L'ARTichaut
2.6K views | +0 today
Follow
L'ARTichaut
Art(s) & Curiosités
Curated by Valaf Lebu
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Valaf Lebu from Revue de presse "Afrique"
Scoop.it!

Chasse aux migrants à Mayotte — Le symptôme d’un archipel colonial en voie de désintégration

Chasse aux migrants à Mayotte — Le symptôme d’un archipel colonial en voie de désintégration | L'ARTichaut | Scoop.it
Une chasse aux migrants aux cris de « la France aux Français ». Partout ailleurs en France, des tels événements auraient provoqué un émoi considérable et une réaction vigoureuse des pouvoirs publics. Mais ils ne sont pas arrivés près de chez nous – en Corrèze, dans le Pas-de-Calais ou les Alpes Maritimes – mais loin de la Métropole, à Mayotte, une île de l’archipel des Comores dans l’Océan Indien possession de la France depuis 1841… Loin des yeux, loin du cœur. Les faits sont pourtan

Via Anna Gueye
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

De Parliament à Talking Heads, sept souvenirs de Bernie Worrell

De Parliament à Talking Heads, sept souvenirs de Bernie Worrell | L'ARTichaut | Scoop.it
Retour sur la carrière du sorcier des claviers, membre éminent de la galaxie P-Funk, qui vient de mourir d'un cancer à l'âge de 72 ans.
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Le système des avant-gardes

Le système des avant-gardes | L'ARTichaut | Scoop.it
À propos de : Béatrice Joyeux-Prunel, Les avant-gardes artistiques 1848-1918. Une histoire transnationale, Folio histoire
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Fowler Museum presents artworks from the Austronesian-speaking peoples of the Indo-Pacific region

Fowler Museum presents artworks from the Austronesian-speaking peoples of the Indo-Pacific region | L'ARTichaut | Scoop.it
a href= http://www.fmch.ucla.edu target= _blank The Fowler Museum at UCLA /a is presenting Art of the Austronesians: The Legacy of Indo-Pacific Vo
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Les Inrocks - Prince dans les étoiles

Les Inrocks - Prince dans les étoiles | L'ARTichaut | Scoop.it

Par Serge Kaganski dans Les Inrocks 


Qu’est-ce qui se passe avec 2016 ? Trois mois après David Bowie, voilà que Prince s’en va à son tour. Prince, c’était un peu le Bowie noir, le “thin black duke”, le “young dude” de Minneapolis. Un musicien qui a osé toutes les hybridations, une icône sexuelle, un être transgenre noir, métis, blanc, latino, enfant, femme, félin, aristocrate et voyou.


La première fois qu’on a entendu parler de lui, aux temps très anciens de l’album Dirty Mind, Prince était une curiosité de la soul, un jeune gandin qui chantait le funk en slip léopard et costume bondage. Un type farfelu, un rien clownesque, mais la musique envoyait déjà bien, irrésistiblement funky, avec des textes bien salaces (Head, la pipe en vf).



Quand Prince est devenu roi
L’excellence princière s’est confirmé avec Controversy, puis 1999, fusée funk à plusieurs étages tubesques. Mais c’est en 1984, année orwellienne, que Prince est devenu roi. Un film, Purple Rain, et un album éponyme, se disputant la première place des charts US avec Born in the USA pendant plus d’un an.

Cette année-là, j’enseignais à Saint Louis, Missouri, et je peux témoigner de l’effet Prince : pas une radio, pas une télé, pas une fête sans que l’on y entende When doves cry, Let’s go crazy ou Purple Rain. Il faut réécouter When doves cry, l’un des singles les plus addictifs et musicalement complexes de l’histoire, un genre de Good vibrations de l’ère électrofunk.

Sur scène, Prince faisait le show, condensant toute l’histoire du rock et de la soul en sa personne, évoquant James Brown, Hendrix, Little Richards ou Marc Bolan. Après le pic Purple rain, le kid de Minneapolis a enquillé les albums aventureux, reconfigurant la pop (Around the world), le funk jazzy (Parade), le rock et la soul expérimentale (Sign of the times), nouant une relation privilégiée avec Paris, performer complet et star mondiale mondaine. Il pouvait remplir un Bercy, taper le bœuf au New Morning jusqu’au petit matin ou donner des gala chics sous la coupole du Grand Palais.
C’est un immense morceau de notre pop culture qui vient de disparaitre à l’âge de 57 ans, le mien, comme s’il s’ennuyait sans Bowie dans notre monde terrestre.


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Kiosque du monde : Afrique
Scoop.it!

Getatchew Mekurya, Ethiopian Jazz Saxophonist, Dies at 81 | The New York Times

Getatchew Mekurya, Ethiopian Jazz Saxophonist, Dies at 81 | The New York Times | L'ARTichaut | Scoop.it

Mr. Mekurya, who had an imposing sound and presence, collaborated with musicians from far beyond his home country...


Via musée du quai Branly - Jacques Chirac
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Jackson Pollock, les rêves et les aborigènes, par Simone Korff-Sausse

Jackson Pollock, les rêves et les aborigènes, par Simone Korff-Sausse | L'ARTichaut | Scoop.it
Donner corps, c’est-à-dire donner une forme visible, déchiffrable, intelligible à ce qu’il y en soi d’invisible, inconnu, inconnaissable, de pressenti, d’informe, d’inexploité. C’est de cette démarche que rend compte la phrase célèbre de Paul Klee : « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible ».

182409-gf

Pour G. Haag, les premières traces rythmées sont symboliques « dans la mesure où les racines cosmiques et biologiques de leurs formes entrent profondément dans les liens relationnels et identificatoires archaïques dont nous voyons mieux la genèse dans le moi corporel ». Le corps se construit en se mouvant dans l’espace.
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Kiosque du monde : Afrique
Scoop.it!

Avec Seydou Keïta, la photographie africaine entre au Grand Palais | France TV

Avec Seydou Keïta, la photographie africaine entre au Grand Palais | France TV | L'ARTichaut | Scoop.it

La photographie africaine s'installe au Grand Palais avec une grande exposition des photos de studio de Seydou Keïta. Un autodidacte dont les portraits des années 1950 racontent Bamako à la veille de l'indépendance du Mali...


Via musée du quai Branly - Jacques Chirac
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Literatura y otras cosas
Scoop.it!

How Chris Marker’s Radical SciFi Film, La Jetée, Changed the Life of Cyberpunk Prophet, William Gibson

How Chris Marker’s Radical SciFi Film, La Jetée, Changed the Life of Cyberpunk Prophet, William Gibson | L'ARTichaut | Scoop.it
Jetée. For cyberspace- and cyberpunk-defining writer William Gibson, author of such sui generis science-fiction novels as Neuromancer, Virtual Light, and Pattern Recognition, that life-changing experience came in the early 1970s, during a film history course at the University of British Columbia.

Via Cristóbal Cuenca
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

De l'acte d'insurrection comme acte de création

De l'acte d'insurrection comme acte de création | L'ARTichaut | Scoop.it
Histoires, théories et pratiques des cinémas libertaires et anarchistes.
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

First Listen: Iggy Pop, 'Post Pop Depression'

First Listen: Iggy Pop, 'Post Pop Depression' | L'ARTichaut | Scoop.it
The rock legend's new album with Queens Of The Stone Age's Josh Homme is all sharp angles, hard muscles and decadent ecstasy.
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Infos artistiques, histoire de l'art...
Scoop.it!

Jeux d'enfants de Pieter Bruegel l'Ancien

Jeux d'enfants de Pieter Bruegel l'Ancien | L'ARTichaut | Scoop.it

Pas moins de 90 jeux différents ont été répertoriés dans le tableau de Pieter Breughel intitulé Jeux d'enfants
Cette image interactive a été réalisée à partir de l'ouvrage Jeux et Jouets à travers les âges : histoire et règles de jeux égyptiens, antiques et médievaux de Catherine Breyer, Safran, 2010.


Via Marie-Leet Bens, ghislaine bellocq, Carmillonette
Valaf Lebu's insight:
Magnifique image interactive...Pour retrouver à quoi jouaient les enfants à cette époque , passez votre souris sur l'image !  Jouer à ou jouer au(x) ? et une activité en complément http://lesbonsplansdegandalf.eklablog.com/jeux-d-enfants-bruegel-a48135107


more...
Murielle Godement's curator insight, March 7, 2:51 PM
Magnifique image interactive...Pour retrouver à quoi jouaient les enfants à cette époque , passez votre souris sur l'image ! 

Carmillonette's curator insight, March 7, 4:50 PM
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/24/Les_jeux_d'enfants_Pieter_Brueghel_l'Ancien.jpg

Magnifique image interactive...Pour retrouver à quoi jouaient les enfants à cette époque , passez votre souris sur l'image !  Jouer à ou jouer au(x) ? et une activité en complément http://lesbonsplansdegandalf.eklablog.com/jeux-d-enfants-bruegel-a48135107


MJ MEDIA's curator insight, March 8, 3:01 AM




Magnifique image interactive...Pour retrouver à quoi jouaient les enfants à cette époque , passez votre souris sur l'image !  Jouer à ou jouer au(x) ? et une activité en complément http://lesbonsplansdegandalf.eklablog.com/jeux-d-enfants-bruegel-a48135107






 



Rescooped by Valaf Lebu from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Fassbinder est de retour à Strasbourg

Fassbinder est de retour à Strasbourg | L'ARTichaut | Scoop.it

Par Brigitte Salino dans Le Monde :


Fin février, les portes de la grande salle sont fermées. Le public viendra le vendredi 4 mars, jour de la première de Je suis Fassbinder. Et l’on regrette qu’il n’ait pas la chance d’être là, dix jours avant, pour assister aux répétitions de la première création de Stanislas Nordey au Théâtre national de Strasbourg, que ce dernier dirige depuis 2014, mais dont il n’assure la programmation que depuis cette saison.

Car le public verrait ce qui, toujours, fait rêver : la mise en place d’un spectacle, dans l’effervescence de la dernière ligne droite où tout se joue « au plateau », comme l’on dit dans le langage du théâtre. Surtout pour cette création, totalement particulière : l’auteur, Falk Richter, est dans la salle. Il cosigne, avec Nordey, la mise en scène d’un texte qu’il écrit au jour le jour, et que les cinq comédiens – dont Nordey – découvrent et apprennent juste avant d’aller répéter.

Si l’on ajoute que ce texte est écrit en allemand et que la traductrice, Anne Monfort, traduit chaque matin ce que Falk Richter a écrit la veille au soir, on mesure mieux encore que l’on sort de l’ordinaire. Il arrive même à Anne Monfort de mettre au point, pendant les répétitions, une nouvelle version de ce qui est en train de se jouer. Car le texte évolue à l’épreuve de la répétition, où l’on voit à l’œuvre, dans la salle, une belle alliance franco-allemande.


Mode seventies 

Côté allemand, Falk Richter (46 ans), le grand blond aux lunettes à monture noire, façon Calvin Klein. Côté français, Stanislas Nordey (49 ans), le grand brun aux lunettes sans monture, à la Tchekhov. Chacun est venu avec son équipe : un dramaturge et une scénographe pour Richter, une assistante et un créateur lumière pour Nordey. Mais ils sont unis dans le travail comme les doigts d’une main.

Ils sont là, passent d’une table de régie, dans la salle, au plateau, où le décor est en place. Il y a beaucoup de tapis blancs à la mode des années 1970, dans ce décor qui laisse le champ libre aux comédiens, eux aussi vêtus à la mode seventies : pattes d’éléphant, petit blouson de cuir serré, jupe cloche, manteau en fausse fourrure.

Des rappels discrets, mais efficaces, du temps où vivait Rainer Werner Fassbinder (1945-1982). Et de celui où le terrorisme de la « bande à Baader » glaçait la République fédérale allemande. C’est de là que tout est parti. De L’Allemagne en automne, ce film collectif de 1977 dans lequel intervient Fassbinder. Il se filme, avec son amant et sa mère. Trois jours et trois nuits de discussion sur ce qui est en train de se passer. Un cut sur une phrase de la mère de Fassbinder disant que, pour régler la situation, il faudrait « un gentil Führer  ».

FALK RICHTER ET STANISLAS NORDEY ONT CRÉÉ LEUR PREMIER SPECTACLE ENSEMBLE AU FESTIVAL D’AVIGNON, EN 2008. IL S’APPELAIT « DAS SYSTEM » (« LE SYSTÈME »)



Ce film a été déterminant pour Falk Richter. Il était adolescent quand il l’a vu, à Hambourg, où il a grandi dans une famille très aisée. Une famille pour qui il y avait deux diables  : « Fassbinder, à cause de son horrible vie, et Peter Zadek, à cause de ses horribles mises en scène. » Mises en scène que Falk Richter se pressait d’aller voir, au Schauspielhaus, où officiait Peter Zadek, grande figure du théâtre allemand. Alors Richter a rompu avec la tradition familiale, qui aurait fait de lui un marchand ou un médecin, et il a étudié le théâtre. Puis il s’est mis à écrire, en faisant sienne la leçon de Fassbinder dans L’Allemagne en automne : chroniquer l’époque en partant de soi.

Ainsi est née une œuvre qui a vite largement dépassé les frontières de l’Allemagne. Stanislas Nordey l’a découverte au début des années 2000 et, aussitôt, il s’est senti chez lui, avec Falk Richter. D’une part, parce qu’il a toujours mis en scène des auteurs contemporains. D’autre part, parce qu’il n’aime pas le théâtre politique, ni didactique, mais le théâtre poétique qui parle d’aujourd’hui.

Falk Richter et lui se sont rencontrés, et ils ont créé leur premier spectacle ensemble au Festival d’Avignon, en 2008. Il s’appelait Das System (Le Système) et il tournait violemment autour de George W. Bush et de la politique qu’il menait. Parmi les pièces qui constituaient ce matériau, il y avait Electronic City et Unter Eis (Sous la glace), devenues des classiques de notre époque, et souvent reprises.

« Frère  de théâtre »

Depuis cette aventure, Stanislas Nordey, qui a toujours rêvé d’un travail auteur-metteur en scène, comme l’ont fait Giraudoux et Jouvet ou Koltès et Chéreau, voit en Falk Richter un « frère de théâtre ». Le projet Je suis Fassbinder est né de leurs discussions après l’attentat contre Charlie Hebdo, en janvier 2015. Ils se sont posé la question de la censure, de l’autocensure, de la place de l’artiste dans la société.

Alors est revenue la figure de Rainer Werner Fassbinder. Le hasard – mais en est-ce un ? – de la vie veut que la première pièce qu’a montée Stanislas Nordey ait été Du sang sur le cou du chat. Il s’intéressait beaucoup à l’Anti-Théâtre fondé par Fassbinder. Il avait vu la plupart de ses films… mais pas L’Allemagne en automne.

FALK RICHTER, AUTEUR : « C’EST UNE PIÈCE QUI MET EN RELATION LA TERREUR D’AUJOURD’HUI ET CELLE DES ANNÉES 1970 »


On pourrait se demander ce qu’elle vient faire aujourd’hui, cette Allemagne d’il y a quarante ans. La réponse est dans le texte, que Falk Richter ne veut pas révéler avant la première. Pour lui, une pièce doit être découverte le jour où elle est jouée. Nous en avons entendu des passages pendant les répétitions qui réunissaient toute la distribution, une belle distribution : Thomas Gonzalez, Judith Henry, Eloise Mignon, Stanislas Nordey et Laurent Sauvage.

Mais, chut ! on ne dira rien. Pas pour garder le secret, mais parce que tout prendra sens quand la pièce sera vue dans son intégralité. Il suffit de savoir, comme le dit Stanislas Nordey, que « ce n’est pas un hommage à Fassbinder ». Et Falk Richter de préciser : « C’est une pièce qui met en relation la terreur d’aujourd’hui et celle des années 1970. » Aucun doute : nous l’avons bien perçu, dans cette salle de répétition où l’on parlait français, allemand, anglais – où l’on parlait théâtre, au-delà des frontières de la langue. Et où du théâtre naissait notre monde, et nous dans ce monde.

Je suis Fassbinder, de Falk Richter. Mise en scène : Stanislas Nordey et Falk Richter. Théâtre national de Strasbourg. Tél. : 03-88-24-88-00. Jusqu’au 19 mars. www.tns.fr

Brigitte Salino (Strasbourg, envoyée spéciale)
Journaliste au Monde


Illustration : De gauche à droite : Judith Henry en robe rouge, Stanislas Nordey en cuir, Thomas Gonzalez, nu et Laurent Sauvage, allongé dans "Je suis Fassbinder" au Théâtre national de Strasbourg (TNS). JEAN-LOUIS FERNANDEZ POUR "LE MONDE"


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from art move
Scoop.it!

Les arts graphiques africains s'exposent à Nantes

Les arts graphiques africains s'exposent à Nantes | L'ARTichaut | Scoop.it

Les Soeurs Chevalme est un duo formé par les artistes parisiennes Élodie et Delphine Chevalme. Après des parcours individuels dans l’illustration (pour Élodie) et l’architecture (pour Delphine), elles fondent ensemble un studio de graphisme et commencent à développer en parallèle une pratique artistique en duo. © Fersen Sherkann.


Via Elise Atangana
more...
Elise Atangana's curator insight, July 2, 12:08 PM
"Grafikama". Plus que du graffiti, c'est le dynamisme de la création graphique africaine contemporaine qui s'expose sur un terrain de jeux mondialisé.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

William Kentridge grave l'histoire de Rome sur les rives du Tibre

William Kentridge grave l'histoire de Rome sur les rives du Tibre | L'ARTichaut | Scoop.it
Le Sud-Africain William Kentridge raconte l'histoire de Rome, entre défaites et triomphes, dans une oeuvre grandiose exposée sur les bords du Tibre.
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

L’attraction amoureuse de Decouflé pour Broadway

L’attraction amoureuse de Decouflé pour Broadway | L'ARTichaut | Scoop.it
Le chorégraphe présente, au Lyric Theatre, « Paramour », une production hybride, entre comédie musicale et arts de la piste.
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Literatura y otras cosas
Scoop.it!

Tom Waits For No One: Watch the Pioneering Animated Tom Waits Music Video from 1979

Tom Waits For No One: Watch the Pioneering Animated Tom Waits Music Video from 1979 | L'ARTichaut | Scoop.it
Tom Waits For No One, above, is surely the only film in history to have won an Oscar for Scientific and Technical Achievement for its creator and a first place award at the Hollywood Erotic Film and Video Festival.
Via Cristóbal Cuenca
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Prince laisse derrière lui de nombreux héritiers

Prince laisse derrière lui de nombreux héritiers | L'ARTichaut | Scoop.it
Le musicien américain, déclaré mort jeudi, a fortement influencé différents courants musicaux, du rhythm’n’blues au hip-hop, en passant par le rock.
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from Aux origines
Scoop.it!

Chauvet-Pont d'Arc: 'Cave of forgotten dreams' paintings 10,000 years older than previously thought

Chauvet-Pont d'Arc: 'Cave of forgotten dreams' paintings 10,000 years older than previously thought | L'ARTichaut | Scoop.it
A comprehensive dating program in Chauvet cave reveals two distinct periods of human occupations on the site.

Via Jean-Philippe BOCQUENET
more...
No comment yet.
Rescooped by Valaf Lebu from TdF | Arts
Scoop.it!

Francesca Woodman bientôt à la Fondation Henri Cartier-Bresson | Actuphoto

Francesca Woodman bientôt à la Fondation Henri Cartier-Bresson | Actuphoto | L'ARTichaut | Scoop.it
Dans le cadre de sa tournée européenne, l'

Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

IGGY POP | Les Escales – Festival de musique – 29|30|31 Juillet 2016 – Saint-Nazaire

IGGY POP | Les Escales – Festival de musique – 29|30|31 Juillet 2016 – Saint-Nazaire | L'ARTichaut | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Women Of Dada and Their Times

Women Of Dada and Their Times | L'ARTichaut | Scoop.it
Yes, there were Dada women!

One hundred years of Dada this year. Cabaret Voltaire lasted less than six
months from its opening, February 1916 in Zurich, Switzerland. Who would
have guessed that its obscure beginning would herald a world-rocking
negativity that was at the same time an ardent demand for renewal?

The group, idea, movement that it created, Dada, itself didn’t last very
long but quickly mutated into surrealism and somehow made its radical
presence known worldwide.
more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

Raoul Hausmann, Dadasophe - De Berlin à Limoges

Raoul Hausmann, Dadasophe - De Berlin à Limoges | L'ARTichaut | Scoop.it

présentant une exposition consacrée à l’artiste Raoul Hausmann. Il s’agit de la première présentation extensive du fonds Raoul Hausmann conservé par le musée départemental d’art contemporain de Rochechouart depuis la rétrospective de 1994.

Raoul Hausmann naît à Vienne en 1886. Fils d'un peintre académique, il gagne Berlin en 1900. Après des débuts artistiques influencés par le cubisme, l'expressionnisme et le futurisme, il est en 1918 un des fondateurs à Berlin du mouvement Dada. Apparu deux ans plus tôt à Zürich en réaction à la première guerre mondiale, Dada redéfinit profondément et avec iconoclasme la forme et les buts de l’art. A Berlin, Dada se fait politique, événements. Hausmann en est un des grands animateurs. Face à l’échec des Beaux-arts traditionnels, il invente le photomontage, a recours au collage et est un des initiateurs de la poésie phonétique.

L’expérience Dada a remis en cause les cloisonnements

more...
No comment yet.
Scooped by Valaf Lebu
Scoop.it!

marie claude jarrias: Choc comique & vertiges : le grotesque moderne

marie claude jarrias: Choc comique & vertiges : le grotesque moderne | L'ARTichaut | Scoop.it

L’amorce est bien trouvée, pour son livre Vertige grotesque, sous-titré Esthétique du « choc » comique, Rémi Astruc a repris à son compte, la théorie de Baudelaire sur le rire, avec ses intuitions sur le vertige du comique comme « choc » esthétique. Ce geste est d’autant plus audacieux que Baudelaire aurait lui-même renoncé à développer son article, intitulé : De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques[1], inspiré par un spectacle de pantomime joué par une troupe anglaise de passage à Paris.

Cette forme « moderne » du comique grotesque inséparable du choc et du vertige, se signale par sa dimension spectaculaire, extravagante, son « mauvais gouts », qui deviendra le « gout du bizarre » ouvert à une longue postérité inaugurée par la deuxième génération romantique. Repéré dans les arts, en peinture, en littérature, au cinéma, « le grotesque, se joue naturellement des frontières», concept fuyant qui tient à un effet « plaisir mêlé de gêne, de honte, voire d’effroi », il résiste aux tentatives de définition, de réduction. Prenant à rebours les habitudes (de lecture, de comportement, d’interprétation), les attentes (intellectuelles, sociales, morales), il est alors perçu comme relevant d’une ambigüité constitutive qui conduit à hésiter sur son interprétation, faisant de celui-ci un phénomène problématique, oscillant entre le comique et l’inquiétant

more...
No comment yet.