Abeilles, intoxic...
Follow
Find tag "semences"
89.7K views | +9 today
Abeilles, intoxications et informations
Articles pertinents sur les problématiques des mortalités et disparitions des abeilles
Curated by Bee Api?
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Même sans OGM, la France reste une priorité pour Monsanto

Même sans OGM, la France reste une priorité pour Monsanto | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Sur les 500 millions d'euros que le groupe compte investir dans les dix prochaines années en Europe et en Turquie, 137 ont déjà été consacrés à la France, afin d'agrandir deux usines de production de semences du Sud-Ouest.

 

Des semences conventionnelles, et non des OGM, insiste Monsanto, qui a jeté l'éponge sur ce sujet en France. Recherche et expérimentation ont été abandonnées en 2008 après le Grenelle de l'environnement.

 

"Nous n'avons pas l'intention de commercialiser des OGM dans les années à venir" en France, en raison d'un "fort blocage mis en place par les politiques, qui relayent leur opinion publique", a réaffirmé mardi Yann Fichet, directeur des affaires institutionnelles de Monsanto France.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des Etats-Unis à l'Europe, à qui appartiennent les plantes cultivées ?

Des Etats-Unis à l'Europe, à qui appartiennent les plantes cultivées ? | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

En Europe, les variétés végétales ne sont pas brevetables. C'est le Certificat d'obtention végétale (COV) qui, depuis 1961, tient lieu de droit de propriété intellectuelle en agriculture. A l'inverse du brevet, ce dernier permet d'utiliser la variété à des fins de recherche et d'expérimentation, mais aussi en semences de ferme, à condition que l'agriculteur paie une redevance au propriétaire du COV. Cette dernière règle a été introduite en France par la loi de novembre 2011, qui a mis fin à un flou juridique en autorisant les semences de ferme – taxées –, pour 21 variétés de céréales uniquement.

Pour obtenir un COV, la variété doit être homologuée selon certains critères : la distinction, à savoir son originalité par rapport aux variétés existantes, l'homogénéité entre ses différents individus, et la stabilité de ses caractéristiques après reproduction. En dehors de ces critères standardisés, point d'inscription au catalogue officiel ni, jusqu'à présent, d'autorisation de commercialisation. Au final, ces variétés protégées par COV correspondent à 99 % des plantes cultivées en France, selon Delphine Guey, du GNIS.

... MAIS DE PLUS EN PLUS DE BREVETS SUR LES GÈNES

Aux côtés du COV existe aussi, en Europe, le brevet sur les végétaux. Non pas pour la variété entière, mais uniquement pour un de ses gènes – qu'il soit obtenu par sélection et croisement classiques, ou par introduction, par transgenèse, dans les cellules de la plante. Du coup, c'est ce caractère génétique que le propriétaire du brevet détient exclusivement – même s'il se retrouve, par propagation, dans les plantes du champ voisin.

En France, on ne trouve pas encore de végétaux brevetés dans le commerce. Mais les brevets accordés sur les fruits et légumes se multiplient en Europe. Récemment, le groupe d'agrochimie Syngenta a par exemple reçu un brevet sur son melon baptisé EP1587933, issu d'un croisement avec un melon indien, pour le caractère doux et amer de son goût. Du coup, la firme revendique la propriété sur tous les melons qui détiennent cette teneur, précisément mesurée, en acidité et en sucre, explique l'ONG "No patent on seeds". Grâce à ces brevets, "Monsanto et Syngenta détiennent ensemble déjà plus de 50 % des semences de variétés de tomates, poivrons et choux-fleurs enregistrées dans l'UE", alarme ainsi l'ONG Swissaid (PDF), qui s'inquiète de la concentration accrue de ce marché agroalimentaire.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Abeilles : trois pesticides interdits, mais une persistance dans l'environnement

Abeilles : trois pesticides interdits, mais une persistance dans l'environnement | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Des semences enrobées des trois néonicotinoïdes seront toutefois toujours produites en France. "La France est le principal producteur de ces semences en Europe. Elles seront toujours fabriquées à destination des pays qui ne les ont pas interdites, comme l'Ukraine, l'Afrique ou l'Amérique du Sud, explique Jean-Charles Bocquet, directeur général de l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP). Les agriculteurs français ne pourront plus en acheter par contre." Des contrôles devraient être effectués lors de la vente des semences au sein des coopératives agricoles pour s'assurer du respect de la nouvelle législation.

 

D'autres utilisations maintenues

 

Cette décision de la Commission européenne n'est toutefois pas définitive et peut être, à tout moment, partiellement ou totalement levée. "La date d'entrée en vigueur de la suspension des molécules a été repoussée du 1er juillet au 1er décembre, ce qui laisse du temps aux firmes qui commercialisent les pesticides, notamment Syngenta et Bayer, pour produire des études pour la remettre en cause, regrette Olivier Belval, président de l'Union nationale de l'apiculture française. Nous aurions souhaité une interdiction franche et définitive."

 

Elle ne concerne par ailleurs pas toutes les cultures. Les trois néonicotinoïdes incriminés restent ainsi autorisés dans des centaines d'autres cultures qui ne sont pas – ou moins – au contact des abeilles, selon la Commission : les céréales d'hiver (blé et orge, soit un million d'hectares en France), les betteraves, les légumes, les cultures sous serre ou encore les vergers après la floraison.

 

Une persistance des molécules dans l'environnement

 

"Ces cultures constituent un risque pour les abeilles en raison de l'accumulation des pesticides dans le sol qu'elles entraînent", prévient Olivier Belval. Les néonicotinoïdes persistent en effet longtemps dans l'environnement : la demi-vie de la clothianidine dans le sol a été mesurée entre 148 et 6 900 jours par l'Agence de protection de l'environnement américaine tandis que l'imidaclopride peut être absorbée par des cultures non traitées, jusqu'à deux ans après la première utilisation, à des niveaux toxiques pour les abeilles.

 

"En raison de la rotation des cultures, des céréales d'hiver traitées avec des pesticides peuvent alors contaminer d'autres plantes qui leur succèdent, comme les tournesols, ainsi que les pollinisateurs qui les butinent. Il y a une contamination latente", déplore Olivier Belval.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM • Monsanto : un jugement très attendu - Courrier International

OGM • Monsanto : un jugement très attendu - Courrier International | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

La Cour suprême américaine examinait le 19 février un cas “qui pourrait avoir un impact important sur l’avenir des cultures génétiquement modifiées”, note The New York Times.

 

L’affaire oppose Vernon Hugh Bowman, un cultivateur de l’Indiana de 75 ans, à ­Monsanto, géant agrochimique et premier semencier mondial.

 

Au cœur du débat : l’interdiction faite aux cultivateurs de réutiliser une partie de leur récolte issue de semences brevetées par Monsanto (en l’espèce, du soja génétiquement modifié pour être résistant au Roundup, herbicide fabriqué par Monsanto) pour les replanter.

 

Monsanto est soutenu par le ministère de la Justice américain, par l’industrie des biotechnologies et par celle du logiciel : une association puissante, à laquelle adhèrent notamment Microsoft et Apple, et qui estime qu’une décision à l’encontre du géant de la chimie “faciliterait le piratage informatique à grande échelle”.

 

Bowman, qui cultive 120 hectares, est soutenu par toutes les organisations qui s’opposent aux brevets sur le vivant et à la mainmise de quelques groupes industriels sur les agriculteurs du monde entier.

 

Le jugement est (très) attendu, dans le courant de ­l’année.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Monsanto est prêt à investir 50 M€ à Trèbes

Monsanto est prêt à investir 50 M€ à Trèbes | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

LES VOEUX 2013 DE MONSANTO

Le groupe américain souhaite étendre son site audois, pour faire face à la hausse de son activité en Europe.
 

Le producteur de semences Monsanto se prépare à agrandir son site de Trèbes, près de Carcassonne. Cible privilégiée des opposants aux OGM, le groupe américain envisage d’investir plus de 50 M€ sur deux ans dans l’extension de ses infrastructures audoises.

Permis déposé pour 20 000 m2 supplémentaires

La demande de permis de construire est déposée auprès de la commune. L’emprise des nouvelles installations pourrait s’étendre sur près de 20 000 m2, intégrant des séchoirs, des hangars, etc. La Dreal, la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, doit de son côté examiner le permis d’exploiter, une autorisation nécessaire dans le cadre d’une telle extension d’activité. Selon la ville de Trèbes, Monsanto a déjà acquis les terrains qui étaient disponibles autour de son unité située dans la zone industrielle du Cairat.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

« Les OGM autorisés en Europe ne présentent pas de risques » | Enviro2B

« Les OGM autorisés en Europe ne présentent pas de risques » | Enviro2B | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

SUR LA BASE DES DONNEES DISPONIBLES QU'ELLE DIT LA DAME, TROP FORT!!!

Enfin, s'agissant de la dangerosité des OGM autorisés en Europe, la directrice de l'Efsa se veut rassurante. "Il est aussi faux de dire que tous les OGM sont sans danger que d'affirmer qu'ils sont des poisons comme l'a titré récemment un magazine français. Je peux simplement certifier que les OGM autorisés à la commercialisation en Europe ne présentent pas de risques tant pour les hommes que pour les animaux ou l'environnement sur la base des données scientifiques disponibles".

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Pérou : moratoire de 10 ans sur l'importation de semences ... - Ouest-France

Pérou : moratoire de 10 ans sur l'importation de semences ... - Ouest-France | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

ET UN DE PLUS!!!!

Une loi instaurant un moratoire de dix ans sur l’introduction au Pérou de semences OGM pour l’agriculture ou l’élevage est entrée en vigueur mercredi, selon un décret du ministère de l’Environnement.

 

Cette règle qui prend effet après une réunion du conseil des ministres prévoit des mécanismes de contrôle et des sanctions relatives à l’interdiction d’entrée dans le pays d’organismes génétiquement modifiés.

« Cela confirme l’importance que le gouvernement accorde à la biodiversité, aux cultures indigènes et aux paysans au Pérou », a déclaré le ministre de l’Environnement Manuel Pulgar Vidal.

 

« Nous devons renforcer les mécanismes de contrôle, notamment douaniers », a-t-il relevé, soulignant que le règlement définit les infractions et impose des pénalités importantes.

Les amendes peuvent aller jusqu’à 14 millions de dollars et impliquent la confiscation temporaire ou permanente, voire la destruction des produits.

 

Le moratoire de dix ans sur les OGM bénéficie du soutien de la Convention nationale agraire (CONVEAGRO), le plus important syndicat d’agriculteurs du Pérou qui veut avec ce règlement « défendre l’agriculture, la biodiversité, la gastronomie et la santé ».

 

Le Congrès péruvien avait adopté le moratoire en juin 2011, mais le président de l’époque Alan Garcia avait terminé son mandat un mois plus tard et transmis le dossier à son successeur, le président Ollanta Humala, qui a pris ses fonctions le 28 juillet 2011.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l'agrobusiness - Souveraineté alimentaire - Basta !

Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l'agrobusiness - Souveraineté alimentaire - Basta ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

C’est un mouvement mondial : du Brésil à la Grèce, en passant par le Périgord, des maisons et des banques coopératives de semences se multiplient. L’objectif : libérer les agriculteurs des droits de propriété imposés par l’industrie semencière, ne dépendre ni des OGM ni des pesticides, et cultiver la biodiversité. Plus de 300 paysans de quinze pays sont venus témoigner en France de leurs expériences collectives en faveur de la souveraineté alimentaire.

« Il faut nous organiser pour récupérer toutes les semences qui sont dans les banques de gènes et remettre ce trésor entre des mains sures, celles des paysans ». Au milieu d’une centaine de variétés de maïs, en plein cœur de la Dordogne, Bertrand Lassaigne raconte l’histoire de la première maison de semences paysannes en France. Installé depuis 20 ans près de Périgueux, Bertrand cultive principalement des céréales et des protéagineux – maïs, céréales à paille, soja, lentilles... Peu à peu, il développe son autonomie en semences et parvient en moins de dix ans à autoproduire la quasi-totalité de ses cultures, sauf en maïs où il continue chaque année d’acheter de la semence non reproductible qualifiée d’hybrides.

S’affranchir de l’industrie semencière

 

Le début du projet est laborieux. La difficulté de trouver de nouvelles variétés s’ajoute à un contexte réglementaire menaçant, qui ne permet ni la vente ni les échanges de semences [1]. Le travail de Bertrand se déroule dans une quasi-clandestinité ! Ce qui limite de facto la communication autour du projet. Mais le bouche-à-oreille fonctionne : plusieurs agriculteurs mettent à disposition « la variété de leurs aïeux ». Bertrand réalise lui-même les premiers croisements, donnant naissance à de nouvelles variétés.

 

Au sein d’AgroBio Périgord, l’association de développement de l’agriculture biologique, Bertrand s’associe à d’autres agriculteurs et jardiniers pour créer la Maison des Semences Paysannes.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Faire annuler la condamnation de Kokopelli - petition

Faire annuler la condamnation de Kokopelli - petition | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Le Tribunal de Grande Instance de Nancy et la Cour de Justice de l’Union Européenne ont condamné l’association Kokopelli, pour concurrence déloyale vis-à-vis de l’entreprise Graines Baumaux, à verser 100 000 € de dommages-intérêts à Graines Baumaux, ce qui pourrait la forcer à cesser ou modifier ses activités.

 

Il est donc demandé au Président de la République, François Hollande, la traduction du Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Agriculture et l’Alimentation (TIRPAA) dans notre législation nationale. Ce Traité, voté par la France en 2002 et approuvé nationalement en 2005, reconnaît aux agriculteurs et aux jardiniers le droit de conserver, utiliser, échanger et vendre les semences ou le matériel de multiplication reproduits à la ferme sur son territoire.

Il reconnaît la contribution des agriculteurs à la conservation de la biodiversité et stipule que rien ne peut entraver leurs droits de conserver, ressemer, échanger et vendre leurs semences reproduites à la ferme.

 

Il est de plus réclamé de faire respecter l’autorisation d’approbation du TIRPAA votée en 2005, en interdisant tout droit de propriété intellectuelle sur le vivant et en limitant les normes commerciales et les droits des obtenteurs là où commencent ceux des agriculteurs, et l’abrogation de la Loi du 28 novembre 2011 relative aux certificats d’obtention végétale.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : comment mettre fin à l'irresponsabilité organisée ? - Rue89

OGM : comment mettre fin à l'irresponsabilité organisée ? - Rue89 | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

Le Pr Séralini tonne :

 

« Nous ne parviendrons pas à apaiser le débat sans mettre sur la table l’ensemble des analyses qui ont permis l’autorisation de ces produits. »

 

Imaginez que les entreprises pharmaceutiques empêchent des chercheurs d’évaluer les effets secondaires de leurs médicaments au motif qu’ils sont protégés par le « secret industriel » d’un brevet, le scandale serait assuré. Pourtant, dans l’évaluation sanitaire des OGM et des pesticides, c’est la norme.

 

99% des substances chimiques non évaluées

 

C’est-à-dire les résultats primaires des expériences de toxicologie menées par des laboratoires privés à la demande des entreprises de biotechnologie, et dont seules les conclusions finales sont communiquées lors des demandes d’autorisation.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

La République du Chaos: Débat : OGM, l’étude qui dérange

La République du Chaos: Débat : OGM, l’étude qui dérange | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

DEBAT SUR LA CHAINE "PUBLIC SENAT"

 

Les conclusions de l’étude de Gilles-Eric Séralini et de son équipe sont-elles fiables? Faut-il avoir peur des OGM? Ou bien cette étude est-elle le résultat d’un lobby anti-OGM ?

Invités :

• Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire

• Jean-Paul Chanteguet, député PS de l’Indre et président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire

• François Sauvadet, député UDI de Côte-d’Or

• Delphine Guey, responsable de la communication du GNIS.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Campagne pour la liberté des semences

Campagne pour la liberté des semences | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

INFO

Portée par Vandana Shiva, une « Alliance globale citoyenne » a engagé deux semaines d'actions pour dénoncer la mainmise de l'agro-industrie sur les semences, essence de la biodiversité et de la sécurité alimentaire.

 

Monopole industriel


« Le libre échange des semences entre fermiers est la base du maintien de la biodiversité aussi bien que de la sécurité alimentaire », plaide l'Alliance. Aujourd'hui, une dizaine de grandes firmes agro-industrielles s'octroient un quasi-monopole sur les semences, sur lesquelles elles déposent des brevets.

 

Les 4 plus grandes – dans l'ordre Syngenta, Bayer, BASF et Monsanto - contrôlent plus de la moitié du marché mondial. Sans compter que ce contrôle par l'agro-industrie va de pair avec le développement de produits génétiquement modifiés.

 

C'est aussi un carcan pour les agriculteurs, obligés de se fournir auprès de ces firmes. En Inde, cette mainmise industrielle sur les semences, qui interdit aux paysans de partager les graines et les pousse à s'endetter, a poussé 250 000 paysans au suicide, selon l'Alliance.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM Monsanto propose une loi pour interdire les potagers

PAS A COURS D'IDEES MONSANTO, JAMAIS...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des insecticides sont pointés du doigt

Des insecticides sont pointés du doigt | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

BELOEIL – Depuis quelques années, les apiculteurs de la région de Beloeil, en Montérégie, observent un fort taux de mortalité chez leurs abeilles. Des pesticides qui enrobent les semences de maïs pourraient être responsables de ce fléau.


«Ça fait cinq ans que j’élève des abeilles dans la région et depuis deux ou trois ans, le problème est devenu flagrant, a expliqué Steve Martineau, de la Miellerie du Château de Cyr, de Saint-Marc-sur-Richelieu.

 

Dans les semaines qui suivent l’ensemencement du maïs, il y a plein d’abeilles mortes à proximité des ruches alors qu’en temps normal, on n’en retrouve que quelques-unes.»

 

L’an dernier, 60 % de ses ruches ont été contaminées. Selon lui, les insecticides de type néonicotinoïdes (des dérivés du tabac), qui enrobent la quasi-totalité des semences de maïs, seraient responsables de la situation.

Depuis 2012, il participe à une recherche dans laquelle Olivier Samson-Robert, un chercheur de l’Université Laval, compare la mortalité dans six ruchers de la Montérégie exposés aux néonicotinoïdes et six qui ne le sont pas, en Estrie.

 

«En Montérégie, les taux de mortalité sont trois fois supérieurs, a dit M. Martineau.

 

De plus, dans les champs où s’abreuvent les abeilles, l’eau contenait de 30 à 180 fois la dose létale.»

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Semences : l'incroyable cadeau fait aux multinationales alimentaires - Reporterre

Semences : l'incroyable cadeau fait aux multinationales alimentaires - Reporterre | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

La Commission Européenne a adopté le 6 mai une proposition de règlement sur les semences [1], qui est désormais entre les mains du Parlement et du Conseil Européens.

 

La Coordination Européenne Via Campesina (ECVC) dénonce cet incroyable cadeau fait aux brevets et titres de propriété de l’industrie agro-alimentaire, l’agression violente que cette proposition représente contre les droits des agriculteurs et des jardiniers, et le contrôle bureaucratique qui s’y retrouve renforcé, et dont le seul résultat ne peut être que de définitivement tuer la biodiversité.

 

Le résultat obtenu est donc l’inverse des raisons invoquées par la Commission pour réformer la législation existante, à savoir une nécessité de simplification administrative et de protection de la biodiversité.

 

« Dans cette proposition, la Commission Européenne laisse la porte grande ouverte à la commercialisation sans restriction de plantes brevetées. Ces dernières vont évidemment se disséminer et venir polluer tous les champs, sans distinction. Le texte de loi est fait de telle façon, que c’est le paysan qui a été pollué qui devra payer une amende à l’industrie, comme s’il lui avait volé des semences. Alors que c’est cette dernière qui devrait porter la charge de la décontamination des champs des paysans... C’est d’autant plus grave que la plupart de ces plantes brevetées sont des OGM cachés. », a dit Andrea Ferrante, membre du Comité de Coordination de l’ECVC.

 

Pour faciliter encore ce processus d’appropriation du vivant par l’industrie [2], la liste de tous les producteurs qui resèment une partie de leur récolte (les « semences de fermes ») pourra directement lui être donnée par les états membres, qui en disposeront sous prétexte sanitaire, et pourront ainsi réclamer des taxes aux paysans. Pour la toute première fois, absolument tous les agriculteurs seront contrôlés.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
gilles klein's curator insight, May 20, 2013 5:27 PM

Dans la plupart des marchés à Paris, il n'y a plus de producteurs, que des vendeurs de Rungis. Dans les grandes surfaces ou les marchands de légumes de quartiers, on ne trouve plus que quelques variétés de pommes, poires, oranges... et toujours les mêmes.

Le seul moyen de résister ce sont les Amaps, les magasins bio (et encore, j'ai vu des Pink Lady -marque brévetée - bio).

Et faire pression sur ses "élus". Mais même là difficile de lutter contre les lobbies.

Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

KOKOPELLI condamnée: biodiversité, la fin des illusions

KOKOPELLI condamnée: biodiversité, la fin des illusions | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

Les verdicts sont tombés : l’association Kokopelli est lourdement condamnée :
12.000€ pour le grainetier Baumaux23.000€ pour l’état et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF). Il faut être réaliste : les semences que défend l’association Kokopelli, étant maintenues dans l’illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès.

 

Malgré les directives européennes, les avis de l’ONU, du Sénat, de scientifiques, d’agronomes affirmant l’urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l’état français refuse de libérer l’accès aux semences anciennes pour tout un chacun.
C’est ce qui permet aujourd’hui aux magistrats d’infliger ces lourdes peines à l’association Kokopelli.


Dans le cas du procès de la SAS Baumaux pour concurrence déloyale, M. Baumaux verra donc son bénéfice de 800.000€ augmenté de 10.000€ et recevra 2.000€ pour ses frais.


L’état français recevra 17.500€ au motif que KOKOPELLI vend des semences illégales, 5.000€ seront consacrés aux frais et à l’information du bon peuple sur les pratiques dangereuses de l’association KOKOPELLI. Les semences qui ont nourri nos grands-parents et qui servent à nous nourrir aujourd’hui par le jeux des croisements, sont donc devenues illégales et dangereuses.


 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Certains OGM pourront obtenir des crédits carbone - Actu-environnement.com

Certains OGM pourront obtenir des crédits carbone - Actu-environnement.com | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

L'utilisation d'un certain type de semence OGM pourra permettre dans le futur aux agriculteurs d'obtenir des crédits carbone. Le Conseil exécutif du Mécanisme de Développement Propre (MDP) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques vient d'approuver une technologie OGM "NUE" (Nitrogen Use Efficiency) de l'entreprise Arcadia, selon cette dernière. Cette technologie permet de maintenir des rendements élevés tout en exigeant des niveaux significativement réduits d'engrais azotés selon ses fabricants.

Pour justifier l'obtention de crédits carbone, Arcadia met en avant l'impact majeur de l'agriculture sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) et l'utilisation d'engrais azotés, la principale source de ces émissions. "Moins de la moitié des engrais azotés épandus dans les champs sont utilisés par les plantes, et le reste pollue les nappes phréatiques ou est converti en oxyde nitreux, un gaz à effet de serre de près de 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone", la société.
L'entreprise a développé ces semences OGM avec l'Académie du Ningxia, en sciences de l'agriculture et des forêts (FDOC) en Chine. La commercialisation des semences des cultures technologie NUE devrait commencer en 2016, selon Arcadia.

"Cette technique NUE fait partie de l'ensemble de la politique de greenwashing de l'industrie agro-alimentaire, au même titre que la labellisation pour le moins étonnante (…) du « soja durable » (OGM !) en Amérique latine", dénonce dans un communiqué l'association Inf'OGM. Selon elle, les variétés utilisant la technologie NUE sont des variétés nécessitant de nombreux pesticides.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Reporterre.net - EXCLUSIF : l’article de Séralini sur les OGM traduit en français

Reporterre.net - EXCLUSIF : l’article de Séralini sur les OGM traduit en français | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

A l’attention de toutes les personnes qui se méfient des jugements de valeur –fussent-ils émis par des scientifiques- et qui préfèrent capter les informations à leur source pour s’en faire une opinion personnelle.

…Voici une traduction de certains passages, sans les figures ni les références bibliographiques, de l’article « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a roundup-tolerant genetically modified maize », publié par Gilles-Eric Séralini et son équipe en septembre 2012.

Traduction réalisé par Dominique Béroule, et relue par les auteurs.

BONNE LECTURE!!!

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM: Séralini publie une liste de soutien de 193 scientifiques internationaux

OGM: Séralini publie une liste de soutien de 193 scientifiques internationaux | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

AFP - L'organisme de recherche sur les OGM dont le professeur Gilles-Eric Séralini est un membre-clé, le Criigen, a publié vendredi dans un communiqué une liste d'environ 190 noms de "scientifiques internationaux" de "33 pays" qui "apportent leur soutien" à l'étude controversée du chercheur.

Ces personnes ont "témoigné de leur soutien à l'étude en envoyant une lettre souvent très argumentée, soit au Criigen, soit directement à la revue scientifique qui a publié l'étude" sur le maïs NK603 et le RoundUp, affirme l'organisme, dont l'eurodéputée Corinne Lepage est présidente d'honneur.

 

En pièce jointe du communiqué envoyé par mail, le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (Criigen) publie un document intitulé "soutien au Pr Séralini: 193 signataires de 33 pays" suivi d'une liste de noms et de centres de recherche.

 

Ces "soutiens" s'ajoutent, écrit le Criigen dans son communiqué, à celui de 140 scientifiques de France, en faisant allusion au texte publié par lemonde.fr intitulé "Science et conscience". L'AFP a relevé trois noms en commun.

 

"Les signataires du texte" publié par lemonde.fr "dont j'ai été l'initiateur mais dont plusieurs paragraphes ne sont pas de moi, désavouent une certaine manière de traiter Séralini.

 

Une minorité de signataires pense que l'étude prouve la toxicité du NK603. Mais tous pensent que la non toxicité des OGM n'est pas prouvée et que les méthodes d'autorisation de mise sur le marché doivent être changées", a nuancé Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, interrogé par l'AFP.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

L'étude sur la toxicité des OGM laisse des questions - LaDépêche.fr

L'étude sur la toxicité des OGM laisse des questions - LaDépêche.fr | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

Laurent Reversat, porte-parole de la Confédération paysanne ne montre pas d'inquiétude à l'échelle locale. «L'Aveyron est un département d'élevage avec une forte cohérence au sol, côté troupeau et dans les pratiques». L'éleveur de brebis laitières évoque, au-delà de l'étude, un vrai problème de société. «On ne nie pas l'évolution climatique mais entre nourrir la planète et l'empoisonner, il existe une nuance. De plus, les agriculteurs sont montrés du doigt alors que ce n'est pas notre cible.» La Conf'réclame en réalité un vrai plan protéines. «Le problème c'est que l'Europe s'est rendue dépendante de la production américaine : sauf que le soja et le colza en sont remplis. Les semenciers ont aussi un rôle à jouer. J'espère que le bon sens paysan des débuts présidera», conclut Laurent Reversat rappelant que la RAGT a été fondé au début du siècle dernier par des paysans du cru.

 

 

Les apiculteurs s'agacent

 

Plus virulent, Joël Blanc ne cache pas sa révolte. Il fait partie de la quinzaine d'apiculteurs de la confédération paysanne en Aveyron.

Fin 2011, la Cour de justice européenne déclarait le miel contenant du M810 impropre à la consommation humaine.

Sauf que les abeilles n'ont pas de limites géographiques.

«En France, le moratoire nous protège mais jusqu'à quand ? Rien n'est fait dans la filière, aucune étude sur les larves ni le couvain. Qu'en est-il sur les abeilles, celles qui naissent à l'automne ?» tempête l'apiculteur du sud Aveyron.

Celui qui se dit consommateur avant tout pointe aussi une nouvelle étape pour contourner la loi : la recherche mutagenèse* soit le recours à des opérations de mutations pour résister aux pesticides.

 

* Introduction de mutations par l'action d'agents chimiques ou physiques dans une séquence ADN

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

La semence dans tous ses états

Les semenciers tuent la biodiversité, s'approprient le vivant, affament les populations du sud, empoisonnent les consommateurs...et nos dirigeants regardent ... Excellente vulgarisation sur les OGMs.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée ... - Basta !

OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée ... - Basta ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Par Sophie Chapelle (18 octobre 2012)

 

 

La recherche scientifique menée par Gilles-Eric Séralini sur un OGM de Monsanto a été violemment critiquée dans sa méthodologie.

Mais qu’en est-il des tests menés par les firmes elles-mêmes ? Un rapport montre les dissimulations et extrapolations bien peu scientifiques qui accompagnent l’évaluation du seul OGM autorisé à la culture en Europe, le Mon810.

Des extrapolations reprises à leur compte sans vérification par les autorités sanitaires européennes.

 

Les critiques formulées à l’encontre du protocole de Gilles-Eric Séralini pourraient concerner les protocoles de l’ensemble des dossiers déposés par les entreprises de biotechnologie pour obtenir les autorisations commerciales de leurs plantes génétiquement modifiées (PGM). Inf’OGM avait remis en 2011 au ministère de l’environnement une pétition pour demander la révision de l’évaluation de l’ensemble des PGM, autorisées et en cours d’autorisation. Une demande restée sans réponse à ce jour, du moins pour les 46 OGM autorisés en Europe.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Les semences prennent le maquis. Bande annonce (3 min)

DEMARCHE A SOUTENIR

 

En Afrique de l'ouest comme ailleurs, des semences hybrides et OGM gourmandes en intrants chimiques sont commercialisées et remplacent peu à peu les semences locales.

Ces changements de pratiques menacent l'autonomie alimentaire des populations.

 

Des associations agroécologistes se mobilisent pour conserver les semences paysannes.

 

Ce film suit une rencontre militante de paysans venus de toute l'Afrique se former aux techniques de production de semences maraichères.

Il donne la parole à des agroécologistes africains qui prennent conscience des enjeux autour de l'autonomie semencière et s'engagent pour défendre le droit à l'alimentation.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

États-Unis : le géant Monsanto devant la Cour suprême

États-Unis : le géant Monsanto devant la Cour suprême | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

INFO

Un contentieux oppose le géant agrochimique à un petit producteur de soja accusé de ne pas avoir respecté le contrat de vente.

Dans son recours, Vernon Hugh Bowman affirme avoir toujours respecté l'accord signé avec Monsanto, en achetant de nouvelles semences OGM chaque année pour sa culture primaire. Mais à partir de 1999, pour faire des économies, Vernon Hugh Bowman explique qu'il a acheté d'autres semences auprès d'un producteur local et qu'il les a plantées pour une moisson distincte.

S'apercevant que ces semences avaient développé une résistance à l'herbicide, il a répété l'opération de 2000 à 2007 et, "à la différence de sa culture primaire, a conservé les semences obtenues lors de sa culture secondaire pour les replanter les années suivantes".

 

"Conformément à l'accord, Vernon Hugh Bowman n'a jamais conservé des semences issues de sa récolte primaire", peut-on lire dans le document.

 

La Cour suprême examinera cette affaire à une date qui n'a pas été précisée et rendra sa décision courant 2013.

En 2011, la haute juridiction avait donné raison à Monsanto et autorisé la vente de semence de luzerne génétiquement modifiée, face à des agriculteurs "bio" qui craignaient la contamination de leurs cultures.


more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Kokopelli/ La guerre des graines a commencé

Kokopelli/ La guerre des graines a commencé | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

INFO

 

Depuis 20 ans Kokopelli distribue gratuitement des semences potagères anciennes ou rares pour faire vivre la biodiversité agricole. Tout cela grâce à un réseau militant de producteurs, d’adhérents, de parrains et marraines qui permettent de maintenir une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés. En 2007, elle distribuait 550 variétés de tomates, 300 variétés de piments, 130 variétés de laitues, 150 variétés de courges et 50 d’aubergines ! Chaque année Kokopelli distribue gratuitement près de 200 colis de semences aux communautés rurales, associations ou ONG.
(...)

Le bras de fer de la concurrence

 

En 2005 Kokopelli avait été attaquée par la société Graines Baumaux pour concurrence déloyale. Le verdict est tombé. Enorme événement largement passé inaperçu : le 12 Juillet, la Cour de Justice Européenne, désavouant Kokopelli, a estimé que l'Europe avait raison d'imposer l'obligation de ne commercialiser que des semences de légumes recensées dans des catalogues officiels. La Cour a estimé que l'objectif premier des lois européennes en vigueur "consiste à améliorer la productivité des cultures de légumes ". Comme si la Justice avait à se préoccuper des rendements!

more...
No comment yet.