AgroSup Dijon Vei...
Follow
Find tag "Diptères"
12.7K views | +5 today
AgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire - Agronomie
Un concentré de nouveautés dans les domaines de l'Agroalimentaire et l'Agronomie
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoNews
Scoop.it!

Bientôt de nouveaux répulsifs anti-insectes moins coûteux ?

Bientôt de nouveaux répulsifs anti-insectes moins coûteux ? | AgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire - Agronomie | Scoop.it
Une équipe américaine a identifié les récepteurs olfactifs des insectes sensibles au DEET, un répulsif parmi les plus utilisés contre les moustiques, ouvrant la voie au développement de nouveaux produits aussi efficaces, mais moins coûteux et inoffensifs pour l'homme.

 

Introduit à la fin des années 40 par l'Armée américaine, le DEET, ou diéthyltoluamide, est un composé chimique présent dans de nombreux répulsifs aujourd'hui sur le marché, ces produits qui repoussent les insectes et jouent un rôle important dans la prévention des maladies transmises par les moustiques, comme le paludisme, le chikungunya, la dengue ou le virus du Nil.

 

"Jusqu'à présent, personne n'avait la moindre idée des récepteurs olfactifs utilisés par les insectes pour éviter le DEET", a expliqué l'entomologiste Anandasankar Ray (Université de Californie, Riverside, Etats-Unis), principal auteur de l'étude publiée mercredi dans la revue Nature.

 

Son équipe a examiné systématiquement tous les récepteurs sensoriels de l'insecte. Les recherches ont été menées sur la drosophile, ou mouche du vinaigre, génétiquement modifiée de façon à ce que les neurones activés par le DEET s'illuminent en vert fluorescent. Les chercheurs ont ainsi pu établir que les récepteurs impliqués dans la réaction au DEET, appelés Ir40a, tapissaient l'intérieur d'une région peu étudiée de l'antenne de l'insecte, le sacculus.

 

De plus, l'équipe d'Anandasankar Ray a déjà identifié de nouveaux composés qui agissent sur les mêmes récepteurs et qui pourraient un jour servir d'alternative au DEET.

 

[...]

 


Via Bernadette Cassel
more...
Bernadette Cassel's curator insight, October 2, 2013 1:09 PM

 

→ Odour receptors and neurons for DEET and new insect repellents

http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature12594.html

 

Avenir Adn Agri's curator insight, October 3, 2013 7:38 AM

Amis Agri une bonne News ==>Bientôt de nouveaux répulsifs anti-insectes moins coûteux ? | @scoopit via @MarechalPA http://sco.lt/...

Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoNews
Scoop.it!

De nouvelles stratégies pour la gestion des insectes ravageurs dans l'agriculture

De nouvelles stratégies pour la gestion des insectes ravageurs dans l'agriculture | AgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire - Agronomie | Scoop.it

 

Parmi eux, la mouche des étables (Stomoxys calcitrans) est celle qui aurait l'impact financier le plus important, pour l'industrie américaine du bétail, à hauteur de 2,4 milliards de dollars chaque année. Etablie à l'origine dans les étables et les basses-cours, elle a désormais migré vers les pâturages suite à l'utilisation de bottes de foins dans les entrepôts où sont hébergés les animaux durant l'hiver. En effet, les conditions optimales pour la reproduction et le développement de ces mouches sont liées à la présence de foin, de fumier et d'urine. Ces mouches piqueuses se nourrissent du sang des animaux qui se retrouvent alors dans un état de stress (piqûres douloureuses) avec pour principales conséquences une réduction de la production de lait et une diminution de la prise de poids chez les bovins.

 


Via Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by Pierre-André Marechal from EntomoNews
Scoop.it!

Afrique du Sud : un élevage industriel de mouches primé par l'ONU

Afrique du Sud : un élevage industriel de mouches primé par l'ONU | AgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire - Agronomie | Scoop.it

 

Une entreprise sud-africaine produisant des larves de mouches destinées à l'alimentation animale en recyclant du sang, des viscères, du fumier ou des déchets alimentaires a reçu mardi un prix de l'innovation en Afrique parrainé par l'ONU.

 

"Nous avons créé la première opération d'élevage industriel de mouches", a raconté mercredi Jason Drew, un membre de l'équipe de AgriProtein Technologies, une entreprise qui a développé le concept.

 

L'entreprise élève entre 7 et 8 millions de mouches femelles dans son établissement de Stellenbosch (sud-ouest).

 

Bien nourries, ces mouches pondent des oeufs qui sont déposés parmi les déchets, où ils éclosent. Les larves sont ensuite récoltées, séchées et broyées jusqu'à obtenir la consistance de cornflakes, et livrées à un fabricant d'aliments pour animaux.

 

"En 72 heures, un kilo d'oeufs se transforme en environ 380 kilos de larves", a relevé M. Drew.

 

Les larves séchées ont la même composition que la farine de poisson, couramment utilisée dans les aliments pour animaux.

 

[...]

 


Via Bernadette Cassel
more...
Bernadette Cassel's curator insight, June 3, 2013 2:34 AM

 

→ Innovation Prize for Africa 2013 announces winners

http://vc4africa.biz/blog/2013/05/08/innovation-prize-for-africa-2013-announces-winners/

 

 

VIDÉOS [en anglais]

 

→  Innovation Prize for Africa

http://africaninnovationnews.com/videos/

 

(via Twitter)