Arboriculture: qu...
Follow
Find
9.6K views | +2 today
 
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Agroforesterie
onto Arboriculture: quoi de neuf?
Scoop.it!

Seurre | Les écoliers découvrent les variétés de pommes - Le Bien Public

Seurre | Les écoliers découvrent les variétés de pommes - Le Bien Public | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Découverte.Suite à la fête de la Pomme, les Croqueurs de pommes du Val de Saône ont invité les écoliers seurrois (de ...

Via Decouvronsnosvergers, Sophie Doussau
more...
No comment yet.
Arboriculture: quoi de neuf?
Les nouvelles concernant l'arboriculture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Cynips : indemnisations pour la campagne 2015

Cynips : indemnisations pour la campagne 2015 | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Le cynips du châtaignier et les dégâts qu'il occasionne fait l'objet d'un programme d'indemnisation dans le cadre du fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnementale (FMSE). Cet organisme permet de couvrir les risques de pertes économiques liées à un incident sanitaire ou environnemental.

Pour le programme d'indemnisation "cynips", les conditons d'éligibilité, valables au niveau national sont:

30% de pertes de récolte;
avoir réalisé une déclaration Pac;
cotiser à la MSA en tant que producteur de fruits;
être en capacité de justifier de la vente de ses produits (bon d'apport à une OP, factures...).
Pour chaque région, un organisme différent centralise les dossiers avec les informations nécessaires pour être indemnisé. Les producteurs éligibles qui ont constaté des pertes de récoltes en 2015 dans leurs vergers, peuvent donc entrer en relation avec ces différentes structures.

Une structure différente dans chaque région

En Aquitaine et Midi-Pyrénnées, l'Union interprofessionnelle châtaigne Périgord - Limousin - Midi-Pyrénées invite les producteurs à remplir ce document ou à contacter directement l'UICPLM.
Coordonnées: 05 55 21 55 52  - 06 73 06 93 16 - union.chataigne@gmail.com
L'UICPLM fixe le 15 mars 2016 comme date limite de retour des informations.

En Languedoc-Rousillon, c'est la chambre d'agriculture régionale qui est en charge de ces dossiers
Contact: Jean-Michel Thevier - jean-michel.thevier@lrmp.chambagri.fr - 06 74 45 02 05
Date limite: 15 mars

En Rhône-Alpes, c'est la  FDGDON Ardèche qui gère le FMSE.
Renseignements auprès d'Aude Ouedraogo: fdgdon07@yahoo.fr - 04 75 64 92 12
Date limite: 29 février

Un dossier 100% châtaigne en mars

Vous êtes producteur de châtaignes? Retrouvez début mars dans L’Arboriculture fruitière n° 700, un dossier 100% châtaigne, avec au programme:

une interview de Bertrand Guérin, président du syndicat national des producteurs de châtaignes;
quatre témoignages d’organisations de producteurs dans les principales régions productrices;
un point sur les variétés traditionnelles et les variétés hybrides;
les avancés en matière de lutte contre le cynips;
une fiche sur le carpocapse du châtaignier.
Si vous souhaitez vous abonner à L’Arboriculture fruitière, rendez-vous sur le kiosque ATC.
Si vous souhaitez recevoir un numéro déjà paru, contactez les archives.

#Agenda à ne pas louper

Jeudi 7 avril 2016 au Ctifl de Lanxade en Dordogne auront lieu les rencontres techniques châtaignes. Retrouvez le programme de cette journée via ce lien.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Embargo turc, remontée des prix du pétrole... Ces menaces extérieures qui risquent d'aggraver la situation des agriculteurs…

Atlantico : Avec l'embargo imposé à la Turquie par la Russie, c'est l'une des plus importantes productions de fruits et légumes qui doit trouver preneur. Et l'Union européenne, premier partenaire économique du pays, pourrait en recueillir les récents excédents de production, avec le risque de faire baisser les prix...

Bruno Parmentier : Aujourd’hui, on a un certain recul sur les conséquences de l’embargo russe sur les produits européens. Nous avons été touchés deux fois, directement quand la marchandise nous est restée sur les bras, par exemple la viande de porc que nous n’avons pas pu leur vendre alors qu’ils étaient de gros clients de notre filière, et indirectement car tous les porcs qui n’ont pas pu partir en Russie.

Les nôtres, mais aussi les allemands, les espagnols, les danois, etc. se sont retrouvés en concurrence exacerbée sur nos marchés, ce qui a provoqué un effondrement des prix qui va directement mener à la ruine des milliers de producteurs, particulièrement dans l’ouest de la France.

Maintenant, on a un nouveau choc qui arrive : la Turquie a abattu un avion russe, et en réponse se prend elle aussi un embargo. Les producteurs turcs vont donc tenter de casser les prix en Europe pour trouver preneur. Et là, on est dans le lourd, question concurrence sur nos propres productions : la Turquie n’est autre que le premier producteur mondial d’abricots et de cerises, le deuxième de melon, lentilles, pastèques et miel, le troisième de pommes, concombres, cornichons, haricots, le quatrième de tomates et de noix, etc. Bien entendu, la Russie va tenter de s’approvisionner ailleurs, ce qui va alléger un peu d’autres concurrences, mais comme simultanément le rouble s’effondre, ça ne va pas compenser intégralement. Bonne nouvelle pour les consommateurs cet été (si toutefois les grandes surfaces répercutent ces baisses, ce qui, on le sait, ne va aucunement de soi), mais très mauvaise nouvelle pour notre filière fruits et légumes déjà très fragilisée.

Car n’oublions pas que tout se tient : la Turquie peut en permanence ouvrir ou fermer l’afflux de migrants vers l’Europe. Elle a déjà obtenue 3 milliards de subventions sans rien faire encore, alors pensons-nous pouvoir résister à un nouveau chantage du genre : prenez mes tomates, mes pommes, mes abricots et mes cerises ou bien je vous envoie beaucoup plus de migrants ?
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

12 % d’anomalies lors des contrôles de la DGCCRF

12 % d’anomalies lors des contrôles de la DGCCRF | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Les enquêteurs de la DGCCRF ont visité plus de 8 600 établissements de la filière de commercialisation des fruits et légumes frais. Les contrôles ont révélé un taux d’anomalie de 11,7%. Les principaux manquements ont été relevés au stade de la distribution essentiellement.

Des prix ou des origines erronés

Les principales infractions concernent le marquage des produits: défaut d’affichage de prix, absence ou indication erronée de la catégorie ou du calibre et défaut de tarage des balances. Des indications incorrectes de l’origine des produits ont également été notées, faisant parfois passer des produits étrangers pour des produits français, ou mettant en avant de façon abusive la production locale.
Des manquements concernant la facturation ont aussi été mis en évidence, avec des achats sans facture ou des factures incomplètes.
 
Autre infraction relevée: l’utilisation abusive de la qualité de producteurs. D'après la DGCCRF, certains complètent leurs stocks par des fruits et légumes issus de l’achat-revente auprès d’autres producteurs ou auprès de grossistes, sans en informer le consommateur.
Par ailleurs, des ventes illicites sur le bord des routes ont été fléchées. 
 

8,5 % de non-conformité des F&L

Les enquêteurs de la DGCCRF ont procédé à 224 prélèvements de pommes de table, pommes de terre, kiwis, champignons sauvages, aulx, concombres, tomates et carottes. Le taux global de non-conformité est de 8,5%. Concernant les pommes de terre, les analyses ont mis en évidence des pratiques de substitution d’une variété à une autre. Les analyses relatives aux taux de sucre, et donc à la maturité des fruits, n’ont pas révélé de non-conformité.

Suite à cette enquête, la DGCCRF souhaite maintenir une pression de contrôle régulière et ciblée.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les industriels français du jus de fruits sous pression

Flambée du coût des matières premières, dépréciation de l’euro face au dollar et guerre des prix entre distributeurs : l’année 2016 s’annonce mal pour l’équilibre économique des fabricants français de jus de fruits.
Alors qu’en 2015 ils tiraient déjà la sonnette d’alarme face à la hausse vertigineuse du prix de leurs matières premières – qui représente de 60 à 80% du coût d’un jus de fruits -, la situation continue de se dégrader. De nouvelles tensions viennent s’ajouter à celles déjà observées en 2015. Elles concernent notamment les oranges d’Espagne, avec une hausse du prix des jus achetés par les industriels de l’ordre +30 %, ce qui entraîne des difficultés d’approvisionnement sur ce marché.
La situation des jus d’oranges, qui représentent près d’1 jus de fruits sur 2 vendu en magasin, est aujourd’hui similaire à ce que connaissent déjà la majorité des autres jus. En effet, entre 2014 et 2015, le coût des concentrés d’ananas a été multiplié par 4, celui des framboises a doublé, celui des fruits de la passion a bondi de +60 %, les concentrés de mangues ont augmenté de +20% à +50%, la pomme a connu une hausse de +20 %…
Par ailleurs, en parallèle de cette hausse du prix des matières premières, le marché des jus de fruits est également toujours déstabilisé par la baisse de l’euro face au dollar, qui renchérit mécaniquement le coût des matières premières achetées sur les marchés internationaux. En effet, alors que les négociations commerciales se situaient sur la base d’1 euro pour 1,25 $ à 1,35 $ début 2014, elles se situent en ce début d’année sur la base d’1 euro pour 1,09 $. Cette baisse représente une dépréciation de la monnaie européenne de 25 %, et renchérit en conséquence le prix de toutes les matières premières dans les mêmes proportions.
Les distributeurs refusent généralement les hausses présentées, menaçant les industriels de réduction de courant d’affaires, voire même de déréférencement dans certains cas.
(source UNIJUS)
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Cerise : l’incohérence absolue

La question du diméthoate est revenue à de nombreuses reprises dans les débats du 70ème congrès de la FNPF.
Une certaine schizophrénie ressort de la situation actuelle entre des autorités sanitaires qui veulent interdire de diméthoate en raison de sa potentielle dangerosité. Bien sur que le diméthoate est un produit dangereux qui être utilisé à certaines conditions, garantissant l’innocuité du produit consommé au final. Mais ce n’est pas parce que les producteurs français arrêteront de l’utiliser (la dernière dérogation était une application à demi-dose 14 jours avant récolte) que les consommateurs consommeront des cerises non traitées puisque le produit est autorisé dans toute l’Europe et à fortiori hors Europe (en Turquie par exemple) où il est appliqué avec des normes qui autorisent une utilisation à plus forte dose.
Alors quel est le but de la manœuvre ? Préfère t-on pour les consommateurs une cerise française de proximité, produite dans des conditions maîtrisées et contrôlées ou une cerise importée, qui bien sur respectera les LMR, mais qui en amont aura été davantage traitée ? À l’heure où quelques arboriculteurs investissent lourdement dans des vergers palissés, couverts, sur des variétés gustatives, se donnant ainsi les moyens d’offrir des produits de qualité au marché, ils ont besoin d’avoir à leur disposition de moyens de se protéger contre la drosophile. Et si la recherche se consacre au sujet dans de nombreux pays, aucune des méthodes alternatives n’a encore fait ses preuves. La situation est critique et la campagne 2016 pourrit être dramatique si les conditions sont favorables au développement de la mouche (chaleur et humidité), la Drosophila Suzukii pouvant en effet se multiplier à hauteur de 18 générations par an !
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

L’Inde rouvre son marché aux pommes de l’UE

L’Inde rouvre son marché aux pommes de l’UE | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Si le marché indien représente un "énorme potentiel pour l’exportation de pommes", indiquait Phil Hoan, commissaire européen à l’agriculture, avec en 2014 environ 7 000 tonnes importées en provenance de l’UE, principalement d'Italie, France et Belgique et 11 000 tonnes importées en 2015, les conditions d’accès étaient réduites depuis septembre dernier. Mais, bonne nouvelle, elles viennent de s’assouplir à nouveau, s’est félicité Phil Hogan suite à l'annonce de la réouverture de ports indiens aux producteurs européens.
 

"En effet, tous les points d'accès avaient été fermés aux pommes importées depuis septembre 2015, à l'exception d'un seul port. Depuis cette semaine, les producteurs européens peuvent expédier leurs pommes sur le marché indien à travers les ports maritimes et les aéroports de Kolkata, Chennai, Mumbai et Cochin, et l'aéroport de Delhi. Les pommes importées sont également autorisées à traverser les frontières terrestres de l'Inde."

 
L'Inde a le potentiel d'absorber une plus grande part des exportations de l'UE compte tenu de sa production modérée de pommes, établie à environ 1,5 millions de tonnes en 2013, semblable à la production italienne, complétait Phil Hoan, et d'ajouter :
 

"Alors que l'embargo russe perdure, les producteurs européens continuent de chercher activement d'autres marchés. La Pologne a d’ailleurs conclu un accord avec l'Inde et les premières pommes polonaises sont entrées sur le marché depuis avril 2015."
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

2015 : année globalement favorable aux fruits et légumes d’été, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Les marchés des fruits et légumes d’été ont été perturbés par les conditions climatiques exceptionnelles du mois de juillet, ayant entraîné un déséquilibre entre l’offre et la demande. Les cours de nombreux produits ont ainsi été impactés, favorablement pour certains comme les pêches-nectarines ou au contraire défavorablement pour d’autres comme la tomate. La variabilité de prix est forte d’une production et d’une période à l’autre.

FRUITS
Les pêches-nectarines et pommes retrouvent des couleurs sur l’année 2015, en raison d’un équilibre offre-demande globalement favorable. La poire connaît de son côté, un début de commercialisation plus mitigée. Ces bonnes tendances suffiront-elles à faire oublier la campagne précédente particulièrement morose ? 

Pommes

Sur la campagne 2014-2015, selon Agreste, l’indice de chiffre d’affaires national avait reculé de 24 % sur un an, à la suite d’une baisse de la production et de cours restés bas tout au long de la campagne. 

À l’inverse en ce début d’automne, les indicateurs de marché font entrevoir une nouvelle campagne  bien plus positive. La production de pommes est annoncée en hausse de 4 à 6 % par rapport à la campagne 2014/2015, mais les prévisions restent toutefois inférieures par rapport à la moyenne quinquennale, de l’ordre de 3 %. Même si la canicule estivale risquait d’avoir un impact négatif sur le rendement en limitant le développement des fruits, il semblerait que les pluies de fin août/début septembre aient permis un retour à des calibres tout à fait satisfaisants. Néanmoins, certaines régions ont pu être durement touchées par les intempéries. Dans le Tarn-et-Garonne, l’orage tempétueux du 31 août a causé d’importantes destructions dans les vergers. 
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Actualités agricoles LRMP
Scoop.it!

Pays Viganais /Aulas : la lutte contre le cynips du châtaignier s’organise

Pays Viganais /Aulas : la lutte contre le cynips du châtaignier s’organise | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Lundi 8 janvier à Aulas, apiculteurs, castanéiculteurs et élus ont répondu présent à l’invitation de la communauté de communes du Pays viganais (CCPV) pour lancer le programme de lutte contre le...

Via veille_crmp
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

46 % des gens ne connaissent aucune variété d’abricots

46 % des gens ne connaissent aucune variété d’abricots | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Quel bénéfice commercial peut être tiré de la mise en place d’étiquettes gustatives pour les abricots? C'est à cette question qu'ont souhaité répondre les chercheurs du projet ANR-Illiad. Leur étude nous a été présentée au colloque de restitution de l’Illiad les 25 et 26 janvier.

En effet, comme l'explique Sandrine Costa, chercheur pour l’Inra :

"Les consommateurs peuvent acheter des variétés différentes d’une semaine à l’autre. Or, il y a une forte hétérogénéité gustative des variétés malgré un aspect similaire. Il est donc difficile de former le consommateur sur les qualités gustatives des abricots. On constate des insatisfactions face à ce qui est perçu comme un manque de maturité des fruits alors qu'il s'agit plutôt de l'hétérogénité des variétés."

Est-il donc pertinent de mettre en place des étiquettes décrivant le caractère gustatif des variétés? Pour le savoir, l'équipe a d'abord étudié les habitudes d'achat et de consommation des consommateurs d'abricots.

Habitudes d'achat et de consommation d'abricots
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Labeliance fait ses preuves en arboriculture

Labeliance fait ses preuves en arboriculture | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Depuis la signature d’une première convention avec la FNPF en 2013, le fond d’investissement Labeliance Invest montre aujourd'hui tout son intéret en arboriculture.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Vigilance sur black-rot et flavescence dorée

Vigilance sur black-rot et flavescence dorée | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Sur raisin, deux ravageurs poursuivent de façon préoccupante leur ascension dans le Sud-Est: la flavescence dorée et le black-rot. Le point a été fait le 21 janvier à l'occasion de la journée raisin de table
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

» Kiwiberry flavor gains favor in two hemispheres

Kiwiberry flavor gains favor in two hemispheres
January 25 , 2016

After a positive 2015 for European growers of kiwiberries, producers in the fruit's country of origin are gearing up for an early harvest this year.

In a release, Freshmax NZ Ltd - the exclusive holder of the New Zealand kiwiberry license granted by developer Plant & Food Research - said customers were eagerly anticipating the delicious ready-to-eat snack's arrival.

"Due to the warm, dry New Zealand summer crop estimates are extremely favourable, producing fruit with high brix levels and an excellent flavour profile," Freshmax export manager Tracey Burns said in a release.

"We should also see an earlier start to the season this year which is beneficial for our key export markets."

The group said the fruit was highly prized in international markets, and Freshmax was consistently investing in grower programs to build a solid supply program in order to meet demand.

The company highlighted the fruit also had a strong shelf life and excellent storage qualities, ensuring they arrive in export markets in peak quality.

Jean Pierre Caruel of French company Sofruileg's marketing and variety licensing department told www.freshfruitportal.com sales of European-grown Nergi-branded kiwiberries doubled in 2015.

For the recent marketing season which ran from September to November, sales hit 1.2 million 125g punnets of kiwiberries, compared to 600,000 punnets for the same period in 2014.

Of this volume, 90% was sold in Europe with the rest going to North America and Asia.

"Consumers are particularly fond of this green, naturally sweet berry that can be enjoyed without having to peel it, the flesh of which often resembles that of the green kiwi," Sofruileg said in a release.

"The NERGI® kiwi berry is often the centre of numerous in-store tasting events and 84% of consumers who discover NERGI® for the first time are captivated by its innovative appeal and the tasting quality of the product.

"The NERGI® kiwi berry is a practical and friendly berry to be enjoyed just like blueberries and raspberries."

The group said the fruit was picked by hand in according to the principles of controlled farming in France, Portugal and Italy.

"Encouraged by growing demand, there is currently a boom in the planting of NERGI® orchards," Sofruileg said.

"Forecasts show an expectation of 20 million consumer sales units within the next five years."

more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

« Pas de froid, pas de fruit » : l’inquiétude des producteurs fruitiers

« Pas de froid, pas de fruit » : l’inquiétude des producteurs fruitiers | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Dans le Languedoc, les producteurs s’inquiètent des conséquences de l’hiver trop doux sur les prochaines récoltes.
Première région française pour la production de pêches et deuxième pour les abricots, la plaine languedocienne et le Roussillon guettent le froid avec anxiété. « Pas de froid, pas de fruit, résume Raphaël Martinez, directeur de la Fédération des fruits et légumes en Languedoc-Roussillon (27 adhérents). Il faut entre 600 et 800 heures (selon les espèces et les variétés) d’une température inférieure à 7 °C pour permettre aux végétaux de fleurir et d’aller jusqu’au fruit. »
Pour l’heure, le compte n’y est pas : environ 300 heures dans les zones les plus chaudes, en plaine, et environ 500 heures plus au nord, par exemple dans la vallée de la Têt, dans les Pyrénées-Orientales. « Heureusement, le froid est enfin arrivé ce mercredi. On espère que ça va se maintenir. La récolte se joue maintenant. Pour l’instant, tout le monde est perdant. »
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

NERGI® le baby-kiwi qui accompagne le dynamisme de la catégorie "baies"

Avec des consommations en croissance constante, les baies sont devenues les stars des rayons Fruits. 
 
Petite baie verte naturellement sucrée qui se consomme sans la peler et dont la chair ressemble souvent à la chair du kiwi vert, NERGI® a réussi en 2015 sa 2ème saison de commercialisation. Plus de 1,2 million d’unités de 125g ont été vendues en Allemagne, en France, en Italie, au Bénélux et au Royaume-Uni. 
 
NERGI® est récolté à la main, fin août/début septembre, dans des vergers conduits selon les principes de l’agriculture raisonnée, en France, au Portugal et en Italie. La commercialisation s’étend de septembre à novembre.
 
Sous l’impulsion d’une demande soutenue, les plantations de vergers NERGI® sont en pleine progression. Les ventes d'ici 5 ans pourraient atteindre 20 millions d’unités.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Conseils spécialisés - - FranceAgriMer

Conseils spécialisés - - FranceAgriMer | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Le Conseil spécialisé fruits et légumes de FranceAgriMer s’est réuni le 2 février dernier sous la présidence de Patrick Trillon. Au menu, conjoncture difficle pour les légumes d'hiver en raison des températures élevées, étude sur la notion de proximité dans la filière fruits et légumes frais, avancement des plans d'actions startégiques et révision de la stratégie nationale des programmes opérationnels en 2016...
Conjoncture : cours globalement bas pour les fruits et légumes d’hiver
 

Pomme : regain d’activité après les fêtes
Après les fêtes, le secteur de la pomme a connu un regain d’activité en janvier : une demande plus présente sur le marché intérieur et une concurrence moins forte des autres fruits de saison. Cependant, la demande est prudente. Le grand export reste un débouché porteur, en particulier pour les variétés Club et Gala. Les cours sont globalement stables, proches de ceux de la campagne précédente, mais en dessous de la moyenne quinquennale.

Kiwi : offre supérieure à la demande
L’offre française est importante, supérieure à la demande avec une forte concurrence européenne et une pénurie de gros calibres. La météo ne favorise pas la consommation et le commerce est peu actif en début de campagne. Des actions de mise en avant en janvier ont permis de redynamiser un peu le marché mais les cours sont inférieurs à la moyenne quinquennale.

more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from HORTICULTURE BOTANIQUE
Scoop.it!

Pommes, pommiers et leurs bioagresseurs (Dosser de liens, B Peiffer) - ForumPhyto

Pommes, pommiers et leurs bioagresseurs (Dosser de liens, B Peiffer) - ForumPhyto | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Via agrodoc_ouest
more...
agrodoc_ouest's curator insight, February 5, 3:22 AM

Crédit photo : Pommier en fleurs à Guerting

CC BY Kapipelmo (Pseudonyme)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Guerting_pommier_fleurs.JPG

Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Cash Investigation : les réactions se multiplient

Cash Investigation : les réactions se multiplient | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Mardi soir dernier, France 2 diffusait son magazine Cash Investigation, présenté par Elise Lucet, intitulé "Produits chimiques : nos enfants en danger". Le replay de cette émission est disponible durant un mois. De nombreuses réactions ont eu lieu suite à cette diffusion, aussi bien des associations, des syndicats agricoles que de firmes phyto.
 
 
Pour le collectif Sauvons les fruits et légumes de France, ce "nouveau documentaire, totalement à charge, oublie les vrais enjeux et sombre encore une fois dans une véritable caricature populiste." Le collectif tient à rappeler que les produits phytosanitaires "ne sont pas utilisés par plaisir par les producteurs mais sont là pour protéger les plantes et leurs fruits contre les maladies et ravageurs, qui représentent un risque bien réel. […] Les produits phytosanitaires protègent également les consommateurs contre des risques sanitaires – mycotoxines, bactéries, etc. – particulièrement dangereux et à l'origine de cas de mortalités. Enfin, les produits phytosanitaires sont dangereux: oui, comme les médicaments, ce qui nous empêche pas d'en prendre sous le contrôle de médecins et de pharmaciens. De gros progrès ont été faits dans l'élaboration et l'application de ces produits: élimination des molécules les plus dangereuses, produits ciblant mieux les maladies, formation des producteurs, etc." et de préciser que "toutes les cultures, y compris bio, ont besoin de protection phytosanitaire. Il n'existe actuellement pas de production «sans pesticides», sauf dans l'imaginaire de ces journalistes".
 
 
L’UIPP dénonce également un procès à charge de l’industrie des produits phytopharmaceutiques. Pour Forum Phyto, le magazine Cash Investigation est "en service commandé et ment par omission" en oubliant de mentionner l’utilité des pesticides, les démarches de progrès passées ou en cours, ou sur les produits eux-mêmes, l’amélioration du matériel de pulvérisation, etc.

La Fnab sollicite S. Le Foll et les nouvelles régions

De son côté, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab), soutenue par Greenpeace, demande "au plus vite une réunion avec le ministre de l’Agriculture et l’ensemble des nouveaux vice-présidents des régions en charge de l’agriculture pour garantir le soutien financier aux très nombreux agriculteurs qui souhaitent se convertir à la bio. Des moyens doivent également être mis en oeuvre pour garantir l’accompagnement technique de ces producteurs et pour favoriser le développement de solutions alternatives aux pesticides de synthèse, avec un plan Écophyto 2 enfin efficace". Sur sa page Facebook, l’association Générations Futures appelle à soutenir sa cause, suite à la diffusion de l’émission.
 
 
Au sujet de l’atrazine (substance active d’un herbicide produit par différentes firmes, utilisé dans plus de 60 pays, interdit en France depuis 2001), Syngenta confirme que "depuis cette interdiction aucun produit à base d’atrazine n’est vendu en France sous une de ses marques. Par conséquent, les détections actuelles ne peuvent pas être liées au commerce légal de ces produits sur notre territoire". La firme ajoute que l’émission Cash Investigation a proposé "une lecture simplifiée des thèmes importants relatifs à la sécurité sanitaire et environnementale de l’atrazine", avant d’expliquer qu’ "il faudrait qu’un homme adulte de 70 kilos boive plus de 3 500 litres d’eau contenant de l’atrazine par jour pour être exposé à un risque pour sa santé, soit l’équivalent de 19 baignoires par jour".

Sur son interpellation par Elise Lucet, Denis Tardit, président de Syngenta France déplore:

"Il est fort regrettable d’avoir réduit un exercice d’échange démocratique à une opération d’influence sans vergogne."

 

Les syndicats agricoles réagissent aussi

Les syndicats ont aussi réagi. La Confédération paysanne a souligné que "l’émission Cash Investigation a une nouvelle fois donné à voir le cynisme avec lequel les firmes agro-chimiques dissimulent la dangerosité de leurs produits, et comment nos élus restent extrêmement sensibles à leur lobbying. Cette mise en lumière est salutaire et doit contribuer à combattre l'emprise croissante des multinationales sur nos sociétés". La Coordination rurale pour sa part "s'attriste de voir une nouvelle fois la viticulture, et l'agriculture en général, attaquées dans un «documentaire» uniquement à charge et qui ne prend pas le temps d'aller au bout des choses en reconnaissant les nombreuses démarches menées depuis des années". De son côté, la FNSEA mobilisée cette semaine sur les manifestations des éleveurs, n’a pas envoyé de réaction en particulier.
 
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Actualités agricoles LRMP
Scoop.it!

La cerise française pourrait disparaître

La cerise française pourrait disparaître | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Un traitement contre la drosophile suzukii, un moucheron venu d'Asie qui s'attaque aux cerises, est en passe d'être interdit en France. Un excès de zèle que dénonce le président de la FNSEA, Xavier Beulin.

Via veille_crmp
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

» Compagnie Fruitière forms Hungarian company

A French company focused on importing West African fruit has made a new step towards strengthening its presence in Central and Eastern Europe.

In a release, Compagnie Fruitière said it had formed Compagnie Fruitière Hungary this month

"Compagnie Fruitière already markets its products in most Eastern and Central European countries through local partners, and will be even closer to its customers in the large-scale distribution industry and wholesale networks in Hungary with this new ripening centre," the group said.

"The site, ideally located near Budapest in an industrial estate close to major roads. It is equipped with the latest ripening technology, with 12 two-tier ripening rooms, each holding 24 pallets and providing a ripening capacity of 20,000 boxes a week.

"It is IFS-certified (International Food Standard) , and run by a team of experienced professionals."
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le bois reconnu apte au contact alimentaire

C’est désormais avéré suite à la puissante étude scientifique commanditée par Emabois, 1er Consortium européen sur l’emballage bois : déjà anticipée, l’innocuité hygiénique de la surface en bois brut au contact alimentaire est confirmée...
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Pour sourire, mais sérieusement : 40 variétés de fruits pour un seul arbre - ForumPhyto

Pour sourire, mais sérieusement : 40 variétés de fruits pour un seul arbre - ForumPhyto | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Un lecteur arboriculteur nous signale cette nouvelle insolite : « Cet artiste a créé un arbre extraordinaire sur lequel poussent 40 variétés de fruits ». En 5 ans, Sam van Aken, artiste et professeur à l’université de Syracuse à New York, a fait pousser pas moins de 16 arbres à 40 fruits », plantés dans différents endroits aux USA.

« C’est à partir de la période de floraison, au printemps, que l’on se rend compte des multiples couleurs qui ressortent de l’arbre. Un spectacle sublime. »

Une façon de mettre en avant la diversité des fruits et la créativité des hommes.

L’article contient de belles images et une vidéo explicative (in English, mais en partie compréhensible aux non anglophones du fait des images)

more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le ramassage des pommes à cidre fait salon en Mayenne, Actualités générales - Pleinchamp

Plus qu'un succès, une référence. La journée de démonstration de ramassage de pommes à cidre qui s'est tenue le 20 novembre dernier au Genest-St-Isle (53) (verger de Stéphane Riaud) témoigne du dynamisme et du professionnalisme d'une filière qui se projette dans l'avenir.

Même au terme d'une journée passée sous une pluie continue, Denis Rouland et Stéphane Gouhier affichaient la mine réjouie du travail bien fait. Le président et le responsable de la commission technique de l'APPCM (Association pour la Promotion de la Production Cidricole du Maine), avec pour thématique technique le ramassage et le secouage mécanisé de la pomme à cidre, ont drainé plus de 200 producteurs venus de tous les bassins de production. Et si le soleil n'était pas de la partie, et bien tant mieux. Les conditions humides ont permis de jauger les machines dans des conditions quasi extrêmes.
A chaque chantier sa machine
Depuis plusieurs années, les rendez-vous sous le verger de l'APPCM-Les Cidres de Loire suivent le cycle de la pomme. “Avec le secouage et le ramassage pour cette édition 2015, nous bouclons quasiment l'itinéraire technique de la pomme, se plaît à rappeler Stéphane Gouhier, par ailleurs producteur à Ballots sur une vingtaine d'hectares. Notre objectif était de montrer tous les types de machines, leurs atouts mais aussi leurs faiblesses, pour que chacun puisse se faire sa propre opinion”. Et tous les goûts étaient sous le verger mayennais en ce 20 novembre : de la grosse automotrice à la petite autoportée en passant par la traînée.
Si l'offre peut sembler pléthorique, c'est que les attentes diffèrent sensiblement d'une situation à l'autre. Chacun cherche bien sûr le meilleur compromis entre la qualité de travail et le débit de chantier mais de nombreux autres facteurs sont à considérer. Du nombre de passage de ramassage, de la hauteur des troncs, de la longueur des rangs, de la portance et la déclivité du sol, de la disponibilité en main-d'oeuvre et en tracteur, de l'éloignement des parcelles, de la volonté de travailler seul, en CUMA ou via l'entreprise doit dépendre tout investissement raisonné.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

MDD : condamnées à l’innovation !

Mais que va-t-il rester aux marques des fournisseurs ? Malmenées par la guerre des prix entre enseignes et l’affaiblissement de leur positionnement prix, les MDD se voient condamnées à jouer la différenciation par l’innovation et le positionnement premium.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le flou persiste pour les cépages à double fin

Le flou persiste pour les cépages à double fin | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Finis les droits de plantation, place aux autorisations depuis le 1er janvier 2016. Pour autant, la filière raisin de table attend toujours des réponses concrètes du ministère pour les quelques cépages impactés: les double fin, utilisés en table et en cuve. 
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Davantage d'achat de fruits et légumes importés à cause de la faiblesse de la production locale - martinique 1ère

Davantage d'achat de fruits et légumes importés à cause de la faiblesse de la production locale - martinique 1ère | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Plus qu'une impression, une réalité ! Les fruits et légumes venus de l'étranger se vendent presque autant que les produits locaux en Martinique. Une situation qui interpelle les agriculteurs.
more...
No comment yet.