La maison Na est une perle rare : un projet expérimental réfléchi, abouti, sans esbrouffe, fait de verre et de bois. Surtout de verre : Pierre Charreau, avec sa "maison de verre" Parisienne, n'est pas allé aussi loin. Mies Van der rohe, avec la Farnsworth House, pouvait se prévaloir de construire dans un grand parc à l'abri de tout regard.

 

Sou Fujimoto est allé au bout de son idée : son projet s'est élevé en plein centre urbain, ses parois sont parfaitement transparentes. Alors bien entendu, à la lecture de cette vidéo, certains vont bondir en prétextant que vivre dans un bocal n'est pas un rêve, mais à notre époque où une majorité d'architecte cultivent une architecture "de façade", Sou Fujimoto est l'un des rares à expérimenter. Or, à l'instar de tout art et de toute science, l'architecture a besoin d'expérimenter pour avancer.

 

Bien que faisant partie de la jeune génération des architectes japonnais, Sou Fujimoto n'est pas un inconnu : en 2005 et lors des deux années qui ont suivi, il a remporté l'AR-Architectural Review Award dans la catégorie jeunes architectes.


Son projet de la maison NA n'est pas aussi radical qu'il peut paraître : d'une part, il n'est pas le résultat d'une "table rase" de la culture architecturale japonnaise, bien au contraire : sa configuration intérieure constitue une savante réinterprétion des espaces intermédiaires qui structurent l'architecture domestique extrême-orientale.

D'autre art, les aspects privatifs sont beaucoup plus travaillés qu'il en ont l'air, dans la mesure où la disposition judicieuse des plans verticaux et horizontaux d'opacité variable permettent de préserver des cellules de plus en plus privatives.

 

En plus, les propriétaires roulent en 2CV au Japon. Un projet rare, on vous dit.

 

(Merci @Al_Rios_)