La littérature et l’expérience des limites. La révolte intime : Colette (séminaire de Julia Kristeva)   | ALIA - Atelier littéraire audiovisuel | Scoop.it
Séminaire doctoral de Julia Kristeva La littérature et l’expérience des limites.

 

"La culture et l’art moderne témoignent d’une intimité révoltée. Sommes-nous capables d’en déchiffrer les avancées et les risques : d’en renouveler les enjeux ? La révolte est indispensable aux êtres humains pour acquérir une vie psychique et développer la créativité. Et l’intimité n’est pas un égoïsme à l’abri des conflits sociaux, mais une révolte contre les stéréotypes de la société moderne, dominée par la technique et les médias. L‘expérience psychanalytique permet de comprendre certaines logiques paradoxales de cette révolte : l’interprétation et le pardon, le hors-temps et l’inconscient, le fantasme dans la mémoire, l’écriture et l’image.

Colette (1873-1954) ajoute une autre expérience de la révolte intime qui est aussi un autre visage du XXe siècle. Et qui nous éclaire aujourd’hui. Soeur solaire de l’hystérique freudienne, Colette impose cependant une parole féminine désinhibée qui se plait à formuler ses plaisirs, sans pour autant en dénier les douleurs. Son hymne à la jouissance, dont on a loué les accents païens et l’ « inexpugnable innocence », s’énonce pour la première fois dans la voix et sous la plume d’une femme, d’une Française." (présentation de Marion Moreau sur Fabula.org).