Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
21.2K views | +12 today
Follow
Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
Un concentré de nouveautés dans les domaines de l'Agroalimentaire et l'Agronomie. (AgroSup Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Pierre-André Marechal from ECOLOGIE BIODIVERSITE PAYSAGE
Scoop.it!

Comment la biodiversité contrôle-t-elle les populations de ravageurs ?

Comment la biodiversité contrôle-t-elle les populations de ravageurs ? | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

 

Emily Martin, doctorante à l'Université de Bayreuth (Bavière), au sein de l'organisme TERRECO [1], mène actuellement une étude afin de mettre en évidence les liens existants entre : la structure des paysages, les habitats naturels, la biodiversité et l'écologie des ravageurs, et ce, dans le but d'identifier de nouveaux moyens de lutte anti-parasitaire.

 

Les premiers résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique PNAS [2].

Les travaux ont été menés en collaboration avec le professeur Ingolf Steffan-Dewenter de l'Université de Wurtzbourg (Bavière), et les professeurs Björn Reineking et Bumsuk Seo, tous deux de l'Université de Bayreuth (Bavière).

 

Source : bulletins-electroniques.com


Via agrodoc_ouest
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoNews
Scoop.it!

De nouvelles stratégies pour la gestion des insectes ravageurs dans l'agriculture

De nouvelles stratégies pour la gestion des insectes ravageurs dans l'agriculture | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

 

Parmi eux, la mouche des étables (Stomoxys calcitrans) est celle qui aurait l'impact financier le plus important, pour l'industrie américaine du bétail, à hauteur de 2,4 milliards de dollars chaque année. Etablie à l'origine dans les étables et les basses-cours, elle a désormais migré vers les pâturages suite à l'utilisation de bottes de foins dans les entrepôts où sont hébergés les animaux durant l'hiver. En effet, les conditions optimales pour la reproduction et le développement de ces mouches sont liées à la présence de foin, de fumier et d'urine. Ces mouches piqueuses se nourrissent du sang des animaux qui se retrouvent alors dans un état de stress (piqûres douloureuses) avec pour principales conséquences une réduction de la production de lait et une diminution de la prise de poids chez les bovins.

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.