OGM: un collectif d'ONG remet en cause l'indépendance de l'Agence européenne de sécurité des aliments... - Notre Temps | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Six ONG ont dénoncé lundi l'"incapacité" de l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa), en charge depuis dix ans de la question des OGM au niveau européen, à mener des évaluations indépendantes.

 

"Dix ans ça suffit! Car l'Efsa a montré qu'elle n'était pas capable de mener correctement les évaluations d'OGM notamment", a affirmé Frédéric Jacquemart, de France Nature Environnement (FNE, fédération de 3.000 associations), lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale.

 

FNE, la Confédération paysanne, Greenpeace, la Fondation des sciences citoyennes, les Amis de la Terre et Attac ont dénoncé le manque de transparence dans les données fournies par les fabricants d'organismes génétiquement modifiés et dans les procédures d'évaluation de ces données par les experts de l'Efsa.

Le protocole d'évaluation est "purement une danse rituelle, il ne sert pas ce pour quoi il est fait", a estimé M. Jacquemart.

 

Pour Noël Mamère, député EELV, "la question (de la transparence) n'est toujours pas réglée". "Monsanto a refusé de répondre à l'agence sanitaire française" (NDLR, Anses), a-t-il déploré lors de la conférence de presse.

 

L'agence sanitaire française a demandé en octobre à entendre des représentants du semencier Monsanto, dans le cadre de l'examen de l'étude controversée du Pr Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs NK603 sur des rats, mais l'industriel a préféré adresser une réponse écrite.

 

Dans une tribune publiée lundi sur le site du Huffington Post, la députée européenne Corinne Lepage, a elle aussi renouvelé ses critiques à l'encontre de l'agence européenne. "La Cour des Comptes, le médiateur européen, et le Parlement lui-même en reportant au mois de mai dernier le quitus de l'agence, ont tous souligné des situations inacceptables remettant évidemment en cause l'objectivité des avis rendus", écrit la députée.

"Le fait que l'agence n'ait rendu, au cours des dix dernières années, que des avis positifs sur les autorisations d'OGM est plus que suspect", estime Corinne Lepage.

 

Dans un rapport publié en octobre, la cour européenne des comptes a estimé que l'Efsa, ainsi que trois autres agences européennes auditées, ne gérait pas les situations de conflit d'intérêts "de manière appropriée".