Zimbabwe: En bordure du Parc national de Hwange, des abeilles contre les éléphants | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

MAGOLI (Zimbabwe) - Depuis deux ans, des champs de sorgho du village de Magoli sont protégés des éléphants par...des abeilles. En bordure du parc national de Hwange, au Zimbabwe, habitants et scientifiques travaillent main dans la main pour faire cohabiter hommes et animaux sauvages protégés.

Dans le cadre d'une expérimentation scientifique, plusieurs ruches, reliées entre elles par des cordes, ont été installées à l'entrée du champ. Impossible pour les éléphants de forcer le passage sans faire bouger les ruches.

 

Bourdonnement

 

Le bourdonnement furieux des abeilles suffit en général à repousser le pachyderme, sensible aux piqûres aux muqueuses de sa trompe et de ses oreilles.

 

Les gens sont convaincus, ils veulent aussi des ruches dans leurs champs, assure Victor Bitu.

L'intérêt des ruches, c'est d'utiliser une méthode passive de garde permettant de relâcher la pression sur les fermiers, relève Chloé Guerbois, écologue, oeuvrant au sein d'une zone-atelier de recherche du CNRS à Hwange dans le cadre d'une thèse sur les liens entre éléphants et villageois.