19.07.13. - 

PITTSBURGH - Rien ne semble démontrer que le processus de fracturation hydraulique a contaminé l'eau des réservoirs souterrains près d'un site d'exploitation de l'ouest de la Pennsylvanie, conclut une étude réalisée par le département américain de l'Énergie.

 

Après une année d'enquête, les chercheurs ont déterminé que les produits chimiques utilisés pour libérer le gaz piégé sous la surface sont demeurés des milliers de pieds sous les zones les plus profondes où l'on s'approvisionne en eau potable, a expliqué le géologue Richard Hammack.

[…]
Des boues de forage identifiées par des marqueurs spéciaux qui ont été injectées à plus de 8000 pieds de profondeur n'ont pas été détectées dans la zone de contrôle située 3000 pieds plus haut.
Cela signifie donc que des substances potentiellement dangereuses sont demeurées à une distance d'environ 1,6 kilomètre des sources d'approvisionnement en eau potable.

Il s'agit là de «bonnes nouvelles», a plaidé Rob Jackson, un scientifique de l'université Duke qui n'était pas impliqué dans cette recherche.

Le chercheur a néanmoins prévenu que cette étude ne prouvait pas à elle seule que la fracturation hydraulique n'était pas polluante puisque les pratiques des géologues et celles de l'industrie varient considérablement en Pennsylvanie et aux quatre coins des États-Unis.
[…]


Via isa77_Jouarre