Si la Bourgogne écoule des volumes importants à l’export où la valeur ajoutée est forte, c’est grâce à la France que ses ventes globales sont restées stables en 2011. Notamment sous l’impulsion sous l’impulsion des Hypers et supers qui ont vu leurs sorties progresser de + 1 % en volume et de + 3 % en valeur.

En GMS, le crémant de Bourgogne est l’un des fers de lance. Selon les données de SymphonyIRI, les bulles bourguignonnes pèsent désormais 3,3 millions de cols (+ 9,4 %) pour un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros (+ 10,7 %).