Pas de consensus pour interdire un maïs OGM en Europe | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it
Le sort du maïs transgénique TC1507, du semencier américain Pioneer, est désormais entre les mains de la Commission européenne. Les Etats membres de l'Union européenne (UE), réunis mardi 11 février à Bruxelles à l'occasion du Conseil des ministres des affaires européennes, se sont prononcés majoritairement contre la demande d'autorisation de culture du maïs, mais la majorité qualifiée qui aurait permis de repousser celle-ci n'a pas été atteinte, à cinquante voix près.

Dix-neuf pays — dont la France — ont voté contre l'autorisation, quatre se sont abstenus et cinq seulement, dont le Royaume-Uni, se sont prononcés pour. Le ralliement de dernière minute de la Roumanie, des Pays-Bas ou de l'Irlande au camp du refus n'a pas suffi. L'issue du scrutin a été scellée par l'abstention de l'Allemagne et de la Belgique. Les divisions au sein du gouvernement allemand l'ont donc emporté sur le forcing effectué ces dernières semaines par la France pour convaincre son voisin de la rejoindre dans sa ferme opposition à l'autorisation d'un second maïs transgénique, après le MON810, de Monsanto.

 

Même si elle se retrouve maintenant en position de trancher seule, la Commission, qui avait demandé au Conseil des ministres d'autoriser la mise en culture du TC1507, devra y réfléchir à deux fois avant de prendre sa décision. « Il serait incompréhensible que l'opposition d'une majorité de pays puisse se traduire par une autorisation de planter ce maïs transgénique », avait averti le ministre des affaires européennes français, Thierry Repentin, à l'entrée du Conse