Les anciens membres de l'Organisation de l'armée secrète (OAS) sont les bénéficiaires majoritaires de la loi française du 23 février 2005 glorifiant les "bienfaits" du colonialisme français, a affirmé jeudi à Oran l'historien français Romain Bertrand.