academic
387 views | +0 today
Follow
 
Scooped by Jean-Eric Pelet
onto academic
Scoop.it!

4 in 10 US Internet Users Shopping on Mobiles | GlobalWebIndex

4 in 10 US Internet Users Shopping on Mobiles | GlobalWebIndex | academic | Scoop.it
To begin, we take a look at the online purchasing habits of one of the biggest e-commerce markets in the world – the USA.
more...
No comment yet.
academic
various interesting pages on research articles
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

4 in 10 US Internet Users Shopping on Mobiles | GlobalWebIndex

4 in 10 US Internet Users Shopping on Mobiles | GlobalWebIndex | academic | Scoop.it
To begin, we take a look at the online purchasing habits of one of the biggest e-commerce markets in the world – the USA.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Optimal experience of flow enhanced by telepresence: Evidence from social media use

Optimal experience of flow enhanced by telepresence: Evidence from social media use | academic | Scoop.it
Jean-Eric Pelet's insight:
Abstract 

Flow has been proposed as an essential component for understanding online behavior and defining the stimulating nature of online experiences. In this research, we examine the impact of flow specifically within the context of social media use. The findings indicate that telepresence positively affects the five dimensions of flow: enjoyment, concentration, challenge, control, and curiosity. These dimensions (except control) are positively related to overall flow, which enhances time distortion and frequency of social media use. In addition, we extend the nomological network on flow theory by developing a model to illustrate the complex relationship between flow, telepresence, time distortion, and frequency of social media use. This study highlights the idea that overall flow can uniquely affect social media users in a flow experience, and it presents interesting results about behavioral intentions during social media use. Theoretical and practical implications of these findings are discussed. 

 Keywords: Social media; Flow experience; Time distortion; Telepresence
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

StrawPoll.de - Create your straw poll in seconds.

StrawPoll.de - Create your straw poll in seconds. | academic | Scoop.it
StrawPoll.de - Create your straw poll in seconds. Type your question, select poll options, share the link and evalute your poll in real-time.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

100 Best TED Talks

100 Best TED Talks | academic | Scoop.it
After watching or listening to hundreds of the most popular and highest rated TED talks, we've compiled this list of the 100 Best TED Talks of All Time! For over five years now the Technology, Entertainment, Design (TED) Conference has
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Academic labour, journal ranking lists and the politics of knowledge production in marketing

Academic labour, journal ranking lists and the politics of knowledge production in marketing | academic | Scoop.it
By mark tadajewski in Marketing and Sociology of Knowledge. In this paper, we engage with the rising importance of journal ranking lists. We explore the pressure these place on marketing academics and the politics of knowledge production, stressing
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Call for chapter: Knowledge Management through mobile devices

Call for chapter: Knowledge Management through mobile devices | academic | Scoop.it
Jean-Eric Pelet's insight:
Researchers and practitioners are invited to submit on or before November 15, 2015, a 2-3 page chapter proposal clearly explaining the mission and concerns of his or her proposed chapter. Authors of accepted proposals will be notified by December 1, 2015 about the status of their proposals and sent chapter guidelines. Full chapters are expected to be submitted by December 31, 2015. All submitted chapters will be reviewed on a double-blind review basis.
Recommended topics and the detailed call for chapters can be found at: to be prepared.
English will be the principal language used for correspondence. Authors are therefore requested to write in good English since emails will be forwarded between authors at times.
Draft Abstract

The onset of e-m-commerce, e-m-learning, and knowledge management technologies, on screens from desktops and laptops, but also on devices such as smartphones, tablets, watches or glasses, combined with other technologies such as social media has an impact on organizations and their relationships within/outside their boundaries.

Mobile technologies such as Wireless data communications in the form of Short Message Service (SMS) and Wireless Access Protocols (WAP) browsers have gained global popularity for e-learning and knowledge management purposes. The development of screens with multiple sizes plays in favor of such a development. Despite the potential use of mobile technologies to assist knowledge management, for companies, scholarship institutions or other forms of organizations who necessitate to maintain a high level of knowledge for lectures (education), procedures (institutions), internal charts (organizations), etc., the design of the latter is not trivial. The effectiveness of such applications mainly depends on the design of its interface.

This book investigates the importance of the use of design assets, social media tools, freely downloadable apps and so on for mobile design to assist knowledge management. Prototype applications developed to link course websites or MOOC platforms or e-learning tools could be presented in this book. The knowledge management applications The presentation of the use of Content Management System (CMS) and other curation systems is also welcomed. Results from exploratory/confirmatory studies to present what plays crucial roles in the ease-of-use of knowledge management systems for users are also warmly welcome.

There is an emerging need for researchers and practitioners to fully understand the potential of mobile environments for successful knowledge management, or any other type of activity, and the changes they impose to existing to user behavior. This book intends to fill this gap, providing a systematic synthesis of the latest research findings and professional experience on mobile online environments and user behavior.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Séminaire Marketing Digital ISC Paris

Séminaire Marketing Digital ISC Paris | academic | Scoop.it
Séminaire Marketing Digital en septembre 2015 à l'ISC Paris
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

VF - Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture

VF - Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture | academic | Scoop.it
Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture Conférence (version française) donnée par Fred TURNER (Stanford University) et animée parMonique Dagnaud, Dominique Cardon et Olivier AlexandreInterprête : Laurent Vannini Au début des années 1990, de nombreux experts ont vu dans la création du Web l’acte de naissance d’une communauté virtuelle. Les ordinateurs en réseau rendaient possible le dépassement des frontières physiques et ouvraient une ère de communion électronique. Cette utopie à portée de main trouve son origine dans la contre-culture nord-américaine. Dans cette conférence, Fred Turner remontera le fil reliant le Whole Earth Catalog, journal emblématique des communautés hippies, à Wired, magazine fanion des technologies numériques. Cette remontée dans le temps éclaire la généalogie d’un projet de société, né dans les entreprises de retour à la terre des années 1960 et systématisé à partir des années 1990 en une conception néolibertaire et technophile du social.  Fred Turner est professeur associé au département de Communication de l’Université de Stanford. Il fut également journaliste, enseignant à Harvard et au MIT. Il est notamment l’auteur de The Democratic Surround (2013), Aux sources de l'utopie numérique (C&F Editions, 2012) et Echoes of Combat (1996). Conférence organisée avec le soutien de Terra Foundation for American Art et C&F Éditionshttp://cems.ehess.fr/index.php
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Louis Joinet, au carrefour des droits de l'homme et de la raison d'Etat

Louis Joinet, au carrefour des droits de l'homme et de la raison d'Etat | academic | Scoop.it

Peu d'entre vous connaissent sans doute Louis Joinet. Et pourtant, des écoutes téléphoniques aux fichiers, de la violence politique aux lanceurs d'alerte, pas une question actuelle qu'il n'ait traitée, en son temps, aux différents (et nombreux) ...

Jean-Eric Pelet's insight:

Pourquoi sommes-nous dans la matrice ?...tentatives d'explications bien menées par Jean-Marc Manach interrogeant Louis Joinet

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

« On devrait traiter la Silicon Valley avec la même suspicion que Wall Street »

« On devrait traiter la Silicon Valley avec la même suspicion que Wall Street » | academic | Scoop.it
L'universitaire Evgeny Morozov dénonce le discours des entreprises du numérique, qui camoufle « une nouvelle forme de capitalisme ».
Jean-Eric Pelet's insight:

« On devrait traiter la Silicon Valley avec la même suspicion que Wall Street »

 

L'universitaire Evgeny Morozov dénonce le discours des entreprises du numérique, qui camoufle « une nouvelle forme de capitalisme ».

Abonnez-vous

à partir de 1 € Réagir ClasserPartager facebook twitter google + linkedin pinterest

 

Le Monde.fr | 16.10.2014 à 15h29 • Mis à jour le 16.10.2014 à 16h51 | Propos recueillis par Martin Untersinger

 

On ne sait pas si Evgeny Morozov a beaucoup d'amis dans la Silicon Valley. Mais une chose est certaine : dans cette enclave californienne d'où sont issus la plupart des géants du Web (Google, Facebook, Microsoft, Yahoo!, Twitter, etc.), cet intellectuel biélorusse a quelques ennemis.

 

Evgeny Morozov lors d'une conférence à Londres en mars 2013 | January/CC-BY-2.0

Il s'est d'abord attaqué au caractère parfois ambigu de la liberté en ligne et des discours qui l'entourent dans son premier ouvrage The Net Delusion (non traduit en français).

 

Il entreprend, dans son dernier livre Pour tout résoudre, cliquez-ici (FYP éditions) un démontage au vitriol des discours et de l'idéologie des entrepreneurs et des patrons américains du numérique, dont les entreprises font partie du quotidien de millions d'internautes.

 

LIRE (ÉDITION ABONNÉS) : Contre le « solutionnisme » numérique

 

Dans votre livre, vous critiquez le discours issu des entreprises de la Silicon Valley, que vous qualifiez de « solutionnisme ». Comment le définiriez-vous en quelques phrases, et quelle menace fait-il peser ?

 

Le solutionnisme, c’est la tendance qu’ont certains acteurs, spécifiquement les entrepreneurs et les entreprises de la Silicon Valley, à prétendre qu’ils savent comment résoudre de grands problèmes politiques et sociétaux. Il s’agit par exemple de la tendance à compter sur des applications, des appareils de self-tracking [le fait de collecter soi-même des données personnelles sur ses activités], des capteurs divers de plus en plus présents dans notre vie quotidienne pour résoudre des problèmes de société. Le principal danger, c’est que nous dépendions de quelques entreprises pour s’attaquer à des questions qu’on avait jusqu’ici l’habitude de résoudre collectivement, à travers l’Etat ou d’autre actions collectives.

 

« Nous dépendons d'entreprises pour s’attaquer à des questions qu’on avait l’habitude de résoudre collectivement »

Les technologies ne sont pas des intermédiaires neutres, elles redéfinissent aussi le problème auquel elles s’attaquent. Si vous vous attaquez par exemple au changement climatique en suivant exactement combien d’énergie vous consommez dans votre maison, si vous tentez de mettre fin au problème de l’obésité en prenant pour acquis le fait qu’elle est uniquement issue de mauvaises habitudes de la part de l’individu, vous finissez par mettre de côté des facteurs sociaux et politiques plus importants. L’obésité n’existe pas seulement parce que les gens s’alimentent mal, c’est aussi parce que les entreprises agroalimentaires ont trop de pouvoir, parce qu’on ne régule pas assez la publicité qu’elles adressent aux enfants, parce que, aux Etats-Unis par exemple, les infrastructures ne sont pas conçues pour favoriser la marche à pied. C’est un vaste ensemble de facteurs qui sont oubliés lorsque la technologie seule est l’outil par défaut pour orienter les actions d’un individu.

 

Dans votre livre, vous dites que les solutionnistes rejettent la politique et la remplacent par des algorithmes. Mais ces entreprises de la Silicon Valley ne font-elles pas également de la politique ?

 

 

La vision classique de la politique, où on débat du bien commun et de la manière de l’atteindre, est remplacée par une réponse standard qui est : le problème vient de l’individu. C’est bien sûr une forme de régime politique, qui n’a rien à voir avec la démocratie telle qu’on la définit habituellement.

 

Comment définiriez-vous ce régime ?

 

Le libéralisme ! Ce que l’on voit dans la Silicon Valley, c’est un programme qui ne questionne pas du tout l’extension omniprésente du marché, y compris dans les domaines politiques et sociaux.

 

Vous écrivez dans votre livre que ces entreprises de la Silicon Valley ne comprennent pas la politique et s’en tiennent à l’écart. Mais les hommes politiques ont tendance à se rapprocher de ces entreprises.

 

Cela leur permet de se présenter comme étant dans l’air du temps, d’être perçus comme pro-innovation. Et, en ce moment, être pro-innovation est toujours bien vu, notamment parce qu’il n’y a plus assez d’argent pour s’attaquer aux grands problèmes de manière ambitieuse. En ces temps de crise politique et économique, les géants de la Silicon Valley ont la vie facile et peuvent se présenter comme nos sauveurs, car les solutions qu’ils apportent semblent fonctionner.

 

Mais, à l’inverse, n’y a-t-il pas un problème d’hommes politiques qui ne comprennent pas la technologie, qui ne l’utilisent pas ?

 

« Personne ne traite la Silicon Valley avec la même suspicion avec laquelle on traite Wall Street »

Je suis peut-être cynique, mais aujourd’hui les hommes politiques savent ce que les lobbyistes leur disent. S’ils ont besoin de savoir ce que les industries du divertissement savent, ils le sauront. Et si cette industrie est plus forte que l’industrie des nouvelles technologies, eh bien ils n’en sauront pas plus. En ce sens, je ne crois pas en une politique épistémologique ou davantage de connaissances va tout simplement améliorer les choses. Si c’était le cas, il suffirait d’envoyer quelques politiciens en séminaire.

 

La technologie n’est pas différente d’autres domaines : l’assurance, la banque… Mais aujourd’hui personne ne traite la Silicon Valley avec la même suspicion avec laquelle on traite Wall Street. Je pense qu’on devrait. C’est seulement en considérant ces acteurs comme des acteurs économiques rationnels, qui recherchent un but économique, qu’on pourra saisir se rendre compte de leur pouvoir. Si on les considère uniquement comme des innovateurs qui rendent notre vie meilleure sans rechercher le profit, ils continueront de d’avoir la voie libre.

 

Vous écrivez que les entreprises de la Silicon Valley s’en remettent totalement à leurs algorithmes, qui sont souvent présentés comme neutres et impartiaux. Mais les algorithmes sont créés par des humains, ils ont un impact sur le monde. Faut-il, comme le suggère en France le Conseil d’Etat, introduire de la bonne vieille politique dans les algorithmes, sur leur transparence par exemple ?

 

« Ces entreprises et ces algorithmes sont de nouveaux types d’infrastructures »

Cela dépend. On peut mettre en place un système d’inspection, d’audit des algorithmes, mais on peut aussi défendre l’idée selon laquelle l’algorithme constitue un secret commercial. D’un autre côté, je ne veux pas qu’on se limite à un seul mode d’action juridique ou législatif. La meilleure façon de résoudre les problèmes qui peuvent se poser, avec Google par exemple, c’est peut-être de réfléchir davantage à la création de moteurs de recherche non commerciaux, ou en tout cas non financé par la seule publicité.

 

Bien sûr, c’est très compliqué, et il serait naïf de considérer qu’il y a une volonté politique ou de l’argent pour investir dans ce type d’infrastructures. Car ces entreprises et ces algorithmes sont de nouveaux types d’infrastructures, de la même manière que le sont les routes, les chemins de fer, l’eau ou l’électricité. Pourquoi ne pas adopter pour les technologies de l’information l’approche que nous avons eu dans le passé concernant les infrastructures traditionnelles ? Le problème, c’est que toutes les grandes infrastructures non numériques sont passées entre les mains d’acteurs privés, car l’Etat providence est au bord du gouffre. C’est difficile de croire qu’on pourra avoir un investissement public dans ce domaine.

 

C’est un sujet très compliqué, mais il faudra bientôt s’en saisir, car, au final, tout revient aux questions suivantes : qui détient les infrastructures ? Qui gagne de l’argent avec ? Par exemple : comment les gouvernement vont-il gérer la pression qui va s’exercer pour qu’ils privatisent les données de leurs propres citoyens ? Selon moi, c’est la prochaine évolution. Les Etats vont accéder aux données des gens comme vous et moi et les vendre en masse aux publicitaires, cela arrive déjà un peu en Grande-Bretagne où le gouvernement vend des données médicales. C’est la nouvelle frontière de la privatisation.

 

Vous dites que l'imperfection de la société est parfois salutaire, et que la technologie ne devrait pas s'y attaquer. Avez-vous un exemple ? 

 

« On va finir dans un système kafkaïen »

Je ne veux pas d’un système qui applique des décisions automatiquement. Je ne veux pas d’un système qui vous empêche de pénétrer dans une certaine zone d’une ville si le système pense que vous êtes susceptible de commettre un délit. Ce n’est pas une question de technologie, mais plutôt de la manière dont on met en place une règle. Bien sûr, on peut souscrire à l’idée que l’Etat doit être une bureaucratie qui ne déroge jamais à la règle et considérer qu’y déroger ne peut causer que des problèmes. Mais je viens d’un pays d’Europe de l’Est, et je sais qu’un système comme cela peut être mis en place de manière si injuste que la seule manière de s’en sortir est de contourner le système. Si on a un système très strict, avec des caméras partout, de la biométrie, qui ne laisse aucune marge de manœuvre, alors on va finir dans un système kafkaïen.

 

A plusieurs reprises vous semblez regretter la disparition d'une certaine forme d'expertise, d'élites traditionnelles. N'est-ce pas une vision oligarchique ?

 

Non, je ne pense pas. C’est une façon de signaler qu’il y a des autorités et de l’expertise qui fonctionnent différemment de la simple agrégation des opinions des utilisateurs ou des citoyens. C’est une façon de procéder qui doit être défendue. Il est absurde que la Silicon Valley se félicite d’avoir des milliers de critiques pour un livre sur Amazon au lieu d’une seule dans la New York Review of Books. Ce sont deux choses différentes. Ce n’est pas que l’une soit meilleure que l’autre, nous devons les encourager toutes les deux, mais elles fonctionnent différemment.

 

Sur l’aspect plus politique, les efforts pour réformer la politique entrepris par la Silicon Valley ne sont pas sous-tendus par une vision sophistiquée de la politique. Ces gens n’ont pas compris ce que c’est que représenter. Ils ne savent pas ce que les hommes politiques font depuis des siècles. Ça ne veut pas dire que le système actuel fonctionne, au contraire, mais je ne pense pas que remplacer un système qui ne fonctionne pas par un autre qui ne fonctionne pas non plus soit un succès.

 

Cela fait désormais un an et demi que les documents soustraits à la NSA par Edward Snowden ont commencé à être publiés. Que pensez-vous de la réaction qui a suivi ?

 

« Nous sommes dans une nouvelle forme de capitalisme »

La réaction à ces fuites a été faiblarde. J’aurais esperé qu’il y ait plus d’indignation, et cela n'a pas abouti à repenser les choses, même en Europe où il y aurait pu y avoir une pression plus forte. Le débat en Europe a été confisqué par les grandes entreprises de télécoms, qui ont l’oreille des gouvernements. Par ailleurs, le débat se concentre sur le terrain juridique alors que, pour moi, la question est économique.

 

Nous sommes dans une nouvelle forme de capitalisme, où l’on paie des biens et des services avec nos données, qui sont ensuite vendues contre de la publicité. Au lieu de prendre cela en compte et de comprendre les nouvelles structures à mettre en place pour réguler cette nouvelle forme de capitalisme, nous faisons semblant de penser que rien n’a changé depuis cinquante ans, qu’on vit encore dans la société du téléphone et que tout ce qu’il y a à faire est de changer nos lois et peut-être d’avoir plus de supervision. Ça a été la réponse par défaut aux révélations de Snowden. On tourne en rond avec ces questions juridiques.

 

Que pensez-vous du droit au déréférencement, aussi appelé « droit à l’oubli », reconnu récemment par la justice européenne ?

 

Je pense que d’un point de vue idéologique, cela va dans la bonne direction. On donne davantage de pouvoirs aux citoyens sur la manière dont leurs informations circulent et apparaissent en ligne. Le contenu précis de la décision peut être critiquée en ce que cela donne à Google le pouvoir de décider quelle information relève de l’intérêt public. C’est une provocation utile, cela va nous amener à penser plus précisément à la manière dont on peut ralentir la fusion de toutes les sphères sociales. Les données vous concernant en tant que citoyen, en tant qu’artiste, en tant que journaliste sont en train d’être agrégées en un seul endroit, accessible en ligne. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne évolution.

 

LIRE LE POST DE BLOG : La Silicon Valley est-elle un programme politique ?

 

 Martin Untersinger 

Journaliste

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Le site officiel de Michel Onfray » Biographie, oeuvres, actualités de Michel Onfray

Le site officiel de Michel Onfray » Biographie, oeuvres, actualités de Michel Onfray | academic | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Démultipliez le taux d'engagement de vos formations grâce au Mobile Learning - 360Learning

Démultipliez le taux d'engagement de vos formations grâce au Mobile Learning - 360Learning | academic | Scoop.it
Le mobile ouvre le champs des possibles concernant la fréquence des interactions au sein des formations : il offr
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Ge.tt | Gett sharing

Ge.tt | Gett sharing | academic | Scoop.it
Ge.tt lets you share images, documents, videos and files with one click. Your files are available instantly with our unique real-time technology. The smallest step in file sharing.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Sondages PiXule : sondage gratuit, votre widget sondage rapide facile

Sondages PiXule : sondage gratuit, votre widget sondage rapide facile | academic | Scoop.it
Votre sondage gratuit en quelques secondes, posez des questions sur votre Blog ou site perso
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

52 Places to Go in 2014

52 Places to Go in 2014 | academic | Scoop.it
From No. 1 Cape Town all the way to No. 52 Niagara Falls, N.Y., explore the vibrant cities and spectacular coastlines, unexpected spots and new attractions that made our list this year.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

CEGOS_infographie_book_innovation.pdf

Jean-Eric Pelet's insight:

Le futur de la formation en 7 questions essentielles

1- Les MOOCS ?
2- Gamification : Peut-on vraiment apprendre sans effort ?
3- Visioformation, E-Learning, Vidéocasts, Mobile Learning : la formation en présentiel est-elle dépassée ?
4- Apprenant autonome : le formateur sert-il encore à quelque chose ?
5- Les nouveaux outils : Peuvent-ils vraiment mesurer le ROI des formations ?
6- Faut-il nécessairement innover en matière de formation ?
7- Formation en ligne : Comment maintenir la motivation à l’heure du zapping permanent ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Étant données : la révolution sociale des big data - Idées - France Culture

Jean-Eric Pelet's insight:

Si l'on numérisait toutes les communications et les écrits depuis l'aube de l'humanité jusqu'en 2003, il faudrait cinq milliards de gigabits pour les stocker. Aujourd'hui nous générons ce volume d'informations numériques en deux jours.
Et pourtant ce n'est pas là, dans cette incroyable production et accumulation de données que s'opère la véritable révolution prévient le sociologue Dominique Cardon. Mais plutôt dans la capacité et la manière de les calculer, de les trier et les organiser au point de façonner une grande partie des cadres cognitifs et culturels de nos sociétés nouvelles, des sociétés de comportements. Il est donc plus que l'heure d'ouvrir la boite noire des algorithmes.

 

Dominique Cardon S.BOURMEAU © RF

 

Dominique Cardon est l'auteur de A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l'heure des big data (Seuil/La République des idées), il est l'invité de La Suite dans les idées.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

HBX Live! – Breaking Classroom Boundaries – HBX

HBX Live! – Breaking Classroom Boundaries – HBX | academic | Scoop.it
HBX Live! takes the traditional classroom to a whole new level. Learn more about how we're breaking classroom and geographical boundaries.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

The Science Of Why You Should Spend Your Money On Experiences, Not Things

The Science Of Why You Should Spend Your Money On Experiences, Not Things | academic | Scoop.it
You don't have infinite money. Spend it on stuff that research says makes you happy.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

Brand success in an era of Digital Darwinism | McKinsey & Company

Brand success in an era of Digital Darwinism | McKinsey & Company | academic | Scoop.it
Companies adept at using digital tools along the consumer decision journey are gaining a sizable lead over competitors. A McKinsey Quarterly article.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

What Will the Future of Education Look Like|McGraw Hill Education

What Will the Future of Education Look Like|McGraw Hill Education | academic | Scoop.it
Here is an interesting look into how education and technology will transform the future classroom in 2040.
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Eric Pelet
Scoop.it!

22 maps and charts that will surprise you

22 maps and charts that will surprise you | academic | Scoop.it
These 22 charts and maps all told me something I found surprising. Some of them genuinely changed the way I think about the world.
more...
No comment yet.