Arboriculture: qu...
Follow
Find
4.0K views | +0 today
 
Arboriculture: quoi de neuf?
Les nouvelles concernant l'arboriculture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from EntomoNews
Scoop.it!

Des agriculteurs dans le sud de la France contraints de renoncer au bio

Des agriculteurs dans le sud de la France contraints de renoncer au bio | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Journal de 7h30. France Inter, 30.01.2015.

 

« Dans le Sud-Est, 90 % de la récolte d'huile d'olive a été détruite par une mouche, et dans les Alpilles, les 500 producteurs qui avaient opté pour le bio en reviennent. Reportage. » 

 

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1043083

 

[Image] Coopérative Oléicole de la Vallée des Baux
http://www.oleigest.com/maussane.htm

 

___________________________________________________________________

ET AUSSI :

• Une mouche tueuse d'oliviers - Le Monde, 14.12.2014
http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2014/12/14/une-mouche-fait-chuter-la-production-d-huile-d-olive-en-france_4538617_4497186.html

                

« Une mouche fait chuter la production d'huile d'olive en France »    

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

L’application Desherb-Top, pour vous servir !

L’application Desherb-Top, pour vous servir ! | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Ce mercredi 28 janvier, tous les partenaires étaient réunis au Mas de l’agriculture de Nîmes pour présenter la nouvelle application Desherb-Top. Gratuite et disponible sur smartphone et tablette (iOS et Android), l’outil a été conçu pour faciliter le désherbage localisé tant au niveau technique qu’économique. À l’origine de l’application: la chambre d’agriculture du Gard, la MSA, Dow AgroSciences et Lechler (fabricant de buses), qui ont collaboré pendant plus de six mois avec la société ITDA, spécialisée dans la création d’applications pour smartphone et tablette.

Six mois d’échanges et une cinquantaine de versions ont été nécessaires pour aboutir à la version définitive de Desherb-Top, soit un investissement de 15 000 à 16 000 €, réparti à parts égales entre les différents partenaires.

"Adaptées aux données personnelles de chaque utilisateur"

Renaud Cavalier, de la chambre d’agriculture du Gard et concepteur de l’application, explique l’intérêt d’un tel outil: 

"Desherb-Top permet de prendre en compte les spécificités de chaque utilisateur: largeur de plantations, largeur de traitement, volume/ha, etc. En fonction de ses données personnelles, chacun peut ainsi calculer sa vitesse d’avancement, choisir la buse adaptée à la bonne pression, vérifier le débit de chaque buse, calculer le volume d’eau optimal, calculer la dose de produit à utiliser afin d’effectuer un désherbage localisé avec son propre pulvérisateur."

Desherb-Top est au départ destiné au monde viticole, mais son utilisation en arboriculture et oléiculture est tout à fait possible, les dimensions pour les interrangs notamment ont été adaptées à cet effet.

Utilisable hors-connexion

Un avantage à noter: l’application est utilisable hors-connexion, ce qui apporte davantage de praticité sur le terrain. De plus, une fois enregistrées, les parcelles traitées sont conservées dans l’application aussi longtemps que le souhaite l’utilisateur: il peut ainsi comparer d’une année à l’autre ses applications de désherbant et les réajuster si besoin.

L’application est aussi l’occasion de se tenir à jour en termes de sécurité avec des liens systématiques vers le site de la MSA. Des onglets préventions décrivent aussi les équipements de protection nécessaires, les pictogrammes à connaître sur les produits et les mélanges de produits interdits. Un numéro d’appel d'urgence est facilement accessible en cas de problèmes ou de symptômes potentiellement liés aux traitements.

"Données synchronisables d'ici un an sur le logiciel Mes Parcelles"

"Des mises à jours seront effectuées au moins une fois par an par l’ensemble de l’équipe, souligne Renaud Cavalier, et d’ici un an, les données pourront être synchronisées directement sur le logiciel « Mes Parcelles » pour éviter la multiplication des saisies."

Si l’outil est une première en termes de désherbage localisé, cette démarche d’appui à l’agriculture raisonnée ne l’est pas pour la chambre d’agriculture du Gard, déjà très engagée en la matière avec sa gamme d’outil "Top".

Pour les sceptiques de l'intérêt des applications pour le monde agricole, Patrick Chastellan, le directeur de la société ITDA précise:

"Chaque année, il y a 60% d’agriculteurs en plus à s’équiper de smartphoner et 70% d’entre eux téléchargent des applications professionnelles."

Bientôt une application pour l'épandage ?

Actuellement il existe environ une centaine d’applications destinée au monde agricole. Renaud Cavalier croit au succès de cette technologie: 

"Pour nous, Desherb-Top est le début d’une longue histoire. Nous aimerions pour la suite développer d’autres outils similaires pour l’épandage par exemple."

Pour se faire sa propre idée, voici les liens de téléchargement: version Android, version iOS. D'après le concepteur, il faut compter environ 15 minutes pour effectuer les réglages lors de la première utilisation. Et pour en savoir plus sur l’application Desherb-Top, rapprochez-vous des chambres d’agriculture ou bien notez les prochains rendez-vous où l’outil sera présenté: le Sima en février et Sitevi en novembre.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Finale MOF fruitier : rendez-vous le 28 février au SIA

L’épreuve finale des MOF se déroulera le samedi 28 février dans le cadre du salon de l’Agriculture. Moment de vérité pour les 14 candidats qui se préparent depuis deux longues années.
Le concours se déroulera en public avec la réalisation d’une œuvre sur le thème : 2050, l’Odyssée des fruits et légumes. Les candidats auront 5 heures pour proposer leur vision de la distribution des fruits et légumes en 2050 à travers la réalisation d’un étalage répondant aux exigences du consommateur du futur. Ils devront sélectionner et théâtraliser au minimum 45 références de fruits et légumes sur un étal de 1 mètre sur 3, proposer des produits bruts et/ou préparés en accord avec la vision de leur consommation en 2050, dénicher les contenants, les accessoires, les emballages et le mobilier qui composeront cet étal, imaginer le cadre réglementaire de la commercialisation de f&l en 2050 et argumenter leur choix dans un dossier détaillant leur œuvre.
Un entretien oral se déroulera la veille de l’épreuve finale durant lequel le candidat devra savoir s’exprimer en public sur des sujets d’actualité tout en sachant représenter et défendre au mieux leur profession. C’est sur le ring porcin, de 7 à 16 h que les épreuves se dérouleront devant un public très nombreux, celui du salon de l’agriculture.
14 candidats, 4 femmes et 10 hommes avec une moyenne d’âge de 39 ans se présenteront devant les 20 membres du Jury : des représentants de la filière – producteurs, exportateurs, grossistes, chefs de rayon, primeurs – mais aussi des ingénieurs agronomes, des formateurs et des représentants de consommateurs (associations, journalistes…).
Issus de l’univers agricole, alimentaire ou du commerce, diplômés dans de nombreuses branches, économiques, artistique ou ayant gravi en interne les échelons, les candidats ont un point en commun, leur passion du produit, de sa qualité, de sa valorisation. Les fruits et légumes sont entrés dans leur vie parfois par hasard comme Sandrine, qui a démarré en tant que comptable chez un primeur ou les a bercés depuis l’enfance comme plusieurs candidats.
Déjà reconnus au travers de leur activité au quotidien, ils ont tous l’envie d’être reconnus par leur pairs pour que leur talent soit confirmé. Si tous ne seront pas nommés MOF, ils auront en commun cette extraordinaire aventure qui les engage sur la voie du partage de leur passion. « Après 2 années de préparation, les candidats savent que le parcours est difficile mais ce qui les rassemble, c’est l’amour du métier et la fierté de l’exercer. Ce concours sera sans aucun doute un moment fort qui marquera leur vie ! » souligne Christel Teyssèdre, présidente de l’UNFD.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La collecte débutera le 1er mars | L’Arboriculture fruitière

La collecte débutera le 1er mars | L’Arboriculture fruitière | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Mille tonnes de filets paragrêle recyclés par an et un objectif de collecte de 75% de l’ensemble des filets d’ici 4 à 5 ans. Voici les ambitions du CPA (Comité des plastiques agricoles) en collaboration avec les producteurs de fruits, les coopératives, les fabricants de filets et l’Ademe. Après les films agricoles et les ficelles, la filière nationale de collecte et de valorisation des filets paragrêles s’organise. Les enlèvements seront assurés par Adivalor, dès le 1er mars 2015, à partir de 2,5 t de filets usagés par point de collecte (équivalents à 5ha).

Aucun coût d’enlèvement ne sera appliqué au producteur, à condition qu’il ait acheté des filets neufs portant la mention éco-contribution au recyclage. Depuis le 1er octobre 2014, cette éco-contribution est en effet mise en place à hauteur de 6 euros pour 1 000 m⊃2; de filet neuf (soient 1,5% du prix total du filet – 72 euros par hectare couvert). Chaque euro ainsi collecté participe intégralement à financer la gestion des filets usagés.

80% des distributeurs adhèrent à la filière

Si 80% des distributeurs de filets paragrêle adhèrent à la filière, seule la société italienne Elios refuse pour l’heure d’y prendre part, bien qu’elle y soit fortement invitée par le CPA. La crainte d’une distorsion de concurrence est donc réelle pour les entreprises impliquées, mais Luc Barbier président de la FNPF (Fédération nationale des producteurs de fruits) croit dans la responsabilité des producteurs:

Cette démarche volontaire de recyclage montre la motivation des agriculteurs à limiter leur impact sur l’environnement. En choisissant de payer l’éco-contribution, ils bénéficieront du service gratuit d’enlèvement de leurs filets usagés, tout en participant ainsi à l’effort collectif d’une agriculture plus propre. Et, pourquoi pas, en faire un argument commercial !

Même constat pour Daniel Sauvaitre, président de l’ANPP (Association nationale pommes poires):

Le recyclage des filets paragrêle pourrait ainsi être intégré dans les chartes de production, qui valorisent l’éco-responsabilité de la filière.

 

En France, 15 000 ha de cultures sont protégées avec des filets paragrêle, pour une durée de vie d’environ 10 ans par filet. Le taux de renouvellement est donc de 10% par an, soit un potentiel de 1 000 tonnes/ an de filet à recycler. Pour être collectés, les filets usagés devront être roulés en ballots, sans mandrin ni clips ou fils de fer.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La question des exigences extra-règlementaires des supermarchés au Fruit Logistica - ForumPhyto

La question des exigences extra-règlementaires des supermarchés au Fruit Logistica - ForumPhyto | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
La question des exigences extra-règlementaires des supermarchés au Fruit Logistica

28 janvier 2015
Sous le titre consensuel « Les enjeux en production et commercialisation en fruits à noyaux et autres produits frais (in English) », FruchtHandel Magazine organise une table ronde dans le cadre du Fruit Logistica le jeudi 5 février 2015 de 16h30 à 17h30, Hall Forum, Kleiner Stern.

« La consommation saine est une exigence première du consommateur. Elle comprend les aspects de la sécurité alimentaire et du développement durable. Pour la production des produits naturels comme les fruits et légumes, les aspects de sécurité des aliments et respect de l’environnement deviennent vite des enjeux majeurs quand on a affaire avec des conditions de météo difficiles. »

Par exemple en 2014 en pêches et nectarines, les conditions météorologiques rendaient extrêmement difficile, voire impossible, le respect du nombre maximum de résidus comme le demandent des supermarchés allemands.

Ce type de demande n’est pas basé sur la science et peut, dans certains cas, être contradictoire avec un objectif de qualité de la production, mais aussi avec le respect de l’environnement et les bonnes pratiques agronomiques, par exemple pour éviter les résistances de parasites.
La situation est d’autant plus difficile pour les producteurs de fruits et légumes qu’ils doivent faire face à des usages orphelins (usages mineurs) et qu’ils manquent donc déjà de solutions réglementaires pour protéger leurs plantes.

La table ronde abordera ces questions également sur l’ensemble des produits frais.

 

Les intervenants :

Luc Peeters, président du groupe phyto de Copa-Cogeca

Manel Simon, directeur marketing d’Afrucat

Marco Salvi, directeur de Salvi UNACOA and president de l’association Fruitimprese

 

 

Challenges in production and marketing for stonefruit and other fresh produce

Healthy food is a paramount request from consumers. It includes food safety and sustainable development. When speaking of natural products like fruit and vegetables, growing a safe  and environment friendly food is a huge challenge when bad weather conditions. For example in 2014 for stone fruit.

The chain is aware of its responsibility and, reducing the use of plant protection products, gives the right answer.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les AOP pêches et nectarine fusionnent ! | L’Arboriculture fruitière

Les AOP pêches et nectarine fusionnent ! | L’Arboriculture fruitière | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Convaincues que les actions menées au bénéfice des deux filières de production françaises de fruits à noyau seront plus efficaces si elles sont menées conjointement, les AOP pêches-nectarines de France et Abricots de France ont décidé de se rapprocher.
 
C’est ensemble qu'elles présenteront les grandes lignes du programme 2015, lors d’une présentation qui se tiendra le Mercredi 4 février – 16h30, sur le stand INTERFEL, au Fruit Logistica.
 
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Premier bilan de la campagne test pour la banane

Premier bilan de la campagne test pour la banane | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

L’Association interprofessionnelle de la banane (AIB) vient de révéler le premier bilan de sa campagne test menée en octobre 2014 dans la région de Lyon.

Huit grandes surfaces, sept détaillants spécialisés ainsi que dix restaurants ont mis à l’épreuve le dispositif de communication développé par l’interprofession de la banane. Affiches, stop-rayons, dépliants, guirlandes et quelques jours d’animation ont été proposés du 9 au 18 octobre.

more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le bon, le moche et le truand. Ou l'Intermarché de dupes. -

Je ne sais plus quand exactement s’était tenu ce congrès des Centres d’Economie Rurale à Deauville. Au début des années 90 c’est sûr, mais l’année précise je ne sais plus. Ce dont je me souviens parfaitement en revanche, c’est que l’un des fondateurs d’Intermarché y était intervenu pour raconter les débuts du groupe et son développement. L’expression en vogue dans les années 60 l’interrogeait vivement. On disait alors selon lui « con comme un épicier ». Cela le plongeait dans un abîme de réflexions. Fallait-il être con pour être épicier ? Ou devenait-on con parce que l’on était épicier? L’assemblée avait alors beaucoup ri. Au regard de la fantastique évolution des magasins du groupe coopératif,  le questionnement inquiet de l’entrepreneur à ses débuts paraissait pour le moins paradoxal.

C’est marrant comme ces doutes me semblent bien moins absurdes aujourd’hui quand on les confronte au message de l’enseigne sur les fruits et légumes moches. Parce qu’Intermarché revendique à mon sens bruyamment avec cette pub d’être à la fois épicier et passablement con. Une sorte de luxe de parvenu qui se permet d’être décadent et de rigoler un bon coup de son hold-up réussi sur une certaine idée bobo du commerce équitable.

Le point de départ de tout ça, c’est le mot d’ordre très louable de lutte contre le gaspillage alimentaire. Bien avant les mousquetaires, tout chevalier blanc politique, de la FAO jusqu’au ministère de l’alimentation, en passant par Bruxelles, a trouvé là une nouvelle matière pour faire croire à son utilité.

Du champ jusqu’au consommateur, tout au long du parcours, des fruits et légumes se perdent.

Au champ, quand la valeur marchande attendue ne permet pas de couvrir les coûts de récolte. Ce qui arrive régulièrement. Ou bien lorsque que des attaques de ravageurs divers n’ont pas pu être maîtrisées. Ce qui devient de plus en plus fréquent. Et bien sûr aussi à cause d’un gel, d’un excès de pluie, d’un soleil trop brulant ou d’une chute de grêle. Mais ça aussi, c’est consubstantiel au métier de paysan.

Contre ces pertes, pas besoin de venir enquêter à grand frais avec l’argent du contribuable pour voir comment les limiter, le paysan s’en charge. Il fait de son mieux avec les moyens dont il dispose. Et c’est bien entendu du côté des moyens de protection contre les bioagresseurs que la puissance publique serait la bienvenue. Mais je sais, c’est nettement moins sexy en terme de communication et un peu plus casse gueule que de vouloir faire vendre des gueules cassées.

Lors de l’étape suivante, au moment du tri et de l’emballage, sont écartés une fois encore les fruits et légumes dont la valeur marchande ne dépasse pas les coûts d’emballage et de transport. Pour ce qui concerne les pommes, aucune ne se perd si elle est moche et saine, trop petite ou trop grosse. Elle devient jus ou compote.

Arrivés chez le détaillant, les mauvais traitements fréquents à la mise en rayon ou lors des manipulations par les consommateurs dégradent nombre de fruits et légumes qui finissent à la poubelle. Le consommateur lui-même, bien qu’ayant déboursé une somme plus ou moins rondelette pour les acquérir, ne consomme pas toujours la totalité de ses achats.   

Tout au long de la chaine, chacun a pourtant intérêt à réduire autant qu’il le peut les pertes. Puisqu’elles imputent directement le revenu de tous les acteurs concernés, du producteur au consommateur.

La réglementation exclut-elle des fruits et légumes bons, moches et sains qui auraient vocation à être consommés et dont le prix serait rémunérateur pour le producteur et les acteurs de la distribution ? A la marge sans doute, lorsque l’offre est exceptionnellement rare. Mais dans l’immense majorité des situations, la réponse est non.

La réalité du marché au quotidien, c’est la compétition vers le beau. Moins beau, même pas moche, c’est le déclassement et la ruine.

Venons-en donc à la publicité tapageuse d’Intermarché pour les fruits et légumes moches.

Que nous montrent les visuels de l’agence Marcel ? Des fruits et légumes difformes et boursouflés comme on en trouve quasiment jamais dans les champs et les vergers. Des curiosités qui résultent d’aberrations génétiques heureusement assez rares. Peut-être la proportion de ces monstres est-elle plus élevée aux abords de centrales nucléaires sous l’effet de radiations lorsqu’elles fuient? Peut-être Intermarché se chauffe t-il avec Marcel pour préparer sa clientèle à un nouvel après Tchernobyl. Avec un slogan du type : « un fruit irradié s’achète à Intermarché ». Glauque et moche vous ne trouvez pas mes chers lecteurs?

Gonflé aussi ce message selon lequel ces fruits et légumes au look « Botéro » seraient aussi bons que les autres aux belles formes. C’est évidemment faux. Lorsque la difformité résulte d’une cagasse génétique, les qualités gustatives en pâtissent nettement.

Il faut évidemment reconnaître que les images de cette pub attirent l’attention et que le message amuse les consommateurs. Peut-être même cela les incite t-il à passer au magasin. Mais cela n’aide vraiment pas à la compréhension des réalités de la production et du gaspillage alimentaire.

De plus, une enseigne concurrente qui avait elle aussi tenté l’expérience me disait récemment que ce type d’opération tournait vite court. Le réapprovisionnement en fruits et légumes bien moches s’avérant quasiment impossible à assurer.

Je conseille aux clients d’Intermarché de s’inspirer du  célèbre sketch de Fernand Reynaud, « les œufs cassés », pour le rejouer au rayon fruits et légumes à chaque fois que l’étal sera vide de monstres et de moches pas chers. Déformez moi z’en donc un kilo s’il vous plait, épicier.

Quand à la DGCCRF, elle est étonnamment discrète sur ce type d’opération, pourtant bien en marge de la réglementation vigueur.

Plus c’est gros, mieux ça passe. C’est peut-être la leçon qu’il faut tirer de tout ça mes chers lecteurs. Qu’en pensez-vous ? 
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Pink Lady se lance dans la valorisation de ses « fruits moches »

Pink Lady se lance dans la valorisation de ses « fruits moches » | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

“Un tiers de la production de la variété de pomme crisp pink ne répond pas à l’exigeant cahier des charges de la célèbre Pink Lady.”


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Xylella fastidiosa aux portes de la France | L’Arboriculture fruitière

Xylella fastidiosa aux portes de la France | L’Arboriculture fruitière | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
La bactérie Xylella fastidiosa responsable de la maladie de Pierce est aux portes de la France. La bactérie provoque des dessèchements sur feuilles et des symptômes de déclin rapide sur oliviers, lauriers roses, amandiers et chênes

Après sa découverte pour la première fois en Europe, sur le territoire italien, fin 2013, la Commission européenne a adopté au cours de l’année 2014 des mesures européennes pour empêcher d’autres introductions ainsi que la propagation de la bactérie dans l’Union européenne. Les autorités françaises demandent à la Commission européenne de renforcer sans délai les exigences de la décision 2014/497/UE relative à Xylella fastidiosa afin que des mesures de confinement sur les plants et sur la dispersion des insectes vecteurs soient mises en place sur le territoire de l’Union européenne.

Parallèlement, il est également demandé à la Commission européenne une interdiction totale d’importation depuis les pays tiers contaminés du matériel destiné à la plantation. En l’absence de mesures prises au niveau européen dans les prochaines semaines, la France est susceptible de revoir son dispositif national après analyse de risque phytosanitaire.

Le Ministère incite dès à présent les producteurs concernés à participer activement à la protection phytosanitaire de leurs productions en évitant au maximum de s’approvisionner en plants dans les zones où le risque phytosanitaire est le plus élevé. Situation en Europe En octobre 2013, 2 foyers ont été détectés dans la région de Lecce (Pouilles) et déclarés par les autorités italiennes.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Attitude BIO
Scoop.it!

Cette année vous allez manger du... baobab

Cette année vous allez manger du... baobab | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
ALIMENTATION - Il fait fureur en Angleterre. Le fruit du baobab est, après le kale l'an dernier, et la baie de goji l'année d'avant, l'aliment qui pourrait être, selon The Telegraph, la star de 2015. Oui, le fruit du baobab, extra...

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from EntomoNews
Scoop.it!

Xylella : une bactérie transmise par les insectes

Xylella : une bactérie transmise par les insectes | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

EFSA News. Autorité européenne de sécurité des aliments. « Xylella : évaluation des risques pour les plantes de l’Union Européenne » 

 

« L’EFSA a réalisé une évaluation des risques associés à l’agent pathogène ainsi qu’une évaluation des options de réduction des risques associés à Xylella fastidiosa, une bactérie qui affecte actuellement plusieurs milliers d’hectares d’oliveraies de la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. » 

 

« Xylella fastidiosa a touché plus de 300 espèces de plants sauvages ou cultivés dans le monde et elle se transmet par l’intermédiaire de certains insectes piqueurs se nourrissant de xylème. »

 

 

→ EFSA - Scientific Opinion of the PLH Panel: Xylella fastidiosa pest risk assessment http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/3989.htm

                  

« All xylem fluid-feeding insects in Europe are considered to be potential vectors. Philaenus spumarius (Hemiptera: Aphrophoridae), a polyphagous spittlebug widespread in the whole risk assessment area, has been identified as a vector in Apulia. The probability of entry of X. fastidiosa from countries where X. fastidiosa is reported is very high with plants for planting and moderate with infectious insect vectors carried with plant commodities or travelling as stowaways.  »

                  

[Image] Philaenus spumarius - www.galerie-insecte.org
http://www.galerie-insecte.org/galerie/ref-72300.htm

   


Via Bernadette Cassel
more...
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Alimentation21
Scoop.it!

Huile d'olive : vers une production australienne ? - ConsoGlobe

Huile d'olive : vers une production australienne ? - ConsoGlobe | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

L’huile d’olive, bienfait de la Méditerranée qui allongerait l’espérance de vie de ses consommateurs, serait-elle dans une mauvaise passe ? Les olives, au coeur de sa fabrication, pourraient bien se faire rares suites à des récoltes désastreuses en Italie ainsi que dans une grande partie de l’Europe du Sud. Alors, l’huile d’olive, bastion de la Méditerranée, pourrait-elle délocaliser sa production vers d’autres contrées, telles que l’Australie ?
Production française d’huile d’olive : une récolte d’olives désastreuse
En Provence, tout le monde retient son souffle. Trouvera-t-on de l’huile d’olive française ce printemps ? Olivier Nasles, le président de l’Association française interprofessionnelles de l’olive (Afidol) constate amèrement que « les clients auront du mal à en trouver ».
L’année 2014 est décrite comme une « année catastrophique ». « Nous avons perdu 70% de la récolte sur tout le territoire. Au lieu des 5500 tonnes d’huile habituelles ».


Via Catherine Closson
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les ports de Dakar et Dunkerque ont renouvellé leur partenariat

Le "Port Autonome de Dakar", la capitale sénégalaise, et le "Port de Dunkerque",  3ème port français mais 1er port français pour l'importation de fruits en conteneurs, ont renouvelé leur partenariat qui datait de 1993.
 
Selon le directeur général du port autonome de Dakar, Cheikh Kanté, ce nouveau partenariat va permettre aux producteurs sénégalais de trouver des débouchés sur le marché européen pour l'exportation des fruits et légumes.
 
Lors d'une réunion avec les acteurs des exportations agricoles, les différentes phases pour mieux développer ces expéditions ont été examinées. Les solutions logistiques restent importantes mais la qualité de la production sénégalaise est un facteur majeur. Pour acquérir une notoriété qui favorisera la demande sur les marchés européens entrainant ensuite une progression des exportations.
 
source : agence de presse senegalaise sn
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Agriculture nouvelle : l'atelier des curieux de l'agriculture.
Scoop.it!

SIVAL 15 : un Sival d'Argent décerné au Guidalex de Souslikoff - YouTube

Le concours Sival innovation, dédié aux entreprises innovantes de la filière végétale a récompensé cette année 3 matériels. En machinisme et automatisme, Sou...

Via Agriculture Nouvelle
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Phytosanitaires et pesticides
Scoop.it!

Xylella Fastidiosa : la France interpelle la Commission Européenne

Xylella Fastidiosa : la France interpelle la Commission Européenne | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Depuis plusieurs mois les oléiculteurs corses s'inquiètent de la propagation de la bactérie Xylella Fastidiosa, responsable dans le sud de l'Italie, mais pas seulement, de la disparition de milliers d'hectares d'oliveraies. Le gouvernement français a décidé de saisir la commission européenne dans un courrier.

Via Sylvain Rotillon
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Protection phytosanitaire des fruits et légumes
Scoop.it!

Ecophyto V2 : Les organisations fruits et légumes écrivent à Stéphane Le Foll - ForumPhyto

Ecophyto V2 : Les organisations fruits et légumes écrivent à Stéphane Le Foll - ForumPhyto | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Suite au rapport du député Dominique Potier, Stéphane Le Foll s’apprête à rendre publique sa décision concernant l’évolution du Plan Ecophyto. Les organisations professionnelles fruits et légumes ont écrit au ministre pour faire part de leurs attentes. Voir la lettre ouverte envoyée par Légumes de France, FNPHP et Felcoop Voir la lettre envoyée par les principales Associations d’Organisations de Producteurs : Gefel, Cerafel Bretagne, ANPP (Pommes Poires), Tomates, Carottes, Pêches-Nectarines. L’envoi de cette lettre a été clairement affiché comme en cohérence et en appui de l’autre lettre. Malgré le désaccord de fond sur le bilan des premières années d’Ecophyto et sur le maintien des seuls objectifs de réduction en volume, toutes ces organisations reconnaissent des points positifs au rapport Potier. Elles souhaitent rappeler au Ministre Stéphane Le Foll de bien prendre en compte les points positifs présents dans le rapport Potier qui sont de première importance pour mobiliser les producteurs, éviter les distorsions de concurrence et pour l’existence même de productions qui, sinon, sont en train de disparaître très rapidement : - L’amélioration des agro-équipements. - L’élaboration d’objectifs basés sur des critères d’impact environnemental et de santé. - La résolution de la question des usages orphelins, impasses techniques ou, le plus souvent, réglementaires, qui sont une entrave majeure à la réussite du plan. - Alors que l’harmonisation européenne est complète en matière de résidus, de substances actives et de marché des produits alimentaires, les homologations restent pour l’instant nationales, générant des distorsions de concurrence inacceptables. Il faut aller au contraire vers une harmonisation européenne effective. A noter que, sous le titre « Pas d’Ecophyto 2 ! (AGPM) », La France Agricole mentionne la position de l’AGPM (producteurs de maïs) : « Les chocs de compétitivité et de simplification, tant prônés par le gouvernement, deviennent l’urgence pour redonner une vision d’avenir aux producteurs. Et surtout, pas de nouvelle contrainte, à commencer par Ecophyto 2 ! » Pour aller plus loin : « Les premières années du plan Ecophyto : un échec ? vraiment ? » « Pesticides, agro-écologie et Ecophyto V2 : le rapport de Dominique Potier »
Via ForumPhyto
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les pommes débarquent à la télé !

L'Association nationale des pommes et poires (ANP) sort une nouvelle campagne télé pour promouvoir le logo "vergers écoresponsables". Le spot Tv sera diffusé de janvier à février 2015.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE
La consommation des fruits et légumes en 5 chiffres clés [Infographie]
L’Association nationale pommes poires (ANPP) lance sa 2ème campagne télé de janvier à février 2015 pour le label "vergers écoresponsables". Le spot est parrainé par l’émission culinaire Petits Plats en Equilibre sur TF1. Une troisième campagne est programmée en mars 2015.

Avec cette publicité, la marque générique espère atteindre 300 millions de contacts. Le dispositif permettant aux consommateurs de repérer les pommes issues des vergers écoresponsables est renforcé par la mise en place d’enseignes partenaires dans les rayons et de signalétiques spécifiques.

Avec 18 kg consommés chaque année par ménage, la pomme est le fruit préféré des français et l’association espère faire augmenter les ventes de pommes issues des Vergers Ecoresponsables.

VISIONNEZ LE NOUVEAU SPOT PUBLICITAIRE



 

Par Violette Genot
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les fruits et légumes oubliés de l'océan Indien... bientôt sur nos marchés ?

Les fruits et légumes oubliés de l'océan Indien... bientôt sur nos marchés ? | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Ce portail web a été mis en place par le Cirad dans le cadre du projet ePRPV, financé par l'Union Européenne, l'Etat français, la Région Réunion et le Département de la Réunion, en partenariat avec le projet IRACC mis œuvre par la Commission de l'Océan Indien.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Des propositions pour un verger français durable | L’Arboriculture fruitière

Des propositions pour un verger français durable | L’Arboriculture fruitière | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Le 20 janvier dernier, Régis Hochart, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a remis au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, son rapport sur le devenir de la production fruitière en France.
Ce dernier lui avait confié le 21 février 2014 une mission visant à réfléchir aux perspectives pour l’arboriculture française et à identifier des leviers d’actions.
À l’issue d’échanges avec les principaux acteurs du secteur des fruits et les pouvoirs publics, Régis Hochart a dressé un état des lieux complet de l’ensemble de la filière: production, commercialisation et transformation. Il relève les atouts importants dont dispose le secteur des fruits, en matière notamment de savoir-faire et d’image, tout en soulignant les défis à relever, en particulier en termes d’organisation et d’utilisation des produits phytosanitaires.
Voici la synthèse publiée dans ce rapport:

Forces Faiblesses
Un savoir faire et des équipements.
Des outils de différenciation valorisés.
Une demande de produits français et locaux.
Des situations favorables pour certaines espèces.
Des outils de recherche et de développement.
Des régions spécialisées.
Une bonne image du fruit français hors Hexagone.
Une valorisation à l'exportation qui progresse, avec des volumes qui se stabilisent.
Un secteur pourvoyeur d'emploi.
  Une filière économique complexe:
des producteurs très divers, des circuits de mise en marché variés et des metteurs en marché aux objectifs divers;
une offre atomisée;
une ambiguïté dans le rôle des OP;
peu de perspectives partagées à long terme.
La question des produits phytosanitaires.
Des régions sans production fruitière.
Un manque de connaissances et de références.
Une gouvernance inadaptée.
 

Opportunités Menaces
De nouvelles demandes des consommateurs:
qualités différenciées;
nouvelles pratiques alimentaires;
réduction de résidus des phyto;
origine identifiée;
circuits courts.
Développement de filières de proximité.
Développement de l'exportation
restauration hors domicile.

 

Risque d'accroissement de compétition
internationale: Espagne, Grèce, Maroc, Tunisie, Pologne, Chine...
Risque de désintérêt des consommateurs.
Risque de marginalisation de certaines productions.
Recours à des prestataires de main-d’oeuvre hors Hexagone.
Quatre axes d'amélioration
Le rapport affirme que:
 

"En s'appuyant sur ses atouts – savoir-faire, climat et terroirs adaptés, origine France reconnue à l'exportation, développement de l'agroécologie, équipements productifs de qualité, recherche et développement publics et professionnels opérationnels – la France peut maintenir et développer son arboriculture."

Les auteurs formulent ainsi des propositions pour un verger français durable autour de quatre axes principaux:

une organisation accrue de la production et des marchés;
une plus grande valorisation de la qualité des produits français;
la prise en compte des aspects territoriaux (circuits courts, variétés locales);
une adaptation de la gouvernance aux enjeux de l’innovation.
Ce rapport devrait contribuer aux réflexions en cours sur les perspectives et la stratégie de la filière, en particulier dans le cadre de la préparation des Assises des fruits et légumes, qui seront organisées par Interfel à l’automne 2015.

Le rapport est téléchargeable ici.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Protection phytosanitaire des fruits et légumes
Scoop.it!

« Le bon, le moche et le truand. Ou l’Intermarché de dupes » (Daniel Sauvaitre) - ForumPhyto

« Le bon, le moche et le truand. Ou l’Intermarché de dupes » (Daniel Sauvaitre) - ForumPhyto | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Sous ce titre, Daniel Sauvaitre, président de l’ANPP (Producteurs de pommes), démonte ironiquement l’opération marketing « fruits et légumes moches » d’Intermarché.

« Le point de départ de tout ça, c’est le mot d’ordre très louable de lutte contre le gaspillage alimentaire. » concède D Sauvaitre.
Mais le paysage réel des pertes de fruits et légumes n’est pas du tout celui dépeint par l’opération marketing : Si des fruits et légumes se perdent, c’est avant tout « Au champ, quand la valeur marchande attendue ne permet pas de couvrir les coûts de récolte. Ce qui arrive régulièrement. Ou bien lorsque que des attaques de ravageurs divers n’ont pas pu être maîtrisées. Ce qui devient de plus en plus fréquent. Et bien sûr aussi à cause d’un gel, d’un excès de pluie, d’un soleil trop brulant ou d’une chute de grêle. Mais ça aussi, c’est consubstantiel au métier de paysan.
Contre ces pertes, pas besoin de venir enquêter à grand frais avec l’argent du contribuable pour voir comment les limiter, le paysan s’en charge. Il fait de son mieux avec les moyens dont il dispose. Et c’est bien entendu du côté des moyens de protection contre les bioagresseurs que la puissance publique serait la bienvenue. Mais je sais, c’est nettement moins sexy en terme de communication et un peu plus casse gueule que de vouloir faire vendre des gueules cassées. »
A l’étape suivante, lors du tri, « Pour ce qui concerne les pommes, aucune ne se perd si elle est moche et saine, trop petite ou trop grosse. Elle devient jus ou compote. »

Indulgent, Daniel Sauvaitre omet de mentionner que les fruits et légumes « moches » que l’on trouve réellement dans les rayons ne correspondent pas à la pub. On y voit des produits flétris, en partie pourris, attaqués par des parasites…, c’est-à-dire non pas « moches », mais malsains.

Au total, conclut D Sauvaitre, cette pub « amuse les consommateurs […] Mais cela n’aide vraiment pas à la compréhension des réalités de la production et du gaspillage alimentaire. »

D Sauvaitre s’interroge également malicieusement sur l’étonnante discrétion sur ce type d’opération de la part de la DGCCRF (Répression des Fraudes), normalement chargée de faire respecter la réglementation.
Lire l’intégralité de l’article de Daniel Sauvaitre

Pour aller plus loin :
« Des fruits et légumes « moches » pour lutter contre le gaspillage alimentaire ? », article où nous soulignions que la normalisation est un facteur de transparence utile au producteur et au consommateur.


Via ForumPhyto
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Agriculture en Dordogne
Scoop.it!

Une filière qui pourrait aller mieux

Une filière qui pourrait aller mieux | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it
Noix. Alors que la Coop Cerno tient ses assemblées de section, le directeur général Jean-Pierre Tuneu lance un appel aux producteurs pour qu’ils ne relâchent pas leurs efforts dans un contexte favorable à la nuciculture, avec des prix élevés.

Via Chambre d'agriculture de Dordogne
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Maraichage-Horticulture
Scoop.it!

l'arbre fruitier agroforestier, plantation, protection, entretien.


Via CFPPA Carcassonne
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Ils ont planté des milliers d'oliviers

Ils ont planté des milliers d'oliviers | Arboriculture: quoi de neuf? | Scoop.it

Par Isabelle Bris. France 3 Languedoc-Roussillon. « La passion de l'huile d'olive pour un couple de retraités à Saint-Géniès-des-Mourgues » 

 

« Pour leur retraite, Robert et Christiane Blanc ont planté des milliers d'oliviers à Saint-Géniès-des-Mourgues, près de Montpellier, dans l'Hérault. Une façon de valoriser le domaine familial, mais aussi de réaliser un rêve : produire sa propre huile d'olive de A à Z. »  

 

[...]

 

« Seule ombre au tableau : les dérèglements du climat, avec des hivers trop doux, et des étés interminables qui profitent aux parasites : la mouche de l'olive a ravagé 80% de la récolte française l'an dernier et la moitié de celle qu'espérait la famille Blanc. » 

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Florette se lance dans un nouveau marché : les fruits !

La marque Florette, leader en Europe des salades en sachet, va proposer une gamme de légumes et fruits exotiques en barquette à la marque "Fraicheur Florette" au premier semestre 2015.

Fraicheur Florette, c’est la nouvelle marque qui apparaitra bientôt dans le rayon des fruits et légumes. Florette commercialisera sous cette signature une gamme de légumes mais surtout de fruits exotiques (ananas, mangue, noix de coco…) en barquette en frais emballé. Lancement prévu  : 1er semestre 2015.
"Les distributeurs se sont tous essayés à la fraiche découpe mais la durée de vie très courte de ces produits constitue pour eux un vrai problème. Nous leur proposons ici une alternative avec une gamme dont la date limite de consommation est plus longue (4 jours au minimum, NDLR)", explique Bertrand Totel, qui vient de prendre ses fonctions à la tête de la branche légumes d’Agrial.

DES PRÉCÉDENTS SUR CE MARCHÉ DES FRUITS
Sur ce terrain, Les Crudettes ont déjà sorti une offre de fruits en étui, en 2012. Florette s’était quant à elle déjà essayée à commercialiser en grande distribution des fruits frais… Avec un résultat peu probant puisque la marque avait décidé de mettre fin à ces produits. "Avant, nous sous traitions cette activité, désormais, nous allons fabriquer nous-même cette gamme de produits", assure Ludovic Spiers, directeur général de la coopérative Agrial (voir chiffres clés ci-dessous).Pour mener à bien ce projet, Agrial a déboursé près de trois millions d'euros en 2014. La branche légume a investit, au total,près de 50 millions d'euros en 2014  sur ces sites.

FLORETTE SOUHAITE ETENDRE SON EMPIRE
En parallèle, le pôle "légumes" d'Agrial a également de grandes ambitions à l’international. Un tiers du chiffre d’affaires est réalisé hors de France. Florette, déjà présente en Europe, envisage de conquérir la Scandinavie, l’Europe de l’Est et des pays africains pour s'implanter, à terme, sur ces marchés, mais sans plus de précisions à ce jour.
more...
No comment yet.