CHINE - Des pesticides en infusion - Courrier International | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

A VOTRE.... SANS THE!

 

Wang Jing est responsable du programme “Alimentation et agriculture” de Greenpeace Chine.

 

De décembre 2011 à janvier 2012, elle était avec ses collègues à Pékin, Chengdu et Haikou [sur l’île de Hainan] pour y acheter 18 sortes de thés de 9 marques différentes, en particulier ceux des négociants et chaînes de maisons de thé [reconnus en Chine] Wuyutai, Zhongguo Chaye et Tianfu Mingcha, comprenant à la fois des thés verts, des thés wulong [ou oolong] et des thés au jasmin, dont les prix allaient de 60 et à 1 000 yuans la livre [de 7 à 122 euros].

 

Des échantillons de ces thés ont ensuite été envoyés dans des laboratoires spécialisés indépendants pour qu’on y détecte d’éventuelles traces de produits phytosanitaires.

 

Résultat : tous les échantillons contenaient des résidus d’au moins 3 types de pesticides ou d’herbicides ; au total, 29 résidus différents ont été décelés. Des traces de méthomyl, insecticide dont l’utilisation sur les feuilles de thé est clairement proscrite par le ministère de l’Agriculture, ont été découvertes dans 11 thés.

 

On a trouvé de l’endosulfan, substance également interdite pour les théiers, dans 4 thés.

 

En réponse au rapport de Greenpeace, l’Association chinoise de distribution de thés (China Tea Marketing Association, CTMA) a tout de suite essayé d’étouffer l’affaire en déclarant : “Tous les échantillons de thés testés sont conformes aux normes nationales actuelles. Il s’agit juste d’une ‘bisbille’ avec les normes européennes et les normes mondiales !”

 

4Néanmoins, en mettant le problème sur le compte d’une querelle liée aux barrières commerciales érigées par l’Union européenne, la CTMA n’a pas réussi à lever le doute chez les citoyens chinois.