Yves Michaud : “La véritable audace, dans l’art aujourd’hui, c’est de passer à d’autres formes” | Digital #MediaArt(s) Numérique(s) | Scoop.it
Entre ce qui a déjà été fait et ce qui est interdit, les artistes n'osent plus grand-chose, estime Yves Michaud, penseur singulier passé de la philosophie à l'art. Désormais, dit-il, les plus audacieux sont ceux qui croisent les disciplines.

Voilà un penseur iconoclaste et offensif, qui ne craint pas de secouer tous les landerneaux. En 2003, dans L'Art à l'état gazeux, il enterrait la notion d'Ĺ“uvre d'art mais voyait de la beauté partout, dans la rue, au supermarché ou chez soi. Depuis, ce philosophe issu d'un milieu modeste se considère volontiers comme un « pestiféré » dans l'Hexagone, quand il est célébré et sollicité à l'étranger - il a enseigné à Berkeley comme à São Paulo. Reçu premier à l'agrégation de philosophie en 1968, Yves Michaud a toujours fui les chapelles en passant pour un libéral-libertaire. Il a pourtant dirigé l'Ecole nationale des beaux-arts (de 1989 à 1997), puis lancé l'Université de tous les savoirs et ses conférences très courues. Sceptique mais curieux de tout, jonglant avec les disciplines, il s'est distingué par ses réflexions inattendues sur la culture, la violence ou la politique. Solide d'esprit comme de corps (il est sportif), à la fois terrien et technophile, c'est un partisan du gai savoir. Un esprit libre, en somme. ...