Globalement, alors que depuis 2000 la croissance économique par habitant, a été plus modérée pour la France que pour l'ensemble de l'Union européenne, une partie des pressions sur les ressources naturelles apparaît relativement maitrisée, en matière d'émissions de gaz à effet de serre et de productivité des ressources notamment. Cependant les engagements à plus long terme sont très exigeants. Parallèlement les pressions restent fortes sur la biodiversité qui continue à diminuer.

 

En termes de bien-être et de cohésion sociale, c'est un diagnostic contrasté que ces indicateurs font ressortir : l'espérance de vie en bonne santé a continué de s'améliorer et la France connaît un taux de pauvreté monétaire inférieur à la moyenne européenne ; en revanche le taux d'emploi des seniors reste faible et la part des jeunes de 16 à 25 ans hors emploi et formation élevée. La participation aux objectifs de développement durable au niveau mondial dits objectifs « du millénaire » nécessitera un effort accru, au moins en matière d'aide publique au développement.


Via Marie Durand-Berthiau