La paranoïa (1/4): La théorie du complot | Archivance - Miscellanées | Scoop.it

Quelle différence entre un détective et un paranoïaque ? Entre celui qui ausculte les apparences, à la recherche de fissures d’où jaillirait la vérité, et celui qui, parce qu’il est persuadé qu’on le trompe, soupçonne dans ce qu’il voit tout ce qui n’y est pas, et donc pense que la vérité est toujours cachée ?

Le paranoïaque ne doute pas : il est persuadé. Pour lui, pas de mystère, aucune énigme, aucun écran entre lui et cette vérité qu’il chérit tant : le paranoïaque sait. Son malheur n’est pas de soupçonner la terre entière de se jouer de lui, mais d’en être certain, et d’être le seul à le voir. La paranoïa est une solitude douloureuse et rassurante : le malheur de voir la vérité en face est compensée par la satisfaction d’y être enfin parvenue. Je le savais ! lance le jaloux devant les preuves de son cocufiage, sans savoir s’il doit se réjouir d’avoir eu raison ou se lamenter qu’il en soit ainsi...