Arboriculture: qu...
Follow
Find
5.2K views | +0 today
 
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
onto Arboriculture: quoi de neuf?
Scoop.it!

Pêche » Le pêcher s’achète des conduites - Réussir Fruits & Légumes

Pêche » Le pêcher s’achète des conduites - Réussir Fruits & Légumes | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Réussir Fruits & Légumes - Pêche » Le pêcher s’achète des conduites : De nouvelles formes novatrices s’offrent au verger de pêchers de demain.

 

Source : http://www.reussirfl.com/actualites/-peche-le-pecher-s-achete-des-conduites&fldSearch=:UA9VB161.html

more...
No comment yet.

From around the web

Arboriculture: quoi de neuf?
Les nouvelles concernant l'arboriculture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La Gefel monte au créneau et boycotte l’interprofession

Dans un communiqué du 14 avril, la Gefel annonce que l’amendement 730 modifiant l’article 441-2-2 du code du commerce est une intervention de l’interprofession préjudiciable aux organisations de producteurs françaises. Elle demande la démission de Bruno Dupont et le boycott des travaux d’Interfel. Interfel a réagit dans un communiqué le 15 avril.
La Gefel reprend l’historique des relations commerciales : interdiction des RRR en 2010 avec la LMA… et reconstitution des marges arrière de la part de certains distributeurs. Créno et Vivalya sont particulièrement accusés. « Prompts à utiliser les failles de la réglementation pour reconstituer des marges arrières sans pour autant apporter aux fournisseurs tous les services promis par l’habillage contractuel. Suivant l’exemple de la société Refaly, les réseaux de grossistes à service complet nouvellement réorganisés et leurs adhérents se sont engouffrés dans la brèche sans modération. L’indignation des fournisseurs de Créno et de Vivalya ne s’est pas fait attendre ».
Fin février, la Gefel et Felcoop adressent un courrier conjoint à l’UNCGFL pour faire part de l’inquiétude de ses adhérents vis-à-vis de l’empilement de ces nouveaux contrats. Sans réponse, malgré une rencontre rapide à l’occasion du salon international de l’agriculture. Soucieuse de ne pas voir ces pratiques contractuelles se généraliser à l’ensemble des distributeurs, la GEFeL a décidé de sensibiliser les parlementaires avec la volonté de préserver les règles de bons sens introduites par la LMA. Conscient des enjeux, le Président du groupe fruits et légumes au Sénat, Pierre Camani, a déposé un amendement avec le soutien du groupe socialiste et du gouvernement qui a estimé le dispositif utile « afin de mettre un terme aux stratégies de contournement que l’on observe encore » jugeant « que la pratique dans le secteur légitime une telle démarche ». Le gouvernement n’a pas souhaité restreindre totalement la possibilité de rémunérer contractuellement les services de coopération commerciale en offrant la possibilité à l’interprofession de signer des accords pour encadrer ces pratiques.
La GEFeL ne peut pas accepter que dans ces conditions, le Président de l’interprofession ait, en dehors de tout mandat et au mépris de son devoir de réserve le plus élémentaire, par son intervention directe auprès de Mr Henri Tandonnet, conduit le législateur à rejeter cet amendement au cours de l’examen de la loi Macron au Sénat. La GEFeL demande donc la démission immédiate du Président d’Interfel et suspend sa participation aux travaux des commissions de l’interprofession jusqu’à nouvel ordre.
Le 15 avril, Interfel a publié un communiqué : « Tous les présidents de l’Interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) se sont réunis afin d’échanger sur la proposition qui avait été introduite par le législateur au Sénat, quant au recours à un accord interprofessionnel relatif à la rémunération des services entre opérateurs, dans le cadre de la loi croissance, activité et égalité des chances.
Les présidents ont pris acte de la proposition du législateur, au travers de l’amendement 730, en soulignant l’importance de ce sujet, tant pour le collège amont que pour le collège aval et ont donc décidé de prendre en charge cette problématique.
Les familles de l’Interprofession ont décidé de réunir rapidement le groupe de travail en charge des questions de relations commerciales qui proposera un projet d’accord qui sera examiné le 28 avril prochain lors de la Conférence des organisations professionnelles nationales (COPN). »
Tags: boycott, Creno, GeFel, interfel, interprofession, LMA, UNCGFL, Vivalya
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les nouvelles dérogations en bio

Les nouvelles dérogations en bio | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Un point sur les produits phytopharmaceutiques ayant obtenu une dérogation en 2015 et autorisés en agricuture biologique.
Source: Bio47, chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne

Curatio (bouillie sulfocalcique), dérogation signée le 6 mars

Usages:
pommier intégrant le poirier par le nouveau catalogue au 1er avril 2014 *Trt Part. Aer.*Tavelure(s);
cerisier *Trt Part. Aer.*Coryneum/ polystigma, *Trt Part. Aer.*Monilioses
Pêcher intégrant l'abricotier par le nouveau catalogue au 1er avril 2014 *Trt Part.Aer.*Cloque(s), *Trt Part. Aer.*Monilioses, *Trt Part. Aer.*Oïdium(s)
Prunier *Trt Part.Aer.*Coryneum/ polystigma, *Trt Part. Aer.*Monilioses
Nombre d’applications et doses d'utilisation:
► Pommier et poirier :
- avant floraison: 1 traitement à 24 l de PC /ha
- après floraison: 10 traitements à 18 L de PC /ha
► Pêcher, abricotier, prunier et cerisier

- avant floraison: 1 traitement à 39 l de PC /ha
- après floraison: 4 traitements à 24 l de PC /ha
Délai d’emploi avant la récolte: 30 jours

Précautions et conditions particulières d’utilisation: ne pas réaliser de traitement au delà d’une température de 30°C, porter les EPI (voir étiquette).

Date d'expiration de l'AMM : 6 juillet 2015

Neemazal TS (azadiractin) - signée le 11 mars

Usage : Pommier*Trt Part.Aer.*Pucerons
 
Nombre d’applications:
- 1 application pré-florale
- 1 application post-florale
Pas de traitement pendant la floraison

Dose d’utilisation: 2 litre/ha de PC par hectare

Délai d’emploi avant la récolte: 42 jours

Date d'expiration de l'AMM: 11 juillet 2015
 

Success 4 (spinosad) - signée le 13 mars

Usage: Pommier*Trt Part.Aer.* Coleoptères phytophages, uniquement sur anthonome du pommier
Nombre d’applications :

- 1 application pré florale du stade B au stade D
- 2 applications max tous usages
Dose d’utilisation : 0,2 litre/ha de PC par hectare

Conditions d'emploi: voir étiquette

Délai d’emploi avant la récolte: 7 jours

Date d'expiration de l'AMM: 13 juillet 2015
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La stratégie RSE gagne les secteurs F&L et viticole

La stratégie RSE gagne les secteurs F&L et viticole | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Le 19 mars dernier, 7 PME des secteurs F&L et viticoles recevaient leur attestation d’évaluation AFAQ 26000 des mains de l’Afnor à Marseille. Au cœur de cette certification: la responsabilité sociétale des entreprises, communément nommée stratégie RSE.

ProNatura, grossiste de fruit et légumes bio basé à Cavaillon, a ainsi réagit sur les bénéfices de la démarche:

"Nous avons (re)pris conscience que les producteurs, les clients et les collaborateurs sont des maillons indissociables. C’est la prise en compte de l’ensemble de leurs attentes qui au final est bénéfique pour le consommateur et pour la pérennité de l’entreprise."

Une action collective Terralia/Afnor

En effet, ce concept de RSE, qui date de la fin des années 1990, reflète la contribution des entreprises au développement durable. Des obligations ont déjà été inscrites dans la loi de Grenelle II en 2012. Actuellement, les entreprises de plus de 500 salariés et 100 M€ de chiffre d’affaires sont concernées. Mais le sujet est revenu sur le devant de la sène avec les débats sur la loi Macron. 

Les initiateurs de cette opération RSE en région Paca n’ont toutefois pas attendu ces débat. En effet, l’accompagnement des entreprises a débuté en 2013:

"Dans le cadre de sa stratégie pour favoriser le développement de filières agricoles et agroalimentaires compétitives et durables, le pôle de compétitivité et PRIDES Terralia a déployé une action collective en partenariat avec le groupe Afnor et le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur."

2 entreprises F&L sur 7

L’objectif était double: soutenir des PME des filières viticole et fruits et légumes qui souhaitaient intégrer des pratiques de développement durable dans le management de leurs activités. Elles ont ainsi bénéficié d’un soutien efficace pour construire leurs démarches, suivant les lignes directrices de la norme ISO 26000.

Outre Pronatura, le Mas Saint-Paul, une OP des Bouches-du-Rhône, était aussi de la partie côté fruits et légumes:  

"De nombreuses actions sont engagées et apportent des résultats: 7000 m2  de panneaux photovoltaïques permettant la revente d’électricité, l’optimisation de la gestion des déchets, la valorisation des fruits écartés de la vente traditionnelle. Sur le plan social, l’optimisation des formations, l’amélioration des conditions de travail (aires de pause, ergonomie des postes, etc.), le projet de pérennisation d’emplois saisonniers par la possibilité de création d’une entreprise de travail en temps partagé..."

À noter que le secteur viticole était toutefois davantage représenté avec les caves coopératives Balma Venitia, Vignerons de Caractère et Vignerons du Mont Ventoux ainsi que les unions de coopératives Estandon Vignerons et Marrenon.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Face à la fastidiosa "tueuse" d'oliviers, la France fait cavalier seul en Europe, Actualités générales - Pleinchamp

La France qui vient d'identifier la présence de la bactérie Xylella fastidiosa "tueuse d'oliviers", est à ce jour le seul Etat européen à avoir pris des mesures unilatérales de protection, parfois mal ressenties par ses voisins.

C'est la première fois que la bactérie est détectée sur le sol européen en dehors de l'Italie, où elle a été repérée en 2013 et attaque depuis les oliviers des Pouilles, dans le sud du pays. Même s'il n'y a pas eu contagion entre voisins dans ce cas précis, le ministère de l'Agriculture a annoncé mercredi soir avoir identifié la bactérie dans un plant de caféier "en provenance d'Amérique centrale" chez un revendeur de Rungis, le premier marché de gros européen, près de Paris.

Un itinéraire très semblable à celui qui a conduit fastidiosa dans la botte italienne, via un plant de caféier ornemental arrivé du Costa Rica dans le port de Rotterdam, selon les travaux de l'Institut agronomique méditerranéen, à Bari. Avant même cette découverte, dont on ignore encore la date, Paris a interdit le 2 avril l'introduction d'une centaine de végétaux en provenance "des zones délimitées au sein de l'Union européenne où Xylella fastidiosa est présent". Mesure qui vise directement le foyer épidémique des Pouilles, l'une des premières régions productrices d'huile d'olive au monde, riche en vignes et en fruits.  

Sans attendre Bruxelles

 

"Puisqu'aucun plan n'a encore été proposé au niveau européen, nous avons décidé de ne pas attendre et de prendre nos propres mesures nationales", se défend le ministère français de l'Agriculture. Bruxelles qui estime qu'"il n'y a pas pour l'instant de danger immédiat pour les pays limitrophes" prépare cependant des mesures communautaires d'urgence d'ici la fin du mois. Selon un porte-parole de la Commission chargée du dossier, "certaines restrictions à l'égard des plantes vivantes qui viennent de la région" des Pouilles pourraient être prises. "Une fois qu'elles seront adoptées, la France devra s'y conformer" prévient-il. Mais Thierry Candresse, Directeur de l'Unité Biologie du Fruit et Pathologie  de l'Inra à Bordeaux, l'Institut national de recherche agronomique (Inra), défend "la position logique de la France".

"La souche de Xylella présente en Italie provoque des symptômes et des dégâts très graves. Les oliviers français et d'autres espèces seraient sous le coup d'une menace grave si elle arrivait en France" juge-t-il. D'autant que certaines plantes hôtes de la bactérie peuvent être asymptomatiques, ce qui accroît le risque d'infection. "A minima il faudrait interdire l'importation des 300 espèces hôtes connues. Et encore cette mesure ne serait que partielle puisqu'elle ne prendrait pas en compte les espèces hôtes encore inconnues" conclut l'expert. En Italie, directement visée, le ministre italien de l'Agriculture Maurizio Martina s'est ému de l'attitude française la qualifiant de "totalement inopportune". Le problème doit être traité par "l'Europe toute entière et de manière coordonnée" estime-t-il.  

Boycott français en Italie? 

En pleine campagne pour les élections régionales le 31 mai, un candidat de la droite proche de Forza Italia (le mouvement de Silvio Berlusconi), Francesco Schittulli, appelle même sur Facebook au boycott des produits français, "parfums, fromages, sacs ou vêtements ni rien produit en France" jugeant que cette "mesure unilatérale" contrevient à la "libre circulation des marchandises en Europe". Pourtant d'autres riverains de la Méditerranée, la terre d'élection de l'olivier depuis l'Antiquité, ont exprimé leur inquiétude même s'il attendent encore une réaction communautaire.

Fin mars à Bruxelles, le Portugal avait aussi réclamé "des restrictions (...) à la circulation des plantes destinées à la culture, notamment des agrumes et de la vigne, ainsi celles qui viennent des régions italiennes affectées". L'Espagne aussi participe activement aux débats à Bruxelles: "Nous espérons qu'avant la fin du mois, l'Union européenne disposera d'une nouvelle législation, plus stricte, que nous appliquerons sans tarder" indique-t-on au ministère de l'Agriculture à Madrid. Les autorités préparent d'ailleurs un "plan d'action", qui devra être approuvé par les régions, "essentiellement ciblé sur un programme de vigilance pour une détection précoce de la présence de la bactérie", a-t-on précisé. La Grèce n'envisage aucune restriction commerciale de son propre chef, indiquent les autorités. Mais elles conseillent cependant la vigilance et prévoient d'effectuer "des prélèvements en juin" sur les oliviers pour les tester.

Source : AFP
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from EntomoNews
Scoop.it!

La bactérie «tueuse d'oliviers» est arrivée en France

La bactérie «tueuse d'oliviers» est arrivée en France | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Ce que craignait le ministère de l'Agriculture est arrivé : la bactérie "tueuse d'oliviers" Xyllela fastidiosa, qui attaque les arbres du sud de l'Italie, a été identifiée pour la première fois en France dans un plant de caféier intercepté au marché de Rungis. Les autorités sont très inquiètes.

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

« Notre marque de fabrique, c’est le BtoB ! »

« Notre marque de fabrique, c’est le BtoB ! » | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Dans 8 jours exactement, le Salon MedFEL, organisé par Sud de France Développement et la Région Languedoc-Roussillon, ouvrira ses portes à Perpignan. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, devrait inaugurer ce Salon international d'affaires de la filière fruits et légumes de l'EuroMéditerranée.
Début avril, 250 exposants avaient déjà confirmé leur présence mais les inscriptions étant toujours ouvertes, les organisateurs misent sur un nombre final de 300 exposants et espèrent la venue de 6000 visiteurs, qui seront sûrement nombreux à attendre les prévisions de récolte européenne de pêches, nectarines et abricots !

Même les Russes seront présents

5000 rendez-vous BtoB entre les opérateurs de fruits et légumes et une centaine d’acheteurs recrutés par Sud de France Développement sont déjà prévus. Comme l’explique Corinne Giacometti, présidente de Sud de France Développement, conseillère régionale déléguée au Tourisme :

Le rendez-vous BtoB, c’est la marque de fabrique du MedFEL, le savoir-faire du Sud de France Développement ! Cette sélection d’acheteurs permet aux entreprises régionales de passer des contrats importants comme l’an dernier où l’une d’elles a passé un contrat avec un acheteur de Singapour.

Ces acheteurs viennent du monde entier : aussi bien d’Europe avec notamment la présence de l’acheteur danois de Total Produce, premier fournisseur européen de produits frais implanté partout dans le monde, mais aussi de marchés plus lointains : Afrique, Moyen-Orient, Vietnam, Inde ou encore Pérou avec le représentant de la plus grande chaîne de supermarchés péruviens Supermercados Peruanos.
Malgré l’embargo russe, Sud de France Développement fait également venir deux acheteurs russes afin de ne pas couper tous contacts commerciaux avec la Russie et deux acheteurs biélorusses, porte vers le marché russe.

Le Salon s’ouvre à l’amont

La principale nouveauté en 2015 est l’ouverture de MedFEL Tech. L’événement élargit son offre aux professionnels du conditionnement à l’emballage en passant par les semenciers, les obtenteurs et la chaîne du froid, proposant pour la première fois une offre exhaustive et internationale. Selon Corinne Giacometti :

Nous étions sur l’aval, nous intégrons désormais l’amont. MedFEL Tech doit être un nouvel outil pour les entreprises de la filière fruits et légumes afin de stimuler leur productivité. Il doit répondre à leur besoin d’innovation qui tient une place essentielle dans la compétitivité de la filière, notamment pour maintenir une position forte sur les marchés d’exportation et répondre à l’évolution des attentes des consommateurs.

Pour ce nouvel événement qui devrait rassembler quelque 60 exposants, Sud de France Développement a recruté une vingtaine d’acheteurs spécifiques qui viendront essentiellement d’Afrique du Nord et de l’Ouest mais aussi d’Espagne et d’Italie. Ce sont des clients directs des agriculteurs de ces pays à la recherche de solutions technologiques dans les domaines variés (banque, informatique, semences, engrais, etc.).
 

La pomme : first lady du MedFEL

Pour cette 7e édition, les organisateurs ont choisi de mettre la pomme à l’honneur. Les principaux acteurs et metteurs en marché de la filière (Pink Lady Europe, Blue Whale, Cardell Export, etc) débarqueront en force.
Le mercredi 22 avril, une première conférence s’intéressera à l’embargo russe qui a eu pour conséquence de conduire les opérateurs à réorganiser leurs circuits de commercialisation et à chercher de nouveaux débouchés. Une seconde conférence fera la lumière sur les obstacles à lever pour conquérir de nouveaux marchés en pomme.
Retrouvez ici l’ensemble de la programmation du MedFEL.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Lutte contre l’introduction de la bactérie Xylella fastidiosa

La bactérie Xylella fastidiosa qui est transmise et dispersée par des insectes s’attaque à différentes espèces végétales (vigne, agrumes, prunus, café, avocat, luzerne, laurier rose, chêne, érable, etc). Elle conduit à des dépérissements massifs de certaines espèces d’intérêt économique (agrumes, vigne, oliviers). Il n’existe pas de méthode de lutte directe contre la bactérie. Une fois contaminés, seul l’arrachage total des végétaux permet d’éradiquer la maladie.

Le pathogène est présent dans plusieurs pays-tiers, notamment le continent américain et a été importé dans le Sud de l’Italie (plusieurs foyers signalés dans la région des Pouilles). Actuellement, aucun foyer n’a été détecté en France. Un arrêté a été signé le 03/04/2015 afin d’interdire l’importation en France de végétaux sensibles à Xyllela fastidiosa et provenant de zones touchées par la bactérie Cette interdiction concerne les échanges intra-européens depuis la région des Pouilles et les importations issues des zones infectées des pays tiers concernés. Elle sera assortie du renforcement du plan de contrôle et de surveillance sur l’ensemble du territoire national.
Source : Infofruit
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La FNPF commencera sa tournée à Sisteron

La FNPF commencera sa tournée à Sisteron | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Lundi prochain, le 13 avril, la FNPF débutera sa tournée syndicale à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence). Son président, Luc Barbier, accompagné d’Emmanuel Demange son directeur et de Stéphanie Prat sa juriste en droit social, se rendront à la rencontre des producteurs de fruits des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes, comme acté dans le Rapport d’orientation 2015.
 
De 14h30 à 16h00, ils visiteront et échangeront sur l’exploitation de la famille Meysonniers à Ribiers (05)

De 16h30 à 18h30, ils participeront à une réunion d’échange autour des problématiques fruitières départementales, nationales et communautaires. Cette réunion se déroulera en trois temps:
• présentation statutaire de la FNPF;
• actualité syndicale fruitière et actions de la FNPF, notamment sur le dossier social;
• échange avec la salle, notamment sur les problématiques locales.
 
Cette réunion aura lieu à la Maison des entreprises à Sisteron (salle rez-de-chaussée).

L’ensemble des producteurs de fruits des départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes, ainsi que des départements voisins, sont invités à y participer.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

L’emballage de demain en question

L’emballage de demain en question | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Terralia et Valorial, les pôles de compétitivité agroalimentaires du Sud-Est et du Grand-Ouest, organisaient ce mercredi 8 avril une commission fruits & légumes sur le thème:

"4e gamme: approches et innovations via les emballages"
Eloignés géographiquement mais proches dans leurs enjeux, c’est via trois points de visio-conférence que ce sont réunis les 19 industriels et experts de l’IAA participants: sur les sites de Végénov à Saint-Pol-de-Léon (29), Alimentec à Bourg-en-Bresse (01) et l'Inra d'Avignon (84).

Réduire le gaspillage agroalimentaire

Alexandre Maillet, chargé de mission Rhône Alpes pour Terralia:

"Nous organisons ces commissions avec Valorial depuis quatre ans. Toutefois c’est la première thématique «emballage». En effet, les F&L de 4e gamme  connaîssent toujours un fort développement et offrent d'importantes perspectives de croissance. Aujourd’hui, les IAA ont un rôle majeur à jouer dans l’innovation liée aux emballages."

Véritable laboratoire d’idées, la commission d’hier s’inscrit dans le sillage de l’étude commanditée par le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, en 2011, à l’institut CTCPA (Centre technique de la conservation des produits agricoles):

"Innovations technologiques et leviers de réduction du gaspillage dans le secteur agroalimentaire".
À cette occasion, 26 solutions d’emballage innovant avaient été soumises à l’avis des consommateurs via des focus groupes représentatifs de la société française.

Des projets collaboratifs en lien avec le FUI

Les perspectives de développement sur dix ans ont ensuite été étudiées en moulinant aux avis des consommateurs, les données réglementaires, les niveaux de maturité technologiques, les impacts environnementaux, économiques etc.

D'après le rapport, sept typologies d’emballage se démarquent:

"Les technologies monocouche recyclables, les emballages biosourcés, les emballages respirants par technologie de perforation, les techniques de haute pression, de décontamination chimique de surface et les techniques d'anti-migration dans les aliments."

Rendez-vous l’année prochaine pour voir sur quelles technologies les industriels auront choisi de miser pour leurs projets collaboratifs du FUI (Fonds unique interministériel).

Car n’oublions pas l’objectif premier de ces commissions organisées par Terralia et Valorial: rapprocher les entreprises ayant des intérêts communs pour collaborer sur des projets innovants, ici les emballages. Seuls les meilleurs projets seront retenus et bénéficieront d’une aide du FUI.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le jus d'orange 10h12, s’il vous plait !

Dans l’Intermarché d’Issy-les-Moulineaux, celui de Thierry Cotillard, une nouvelle animation fait le buzz, celle d’un jus pressé à la minute. L’heure de pressage sert tout simplement de marque.

Voici le jus d’orange le plus frais du marché. Il est proposé dans un Intermarché, celui d’Issy-les-Moulineaux, du 7 au 9 avril 2015. L’animation est proposée par l’agence Marcel et s’intitule #LeJusLePlusFrais. Le jus est pressé sur place et indique, en guise de marque, l’heure de pressage.

 

Ce jus d’orange est proposé à 1,5 euro les 500 ml et il fait le buzz sur Twitter. Voici quelques exemples :

 

 

 
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le fruit chouchou des Français, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Le fruit chouchou des Français
La pomme garde sa place de fruit favori des consommateurs français. La diversité des variétés est de plus en plus connue bien que les pommes leaders restent inchangées.

La pomme reste le premier fruit consommé par les Français et son image favorable ne se ternit pas, selon le dernier baromètre sur l'image et les usages de la pomme publié par le Ctifl. La médiatisation récurrente de l'utilisation des pesticides en arboriculture n'altère donc pas la bonne opinion des Français sur le produit. Elle est pour 96 % des interviewés (2 022 personnes en 2014) un bon fruit et un fruit sain. D'ailleurs, 98,3 % des interviewés lui reconnaissent la qualité d'être bonne pour la santé et ce chiffre est en légère mais constante augmentation depuis 1990. Sa praticité arrive comme deuxième atout pour 95 % des personnes interviewées. La pomme en consommation « nomade » semble presque une évidence comparativement aux fruits d'été. Toutefois, 61 % lui confère une certaine banalité et 36 % affirme s'en lasser.

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Maude Le Corre
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Happy culteurs !, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Communiquer : voilà le mot d'ordre de la réunion proposée par les apiculteurs professionnels du Languedoc-Roussillon et qui a réunit apiculteurs-pollinisateurs et arboriculteurs.

En arboriculture, la pollinisation est une étape capitale pour beaucoup de variétés. De plus en plus d'arboriculteurs font appel aux services d'apiculteurs pour assurer ce service. Afin de favoriser la rencontre entre ces professionnels, l'Association de développement de l'apiculture professionnelle (Adapro) en Languedoc-Roussillon a organisé mi-mars une matinée à la Serfel. Une trentaine de personnes, principalement des apiculteurs, ont fait le déplacement pour partager leur expérience sur l'introduction de ruches pour favoriser la pollinisation des vergers. Les floraisons précoces des arbres fruitiers peuvent être une opportunité pour les apiculteurs afin de développer le potentiel de colonies tôt en saison et un apport de trésorerie alors que leur stock de miel est épuisé. « Plus tard dans la saison, les demandes de pollinisation peuvent entrer en concurrence avec d'autres floraisons sauvages, comme celle du châtaignier, dont la miellée est plus valorisable que celle des fleurs d'espèces fruitières ou maraîchères », explique Cyrielle Rault, animatrice pour l'Adapro.

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Maude Le Corre
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La recherche arbo bio s'active, Fruits et Légumes - Pleinchamp

La recherche arbo bio s'active
La recherche en arboriculture biologique a prouvé sa dynamique avec la quinzaine de sujets balayés au cours de la journée technique Ctifl/Itab regroupant chercheurs, techniciens et producteurs.

Plus d'une centaine de chercheurs, techniciens, producteurs et autres acteurs de la filière de toute la France se sont retrouvés mi-mars lors de la rencontre technique arboriculture biologique sur le centre de Balandran (30). Certains ont fait le déplacement depuis la Meuse pour assister à cette rencontre organisée par l'Institut technique en agriculture biologique (Itab) et le Ctifl. Quinze orateurs se sont succédé à la tribune pour présenter les derniers résultats de la recherche française et même suisse en arboriculture biologique. Trois thématiques ont été développées : sol et pratiques culturales, protection contre les bio-agresseurs et référence technico-économique de systèmes de production. Composts, fumiers, mulch et engrais verts sont largement utilisés en agriculture biologique.

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Maude Le Corre
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Jaunes ou blanches, personne ne leur résiste !

Jaunes ou blanches, personne ne leur résiste ! | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
L'AOP pêches et nectarines de France lance sa campagne de communication pour la saison 2015. Le jeu en vaut la chandelle pour ces fruits du soleil qui représentent le 2e volume de production de fruits français après la pomme.

Léger avantage de la pêche sur la nectarine en termes de volume: 135 000 tonnes en 2014 pour la première, 125 000 tonnes pour la seconde. Quatre principaux bassins se partagent la production: le Languedoc-Roussillon (40%), suivi par le bassin Provence Paca (32%), la région Rhône-Alpes (20%) et enfin, le Sud-Ouest (8%).

6,5 kg/an et par ménage

À noter que depuis 2011, les arboriculteurs de l’AOP respectent la charte "Vergers écoresponsables":

"Cette démarche assure la garantie du respect de l’environnement, l’attention portée à la biodiversité et la traçabilité de nos produits."

Du côté des consommateurs, les pêches et nectarines représentent 6,5 kg par an et par ménage acheteur. L’AOP précise ainsi dans son communiqué:

"Acheter des pêches et nectarines de nos régions est un acte citoyen! Pour chacun des acteurs, c’est la garantie de vivre de son travail en vendant sa production au juste prix et en respectant l’ensemble des étapes (contrôle qualité, traçabilité)."
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Graines de doc
Scoop.it!

Un guide technique sur le travail en hauteur en arboriculture fruitière - Ministère de l'Agriculture

Il permet de structurer une démarche de prévention à partir de la connaissance des réalités du terrain fondée sur l’application des principes généraux de prévention et la prise en compte des textes réglementaires en vigueur. Il apporte les éclairages nécessaires sur :  les divers types de vergers et formes d’arbres fruitiers, les procédés et équipements actuellement utilisés, la prévention des risques professionnels liés au travail en hauteur, les démarches de progrès et préconisations nécessaires.


Via les documentalistes des Chambres d'agriculture
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Diplômons les chefs de rayon avant qu'il ne soit trop tard !

Diplômons les chefs de rayon avant qu'il ne soit trop tard ! | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Le forum végétable, qui s'est tenu le mardi 14 avril, avait pour objectif d'inciter la filière à plancher sur les moyens d'améliorer la qualité des fruits et légumes en rayon.

Résie Bruyère (Familles Rurales) et Célia Potdevin (CLCV) l'ont martelé en début de journée : les consommateurs sont déçus par la qualité des fruits et légumes qu'on trouve en grandes surfaces.

" Les notes sont moyennes. Entre 2010 et 2013, 57 % des consommateurs n'étaient pas satisfaits de la qualité des fruits et légumes vendus en GMS !"

Pas de diplôme en fruits et légumes

Il est facile d'accuser le chef de rayon dont on pointe souvent du doigt le manque de professionnalisme. Il devient urgent de lui redonner le pouvoir, la formation et les moyens d'agir. Chef de rayon, c'est un métier complexe qui nécessite des compétences variées : connaître les produits, maîtriser les techniques marchandes, créer son mechandising et gérer les contraintes du livre-service....

Il n'existe pas, aujourd'hui, de formation diplômante en fruits et légumes, comme, par exemple, en boucherie. C'est aux différentes familles de la filière (FCD, UNFD, Aneefel, UNCGFL...) que de travailler autour de programmes qui identifient les métiers et aboutissent à un diplôme d'Etat.

Compétences partagées

Former le chef de rayon, d'accord. Mais c'est oublier que l'opérateur est avant tout au service de la stratégie globale de son entreprise : "Or, les fruits et légumes, produits volumétriques et qui ne se vendent pas chers. C'est la logistique qui a le pouvoir !", expliquait le conseiller Bertrand Guély.

Le compétences doivent donc être partagées avec le directeur du magasin. Si d'aventures les enseignes sont prêtes à les rémunérer...

 
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from EntomoNews
Scoop.it!

Enquête ouverte après l’identification de la bactérie tueuse d'oliviers à Rungis

Enquête ouverte après l’identification de la bactérie tueuse d'oliviers à Rungis | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
La bactérie Xylella fastidiosa, qui proviendrait d’Amérique centrale, a déjà entraîné la destruction de milliers d’oliviers en Italie et menace désormais la France.

 

Par Rémi Barroux. Le Monde, 16.04.2015

 

« La menace de la bactérie tueuse Xylella fastidiosa se précise. Mercredi 15 avril, le ministère de l’agriculture a annoncé avoir « identifié un plan de caféier porteur de la bactérie chez un revendeur de Rungis », le plus grand marché de produits alimentaires et végétaux d’Europe. Selon le ministère, ces plants seraient originaires d’Amérique centrale et "ont été introduits dans l’Union européenne via les Pays-Bas". »

 

« Cette bactérie qui sévit notamment depuis 2010 en Italie et a détruit des milliers d’oliviers, essentiellement dans la région des Pouilles, dans le sud, est particulièrement dangereuse. Elle est transmise aux végétaux par de minuscules insectes vecteurs, les cicadelles ou encore le cercope des prés. Le danger principal de Xylella fastidiosa est le nombre très élevé de plantes hôtes susceptibles d’être contaminées : oliviers, chênes, châtaigniers, lauriers roses, tous les agrumes (citrons, oranges, clémentines…), la vigne, les mimosas, ou encore la myrte ou le romarin… »

 

[...]
                      


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from EntomoNews
Scoop.it!

Bactérie Xylella fastidiosa : "Les services de l'État sont en alerte"

Bactérie Xylella fastidiosa : "Les services de l'État sont en alerte" | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

"En Aquitaine et à Bordeaux, la menace que fait peser la bactérie Xylella fastidiosa sur le vignoble est prise au sérieux. Celle-ci n’est pas présente sur le territoire français, selon les observateurs, mais uniquement dans la région des Pouilles, à l’extrême sud de l’Italie. Alors que les Corses sont depuis plusieurs semaines déjà effrayés par une éventuelle contagion avec la zone infectée en Italie du Sud pour leurs oliviers et autres plantations, la vigilance de tous est requise partout en France."

 

[...]

 

[Image] Denis Thiéry, directeur de recherches à l’Inra Bordeaux

___________________________________________________________________

 

[Lien de "l’Arrêté Ministériel du 3 avril interdisant l’importation en France de végétaux sensibles à Xyllela fastidiosa et provenant de zones touchées par la bactérie"]

 

→ Lutte contre l’introduction de la bactérie Xylella fastidiosa dangereuse pour les végétaux : Stéphane Le Foll prend des mesures nationales de protection - Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, 03.04.2015
http://agriculture.gouv.fr/Lutte-introduction-bacterie-Xylella-fastidiosa

 

 

« La bactérie Xylella fastidiosa qui est transmise et dispersée par des insectes s’attaque à différentes espèces végétales (vigne, agrumes, prunus, café, avocat, luzerne, laurier rose, chêne, érable, etc). Elle conduit à des dépérissements massifs de certaines espèces d’intérêt économique (agrumes, vigne, oliviers). Il n’existe pas de méthode de lutte directe contre la bactérie. Une fois contaminés, seul l’arrachage total des végétaux permet d’éradiquer la maladie. »

 

« Le pathogène est présent dans plusieurs pays-tiers, notamment le continent américain et a été importé dans le Sud de l’Italie (plusieurs foyers signalés dans la région des Pouilles). Actuellement, aucun foyer n’a été détecté en France. »

 

« Conscient du risque important d’introduction de ce danger sanitaire aux conséquences économiques très lourdes pour les filières végétales françaises et étant donné la proximité de certaines régions comme la Corse des foyers italiens, Stéphane Le Foll a dès le 16 janvier 2015 sollicité des mesures européennes. Dans l’attente de la mise en place d’un dispositif européen actuellement en cours de construction, le Ministre a décidé de prendre des mesures nationales.

Un arrêté a été signé ce jour et sera publié demain afin d’interdire l’importation en France de végétaux sensibles à Xyllela fastidiosa et provenant de zones touchées par la bactérie. » 

                      


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Quels piquets pour mes bâches anti-pluie ?

Quels piquets pour mes bâches anti-pluie ? | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Depuis quelques années, des bâches anti-pluie en plastique formant un toit au-dessus des arbres se développent dans les vergers de pommiers, pour créer une barrière mécanique contre la pluie et, ainsi, limiter le développement de la tavelure. Mais attention, le palissage doit permettre la bonne tenue de ces bâches, ayant une plus forte prise au vent. Jean-Paul Lagarrigue, commercial France pour CMV, fabriquant espagnol de piquets explique :

Nous conseillons de densifier le nombre de piquets à l’hectare pour les vergers avec des bâches anti-tavelure, mais aussi de monter en hauteur, avec des piquets de 5 à 5,50 m,  Ainsi, il ne faudra pas dépasser 6 m d’écartement entre deux piquets de diamètre 12-14 cm. Pour des diamètres de 10-12 cm, la densification devra être encore plus importante.

Olivier Prieur, responsable commercial de la gamme agricole chez Gaillard Rondino et directeur du site d'Aumont-Aubrac en Lozère, ajoute :

Avec la montée en puissance des bâches anti-pluie, qui se développent dans diverses productions, il faut utiliser des piquets plus longs, de 4,50 m jusqu’à 6 m de hauteur selon les vergers, avec des diamètres fin bout de 10-12 à 12-14 cm. Pour ce qui est de la densité de mise en place, le nombre de piquets dépendra du nombre de couvertures sur le verger, avec la protection anti-pluie et anti-grêle. Il faut donc échanger avec son installateur, afin d’avoir une structure de palissage qui résiste au type de couverture.

Le système d’ancrage et de fils est aussi à établir en fonction des tensions plus importantes, liées à la présence des bâches anti-pluie.
 
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Compagnie Fruitière signe un partenariat avec IRSTEA

Compagnie Fruitière, leader de la production de fruits en Afrique, en recherche permanente d’amélioration de ses pratiques, vient de signer un accord de collaboration avec IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture).
 
L’objectif de ce partenariat est de renforcer le programme de Recherche & d’Innovation de la Compagnie Fruitière ; 3 grands thèmes de travail ont été identifiés :
- L’amélioration de l’efficacité des traitements phytosanitaires dont la réduction des quantités de matière active : technologies de pulvérisation…
- L’agriculture de précision, qui inclut notamment les systèmes d’information : captation de mesures et analyses d’images, outils d’optimisation, logiciels associés,…
- La réduction du niveau d’exposition aux produits phytosanitaires dans les plantations.
 

Une plateforme collaborative sera mise en place avec des équipes techniques et de production dédiées aussi bien à la Compagnie Fruitière qu’à IRSTEA. Les recherches communes pourront donner lieu à des dépôts de brevets exploitables soit par les deux parties, soit par une seule partie si elle y voit un intérêt.
 
Par ce partenariat, la Compagnie Fruitière traduit une fois de plus son engagement pour un développement durable de ses activités tout en renforçant sa compétitivité.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Quel avenir pour le verger des Deux-Sèvres ?

Quel avenir pour le verger des Deux-Sèvres ? | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Il y a quelques jours, le tribunal de commerce de Niort annonçait la liquidation judiciaire des Vergers de Viennay et de l’Aubertière, dans les Deux-Sèvres. Sur 110 ha, Anthony Fichet employait 15 salariés en CDI et une cinquantaine d'ETP en saisonniers. Si le verger des Deux-Sèvres, majoritairement constitué de pommiers, s’étalait sur 1 200 ha il y a vingt ans, il n’en compte plus que 650 à 700 aujourd’hui, explique Bertrand Baraton, vice-président des arboriculteurs de Gâtine:

De notre côté, nous avons choisi d’arrêter la production de pommes depuis la dernière récolte, soit 50 ha, dont 22 ha ont été repris par une exploitation voisine. En cause: le manque de rentabilité, mais aussi la retraite qui approche et l’absence de repreneur.

Augmenter de 10 centimes le kilo de pommes

Pour Bertrand Baraton, les difficultés financières ont touché l’ensemble des arboriculteurs ces dernières années, surtout après les mauvaises récoltes 2009-2010-2011, et la récolte 2013 catastrophique. L’embargo russe de 2014 a été la "cerise sur le gâteau".

Pour vivre, il faut renouveler ses équipements et investir dans de nouvelles variétés, notamment les clubs. Mais pour cela, vous devez faire du résultat! Les prix bas à la vente conduisent à des prix de revient excessifs. Au final, vous ne pouvez plus investir pour maintenir la viabilité de votre activité ! Augmenter de seulement 10 centimes le kilo de pommes à la vente ne pénaliserait pas le consommateur, mais permettrait d’aider fortement le producteur ! Encore faut-il vouloir défendre notre production locale.

Si la petite taille du verger des Deux-Sèvres ne semble pas un problème, selon Bertrand Baraton, avec des OP qui ont su s’organiser, le problème est plus global, avec des contraintes qui se sont accumulées successivement sur les producteurs, jusqu’à pousser certains à cesser leur activité, de gré ou de force:

Les charges sociales, les contraintes accrues sur l’emploi de traitements ou encore les cahiers des charges ont conduit à cette situation compliquée. Nos pays voisins sont plus compétitifs.

Un peu de courage politique

Malgré tout, Bertrand Baraton espère que le verger des Deux-Sèvres se stabilisera à sa taille actuelle. Diverses actions sont déjà entreprises pour y arriver, comme le développement des circuits courts, la plantation de variétés oubliées comme la Reinette Clochard, ainsi que celle des variétés club. Et de conclure:

Il faudrait un peu de courage politique pour défendre notre production de fruits avant qu’elle ne disparaisse.  En Espagne, Italie, Allemgne et Pologne, des vergers sont en train d'être plantés !
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Printemps de la châtaigne: quelles opportunités?

Printemps de la châtaigne: quelles opportunités? | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Samedi 18 avril, de 9h à 17h, se tiendra la première édition du Printemps de la châtaigne à Mazeyrolles en Dordogne sur la ferme Monteil (hameau du Peyret). Objectif: une journée pour découvrir les opportunités économiques et les conditions techniques de production. Alors pourquoi ne pas devenir producteur de châtaignes ?

Cette journée sera l'opportunité de rencontrer les opérateurs techniques et économiques de la filière châtaigne, de visiter des vergers, de découvrir les nouveautés matériels, et d'en apprendre davantage sur les techniques de production.

Au programme :

10h: forum sur les opportunités du marché;
rencontre avec les opérateurs économiques;
14h30 : visites de vergers avec approche agronomique, plantation, taille, greffage, cynips;
toute la journée: présentation de matériels spécifiques
Restauration sur place: producteurs locaux

Plus d'informations auprès de la chambre d'agriculture de la Dordogne - Antenne territoriale du Périgord noir au 05 53 28 60 80
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Des stations en mouvement, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Des stations en mouvement
En s'élargissant à l'amont de la filière avec Medfel Tech, le salon ouvre en grand les portes méditerranéennes des stations de conditionnement. Ces lieux de transition d'une production agricole en un produit commercial deviennent stratégiques et s'enrichissent de technologies et automatismes toujours plus sophistiqués.

Le bassin méditerranéen offre une large gamme de productions fruitières et légumières. Certaines d'entre elles, comme la pêche, l'abricot, les agrumes, la tomate l'aubergine, la courgette, sont même qualifiées de « cultures méditerranéennes ». De plus, les pays qui le bordent s'imposent souvent comme des leaders mondiaux à l'exportation. Ainsi, les 22 pays riverains représentent 25 % du commerce des fruits et légumes frais mondial. De fait, la « station » est le point de passage obligatoire pour débuter la commercialisation. En assumant des fonctions de massification, de tri, de calibrage, d'emballage, de conditionnement, de conservation et de logistique, ces infrastructures indispensables nécessitent des besoins humains et technologiques conséquents. Concentrant des milliers de tonnes, générant des millions de caisses et de palettes, ces sites sont devenus stratégiques pour les entreprises, pour leur performance, leur compétitivité, leur rentabilité. Dans bien des cas, les investissements qui s'y rattachent se comptent en millions d'euros avec un renouvellement des équipements tous les dix à quinze ans, constituant ainsi un marché porteur. Ainsi, pour le groupe MAF-Roda, spécialisé dans la conception et la fabrication de systèmes de calibrage, de conditionnement, de palettisation et de manutention de fruits et légumes frais basé à Montauban (82), « le bassin méditerranéen est une zone dynamique qu'il est intéressant de privilégier du fait de sa proximité ». Pour Caustier, constructeur français de machines de calibrage et de conditionnement de fruits et légumes frais, « sur les 40 % des exportations, plus des trois quarts sont réalisés avec les pays du pourtour méditerranéen ».

Une zone fortement concurrentielle

Chez Unitec, constructeur italien, on note une certaine stabilité en raison de la crise économique. En comparaison à d'autres régions du monde, le constructeur perçoit que ses clients euro-méditeranéens considèrent ces investissements  comme des coûts et non comme des opportunités de garantir une qualité constante à leurs produits. Toutefois, les acteurs de cette filière distinguent différentes zones. Aweta, entreprise hollandaise présente en Italie avec une usine, estime que « les pays européens de la Méditerranée (Espagne, Italie, France) restent une zone dynamique mais fortement concurrentielle ». Maf-Roda, très implantée en Espagne, considère que « le secteur des agrumes génère d'importants investissements ». Idem pour la pêche et la cerise dans le nord-est de la péninsule. Le marché français, basé sur le renouvellement de matériel, se maintient avec un intérêt marqué pour l'innovation technologique.

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Guy Dubon
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Des porte-greffes pour des vergers piétons, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Des porte-greffes pour des vergers piétons
Furtos pourrait être le nouveau porte-greffe permettant de réduire la vigueur des cerisiers de 20 à 50 % par rapport au témoin MaxMa®14 en sol peu fertile, tout en maintenant la productivité du témoin.

Limiter la vigueur des cerisiers tout en maintenant la production reste le nerf de la guerre pour les équipes de recherche en matériel végétal du Ctifl et le réseau des stations d'expérimentation françaises. En effet, le cerisier franc se caractérise par un développement important de l'arbre pouvant atteindre huit à dix mètres de haut, une mise à fruit lors de la 5ème à la 6ème année et une pleine production à partir de 10 à 12 ans. Le choix du porte-greffe est le principal élément qui permet de réduire son développement tout en améliorant la rapidité d'entrée en production. Dans certaines conditions, Furtos est un porte-greffe qui répond à ces exigences tout en étant compatible avec l'ensemble des variétés, avec une bonne capacité d'adaptation au sol et au climat, et une faible sensibilité aux parasites du sol. Les premiers scions devraient être disponibles pour l'hiver 2016-2017 chez les pépinières Lafond et chez d'autres pépiniéristes partenaires. Observé depuis plus de 20 ans, il vient compléter la gamme de vigueur existante. Il a une vigueur moyenne comprise entre MaxMa Delbard ®14 Brokforest, porte-greffe témoin du niveau de vigueur semi-nanisant utilisé dans 30 à 40 % des nouvelles plantations, et Tabel® Edabriz, témoin du niveau de vigueur nanisant. « Entre le MaxMa® 14 assez vigoureux et le Tabel® parfois trop nanisant, il y a un trou dans la gamme de vigueur proposée aux producteurs », explique Sara Pinczon du Sel, expérimentatrice à La Tapy (84).

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Maude Le Corre
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Quarante priorités stratégiques, Fruits et Légumes - Pleinchamp

Quarante priorités stratégiques
L'Areflh a défini quarante priorités stratégiques pour la recherche et l'innovation de la filière en Europe. Ces priorités ont été soumises à la Commission européenne sous la forme d'un agenda stratégique.

L'Association des régions européennes fruitières légumières et horticoles (Areflh) a réuni les représentants des 22 régions et 19 associations produits (AOP nationales) adhérentes pour son assemblée générale annuelle. Le 25 mars, l'Areflh et l'Arepo ont accueilli Phil Hogan, commissaire européen en charge de l'agriculture et du développement rural (voir encadré), et le lendemain Josep Maria Pelegri, président de l'Areflh. Ce dernier a rappelé les multiples interventions menées en 2014 auprès de la Commission européenne et du Parlement européen pour alerter sur les difficultés de la filière, soumise aux crises conjoncturelles des fruits d'été et touchée de plein fouet par l'embargo russe. Le président et le secrétaire général ont présenté les travaux de l'Areflh pour l'information de ses membres, son implication dans les groupes de travail (OCM, promotion, Euro-Méditerranée, etc.) et son rôle actif sur les programmes européens (Eco Zeo Efood chain, programme de promotion des AOP IGP). Quarante priorités stratégiques pour la recherche et l'innovation de la filière en Europe ont également été définies par un groupe de travail de l'Areflh, Freshfel et Eufrin. Ces priorités ont été  soumises  à la Commission sous la forme d'un agenda stratégique.

Lire la suite dans le numéro 349 de Réussir Fruits & Légumes


Source : Réussir Fruits et Légumes
Patrick Cossart
more...
No comment yet.