Alimentation durable
Follow
Find
9.0K views | +1 today
Alimentation durable
Alimentation, santé et environnement : liens et enjeux
Curated by Remi Cyclo
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Cantines scolaires : vers une alimentation saine, durable et équilibrée

Cantines scolaires : vers une alimentation saine, durable et équilibrée | Alimentation durable | Scoop.it

La Ministre de l’Enseignement obligatoire l’avait promis, en avril dernier : elle allait bannir les sucreries, sodas et autres burgers de toutes les écoles d’ici 2015. Bon, l’idée n’était pas vraiment neuve puisque Marie Arena l’avait déjà défendue à l’époque. La pression des limonadiers et des chefs d’établissement – qui tirent aussi de juteux bénéfices de la vente de sucreries – avait cependant eu raison des ambitions ministérielles. Mais qu’à cela ne tienne, Marie-Dominique Simonet, surfant sur la publicité faite autour du rapport de l’ONU défendu par le Belge Olivier De Schutter (UCL), allait enfin s’attaquer à la malbouffe dans les écoles.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Alimentation - Obésité et précarité vont de pair

Alimentation - Obésité et précarité vont de pair | Alimentation durable | Scoop.it

Écully — Le 19 novembre dernier, ils étaient une quarantaine d’experts en nutrition, de chercheurs et de gastronomes réunis à l’Institut Paul Bocuse d’Écully afin de discuter des enjeux liés à l’alimentation des populations défavorisées dans les pays développés, plus particulièrement des problèmes d’obésité. Jean-François Archambault décrit les actions menées par des cuisiniers socialement engagés.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Les OGM remis en question en Inde, en Afrique et au Pérou

Les OGM remis en question en Inde, en Afrique et au Pérou | Alimentation durable | Scoop.it
En Inde, six scientifiques recommandent un moratoire de dix ans sur les essais en plein champ des plantes génétiquement modifiés, d’après Inf’OGM. « Les essais en champs doivent être arrêtés », lit-on dans l’avis. Rendu public le 17 octobre 2012, cet avis été demandé au printemps dernier par la cour suprême de l’Union indienne. Conditions auxquelles les essais en champ pourront être repris: la création d’un comité d’experts qui établira la biosécurité des plantes génétiquement modifiées ; la fin des conflits d’intérêts au sein des institutions d’évaluation des OGM ; l’obligation de réaliser des études de toxicité à long terme et multigénérationnelles sur des animaux ; enfin, l’établissement d’une liste des sites où pourront se dérouler les essais, en-dehors des cultures conventionnelles. En Inde, quasiment la totalité du coton cultivé est génétiquement modifié. Les auteurs du rapport pointent l’absence d’étude faite sur les conséquences de la diffusion de ce coton Bt, notamment quels sont les bénéficiaires de cette biotechnologie. Pas les paysans en tout cas, vu le taux de suicides important ces dernières années, en grande partie dû à leur dépendance vis-à-vis des semenciers. Inf’OGM rapporte d’ailleurs qu’un rapport parlementaire indien, sorti l’été dernier, concluait que le gouvernement devait « diligenter une enquête sur l’autorisation donnée pour ce coton Bt, et sur l’évaluation faite de l’aubergine Bt ».
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Pesticides, la drogue dure des agriculteurs

Pesticides, la drogue dure des agriculteurs | Alimentation durable | Scoop.it
Si leurs représentants défendent souvent l’usage de pesticides, les agriculteurs sont aujourd’hui les premières victimes sanitaires de ces produits toxiques. Pourquoi nos agriculteurs sont-ils aussi « addicts » aux pesticides ?
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

: Pour une filière forte des protéines végétales françaises - Campagnesetenvironnement.fr

: Pour une filière forte des protéines végétales françaises - Campagnesetenvironnement.fr | Alimentation durable | Scoop.it

Protéagineux et soja « ne manquent pas de débouchés mais souffrent d'un désintérêt, selon Antoine Henrion, président de l'Unip. Leur développement constitue un enjeu majeur pour la performance économique, le développement durable et l'autonomie alimentaire de notre pays ».

 

Les différents intervenants qui se sont succédés abondent, à l'instar de Pascal Cerneau, directeur scientifique de l'entreprise Sanders, pour qui « il y a de la place pour mettre du pois dans l'alimentation animale. Son utilisation est liée à sa disponibilité, mais il n'y a problème technique. » Même si le débouché dans l'alimentation humaine est plus limité, Bruno Eghin, responsable de la ligne produits protéines chez Roquette, a souligné les opportunités à saisir, sous réserve de booster de nouveaux marchés et dynamiser l'image de ces produits.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Gaspillage alimentaire : une web-série interactive pour sensibiliser ...

Gaspillage alimentaire : une web-série interactive pour sensibiliser ... | Alimentation durable | Scoop.it
Comment mobiliser les jeunes contre le gaspillage alimentaire de façon simple et ludique ? ... Un collectif de jeunes lance une vidéo décalée et une campagne sur les OGM et pesticides, intitulée « Générations cobayes ?
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

« On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare » - Terra eco

« On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare » - Terra eco | Alimentation durable | Scoop.it
Interview - Résoudre la question alimentaire à l’échelle planétaire, en se passant de l’agriculture conventionnelle ? Ça ressemble à une utopie, mais c’est la réalité de demain, selon certains. Parmi eux, l’agronome Jacques Caplat. Entretien.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Générations cobayes ? NON MERCI ! - [CDURABLE.info l'essentiel du développement durable]

Générations cobayes ? NON MERCI ! - [CDURABLE.info l'essentiel du développement durable] | Alimentation durable | Scoop.it
Après l’appel de 130 organisations de la société civile en octobre suite à la publication de l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini sur le maïs OGM NK603 et son pesticide associé, le Roundup, puis la signature de cet appel par 5 anciennes ministres de gauche, du centre et de droite, les jeunes s’emparent du sujet. Le Collectif Appel de la Jeunesse, lance aujourd’hui une campagne sur les OGM, les pesticides… et les chats ! Elle s’appuie sur une vidéo décalée et un site internet où chacun peut apporter sa contribution. Leur objectif ? Informer, choquer et faire réagir les nouvelles générations pour qu’elles s’emparent du sujet des OGM, qu’ils consomment tous les jours. Début décembre, le collectif portera la voix de ces jeunes auprès des pouvoirs publics français pour réclamer transparence et application du principe de précaution.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Non, le bio n’est pas une utopie ! Démonstration en 8 points

Non, le bio n’est pas une utopie ! Démonstration en 8 points | Alimentation durable | Scoop.it
LE PLUS. François Veillerette, porte-parole de l'association Générations Futures, et Nadine Lauverjat, présidente du Rassemblement pour la planète, sont tombés des nues à la lecture de l'article "Utopie bio" publié il y a 15 jours dans "Le Nouvel...
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Une taxe "Nutella", contre l'excès d'huile de palme ?

Une taxe "Nutella", contre l'excès d'huile de palme ? | Alimentation durable | Scoop.it

Une opinion croisée d'Yvan Larondelle, (professeur à l'UCL, directeur de l'unité de biochimie de la nutrition, ingénieur chimiste et des industries agricoles) et Véronique Squelart (directrice de la communication chez Ferrero, producteur notamment de Nutella)

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

OGM : la guerre secrète pour décrédibiliser l’étude Séralini - Rue89

OGM : la guerre secrète pour décrédibiliser l’étude Séralini - Rue89 | Alimentation durable | Scoop.it
Pour enterrer définitivement l’étude controversée du professeur Gilles-Eric Séralini tendant à démontrer la nocivité potentielle d’un maïs OGM et de l’herbicide Roundup,ses détracteurs ont trouvé un moyen simple : obtenir de la très sérieuse revue Food and Chemical Toxicology (FCT) qui l’a publiée, qu’elle se rétracte et « retire » l’étude de la liste de ses publications.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Les supermarchés devront-ils bientôt donner leurs aliments invendus? - RTBF Belgique

Les supermarchés devront-ils bientôt donner leurs aliments invendus? - RTBF Belgique | Alimentation durable | Scoop.it
Des députés wallons PS ont déposé une proposition de décret visant à imposer aux grandes surfaces de céder à des associations caritatives leurs denrées alimentaires invendues mais utilisables, au risque sinon de perdre leur permis d'environnement. La fédération de la distribution Comeos et les ministres flamand, bruxellois et wallon de la Lutte contre la pauvreté présenteront dans quelques semaines une nouvelle initiative afin de stimuler le secteur de la distribution à prendre des mesures pour céder leurs surplus de marchandises.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Actualité > Déclin des abeilles : les effets des pesticides peuvent s’additionner !

Actualité > Déclin des abeilles : les effets des pesticides peuvent s’additionner ! | Alimentation durable | Scoop.it

Les abeilles et les bourdons ne se limitent pas à la visite d’un seul champ lorsqu’ils butinent, au risque d’être exposés à plusieurs pesticides différents. Cet aspect du problème aurait été trop peu étudié. Car les effets néfastes des néonicotinoïdes ou des pyréthrinoïdes peuvent s’additionner au point de mettre à mal la survie des colonies !

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Biomasse : l'arbitrage entre usages concurrents est un choix politique

Biomasse : l'arbitrage entre usages concurrents est un choix politique | Alimentation durable | Scoop.it
Comment conjuguer l'usage de la biomasse pour l'alimentation, l'énergie et la construction ? Un rapport ministériel estime qu'il s'agit en dernier ressort d'un choix politique et plaide pour une hiérarchisation non figée des usages.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Pesticides : quand Bruxelles joue avec les chiffres

Pesticides : quand Bruxelles joue avec les chiffres | Alimentation durable | Scoop.it
L’association Générations Futures vient de découvrir une nouvelle entourloupe visant à minimiser le niveau réel des pesticides présents dans notre alimentation. Décidément, on n’en finit pas ...
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

L'agriculture biologique prise au piège de la grande distribution - Business - Basta !

L'agriculture biologique prise au piège de la grande distribution - Business - Basta ! | Alimentation durable | Scoop.it
Les produits biologiques ont envahi les rayons des supermarchés. Mais derrière l’étiquette « bio », on trouve aussi des gigantesques fermes, une main d’œuvre sous-payée et sans droits, des aliments importés de l’autre bout du monde. Les produits chimiques en moins, le label bio en plus. Des dérives de « l’industrie du bio » dénoncées par le journaliste Philippe Baqué dans son ouvrage La Bio entre business et projet de société. Entrez dans les coulisses du nouveau business mondial.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Gaspillage alimentaire : le scandale est aussi environnemental

texte Diminuer la taille du texteEnvironnement

Gaspillage alimentaire : le scandale est aussi environnemental

Aujourd’hui, monsieur Garrot a présenté son plan pour lutter contre le gaspillage alimentaire, avec cinq expérimentations conduites en France. Ce plan témoigne de la prise de conscience du gouvernement qui semble prendre la mesure du phénomène. FNE soutient l’objectif de réduction de 50% du gaspillage alimentaire à l’horizon 2025. En revanche, il semble douteux que cet objectif puisse être atteint si l'on se contente d'agir uniquement sur le gaspillage généré par le consommateur. Il nous semble indispensable que la réflexion du gouvernement intègre enfin les impacts environnementaux du gaspillage qui s’ajoutent au scandale social. Un aliment jeté sans être consommé, ce sont des pesticides, de l’essence, de l’irrigation, des espaces agricoles, du travail déployés en vain.

Benoît Hartmann : « Il faut agir sur toute la chaîne : du producteur au transformateur jusqu’à la grande distribution pour s’attaquer aux 190 kg par an et par habitant et pas seulement au 30 kg générés par le seul consommateur. »

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Les 10 mensonges de l’industrie agro-alimentaire selon le Dr Jean-pierre Poinsignon.

Les 10 mensonges de l’industrie agro-alimentaire selon le Dr Jean-pierre Poinsignon. | Alimentation durable | Scoop.it
Les 10 mensonges de l’industrie agro-alimentaire.

Posté par: Bernadette GILBERTPosté le: octobre 26, 2012Dans: Articles, Livres| Commentaire : 19
Voici encore un livre, intitulé “Rhumatismes, et si votre alimentation était coupable?“, qui dénonce les aliments et leurs modifications industrielles. Nous en subissons l’empoisonnement et les attaques.
Selon son auteur, le Docteur Jean-Pierre Poinsignon, l’arthrose, l’ostéoporose, les arthrites et les tendinites pourraient être évitées simplement en mangeant autrement. Dans un article virulent, il se fait un devoir d’accuser les industriels de participer activement à la détérioration du processus de vieillissement chez une tranche de la population de plus en plus large. Un discours qui nous rappelle celui du Dr Seignalet, de Jacqueline Lagacé, à propos du régime hypotoxique et, avant eux, du Dr Catherine Kousmine, dont la méthode visait à contrecarrer les dégâts causés par les erreurs alimentaires ! Quand les entendra-t-on ?

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Jessica Fanzo: «Un repas durable compterait beaucoup de fruits et légumes locaux et abordables»

Jessica Fanzo: «Un repas durable compterait beaucoup de fruits et légumes locaux et abordables» | Alimentation durable | Scoop.it

INTERVIEW - La nutritionniste américaine estime que l'alimentation durable passe par une agriculture plus respectueuse de l'environnement...

Allons-nous devoir troquer notre steak contre des épinards? Alors que plus d’un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim dans le monde, nourrir sainement et écologiquement la planète est un défi majeur pour les années à venir. Jessica Fanzo, chercheuse américaine experte en nutrition et en valorisation de la biodiversité, lauréate du prix Daniel Carasso, pense que l’alimentation durable passe par la valorisation de produits cultivés localement.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Dijon | L’Inra Dijon en pointe contre les herbicides - Le Bien Public

Dijon | L’Inra Dijon en pointe contre les herbicides - Le Bien Public | Alimentation durable | Scoop.it
Le ministère de l’Agriculture espère faire baisser la consommation de pesticides de 50 %. À Dijon, on travaille sur le sujet depuis 13 ans.

 

Il y a quelques jours, vous avez peut-être aperçu, sur France Télévision, un spot de pub concernant Ecophyto, un projet gouvernemental visant à réduire massivement l’utilisation des pesticides. L’un d’entre eux concerne l’institut scientifique de recherche agronomique (Inra) de Dijon, à l’honneur pour son action.

En effet, l’institut côte-d’orien est à la pointe en ce qui concerne la réduction de l’utilisation des herbicides. Depuis 13 ans, à la ferme de l’Inra, sorte de grande ferme d’expérimentation située à La Bretonnière, les chercheurs tentent de trouver des alternatives aux herbicides. « Nous sommes parmi les premiers à avoir travaillé sur ce sujet, et avec la mise en place de ce plan Ecophyto, nous sommes évidemment concernés directement », détaille Nicolas Munier-Jolain, ingénieur du pôle agro-écologie de l’Inra. « Les herbicides sont réellement nocifs, et on en retrouve très souvent dans les cours d’eau. Réduire les herbicides, c’est important, et c’est possible. »

 

Objectif baisse de 50 % des pesticides

Le ministère de l’Agriculture espère donc parvenir à une baisse de l’utilisation des pesticides, aujourd’hui utilisés par pratiquement tous les agriculteurs de Côte-d’Or, de près de 50 %. « Il existe des solutions alternatives aux pesticides », explique le chercheur de l’Inra. « Cela passe par une diversification des cultures, mais aussi l’acceptation d’une légère baisse du rendement qui est inévitable. »

Ce qui est finalement le plus dur à faire accepter aux agriculteurs. Mais, sans envisager de baisse d’une production essentielle à l’alimentation ou à l’exportation, « produire autrement, et respecter les équilibres naturels, c’est essentiel », explique le ministère de l’Agriculture.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Amendement Nutella : victoire des lobbies agroalimentaires - Huile de palme - Basta !

L’amendement dit « Nutella » défendu par Jean-Louis Roumegas (EELV), initialement adopté par la commission des Affaires sociales du Sénat, a été rejeté le 21 novembre lors de la nouvelle lecture, en commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013. L’amendement repoussé visait à taxer davantage l’huile de palme, utilisée dans de nombreux produits alimentaires. L’huile de palme est mise à l’index pour ses impacts sanitaires – ses graisses saturées favorisent l’obésité – et environnementaux – sa culture intensive favorisant la déforestation.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Système immunitaire: avantage au bio? - Journal de l'environnement

Système immunitaire: avantage au bio? - Journal de l'environnement | Alimentation durable | Scoop.it

Les carottes bio seraient plus efficaces que les conventionnelles pour stimuler le système immunitaire de l’intestin, suggère une étude italienne publiée dans le Journal of the Science of Food and Agriculture. Au-delà des dangers supposés des pesticides, les mérites nutritionnels du bio et du conventionnel font aussi débat. Publiée en septembre, la dernière grande étude à ce sujet n’a montré aucune différence notable, que ce soit en termes de vitamines, de lipides ou de protéines, des résultats mis en doute par les adeptes du bio.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Santé | Pourquoi l’huile de palme est montrée du doigt

Santé | Pourquoi l’huile de palme est montrée du doigt | Alimentation durable | Scoop.it
D’où provient l’huile de palme ? C’est l’un des points sensibles du sujet. On trouve, sur les réseaux sociaux, de nombreux groupes qui militent fermement et boycottent l’huile de palme, “pour protéger et sauver l’environnement”.
more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Obésité: «Big Food» montré du doigt par la science | Slate

Obésité: «Big Food» montré du doigt par la science | Slate | Alimentation durable | Scoop.it

La communauté médicale, après une longue période de négligence, ou de passivité naïve, s’intéresse enfin à l’épidémie d’obésité qui frappe le monde. Et désigne un coupable. 

 

A quelques semaines d’intervalle, quatre revues médicales de premier plan se sont penchées sur cette question. Toutes les quatre ont publié des articles courageux, pugnaces, s’intéressant sans faux-fuyants aux origines de l’obésité et à sa globalisation. Ces articles ont beau être scientifiques, ils désignent, chacun à sa manière, une même cause non médicale: Big Food, autrement dit les grandes sociétés qui contrôlent l’ensemble de la filière alimentaire. Ils montrent comment cette gigantesque industrie piège volontairement les individus au moyen de dispositifs psychologiques ultrasophistiqués. Et comment elle réussit, en même temps, à faire croire aux gouvernements et aux citoyens eux­ mêmes que l’obésité relève avant tout de la responsabilité individuelle.

more...
No comment yet.
Scooped by Remi Cyclo
Scoop.it!

Comment un OGM, un pesticide et un système peuvent être toxiques

Comment un OGM, un pesticide et un système peuvent être toxiques | Alimentation durable | Scoop.it

Dans le domaine de la toxicologie alimentaire, Food and Chemical Toxicology est sans aucun doute la revue la plus réputée au monde. Son comité de lecture a étudié quatre mois durant notre étude et pris soin de nous demander des analyses complémentaires avant d'accepter de la publier (Tous cobayes, Flammarion, 256 p., 19,90 euros).

Nos résultats ont montré la nocivité d'une absorption sur le long terme d'un organisme génétiquement modifié (OGM) alimentaire, le maïs NK603, et de l'herbicide qui lui est associé, le Roundup. Il s'agit de la première étude toxicologique menée sur deux ans et fondée sur un tel nombre de paramètres biologiques, d'analyses anatomo-pathologiques, etc. A ce jour, plus de 160 scientifiques du monde entier nous ont apporté leur soutien ou souligné l'originalité de notre travail, dont l'unique statisticien de l'Académie des sciences.

 

En moins de trois semaines, différentes agences chargées de l'évaluation de ces substances ont nommé des sous-comités qui viennent de discréditer notre recherche. Ainsi peuvent-ils ne pas interdire l'OGM et le pesticide en question...

Néanmoins, il y a un premier pas : l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) et le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) appellent à tester dorénavant à long terme ces substances. Ce que quelques autres et moi-même n'avons cessé de réclamer depuis quinze ans. Les citoyens savent désormais que la science "digne" et "bonne", les autorités garantes de leur santé, n'ont jusqu'à présent pas cru bon de devoir l'exiger.

En 2003, ces mêmes comités ont accepté la mise sur le marché par Monsanto dudit maïs NK603 à partir de tests réalisés sur une durée huit fois inférieure à celle de notre étude, sur la même souche de rats (le Sprague Dawley, qui est le mammifère utilisé dans les expériences de ce type) et des groupes d'animaux analysés n'excédant pas dix individus (comme dans notre étude). Que le nombre de paramètres biologiques et d'organes analysés ait été très largement inférieur aux nôtres ne les a nullement empêchés de donner leur feu vert (je siégeais à l'époque à la commission du génie biomoléculaire). C'est du Dr Jekyll et Mr Hyde !

 

Ces agences reprochent à notre étude une faiblesse statistique, elles qui n'ont jamais exigé des industriels le dixième de ce qu'elles nous intiment de fournir aujourd'hui, elles qui ont même accepté, sans sourciller, des tests sanitaires de quatre-vingt-dix jours ou moins, menés sur des groupes de quatre ou cinq rats, par exemple pour la mise sur le marché de la pomme de terre Amflora (EFSA, 2006) !

 

Elles ont même parfois donné leur accord sans qu'il y ait eu tests sur des animaux. Elles nous réclament des détails encyclopédiques sans lesquels il leur "serait impossible de conclure à la validité de nos résultats", mais n'ont jamais exigé des industriels la simple transmission publique des analyses de sang dont elles ont pourtant confirmé qu'elles ne révélaient rien. Ce sont elles qui ont entretenu l'omerta des industriels sur les données sanitaires de leurs tests. "Secret industriel oblige", rétorquent-elles.

 

Surtout lorsqu'on est juge et partie et qu'aucune loi n'empêche les scientifiques ayant des conflits d'intérêt de siéger dans des commissions d'intérêt national ou international... Mais qui s'offusque de ces collusions, de cette absence de transparence préjudiciable à la santé publique, donc aux citoyens ?

La science "digne" et "bonne" ne s'arrête pas en si tordu chemin : l'ensemble des six académies scientifiques – ou plus exactement, d'après témoins, deux personnes par académie et pas en séance plénière... – a rendu un avis sur notre étude. Tout y prête à commentaire, aussi m'arrêterai-je seulement sur trois points.

1. "Il serait particulièrement dangereux d'évoquer une nécessité éventuelle d'expériences à long terme à l'occasion de cet article...".

On croit cauchemarder en boucle. Ces académiciens qui, en leur temps, ont minimisé les dangers de l'amiante, etc., ne sont même pas capables de préconiser le minimum du minimum, des tests obligatoires de trois petits mois pour la mise sur le marché d'un OGM ; ni d'imposer qu'un pesticide soit testé dans sa formulation commerciale, tel que l'agriculteur ou le jardinier l'utilise (ce que nous avons fait dans notre étude).

Car l'industriel n'a l'obligation de tester à long terme que la molécule active (le glyphosate dans le cas du Roundup). Des adjuvants sont intégrés pour potentialiser l'effet d'un produit chimique ou d'un vaccin, mais cette synergie n'a aucune conséquence sur les organismes vivants... C'est bien connu puisque ce n'est pas testé.

 

2. Contrairement à ce qu'ils me reprochent, je n'ai pas employé indifféremment les mots "tumeur" et "cancer" dans notre étude : le Roundup s'avère un perturbateur endocrinien, et nous avons constaté qu'il provoquait plus de cancers chez les femelles que chez les mâles.

 

3. La mobilisation médiatique savamment orchestrée autour de travaux sans conclusion solide pose un problème éthique majeur." Vraiment ?

Mais minimiser les effets sanitaires, fermer les yeux sur les lacunes du système d'évaluation et les conflits d'intérêts, soutenir l'omerta industrielle, est-ce éthique et responsable ? Enfin, qui peut penser que nous avons organisé la médiatisation de nos résultats simultanément en Russie et en Inde, pays qui ont pris immédiatement des mesures sur les OGM agricoles, en Chine, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, au Canada, en Afrique, et j'en passe ?

Des personnes "expertes" sont allées jusqu'à demander, avec une violence exceptionnelle dans notre milieu, à l'éditeur de Food and Chemical Toxicology de retirer notre publication. Certains comprendront pourquoi nous avons choisi de ne pas avertir à l'avance les autorités sanitaires du pays : si nous l'avions fait, c'est l'étude elle-même qui n'aurait pu être conduite jusqu'à son terme. Et il importe plus que jamais que notre étude soit examinée et prolongée, mais par des scientifiques indépendants.

On lit ici ou là que des millions d'animaux et d'Américains mangent des OGM tous les jours depuis des années, sans conséquence aucune : comment proférer une telle contre-vérité ? Outre-Atlantique, les filières ne sont pas séparées, les OGM pas étiquetés, aucune épidémiologie n'est donc possible.

La transparence des données sanitaires, les études de long terme et l'expertise contradictoire sont des nécessités absolues. Nous pouvons contribuer à les mettre en place. L'explosion des maladies chroniques depuis une soixantaine d'années devrait inciter nos responsables politiques à prendre en compte les alertes en matière de santé et d'environnement, et à ne pas cautionner la réfutation précipitée, la mise au pilori organisée.

C'est de conscience et de solidarité que notre société a besoin ; en un mot, de sagesse. Les scientifiques ont le droit de se tromper. Mais ils ont le devoir d'éviter ce qui peut être évitable : la plupart des grands scandales de santé publique le sont. La science que je pratique n'est pas faite pour nourrir l'ogre insatiable de la finance mais pour protéger les êtres humains d'aujourd'hui et de demain.

Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen, Criigen

more...
No comment yet.