EDF, Areva et donc l'état français pour une Arabie Saoudite Atomique | Areva - Les enjeux | Scoop.it

EDF et Areva multiplient les contacts en Arabie saoudite. En attendant une décision formelle du roi Abdallah de se doter de l'équivalent d'une quinzaine de réacteurs d'ici à 2032 (« Les Echos » du 18 janvier), qui pourrait intervenir, selon une source française, avant l'été, EDF et Areva poursuivent leur travail de terrain dans le pays. Lundi, les deux groupes ont rencontré plusieurs dizaines d'entreprises saoudiennes dans le cadre d'une « journée fournisseurs » à Riyad.

L'enjeu est double. « Comme cela prend du temps d'identifier et de qualifier des entreprises pouvant participer à un programme nucléaire, ces forums nous permettent d'établir des contacts, même si la décision finale du Royaume n'est pas prise », explique Tarik Choho, directeur général adjoint d'Areva, chargé du commercial. Pour l'Arabie saoudite, il s'agit surtout de s'assurer de la part de marché qui sera localisée sur place. « De ce que nous avons vu du tissu industriel saoudien, une part de 50 % à 60 % de localisation nationale est envisageable », juge Tarik Choho. Certaines compétences des entreprises saoudiennes dans le pétrole, le génie civil ou le dessalement de l'eau peuvent de fait être assez facilement transposables à l'industrie nucléaire.

 

 http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202663293370-edf-et-areva-poussent-leurs-pions-en-arabie-saoudite-552850.php


Via Résistances & Alternatives