Les maisons passives, de véritables bombes à retardement en cas d’incendie ? L’Institut scientifique de service public (Issep) et l’Université de Mons se sont penchés sur cette question au travers d’une étude, commandée par le SPF Intérieur. Pour y répondre, l’équipe de recherche a simulé des incendies dans des maisons passives et traditionnelles, sur la base de modèles mathématiques. Sylvain Brohez est professeur au sein du service de génie des procédés chimiques de l’Université de Mons.

 

Quelles sont les conclusions apportées par l’étude concernant l’isolation des maisons passives ?

(...)


Via Mon-Habitat Web