Le miel, l'happy culture du fenua - Les Nouvelles Calédoniennes | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

L’apiculture en Polynésie française a pris un virage, il y a deux ans, lorsque les frontières polynésiennes se sont fermées au miel importé. L’idée était de laisser un marché disponible aux producteurs locaux. Environ 30 à 50 tonnes de miel étaient alors importées chaque année.

 

Cet appel d’air a suscité de nouvelles vocations. « Cette filière apicole a toujours existé », expliquait mardi Valérie Antras, vétérinaire, responsable du département développement des élevages au sein du Service du développement rural. « Il y avait une production qui allait de 50 à 100 tonnes par an. » En 2009, l’Institut d’émission d’Outre-mer (IEOM) avait ainsi constaté 93 millions de francs de revenus dégagés par les apiculteurs. La production portait alors sur 88 tonnes de miel pour 2 500 ruches, ce qui représentait une couverture de la demande locale de 60 %.