Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
20.2K views | +0 today
Follow
Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
Un concentré de nouveautés dans les domaines de l'Agroalimentaire et l'Agronomie. (AgroSup Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Pierre-André Marechal from Valo-Irstea
Scoop.it!

Dormez tranquilles jusqu’en 2100 et autres malentendus sur le climat et l’énergie - Futuribles - Veille, prospective, stratégie

Dormez tranquilles jusqu’en 2100 et autres malentendus sur le climat et l’énergie - Futuribles - Veille, prospective, stratégie | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

L’auteur mène son instruction au pas de charge, dans les 11 chapitres de son ouvrage, pour convaincre le lecteur de perdre certaines illusions sur l’avenir de l’économie et d’adopter un point de vue réaliste sur l’énergie.


Via Carole Giansily - Direction Valorisation - Transfert (DVT) - Irstea
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Planete DDurable
Scoop.it!

Quelles technologies pour nourrir la planète ?

Quelles technologies pour nourrir la planète ? | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Nous avons déjà évoqué dans un précédent article l'avenir de la nourriture. Mais même si les insectes, les soylent green et autres ouvrent d’intéressantes perspectives, force est de reconnaître qu'il s'agit pour l'instant de solutions marginales, dont on peut douter qu'elles permettent de nourrir la planète dans son ensemble alors que les besoins de nourriture se font de plus en plus pressants. A cela s'ajoutent les contraintes du réchauffement climatique que nous ne pouvons plus nous permettre de négliger.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Energies Renouvelables
Scoop.it!

Energie du futur : les pistes de la photosynthèse

Energie du futur : les pistes de la photosynthèse | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Depuis des milliards d'années, les plantes produisent de l'énergie nécessaire à leur développement, à l'aide de la photosynthèse, un processus qui consiste à absorber l’énergie solaire pour la transformer en sucre. Rien n'empêche d'utiliser ce sucre pour obtenir, après traitement, une ressource utilisable par les humains pour leur industrie, c'est qu'on appelle un biocarburant. Avantage, cette opération n'augmente pas le taux de CO² dans l'atmosphère, puisque le gaz carbonique libéré n'excède pas en quantité celui précédemment absorbé par la plante.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from AgroSup Dijon VitiO
Scoop.it!

Unique en Europe - Master PFAA Pro procédés fermentaires pour l’agroalimentaire (vin, bière, produits fromagers)

Unique en Europe - Master PFAA Pro procédés fermentaires pour l’agroalimentaire (vin, bière, produits fromagers) | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

Le Master 2 sp. PFAA, depuis 2004, associe sous forme d’une convention multipartite des établissements d’enseignement supérieur européens : l’Université de Bourgogne (représentée par l’IUVV), AgroSup Dijon, la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet (Belgique) et le TEI (Technological Educational Institute) de Kalamata - Un. du Peloponnèse (Grèce).


Cette Spécialité Professionnelle, ciblée sur la maîtrise des procédés fermentaires en agro-alimentaire et sur la spécificité de chaque pays, voire même de régions bien définies au sein de chaque pays, pour son savoir-faire dans l’élaboration de produits alimentaires à forte valeur ajoutée : vins, bières de garde / bières à profils sensoriels spécifiques, fromages à base de lait cru.


Ce Master présente deux spécificités :

1) un déroulement de l’enseignement théorique (Semestre 3) séquentiel dans trois pays de l’union européenne (France, Belgique, puis Grèce), ce qui implique une mobilité obligatoire des étudiants au cours de cette formation ;

2) l’inclusion de trois stages en entreprise au cours de l’année : deux stages d’immersion professionnelle au cours du Semestre 3 et le stage de fin d’études en entreprise (Semestre 4).


Via AgroSup Dijon VitiO
more...
No comment yet.
Scooped by Pierre-André Marechal
Scoop.it!

Conditional vulnerability of plant diversity to atmospheric nitrogen deposition across the United States

Conditional vulnerability of plant diversity to atmospheric nitrogen deposition across the United States | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Les activités humaines ont augmenté les apports en azote (N). Il est prouvé que la diversité des espèces est impactée par ces apports. Dans un large éventail de climats, de conditions du sol, et de types de végétation aux États-Unis, il a été constaté pour 24% des sites que  l'apport d'azote entraine une diminution de la diversité...
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Nourritures et justice mondiale.
Scoop.it!

Graines de vie - Interview de Coline Serreau

Empty description

Via Katell Rochard
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from @limnov
Scoop.it!

Le concept de "Phytotière"

Le concept de "Phytotière" | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Parce que nous pensons que les microalgues feront parties des aliments frais courants de demain et qu’il sera essentiel de les produire au plus près de leur lieu de consommation. La phytotière est un appareil qui permet à tous de produire des microalgues alimentaires dans son restaurant, sa cuisine, son salon, son jardin, sur son toit… et de profiter de leurs bienfaits nutritionnels et gustatifs directement sous forme fraîche.

"Après les yaourtières, les machines à faire du pain, les machines à faire de la bière, les machines à ..., les machines à produire des algues... Un beau produit commercial, un objet que vous rangerez à coté de votre yaourtière (dans votre placard...)" PAM

Via La Voie Bleue, Gisele HELOU
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoScience
Scoop.it!

Slow Science

Slow Science | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

La Slow Science appelle les citoyens à devenir coproducteurs d'un nouveau modèle scientifique pour construire une science citoyenne.


"Nous pouvons travailler ensemble dans les Universités et les Ecoles d'Ingénieurs à développer des lieux de coproduction scientifique. Il faudrait imaginer de nouvelles façons d'échanger et de s'impliquer dans la recherche." PAM


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Un agriculteur héraultais transforme les broussailles broyées... en or - France 3 Languedoc-Roussillon

Un agriculteur héraultais transforme les broussailles broyées... en or - France 3 Languedoc-Roussillon | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Pour la journée internationale des forêts, vous allez voir que même les broussailles peuvent se transformer en or. Démonstration avec un agriculteur héraultais qui a inventé un procédé pour recycler les buis, avec des débouchés surprenants. Reportage à Saint-Maurice-Navacelles.

Via Patrick Tinayre, Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoNews
Scoop.it!

Et si les pesticides coûtaient plus qu’ils ne rapportent ?

Et si les pesticides coûtaient plus qu’ils ne rapportent ? | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Hasard du calendrier, le lancement de la semaine mondiale des alternatives aux pesticides, organisée du 20 au 30 mars, coïncide cette année avec la publication d’une vaste étude sur les « coûts cachés » de l’utilisation de ces substances. Ce travail de longue haleine, entrepris par deux chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et publié dans la dernière édition de Sustainable Agriculture Reviews, est le premier à colliger l’ensemble des connaissances disponibles sur ce que les économistes appellent les « externalités négatives » liées à l’utilisation des produits phytosanitaires. Ce fardeau économique, estiment les chercheurs, peut dans certains cas excéder largement les bénéfices offerts par les herbicides, fongicides et autres insecticides.

 

Par Stéphane Foucart. Le Monde, 19.03.2016

 

[L'étude] The Hidden and External Costs of Pesticide Use - Sustainable Agriculture Reviews, 20.02.2016 http://link.springer.com/chapter/10.1007%2F978-3-319-26777-7_2

                   


Via Bernadette Cassel
more...
Bernadette Cassel's curator insight, March 27, 10:22 AM

 

SUR INSECT ARCHIVE - From www.researchgate.net - March 25, 7:38 AM :

→ Résumé en français - Coût pesticides - Bourguet & Guillemaud - 2016

                   
Rescooped by Pierre-André Marechal from Plant-Microbe Symbiosis
Scoop.it!

How to (seriously) read a scientific paper

How to (seriously) read a scientific paper | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Adam Ruben’s tongue-in-cheek column about the common difficulties and frustrations of reading a scientific paper broadly resonated among Science Careers readers. Many of you have come to us asking for more (and more serious) advice on how to make sense of the scientific literature, so we’ve asked a dozen scientists at different career stages and in a broad range of fields to tell us how they do it. Although it is clear that reading scientific papers becomes easier with experience, the stumbling blocks are real, and it is up to each scientist to identify and apply the techniques that work best for them. The responses have been edited for clarity and brevity.

Do you have your own tips or other questions you’d like answered? Leave them in the comments section.

Via Jean-Michel Ané
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from AGRONOMIE VEGETAL
Scoop.it!

Les intercultures d'automne n'ont pas d'influence sur le développement des colonies d'abeilles mellifères

Les intercultures d'automne n'ont pas d'influence sur le développement des colonies d'abeilles mellifères | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

Les intercultures d'automne n'ont pas d'influence sur le développement des colonies d'abeilles mellifères
Phacélia en fleur. Photo: © FiBL, Thomas Alföldi

L’installation d’un couvert végétal automnal pour couvrir le sol est pratique courante. Si certains apiculteurs-trices se réjouissent de ces possibilités de butinage, d’autres suspectent un affaiblissement des colonies d’abeilles après le butinage sur ces cultures intermédiaires et craignent un épuisement prématuré des abeilles d’hiver. Dans le cadre d'un essai qui a été conduit durant trois ans, il a été montré que le butinage sur des cultures intermédiaires n’a pas d’effet, ni délétère ni positif, sur les populations d’abeilles durant la floraison et dans les mois qui suivent. Les pertes hivernales ne sont pas plus élevées. Des analyses chimiques montrent que des néonicotinoïdes peuvent être présents dans la terre, quel que soit les traitementsphytosanitaires effectués sur le précédent cultural, et que des traces se retrouvent quelquefois dans le pollen rapporté à la ruche ainsi que dans le pain d’abeilles.

Le rapport d'essais a été publié dans la «Recherche Agronomique Suisse», Mars 2016, Numéro 3.



Via PERIG Consultants Environnement, agrodoc_ouest
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Persea, Pour une Terre Vivante
Scoop.it!

"Photosynthèse inverse" : une découverte révolutionnaire pour l'industrie propre de demain - Science et vie

"Photosynthèse inverse" : une découverte révolutionnaire pour l'industrie propre de demain - Science et vie | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

  Ce n’est pas tous les jours que l’on découvre un processus inédit utilisé par certains végétaux pour se développer. Mais quand ce processus réalise un idéal pour la production d’énergie propre aisément transposable à l’échelle industrielle, la découverte se transforme en “saut technologique”.

Concrètement, une équipe pluridisciplinaire de l’université de Copenhague (Danemark) a mis le doigt sur un cycle de réactions biochimiques utilisé par des champignons, des bactéries et des virus qui permet de transformer la matière végétale (“biomasse”) en méthanol grâce à l’énergie solaire. Ce, à des vitesses au moins 100 fois supérieures à celles des techniques usuelles de l’industrie chimique. Un processus nommé par les chercheurs : “photosynthèse inverse”.
Une photosynthèse inverse et propre

En effet, la photosynthèse des plantes transforme le dioxyde de carbone de l’air (CO2) et les photons du Soleil en oxygène et en de longues chaines carbonées qui constitueront notamment la cellulose des plantes.

Or, la réaction découverte par les chercheurs fait l’inverse : elle casse ces longues chaines carbonées en consommant de l’oxygène et des photons solaires pour produire de petites molécules (du méthanol), de l’eau et surtout pas de CO2 ! C’est aussi simple que cela.


Via plantsci-UT3, PerseaSia
more...
RESEAU AGRONOMIE's curator insight, April 8, 3:23 PM
Des progrès en biochimie permettant de progresser.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Mycorrhiza: plant-fungus symbiosis
Scoop.it!

On the origin of chloroplasts

On the origin of chloroplasts | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Of all the biological processes found on Earth, photosynthesis could be considered one of the most important. During photosynthesis, the energy from sunlight is used to build up sugars in the cells of plants, algae and some bacteria. These sugars can then be metabolised by the cells or other organisms that feed on them. Also, photosynthesis produces oxygen gas as a by-product, which is needed by most forms of life on earth. Without photosynthesis, life as we know it would not be possible.

In plants and algae, photosynthesis is carried out in tiny compartments inside cells called chloroplasts. This compartment contains a green pigment called chlorophyll, which is used to harvest light energy and is responsible for plants appearing green in colour. Chloroplasts vary greatly in shape and size, but they are all enclosed by two membranes and filled with even more membranes known as the thylakoid membrane system. The key players of photosynthesis are located within these thylakoid membranes; large groups of proteins use the light energy from chlorophyll to convert carbon dioxide form the atmosphere into sugars. The sugars can then be broken down to provide energy to drive growth and other cellular processes.

Via plantsci-UT3, Daniel Wipf
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Actualités végétales
Scoop.it!

Mycorrhizae: Not All Fungi Are Harmful

Mycorrhizae: Not All Fungi Are Harmful | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
If you’ve planted pecan trees in the past you have probably noticed the fine, hair like structures on the root systems of some trees. These structures are highly valuable to the tree and can have a significant effect on its growth and overall health.

Contrary to most plants, pecan roots do not have root hairs, which, in other plants, function to give the roots more surface area, allowing them to obtain more nutrients. In pecan, this function is carried out by beneficial fungi called mycorrhizae. The mycorrhizal fungi develop a relationship with plants in which they infect the plant’s root system and send out their own thread-like structures called hyphae that increase the plant’s root contact with the soil. In return the plant provides the fungi with sugars produced by the plant’s leaves and transported to the root system.

The word “Mycorrhizae” is Greek for “fungus-root”. There are two basic types of these fungi, those that penetrate into the root cells of plants , called arbuscular mycorrhizae, and those that grow on the outside of the roots, called ectomycorrhizae. It is this last group, the ectomycorrhizae, which colonize pecan tree roots. The spores of the fungi occur in the soil and infect the pecan feeder roots when stimulated by chemical secretions from the roots. As the fungus grows, it encloses the root, forming a dense sheath around it called a mantle. In addition to obtaining water and nutrients for the tree, the mycorrhizae form a barrier to protect the roots from harmful microorganisms and produce antibiotics to prevent infection.

Via Jean-Michel Ané, plantsci-UT3
more...
No comment yet.
Scooped by Pierre-André Marechal
Scoop.it!

Insect–computer hybrid legged robot with user-adjustable speed, step length and walking gait

Insect–computer hybrid legged robot with user-adjustable speed, step length and walking gait | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Les drones pourraient être remplacés par des coléoptères-cyborgs. Des  recherches effectuées par des ingénieurs américains et leurs collègues de Singapour, démontrent qu'un coléoptère (Mecynorrhina torquata) équipé d'un microcontrôleur, d'un un émetteur-récepteur peut-être  piloté durant son vol. (PAM)
more...
No comment yet.
Scooped by Pierre-André Marechal
Scoop.it!

Premier mooc de la coopération agricole.

Premier mooc de la coopération agricole. | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

LANCEMENT LE 18 AVRIL 2016. INSCRIVEZ VOUS.


----------


En France, une société coopérative agricole est une entreprise coopérative relevant de la loi du 10 septembre 1947 et du code rural . Elle est créée par des agriculteurs afin d'assurer en commun : l'utilisation d'outils de production, de conditionnement, de stockage, la commercialisation ou la transformation des produits de leurs exploitations ; leur approvisionnement en engrais et autres intrants...

----------

Merci à Gisele HELOU.

more...
No comment yet.
Scooped by Pierre-André Marechal
Scoop.it!

Une dégustation unique : Les Éminents de Bourgogne

Une dégustation unique : Les Éminents de Bourgogne | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

Créer un événement unique, original, centré sur l'évaluation sensorielle ! l'UPECB - Union des Producteurs et des Élaborateurs de Crémant de Bourgogne - en partenariat avec AgroSup Dijon inventent une approche différente de la dégustation. 


Il ne s'agit pas d'un concours. Cette dégustation n'est pas non plus un contrôle de la qualité des vins. Cette dégustation représente une évaluation annuelle des cuvées « premium » et « super premium », un événement à part entière qui s'appuie sur une démarche innovante de valorisation. Un double panels de dégustateurs : 50 professionnels et 100 consommateurs permet d'évaluer les vins en démultipliant le nombre de fois ou chaque échantillon est dégusté. Chaque vin est ainsi dégusté a minima. 


 Trois étapes : 


 Une dégustation à l'aveugle 

 L'objectivité dans la dégustation oblige au respect de certaines contraintes élémentaires. Pour cette première étape, les vins seront servis à chaque dégustateur (professionnel et consommateur) dans un ordre aléatoire, sous anonymat. Chaque dégustateur est seul à sa table de dégustation. Il pourra juger le vin en total impartialité. A chaque vin servi, on utilisera un verre propre, unique, afin d'optimiser la notation du visuel et en particulier de l'effervescence. Si le professionnel déguste 12 échantillons, le consommateur n'en déguste que 6.


 Une appréciation subjective 


 Si le vin appartient au domaine de l'Art, son appréciation relève également de sa présentation. C'est pourquoi chaque dégustateur consommateur devra dans cette seconde étape noter la présentation du vin : la forme et la couleur de la bouteille, sa présentation, l'habillage, en un mot son packaging. Les bouteilles seront également présentées dans un ordre aléatoire ne permettant pas d'associer chaque échantillon à l'ordre de la dégustation de l'étape 1. 


 Une synthèse


 La troisième et dernière étape consiste à présenter de nouveau chaque vin à la dégustation en présentant la bouteille dans son habillage commercial. On parle de dégustation avec stimulus. L'objectif est de noter l'appréciation du produit dans toutes ses composantes : le visuel et le gustatif. Il s'agit de déguster des cuvées «premiums» et « super premiums » sous un format innovant et original et permettant d'assurer la multiplication de la dégustation d'un même échantillon par un nombre important de dégustateurs consommateurs, en intégrant des éléments subjectifs comme la perception extrinsèque du produit : habillage, forme de la bouteille… La fiche de notation intègre également quelques questions sur l'instant de consommation ou l'évaluation d'un prix. Les résultats : Nous le rappelons, il ne s'agit pas d'un concours.


 Les résultats de la dégustation font l'objet d'un traitement pour finaliser un classement des vins multi-critères.


http://www.destination-terroirs.fr/actu/entry/11-l-actu-du-terroir/93-une-dégustation-unique-les-éminents-de-bourgogne

more...
No comment yet.
Scooped by Pierre-André Marechal
Scoop.it!

Le réseau départemental - BASE

Le réseau départemental - BASE | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Créé à l’initiative d’agriculteurs soucieux de préserver les qualités agronomiques de leurs sols et de protéger l’environnement tout en ayant une démarche économiquement viable ... Le réseau BASE est ouvert à toute personne qui en accepte les règles de fonctionnement et désireux de voir l’Agriculture de Conservation progresser. Il s’agit bien sûr d’un réseau ouvert à tous, agriculteurs, étudiants et techniciens !
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Actualités végétales
Scoop.it!

Quel est l'intérêt nutritionnel des insectes ?

Quel est l'intérêt nutritionnel des insectes ? | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Où consomme-t-on des insectes dans le monde ?

Les insectes sont consommés dans le monde entier avec un nombre d’espèces consommées (jusqu’à 300 différentes) plus important en Amérique centrale et du sud, en Asie et en Afrique centrale. En Europe et en Amérique du nord, la consommation est faible avec un nombre d’espèces consommées avoisinant la dizaine. D’une manière plus globale, nous consommons 2000 espèces d’insectes sur les 1,3 million d’espèces connues.
Rudy Caparris Megido, assistant de recherche à l'Unité d'Entomologie de Liège
Quels sont les insectes les plus consommés à l’échelle de la planète ?

Les insectes les plus consommés sont les coléoptères ou scarabées (30 % des espèces consommées comme les vers de palmier Rhyncophorus sp ou les ténébrions /vers de farine Tenebrio molitor) et les lépidoptères ou papillons (20 % comme les chenilles du karité Cirina butyrospermi ou les chrysalides de vers à soie Bombyx mori).

Via plantsci-UT3
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Plants and Microbes
Scoop.it!

Science: Plant probiotics to the rescue (2016)

Science: Plant probiotics to the rescue (2016) | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

Via Kamoun Lab @ TSL
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Agriculture nouvelle : l'atelier des curieux de l'agriculture.
Scoop.it!

Des capteurs pour mesurer les pertes d’azote par volatilisation ammoniacale - ARVALIS-infos.fr

Mesurer les pertes d’azote par volatilisation ammoniacale, c’est maintenant possible grâce à des capteurs qui piègent l’ammoniac à travers des filtrent imbib...

Via Agriculture Nouvelle
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from Le vin quotidien
Scoop.it!

Et le Japon créa le vin blanc au thé vert

Et le Japon créa le vin blanc au thé vert | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
Le thé vert s'invite partout au Japon : parfum, alimentation...Cette fois, le breuvage se mêle au vin blanc pour donner naissance à une alliance intrigante.

Via Nadine COURAUD
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from AGRONOMIE VEGETAL
Scoop.it!

20 % de rendement en plus avec des pollinisateurs

20 % de rendement en plus avec des pollinisateurs | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it
L'agroécologie passera nécessairement par moins de chimie, mais pas forcément par moins de rendement. C’est en tout cas ce qu’une étude internationale révèle pour les cultures pollinisées dont le rendement dépend de la fréquentation par les insectes. Les cultures pollinisées par les insectes assurent plus du tiers de notre alimentation à l’échelle mondiale selon l’Inra. Or, augmenter le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs permettrait d’accroître le rendement de ces cultures de près de 20% en moyenne partout sur la planète. Suite à la publication des résultats de cette étude dans Science le 22 janvier 2016, l’Inra indiquait dans un communiqué de presse :

Une équipe internationale constituée de 35 chercheurs a appliqué le même protocole de terrain sur 344 parcelles représentant 33 types de cultures dans 12 pays à travers le monde (principalement Afrique, Asie et Amérique du Sud) sur 5 ans. Elle a ainsi réussi à quantifier les relations entre les rendements agricoles, l’abondance et la diversité de la faune pollinisatrice.

De -30 à +20% de rendement selon l’approche

L’Inra précise que beaucoup de travaux récents portent sur le déclin des insectes pollinisateurs, au premier rang desquels figurent les abeilles sauvages et l’abeille mellifère, tant en abondance qu’en diversité. Mais rares sont les études qui examinent les conséquences sur les productions agricoles engendrées par un déficit de pollinisation. L’équipe de scientifiques engagée dans ce travail a réussi à émettre certaines hypothèses. Le communiqué de presse présente les principaux résultats :

Le déficit d’insectes pollinisateurs est aujourd’hui responsable d’une proportion importante du déficit de rendement des cultures pollinisées. Ainsi, l’abondance des insectes pollinisateurs contribue à expliquer 31% du déficit de rendement dans les parcelles de moins de deux hectares. Dans les parcelles plus grandes où la diversité de la faune pollinisatrice est souvent plus faible avec une large prédominance de l’abeille mellifère, les chercheurs ont trouvé un gain de productivité lorsque la faune pollinisatrice est diversifiée. Lorsque cette diversité est faible, le gain de productivité est nul. Lorsque l’on augmente le nombre et la diversité des insectes pollinisateurs, on accroît le rendement des cultures de plus de 20% en moyenne à l’échelle mondiale.

Les résultats obtenus dans cette étude tendent à montrer que cette intensification écologique crée des situations mutuellement bénéfiques pour la biodiversité et pour le rendement des cultures.

 

Via PERIG Consultants Environnement, agrodoc_ouest
more...
No comment yet.