Solvay
Follow
Find
368 views | +0 today
Solvay
Curated by AKSL
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by AKSL from Hightech, domotique, robotique et objets connectés sur le Net
Scoop.it!

The world leader in sleighs is in Franche-Comté - ARDFC, investir en Franche-Comté

The world leader in sleighs is in Franche-Comté - ARDFC, investir en Franche-Comté | Solvay | Scoop.it

Après avoir subi un test grandeur nature sur le site de Solvay à Tavaux, le HyKangoo (Kangoo ZE équipé d'une pile à hydrogène) va être testé à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) et Dole (Jura) au cours du 1er trimestre 2014 sur 2 plateformes de distribution du courrier.

Ces 2 véhicules hybrides, associant batterie électrique et piles à hydrogène, offriront la possibilité de doubler l'autonomie des voitures en usage postal, soit de passer d'une autonomie des 160 km à 320 km, avec des conditions d'usage telles que le froid, le terrain vallonné et la montagne, pour des tournées de plus de 100km.

A terme, ces véhicules pourraient permettre de remplacer les versions diesel, et réduire ainsi les émissions de CO2.

Ce projet est dirigé par la plateforme FCellSYS, qui regroupe l'Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), et le Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles de Grenoble (LITEN).
Les Kangoo ZE sont équipés par la société Symbio FCell.
Le projet est soutenu par le Pôle Véhicule du Futur.

Une nouvelle étape franchie vers la mobilité du futur ! A suivre...


Via Mau
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Actualités Développement Durable, RSE et Energies
Scoop.it!

Bois énergie : Solvay se lance dans la production de biomasse torréfiée

Bois énergie : Solvay se lance dans la production de biomasse torréfiée | Solvay | Scoop.it

Le groupe Solvay a annoncé hier le démarrage de la production de biomasse torréfiée à l'échelle industrielle aux Etats-Unis, une nouvelle activité dont l'objectif est de fournir une source d'énergie alternative et renouvelable.


Via Stéphane NEREAU
more...
Stéphane NEREAU's curator insight, March 13, 2014 10:47 AM

La biomasse torréfiée, dont la combustion, le stockage et le transport sont semblables au charbon, est obtenue à partir d'un procédé de torréfaction qui modifie les propriétés chimiques des déchets de bois et de la biomasse. La biomasse torréfiée représente une solution de substitution au charbon, "pratique et immédiatement disponible", permettant notamment aux centrales électriques de produire une énergie renouvelable.

Rescooped by AKSL from Histoire de la Fin de la Croissance
Scoop.it!

Pour le Medef, ne pas investir sur le gaz de schiste "serait une erreur dramatique"

Pour le Medef, ne pas investir sur le gaz de schiste "serait une erreur dramatique" | Solvay | Scoop.it

Jeudi 25 avril, le conseil national du débat sur la transition énergétique délivrera un état des lieux de ses travaux. A cette occasion, le groupe de contact des entreprises fera connaître ses propositions. C'est dans cette fenêtre de tir que le Medef a choisi, mercredi 24 avril, de faire connaître ses réflexions et revendications, "pour un mix énergétique compétitif". Celles-ci sont, sans surprises, assez proches de celles du groupe de contact.


Dans une mise au point préalable, Laurence Parisot, la présidente du mouvement patronal a estimé que la question de la transition énergétique ne pouvait être pensée sans "réfléchir à la situation économique de notre pays", l'énergie étant un facteur clé de la compétitivité des entreprises françaises.


Mme Parisot a ainsi rappelé que dans certains secteurs, comme la plasturgie, la chimie ou le caoutchouc l'énergie représentait 61,7 % en moyenne de la valeur ajoutée. Dans ces conditions, le Medef appelle notamment à permettre l'exploitation des potentiels énergétiques nationaux, c'est-à-dire le gaz de schiste.


Laurence Parisot, après avoir énuméré l'impact de la révolution de gaz de schiste sur l'économie américaine (900 000 emplois d'ci à 2015, 2 000 milliards de dollars d'investissements d'ici à 2035, un avantage moyen de 930 dollars par an sur la facture des PME et des ménages...), a insisté sur le risque que courrait la France à ne pas ouvrir le débat sur le sujet. "Nous avons un risque sur notre modèle social et nous risquons de passer à côté d'une manne extraordinaire sous nos pieds, ce serait une erreur dramatique", a-t-elle déclaré.


CONTRE EXEMPLE ALLEMAND


L'autre sujet de préoccupation des entreprises sur la nature du mix énergétique que choisira la France. Avec à la clé, la revendication de voir "préserver les atouts du nucléaire". Pour le besoin de la démonstration, Jean-Pierre Clamadieu, président du chimiste Solvay et président de la commission développement durable du Medef, a souligné le contre exemple allemand : "Une vision en vraie grandeur de ce qu'est une transition énergétique brutale et massivement tournée vers les énergies renouvelables."


Le Medef préfère prôner une stratégie plus prudente, avec un développement raisonné des énergies renouvelables. M. Clamadieu a particulièrement insisté sur la question du coût de cette transition énergétique, pointant en particulier les "1000 milliards d'euros" consacrés par l'Allemagne au développement de l'éolien et du solaire.


Toujours dans l'idée de soutenir les atouts français de la filière nucléaire, Mme Parisot a par ailleurs qualifié "d'aberrant" le choix de François Hollande de fermer de manière anticipée la centrale de Fessenheim et a indiqué souhaiter que le gouvernement renonce.


Elle a ajouté, en souriant, que "sur ce point la solidarité est totale entre la CGT et la Medef". Le débat sur la transition énergétique aura au moins eu cette vertu de rapprocher des interlocuteurs traditionnellement irréconciliables.



Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Coopération russo-belge

Coopération russo-belge | Solvay | Scoop.it

 

La coopération économique et commerciale entre la Russie et la Belgique est fructueuse, selon les hommes politiques des deux pays.

 

Pourtant, le potentiel économique des régions russes est ignoré par les hommes d’affaires belges qui veulent travailler en Russie. Dans le but d’établir des liens étroits entre les entreprises russo-belges, la Belgique a multiplié ses missions économiques en Russie. Nous rappelons que la mission de plus grande envergure a eu lieu en 2011. Sous la direction du prince héréditaire Philippe (actuellement roi de Belgique), plus de 140 compagnies belges y ont participé. Une mission analogique est prévue en 2014.

 

Actuellement, plus de 250 compagnies belges, dont 50 investisseurs, occupent le marché russe. Ce sont par exemple, Solvay InBev, AGG, Glaverbel.

 

Après avoir ouvert sa première usine en Russie en 2010, Bekaert est actuellement le plus grand producteur de cordes métalliques du pays. Est-ce que les grandes compagnies comme Bekaert ont plus de facilités à sortir sur le marché russe que leurs concurrents plus petits ?

 

La plupart des compagnies en Belgique comme partout dans le monde sont petites, estime M. Ievdokimov. Pour elles, la décision de sortir sur le marché développé comme celui russe peut être risquée. Dans ce contexte, il faut bien comprendre les règles du jeu, choisir des partenaires potentiels susceptibles de favoriser leur sortie sur le marché. Ce type de compagnies est visé par les missions économiques facilitant les rencontres des tops-managers russes expérimentés. Après avoir longtemps travaillé sur le marché russe, ils pourraient évoquer les fautes à éviter.

 

Alors, le format des missions économiques est profitable aux compagnies débutant sur le marché russe, mais également à celles qui souhaitent sortir sur le marché de l’Union Eurasiatique. En ce qui concerne les grandes compagnies, comme Bekaert ou Solvay, elles discutent ces questions en marge des missions. Pourtant, elles peuvent partager leur expérience avec des investisseurs potentiels belges qui pensent ouvrir un business en Russie.

 

Étant déroulées à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les missions belges jalonneront en 2014 les régions russes. Ces deux dernières années, poursuit M. Ievdokimov, une vraie lutte des investisseurs se déroule dans les régions de la Russie. C’est un bon signe. En réalité, de nombreuses délégations russes dans les pays du Benelux mettent en valeur le potentiel d’investissement de leurs régions. De notre côté, de façon informelle nous représentons Lipetsk dans les pays du Benelux. En même temps, nous soutenons largement les autres régions, dont Oulianovsk, Moscou, Kalouga, Tatarstan. Elles soutiennent ouvertement les investisseurs. En plus, aujourd’hui les investisseurs étrangers ont plus de facilités à travailler dans les régions russes que les ressortissants de notre pays.

 

En même temps, certaines compagnies russes veulent travailler en Belgique. Ainsi, le combinat métallurgique de Novolipetsk possède certains actifs dans des entreprises belges, SeverStal – dans les pays du Benelux, pourtant ces actifs n’apportent aucun profit. Cela traduit la différence du business en Belgique et en Russie. Ainsi, le rôle des syndicats est très important dans les pays européens, à l’opposée de la Russie. Cela rend la restructuration plus compliquée. Alors, le business est plus cher et plus difficile en Europe.

 

L’usine de Bekaert à Lipetsk est la plus moderne en Europe, conclut M. Ievdokimov. Tout ce qui est construit ici par les étrangers est toujours à la pointe du progrès technique. La situation est telle, que la main-d’œuvre russe devient plus chère et atteint le prix européen, ainsi que les frais énergétiques, dont l’électricité, le gaz, l’eau, etc. C’est la raison pour laquelle tout doit être effectif, notamment du point de vue énergétique.

 

Actuellement, la région de Moscou constitue notre centre d’intérêt. Car elle est proche des réseaux de vente principaux, possède de grands centres logistiques et des entrepôts. Pourtant, en ce moment nous sommes concentrés sur Lipetsk. Là tout fonctionne bien, il y a une infrastructure développée, un personnel compétent. Nous avons acheté 20 hectares, dont nous n’utilisons que cinq. Alors, l’élargissement potentiel pourra durer les 15-20 ans qui suivent.

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Thailande Info
Scoop.it!

SOLVAY va construire une grande usine en Thaïlande

SOLVAY va construire une grande usine en Thaïlande | Solvay | Scoop.it
SOLVAY va construire une grande usine en Thaïlande Capital.fr Conseil Premium · Ajouter à la liste des valeurs Ajouter au portefeuille Créer une alerte Solvay a annoncé ce matin la construction prochaine d'une vaste usine de bicarbonate en...

Via thailande-fr.com
more...
thailande-fr.com's curator insight, September 30, 2013 11:50 PM

Solvay a annoncé ce matin la construction prochaine d'une vaste usine de bicarbonate en Thaïlande, la plus importante du genre dans le sud-est asiatique.

Rescooped by AKSL from Trade In Bourse
Scoop.it!

Cours SOLVAY | SOLB | Cotation Bourse Bruxelles - Les Echos Bourse

Cours SOLVAY | SOLB | Cotation Bourse Bruxelles - Les Echos Bourse | Solvay | Scoop.it
Cotation action SOLVAY | SOLB | BE0003470755 | Bourse Bruxelles, retrouvez toute l'info sur Les Echos Bourse, Synthèse de la valeur SOLVAY.

Via Trade In Bourse
more...
No comment yet.
Scooped by AKSL
Scoop.it!

MRP, Management des Ressources de Production

MRP, Management des Ressources de Production | Solvay | Scoop.it
Analyse et critique de la méthode MRP, MRP2, avantages et limites. Management des Ressources de Production
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Argent et Economie "AutreMent"
Scoop.it!

La fin du monde victime de la dette française

La fin du monde victime de la dette française | Solvay | Scoop.it
Faute de moyens, la France ne pourra pas accueillir la fin du monde le 21 décembre 2012. Actualité des impôts, de la fiscalité, du gaspillage et de la politique économique sur www.impots-economie.com
Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from AchatsInnov'
Scoop.it!

Congrès des CCI sur la RSE : L'entreprise de demain sera responsable ou ne ... - Cdurable.info (Communiqué de presse) (Blog)

Congrès des CCI sur la RSE : L'entreprise de demain sera responsable ou ne ... - Cdurable.info (Communiqué de presse) (Blog) | Solvay | Scoop.it

Congrès des CCI sur la RSE : L'entreprise de demain sera responsable ou ne sera pas...


Via Romain Garcia
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from La com des PME dynamiques
Scoop.it!

La mutualisation des achats un puissant levier de performance pour les PME

La mutualisation des achats un puissant levier de performance pour les PME | Solvay | Scoop.it
Comment redynamiser le tissu de PME françaises et relancer la croissance et la rentabilité ? Voici l'un des défis auxquels le prochain gouvernement devra répondre.

Via C-Marketing
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from AchatsInnov'
Scoop.it!

Auchan rapatrie ses achats internationaux en France

Auchan rapatrie ses achats internationaux en France | Solvay | Scoop.it
Distributeurs :
Longtemps installée à Genève, en Suisse, Auchan International, structure chargée des services achats à l’international pour le...

Via Romain Garcia
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from performance industrielle
Scoop.it!

§§§ Les outils de la performance industrielle | Qualité

§§§ Les outils de la performance industrielle | Qualité | Solvay | Scoop.it
Les outils de la performance industrielle. Jean-Marc Gallaire (Auteur) Acheter neuf : EUR 29,40 EUR 27,93 6 neuf & d'occasion a partir de EUR 27,92 (Consultez la liste Cadeaux les plus demandes dans la rubrique Qualite ...

Via perfindus
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from The Asian Food Gazette.
Scoop.it!

Solvay to bring vanillin manufacturing to Zhenjiang

Solvay to bring vanillin manufacturing to Zhenjiang | Solvay | Scoop.it
International chemical group Solvay is the latest aromas company to choose China to produce its ingredients.

Via Frank Kusters
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from schiste, huile, gaz et fracturation
Scoop.it!

Pourquoi la France ne peut pas passer à côté du gaz de schiste, l'appel de Jean-Pierre Clamadieu

10.07.14. - Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, a participé au rapport de l’institut Montaigne publié ce vendredi 11 juillet sur le thème "Gaz de schiste : comment avancer". Le think-tank dénonce le statu quo sur le sujet et fait 11 propositions pour ouvrir réellement le dossier de cet hydrocarbure non conventionnel.

L'Usine Nouvelle - Depuis trois ans, la fracturation hydraulique et donc le gaz de schiste est interdit en France et le débat est bloqué dans l’Hexagone. Il faut du courage pour retourner ainsi à l’assaut ?

Jean-Pierre Clamadieu - […] Il faut que l’on ouvre le dossier du gaz de schiste, qui n’a jamais été vraiment ouvert. Il nous faut un débat sur des bases scientifiques, pragmatiques et techniques. Il faut sortir de ce statu quo qui est déraisonnable.


Vous pensez que la situation actuelle est plus favorable à un changement de mentalité ?

Dans le projet de loi de transition énergétique qui a été rendu public, le gaz est absent. Cette absence est réellement irrationnelle. Le rapport de l’institut Montaigne sur le gaz de schiste et le rapport de l’Union des industries chimiques essaient d’alerter sur le sujet. […]


Le rapport de l’Institut Montaigne parle d’un cadre législatif français favorable au gaz de schiste. Jusqu’à maintenant, on entendait plutôt l’inverse…

La France a un dispositif législatif qui permet d’explorer le sous-sol en protégeant ses intérêts nationaux. Contrairement aux Etats-Unis, où les habitants sont propriétaires de leur sous-sol, en France, le sous-sol appartient à la collectivité. Cela permet d’engager des opérations en toute sécurité et en toute maîtrise. En revanche, la faiblesse est l’absence de transparence. Aujourd’hui, il n’est plus admissible d’aller faire des trous dans le sol sans que les collectivités locales ne soient au courant et sans qu’elles soient associées aux bénéfices de la découverte. Il faut renforcer la législation.


Selon les calculs de l’Institut Montaigne, le gaz de schiste extrait en France serait 40 % moins cher que le gaz importé. C’est un facteur de réindustrialisation ?

Sur les coûts, il faut être prudent. Tant que nous n’avons pas regardé dans le sous-sol, il est difficile d’être précis. Bénéficier d’une ressource 40% moins chère que le gaz naturel liquéfié aurait forcément un impact positif. Mais nous avons conscience que l’exploitation en France ne se ferait pas dans les mêmes proportions qu’aux Etats-Unis.[…]


Est-ce que le fait que nos voisins allemands et britanniques se lancent dans l’aventure va changer la donne pour la France ?

Il faut regarder la question au niveau européen. […]  la France a beaucoup de champions sur le sujet comme nos grands groupes pétroliers et parapétroliers et nos Vallourec, Veolia, Solvay pour la fracturation.[…]


Pourquoi la question du gaz de schiste, ou du gaz en général, n’a pas été évoquée dans le projet de loi de Transition énergétique de Ségolène Royal ?

Je pense qu’il y a une petite incompréhension sur ce sujet. Le gaz, c’est le meilleur ami des énergies renouvelables. […]  Il y a une mauvaise compréhension de cette grande complémentarité entre le gaz et les énergies renouvelables en France, où le débat est plombé par la position dogmatique prise sur le gaz de schiste.


Via isa77_Jouarre
more...
isa77_Jouarre's curator insight, September 1, 2014 7:42 PM

Prudent sur les coûts… et ami des énergies renouvelables…

Rescooped by AKSL from Digital #MediaArt(s) Numérique(s)
Scoop.it!

Solvay 150 ans | Bienvenue dans la machine à voyager dans le temps de Solvay

Solvay 150 ans | Bienvenue dans la machine à voyager dans le temps de Solvay | Solvay | Scoop.it

Histoire groupe Solvay - ligne du temps interactive


Via Jacques Urbanska
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Coopération russo-belge

Coopération russo-belge | Solvay | Scoop.it

 

La coopération économique et commerciale entre la Russie et la Belgique est fructueuse, selon les hommes politiques des deux pays.

 

Pourtant, le potentiel économique des régions russes est ignoré par les hommes d’affaires belges qui veulent travailler en Russie. Dans le but d’établir des liens étroits entre les entreprises russo-belges, la Belgique a multiplié ses missions économiques en Russie. Nous rappelons que la mission de plus grande envergure a eu lieu en 2011. Sous la direction du prince héréditaire Philippe (actuellement roi de Belgique), plus de 140 compagnies belges y ont participé. Une mission analogique est prévue en 2014.

 

Actuellement, plus de 250 compagnies belges, dont 50 investisseurs, occupent le marché russe. Ce sont par exemple, Solvay InBev, AGG, Glaverbel.

 

Après avoir ouvert sa première usine en Russie en 2010, Bekaert est actuellement le plus grand producteur de cordes métalliques du pays. Est-ce que les grandes compagnies comme Bekaert ont plus de facilités à sortir sur le marché russe que leurs concurrents plus petits ?

 

La plupart des compagnies en Belgique comme partout dans le monde sont petites, estime M. Ievdokimov. Pour elles, la décision de sortir sur le marché développé comme celui russe peut être risquée. Dans ce contexte, il faut bien comprendre les règles du jeu, choisir des partenaires potentiels susceptibles de favoriser leur sortie sur le marché. Ce type de compagnies est visé par les missions économiques facilitant les rencontres des tops-managers russes expérimentés. Après avoir longtemps travaillé sur le marché russe, ils pourraient évoquer les fautes à éviter.

 

Alors, le format des missions économiques est profitable aux compagnies débutant sur le marché russe, mais également à celles qui souhaitent sortir sur le marché de l’Union Eurasiatique. En ce qui concerne les grandes compagnies, comme Bekaert ou Solvay, elles discutent ces questions en marge des missions. Pourtant, elles peuvent partager leur expérience avec des investisseurs potentiels belges qui pensent ouvrir un business en Russie.

 

Étant déroulées à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les missions belges jalonneront en 2014 les régions russes. Ces deux dernières années, poursuit M. Ievdokimov, une vraie lutte des investisseurs se déroule dans les régions de la Russie. C’est un bon signe. En réalité, de nombreuses délégations russes dans les pays du Benelux mettent en valeur le potentiel d’investissement de leurs régions. De notre côté, de façon informelle nous représentons Lipetsk dans les pays du Benelux. En même temps, nous soutenons largement les autres régions, dont Oulianovsk, Moscou, Kalouga, Tatarstan. Elles soutiennent ouvertement les investisseurs. En plus, aujourd’hui les investisseurs étrangers ont plus de facilités à travailler dans les régions russes que les ressortissants de notre pays.

 

En même temps, certaines compagnies russes veulent travailler en Belgique. Ainsi, le combinat métallurgique de Novolipetsk possède certains actifs dans des entreprises belges, SeverStal – dans les pays du Benelux, pourtant ces actifs n’apportent aucun profit. Cela traduit la différence du business en Belgique et en Russie. Ainsi, le rôle des syndicats est très important dans les pays européens, à l’opposée de la Russie. Cela rend la restructuration plus compliquée. Alors, le business est plus cher et plus difficile en Europe.

 

L’usine de Bekaert à Lipetsk est la plus moderne en Europe, conclut M. Ievdokimov. Tout ce qui est construit ici par les étrangers est toujours à la pointe du progrès technique. La situation est telle, que la main-d’œuvre russe devient plus chère et atteint le prix européen, ainsi que les frais énergétiques, dont l’électricité, le gaz, l’eau, etc. C’est la raison pour laquelle tout doit être effectif, notamment du point de vue énergétique.

 

Actuellement, la région de Moscou constitue notre centre d’intérêt. Car elle est proche des réseaux de vente principaux, possède de grands centres logistiques et des entrepôts. Pourtant, en ce moment nous sommes concentrés sur Lipetsk. Là tout fonctionne bien, il y a une infrastructure développée, un personnel compétent. Nous avons acheté 20 hectares, dont nous n’utilisons que cinq. Alors, l’élargissement potentiel pourra durer les 15-20 ans qui suivent.

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Plasturgie
Scoop.it!

Solvay acquiert le polyphénylène sulphone de Chevron Phillips

Solvay acquiert le polyphénylène sulphone de Chevron Phillips | Solvay | Scoop.it

Le groupe de chimie franco-belge Solvay va signer un accord pour racheter l’activité Ryton PPS, propriété du pétrochimiste Chevron Phillips Chemicals. Cette opération lui permettra d’étoffer son portefeuille avec les polyphénylène sulphone (PPS) de Ryton. Cette matière est utilisée dans l’automobile, en remplacement de pièces métalliques, pour alléger les voitures et les rendre plus économes en énergie


Via MIDEST
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from schiste, huile, gaz et fracturation
Scoop.it!

Pourquoi la France ne peut pas passer à côté du gaz de schiste, l'appel de Jean-Pierre Clamadieu

10.07.14. - Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Solvay, a participé au rapport de l’institut Montaigne publié ce vendredi 11 juillet sur le thème "Gaz de schiste : comment avancer". Le think-tank dénonce le statu quo sur le sujet et fait 11 propositions pour ouvrir réellement le dossier de cet hydrocarbure non conventionnel.

L'Usine Nouvelle - Depuis trois ans, la fracturation hydraulique et donc le gaz de schiste est interdit en France et le débat est bloqué dans l’Hexagone. Il faut du courage pour retourner ainsi à l’assaut ?

Jean-Pierre Clamadieu - […] Il faut que l’on ouvre le dossier du gaz de schiste, qui n’a jamais été vraiment ouvert. Il nous faut un débat sur des bases scientifiques, pragmatiques et techniques. Il faut sortir de ce statu quo qui est déraisonnable.


Vous pensez que la situation actuelle est plus favorable à un changement de mentalité ?

Dans le projet de loi de transition énergétique qui a été rendu public, le gaz est absent. Cette absence est réellement irrationnelle. Le rapport de l’institut Montaigne sur le gaz de schiste et le rapport de l’Union des industries chimiques essaient d’alerter sur le sujet. […]


Le rapport de l’Institut Montaigne parle d’un cadre législatif français favorable au gaz de schiste. Jusqu’à maintenant, on entendait plutôt l’inverse…

La France a un dispositif législatif qui permet d’explorer le sous-sol en protégeant ses intérêts nationaux. Contrairement aux Etats-Unis, où les habitants sont propriétaires de leur sous-sol, en France, le sous-sol appartient à la collectivité. Cela permet d’engager des opérations en toute sécurité et en toute maîtrise. En revanche, la faiblesse est l’absence de transparence. Aujourd’hui, il n’est plus admissible d’aller faire des trous dans le sol sans que les collectivités locales ne soient au courant et sans qu’elles soient associées aux bénéfices de la découverte. Il faut renforcer la législation.

 

Selon les calculs de l’Institut Montaigne, le gaz de schiste extrait en France serait 40 % moins cher que le gaz importé. C’est un facteur de réindustrialisation ?

Sur les coûts, il faut être prudent. Tant que nous n’avons pas regardé dans le sous-sol, il est difficile d’être précis. Bénéficier d’une ressource 40% moins chère que le gaz naturel liquéfié aurait forcément un impact positif. Mais nous avons conscience que l’exploitation en France ne se ferait pas dans les mêmes proportions qu’aux Etats-Unis.[…]

 

Est-ce que le fait que nos voisins allemands et britanniques se lancent dans l’aventure va changer la donne pour la France ?

Il faut regarder la question au niveau européen. […]  la France a beaucoup de champions sur le sujet comme nos grands groupes pétroliers et parapétroliers et nos Vallourec, Veolia, Solvay pour la fracturation.[…]

 

Pourquoi la question du gaz de schiste, ou du gaz en général, n’a pas été évoquée dans le projet de loi de Transition énergétique de Ségolène Royal ?

Je pense qu’il y a une petite incompréhension sur ce sujet. Le gaz, c’est le meilleur ami des énergies renouvelables. […]  Il y a une mauvaise compréhension de cette grande complémentarité entre le gaz et les énergies renouvelables en France, où le débat est plombé par la position dogmatique prise sur le gaz de schiste.


Via isa77_Jouarre
more...
isa77_Jouarre's curator insight, September 1, 2014 7:42 PM

Prudent sur les coûts… et ami des énergies renouvelables…

Scooped by AKSL
Scoop.it!

Chimie moins amusante

Chimie moins amusante | Solvay | Scoop.it
La Bourse fait une pause sur le titre Solvay. Si la paresse est bien cette habitude prise de se reposer avant la...
more...
No comment yet.
Scooped by AKSL
Scoop.it!

ZARA PRODUCTION SYSTEM

ZARA PRODUCTION SYSTEM | Solvay | Scoop.it
Mètre autour du cou, épingles en main, trois personnes s'affairent devant un mannequin pour mettre au point la robe d'une future...
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Risques fournisseurs
Scoop.it!

Risque fournisseurs: une priorité oubliée - Métier

Risque fournisseurs: une priorité oubliée - Métier | Solvay | Scoop.it
Si la plupart des entreprises sont conscientes des risques fournisseurs, peu d'entre elles se sont réellement dotées de moyens pour les prévenir. La faute à une démarche de cost killing encore trop présente dans les directions achats.

Via Pierre LADUREE
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Blogging Strategies Summit
Scoop.it!

Social Axcess » Guy Kawasaki to Speak at Blogging Strategies Summit

Social Axcess » Guy Kawasaki to Speak at Blogging Strategies Summit | Solvay | Scoop.it

Via GSMI
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from Achats, E-achats
Scoop.it!

L'échange d'informations pour doper l'efficacité d'une chaîne logistique, La logistique en quête d agilité

L'échange d'informations pour doper l'efficacité d'une chaîne logistique, La logistique en quête d agilité | Solvay | Scoop.it

Les acteurs des « supply chain » mettent en commun leurs informations et deviennent de plus en plus collaboratifs.


Via Guillaume VERNI, Maud
more...
No comment yet.
Rescooped by AKSL from performance commerciale
Scoop.it!

VAD: Les 5 innovations marketing qui vont bouleverser 2013 ! (Synthèse)

L'agence 100% VAD vous proposer une sélection de 5 innovations majeures qui vont modifier profondément les modes de consommation et de distribution.


Via Richard Compte
more...
No comment yet.