Pessoa : allons au musée voir des poèmes | ALIA - Atelier littéraire audiovisuel | Scoop.it

Pourquoi les plus beaux versets de la poésie mondiale ne seraient-ils pas exposés dans les musées, comme les chefs d’œuvre des peintres et sculpteurs ? Le verbe aurait-il moins de force que la toile ou le marbre ? Les ombres et lumières d’une langue moins de puissance ou de subtilité que la palette ou le burin ?

L’émotion ou le trouble du visiteur seraient-ils moins profonds parce qu’il lui est donné de lire au lieu de simplement voir ou observer ? Quand on sort de l’exposition que la Fondation Gulbenkian de Lisbonne consacre, jusqu’au 30 avril, à Fernando Pessoa, la réponse à ces questions apparemment incongrues est pourtant évidente. Oui, on peut, il faut aller au musée «voir» la poésie. (Philippe Riès)