Un groupe de chercheurs vient de publier une ré-analyse des données de l’étude SELECT, une étude, à l’origine, sur le rôle possible de la vitamine E et du sélénium dans le cancer de la prostate. Dans cette immense étude, les chercheurs ont suivi près de 35000 hommes. Les participants ont pris soit 400UI de vitamine E (d-alpha-tocophérol), soit 200mcg de sélénium (sélénométhionine), soit les 2 substances, soit un placébo. Cette étude, qui devait durer 12 ans, a été annoncée en 2001 et publiée en 2009. Elle a été abandonnée parce que les résultats semblaient montrer que la vitamine E augmente le risque relatif de cancer de la prostate dans ce groupe.(1) Par contre, les résultats n’ont pas atteint le niveau significatif, ce qui signifie qu’ils peuvent être le fruit du hasard. Pour en savoir plus sur la vitamine E, consultez Toute la lumière sur la vitamine E.

(...)


Via Build Green