ALMAGESTE
3.2K views | +6 today
Follow
ALMAGESTE
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Marc Brulé
Scoop.it!

« UN GENIE SANS PIEDESTAL » : PICASSO AU MUCEM

« UN GENIE SANS PIEDESTAL » : PICASSO AU MUCEM | ALMAGESTE | Scoop.it
Picasso et les arts & traditions populaires, du 27 avril au 29 août 2016 au MUCEM Marseille. « Il n’y a pas d’art abstrait. Il faut toujours commencer par quelque chose. On peut ensuite enlever toute apparence de réalité́ ; il n’y a plus de danger, car l’idée de l’objet a laissé une empreinte ineffaçable.…
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Revues & Critique
Scoop.it!

Tsvetaeva arrache la porte | [En attendant Nadeau] 

Tsvetaeva arrache la porte | [En attendant Nadeau]  | ALMAGESTE | Scoop.it

C’est une première, et c’est colossal : en bilingue, toute la poésie lyrique de Marina Tsvetaeva, soit quelque mille cent soixante-dix poèmes « brefs » («lirika », en russe).


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from Infos artistiques, histoire de l'art...
Scoop.it!

« Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire » (1914) par Giorgio de Chirico

« Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire » (1914) par Giorgio de Chirico | ALMAGESTE | Scoop.it
A l'occasion de l'exposition " Apollinaire, le regard du poète " à l'Orangerie, Laurence des Cars et Jean de Loisy vont décrypter l'oeuvre.

Via Carmillonette
more...
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

Jeudi 19 mai-lundi 19 septembre 2016 :: exposition Paul Delvaux. L’écho du rêve, Centre Wallonie-Bruxelles (Paris)

Jeudi 19 mai-lundi 19 septembre 2016 :: exposition Paul Delvaux. L’écho du rêve, Centre Wallonie-Bruxelles (Paris) | ALMAGESTE | Scoop.it

L'exposition 'Paul Delvaux. L’écho du rêve' vous invite à un cheminement libre et sensible, dans l’étonnant univers pictural du célèbre maître belge.

La femme, le mystère, le rêve, l’évasion, la solitude, la théâtralité... Autant de clefs offertes pour une approche singulière, qui révélera la richesse, la densité et la force poétique de l’œuvre de Paul Delvaux.

 

CENTRE WALLONIE-BRUXELLES A PARIS

Direction : Anne Lenoir

Salle d’exposition

127-129 rue Saint Martin

75004 Paris M°: Châtelet-les-Halles, Rambuteau

info@cwb.fr - www.cwb.fr  - 01 53 01 96 96

 
TÉLÉCHARGEMENT => DOSSIER DE PRESSE
 
 

INFOS PRATIQUES

 

OUVERTE DU LUNDI AU VENDREDI DE 9 H À 19 H. SAMEDI ET DIMANCHE DE 11 H À 19 H.

PARTICIPATION À LA NUIT DES MUSÉES LE SAMEDI 21 MAI  JUSQU’À 23H.

 


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Poésie contemporaine
Scoop.it!

Samedi 30 avril 2016 :: journée d'hommage à Fernando Pessoa (Grasse)

Samedi 30 avril 2016 :: journée d'hommage à Fernando Pessoa (Grasse) | ALMAGESTE | Scoop.it

Dans le cadre de la journée Hommage à Fernando Pessoa
Venez découvrir l’un des écrivains et poètes les plus énigmatiques du 20e siècle. La Villa Saint-Hilaire vous convie durant toute une journée à explorer l’univers de Fernando Pessoa avec conférence, musique, projection, etc. Après une présentation des ouvrages de la bibliothèque sur Fernando Pessoa par Catherine Berney, responsable de la Maison de la Poésie, Patrick Quillier nous proposera une conférence sur le sujet « Fernando Pessoa et la nature »...
 

Patrick QUILLIER

Patrick Quillier est un poète et essayiste français d’origine toulousaine ainsi qu’un traducteur du portugais. Il enseigne actuellement la littérature comparée à l'université de Nice. Il a traduit des œuvres en portugais du poète Eugénio de Andrade et de Fernando Pessoa et a dirigé l’édition des œuvres poétiques de Fernando Pessoa dans la Pléiade. Il a publié plusieurs essais et recueils de poésie et a collaboré à de nombreuses revues scientifiques en littérature. Ses recherches portent notamment sur les rapports entre littérature et musique. Il mène par ailleurs des activités de musicien et compositeur.Il abordera dans cette conférence le thème de la relation à la nature dans l’œuvre poétique de Fernando Pessoa.

Villa Saint-Hilaire,

bd Antoine Maure

GRASSE

 


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Musique
Scoop.it!

Aziza Brahim chante l’exil et les réfugiés

Aziza Brahim chante l’exil et les réfugiés | ALMAGESTE | Scoop.it
Depuis la disparition en août 2015 de la chanteuse Mariem Hassan, artiste emblématique de la lutte pour un Sahara occidental indépendant, Aziza Brahim se retrouve désormais appelée à incarner en musique cette cause et la défense de ses compatriotes réfugiés. Sur son quatrième album intitulé Abbar el Hamada, elle parvient, dans la musique comme dans les paroles, à conjuguer local et global.

Via Centre Culturel Jovence, Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

"Normandie impressionniste 2016" accroche ses premiers tableaux au musée des Beaux-Arts de Rouen

"Normandie impressionniste 2016" accroche ses premiers tableaux au musée des Beaux-Arts de Rouen | ALMAGESTE | Scoop.it

La troisième édition de "Normandie impressionniste" débute officiellement vendredi 16 avril 2016, avec l'ouverture de l'exposition phare du festival au musée des Beaux-Arts de Rouen. "Scènes de la vie impressionniste" rassemble une centaine de tableaux sur le thème du portrait. Des Manet, Renoir, Monet ou Degas qui proviennent des collections des plus grands musées du monde.


Via Uston News, Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

Jusqu'au 3 juillet 2016 :: Exposition L'Art et l'enfant, Musée Marmottan-Monet (Paris)

Jusqu'au 3 juillet 2016 :: Exposition L'Art et l'enfant, Musée Marmottan-Monet (Paris) | ALMAGESTE | Scoop.it

Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

15 avril-18 juillet 2016 ::  Exposition JEAN GENET, L’ÉCHAPPÉE BELLE, Mucem (Marseille)

15 avril-18 juillet 2016 ::  Exposition JEAN GENET, L’ÉCHAPPÉE BELLE, Mucem (Marseille) | ALMAGESTE | Scoop.it

L’exposition cherche à faire comprendre comment la Méditerranée, avec ses appels au voyage et à la liberté, avec la diversité de ses cultures, avec les rencontres qu’elle a suscitées à plusieurs moments de sa vie... constitue un pôle magnétique du parcours littéraire de Jean Genet, auquel il revient obstinément. Elle a pour ambition de montrer comment la Méditerranée représente pour lui une « échappée belle ». Articulée autour de quatre thèmes dont chacun fait se croiser un moment de sa vie, une de ses oeuvres et un territoire méditerranéen (Le Journal du voleur – L’Espagne, Les Paravents – L’Algérie, Un captif amoureux – La Palestine ; la fin de sa vie au Maroc), l’exposition rassemble également des oeuvres qui témoignent de la sensibilité de Jean Genet, de ses rencontres et notamment de son lien avec Alberto Giacometti.


Une exposition sur Jean Genet et la Méditerranée, organisée par Le Mucem en partenariat avec l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).

 

http://www.mucem.org/fr/exposition/jean-genet-lechappee-belle 


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from PHOTOGRAPHERS
Scoop.it!

Analyse d’une photo : le rêveur de Kathputli Colony | Serge Bouvet, photographe

Analyse d’une photo : le rêveur de Kathputli Colony | Serge Bouvet, photographe | ALMAGESTE | Scoop.it
Le tabou pointant la frontière entre l’aspect artistique et l’aspect documentaire de la photographie est le cadet de mes soucis. Je n’ai pas tendance à minimiser l’aspect artistique de mes photos. En ce qui me concerne, le dispositif esthétique prévaut autant que le sujet traité, surtout dans le cadre d’un portrait. Petit retour sur un portrait pris à Kathputli Colony.

Via Photo report
more...
No comment yet.
Scooped by Marc Brulé
Scoop.it!

LIMINAIRE

LIMINAIRE | ALMAGESTE | Scoop.it
« Ce qu’Yves Klein met en place, écrit Camille Morineau commissaire de l’exposition du Centre Pompidou [1], est destiné à s’effacer devant le dialogue que le regardeur établit avec un au-delà, qui reste pour chacun à définir, et dont l’artiste se contente de proposer le principe, le moteur »
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Livres & Littérature
Scoop.it!

Vendredi 8 avril 2016 ::  Journée d'étude Pasolini Peuple enragé Peuple tragique (ENS, Lyon)

Vendredi 8 avril 2016 ::  Journée d'étude Pasolini Peuple enragé Peuple tragique (ENS, Lyon) | ALMAGESTE | Scoop.it

Pier Paolo Pasolini : peuple enragé, peuple tragique

Autour de quelques parutions récentes

Une journée d’études, de discussions et de projections autour de l’actualité pasolinienne, et à l’occasion de la sortie du livre Accattone aux Editions Macula. Avec le soutien du Laboratoire Triangle, du Département des Langues et des Affaires culturelles de l’ENS.

 

Matinée


9h30 : Accueil des intervenants et ouverture de la journée par Alice Leroy et Marie Fabre

10h-11h30 :  intervention inaugurale de Carla Benedetti : Pasolini, la rage et la forme tragique.

11h45-12h30 : Pasolini, poète des cendres : une lecture musicale accompagnée de projections par l’équipe du Cinéma préhistorique (Fabrik).

Voix : Ben Merlin, Marie Fabre ; Musique : Guillaume Fournier, Jonas Bernath ; Image : Lisa Cocrelle

 

Après-midi


14h-14h45 : présentation du nouveau numéro de la revue Initiales, par Gwilherm Perthuis pour l’association Livraisons, en discussion avec Claire Moulène.

 

A l'occasion de la sortie du livre Accattone aux éditions Macula, avec le scénario original du film traduit par Jean-Claude Zancarini, ainsi qu'un dossier critique introduit et traduit par Hervé Joubert-Laurencin: 


14h45 -16h : intervention introductive d'Hervé-Joubert Laurencin : Accattone entre livre et film

16h-17h30 : table ronde avec Jean-Claude Zancarini, Hervé Joubert-Laurencin et Véronique Yersin, autour de l'édition et de la traduction du livre Accattone. 

 

18h : projection en 35 mm du film Accattone, de Pier Paolo Pasolini.

 

Pour toute information : Marie Fabre (marie.fabre@ens-lyon.fr) et Alice Leroy (alice.leroy@ens-lyon.fr )


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Arts
Scoop.it!

Francesca Woodman bientôt à la Fondation Henri Cartier-Bresson | Actuphoto

Francesca Woodman bientôt à la Fondation Henri Cartier-Bresson | Actuphoto | ALMAGESTE | Scoop.it
Dans le cadre de sa tournée européenne, l'

Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Revues & Critique
Scoop.it!

[vient de paraître] revue Francopolis, mai 2016 (135e édition)

[vient de paraître] revue Francopolis, mai 2016 (135e édition) | ALMAGESTE | Scoop.it

Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from Arts vivants, identité européenne - Living Arts, european Identity
Scoop.it!

En plein air -exposition du  05 mai au 15.08.2016  à Liège

En plein air -exposition du  05 mai au 15.08.2016  à Liège | ALMAGESTE | Scoop.it
Du 5 mai au 15 août 2016

Via Revue Traversées, izadessine, Thomas-Penette Michel
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from Critique du changement
Scoop.it!

1 million d'internautes utilisent Facebook de manière "anonyme"

1 million d'internautes utilisent Facebook de manière "anonyme" | ALMAGESTE | Scoop.it
Surfer sur Facebook de manière anonyme, depuis quelque temps, c'est possible et à l'heure actuelle, 1 million d'internautes en profiteraient.



Pour certains, Facebook est utile pour en savoir [...]

Via HumdeBut
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from Ressources d'autoformation dans tous les domaines du savoir : veille AddnB
Scoop.it!

La BnF lance RetroNews, un "Ina de la presse écrite" offrant 3 siècles d'archives en ligne

La BnF lance RetroNews, un "Ina de la presse écrite" offrant 3 siècles d'archives en ligne | ALMAGESTE | Scoop.it
La Bibliothèque nationale de France (Bnf) ambitionne de faire de RetroNews "la plateforme de référence de la presse française".

Le site compte déjà trois millions de pages de journaux, qui doubleront d'ici trois ans avec la numérisation de nouveaux documents. A terme, c'est près de 30 millions d'articles, qu'il sera possible de consulter sur RetroNews, la plateforme lancée ce mercredi par BnF-Partenariats (filiale de la BnF en charge des nouveaux produits et services numériques) proposant un accès gratuit et simplifié aux anciens journaux français numérisés de ses collections.

Via Bruno Essard-Budail, veroni
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Shakespeare, c’est dramatique !

Shakespeare, c’est dramatique ! | ALMAGESTE | Scoop.it

Par Philippe Bernard dans Le Monde :

Pas un seul passant ne ralentit l’allure devant le 5 St Andrew’s Hill, sis dans une ruelle tortueuse du quartier de Blackfriars, au cœur de la City de Londres. ­Richard ­Wilson, lui, tombe littéralement en arrêt en désignant une minuscule plaque apposée sur le mur de brique d’un cabinet d’avocats. « C’est là  ! », s’exclame avec emphase le professeur d’études shakespeariennes à l’université Kingston. Là que se trouvait la maison achetée en 1613 par celui que les Anglais surnomment affectueusement « le Barde  », mort il y a quatre cents ans, le 23 avril 1616, et dont le Royaume-Uni célèbre la mémoire.

« Dans ces venelles moyenâgeuses, William Shakespeare est partout  », exulte M. Wilson, en nous entraînant vers les lieux où « flotte l’esprit  » du dramaturge. Dans le pub où fut écrite la seule lettre connue adressée à Shakespeare, puis au siège de la guilde des apothicaires, où l’imposante salle du conseil se dresse à l’emplacement exact du théâtre dans lequel fut jouée La Tempête pour la première fois.

Il faut de l’imagination au visiteur, car tout a été détruit lors du grand incendie de 1666. Alors Richard Wilson nous emmène dans la splendide église romane de St Bartholomew-the-Great, l’un des rares bâtiments épargnés par le feu. « Il  » a dû marcher ici, susurre le professeur, en précisant que le film Shakespeare in Love a été tourné dans la pénombre de ces voûtes antiques.

Pourtant, depuis un siècle et demi, une terrible controverse intellectuelle fait rage, nourrie par la biographie extrêmement lacunaire du « Barde  » et les mœurs théâtrales de son temps, notamment le fait que ses pièces, sans cesse remaniées, n’ont été éditées qu’après sa mort. Personne ne nie l’existence de Shakespeare, né en 1564 à Stratford-upon-Avon, mais de nombreux auteurs considèrent qu’il ne peut être l’auteur de l’œuvre foisonnante qui lui est attribuée. D’un côté, les « stratfordiens  », tenants de l’orthodoxie universitaire, dissèquent les indices reliant la vie à l’œuvre et assimilent les contestataires à des charlatans.

De l’autre, les « antistratfordiens  », qui doutent que le dénommé William Shakespeare, bourgeois sans éducation n’ayant jamais quitté l’Angleterre et n’ayant pas légué le moindre livre à ses héritiers, puisse être le magicien du verbe et le décrypteur de l’âme humaine célébré dans le monde entier. Pour eux, le vrai Shakespeare ne peut être qu’un noble ayant dû s’affubler d’un pseudonyme pour s’introduire dans le monde sulfureux du théâtre.

78 candidats

La bataille n’est pas près de s’arrêter, car aucun des deux camps ne détient de véritables preuves de ce qu’il avance. Mais elle prend une dimension stratégique en cette année de quadricentenaire où le Royaume-Uni est engagé tambour battant dans un Shakespeare business sans complexe. « Rejoignez-nous en 2016 pour cette occasion unique  », a écrit le premier ministre britannique, David Cameron, dans Le Monde du 11 janvier, en mettant en avant la « dimension internationale  » de la célébration.

Jamais soulevés avant le milieu du XIXe siècle, les doutes sur la paternité de l’œuvre de Shakespeare sont nés « en même temps que la mode pour les romans policiers et la montée du scepticisme religieux  », explique Stanley Wells, pape des études shakespeariennes à l’université de Birmingham et président honoraire du Shakespeare Trust, épicentre de la « bardolâtrie  ». Aujourd’hui, Internet offre aux sceptiques et à tous les adeptes des théories complotistes une formidable caisse de résonance.

Lire la chronique de Roger-Pol Droit :   Figures libres. Shakespeare comme machine à philosopher : http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/02/18/figures-libres-shakespeare-comme-machine-a-philosopher_4867678_3260.html

François Laroque, professeur à l’université Sorbonne-Nouvelle et auteur d’un Dictionnaire amoureux de Shakespeare (Plon, 800 p., 27 €), explique que pas moins de 78 candidats au titre de « véritable  » Shakespeare ont été cités au fil du temps, parmi lesquels le comte d’Oxford, Edouard de Vere, et Francis Bacon, ministre des finances du roi Jacques Ier. L’écrivaine américaine Delia Bacon affirma, en 1857, apporter la preuve que son prétendu ancêtre Bacon était le véritable Shakespeare.

Elle tenta même d’ouvrir la tombe du « Barde  » à Stratford-upon-Avon pour en extraire quelque pièce à conviction, et mourut dans un asile. Mais la galerie des sceptiques est loin de n’aligner que des illuminés et des farfelus. Mark Twain, Friedrich Nietzsche, Léon Tolstoï, George Bernard Shaw, Sigmund Freud et Paul Claudel y figurent. En 1903, l’écrivain américain Henry James s’est dit, « en quelque sorte, hanté par la conviction que le divin William est l’imposture la plus grande et la mieux réussie jamais commise sur un monde patient  ».

Lire aussi :   Mais qui donc était Shakespeare ? Réponse par Mark Twain : http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/03/10/mais-qui-donc-etait-shakespeare-reponse-par-mark-twain_4879887_3260.html

Chaque époque a généré son « vrai  » Will, et un nouveau et sérieux candidat a été exhumé ces dernières années. Il s’agit de John Florio, un Anglais d’origine italienne, polyglotte, lexicographe et courtisan, dont la culture transnationale – il a traduit les Essais de Montaigne en anglais –, l’agilité à manier les langues, la bibliothèque éblouissante et la connaissance de l’Italie font un Shakespeare convaincant. « Florio, fils d’un exilé juif italien converti au protestantisme, a voulu devenir plus anglais que les ­Anglais. Il a choisi d’utiliser le nom du personnage de Stratford, médiocre acteur et imprésario de théâtre  », soutient Lamberto Tassinari, écrivain italien auteur de John Florio alias Shakespeare (Le Bord de l’eau, 380 p., 26,40 €). Florio et Shakespeare sont « un seul et unique auteur  », affirme M. Tassinari. « C’est plus qu’une preuve, c’est une évidence qui heurte des intérêts de caste et bouscule une sorte de dogme religieux  », dit l’auteur, dont la croisade vise non seulement les stratfordiens, mais aussi… l’impérialisme britannique.

« Monument national »

Selon lui, « le culte de Shakespeare a été imposé au XVIIIe siècle, moment où l’Angleterre connaissait une extraordinaire expansion économique et militaire nécessitant aussi une forte affirmation culturelle  ». Londres, après avoir « coulé dans le béton un auteur national  », et transformé l’anglais en « langue de Shakespeare  », serait incapable d’admettre le « vrai  » Shakespeare métissé et continental  : John Florio.

A notre époque de flottement sur l’identité nationale, il est particulièrement « difficile d’ébranler le monument national qu’est Shakespeare  », estime le philosophe Daniel Bougnoux. Ce professeur de sciences de l’information à l’université Stendhal de Grenoble, auteur de Shakespeare. Le choix du spectre (Les Impressions nouvelles, 208 p., 18 €), plaide, lui aussi, en faveur de John Florio, et met en cause le « chauvinisme britannique  ». « L’attribution d’une œuvre aussi considérable au médiocre bourgeois de Stratford-upon-Avon n’a que trop duré  », proclame-t-il, tout en reconnaissant ne détenir « aucune preuve décisive en faveur de Florio  ».

« QUESTIONNER L’IDENTITÉ DE SHAKESPEARE, C’EST COMME DEMANDER SON CERTIFICAT DE NAISSANCE À OBAMA. »
RICHARD WILSON, PROFESSEUR D’ÉTUDES SHAKESPEARIENNES À L’UNIVERSITÉ KINGSTON



Calé dans un fauteuil de la cafétéria du cloître de St-Bartholomew, Richard Wilson sort de ses gonds pour peu que l’on prononce le nom de Florio. « Questionner l’identité de Shakespeare, c’est comme demander son certificat de naissance à Obama, lance-t-il. Laisser les théories conspirationnistes et la paranoïa d’Internet circuler à l’université, c’est ouvrir la voie au fascisme à un moment où l’Europe vit des moments difficiles. » L’idée selon laquelle « des générations entières de chercheurs auraient conspiré pour créer l’imposture Shakespeare  » est, pour lui, « pathétiquement absurde  ». Quant à John Florio, « c’est un protestant extrémiste qui n’aimait ni les blagues ni le sexe  », dont l’œuvre de Shakespeare est pourtant truffée.

A entendre l’exaltation de l’universitaire, le procès en chauvinisme fait mouche. Mais il ne serait pas moins absurde. « Shakespeare a commencé à personnifier l’Angleterre quand il a été redécouvert par Voltaire, puis par les romantiques allemands, assure Richard Wilson. C’est en devenant européen qu’il a accédé au statut d’auteur universel. »

Lire aussi :   Le célèbre « Barde de Stratford » n’est pas celui qu’on croit ! : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/09/le-celebre-barde-de-stratford-n-est-pas-celui-qu-on-croit_4844527_3232.html

Là résiderait le quiproquo  : « Les Européens considèrent Shakespeare comme la quintessence de l’Angleterre, alors que les Anglais le voient comme fondamentalement européen  », précise Gordon McMullan, directeur du centre Shakespeare au King’s College de Londres, qui s’élève avec force « contre le mythe selon lequel la vie de Shakespeare serait mal connue  ». Lui aussi exclut la possibilité même d’un débat sur l’identité du « Barde  »  : « Je ne cherche même pas à discuter avec ceux qui soutiennent de pareilles absurdités, tranche-t-il. Ils reprochent aux universitaires d’être élitistes tout en soutenant que Shakespeare ne peut être issu que de l’élite. »

En fait, l’hypothèse John Florio relève quasi du tabou au Royaume-Uni. Jeremy Lester, un universitaire qui la défend, affirme s’être heurté à un mur lorsqu’il a tenté de faire publier une tribune pro-Florio dans la presse britannique. La seule occurrence du nom de Florio dans les archives du Guardian renvoie à un long article très étayé qui suggère que l’Anglo-Italien pourrait être l’éditeur de Shakespeare, sans s’aventurer plus loin.

Conspiration universitaire

Mais l’Angleterre, où la liberté d’expression est une valeur de base, a bien sûr ses hérétiques. A commencer par Mark Rylance, acteur shakespearien très populaire (il incarne Thomas Cromwell dans la série de la BBC « Wolf Hall  ») et ancien directeur artistique du Shakespeare’s Globe, à Londres. Sa pièce Je suis Shakespeare, montée en 2007, dénonçait la conspiration des universitaires pour empêcher toute discussion.

La star a aggravé son cas en signant, comme plus de 3 300 personnes, la « déclaration de doute raisonnable sur l’identité de William Shakespeare  », une pétition en ligne lancée par des universitaires américains qui se demandent « comment William Shakspere [l’une des graphies qu’aurait utilisées l’intéressé] de Stratford pourrait être l’auteur William Shakespeare sans en avoir laissé de son vivant la moindre preuve tangible  ». Directement visé en tant que figure du lobby stratfordien, Stanley Wells qualifie ses détracteurs d’« aristocrates  ». « L’idée selon laquelle quelqu’un issu du peuple ne peut être l’auteur d’une pareille œuvre relève du snobisme, estime-t-il. Ils n’ont même pas conscience que Shakespeare a très bien pu apprendre Virgile et Cicéron dans une grammar school. »

Lire aussi :   Est-il scandaleux que le fils d’un gantier anglais puisse bel et bien être Shakespeare ?

Mais faut-il vraiment trancher cette querelle séculaire alors que les protagonistes reconnaissent qu’ils ne détiendront probablement jamais de preuve définitive  ? L’essentiel n’est-il pas que l’œuvre existe, indépendamment de la biographie de son auteur, et continue d’émouvoir lecteurs et spectateurs sur tous les continents  ? « Les shakespeariens de ma génération ont appris “la mort de l’auteur” avec Foucault et Barthes, et se concentrent sur l’œuvre, remarque François Laroque. Réduire le théâtre de Shakespeare à sa biographie est une erreur. C’est méconnaître le mode d’écriture collaboratif de l’époque et oublier la part de l’imagination. »

La perpétuelle réinterprétation des pièces du « Barde  », leur réinvention à Hollywood ou dans les mangas japonais cadre finalement bien avec le flou du personnage. « Shakespeare n’a jamais été fixé ni stable, résume Gordon McMullan. Chaque génération y cherche du nouveau, chaque continent y trouve du sens. » On n’a pas fini de chercher l’ombre du grand « Will  » dans les ruelles de Blackfriars.

Philippe Bernard (Londres, correspondant)
Correspondant au Royaume-Uni


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Arts
Scoop.it!

27 mai-3 juillet 2016 ::  Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, rétrospective intégrale (Centre Pompidou)

27 mai-3 juillet 2016 ::  Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, rétrospective intégrale (Centre Pompidou) | ALMAGESTE | Scoop.it
Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, rétrospective intégrale

 

27 mai - 3 juillet 2016

horaires variables
Cinéma 2, Cinéma 1, Petite salle - Centre Pompidou, Paris

6€ / TR 4€

 

 

Dense, puissante, érudite, l’œuvre cinématographique unique façonnée par Jean-Marie Straub et Danièle Huillet puise sa source dans leur rencontre, au milieu des années 50. « Un couple de cinéastes responsables d’une des œuvres les plus radicales, les plus exigeantes, les plus excitantes pour l’esprit, les plus belles aussi de ce que l’on a appelé le cinéma moderne », rappelait Jean-François Rauger dans un hommage publié dans Le Monde, à la mort de Danièle Huillet, en 2006. On ne saurait mieux dire tant, cinquante ans et trente films plus tard, leur travail conserve sa force et son actualité.
Dans une économie toujours modeste, les Straub ont poursuivi sans fléchir leurs recherches esthétiques, à travers les pays, de l’Italie à l’Allemagne en passant par l’Egypte et la France, et surtout les œuvres littéraires et musicales dont ils se sont inspirés pour mieux affirmer leur engagement politique, celles de Bertolt Brecht, Cesare Pavese ou encore Franco Fortini en tête. Mouvements de caméra minimalistes, direction d’acteurs ou de non professionnels rigoureuse, mise en scène du son et de la musique inédite, rapport à la nature omniprésent, les Straub n’ont cessé d’aiguiser leur expression filmique pour dénoncer toutes les violences du 20ème siècle : permanence du fascisme, immanence du capitalisme, résurgence des conflits, notamment au Moyen-Orient.
« Chaque Straubfilm est un relevé – archéologique ; géologique ; ethnographique, militaire aussi – d’une situation historique où des hommes ont résisté [...] les Straub pourraient dire : n’existe pour sûr que ce qui résiste », écrivait le critique Serge Daney. Découvrir, redécouvrir aujourd’hui Othon (1969), Moïse et Aaron (1974), Trop tôt, trop tard(1980/81) ou encore Ouvriers, paysans (2000), c’est mesurer le nécessaire mouvement de l’époque et la formidable acuité des Straub à nous le révéler.
Jean-Marie Straub poursuit seul ce travail depuis 2006. Il a réalisé plus de quinze courts métrages et un long, tournés pour la plupart en numérique. Présent sur la scène artistique mondiale, notamment à la Biennale de Venise, en 2015, ou encore au MoMA de New York, pour une rétrospective, en mai 2016, il ne cesse d’agrandir son champ d’expérimentation. Alors que le Centre Pompidou mettra l’ « Arte povera » à l’honneur, à partir du 8 juin prochain avec l’exposition Un Art Pauvre, et que deux films réalisés avec Danièle Huillet, Introduction à la "Musique d'accompagnement pour une scène de film" , d’Arnold Schoenberg (1972) et Toute révolution est un coup de dés (1977), s’apprêtent à rejoindre les collections du Centre Pompidou, je suis particulièrement fier que notre institution consacre l’œuvre de ces artistes totaux, Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. La présence de ce dernier, dans nos murs, est inestimable.

Serge Lasvignes
Président du Centre Pompidou

 

http://www.straub-huillet.com/agenda/ ;


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

7 avril-28 mai 2016 ::  Exposition François-Xavier de Boissoudy [galerie Guillaume, Paris)

7 avril-28 mai 2016 ::  Exposition François-Xavier de Boissoudy [galerie Guillaume, Paris) | ALMAGESTE | Scoop.it

http://www.galerieguillaume.com/pdf/expo/DP-Galerie%20Guillaume-Jan16-EXE4_1.pdf

 

Après l’exposition “Résurrection” en 2015, la Galerie Guillaume donne de nouveau carte blanche à François-Xavier de Boissoudy en 2016 dans une exposition intitulée “Miséricorde”. L’exposition promet d’être un événement car c’est la première fois qu’un artiste vivant, s’inspirant directement des textes des Évangiles, développe de façon aussi exhaustive un thème religieux et d’art sacré : la miséricorde de Dieu manifestée à travers les miracles réalisés par le Christ et ses rencontres des souffrances humaines. Du récit de la femme adultère aux paraboles du Fils prodigue et du bon Samaritain, en passant par les nombreux miracles du Christ, ces scènes accompagnent les chrétiens depuis plus de deux mille ans et nourrissent leur foi. Pourtant, il est frappant de constater que leur représentation est aussi peu traitée dans l’art moderne et contemporain. Au moment où la miséricorde a été choisie par le Pape François comme thème de réflexion universelle pour 2016, l’exposition veut s’adresser à tous, quelles que soient leurs croyances, tant ces scènes des Évangiles sont d’une grande richesse visuelle et de sens. De plus, les techniques picturales utilisées par François-Xavier de Boissoudy, ainsi que le traitement particulier des sujets, rendent son travail éminemment contemporain.

 

 


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

Jusqu'au 24 avril 2016 ::  Exposition Marc Chagall, les couleurs de la vie à la Malmaison (Cannes)

Jusqu'au 24 avril 2016 ::  Exposition Marc Chagall, les couleurs de la vie à la Malmaison (Cannes) | ALMAGESTE | Scoop.it

Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Expositions & Spectacles
Scoop.it!

Jusqu'au 4 septembre 2016 :: exposition Louise Bourgeois, Musée Guggenheim de Bilbao

Jusqu'au 4 septembre 2016 :: exposition Louise Bourgeois, Musée Guggenheim de Bilbao | ALMAGESTE | Scoop.it

Louise Bourgeois, structures de l'existence: les Cellules, nouvelle exposition au Musée Guggenheim de Bilbao, organisé en collaboration avec Haus der Kunst à Munich.


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.
Rescooped by Marc Brulé from TdF | Culture & Société
Scoop.it!

Samedi 23 avril 2016 ::  18e Fête de la Librairie

Samedi 23 avril 2016 ::  18e Fête de la Librairie | ALMAGESTE | Scoop.it

San Jordi, samedi 23 avril, journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

 

Cette année, 480 libraires indépendants en France, en Suisse et en Belgique se rassemblent à nouveau, forts de leurs différences et de leurs parentés et organisent un grand nombre d’événements littéraires.

Cette mobilisation annuelle est aussi l’occasion d’une réflexion et d’une redéfinition des grands axes du métier dans un contexte de grande mutation des habitudes de lecture. Il est donc essentiel de partager avec les lecteurs ce que la vocation et les compétences des libraires apportent à la vie des livres.

Pour la 18e Fête, ce sont les beaux livres qui sont à l'honneur et, à cette occasion, les libraires se sont associés avec les Éditions Diane de Selliers pour offrir Amour & Psyché d'Apulée à leurs lecteurs.

Retrouvez le programme et la liste des librairies de la Région qui participent à la 18e Fête de la Librairie.


Via Angèle Paoli | TdF Actu
more...
No comment yet.