La culpabilité (1/4) : Saint Augustin et le péché originel | Archivance - Miscellanées | Scoop.it

La culpabilité est la chose du monde occidental la mieux partagée par tous les hommes. Personne ne pense en être assez pourvu, et tous en désirent toujours plus qu’ils n’en ont. Certes, la Genèse et la  psychanalyse nous ont appris que le sentiment de culpabilité n’a pas besoin d’une faute réellement commise par l’individu pour que celui-ci se vive comme coupable. Mais la culpabilité ne se réduit pas à un état de fait subjectif. Ou plutôt, que nous dit cette dispositionde l’homme à se sentir coupable ? Pourquoi se ranger du côté de l’erreur, de la faute, du péché, de la fatalité en somme ? « J’ai trop à faire des innocents qui clament leur innocence pour me préoccuper des coupables qui clament leur culpabilité », écrivait Paul Eluard.

            Alors d’où vient la culpabilité ? Est-elle la source du mal, ou sa manifestation ? L’élément nécessaire pour différencier l’homme de son créateur ? Comment expliquer que le crime n’engendre pas forcément de culpabilité autre que pénale chez l’assassin, quand par exemple il est guidé par un désir de vengeance ? Et enfin, comment pardonner une offense, et surtout, se pardonner celle que l’on n’a pas commise ?