Autres Vérités
112.3K views | +5 today
Follow
Autres Vérités
Autres Vérités
Chercher, documenter, comprendre, expliquer le monde autrement ...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Autres Vériteurs from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Nucléaire : l'ASN juge que la situation est devenue préoccupante après une année 2016 difficile

Nucléaire : l'ASN juge que la situation est devenue préoccupante après une année 2016 difficile | Autres Vérités | Scoop.it

Le contexte est préoccupant, estime le président de l'Autorité de sûreté nucléaire. En 2016, la découverte d'anomalies affectant une dizaine de réacteurs et les falsifications constatées au Creusot ont dégradé une situation déjà précaire.

(...)


Via Build Green
more...
No comment yet.
Rescooped by Autres Vériteurs from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Nucléaire : le collège de l'ASN a interrogé Luc Oursel sur les problèmes de sûreté rencontrés par Areva

Nucléaire : le collège de l'ASN a interrogé Luc Oursel sur les problèmes de sûreté rencontrés par Areva | Autres Vérités | Scoop.it

Le collège de l'ASN a auditionné Luc Oursel. Au menu, les principaux problèmes de sûreté rencontrés par Areva, et notamment la reprise des déchets de La Hague et le site de Romans-sur-Isère.

(...)


Via Build Green
more...
No comment yet.
Rescooped by Autres Vériteurs from Le Côté Obscur du Nucléaire Français
Scoop.it!

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire : "Une anomalie nucléaire grave est plausible"

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire : "Une anomalie nucléaire grave est plausible" | Autres Vérités | Scoop.it

 

INTERVIEW - Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire, Pierre-Franck Chevet, met en garde contre le risque d'un arrêt de dix réacteurs et appelle EDF à accélérer la fermeture de Fessenheim. Extrait de son interview à paraître dans le JDD.

 


Via Résistances & Alternatives
more...
No comment yet.
Rescooped by Autres Vériteurs from démocratie énergetique
Scoop.it!

L’ASN préoccupée par le vol des sources radioactives sur les chantiers

L’ASN préoccupée par le vol des sources radioactives sur les chantiers | Autres Vérités | Scoop.it

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’inquiète pour la sécurité des sources radioactives utilisées sur les chantiers et pouvant être détournées de leur usage « à des fins malveillantes ».
 
Les sources radioactives utilisées par milliers sur les chantiers « peuvent présenter des dangers notamment si elles sont détournées de leur usage à des fins malveillantes. Elles peuvent alors faire des dégâts considérables sur les personnes », a déclaré Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

(...)


Via Build Green, Aquitaine decroissance
more...
No comment yet.
Rescooped by Autres Vériteurs from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

L'Autorité de sûreté nucléaire s'inquiète de la présence d'un gaz cancérigène dans 31 départements

L'Autorité de sûreté nucléaire s'inquiète de la présence d'un gaz cancérigène dans 31 départements | Autres Vérités | Scoop.it

Le rapport annuel de l'Autorité de sûreté nucléaire pointe particulièrement la concentration trop élevée de radon, un gaz cancérigène, dans 31 départements de l'Hexagone.

"Satisfaisant mais peut mieux faire." Telle est l'appréciation de l'Autorité de sûreté nucléaire qui vient de rendre son bilan annuel.

Dans un rapport de cinq cent pages, les experts mettent notamment un carton jaune à trois centrales nucléaires d'EDF. Celle de Chinon, en Indre-et-Loire, de Civaux, dans la Vienne, et de Bugey, dans l'Ain.

(...)


Via Build Green
more...
Vie toxique's curator insight, April 17, 2014 1:31 AM

"L'exposition au radon joue un rôle dans 10 à 15% des cancers du poumon."

ventilairsec's curator insight, April 17, 2014 3:13 AM

Le radon une préoccupation sanitaire.

Rescooped by Autres Vériteurs from Le Côté Obscur du Nucléaire Français
Scoop.it!

Un accident nucléaire en France est "plausible"

Un accident nucléaire en France est "plausible" | Autres Vérités | Scoop.it
Le Monde 15.06.2013


L’accident
Par Hervé Kempf

 

La France présente une particularité qui devrait susciter une recherche scientifique approfondie de la part des spécialistes de l’anatomopathologie.
Ne rien entendre, ne rien voir , ne rien dire, le plus sur moyen de participer à la banalisation du mal et à l’accident!


Dans cette curieuse contrée, les responsables politiques ont développé, depuis une quarantaine d’années, une pathologie réellement intrigante. Dès qu’ils entendent le mot « nucléaire », leur appareil auditif se transforme. Couvrant les informations entendues, une petite musique envahit leur cerveau, modulant une rengaine : « sécurité, indépendance, bas coût« . Un sentiment de béatitude les envahit alors, et ils pensent à autre chose.
Avec Fukushima, en mars 2011, les cliniciens ont espéré une rémission. Mais, depuis, la population observée a rechuté.


Une série de déclarations impressionnantes pourrait-elle contribuer à la guérison ? On ne le sait. Mais cela inquiète fort, en revanche, ceux qui y ont prêté attention. En mars, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié une étude plaçant le coût d’un accident nucléaire entre 120 et 450 milliards d’euros (un scénario catastrophique conduit même à 5 800 milliards).


Puis le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, a répété qu’un accident en France était possible. Il en a ainsi parlé le 16 mai devant le Comité de pilotage du débat sur la transition énergétique, le 30 mai devant les députés, et le 12 juin, dans Le Soir, où il a déclaré : « S’il y a un accident en France ou dans un autre pays, plusieurs autres pays seront concernés, voire impactés. L’hypothèse n’est pas irréaliste. »


Bien que M. Chevet ne soit pas très précis sur les éléments qui le conduisent à cet alarmisme, l’ASN a publié le 16 mai un avis soulignant « le risque qu’un défaut grave affecte plusieurs réacteurs », ce qui pourrait conduire à « suspendre sans délai le fonctionnement de ces réacteurs ». Le risque, a dit M. Chevet, est « plausible ». Les motifs pourraient en être, semble-t-il, des problèmes de corrosion et de joints.


D’autres aspects expliquent l’inquiétude des responsables de la sûreté. D’une part, la situation économique d’EDF est de plus en plus mauvaise, comme l’a rappelé le rapport de la Commission de régulation de l’énergie le 5 juin.

Cela pourrait conduire l’entreprise à comprimer les dépenses de sûreté, augmentant le risque d’accident.
D’autre part, les compétences humaines, qui sont essentielles, sont en train de se perdre, du fait du départ à la retraite d’un grand nombre de travailleurs du nucléaire. Or, ce que l’on appelle « le facteur humain » est un élément crucial de la sécurité nucléaire. Enfin, le vieillissement du parc accroît logiquement les risques.


Entendre ce que répètent les responsables, pourtant pondérés, de la sûreté nucléaire, aurait des conséquences désagréables : augmenter le prix de l’électricité et se préparer à ne pas allonger la durée de fonctionnement des réacteurs.

Mais rester sourd risque de conduire à une situation non plus désagréable, mais insupportable : un accident nucléaire en France.

 

source

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/06/15/l-accident_3430811_3232.html?xtmc=kempf&xtcr=1

 


Via Résistances & Alternatives
more...
No comment yet.