Abeilles, intoxic...
Follow
Find tag "Ethique"
91.3K views | +9 today
Abeilles, intoxications et informations
Articles pertinents sur les problématiques des mortalités et disparitions des abeilles
Curated by Bee Api?
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : victoire majeure de Monsanto face aux agriculteurs

OGM : victoire majeure de Monsanto face aux agriculteurs | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Monsanto a remporté hier en justice une victoire clef dans une affaire de propriété intellectuelle. La Cour suprême américaine a confirmé la condamnation d'un agriculteur de l'Indiana poursuivi par le géant de l'agrochimie pour avoir replanté et cultivé des graines de soja modifiées génétiquement pour résister à l'herbicide Roundup que produit Monsanto - sans payer de royalties.

 

Les juges ont unanimement confirmé la condamnation à une amende de 84.456 dollars de Vernon Hugh Bowman, estimant que l'agriculteur « a planté des graine de soja brevetées dans le seul but de produire des répliques, privant ainsi la compagnie Monsanto de la rétribution sur son brevet prévue pour la vente de chaque article ».

Un arrêt très spécifique

A l'origine, le fermier a décidé, en 1999, pour une deuxième récolte de soja, d'acheter à un silo local, approvisionné par des agriculteurs de la région, des graines normalement prévues pour la nourriture du bétail. Il se trouve que parmi ces semences, beaucoup étaient résistantes à l'herbicide de Monsanto.

 

Vernon Bowman a conservé ensuite une partie de sa récolte pour les semailles de l'année suivante, jusqu'en 2007. Défendu pro bono par un cabinet d'avocats, il estimait être dans son droit, puisque, selon lui, les droits de Monsanto ont expiré au moment où les agriculteurs de la région ont vendu leur récolte au silo.

 

Le raisonnement se base sur un arrêt de la Cour suprême de 2008, dans lequel les juges estiment que les droits de propriété intellectuelle de LG, qui fournit sa technologie sous licence à Intel, expirent au moment où Intel vend ses puces aux fabricants d'ordinateurs.

La Cour suprême a donc jugé le cas des graines de soja sous un autre angle.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

La manif contre Monsanto, c'est le 25 mai partout dans le monde !

La manif contre Monsanto, c'est le 25 mai partout dans le monde ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Click here to edit the content

Bee Api?'s insight:

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=478694672199621&set=oa.352765754844588&type=1&theaterur insight...

more...
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Du lobbying de choc tous azimuts

Du lobbying de choc tous azimuts | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

LE MONDE COMME IL VA...

 

Burson Marsteller est une agence réputée dans la gestion de crises majeures. Elle a travaillé pour les gouvernements argentin, nigérian et sud-coréen. Elle a conçu des campagnes visant à atténuer les effets négatifs pour l’industrie de scandales comme ceux de la “vache folle”, de la marée noire de l’Exxon-Valdes en Alaska ou encore de la catastrophe de Bhopal en Inde. Selon des informations obtenues par le Guardian et Greenpeace, BM recommandait dans son plan d’action à l’industrie biotechnologique d’inonder les médias européens d’articles et d’émissions de télévision.

 

 

BM conseillait de façon urgente à son client d’éviter d’aborder les questions d’environnement et de santé, considérées comme de véritables “casse-pipes” : “Insistez sur les produits plutôt que sur la technologie.” Selon l’agence, les études avaient confirmé que “la perception par le grand public de la recherche du profit comme motivation première de l’entreprise nuit inévitablement à sa crédibilité”. Pour contrer ce sentiment, concluait BM, l’entreprise doit communiquer sur “des symboles suscitant l’espérance, la satisfaction, le respect de l’autre et de soi”.

 


Le recours à une stratégie de communication et à un lobbying très pointu a joué un rôle clé dans la promotion des biotechnologies. Aux Etats-Unis, ce qui est en passe d’émerger comme un complexe biotechno-pharmaceutico-agro-commercial donne, chaque année et en toute légalité, des millions de dollars aux partis politiques et aux parlementaires siégeant dans les commissions chargées de la réglementation et de la sécurité alimentaire.

 

TOUT L'ARTICLE SOUS L'IMAGE, CLIC!

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Abeilles et pesticides : quelques rappels à l'histoire - Alternatives Économiques

Abeilles et pesticides : quelques rappels à l'histoire - Alternatives Économiques | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Ayant participé avec le fipronil , matière active mise au point par Rhône-Poulenc,à cette innovation, je peux témoigner de la fierté qui était celle des chercheurs et des techniciens qui avaient participé à ce qui était vu comme un réel progrès sur le plan environnement : cette nouvelle technique permettait en effet de protéger un hectare de semis sans pulvérisation avec quelques grammes seulement de matière active, en remplacement de la technique couramment utilisée jusque là : pulvérisation sur toute le surface de 2 kilos de Lindane, produit connu pour son extrême toxicité sur les abeilles, et pas seulement.

Le malheur a voulu que les premières constatations sur les problèmes des abeilles aient eu lieu au même moment, et qu’une relation de cause à effet ait été mise en avant, alors que ces nouvelles techniques constituaient des progrès incontestables.

 

 

Bee Api?'s insight:

Ce que ne dit pas ce Monsieur, c'est que son Fipronil a été retiré parce que béneficiant d'une autorisation provisoire de vente ( APV terme régalien) en attendant de compléter son dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM comme pour les médicaments) il ne l'a jamais fait, hop, excit!!!

De plus une APV n'est "valable" que deux ans, et honte à l'Etat qui l'a reconduite deux ans de plus en toute illégalité.

Lièvre soulevé par les professionnels de l'Apiculture, merci à eux!!!

Et honte à Altrnatives Economiques de publier des âneries pareilles!!!

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Inf'OGM - FRANCE – Évaluation sanitaire des OGM : la société civile interpelle le gouvernement

Inf'OGM - FRANCE – Évaluation sanitaire des OGM : la société civile interpelle le gouvernement | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Dans une lettre ouverte adressée à la ministre de l’Environnement, Delphine Batho, et au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, onze organisations demandent au gouvernement de s’opposer à l’adoption du règlement proposé par la Commission européenne, qui vise à régir l’évaluation sanitaire des OGM avant autorisation.


Il y a urgence : cette proposition de règlement devrait être soumise au vote pour adoption en ce début d’année 2013.

TOUT L'ARTICLE EN CLIQUANT LE LOGO

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : Le caractère obligatoire des analyses de toxicologie n'est pas juridiquement établi

OGM : Le caractère obligatoire des analyses de toxicologie n'est pas juridiquement établi | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Alors que l'AESA doit rendre son avis définitif sur l'étude du Pr. Séralini, un projet de règlement visant à renforcer l'évaluation des OGM est discuté à Bruxelles, rappelle Christophe Noisette d'Inf'OGM.

 

Enjeu du texte : l'obligation ou non de réaliser des analyses toxicologiques.

 

 

 

La procédure actuelle permet aux entreprises de ne pas conduire d'analyses de toxicité. On observe qu'un nombre de dossiers d'autorisation - qui ne constitue toutefois pas la majorité des dossiers déposés - ont été proposés par les entreprises pétitionnaires, que ce soient Monsanto, Syngenta ou Bayer, en s'abstenant déjà de présenter de telles études sous ce prétexte d'équivalence en substances entre le maïs, le soja ou le coton transgéniques et leurs homologues non GM. Des dossiers qui ont été acceptés par l'Agence européenne de sécurité des aliments (AESA/EFSA) ou sont en cours de traitement ! L'inclusion du caractère obligatoire des analyses de toxicité, dans le règlement, constituerait effectivement un renforcement, en complément d'une réelle mise en œuvre de tests d'équivalence.

 

AE : Quels PGM ne présentant pas d'analyse toxicologique sont en cours d'autorisation dans l'UE

 

C.N. : L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a mis en exergue ce manque d'analyse de toxicité dans le dossier du coton transgénique GHB 614 de Bayer, un dossier validé par l'AESA en 2009 et autorisé par la Commission européenne en juin 2011 pour l'importation et la transformation.

 

Idem pour le dossier d'autorisation en cours de traitement du colza MON 88302 alors que l'Anses notait en juin 2012 qu'aucune étude de toxicologie n'était présentée par Monsanto. D'autres dossiers présentent la même lacune comme celui du maïs 5307 de Syngenta ou du maïs DAS40278-9 de Dow AgroSciences sont dans les tuyaux de la Commission.

 

Il faut rappeler que trois PGM sont déjà autorisées à la culture dans l'UE - le maïs Mon810 de Monsanto, le maïs T25 de Bayer tolérant au glufosinate d'ammonium et la pomme de terre Amflora de BASF.

 

Le maïs Mon 810 est principalement cultivé en Espagne avec 97.326 hectares, ensuite vient le Portugal avec 7.724 ha, les autres pays (Pologne, Roumanie, République Tchèque, Slovaquie) ne cultivant que très peu de PGM.

La pomme de terre Amflora représente moins de 100 hectares en Europe (en Suède et en Allemagne).

 

Le Mon810 a été autorisé en février 1998, trois années après que son dossier est été déposé. En revanche, le dossier de la pomme de terre GM Amflora a été déposé en 1996 en Suède et Amflora n'a été autorisé à la culture qu'en 2010, soit 14 ans après le dépôt du dossier.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : comment Monsanto a échappé à l’audition de l’ANSES | Le Quotidien du Medecin

OGM : comment Monsanto a échappé à l’audition de l’ANSES | Le Quotidien du Medecin | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Un document de 5 pages

 

Dominique Gombert, directeur de l’évaluation des risques à l’ANSES raconte comment la société Monsanto a profité du « calendrier tendu » - quelques semaines octroyées par le gouvernement pour rendre les avis - afin d’esquiver le débat. « Ils ont souhaité avant que l’audition soit organisée, obtenir un certain nombre d’informations. Nous leur avions adressé un courrier extrêmement précis sur les questions que l’on souhaitait leur poser, notamment sur les effets dans les études à long terme. Suite à ce courrier, nous avons eu une conférence téléphonique avec Monsanto et des juristes de la société visant à nous faire préciser les conditions de réalisation de cette audition, notamment au niveau de la transparence des propos qui seraient tenus. Suite à cette pré-audition, la société a fait savoir que dans le délai imparti, il n’était pas possible de mobiliser ses experts, sachant que cette audition donnait lieu à la publication des verbatim des échanges organisés », résume Dominique Gombert.

 

« Monsanto nous a fait parvenir un document d’à peu près cinq pages qui décrit essentiellement les conditions actuelles d’autorisation des plantes OGM et du NK603. Je n’ai pas trouvé d’éléments particuliers quant aux études sur le long terme que la firme aurait pu conduire », ajoute-t-il.

 

Accès difficiles aux données

 

« Non seulement Monsanto a refusé les auditions auprès des agences, mais elle a également refusé l’accès à ses données d’étude. Ce qui est étonnant lorsqu’on exige du Pr Séralini qu’il mette de son côté tout à jour », commente le député PS Gérard Bapt. Si les experts des agences peuvent avoir accès à certaines données confidentielles, difficile le plus souvent de les exploiter convenablement.

 

« Nous ne pouvons les consulter que sur papier », témoigne Jean-Jacques Leguay, vice-président du comité scientifique du HCB qui « demande constamment que ces données soient accessibles à un format électronique pour mieux les analyser ». Selon Jean-Jacques Leguay « cette évolution passe par l’État français et l’Europe ». Invité à dresser un parallèle entre les études de Monsanto et du Pr Séralini sur le maïs OGM NK 603, le vice-président du comité scientifique du HCB les a renvoyés dos-à-dos.

 

Tout est à refaire

 

Au-delà des méthodologies très différentes retenues par les deux parties (20 rats sur 3 mois dans l’étude de Monsanto contre 10 animaux par groupe sur 24 mois dans celle du Pr Séralini) « on ne peut pas comparer ces deux expériences car les objectifs ne sont pas les mêmes », indique-t-il. « Une société comme Monsanto, quand elle fait ses statistiques, au lieu de dire qu’elle ne voit pas de différence, elle en déduit que son maïs est sain. Dans le cas de l’étude de Séralini, sans faire de statistique sur la mortalité ou la présence de tumeur, on conclut à une toxicité. Dans les deux cas, les raisonnements ne tiennent pas la route », considère Jean-Jacques Leguay.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Brèv'info : Christine Lagarde liée à Monsanto... ? - Le Club de Mediapart

Brèv'info : Christine Lagarde liée à Monsanto... ? - Le Club de Mediapart | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

« Le 12 juin 2007, la France acceptait de faire rentrer 0,9% d’OGM dans les produits bio de norme AB, sans étiquetage particulier, histoire de tromper le consommateur.

Qui était alors la ministre de l’Agriculture ? Mme Christine Lagarde [...]. Elle ne restera au premier poste que du 18 mai 2007 au 18 juin 2007 ; juste le temps de corrompre les cultures BIO.

Plus intéressant encore, Mme Lagarde était auparavant avocate d’affaire dans le cabinet international « Baker & Mc Kenzie » qui a comme client américain… la firme MONSANTO !

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Séralini : "Qu'on décortique les études de Monsanto comme les miennes"

Séralini : "Qu'on décortique les études de Monsanto comme les miennes" | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

ACTION REACTION

 

Réagissant à ces deux avis, le Pr Gilles-Eric Séralini a demandé lundi 22 octobre que les études de Monsanto qui ont servi à autoriser des OGM soient publiées et "décortiquées" comme les siennes, lors d'une conférence de presse à Caen. "Les études de Monsanto qui ont permis des mises sur le marché sont gardées secrètes tandis que les nôtres, on les décortique jusqu'à la moëlle. Moi, mes tests, pour l'instant, ils n'ont servi ni à l'autorisation ni à l'interdiction des produits", a déclaré l'universitaire.

 

"Qu'on arrête un peu de rigoler aujourd'hui et qu'on sorte des tiroirs les produits et les façons dont ils ont été évalués. Qu'on arrête de jouer à cache cache", a ajouté le professeur. "Là, on comprendra que les études qu'ils ont faites sont carrément insuffisantes, avec une puissance statistique qui, je vous le promets, sera encore inférieure à la nôtre. Il ne faut pas prendre la santé des enfants en otage", a-t-il martelé.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : le comité de l'ombre de l'Académie des sciences - Le Nouvel Observateur

OGM : le comité de l'ombre de l'Académie des sciences - Le Nouvel Observateur | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

MANOEUVRE OBSCURE...

Le communiqué des "six académies" condamnant vendredi dernier en termes très violents les travaux de Gilles-Eric Séralini sur l'OGM NK603 avait choqué de nombreux académiciens qui s'étaient étonnés de l'anonymat des signataires.

 

D'autant que selon nos informations, ils n'étaient guère alors que… deux membres à s'être érigés porte-parole des "six académies".

 

Un comité de l'ombre qui a en outre soigneusement écarté les académiciens ayant une autre analyse.

A commencer par le seul spécialiste des statistiques, Paul Deheuvels, qui avait publiquement soutenu le travail de Gilles Eric Séralini dans une tribune adressée au "Nouvel Observateur".

 

"Fait accompli"

 

Cinq académiciens du "groupe de travail" "consultés" avant "l'avis des six académies" sont donc cités : Jean-François Bach, l'épidémiologiste Alain-Jacques Valleron, le cancérologue Hugues de The, le généticien Georges Pelletier membre de l'AFBV (Association Française des Biotechnologies végétales) et Bernard Meunier, délégué à la communication de l'Académie des sciences.

 

"Il faut rajouter la quinzaine de membres de notre Académie consultés", est-il noté sans autres précisions. Quinze nouveaux anonymes.

 

Réaction d'un Académicien passablement choqué par le procédé "honteux" consistant à mettre ses collègues devant "le fait accompli" : "Cela montre bien que ce dossier touche tellement d'intérêts qu'il ne peut faire l'objet d'un véritable traitement objectif, venant de la part de personnes qui sont à la fois juge et partie (l'Inra, l'Anses, le HCB et l'Académie)".

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

France : Epandage aérien des pesticides et chantage à la banane ...

France : Epandage aérien des pesticides et chantage à la banane ... | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

REPUBLIQUE TOUJOURS BANANIERE

 

Lettre ouverte à Monsieur Victorin Lurel, ministre de l'outre mer, sur l'épandage aérien des pesticides et le chantage à la banane.

EXTRAIT

 

Les guadeloupéens et les guadeloupéennes ne sont pas des enfants qu’il conviendrait de diriger contre leur volonté. Le paternalisme provincial n’est pas plus acceptable que le paternalisme colonial.

Vous ne pouvez prétendre agir en notre nom alors même que vous entendez prolonger l’utilisation de substances dangereuses pour les populations qui y seraient exposées. A moins que vous ne sachiez très bien au fond de vous, que ce que vous défendez est indéfendable politiquement et moralement inacceptable.

 

Vous êtes, monsieur le ministre un homme de grande culture, un lecteur érudit. Alors permettez moi de citer Aimé Césaire, notre voisin Martiniquais, qui dans une adresse fameuse employait les mots suivants :
« Prends garde architecte, car tu es bâtisseur de pestilence. »

 

Prenez garde monsieur le Ministre. Votre insistance à mener un odieux chantage à la banane pourrait bien vous conduire dans une impasse politique et précipiter une catastrophe pour les personnes vivant sur le territoire de la Guadeloupe.

 

Je vois bien les intérêts que vous défendez. Mais je vous demande de prendre en compte l’intérêt général. Vos dénégations et vos coups de mentons ne fondent pas une politique digne de ce nom. Il ne suffira pas de lancer avec agressivité « nous ne sommes pas des empoisonneurs. » pour faire de cette sentence une vérité.

 

Voulez-vous rester dans l’histoire comme le responsable de la prolongation d’une injure faite à la terre et d’une blessure portée à la santé des nôtres ?

Libre à vous. Mais ne nous demandez pas de consentir à ce crime contre la Guadeloupe.

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM, le sacrifice des rats

OGM, le sacrifice des rats | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Michel Alberganti Journaliste scientifique.

 

Producteur de l'émission «Science Publique» sur France Culture.

 

EXTRAIT

 

Une chance de progrès à saisir

 

Nous voilà donc informés. La toxicité des OGM n’a jamais été sérieusement évaluée.

Les études ayant conduit à leur mise sur le marché sont commanditées par Monsanto et consort.

 

Elles n’ont pas plus de valeur que celle de Gilles-Eric Séralini financée par le CRIIGEN, comité ouvertement anti-OGM et par Auchan, entreprise au service... de ses propres intérêts.

 

Dans cette situation, qui oscille entre Ubu et Kafka, que faire? Ecoutons, à nouveau, le professeur Gérard Pascal, qui propose une solution pour la réalisation de ces études:

 

«Il me semble que les pouvoirs publics pourraient se doter des moyens de les conduire (animaleries, laboratoires, personnels, équipements…), par exemple à l’ANSES qui dispose par ailleurs de laboratoires, ou dans des structures dépendantes des services vétérinaires à la DGAl ou des laboratoires de la DGCCRF.»

 

Une solution à couper le souffle! L’Etat qui se chargerait de garantir l’indépendance des études! Damned!

 

Personne, sans doute, n’y avait pensé avant.

 

Magnanime, Gérard Pascal va même jusqu’à préciser la procédure.

 

Les industriels voulant mettre des produits sur le marché s’adresseraient à une structure d’Etat et verseraient le montant correspondant au coût de l’étude, ce qu’ils font déjà aujourd’hui mais pour financer leurs propres laboratoires ou des laboratoires privés.

 

Ainsi, il suffirait que l’Etat s’interpose, par le biais d’une structure qui existe déjà et se nomme l’ANSES...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Ogm ou la science contre la démocratie (Jean-Pierre Berlan) | Reflets

Ogm ou la science contre la démocratie (Jean-Pierre Berlan) | Reflets | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

 

Jean-Pierre Berlan, ex-directeur de recherche à l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) analyse l’affaire des conclusions de la recherche de Gilles Seralini sur un OGM, le maïs NK603.

Jean-Pierre Berlan ne tente pas de battre en brèche (ou non) le protocole de Mr Seralini, ce que la plupart des « experts » se sont empressés de faire, mais souligne les problématiques centrales que les OGM cultivés en plein champ, et voués à nourrir les êtres vivants posent : celles de la démocratie, de l’agriculture moderne des industries chimiques, du règne des experts, de l’addiction des populations aux pesticides.

 

EXTRAIT:

 

Il n’y a pas de conséquences néfaste, nous affirment les fabricants d’agrotoxiques et leurs experts d’autant plus facilement qu’ils se gardent bien de faire les travaux approfondis qui permettraient (peut-être) de les découvrir. Ils se contentent de s’assurer “scientifiquement” que « dans l’état actuel des connaissances scientifiques », on ne peut pas “scientifiquement” démontrer une toxicité éventuelle.

 

Ils font de l’absence de preuve la preuve de l’absence.

 

Or l’état de ces connaissances est balbutiant. Les bactéries de notre tube digestif sont 100 fois plus nombreuse que les cellules de notre corps. On connaît 5 à 10% seulement de ce microbiote, qui joue un rôle physiologique important – et mal connu. Il en est de même pour les micro-organismes du sol – une poignée de terre fertile contient de 5 à 50 milliards de bactéries, pour ne rien dire des champignons, des actinomycètes, des algues etc. 80% de la biomasse se trouve dans les 30 premiers centimétres de la sol et nous détruisons cette pellicule moléculaire de Vie qui assure le fonctionnement des grands cycles biologiques du carbone, de l’azote, de l’eau etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

EFSA animation (fr)

L'EFSA comment ça marche? ou pas...

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Bientôt un million d'abeilles dans les rues de Dijon

Bientôt un million d'abeilles dans les rues de Dijon | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

"Près de 10.000 € par an de fonctionnement pour ces ruches, ça fait cher le pot de miel !", siffle le chef de l'opposition municipale, François-Xavier Dugourd, en réaction au projet d'installation de ruches en ville, en partenariat avec l'Union nationale d'apiculture française lors du conseil municipal du lundi 18 mars 2013. Une trentaine de ruches seront en effet installées [...]

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : Le CRIIGEN se félicite des premiers pas de l'EFSA, - Ouest-France

OGM : Le CRIIGEN se félicite des premiers pas de l'EFSA, - Ouest-France | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

« Dans l'initiative de transparence que nous avons engagée et demandée suite à la publication de nos travaux sur la toxicité du Roundup et de l'OGM NK603, nous prenons acte d'un premier pas de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui vient de mettre en ligne sur son site internet des données toxicologiques brutes (biochimiques, biologiques et histologiques) de l’étude de trois mois sur des rats, lesquelles ont permis l'homologation du maïs transgénique NK603. »

Le CRIIGEN regrette cependant que les données soient diffusées sous une forme inexploitable : «Cette forme, soutient le CRIIGEN, ne permet pas à un statisticien d'en tirer la moindre analyse, sans passer des mois à recopier des tableaux scannés. » C’est la raison pour laquelle il demande à l’EFSA d’aller maintenant au bout de sa démarche en publiant les données du NK603 sous forme statistiquement exploitable. «Nous ne doutons pas que l’EFSA dispose de ce format. » Et d’ajouter : « Nous ne pouvons imaginer qu’elle ait pu émettre un avis favorable de commercialisation sans avoir normalement au préalable analysé et vérifié elle-même ces données. »

...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

CRIIGEN - Réponse à l’article du Figaro du 13-1-2013 par le Pr. Séralini

CRIIGEN - Réponse à l’article du Figaro du 13-1-2013 par le Pr. Séralini | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

TOXICITÉ CONFIRMÉE DES OGM, DES PESTICIDES… ET DE LEURS LOBBIES.

            Les critiques scientifiques contre notre recherche sur la toxicité à long terme d’un OGM agricole et du principal herbicide du monde s’essoufflent enfin, et nous publions dans la même revue de toxicologie alimentaire en ce début 2013 un nouvel article qui répond point par point à nos détracteurs. Ceux-là décident alors de passer à l’étape supérieure : la diffamation ad hominem. Et ils trouvent apparemment quelques oreilles bien complaisantes…

Ainsi donc, me voilà maintenant lié à une secte parce que j’ai testé dans mon laboratoire les produits pharmaceutiques d’une compagnie, Sevene Pharma, qui met au point des extraits de plantes détoxifiantes et dont certains actionnaires auraient fait partie d’une organisation soi-disant sectaire. Ce ragot, qui rappelle l'histoire de « l'homme qui a vu la femme qui a vu  l'homme qui a vu l’homme qui a vu l'ours », ne répond pas vraiment à l’éthique journalistique, qui consiste à « rechercher, vérifier, situer dans son contexte, hiérarchiser, mettre en forme, commenter et publier une information de qualité ». Soit dit en passant, j’ai également testé les produits de Monsanto sans qu’on me tienne pour autant responsable du curriculum de leurs actionnaires, ni qu’on me soupçonne d’être tombé sous leur influence, tant s’en faut. Ces rumeurs sont simplement ridicules, et je n’aurais pas pris la peine d’y répondre, si elles ne risquaient d’avoir de très graves conséquences : En essayant de salir ma réputation, on tente de décrédibiliser mes travaux et l’on met peut-être ainsi indirectement en danger la santé de millions de gens. Alors, de quoi s’agit-il ?



TOUT L'ARTICLE SOUS L'IMAGE : CLIC

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM: Séralini accuse l'autorité sanitaire européenne de faute professionnelle

OGM: Séralini accuse l'autorité sanitaire européenne de faute professionnelle | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

CAEN (AFP) - Le professeur Gilles-Eric Séralini a accusé jeudi l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) de "faute professionnelle grave" après le rejet définitif de son étude controversée sur un maïs transgénique et le refus de l'agence de réévaluer ce produit.

 

"Ne pas avoir au moins un soupçon après l'étude que nous avons faite, de toute façon la plus détaillée au monde, relève de la malhonnêteté intellectuelle. C'est une faute professionnelle grave", a déclaré le professeur à l'université de Caen dont l'étude a été publiée le 19 septembre dans Food and Chemical Toxicology.

 

Mercredi, l'Efsa a estimé que "les lacunes importantes constatées dans la conception et la méthodologie" de l'étude Séralini "impliquaient que les normes scientifiques acceptables n'avaient pas été respectées et, par conséquent, qu'un réexamen des évaluations précédentes de la sécurité du maïs génétiquement modifié NK603 n'était pas justifié".

 

"Cela devient un grave problème de santé publique", a ajouté le chercheur en biologie moléculaire.

 

"L'Efsa a déjà à rougir du fait d'avoir jeté nombre d'études sur le bisphénol A. Ca confine à la criminalité.

Avec les OGM, ils recommencent la même chose. Ils ne se dédiront pas avant d'être démissionnés" par la Commission, pense le chercheur.

 

Pour le Professeur Séralini, l'Efsa est minée par les conflits d'intérêt. En mai, sa présidente a démissionné pour prendre des responsabilités au sein de l'ILSI, le lobby de l'industrie agroalimentaire.

more...
SVT-Suger's curator insight, March 27, 2014 6:12 AM

Dans cet article (publié en novembre 2012, donc après le début du rejet de son étude) Séralini accuse l'EFSA de "faute professionnelle", en s'appuyant sur des arguments émotionnels, moraux et ad hominem (mais pas d'arguments scientifiques ni techniques). Ces arguments ont pour principe de discréditer l'ESFA pour se décharger de toute responsabilité. Cependant l'ESFA refuse un éventuelle réexamen pour montrer la dangerosité ou non des OGM. Les recherches de Séralini seront définitivement rejetées en Décembre 2012, un mois après. [Yasmine & Sabrine]

Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des OGM autorisés dans les produits "bio"

Des OGM autorisés dans les produits "bio" | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

TOUS CONTAMINES!!!!

 

 

Un label "bio" européen qui autorise les pesticides

 

Les produits biologiques vendus en Europe pourront dorénavant contenir des résidus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, conformément à un nouveau règlement européen qui est entré en vigueur ce 1 janvier 2009.

Adopté en juin 2007 par les ministres européens de l’Agriculture, ce nouveau texte législatif autorise la présence « fortuite ou techniquement inévitable » d’OGM à hauteur de 0,9% dans les produits « bio ». Au-delà de ce seuil, ces aliments devront être étiquetés comme contenant des OGM. En deçà, aucune indication au consommateur n’est prévue.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement belge, Benoît Lutgen, rappelle sur RTLinfo que ce nouveau règlement sur l’étiquetage des produits bio est en totale contradiction avec les objectifs de développement d’une « agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité ». Et pour cause !

Le règlement commence par rappeler une évidence, à savoir que « les organismes génétiquement modifiés (OGM) et les produits obtenus à partir d’OGM ou par des OGM sont incompatibles avec le concept de production biologique et avec la perception qu’ont les consommateurs des produits biologiques. Ils ne devraient donc être utilisés ni dans l’agriculture biologique ni dans la transformation des produits biologiques ».

Avant d’ajouter : « L’objectif est d’avoir une présence d’OGM dans les produits biologiques aussi réduite que possible. Les seuils d’étiquetage existants constituent des plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM. »

 

Ce nouveau règlement étend donc aux produits « bio » les dispositions européennes déjà en vigueur depuis 2004 pour l’ensemble des aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

Vu qu’il est prévisible qu’à terme tous les produits de l’agriculture et donc tous nos aliments seront contaminés par les organismes transgéniques, les décideurs politiques viennent donc d’autoriser la présence d’OGM, en deçà d’un certain seuil (0,9%) dans les éléments étiquetés « biologiques ».

On peut supposer que lorsque la contamination par les semences transgéniques va progresser, il suffira à nos brillants politiques de pondre un nouveau règlement permettant, d’augmenter ce seuil, de revoir à la hausse les « plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM » : ainsi, rêvons qu’en 2060, seront probablement considérés comme aliments issus de l’agriculture biologique des produits agricoles contenant un taux de gêne transgénique inférieur à… disons… 20%. Voire plus. Tout dépendra probablement du degré de contamination...

Tout l'article en cliquant le shadok!

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Inf'OGM - UE - Demande d’autorisation d’OGM : les analyses de toxicologie sont-elles obligatoires ?

Inf'OGM - UE - Demande d’autorisation d’OGM : les analyses de toxicologie sont-elles obligatoires ? | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les entreprises qui demandent une autorisation de commercialisation pour une plante génétiquement modifiée (PGM) ne fournissent pas toujours des analyses de toxicologie aux agences en charge de l’évaluation du dossier.

 

Et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA), qui s’est montrée particulièrement prompte à rejeter l’étude de G.-E. Séralini [1], ne semble guère s’en émouvoir.

 

Que ce soit Monsanto, Bayer Cropscience, Dow agroscience, Avebe ou encore Syngenta, ces entreprises ont déposé des dossiers, acceptés ou en cours de traitement, dépourvus d’analyses de toxicologie ou d’alimentarité.

 

Ainsi, concernant le dossier en cours pour l’autorisation (à l’importation, la transformation, l’alimentation humaine et l’alimentation animale) du maïs DAS-40278-9 tolérant des herbicides, mis au point par Dow agrosciences, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) précisait, dans son avis du 7 juin 2011, que « aucune étude de toxicité sub-chronique de 90 jours chez le rat avec l’aliment n’a été réalisée » [2].

 

Une telle absence d’étude de toxicité sur plante entière se retrouve dans le dossier en cours du maïs 5307 de Syngenta [3]. Si dans le cas du coton GHB119 de Bayer Cropscience, l’étude de toxicologie a été fournie, l’Anses note dans son avis du 4 février 2012 que « l’identité du cotonnier testé appelé ’’Cry2Ae event’’ devra être précisée afin de confirmer qu’il s’agit bien de l’événement GHB119 » [4].

 

Ce dossier est toujours en discussion du côté des experts européens de l’AESA qui n’ont pas encore rendu leur avis, en espérant qu’ils se poseront la même question.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Comment un OGM, un pesticide et un système peuvent être toxiques - Le Monde

Comment un OGM, un pesticide et un système peuvent être toxiques - Le Monde | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Par Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen, Criigen

 

Dans le domaine de la toxicologie alimentaire, Food and Chemical Toxicology est sans aucun doute la revue la plus réputée au monde. Son comité de lecture a étudié quatre mois durant notre étude et pris soin de nous demander des analyses complémentaires avant d'accepter de la publier (Tous cobayes, Flammarion, 256 p., 19,90 euros).

Nos résultats ont montré la nocivité d'une absorption sur le long terme d'un organisme génétiquement modifié (OGM) alimentaire, le maïs NK603, et de l'herbicide qui lui est associé, le Roundup. Il s'agit de la première étude toxicologique menée sur deux ans et fondée sur un tel nombre de paramètres biologiques, d'analyses anatomo-pathologiques, etc. A ce jour, plus de 160 scientifiques du monde entier nous ont apporté leur soutien ou souligné l'originalité de notre travail, dont l'unique statisticien de l'Académie des sciences.

En moins de trois semaines, différentes agences chargées de l'évaluation de ces substances ont nommé des sous-comités qui viennent de discréditer notre recherche. Ainsi peuvent-ils ne pas interdire l'OGM et le pesticide en question...

Néanmoins, il y a un premier pas : l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) et le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) appellent à tester dorénavant à long terme ces substances. Ce que quelques autres et moi-même n'avons cessé de réclamer depuis quinze ans. Les citoyens savent désormais que la science "digne" et "bonne", les autorités garantes de leur santé, n'ont jusqu'à présent pas cru bon de devoir l'exiger.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Générations Futures (Ex-MDRGF): réaction de Générations Futures ...

Générations Futures (Ex-MDRGF): réaction de Générations Futures ... | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

 

 

Générations Futures salue les intentions du rapport de la mission parlementaire commune d'information sur "les pesticides et leur impact sur la santé et l'environnement" rendu public aujourd’hui.

 

Générations Futures, association de référence dans la question des pesticides, se félicite que la mission commune d’information sur les pesticides ait fait un bilan sans concessions des impacts sanitaires des pesticides, que l’association dénonce depuis plus de 15 ans et dont les agriculteurs sont les premières victimes mais pas seulement car les riverains des zones traitées et les consommateurs sont également concernés.

 

Notre association note également avec satisfaction la nécessité d'améliorer la procédure d'autorisation de mise sur le marché des pesticides (AMM) demandée par le rapport parlementaire.

 

Au lendemain du rendu de l’avis de l’Anses sur l’étude de G E Séralini, cette demande prend tout son sens.

 

En effet l’Anses a préconisé hier dans son rapport d’engager des recherches sur les effets chroniques des pesticides sur la santé.

La demande de la mission parlementaire d’une amélioration de la procédure d’autorisation des pesticides commande une évolution encore plus ambitieuse de l’évaluation.

 

« Il conviendrait en effet d’intégrer des tests de toxicité chroniques dans les procédures d’évaluation des pesticides formulés de manière systématique, ce qui n’est pas le cas actuellement, ainsi qu’une évaluation systématique des effets ‘cocktails’ des pesticides entre eux. » demande François Veillerette, porte parole de Générations Futures, qui a été à la fois entendu par la mission parlementaire sur les pesticides et par l’Anses lors de la préparation de son avis sur l’étude de Séralini. « Nous soutenons également la proposition faite par la mission parlementaire de création d’un fonds abondé par les industriels pour réaliser les études nécessaires et celle de l’accroissement des moyens dédiés au soutien à l’Agriculture Biologique et aux méthodes alternatives » Ajoute t’il.

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM: les opposants satisfaits du doute désormais installé, pas des réponses

OGM: les opposants satisfaits du doute désormais installé, pas des réponses | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

BEN VOILA

 

Malgré le rejet par deux agences françaises de l'étude du Pr Séralini dénonçant la toxicité d'un maïs transgénique, le camp des opposants aux OGM se félicite que la question de l'impact sanitaire à long terme soit désormais posée, tout en critiquant les réponses apportées à ce stade.

 

Cette étude, même désavouée, introduit un doute sérieux puisqu'il est reconnu qu'il faut des études à long terme et que celles-ci manquent, juge Benoît Hartmann, porte-parole de France nature environnement (FNE).

 

Le débat a progressé, il est sorti du cercle des spécialistes et a mis en lumière l'insuffisance des études réalisées par les industriels au niveau de la prise en compte des effets à long terme et l'absence de consensus méthodologique, estime Anaïs Fourest de Greenpeace.

 

Pour Philippe Colin, porte-parole de la Confédération paysanne, l'étude a eu le mérite de remettre en cause quelque chose jamais examiné attentivement, à savoir les effets de la combinaison OGM et pesticides.

 

Idem pour François Veillerette (Générations futures), qui a été auditionné par l'Anses (l'agence nationale de sécurité sanitaire) comme représentant de la société civile et pour qui l'étude Séralini a permis de remettre sur le haut de la pile le dossier de l'évaluation insuffisante des OGM et des pesticides.

 

En rendant compte de l'avis de l'agence, le directeur général de l'Anses, Marc Morturieux, avait en effet admis lundi que cette étude remet en lumière la question des effets potentiels à long terme à la fois des OGM et des produits phytopharmaceutiques (pesticides), et le fait que cette question est assez peu documentée.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM et pesticides : il faut des recherches sur les effets à long terme - Rue89

OGM et pesticides : il faut des recherches sur les effets à long terme - Rue89 | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

MAUVAISE FOI ENCORE UNE FOIS

 

« Engager des recherches sur la question des effets à long terme »

Dans un effort de diplomatie notable, l’Agence a reconnu :

 

« L’originalité de cette étude est qu’elle aborde un sujet jusqu’ici peu étudié : celui des effets à long terme des OGM associés aux préparations phytopharmaceutiques. »

 

L’Agence note effectivement que seulement deux études sur les effets de long terme des OGM avaient été menées - l’étude de Malatesta, membre de l’équipe Séralini, et celle du Japonais Sakamato.

 

D’où la nécessité, selon elle, d’« engager des recherches sur la question des effets à long terme » sur la base de « financements publics ». Il est étonnant de voir que l’agence veut « renforcer les exigences » sur l’évaluation des OGM, alors que ceux-ci sont commercialisés depuis plus de quinze ans.

 

Lorsqu’il est questionné sur ce décalage entre le faible niveau de connaissances disponibles et une commercialisation de longue date, Marc Motureux répond, quelque peu embarrassé :

 

« On est sur une technologie en développement. Au fil du temps, il y a une augmentation du nombre de modifications apportées aux plantes, ce qui implique une vigilance renforcée sur leur évaluation. »

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM : des académiciens (anonymes) désavouent le Professeur Séralini - Rue89

OGM : des académiciens (anonymes) désavouent le Professeur Séralini - Rue89 | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

LA STAR ACADEMIE DES SILENCES

 

Recontextualiser l’apport des académies

 

La violence des propos tenus contre Gilles-Eric Séralini rappelle à quel point il est nécessaire de contextualiser les travaux de ces académies aux positions souvent conservatrices et parfois hors de toute considération scientifique.

 

Ces instances sont de véritables arcanes où se mêlent sciences et politiques, et où les effets de groupes sont indissociables du mode d’élection par cooptation entre « pairs », ce qui entraîne bien des intrigues parmi ces chevaliers pas toujours si verts.

 

Des jeux d’influence qui peuvent mener au déni des évidences scientifiques les plus flagrantes. Dans un rapport de septembre 1994, l’Académie des sciences minimisait les risques des dioxines et indiquait qu’il serait « très souhaitable que soit évitée une réglementation excessivement contraignante » en la matière.

 

Trois ans plus tard, la dioxine est classée « cancérogènes pour l’homme » par l’Organisation mondiale de la santé.

 

En avril 1996, l’académie de médecine n’avait pas brillé non plus par sa clairvoyance sur la toxicité de l’amiante, allant même jusqu’à nier publiquement les risques sur la population de cette fibre hautement cancérigène.

 

On dit les académiciens « immortels », espérons que cette grâce touche un jour les pauvres cobayes que nous sommes...

more...
No comment yet.