Quand les insectes se soignent par les plantes… | Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie | Scoop.it

 

 

Il n’y a pas que les primates qui pratiquent l’automédication et se débarrassent de leurs parasites intestinaux en ingérant certaines plantes récoltées dans la forêt. Les insectes aussi l’utilisent ! Mouches du vinaigre, abeilles, fourmis, mais aussi papillons monarques sont capables de comportements à visée thérapeutique, comme l’explique Thierry Lefèvre, chercheur CNRS au Laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs, écologie, génétique, évolution et contrôle (Mivegec) de Montpellier, co-auteur d’un article sur l’automédication animale dans Science.

 

[...]

 

La femelle monarque, quand elle est infectée par un parasite protozoaire interne particulièrement néfaste et transmissible à ses œufs, choisit de pondre sur les feuilles d’une plante riche en cardénolides, une substance toxique pour son parasite (et également utilisée en médecine humaine contre les maladies cardiaques). « Les larves, quand elles naissent, se nourrissent de cette plante qui les soigne » s’enthousiasme Thierry Lefèvre, qui précise que les femelles non infectées ne favorisent pas ce type de végétaux. Mais pour le chercheur, la vraie percée est - peut-être - à venir : « si on découvrait que les femelles moustiques, dont on sait aujourd’hui qu’elles consomment des nectars de fleur en plus des repas de sang, ont le moyen de lutter contre le parasite du paludisme, ce serait une vraie déflagration dans le monde de la recherche… »

 

 


Via Bernadette Cassel