La Nouvelle Économie 2.0
6.7K views | +8 today
Follow
 
Rescooped by Thierry Curty from La Transition sociétale inéluctable
onto La Nouvelle Économie 2.0
Scoop.it!

La transition sociétale est inéluctable

La transition sociétale est inéluctable | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it

« Le Féodalisme aura vécu jusqu’à l’émergence du Capitalisme dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, à la Révolution Industrielle. Nous avons là une nouvelle transition sociétale, pas la première, pas la dernière !

Le paradigme sociétal s’inverse radicalement. Alors que le féodalisme concentre une fraction infinitésimale de la population qui bénéficie de tous les avantages, entourée des masses non propriétaires qui l’entretiennent grâce à de subtiles ponctions nécessairement abusives, avec le Capitalisme ce sont les plus riches qui entourent les masses dans le but de bénéficier de leur production et ce sont les masses qui tentent de ponctionner les riches pour leur soustraire autant que possible d’avantages que les riches concèdent en faisant tout pour que ça ne soit pas plus que nécessaire.

 

Un système moins inéquitable avec le Capitalisme

Le système est moins inéquitable. Ceux qui détiennent la richesse et le pouvoir sont toujours à même de refuser des avantages, mais les masses sont en droit de leur refuser leur production. Une production sans commune mesure avec celle du féodalisme grâce à la Révolution Industrielle de la vapeur qui a apporté des machines d’une puissance jamais égalée. Un paysan sous le féodalisme nourrissait trois personnes, après la Révolution Industrielle il en nourrit 12. Un mineur extrait tout seul l’équivalent du minerai d’au moins 5 personnes. Cette augmentation de la capacité de production individuelle sans précédent dans l’histoire permet une création de richesse de plus en plus rapide. Alors que l’Antiquité aura vécu plusieurs millénaires, que le Moyen-Âge aura vécu 1000 ans, le paysan devenu ouvrier salarié évoluera en un siècle plus que durant tous ces millénaires de soumission à un pouvoir total et absolu. »

more...
No comment yet.
La Nouvelle Économie 2.0
La première révolution industrielle, de la vapeur, a fait du paysan inculte un ouvrier. La seconde révolution industrielle, du pétrole, a fait de l'ouvrier un citoyen. La troisième révolution industrielle, du numérique, fera de ce citoyen que le paysan devenu ouvrier est aujourd'hui, un acteur du développement sociétal au travers de l'intelligence collective.  Une nouvelle économie, contributive, émerge l'économie du futur. http://soyons-AMI.fr
Curated by Thierry Curty
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

DataGueule, la financiarisation

Détails sur la page officielle Facebook ;: https://www.facebook.com/DataGueuleOfficiel/videos/978910252241463/
Thierry Curty's insight:
Et là la solution est facile, l'AMI résout tout ça...  http://soyons-AMI.fr


more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

CETA, snow washing et Panama Papers

CETA, snow washing et Panama Papers | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Les Panama Papers ont révélé que le Canada était aujourd'hui le nouveau paradis fiscal à la mode. Le blanchiment d'argent version canadienne a même un petit nom, le "snow washing". L'UE et le Canada partagent-ils vraiment les mêmes valeurs, comme l'affirment les partisans du CETA?
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Le Danemark nomme un ambassadeur auprès des GAFA

Le Danemark nomme un ambassadeur auprès des GAFA | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Le gouvernement danois a annoncé la nomination d'un ambassadeur numériqu
Thierry Curty's insight:
Je ne suis pas certain du tout que ce soit pertinent. Quels que soient les chiffres concernés, ce ne sont que des sociétés. Pour moi, que le Danemark nomme un ambassadeur auprès de ces sociétés n'est pas un signe d'évolution, mais un symptôme du dysfonctionnement de l'économie.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Top 20 des pays les plus riches: où sera la France en 2030?

Top 20 des pays les plus riches: où sera la France en 2030? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Actuellement 10ème puissance mondiale en termes de PIB en parité de pouvoir d'achat, la France devrait sensiblement reculer d'ici 2030 et 2050 avec la montée en puissance des pays émergents, selon PwC. 
Thierry Curty's insight:
Ce qui est normal. Il est clairement anormal qu'une économie de 66 millions d'habitants soit aussi haut dans le classement. Fort logiquement, si tout le monde sur la planète avait le même niveau de vie, ce qui est l'objectif à atteindre, c'est le nombre d'habitants qui déterminerait le positionnement, 

Quand la mondialisation sera accomplie, la France sera plutôt en .80ème position qu'en 5ème. ...Et elle ne sera pas plus pauvre pour autant, bien sûr, c'est juste que les français ne seront plus plus riches que 98% de la population mondiale qui sera devenue aussi riche que les français.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Ravagée par la crise économique, Detroit renaît de ses cendres avec l'agriculture urbaine

Ravagée par la crise économique, Detroit renaît de ses cendres avec l'agriculture urbaine | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Déclarée en faillite en 2011, la ville de Detroit commence à remonter la pente. Elle est aujourd'hui considérée comme un modèle en termes d'agriculture urbaine.
Thierry Curty's insight:
Quand la nourriture est assurée, la population est rassurée. 

 Une fois cette étape franchie, l'activité peut renaître et, un jour, Detroit sera une ville qui produira de la richesse, en bénéficiant de l'opportunisme créatif humain. 

 L'avenir naîtra du courage qu'impose la misère, c'est ça le capitalisme cognitif du XXIème siècle, l'économie collaborative reposant sur l'intelligence collective.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Jacques Rueff et la double pyramide de crédits (d'où viennent les crises) ?

Jacques Rueff et la double pyramide de crédits (d'où viennent les crises) ? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Blog du cercle des économistes e-toile: Jacques Rueff et la double pyramide de crédits
Thierry Curty's insight:
Un texte un peu complexe mais passionnant qui décrypte ce que le génial Jacques Rueff avait appelé "la double pyramide du crédit". 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Pour Ted Malloch, possible ambassadeur américain à Bruxelles, l’euro va s’effondrer d’ici 18 mois

Pour Ted Malloch, possible ambassadeur américain à Bruxelles, l’euro va s’effondrer d’ici 18 mois | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Après l'économiste Joseph Stiglitz, c'est au tour d'un proche de Donald Trump de parier sur l'échec de l'euro à court à terme. Les faiblesses inhérentes à la monnaie européenne ne devraient pas lui permettre de survivre au-delà de 18 mois.
Thierry Curty's insight:
Malheureusement, il pourrait avoir raison. Mais alors là on va en chier... on va comprendre ce que "misère", "récession", "inflation", "pouvoir d'achat" etc. veulent dire.

Mario Draghi qui continue avec son prétendu "QE", consistant à enrichir massivement les riches, avant la débacle... 

Cela dit, ce sera alors l'heure pour autre chose. L'AMI serait précisément LA solution à ce type de crise. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Les frais bancaires augmentent plus pour les clients en difficulté

Les frais bancaires augmentent plus pour les clients en difficulté | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Une facture qui a grimpé de plus de 10% en 4 ans pour les "petits" clients
Thierry Curty's insight:
Ben, de toute façon, les riches n'ont pas de frais du tout, ils ont même un petit rendement, alors... Faut pas croire, si vous dépensez 15k par mois, votre Visa Platinum est gratuite.

 C'est con à dire, mais il n'y a que les pauvres qui coûtent aux banques !!

Il est donc plus que temps de se poser la question de leur position dans notre société. Etant devenues incontournables et bénéficiant d'un oligopole absolu par la concession, ont-elles le droit d'être une activité commerciale libérale comme une autre?

 N'ont-elles pas une responsabilité sociétale? 

Avant, la banque était le partenaire financier de l'économie. La société lui confiait le rôle de la création monétaire et de la gestion des flux financiers. EN ECHANGE le banquier était le partenaire, LE PARTENAIRE de ses clients qu'il contribuait à développer. C'était un échange, en somme, un contrat synallagmatique macrosociétal, la banque faisait partie intégrante du Contrat Social. Aujourd'hui, le banquier détient les prérogatives et sa source d'approvisionnement les obligations. Le banquier n'a strictement AUCUNE obligation, AUCUN devoir envers ses clients. Si le client n'est pas content il va se faire arnaquer ailleurs, point barre. La population est ASSERVIE par le système bancaire.

 Donc soit on régule, en limitant les frais TOTAUX (donc agios éventuels inclus) à 20€ par mois au lieu de 88€, soit on laisse les frais tels qu'ils sont, mais on met en place une solution qui garantit un compte gratuit avec une VIsa internationale incluse. Ou alors on rétablit le cash et on peut se faire verser son salaire par mandat ou en liquide à la caisse, au choix. Mais là, il va falloir faire quelque chose, parce que de rendre un secteur économique incontournable en lui accordant le droit d'arnaquer tranquillou ses clients comme bon lui chante, c'est incompatible. 

La banque n'est pas juste un service auquel on fait appel, elle est un besoin social, une obligation, même. Partant, certains métiers occupent une position particulière dans la société et doivent répondre à des impératifs. Comme pharmacien, fabricant de médicaments, médecin, agriculteur, etc. De nourrir ou soigner la population, de financer l'économie, ne sont pas des prestations comme coiffeur ou marchand de TV, ce sont des professions qui évoluent dans un schéma différent qui répond à un besoin vital. 

Tout comme les terres des agriculteurs n'étant pas extensibles il est crucial de veiller à ce qu'elles soient bien exploitées pour nourrir tout le monde. Tout comme le fournisseur d'eau ne doit pas pouvoir couper l'eau, ce qui revient littéralement à tuer les habitants. Tout comme le fournisseur d'électricité ne doit pas avoir le droit d'empêcher de se chauffer. Tout comme un hôpital ne peut pas refuser de soigner. Peu importe comment on répond à ces impératifs, par des dispositifs de contrainte, des saisies, des obligations de part et d'autre, mais ils doivent fonctionner, il y va de la vie des citoyens. 

Aujourd'hui, sans compte en banque, c'est la rue. Vous pouvez avoir un travail, une voiture, un appartement, si vous n'avez plus de compte en banque, vous vous retrouvez très rapidement à la rue dans le dénuement complet. 

Donc soit on organise la société pour que ça ne soit pas le cas, soit on décrète que la profession de banquier n'est pas une profession libérale comme les autres et que le compte de base est une obligation sociétale qui doit répondre à des critères légaux auxquels sont soumis toutes les banques de détails. Et celles qui ne sont pas contentes ne font plus de banque de détail. Et si elles veulent en faire, alors elles assument les conditions de base. 

Ca semble être la moindre des choses. D'autant qu'il ne s'agit pas d'une contrainte compromettante, mais que le compte de base ne soit pas contraignant pour les couches les plus faibles. Là, il est cher, source de péril et de soucis, c'est un vecteur d'inégalité qu'il est facile et nécessaire de combattre.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Facebook lance en France sa toute première nurserie de start-up

Facebook lance en France sa toute première nurserie de start-up | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Le réseau social lance en France son premier programme mondial d'accompagnement de start-up, a annoncé sa numéro 2, Sheryl Sandberg, mardi à Paris. Une manière de « développer l'économie de la data en France », a-t-elle indiqué.
Thierry Curty's insight:
Et ça dirigé par la charmante Roxanne Varza, jeune, jolie, intelligente, charmante, cultivée, bien éduquée, issue de la double immigration, une perle de rosée dans ce monde de merde : http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/roxanne-varza-xavier-niel-lui-a-confie-les-cles-de-son-incubateur-station-f-1200257 ;

Il est important d'appréhender à quel point ce genre d'initiative est crucial. Contrairement à la perception commune de l'inefficacité du capitalisme, tous ces gens qui financent l'ensemble, soutiennent les startups, les accompagnent, les assistent, sont des gens qui ne sont pas issus de la fraction minoritaire naturellement riche du XIXème siècle, ils sont tous ou presque tous, issus de la révolution numérique, devenus riches grâce à elle, ou vivant grâce à elle. 

Cette initiative est tout à la fois l'expression de la démocratie par l'économie qu'impose la révolution numérique de l'inégalité croissante du fossé riches-pauvres. Nous assistons là à la naissance d'un nouveau monde où de nouveaux riches sont à la recherche de nouvelles personnes à enrichir pour s'enrichir encore plus en investissant dans l'économie collaborative porteuse de démocratie. 

La question n'est pas de savoir s'il faut réguler ou maîtriser ou au contraire laisser faire, mais juste que ça se fait, ça se produit, ça existe et ça fonctionne. C'est donc l'environnement, désormais obsolète, au sein duquel évolue cette nouvelle économie qui doit évoluer et non pas elle qui doit s'y adapter et subir la contrainte d'un système conçu pour l'ère consumériste. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Des chauffeurs VTC vont lancer une plateforme « 100% collaborative »

Des chauffeurs VTC vont lancer une plateforme « 100% collaborative » | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Une association de chauffeurs indépendants a annoncé le lancement dans les prochains jours d'une application mettant en relation les VTC avec les clients. Aucune commission ne sera prélevée sur la course.
Thierry Curty's insight:
Voilà, ça c'est de l'économie collaborative. 

Leur modèle atteindra rapidement ses limites. Il faudra bien évidemment que la plate-forme prélève une commission, parce que sa gestion nécessitera la création d'emplois, engendrera des coûts, qu'il faudra bien supporter. 

En outre, dans l'idéal, de fonder une société où les chauffeurs possèdent les parts est également un système de répartition de la valeur créée. Tous les chauffeurs ne bénéficient pas des mêmes avantages sectoriels, n'ont pas le même âge, la même situation familiale, etc. Alors la plate-forme, en prélevant une commission peut dégager des bénéfices qui sont ensuite reversés sous forme de dividendes aux détenteurs du capital. 

...Mais c'est des détails qu'ils apprendront, je fais confiance aux conseillers en management ou aux comptables pour profiter opportunément de les conseiller sur le sujet. 

En attendant, l'important est qu'ils vont uberiser Uber pour avoir l'Uber et l'argent d'Uber... 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Dividendes records, salaires en hausse, mais...

Dividendes records, salaires en hausse, mais... | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Les entreprises du CAC 40 ont versé 56 Mds d'€ de dividendes à leurs actionnaires, 13 de plus qu'en 2015. Le partage de la valeur ajoutée est-il déséquilibré par rapport aux salaires? Non, les salaires aussi augmentent un peu. En revanche, l'autofinancement diminue.
Thierry Curty's insight:
On appelle le taux d'engraissement des actionnaires le POR...

 Cela dit, à titre personnel, je n'ai rien contre le rendement des actions. Les actionnaires sont à la base du financement des entreprises. Mais la rentabilité des actions n'a cessé d'augmenter depuis 40 ans alors que l'activité actionnariale n'a cessé de diminuer. Les actionnaires étaient beaucoup plus interactifs durant les Trente glorieuses qu'aujourd'hui ils sont attentistes et actifs essentiellement dans la spéculation financière. 

 Il est important de réorienter les investissements vers l'économie réelle en fiscalisant mieux le capital. 

 Mon idée serait que les dividendes soient affranchis d'impôts jusqu'à 5000€. Au-delà, ils sont fiscalisés à hauteur de la part des bénéfices qu'ils représentent, salaire du dirigeant et autres avantages payés. Ainsi, les actionnaires assument sur leurs dividendes la rémunération du dirigeant. Si les dividendes représentent 10% des bénéfices, ils sont fiscalisés à 10%, s'ils représentent 25%, ils sont fiscalisés à 25%, etc. avec un bouclier à 50%. 

 De sorte que si les actionnaires veulent ne pas payer d'impôts sur leurs dividendes, ils ne doivent pas gagner plus de 5000€ par investissement et par conséquent ils sont contraints à diversifier leurs investissements en les dispatchant dans plus d'entreprises, ce qui mettrait sur le marché plus de capitali-risque, favorisant le financement des entreprises. 

 En échange, les investisseurs auraient la possibilité de ne pas payer du tout d'impôts sur leur capital. Celui qui perçoit 50'000€ de dividendes ne paie pas d'impôts si c'est dans 10 entreprises au minimum en-dessous du seuil de déclenchement de 5000€. 

Plus de facilité à financer, c'est plus d'entreprises, c'est un tissu économique plus dense et plus dynamique et des actionnaires plus interactifs, moins attentistes et donc plus méritants de leur capital. C'est une meilleure redistribution de la création de richesse, donc une réduction de l'inégalité et une amélioration de l'égalité des chances. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Sous-locations abusives sur Airbnb : le juge doit trancher

Sous-locations abusives sur Airbnb : le juge doit trancher | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Procès décisif ce mardi au Tribunal d'Instance de Nogent-sur-Marne. Si l
Thierry Curty's insight:
Je dénonce ces nouvelles entreprises qui surfent sur la vague de l'économie collaborative en soutenant qu'elles n'en sont pas, depuis longtemps. http://thierrycurty.fr/economie-partagee-pas-encore-positive/

Uber, La Ruche qui dit oui, Airbnb, Blablacar, etc, ne sont pas des entreprises de l'économie collaboratives. Non seulement elles n'en sont pas, mais elles sont des entreprises d'un ultracapitalisme néo-libéral que personne n'aurait accepté par le passé. 

Songez un peu, non contentes de ne pas partager leurs revenus avec leurs utilisateurs, qui sont également leurs clients qui n'ont aucun pouvoir de décision sur leur fonctionnement, elles exploitent un capital qu'elles n'ont pas investi !! C'est assez incroyable et ce d'autant qu'elles atteignent des valeurs considérables, ce qui fait qu'elles constituent une masse monétaire sans contre-valeur. Des dizaines de milliards sans aucun actif concret, juste un concept et un site web. http://lemondeenchantier.com/blog/snapchat-airbnb-twitter-facebook-le-regne-de-la-fausse-monnaie/

Si Uber est un exploiteur qui fait travailler sous prétexte d'indépendance des chauffeurs qui sont clairement sous un rapport de subordination (un seul client, pas le contrôle des tarifs, soumis à des règles précises et même pouvant être virés), faisant reposer ses investissements sur les chauffeurs par ce biais, Airbnb va encore plus loin puisque la plate-forme, non contente d'exploiter du capital non investi, permet à ses clients (qui sont donc ceux qui mettent en location les biens et non pas ceux qui les louent) d'exploiter du capital non investi !

Non mais, sérieux, on va où là? Ces boîtes, portées par de fumeux opportunistes, ont surpris tout le monde, maintenant c'est bon, faut se réveiller là. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Fiscalité du crowdlending : la déductibilité des pertes étendue aux minibons

Fiscalité du crowdlending : la déductibilité des pertes étendue aux minibons | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
La loi de finances rectificative pour 2016 a aménagé la fiscalité applicable aux intérêts perçus via les plateformes de crowdlending. E
Thierry Curty's insight:
Le financement participatif gagne du terrain alors que la nouvelle économie est freinée par la transition sociétale qui ne se fait pas. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Face à Uber, des chauffeurs de VTC de Toulouse créent une centrale de réservation indépendante 

Face à Uber, des chauffeurs de VTC de Toulouse créent une centrale de réservation indépendante  | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
La plateforme "Centrale des VTC 31" va voir le jour fin février. Une réponse des chauffeurs toulousains aux grosses plateformes "qui paupérisent la profession". Explications. 
Thierry Curty's insight:
De fonder une association au lieu d'une société, qui reverserait des dividendes à ses actionnaires, est une erreur. Si au lieu d'être membres d'une association, ils étaient actionnaires de leur société, les dividendes seraient un moyen d'égaliser les revenus. 

Idéalement, plus leur revenu provient des dividendes, plus le système est équitable. Tous ne travaillent pas dans des zones aussi favorables. Et de redistribuer d'un côté par la course, qui rémunère le travail et par les dividendes, qui rémunèrent la contribution au système, permet de compenser un peu ce handicap.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

L'aéronautique reste la locomotive du "Made in France" à l'export

L'aéronautique reste la locomotive du "Made in France" à l'export | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
L'excédent de la filière aéronautique et spatiale a atteint 18,6 milliard
Thierry Curty's insight:
Quelque part, ce n'est pas vraiment normal, c'est une faiblesse, une facilité que de se réfugier comme ça dans de l'armement alors que nos exportations devraient être constituées de nos fleurons technologiques dans l'imagerie électronique, la cybernétique, les biotechs. 

 Nous avons clairement un problème socio-structurel qu'il faut résoudre, libérer les initiatives au lieu de les faire chier comme on fait chier Carmat. Faire que si quelqu'un qui n'a rien à besoin de 500 millions pour faire le concurrent de Google ou Facebook n'ait pas besoin d'aller les chercher aux Etats-Unis. 

 Nous sommes figés dans une espèce de gangue, il nous faut une nouvelle économie. .
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Leboncoin, Airbnb, BlaBlaCar : quelles stratégies de développement ?

Leboncoin, Airbnb, BlaBlaCar : quelles stratégies de développement ? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it

Logement, mobilité, commerce, finance : de nombreux secteurs sont déstabilisés par les plateformes de consommation collaborative.

Comment réagissent les acteurs traditionnels face à l'essor de ces solutions de consommations alternatives ? Philippe Gattet, directeur d’études Precepta, analyse l’ubérisation de l’économie et l’intégration de ces nouvelles pratiques par les acteurs historiques.

Retrouvez toutes les vidéos de Xerfi sur XerfiCanal TV. Le groupe Xerfi est le leader des études économiques sectorielles. Retrouvez toutes ces études sur le portail de www.xerfi.com. Et notamment l'étude sur la consommation collaborative de Delphine David.


Thierry Curty's insight:
Si elles veulent grandir, elles devront devenir des entreprises de l'économie collaborative, tout simplement. Là, ce ne sont que des entreprises ultranéolibérales du capitalisme dans ce qu'il a de plus dégueulasse. Forcément, ça coince un peu.

Une entreprise de l'économie collaborative est détenue par ses clients qui ainsi en plus de bénéficier de la prestation perçoit en échange de la mise à disposition de son capital les dividendes de sa collaboration. 

http://thierrycurty.fr/economie-partagee-pas-encore-positive/
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Commerce extérieur : c'est la Bérézina !

Commerce extérieur : c'est la Bérézina ! | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
En 2016, le déficit commercial a progressé de plus de trois milliard
Thierry Curty's insight:
On notera que c'est un bon coup dans la tronche des protectionnistes, y'a qu'à imaginer ce qu'il se passerait si on se mettait à surproduire chez nous, on se demande bien où on vendrait? 

C'est également un coup sur la tronche des déflationnistes, qui soutiennent qu'une monnaie faible rend plus compétitif, l'Euro n'a jamais été aussi bas et ça n'a rien changé. Ce n'est donc surtout pas de revenir au franc qui nous aiderait, d'autant qu'on se retrouverait en plus grevés du coût du change alors qu'on est déjà trop chers. 

Et pour ma part, j'ai raillé la politique de l'offre dès que j'en ai entendu parler. Elle ne peut tout simplement pas marcher, nous ne sommes plus dans le système de marché de Say, nous sommes au XXIème siècle. Et on trouve le problème dans une seule phrase dans l'article : "les importateurs européens trouvent les produits français trop chers". Ils ne sont pas trop chers en valeur absolue, mais simplement non compétitifs, trop chers par rapport à leur positionnement qualitatif. 

La France doit monter en gamme, en particulier en technicité. Là encore, une fois de plus, le problème c'est l'acharnement à vouloir crée de l'emploi alors que ce qu'il faut c'est sortir l'humain du travail et inciter à l'automatisation. Développer la cybernétique, l'intelligence artificielle, produire moins mais mieux, à plus forte valeur ajoutée, pas "industrialiser pour créer de l'emploi", ça ne marchera plus ça. Aujourd'hui tout le monde sait faire un train ou un bateau. La France se refuse sa valeur ajoutée parce qu'elle signifierait aller vers l'automatisation de la production et donc la fin de l'emploi, alors que le seul avenir possible est de libérer de la ressource cognitive pour l'économie du XXIème siècle. 


Si nous voulons retrouver de la croissance, nous devons nous industrialiser dans les technologies du XXIème siècle et ajouter des couches productives à l'économie en la rendant plus collaborative et pour cela libérer l'individu de son emploi pour en faire une ressource supplémentaire disponible pour l'économie.
more...
No comment yet.
Rescooped by Thierry Curty from COOPEK, Monnaie complémentaire numérique
Scoop.it!

Les monnaies locales, leviers de la transition écologique

Les monnaies locales, leviers de la transition écologique | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Selon l’Ademe, les monnaies locales constituent des leviers pour orienter les comportements vers une consommation durable. L’Agence veut renforcer leur évaluation et leurs objectifs environnementaux.

Via Monnaie COOPEK
Thierry Curty's insight:
A lire et relire, ma proposition pour un système de redistribution adapté ; http://thierrycurty.fr/un-revenu-universel-equitable-et-porteur-de-developpement-socio-economique/
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

74 % de "talents gâchés" en France, selon une étude : Comment y remédier ?

74 % de "talents gâchés" en France, selon une étude : Comment y remédier ? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
La start-up Ticket for Change révèle que 74 % des Français disposeraient d'un "talent gâché", car non mis en application pour le bien de la société. Neuf sondés sur dix ont pourtant "envi
Thierry Curty's insight:
L'économie collaborative, la voilà la solution, que toutes les capacités puissent être exploitées. La société du capitalisme cognitif. 

Forcément, dans une société portée par le travail où l'important sont les papelards plutôt que les compétences, la conformité plutôt que l'intelligence, on gaspille des talents. Et même dans le cas des diplômés, la plupart sont diplômés ailleurs que là où se trouve leur talent. 

.. Absurde ! La solution est libérale et démocratique et passe par la capacité de chacun d'exploiter ce pour quoi il est le meilleur. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Draghi visé par une enquête européenne

Draghi visé par une enquête européenne | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
La médiatrice européenne, Emily O'Reilly,  reproche au président de la Banque centrale européenne d'appartenir à un forum international qui regroupe de grands dirigeants du secteur financier, que son institution est censée réguler.
Thierry Curty's insight:
Depuis le temps que je dis que son prétendu QE n'est en réalité pas un QE. Il fait semblant d'être surpris que son émission massive de monnaie n'engendre pas d'inflation alors que c'est de la monnaie non inflative, puisqu'il rachète de la dette en contrepartie. 

En conséquence, c'est en fait une arnaque qui consiste à enrichir les riches. C'est un transfert de la poche des pauvres, qui paient les intérêts des dettes, vers celle des riches. Il a déjà distribué aux riches 1000 milliards et ça continue... 

 Ce type est un VOLEUR ! Il est en train de commettre le plus grand braquage de l'Histoire. Le précédent, c'était la faillite de Lehman Brothers, dont j'ai parlé sur mon blog, où il était aussi impliqué indirectement ( http://lemondeenchantier.com/blog/faillite-de-lehman-brothers-une-arnaque/ ) et le précédent le prétendu sauvetage de la Grèce, dont j'avais déjà expliqué la chose sur mon forum ( http://lemondeenchantier.com/forum/viewtopic.php?f=4&t=1405&hilit=grèce+sauvetage ), où là il sévissait chez Goldman Sachs.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Un premier raté à 3 millions d'euros pour le crowdfunding immobilier

Un premier raté à 3 millions d'euros pour le crowdfunding immobilier | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Les immeubles de ce promoteur devaient rapporter un rendement de 10%. Finalement, les particuliers qui ont misé sur ses projets via un financement participatif pourraient juste perdre leur mise.
Thierry Curty's insight:
Le financement participatif, c'est l'avenir, mais là il n'en est qu'à ses balbutiements et la première des choses qu'il devra faire, c'est intégrer la création monétaire. Lorsqu'une banque prête de l'argent, si le crédit est perdu, elle ne perd qu'une fraction des intérêts qui vient diluée sur les intérêts des autres crédits en cours de remboursement. De même que l'épargnant qui a placé son argent dans la banque et qui lui a servi de support pour émettre le crédit n'a rien perdu non plus. 

Dans le cas du crowdfunding, si un projet capote, l'épargnant a perdu sa mise. Ce qui n'est ni encourageant, ni stimulant pour l'économie. Et ce d'autant que le projet n'ayant pas été financé par un crédit, il n'est pas porteur de développement économique. 

Le crowdfunding devrait protéger l'épargne. Le financement ne doit pas provenir de l'épargne, mais du crédit émis sur la base de cette épargne, comme c'est le cas dans la banque, ce qui apporterait en plus l'avantage que l'investissement de chacun contribue à la création monétaire. Et ça, c'est facile avec l'AMI : http://soyons-AMI.fr
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Explosion de l'inégalité : les 8 personnes les plus riches possèdent désormais autant que la moitié du monde la plus pauvre !

Explosion de l'inégalité : les 8 personnes les plus riches possèdent désormais autant que la moitié du monde la plus pauvre ! | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Thierry Curty's insight:
Désenrichir les riches, c'est de la jalousie, enrichir les pauvres, c'est de la politique, c'est un fait... mais là il n'est pas question de richesse, mais de déséquilibre, de déstabilisation de l'économie. 

Un enrichissement à ce niveau-là n'a rien d'indécent, il est simplement inéquitable, ce sont des profiteurs qui jouissent abusivement des déviances de l'économie pos-Trente glorieuses et c'est juste inacceptable, il est plus que temps d'agir avant l'effondrement de l'économie. 

 S'il est vrai que la richesse ne se partage pas elle se crée. ce ne sont pas eux qui ont crée cette richesse. Personne au monde ne crée de la richesse. Ce ne sont pas non plus les entreprises qu'ils ont crée, mais bien leurs clients. Le problème réside dans la redistribution de la création de richesse qui est la seule raison d'être d'autoriser les meilleurs à créer leur propre entreprise : créer de la richesse qui bénéficiera à tous. 

Si ce n'est pas le cas, c'est bien de l'accaparement. Si on se dit que ce n'est pas que de leur faute parce qu'on les laisse faire, je suis d'accord. Mais il est urgent d'augmenter radicalement les taxes sur les instruments que la société les a autorisés à créer et auxquels l'ensemble à collaboré pour créer la richesse qui permettra à tous d'exister. Et si on ne pratique pas comme ça, eh bien viendra un jour où l'économie va simplement s'arrêter de fonctionner.

Lorsque l'on consomme un produit, on confie son argent à celui qui a crée le produit pour générer de la richesse, c'est la seule raison d'être du consumérisme : permettre à tous d'avoir les moyens d'acheter les fruits de la production afin de créer de la richesse qui bénéficiera à tous. 

 C'est le principe de base même du capitalisme, première phrase de la première ligne du premier paragraphe du premier chapitre du premier livre avant la première virgule.

Il faut bien se représenter ce qui se passe en démystifiant certaines croyances, très répandues, comme le fait que ces gens redistribuent via des oeuvres caritatives. En réalité, ils protègent leur fortune dans des fondations. Les impôts qu'ils ne paient pas, représentés par les intérêts des investissements des fondations, sont alors exploitables sous couvert d'humanitaire dans diverses actions, qui peuvent faire appel à des sociétés dans lesquelles ils possèdent des intérêts. Par exemple, une campagne de vaccination, en distribuant le vaccin du labo dans lequel on a des actions. De sorte qu'en contribuant à son chiffre d'affaires, on percevra des dividendes qui viendront grossir notre fortune qu'il faudra donc protéger dans la fondation qui se fera un plaisir de vous aider à en percevoir plus en distribuant encore plus de vaccins sous couvert d'humanitaire. 

Je prends l'exemple de vaccins, mais ça peut être n'importe quoi : la distribution de semences alors que l'on possède des intérêts chez le semencier concerné, des produits scolaires, des ordinateurs (où là Bill Gates, outre le fait qu'il fait distribuer des ordinateurs d'un fabricant qu'il possède, en porofite pour accoutumer les jeunes bénéficiaires à Windows et Office pour le futur), etc... ça marche poru n'importe quoi. 

En fait de redistribution via des oeuvres caritatives, il s'agit surtout d'évasion fiscale et de conflit d'intérêts qui gonflent exponentiellement leur fortune dont les gains sont très très largement sous-taxés, contraignant à pressurer les moins riches qui n'ont pas les moyens d'échapper à la taxation et dont le pouvoir d'achat baisse, paupérisant la population et réduisant le développement sociétal comme peau de chagrin. 

Il ne s'agit même pas a stricto senso de "solidarité" ou de "social", mais bien de macroéconomie, de danger pour la société. 
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Les cadres et les jeunes, grands gagnants de l'économie collaborative

Les cadres et les jeunes, grands gagnants de l'économie collaborative | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Selon une étude de l'institut CSA pour Cofidis dévoilée par le Figaro, les Français gagnent 495 euros par an grâce aux acteurs de l'économie collaborative. Un chiffre qui passe à 613 euros pour les 25-34 ans et 686 euros pour les cadres et les professions libérales.
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres?

Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Les inégalités de revenu et de patrimoine n'ont jamais été aussi élevées depuis 20 ans. Moindre en France du fait d'une redistribution plus forte, ce phénomène remet en cause la théorie du ruissellement "Trickle down Economic", qui veut que favoriser les riches est bon pour les pauvres[...]
Thierry Curty's insight:
Dans une économie fonctionnelle, c'est vrai. 

 Mais voilà, l'économie, elle ne l'est plus, fonctionnelle, justement, depuis une quarantaine d'années, la fin des Trente Glorieuses où la fracture s'est progressivement marquée entre l'élévation du niveau de richesse pour les plus riches et le ralentissement de l'enrichissement pour les plus pauvres en raison de l'effondrement du nombre d'heures travaillées par des humains en proportion de la création de richesse. 

 Mais l'article est un peu court en parlant de thésaurisation, parce que l'immense majorité de l'argent thésaurisé des riches l'est sous forme de shadow banking. Cet argent ne saurait manquer à l'économie, puisque officiellement il n'existe pas. Donc il y a d'autres paramètres à prendre en considération. 

 La troisième révolution industrielle a cassé la machine économique dans laquelle la redistribution se faisait par le salaire et donc le travail. La solution est simple, avec la quatrième révolution industrielle qui s'introduit progressivement et produira ses effets visiblement dans les 5 prochaines années avant la cinquième qui s'annonce déjà pour dans 20 ans : l'abandon du travail ! Il faut une société adaptée à la disparition du travail, où la redistribution repose sur la création globale de richesse et non plus sur une fraction de la production individuelle de richesse au sein de l'entreprise où l'humain ne travaille désormais plus. http://thierrycurty.fr/wp-content/uploads/2015/09/graphique_employabilit%C3%A9-copyright.jpg
more...
No comment yet.
Scooped by Thierry Curty
Scoop.it!

Croissance : quel scénario pour 2017 ?

Croissance : quel scénario pour 2017 ? | La Nouvelle Économie 2.0 | Scoop.it
Pour l'instant, le gouvernement table toujours sur une progression de 1,5
Thierry Curty's insight:
Tant que nous chercherons à créer de l'emploi, à lutter contre le chômage, plutôt qu'évoluer, nous ne pourrons qu'aller dans le mur. 

 Pour récupérer de la croissance, il faudra soit évoluer, avoir une nouvelle économie, avec une idéologie plus progressiste, soit régresser et lâcher de l'humain comme un aérostier largue du sable, en reculant sur le système social, en faisant reposer la contrainte économique sur les plus faibles que sont les chômeurs jusqu'à les accabler, comme le fait le RU, mais aussi l'Allemagne. 

 Alors que l'autre solution est d'abandonner l'idée de produire autant que nécessaire pour que tout le monde ait du travail, pour produire moins, mais mieux, plus automatisé et d'ajouter de nouvelles couches productives à l'économie reposant à la fois sur la formidable valeur ajoutée de la révolution numérique et sur la libération du capital cognitif dans une économie plus collaborative portée par l'intelligence collective; 

 Et, une bonne fois pour toutes la faiblesse de l'Euro n'induit aucune compétitivité supplémentaire. Une monnaie plus faible ne fait que renchérir les importations. Le seul gain de compétitivité pouvant être gagné par une baisse de la monnaie, c'est sur le coût du travail. Or dans une économie avancée où les biens produits sont essentiellement chers, le coût du travail représente une part infime du coût final du produit. Pour trouver des gains de compétitivité il faudrait affaiblir la monnaie jusqu'à plonger la majeure partie de la population dans la misère en raison de l'effondrement du pouvoir d'achat, c'est absurde. 

 Et encore, dans ce cas, notre économie ruinée étant non crédible, l'Etat se financerait à des taux hallucinants.
more...
No comment yet.