capitaux d’origine criminelle.

Sévèrement critiqué à l’époque pour ses prises de position catastrophistes, Antonio Maria Costa, le patron du Bureau Drogue & Criminalité de l’ONU de mai 2002 à août 2010, avait le premier, donné l’alerte en décembre 2009 lors d’une mémorable interview donnée au quotidien l’Observer :

«…dans de nombreux cas, l’argent de la drogue a été le seul apport en liquidités. Au cours du second semestre 2008, la liquidité est devenue le problème majeur du système bancaire et l’aptitude à en trouver est devenu un facteur décisif. Des prêts inter-bancaires ont été réalisés au moyen de fonds provenant du trafic de drogues et d’autres activités illégales…Il existe des preuves tangibles que certaines banques ont été secourues de la sorte… ».

Les services d’Antonio les bons tuyaux estimaient à l’époque les profits annuels du seul trafic de stupéfiants à 352 milliards de £.

Les faits semblent lui avoir donné raison.

Il y a quelques jours, le Sous-Comité Permanent des Enquêtes du Sénat US rendait son rapport de 340 pages détaillant la manière dont le système financier américain a été perverti par des fonds provenant d’organisations terroristes, des cartels de la drogue et d’investisseurs aussi sulfureux qu’exotiques natifs de Cuba, de Corée du Nord voire du Golfe Persique.

HSBC dans la tourmente

Présente dans 80 pays dont les USA où elle affiche fièrement 470 succursales et 4 millions de clients, la HSBC y est littéralement taillée en pièces.

D’autant plus durement qu’en Avril 2003 elle s’était déjà fait taper sur les doigts pour le même motif et avait à l’époque embauché un procureur fédéral pour « s’assurer que la banque a totalement remédié aux déficiences de sa politique et de ses procédures anti-blanchiment… »

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Manuel du parfait "Bankster", leçon 1 : manipuler le Libor

Manuel du parfait "Bankster", leçon 1 : manipuler le Libor | Bankster | Scoop.it

 

4 juillet 2012, manifestation à Londres. Outre la Barclays – dont le patron, Bob Diamond, a été contraint à la démission –, il y a parmi les contrevenants des stars comme Citibank, UBS, HSBC ou Deutsche Bank (où une enquête interne vient d’être ouverte). (Will Oliver-AFP)

 

La crise met à nu les mauvaises habitudes prises par certains banquiers. Premier volet d'une série sur six combines de la délinquance financière


L’Autorité des Services financiers britannique a établi que les 16 banques qui se réunissent chaque jour à Londres pour fixer le taux auquel elles s’échangent des capitaux à court terme ont manipulé cet indice de 2005 à 2009. Une manipulation très grave car ce Libor sert de référence à des millions de contrats financiers. L’autre grande référence, l’Euribor, utilisé dans la zone euro, fait également l’objet d’une enquête. Outre la Barclays – dont le patron, Bob Diamond, a été contraint à la démission –, il y a parmi les contrevenants des stars comme Citibank, UBS, HSBC ou Deutsche Bank (où une enquête interne vient d’être ouverte). Pourquoi avoir manipulé un taux aussi sensible ?

Au plus fort de la crise financière, les banques – peut-être encouragées par la Banque d’Angleterre – se seraient entendues pour tirer les taux vers le bas. Et donner ainsi une meilleure image de leur situation financière. Sur les marchés, les rumeurs pointent notamment la Deutsche Bank – à l’époque dirigée par Josef Ackermann.

Petits arrangements entre amis

A un plus petit niveau, des traders, comme Philippe Moryoussef, employé chez Barclays entre 2005 et 2007, ont essayé d’améliorer leurs résultats. Leur spécialité : les swaps, des contrats qui permettent aux clients de transformer des crédits à taux fixe en taux variable ou l’inverse. Pour calculer le prix de l’échange, on se réfère au Libor ou à l’Euribor. C’est donc eux qui déterminent, in fine, le gain (ou la perte) du trader. Compte tenu des sommes en jeu, une petite variation –de 0,005%– peut augmenter sensiblement son bénéfice. Et donc son bonus. D’où la tentation de demander au collègue chargé de fixer l’Euribor ou le Libor de le pousser légèrement à la hausse ou à la baisse.

Le "club de gentlemen" n’inspire plus confiance

Ce faisant, les banques ont pris le risque de spolier les épargnants du monde entier qui ont placé leur argent à court terme. Les conséquences peuvent être gigantesques. Car tous les clients qui avaient des contrats indexés sur le Libor font leurs comptes. Et ceux qui estiment avoir été spoliés (comme la Ville de Baltimore ou le courtier américain Charles Schwab) engagent des recours en justice, des class actions. Le scandale du Libor pourrait coûter une dizaine de milliards d’euros aux banques selon Morgan Stanley. Sans oublier le dégât le plus grave : l’affaire risque de porter un coup fatal à l’autorégulation chère à la City. Le "club de gentlemen" n’inspire plus confiance ; pire, il fait figure d’association de malfaiteurs.

Marjory Cessac, Sophie Fay et Jean-Gabriel Fredet - Le Nouvel Observateur

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Banksters - La délinquance bancaire internationale

Le 19-07-2012 Les racailles d'en haut : les élites mafieuses internationale c'est eux. L'oligarchie des puissances financières occulte et mondialisé. L'absence de régulation dans un monde sans frontières sans limites et sans lois : le libéralisme sauvage et anarchique. Le pouvoir entre les mains des puissances financières au-dessus des nations, au-dessus des états, au-dessus des peuples, au-dessus de monde. Le sommet de la pyramide c'est eux, les puissances financières, les prédateurs, les dominateurs, les manipulateurs invisible de la matrice argent.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nicolas Doze - Banksters les manipulations du Libor et la criminalité bancaire !

18-07-2012 Seul Pierre Jovanovic en avait parlé. Avec 1 semaine de retard Nicolas Doze se décide enfin à parler du l'arnaque gigantesque du Libor ! Ce sont des banksters, des banquiers criminels ! Des racailles en col blanc de la haute finance !

more...
No comment yet.